News diverses

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: News diverses

Message  Ming le Jeu 31 Mar 2011, 2:49 am

Il était connu pour plusieurs choses en dehors de ce que l'article précise :

-il ne quittait jamais son peignoir après la période de la longue marche, une fois les Japonais et les nationalistes mis dehors.
-il avait également une hygiène dentaire redoutable, au sens ou il ne se lavait jamais les dents et ou sa dentition était dans un état tel que bien avant la fin de sa vie, on lui fournissait des repas à base de menus "mous". Pour autant, aucun dentiste ne l'a jamais approché de près et si ça a été le cas, le praticien ne s'est jamais éternisé. Il faut donc saluer le courage des pionnières qui ont eu des rapports sous toutes formes avec lui, m'est avis que son haleine, ça devait être quelque chose...

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Croix gammées sur des gâteaux : plainte contre un pâtissier

Message  Colleville le Mer 06 Avr 2011, 11:31 pm

OUEST FRANCE - 6 AVRIL 2011

Une association autrichienne de survivants de l’Holocauste a porté plainte contre un pâtissier qui décorait, à la demande, ses gâteaux avec des symboles nazis comme des croix gammées, a-t-on appris de source judiciaire.

Des gâteaux décorés « à la demande »

Le procureur de la ville de Neustadt, dans la région de Basse-Autriche, a annoncé mardi soir avoir reçu une plainte du comité autrichien de Mauthausen contre la pâtisserie « Tortendesign » du village de Maria Enzersdorf près de Vienne, pour avoir proposé à la vente des gâteaux décorés de swastikas ou encore d’un bébé faisant le salut nazi.

Même si les pâtisseries incriminées ne sont pas exposées en vitrine, elles sont proposées sur un catalogue consultable sur internet, a précisé dans un communiqué le comité, qui œuvre pour la mémoire des crimes du régime nazis, et s’occupe aussi de l’encadrement pédagogique du camp de concentration autrichien de Mauthausen.

« Cet exemple particulièrement odieux montre comment on peut faire de l’argent » grâce au nazisme, s’est emporté le président du comité, Willi Mernyi. « Si quelqu’un passe commande, je le fais. Je n’y réfléchis pas vraiment. En fait, je ne m’intéresse pas à ce que le client fait avec le gâteau. Il faut que je gagne ma vie », s’est défendu le patron de la pâtisserie Manfred Klaschka mardi soir à la télévision publique ORF.

« C’est exactement le genre de justification que nous avons entendu toutes ces décennies. Je ne savais rien, je n’ai rien vu, cela ne me concerne pas », s’est emporté M. Mernyi, également interrogé par ORF.

L’Autriche interdit les activités néonazies et l’étalage public de symboles nazis, ainsi que toute négation de l’Holocauste, ou toute tentative de glorification du régime d’Hitler.
avatar
Colleville
Major
Major

Nombre de messages : 129
Age : 43
Localisation : Caen-Bayeux (Normandie)
Date d'inscription : 25/03/2009

http://simonelahbib.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: News diverses

Message  le ronin le Sam 09 Avr 2011, 11:40 am

Bonjour .Article paru aujourd'hui sur notre journal "régional" Le Progrès, cela répond à la montée de l'extrême droite violente dans notre région, où depuis quelques temps des gens se font "tabasser" parce que différends aux yeux de ces nostalgiques du moustachu.

Rhône. L’extrême droite radicale à Lyon : le retour de bâton



Le nombre d’agressions liées à la présence de membres d’une extrême droite particulièrement violente est en augmentation. Au-delà, le phénomène de bandes proches des mouvements néo-nazis s’amplifie
Lyon Dissident : le bal des crânes rasés
Dans le jeu des sept familles, je demande la fille… Le Pen

« Sujet sensible. » A la préfecture du Rhône, l’extrême droite est un sujet tabou. Pas de communication des responsables de la police départementale, pas de commentaires. Lyon porte un double héritage qui rend la question douloureuse. La capitale de la Résistance et le foyer d’une extrême droite la plus radicale. C’était dans les années quatre-vingt-dix. L’époque des affaires Notin, Plantin, accusés de développer des thèses négationnistes dans leurs travaux universitaires.

Alors que l’on pensait le mal asphyxié, la plaie s’est à nouveau infectée. Car, selon nos informations, le nombre d’agressions liées à l’extrême droite est effectivement en augmentation. Difficile néanmoins à quantifier. Plusieurs faits divers récents viennent rappeler que les franges les plus dures de l’extrême droite ont repris du service. Le 15 janvier dernier, à Villeurbanne, c’est un couple qui s’est littéralement fait lyncher - et le terme n’est pas trop fort - par plusieurs individus armés de battes de base-ball. C’était à la sortie d’un concert. Ambiance anar. Le couple regagnait un parking quand subitement, sans un mot, ils ont été violemment frappés. La jeune femme recevra un coup de batte sur le crâne. Au moins 60 jours d’ITT. Le jeune homme qui l’accompagnait a tenté de la protéger. Il a été roué de coups de pieds, de poings, et là encore, de batte. Des expertises sont toujours en cours pour évaluer une incapacité qui pourrait être permanente pour l’une des victimes.

Les auteurs présumés, neuf au total, ont été interpellés par les services de police. Quatre ont été écroués. Des récidivistes, mis en examen pour violences aggravées, et qui risquent vingt ans de prison. A leurs domiciles, les policiers retrouveront des tracts explicites sur l’extrême droite, une clef USB contenant des photos de séances de taggages dont les slogans ne laissent aucune ambiguïté sur leur caractère extrémiste. Par ailleurs, plusieurs clichés pris lors de manifestations permettent de reconnaître les individus arrêtés. Par ailleurs, trois d’entre eux ont, par le passé, été interdits de stade. Deux ont été condamnés pour des violences à caractère raciste. « Derrière la violence gratuite, commente Bertrand Sayn, l’avocat des victimes, on trouve une organisation. Ils se téléphonent, se retrouvent, et ont un dessein. Ils ont laissé leurs victimes dans une marre de sang. »

Dans ce dossier, les auteurs présumés ne reconnaissent pas tous l’agression : « Chacun se rejette la balle », commente Hervé Banbanaste, avocat de l’un des individus incarcérés. « Ce sont des jeunes qui ne sont pas encartés au FN, ils n’ont pas de structure idéologique très profonde. » Reste que la plupart de ces auteurs présumés ont été identifiés dans plusieurs manifestations associant l’extrême droite. Ce qui démontre les connexions entre les différentes « familles ». Lors des manifs contre les retraites, du kiss-in de Saint-Jean… les mêmes.

Cette agression n’est pas un cas à part. Le 6 avril dernier, des militants, qui diffusaient des tracts pour appeler à la manifestation contre l’extrême droite prévue cet après-midi, ont été pris à partie et frappés à la sortie du lycée Jean-Paul-Sartre, à Bron. Chez l’un des auteurs présumés de l’agression, les policiers ont retrouvé diverses armes (poing américain, 22 Long Rifle…), des talkies-walkies et un drapeau à l’effigie d’Hitler.

Ils seraient plus de 300 à Lyon à porter haut les couleurs brunes agglomérées autour des standards de la famille extrémiste : au programme, musique Oï, un style musical fédérant punks et skinheads, matchs de l’OL. Plusieurs sont issus des rangs des indépendants, ou encore du militantisme outrancier. Ils ont leurs codes vestimentaires, leurs coupes de cheveux réglementaires, parfois des tatouages, et des termes qui leur sont propres. Rarement des idéologues, ils sont le plus souvent issus de classes populaires, employés, chômeurs, voire étudiants ou lycéens. Et se radicalisent.

Manifestation aujourd’hui à 14 h 30 place Bellecour organisée par le collectif vigilance 69 contre l’extrême droite

Geoffrey Mercier


Amicalement .




Le ronin.













_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: News diverses

Message  le ronin le Mar 19 Avr 2011, 8:24 am

Bonjour , toujours paru sur notre journal régional aujourd'hui .




Le 11 mai 1987, la France a les yeux tournés vers Lyon. Ce jour-là, pour la première fois en France, s’ouvre un procès pour crime contre l’humanité. Dans le box des accusés se présente un vieil homme au regard si particulier. C’est Klaus Barbie, ancien nazi, ancien chef de la Gestapo de Lyon. Il comparait à Lyon pour sa responsabilité dans la rafle de la rue Sainte-Catherine et dans celle des enfants d’Izieu.

Près de 24 ans plus tard, Arte Editions sort un coffret DVD de ce procès qui se termine le 4 juillet 1987 par la condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité de Klaus Barbie. Vingt-quatre ans plus tard, l’émotion est intacte au moment où l’on revoit Klaus Barbie entrer dans cette immense salle où se massent des centaines de personnes, conscientes de vivre un moment historique.

Dominique Missika, la directrice éditoriale et historique du projet, et Philippe Truffault, le réalisateur, ont constitué un binôme qui a travaillé durant de très longs mois pour rendre la vérité de ce procès à travers 5 DVD soit à peu près 19 heures d’audience. Les 36 audiences y figurent de façon condensée et aucun moment de procédure ne manque, ni ceux qui sont longuets (la lecture de l’acte d’accusation) ni ceux qui sont insoutenables comme les trois audiences sur la rafle des enfants d’Izieu où des mères encore ravagées par le chagrin viennent regarder dans les yeux, celui qui est responsable de leur vie de deuil. Voir les personnes qui ont été torturées fixer l’accusé et crier : « Oui, c’est lui ; je le reconnais à ses yeux » est d’une force intacte.

Même s’ils peuvent se regarder dans la continuité, les DVD ont tous été chapitrés par audience et par audition. Il est donc possible de ne regarder que le témoignage de telle ou telle personne dans telle ou telle audience ou telle ou telle plaidoirie. Cela renforce son intérêt pédagogique. Car en dehors du travail de mémoire que constitue le fait de pouvoir avoir accès à ces archives, ce coffret de DVD montre que ce procès a rempli sa mission : il a jugé un homme équitablement sur des faits et n’a pas fait le procès du nazisme ni de la Gestapo à Lyon durant l’occupation, et on a écouté les victimes et reconnu leur souffrance. Tout en étant dans la micro-histoire, en ne jugeant qu’une petite partie des crimes contre l’humanité commis durant la deuxième guerre mondiale, on est quand même dans l’Histoire avec une majuscule. Le montage de Dominique Missika et de Philippe Truffault rend cela, et ce n’est pas la moindre de ses qualités.

A Paris, Nathalie Mauret


Amcalement .



Le ronin.















_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: News diverses

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum