Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Message  Phil642 le Lun 26 Juil 2010, 2:07 pm

29.8.1942

Affectation au camp de concentration d'Auschwitz conformément a l'ordre F.L. USSZ 2150 28.8.42 1833 n° 1565 car, dit-on, un médecin y fait défaut a cause d'une maladie.

30.8.7942

Départ de Prague a 8 h 15 via Böhmisch Trübau Olmütz Prerau, Oderberg. Arrivée au camp de concentration d'Auschwitz à 17h 36. Quarantaine au camp a cause de nombreuses maladies infectueuses (typhus exanthématique, malaria, dysenterie). Le medecin de garnison, le Capitaine Uhlenbrock me remet des instructions à caractère tres secret(2) On me loge au foyer des Waffen S.S., dans une chambre d'hótel (26).

Le sergent d'état-major Wilhelmy(3).
Voir Virchows Drelir 1936 !

31.8.1942

Climat tropical avec vingt-huit degrés à l'ombre ! Poussière et mouches innombrables ! Excellente nourriture au foyer des Officiers. Ainsi, on nous a servi ce soir du foie de canard au vinaigre pour 0,40 RM accompagné de tomates farcies, de salade de tomates, etc. L'eau étant infectée, on boit de l'eau de Sellz que l'on obtient gratuitement et à volonté (Mattoni). Première vaccination contre le typhus exanihémalique. Photographies pour la carte d'identité du camp.

1.9.1942

J'ai commandé par écrit, à Berlin, une casquette d'officier S.S., un ceinturon et des bretelles. Dans l'après-midi, j'ai assisté à la désinfection d'un bloc pour le débarrasser des poux au moyen d'un gaz, le cyclon B.

2.9.1942

J'ai assisté pour la première fois à une action spéciale à l'extérieur, à trois heures du matin.(4) En comparaison, l'Enfer de Dante m'apparaît presque comme une comédie. Ce n'est pas pour rien qu'Auschwitz est appelé le camp de l'extermination !

3.9.1942

Je suis tombé malade pour la première fois, victime des crises de diarrhée qui affectent tous ceux du camp et qui sont caractérisées par des vomissements et des accès douloureux d'une espèce de colique. N'ayant bu la moindre goutte d'eau, la cause en est ailleurs. Le pain, non plus, ne peut avoir provoqué ces crises car ceux qui ne consomment que du pain blanc (régime) en sont également atteints. Cela tient probablement au climat malsain qui est a la fois continental et tropical très sec, accompagné de masses de poussière et de vermines (mouches)

4.9.1942

Contre les diarrhées : pendant un jour, bouillies et tisanes de menthe ; ensuite régime d'une semaine. De temps en temps, charbon et tanalbine. Amélioration déjà sensible.

5.9.1942

Aujourd'hui, à midi, à une action spéciale à partir du C(amp de) Concentration des) F(emmes) (« Musulmans(5) ») : le comble de l'horreur. L'adjudant Thilo(6) (médecin militaire) avait raison de me dire aujourd'hui que nous nous trouvions ici à l'anus mundi. Le soir, vers huit heures, j'assiste de nouveau à une action spéciale sur des gens en provenance de Hollande(7). A cause de la ration supplémentaire distribuée à de telles occasions, — consistant en un litre et demi d'alcool, cinq cigarettes, cent grammes de saucisse et pain —, les hommes se bousculent pour participer à de telles actions. Je suis de service aujourd'hui et demain (dimanche).

6.9.1942

Aujourd'hui, dimanche, excellent déjeuner : consommé de tomates, un demi-poulet avec pommes de terre et choux rouge (20 grammes de matière grasse), dessert et magnifique glace à la va­nille. Après le repas, souhaits de bienvenue au nouveau médecin de la garnison, le lieutenant Wirths, natif de Waldbröl(8). Il a servi autrefois à Prague sous les ordres du major Fietsch, médecin de régiment. Me voilà donc au camp depuis une semaine, mais je n'ai pas encore réussi à me débarrasser entièrement des puces de ma chambre d'hôtel, malgre les mesures prises contre elles : Flit (Cuprex), etc. J'ai ressenti une impression vivifiante en faisant ma visite de présentation à adjoint du commandant et en lisant au-dessus de son bureau cette grande inscription tracée sur du papier : « Cyclistes, descendez(9) ». D' ailleurs, dans notre bureau de l'infirmerie S.S., on peut aussi lire celle sentence remarquable : si dans le cours de la vie, tu touche mille fois la cible en plein, on le remarquera, on t'approuvera du chef ci on passera. Mais si un jour tu vises à côté, personne ne l'oubliera, pas même le moindre des roquets. Le soir, je suis de nouveau présent a une action spéciale, à l'extérieur'(10).

7.9.1942

Deuxième vaccination contre le typhus exanthématique. Au­jourd'hui temps pluvieux et plus frais.

9.9.1942

Ce matin, mon avocat de Munster, le professeur Hallermann, docteur en droit, me fait part de la nouvelle fort réjouissante que le divorce avec ma femme a été prononcé le 1er de ce mois. Plus tard, dans la matinée, j'ai assisté en qualité de médecin à l'administration de coups de bâton à huit détenus et à une exécution par arme de petit calibre. J'ai obtenu du savon en paillettes et deux morceaux de savon. A midi, devant l'infirmerie S.S., un civil se précipite sur ma bicyclette comme s'il projetait un attentat, court à mes côtés et me prie de lui dire si je ne suis pas le conseiller d'administration Heuner, de Breslau, qui me ressemble d'une manière incroyable. Il ajoute qu'il a été au front avec ce monsieur au cours de la première guerre mondiale. Combien de sosies, ai-je, à vrai dire, de par le monde ? ! Le soir, j'ai assisté à une action spéciale(11) (la quatrième fois(12)).

Je vois de nouveau des couleurs gaies ; le voile noir de ma vie s'est dissipé !

10.9.1942

Le matin, j'ai assisté à une action spéciale (la cinquième fois)(13)

10.9.1942

Aujourd'hui, arrivée au camp du lieulenanl-colonel Lolling(14). Ce n'est qu'au moment de sa présentation que j'ai appris que je remplaçais le capitaine Kitt(15) qui se trouve actuellement en permission de détente dans la région de l'Obersalzberg.

17.9.1942

J'ai commandé à Berlin, au comptoir des vêlements, un manteau toutes saisons d'après les mesures du tailleur : jusqu'à la taille 48, longueur totale 133, mi-dos 22, jusqu'au coude 51, longueur totale de manche 81, largeur dos 107, largeur hanches 124. J'ai joint un bon pour uniforme, c'est-à-dire pour un manteau d'uniforme pour toutes saisons. Aujourd'hui, j'ai visité le camp des femmes de Birkenau en compagnie du docteur Meyer(16).

Lire la suite ici: http://www.npdoc.be/Kremer-J.P/Francais/Kremer-francais.htm
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Message  Jules le Lun 26 Juil 2010, 9:33 pm

Merci pour tout ceci, Phil. Très intéressant.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Message  le ronin le Lun 26 Juil 2010, 11:47 pm

Bonsoir .Très intéressant ? Il n'y a pas de qualificatif devant ces atrocités , non ce qui est intéressant c'est de voir que l'officier médecin en question n'en avait rien à foutre du genre de spectacle auquel il était si souvent convié .Pire, il ne pensait qu'à "bouffer" et se commander des équipements , car apparemment les actions spéciales ne lui faisaient ni chaud ni froid , un boulot comme le boulanger qui fait son pain quoi .Et les prélèvements qu'il pratiquait sur des pseudos patients , cela ne devait pas faire rire non plus .
Merci Phil pour le partage de ce lien .


Amicalement .



Le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Message  Jules le Mar 27 Juil 2010, 8:13 am

le ronin a écrit:Bonsoir .Très intéressant ?

Oui, ça l'est. Non ?
Tout d'abord il y a dans ces écrits ce vice constant de ne pas appeler un chat "un chat" : on parle comme d'habitude d'action spéciales. Ensuite cette curieuse sensation que ces types avaient vraiment perdu tout contact avec la réalité. Ils parlent de leur quotidien comme s'ils étaient vacances. Pour dresser des profils psychologiques, ce genre de journal est "sympa".
Après, évidemment, on pourrait sortir les violons et tartiner pendant des heures sur l'émotion.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de J.P. Kremer à Auschwitz

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum