Les SS - Un avertissement de l'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  crocodile le Dim 14 Mar 2010, 9:55 pm

C'est avec ce livre que j'ai découvert Guido Knopp, ce journaliste, directeur du service Histoire de la ZDF, considéré comme l'un des meilleurs spécialistes du IIIe Reich.

Ce livre résonne comme le sinistre bilan du régime SS, truffé de précisions apportées par des témoins de toutes les parties en présence, militaires, politiques ou tout simplement civiles.

Il s'agit d'une condamnation sans concession des crimes de guerre commis par les nazis, sous forme d'hommage à leurs victimes, d'autant plus frappant qu'il vient d'un Allemand né juste après la guerre.

A cette lecture, qui décrit la SA, la SS et les Têtes de Mort, mais aussi le mythe Odessa ou encore la chasse aux nazis en fuite, je suis convaincu de plusieurs choses:

  • dans les conditions historiques, politiques, sociales et économiques de cette époque, bon nombre de nos contemporains et nous-mêmes aurions pu dériver dans ce système. Tout aurait dépendu, en réalité, de quelques esprits dirigeants déviants, habiles à repérer d'autres esprits serviles, influencables et, sinon, corruptibles, la terreur faisant taire le reste...
  • Hitler, tout monstre fut-il, n'a plus le minable 'orgueil' d'être, dans mon modeste jugement, le pire nazi qui soit: il m'apparait maintenant comme devancé par son fonctionnaire de la mort, son 'valet de chambre à gaz', Heinrich Himmler.
  • si les soldats britanniques qui ont libérés les camps de la mort ne pouvaient pas imaginer les horreurs qu'ils allaient y trouver et se trouvèrent donc complètement démunis pour y faire face (lequel d'entre nous oserait les en blâmer...), aujourd'hui plus aucun être humain ne pourrait se prévaloir d'une telle ingénuité, comme l'ont bien remarqué les soldats de la KFOR par exemple: la cruauté chez notre espèce n'a de limites que celles de l'imagination... ou la cruauté d'autrui...
  • en politique comme dans l'armée, le totalitarisme est une plaie à curer sans attendre.


Ce livre, comme beaucoup d'autres, ne peut laisser indifférent. Ce qui est singulièrement glacial, c'est que le 'portrait' de Himmler apparait comme terriblement fade, quelconque, comme celui d'un humain dans la foule oserais-je dire... Il me semble en croiser souvent...

Cela fait froid dans le dos, mais c'est cela que l'on devrait, avant tout, expliquer dans les cours d'histoires pour notre jeunesse qui est aussi notre avenir. Pas seulement les exploits de Patton ou Rommel, lesquels ne peuvent rien apprendre d'utile à notre génération, hormis un bonus de culture générale.

Amitiés,
Bertrand

crocodile
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 80
Age : 49
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  Screwball le Lun 15 Mar 2010, 7:55 am


Comme quoi mon cher crocodile le meilleur atout du totalitarisme c'est l'inculture et l'ignorance des citoyens et le meilleur rempart contre le totalitarisme reste encore l'éducation et la connaissance

Screwball
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 236
Age : 52
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  Phil642 le Lun 15 Mar 2010, 8:12 am

Screwball a écrit:
Comme quoi mon cher crocodile le meilleur atout du totalitarisme c'est l'inculture et l'ignorance des citoyens et le meilleur rempart contre le totalitarisme reste encore l'éducation et la connaissance


Bien dit!

C'est la vérité et c'est limpide!


pouce
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  Kalendeer le Lun 15 Mar 2010, 5:23 pm

Mon lycée était peut être un cas particulier, mais on a étudié en long, en large et en travers la déportation, la répression et ce genre de choses... mais extrêmement peu les campagnes militaires. Je peux t'assurer que les noms de Rommel, Patton, Montgomery et Guderian n'ont jamais été cités, ça n'intéressait clairement pas nos professeurs. J'ai d'ailleurs trouvé que l'enseignement était très déséquilibré parce qu'il s'est quasiment limité à : a) montée au pouvoir des fascismes, b) un résumé hyper rapide des conquêtes allemandes (en encore, on ne nous a jamais parlé de la Yougoslavie, de la Grèce...), c) déportations, répression, vichysme et tout le blabla dans ce style, d) Résistance, e) libération, f) mémoire.
C'est déjà pas mal mais en somme, l'aspect militaire du conflit était quasiment évacué pour se concentrer sur les totalitarismes... ou plutôt le totalitarisme nazi, je n'ai aucun souvenir qu'on ai parlé du NKVD en classe.
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 27
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  crocodile le Mar 16 Mar 2010, 12:21 am

Merci pour vos réponses, chers amis!

A Screwball: on est parfaitement en phase sur le point que tu soulignes; je me dois cependant d'ajouter que l'inculture ou l'ignorance ne sont pas incompatibles avec la tolérance ou le simple bon sens, mais que, associées à l'indigence, elles forment un coktail autrement plus explosif.

A Kalendeer: de mon côté et même pour mes enfants, ce qui est plus étonnant, nos cours d'histoire furent muets sur les crimes de guerre, en revanche nettement axés sur ... l'Axe et les Alliés, militairement parlant et, bien sûr, en préambule, les circonstances de l'avénement de Hitler et le nationalisme.
Rien ou presque sur les déportations, avec même des Himmler ou Heydrich inconnus au bataillon...

Autre époque, autres moeurs peut-être...

Reste que s'il ne devait rester qu'une seule leçon importante à tirer de ce sanglant conflit, ce serait celle que t'ont manifestement donné tes professeurs et non celle des miens.

crocodile
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 80
Age : 49
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  sukhoi le Mar 16 Mar 2010, 2:42 am

Je confirme que les cours que j'ai eu sur la deuxiéme guerre se limitait a un gros chapitre sur la montée des différents extrémisme ( Communisme, Fascisme et Nazisme) et leur définitions, un rapide aperçu de l'aspect militaire proprement présenté (en a peine une heure!!!) avec 1) Victoires de l'axe et 2) Défaites et chute de l'axe... Plus concis que ça tu meurt. Et ensuite un autre chapitre asser long sur les procés de Nuremberg, l'occupation, Vichy... Donc en fait trés orienté sur les cause et conséquence et rien de très technique.
Mais cela suffit il vraiment? Est ce la bonne méthode?
A la fin de ces cours que -du reste très peu de personne avait suivit avec sérieux- j'ai remarqué que je n'avait jamais été dans une classe avec autant de sympathisant néo-naze ou assimilées autour de moi. A se demander a quoi as servit ce qui devrait etre la plus grande leçon de l'Histoire de notre pays... Et bon nombres de ces petits cons ont désormais integrés quelques très prestigieuse écoles. Inquiétant, trés inquiétant...


Par contre Screwball une petite remarque: quand tu dits que "le meilleur rempart contre le totalitarisme reste encore l'éducation et la connaissance", permets moi de te rappeler que bon nombre des Nazis ayant participées au plus haut degrés de la solution finale était des personnage trés cultivées, ayant fait des études et loin d'être idiots. C'est d'ailleurs l'un des points qui me fait le plus peur quand je lis les post d'eddy marz ou il décrit les différents protagonistes ayant organisés cette folie.

sukhoi
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 671
Age : 26
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  crocodile le Mar 16 Mar 2010, 10:12 am

Bonjour Sukhoi et merci pour ton témoignage. Il semble manifestement que les véritables leçons à tirer de ce fait tragique de notre Histoire ne soient finalement pas mis systématiquement en exergue dans ces cours. D'aucuns diront sans doute que ce n'est pas le rôle d'un professeur d'histoire...

Pour la remarque que tu fais à Screwball et qui est pertinente, je me permets de donner mon avis: s'il a fallu des gens dotés d'une évidente intelligence bien mal employée pour mettre en place un tel système machiavélique, ces intelligences, pour faire autant de dégâts, ont utilisé l'ignorance et la simplicité d'âme et d'esprit d'une immense majorité prête ou préparée à l'exécution des basses oeuvres. C'est de cette catégorie que nous avons parlé avec Screwball.

En outre, je pense qu'il faut relativiser la 'grandeur' des cerveaux dirigeants nazis. Je te donne deux exemples:

  1. Que penser de Heinrich Himmler, le créateur de la solution finale, lui qui, fonctionnaire fidèle et zélé, organisait le moindre aspect de sa vie active et même privée selon un ordre de marche qu'il rédigeait lui-même, sans place à la moindre émotion, ni surtout à la moindre imagination...(deux notions, à mon sens, indispensables à l'intelligence)? Que penser également de ses convictions mystiques, lui qui croyait notamment être la réincarnation du roi Henri... seul domaine où l'imagination, bien involontaire cependant, ne lui faisait pas défaut et où Hitler le raillait ouvertement?
  2. Comment évaluer l'intelligence de médecins, donc de personnes censée élevées à un haut degré d'études, qui mènent sérieusement une étude sur la mise en hypothermie d'un 'sujet' pour ensuite vérifier si la présence de corps nus et chauds contre lui suffisent à vaincre cette hypothermie... sans parler d'autres expérimentations dont l'abomination n'a d'égale que leur absurdité?
Autre commentaire sur Himmler: dans la même minute, il était capable de s'enquérir par téléphone du bon déroulement de ses ordres d'exécutions puis s'inquiéter auprès du même interlocuteur de l'état de santé de sa fille souffrant d'une grippe... Un régal pour les psychiatres!

Finalement, il ne faut pas perdre de vue que l'intelligence et la culture sont deux notions pouvant parfaitement être indépendantes l'une de l'autre: on peut être cultivé, par exemple connaître tous les faits de la Seconde Guerre Mondiale, et ne pas avoir l'intelligence d'en tirer les leçons qui s'imposent (Par ces mots, chers amis du forum, je vise bien entendu des catégories de personnes qui ne naviguent pas sur ce genre de forum!).
Si une bonne mémoire suffit à être instruit, l'intelligence demeure tributaire d'autres notions, comme le bon sens et l'esprit analytique.

En conclusion, osons cette question à méditer: une intelligence utilisée à si mauvais escient, est-ce bien de l'intelligence?

crocodile
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 80
Age : 49
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  eddy marz le Mar 16 Mar 2010, 12:02 pm

crocodile a écrit:
En outre, je pense qu'il faut relativiser la 'grandeur' des cerveaux dirigeants nazis. Je te donne deux exemples:

  1. Que penser de Heinrich Himmler, le créateur de la solution finale, lui qui, fonctionnaire fidèle et zélé, organisait le moindre aspect de sa vie active et même privée selon un ordre de marche qu'il rédigeait lui-même, sans place à la moindre émotion, ni surtout à la moindre imagination...(deux notions à mon sens indispensable à l'intelligence)? Que penser également de ses convictions mystiques, lui qui croyait notamment être la réincarnation du roi Henri... seul domaine où l'imagination, bien involontaire cependant, ne lui faisait pas défaut et où Hitler le raillait ouvertement?
  2. Comment évaluer l'intelligence de médecins, donc de personnes censée élevées à un haut degré d'études, qui mènent sérieusement une étude sur la mise en hypothermie d'un 'sujet' pour ensuite vérifier si la présence de corps nus et chauds contre lui suffisent à vaincre cette hypothermie... sans parler d'autres expérimentations dont l'abomination n'a d'égale que leur absurdité?

En conclusion, osons cette question à méditer: une intelligence utilisée à si mauvais escient, est-ce bien de l'intelligence?

Bonjour Crocodile;

Même si je suis d'accord dans les grandes lignes, ces conclusions tirées au cordeau sont un peu lapidaires. Les choses sont nettement plus complexes (donc plus humaines et plus réelles). Knopp dresse un bon portrait vulgarisateur de la SS et d'Himmler, soulignant avec précision les éléments qui confirment sa façon de présenter le problème qui, même si elle part d'un désir sincère, ne réussit jamais à creuser très profond en dessous de la surface. L'image d'Épinal d'Himmler, avec ses petites manies, ses obsessions néo-templières, et sa maladie de l'organisation, n'est que la facette la plus facile et "médiatisée" de ce personnage très complexe, et malgré tout doué de nombre de qualités réelles (et reconnues non seulement par beaucoup de ses contemporains, mais par nombre d'Historiens de haut niveau - P. Padfield, G. Reitlinger, W. Frieschauer etc.), ce qui en fait donc un personnage très dense, au contraire. Sans émotions ? C'est inexact : la véritable passion qu'il éprouvait pour sa fille Gudrun, ses problèmes de couple, son amante, son enfant illégitime, toutes ces choses pointent vers un contenu émotionnel palpable. Mais sans doute parles-tu de son manque d'émotion par rapport à l'extermination... Là aussi, ce côté "froid", est le visage qu'il tente à tout prix de donner face aux hommes qu'il charge de la sale besogne. Ses réaction hystériques lors de la tuerie de Minsk - lui qui n'avait jamais vu une exécution - sont également la preuve qu'il était choqué par ce qu'il voyait (sa décision de passer au gaz - outre l'aspect "performance" - était également dictée par le "souci" de trouver des "méthodes plus humaines"). L'extermination ne fut jamais une chose anodine pour Himmler; il en souffrit tout au long de son implémentation, se réfugiant toujours derrière l'ordre d'Hitler. S'il continua néanmoins à tuer, ce fut dans la conviction ("cette tâche terriblement difficile") "d'oeuvrer pour le bien général". Aussi ne cessa-t-il de remonter le moral de ses hommes en plaidant justement pour ce côté non-emotionnel par des harangues centrées sur la notion de "dépassement de soi" - ce qui est donc la preuve d'une parfaite prise de conscience du promblème émotionnel. Sans imagination ? C'est inexact. Toute l'énergie et la reflexion (car il s'entoure de conseillers, d'experts, d'intellectuels, de groupes de discussion etc.) mises en place, toutes les recherches, aussi "farfelues" soient-elles (recherches sur la préhistoire, le Bouddhisme, l'Indouisme, la zoologie, les médecines naturelles, la musique folklorique, la culture biologique, la création de teintures non chimiques, la production d'eau minérale - pour ne citer que celles-ci), font preuve au contraire d'un esprit très fertile, s'intéressant à tout, pompant dans toutes les sources et les tournant à sa sauce, au service d'une idée fixe qui n'est pas seulement la sienne, mais celle aussi d'une majorité de personnes qui y adhèrent. Les efforts mis en place pour transformer la SS d'une garde prétorienne en "Ordre SS" font également preuve d'une "vision globale" (dévoyée certes, mais réelle) démesurée et ambitieuse. Étrange que des milliers et des milliers d'hommes, y compris des durs à cuire comme Heydrich et Kaltenbrunner (pour ne citer qu'eux) se soient pliés (même à dessein) au moindre caprice ou désir de ce petit binoclard sans charisme... Il y a là plus qu'une contradiction à mon sens. Je pense donc qu'en étudiant des monstres modernes (Hitler, Himmler, Heydrich, Wirth, Höss etc.) il convient de plonger un peu plus profondément car si nous ne le faisons pas, les exactions indescriptibles du nazisme ne resteront - aux yeux du jugement bourgeois - que les crimes d'une bande de fous - or c'est d'autre chose dont il s'agit. Selon les termes d'Hannah Arendt, l'extermination fut l'oeuvre d'individus parfaitement normaux, du type de Monsieur Heinrich Himmler.

La plupart des médecins nazis étaient à la base des médecins doués - certains, comme Karl Brandt ou Joachim Mrugowsky, particulièrement brillant. Les expériences criminelles furent à 70% commanditées par la Wehrmacht, la Kriegsmarine, et la Luftwaffe - le reste par les laboratoires IG FARBEN, BAYER et quelques autres. Nous parlons d'expériences effectuées dans la stricte légalité (celle édictée par le nazisme - donc l'État), ce qui rend la situation un peu plus complexe. Une très bonne source sur ce dilemme du comportement et des convictions personnelles en opposition au comportement "fonctionnel" exigé par le régime est le livre de Robert J. Lifton "The Nazi Doctors" (édité en français). À travers les interviews de quelques uns de ces médecins, nous découvrons une situation psychologique des plus complexes... Aussi complexe en somme que les êtres humains...

Si la vulgarisation est utile (voire salutaire) pour appréhender d'un seul coup d'oeil l'étendue de la situation, elle est inadéquate pour l'expliquer. Mais ce n'est que mon point de vue.

Eddy
clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  crocodile le Mar 16 Mar 2010, 12:39 pm

Merci de ces commentaires constructifs, Eddy!

En vérité, je ne tire aucune conclusion ni ne tente d'expliquer quoi que ce soit dans un paragraphe si minuscule en regard des sujets qu'il touche. Si c'est l'impression qu'il donne, j'aurais dû y prêter plus attention.
Je pose simplement sur la table quelques questions qui ont soif de réponses, comme celles que tu as la gentillesse de m'apporter et des sujets de réflexions.
A relecture de ces pensées, mon affirmation, et je la maintiens, est que culture et intelligence peuvent exister l'une sans l'autre dans la même âme.

Je vais incessamment me procurer l'ouvrage de Lifton car, pour le moment, et pas seulement à la lecture de Knopp, mon opinion reste que la 'médecine' pratiquée dans ces conditions par des médecins, dont je veux bien croire qu'ils étaient brillants pour certains, avait un goût d'empirisme dérangeant et un 'matériel' d'étude inacceptable, même si, comme tu le dis si bien, en légalité et sur commande. Ce n'est pas l'image que j'attends de la médecine, bien évidemment.
Il n'en demeure pas moins que ces médecins savaient que la communauté internationale ne verrait pas leur travail d'un oeil complaisant... Je suis également persuadé que des médecins ont refusés de participer à ces expériences.

Je ne peux développer davantage en raison de mon devoir professionnel, mais je me réjouis de réaborder le sujet avec toi lorsque j'aurai lu ce livre.

crocodile
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 80
Age : 49
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les SS - Un avertissement de l'histoire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum