Staline, continuateur de Lénine ?

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Sam 07 Jan 2012, 2:58 pm

tietie007 a écrit:

Cela vise ceux qui excusent la "Terreur", par le contexte et les circonstances. Ce fut le cas pour la Révolution Française où des historiens comme Matthiez, excusait la terreur révolutionnaire et le robespierrisme (...).

excusent ou expliquent ?

toute notre différence d'approche niche dans cette nuance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Sam 07 Jan 2012, 4:38 pm

Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit:

Cela vise ceux qui excusent la "Terreur", par le contexte et les circonstances. Ce fut le cas pour la Révolution Française où des historiens comme Matthiez, excusait la terreur révolutionnaire et le robespierrisme (...).

excusent ou expliquent ?

toute notre différence d'approche niche dans cette nuance.

Expliquent en excusant ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Sam 07 Jan 2012, 4:49 pm

Le défaut inverse existe : combien de propos sur la Terreur en France ne font aucune mention de la situation militaire au moment considéré ?

Ce n'est tout simplement pas la même chose, de faire des changements politiques, économiques et sociaux en ayant les coudées franches, ou en luttant contre des armées ennemies.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Sam 07 Jan 2012, 4:57 pm

Francois Delpla a écrit:Le défaut inverse existe : combien de propos sur la Terreur en France ne font aucune mention de la situation militaire au moment considéré ?

Ce n'est tout simplement pas la même chose, de faire des changements politiques, économiques et sociaux en ayant les coudées franches, ou en luttant contre des armées ennemies.

On peut aussi s'inventer des ennemis pour justifier la terreur ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Sam 07 Jan 2012, 5:17 pm

tout est possible dans ce domaine, et tout doit être examiné avec rigueur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012, 6:29 am

Il est possible à présent de nous approcher d'une histoire véritable, qui trace son chemin parfois à l'aide de bouquins engagés, mais en sachant les enrôler sous une ferme poigne de chercheur et n'en retenir que ce qu'ils prouvent strictement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Jules le Ven 13 Jan 2012, 1:39 pm

tietie007 a écrit:
On peut aussi s'inventer des ennemis pour justifier la terreur ...

C'est souvent (toujours ?) le cas. Et ensuite ce sont naturellement les amis de ces mêmes ennemis, leur descendance... Y'a ce mot qui revient souvent pour justifier les actes d'une dictature : la prévention et tous ses dérivés.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Mer 18 Jan 2012, 5:39 am

Jules a écrit:
tietie007 a écrit:
On peut aussi s'inventer des ennemis pour justifier la terreur ...

C'est souvent (toujours ?) le cas. Et ensuite ce sont naturellement les amis de ces mêmes ennemis, leur descendance... Y'a ce mot qui revient souvent pour justifier les actes d'une dictature : la prévention et tous ses dérivés.

En l'espèce, c'est la figure du "koulak" suceur de sang qui fut réhabilitée par Lénine, lorsqu'il lança sa guerre contre les campagnes, en juin 1918, alors qu'au sein de la communauté paysanne, les tensions entre paysans n'existaient pas spécialement. Les bolcheviques ont voulu exporter la "lutte des classes" à la campagne, opposant les paysans pauvres à ces fameux koulaks, mais l'opération ne fonctionna pas vraiment bien, car il n'y avait pas les conditions objectives à cette lutte des classes à la campagne. Ce furent des détachements d'ouvriers venant de la ville, qui pratiquèrent une politique de réquisition violente pour forcer le moujik à donner ses surplus de grain, politique désastreuse, comme le reconnut, à demi-mort, Lénine, un peu plus tard, lorsqu'il rétablit la NEP.
Mas la confrontation entre les bolcheviks et le monde paysan était inévitable. Théoriquement, d'un point de vue marxiste orthodoxe, la Russie était impropre à une révolution socialiste, car n'ayant pas accumulée assez de capital, dans sa phase bourgeoise, pour permettre celle-ci. Lénine avait contourné ce "récif"théorique, en s'appuyant sur les populistes russes comme Tchernatchenki et Tkatchev, qui prédisait que la Russie pouvait se passer d'une phase bourgeoise. En soi, Lénine était un syncrétisme entre le marxisme et le populisme russe.
Or, dès les élections pour l'assemblée constituante, en novembre 17, les paysans, malgré le décret sur la Terre des bolcheviks en octobre 17, votent massivement pour les SR, alors que les bolcheviks sont majoritaires dans les villes. Le monde paysan fait donc roi les SR et non les bolcheviks, ce qui annonce des lendemains belliqueux.
La dissolution de la Constituante par les bolcheviks, le 5 janvier 1918, ne sera que le prodrome juridique de la future guerre civile entre le pouvoir bolchevik et la paysannerie. Le conflit était inévitable, économiquement, puisque les paysans ne veulent pas donner gratuitement leur blé aux villes bolcheviks, idéologiquement, car le paysan avec son esprit "petit-bourgeois", attaché à la propriété de la Terre et au commerce libre, ne pouvait que se heurter à un parti qui prônait la fin de ce commerce libre et la collectivisation des Terres.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Mer 18 Jan 2012, 6:13 am

tietie007 a écrit:comme le reconnut, à demi-mort, Lénine

joli lapsus !

pour le reste, attention : tu étais parti sur l'idée que début 1918 la situation était calme et la guerre, civile ou étrangère, n'expliquait rien.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Mer 18 Jan 2012, 6:49 am

Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit:comme le reconnut, à demi-mort, Lénine

joli lapsus !

pour le reste, attention : tu étais parti sur l'idée que début 1918 la situation était calme et la guerre, civile ou étrangère, n'expliquait rien.

Oui, il n'y a pas de guerre civile début 18 ...c'est Lénine qui va la lancer contre le monde paysan après quelques semaines de discussions avec ses homologues du Comité Central ...mais je l'ai déjà dit, il suffit de relire mes posts plus hauts. Mais si vous voyez une guerre civile, début 18, avec des armées blanches constituées, je serais heureux que vous me les décriviez ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Invité le Mer 18 Jan 2012, 10:59 am

tietie007 a écrit: une guerre civile, début 18, avec des armées blanches constituées

personne n'a rien écrit de tel, mais tu nous as, à juste titre, fait comprendre que Lénine s'y attendait, à juste titre également.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Mer 18 Jan 2012, 4:20 pm

Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit: une guerre civile, début 18, avec des armées blanches constituées

personne n'a rien écrit de tel, mais tu nous as, à juste titre, fait comprendre que Lénine s'y attendait, à juste titre également.

Euh non ...J'ai dit que le résultat de la Constituante, à majorité SR et reflétant la majorité paysanne du pays, dissoute début janvier 1918 par les bolcheviks, puisque ceux-ci n'étaient pas majoritaires, annonçait, implicitement, la future confrontation entre les bolcheviks et le monde paysan. Dans la mesure où Lénine enfreignait, lui-même, son décret sur la Terre d'octobre 17, qui précisait que c'était aux comités paysans locaux de mener la réforme agraire en attendant l'élection de l'Assemblée Constituante, la dissolution de cette dernière était déjà un véritable acte de guerre des bolcheviks envers les SR et les paysans. La décision de juin 18, d'attaquer de front le monde paysan par la politique des réquisitions et en créant les Kombedy, instrument de la politique bolchevique dans les campagnes, ne furent que la suite logique de la dissolution de la Constituante, expression du pays profond paysan du pays.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Lun 06 Fév 2012, 5:50 pm

Il faut rajouter que Lénine a toujours été contre un gouvernement de "coalition", avec les autres familles socialistes, que ce soit avec les Mencheviks ou le Socialistes-Révolutionnaires. En septembre 1917, alors qu'il était en exil en |i]Finlande[/i], après les journées de juillet 1917, il adressa plusieurs missives violentes au comité central du parti bolchevik, à Petrograd, pour organiser au plus vite une insurrection armée et prendre le pouvoir, qui tendait les mains aux bolcheviks, le gouvernement provisoire, guidé par Kerenski, étant à l'agonie. Mais cette option n'a pas la préférence de beaucoup de membres du CC, notamment Kamenev et Trotski, qui aimeraient attendre le congrès des soviets le 17 octobre 1917, pour prendre le pouvoir en douceur, les bolcheviks étant majoritaires depuis fin août dans les soviets de Petrograd et de Moscou. Mais d'après Orlando Figes, "La révolution russe, Denoël, 2007, page 588, Lénine ne voulait nullement prendre le pouvoir lors de ce Congrès, qui l'aurait obligé à gouverner avec les autres formations socialistes, d'où son obsession d'une insurrection armée, jusqu'à insulter ses amis bolcheviks en les traitant de "traîtres à la cause prolétarienne". Certes, il composera avec les SR de gauche, après sa prise de pouvoir, mais c'était avant tout une opération tactique pour élargir un peu sa base politique et avoir de l'influence dans les campagnes, terrain de prédilection des SR. Des SR de gauche, qui, de toute façon, seront absorbés par le Parti ou chassés.
Cet épisode de septembre-octobre, montre bien que Lénine voulait tout le pouvoir pour son Parti, conception du pouvoir solitaire et totalitaire.[/justify]
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Dim 12 Fév 2012, 5:45 am

La bureaucratisation du Parti va se développer sous Lénine:
-Un décret du 3 mars 1918, pris par le VSNKh (organisme gérant la planification économique) précise que chaque direction principale est chargée de nommer, dans les entreprises relevant d'elle, un commissaire représentant le gouvernement, et deux directeurs, l'un technique, l'autre administratif. Seules les décisions du directeur administratif pourraient être contestées par les comités d'usines. Quant au directeur technique, il relevait exclusivement de la Direction centrale de l'Industrie. (Bettelheim, Les luttes des classes en URSS, Maspero, 1974, p.134)
Un autre décret du 21 février 1919, organisera une échelle des salaires beaucoup plus variée que prévue, selon les principes d'Octobre. Le salaire minimum sera fixé à 600 roubles et le traitement maximum pour le "personnel administratif hautement qualifié" sera fixée à 3000 roubles, ceci pour la ville de Moscou et ses environs. Ailleurs, selon le contexte local, les salaires minimums peuvent varier. Pour le personnel administratif hautement qualifié, le salaire maximum peut dépasser 3000 roubles. Devant le mécontentement que peut générer ses mesures, Lénine répondra qu'on ne peut "obliger toute une couche sociale à travailler sous le régime de la trique".(Bettelheim, La lutte des classes en URSS, 1917-1923), Maspero, 1974, page 143).
En avril 1919, un décret fixe les traitement des "travailleurs politiques responsables" et décide que les commissaires du Peuple, les membres du VTsIK et quelques hauts fonctionnaires percevront un traitement de 2000 roubles par mois, ce qui correspond à abandonner partiellement le "partmax", c'est à dire la règle selon laquelle les membres du parti ne doivent pas recevoir un salaire supérieur à un salaire ouvrier.(Bettelheim, ibid, p.144)
Le salaire ne comprend pas les avantages en "nature". Par ces mesures, Charles Bettelheim parle de la formation d'une bourgeoisie d'Etat. (Betteilheim, ibid, page 142).

avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Dim 19 Fév 2012, 5:30 pm

tietie007 a écrit:
Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit: une guerre civile, début 18, avec des armées blanches constituées

personne n'a rien écrit de tel, mais tu nous as, à juste titre, fait comprendre que Lénine s'y attendait, à juste titre également.

Euh non ...J'ai dit que le résultat de la Constituante, à majorité SR et reflétant la majorité paysanne du pays, dissoute début janvier 1918 par les bolcheviks, puisque ceux-ci n'étaient pas majoritaires, annonçait, implicitement, la future confrontation entre les bolcheviks et le monde paysan. Dans la mesure où Lénine enfreignait, lui-même, son décret sur la Terre d'octobre 17, qui précisait que c'était aux comités paysans locaux de mener la réforme agraire en attendant l'élection de l'Assemblée Constituante, la dissolution de cette dernière était déjà un véritable acte de guerre des bolcheviks envers les SR et les paysans. La décision de juin 18, d'attaquer de front le monde paysan par la politique des réquisitions et en créant les Kombedy, instrument de la politique bolchevique dans les campagnes, ne furent que la suite logique de la dissolution de la Constituante, expression du pays profond paysan du pays.

Charles Bettelheim dans Les luttes des classes en URSS, Marspero/Seuil, 1974, malgré son jargon marxisant, explique assez bien la confrontation des bolcheviks avec le monde paysan. Dans le décret du 11 juin 1918 qui crée les "comités des paysans pauvres", Lénine veut atteindre deux objectifs :
- un, à court terme, qui est de récupérer rapidement, le surplus de grains que cachent certains paysans aisés, en récompensant le délateur du village, un paysan pauvre, en lui donnant la moitié de la prise et ce, pour ravitailler les villes qui crient famine.
- un autre à moyen/long terme, qui était de "collectiviser" la production agricole russe. Le décret de la Terre d'octobre 1917, avait consacré l'expropriation des grands propriétaires fonciers, de l'Eglise et de l'Etat tsariste, par les paysans, dans le cadre du "mir". Ce "partage noir" des paysans avait commencé d'ailleurs dès février 1917, et s'était répandu après l'accession, en mai 1917, du SR Tchernov au gouvernement. Mais ce partage de la Terre avait crée une foule de petits propriétaires qui cultivaient, individuellement, leurs nouvelles terres, et voulaient librement disposer de leur surplus. Or, comme la production de biens avait drastiquement baissé, en 1918, à cause de la désorganisation économique due à la guerre et à la révolution, il n'y avait rien à échanger contre ce "surplus de grain". Et comme tout acteur économique dans une économie "libérale", les paysans stockèrent leurs grains, attendant des jours meilleurs, laissant les villes à leur pénurie alimentaire grandissante. Lénine veut donc passer à la vitesse supérieure, et transformer le mode de production des campagnes russes, en réunissant les paysans dans des fermes d'Etat.

Cette politique ne sera vite un échec ...puisqu'ayant très peu de relai dans les campagnes russes, les bolcheviks ne pourront pas aisément imposer cette politique à la "communauté villageoise". De plus, si les paysans pauvres existent, ils sont loin d'être majoritaires, le "paysan moyen" étant la norme. A la fin de 1918, cette politique de création de "comités de paysans pauvres" est partiellement abandonnée.

Mais cette politique de lutte des classes à la campagne ré-alimenta la guerre civile, en fournissant de la piétaille paysanne aux armées blanches et vertes.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Jeu 01 Mar 2012, 5:47 pm

Nikolaï Tchernychevski, est un philosophe et un socialiste utopique russe.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nikola%C3%AF_Tchernychevski

Il aura influencé tous les futurs marxistes russes, dont Lénine (cf Lénine de JJ Marie, Balland, 2004, page 34):

"Son frère admirait Tchernychevski, écrivain démocrate et révolutionnaire, arrêté en 1862, après avoir dénoncé la réforme abolissant le servage et spoliant les serfs émancipés, condamnés à 20 ans de bagne puis d'exil après lesquels il rentrera à Sarat, pour y mourir. Que faire ? son roman didactique et allégorique sur l'avènement du socialisme était une des lectures favorites d'Alexandre. Vladimir, qui l'avait lu, à 14 ans, sans intérêt, le relit et dévore pendant des semaines entières ses articles le crayon à la main. Il en fait de longs extraits et des résumés qui couvrent plusieurs cahiers. Que faire ? écrit par l'auteur dans sa prison de Pierre et Paul pendant l'hiver 1862-1863, a enthousiasmé toute une génération de jeunes révolutionnaires. [...] Quand en février 1904, l'éphémère bolchevik Valentinov manifestera son dédain pour Tchernychevski, Lénine se fâchera tout rouge et déclarera inadmissible qu'on trouve Que faire ? primaire et pauvre !
"Tchernychevski est le plus grand et le plus doué des représentants du socialisme avant Marx !"
[...]
Tcherny, dit-il, l'a initié au matérialisme philosophique, à la dialectique hégélienne, lui ouvrant à la compréhension à Marx ...


Le "Que faire" écrit par Lénine, en 1903, est, évidemment, un hommage au "Que faire" de Tchernychevski, roman écrit en 1862-1863, alors qu'il était emprisonné dans la Forteresse Pierre et Paul, à Petersbourg.

Les deux principales idées des populistes, c'est qu'il faut s'appuyer sur la science, pour organiser la société et qu'il existe une spécificité russe, par rapport à l'Europe occidentale, c'est la "communauté villageoise" ou "Mir", autour duquel la nouvelle société socialiste pourrait s'organiser, sans passer par la transition bourgeoise, chère à Marx.

Cette singularité russe, dans la future révolution socialiste, sera fortement critiqué par Plekhanov, le père du marxisme russe, dans "Nos désaccords", en 1885, qui stigmatisera cette spécificité russe, cheval de bataille des populistes, et affirmera que la révolution russe marchera sur les traces du modèle occidental. Il rajouta que miser sur la spécificité de l'organisation rurale russe constituait une dangereuse utopie. On ne peut, écrira-t-il souvent, éviter le capitalisme, éviter la lutte des classes. Et il entrevoit lucidement les périls d'une révolution qui se réclamerait du socialisme et n'en remplirait pas les conditions préalables :

« Ce serait un monstre politique..., un despotisme tsariste repeint aux couleurs communistes". ([i]In Lénine, d'Hélène Carrère d'Encausse, Fayard, 1998, p.74).

Pierre Strouvé, théoricien marxiste qui virera libéral, qui participa à la fondation du PSODR, le Parti ouvrier social démocrate de Russie, à Minsk, en 1898, dans son livre, paru en 1894, "Remarques critiques sur le développement économique de la Russie", stigmatise, encore une fois, la conception populiste de la révolution, et niait à la Russie une spécificité quelconque, par rapport à la future révolution socialiste, qui devrait suivre les canons marxistes de la nécessaire transition bourgeoise.

La pensée léniniste, est donc un mélange entre l'héritage marxiste et la pensée populiste, entre l'influence internationaliste du philosophe allemand et la singularité russe de Tchernychevski et des populistes.
Or, dès avril 1917, alors que Lénine remet le pied sur le sol russe, après 17 ans d'exil, Illitch remet en cause la légitimité du gouvernement provisoire, censée incarner, pour beaucoup de socialistes et de bolcheviks, comme Kamenev, la phase de transition bourgeoise, chère à Marx. Lénine stigmatise ces socialistes comme les SR et les mencheviks, qui sont prêts à soutenir cette phase bourgeoise, prodrome indispensable à une révolution socialiste, selon les canons de la théorie marxiste. D'ailleurs, dans son slogan "Terre et Paix", consacrant, implicitement, le partage des terres à la base, par les paysans, via la "communauté villageoise", qui se retrouvera dans le décret sur la Terre du 26 octobre 1917, Lénine, s'inspire ouvertement des thèses populistes relayées par les Socialistes-Révolutionnaires.
De même, les journées de juillet 1917, puis d'octobre 1917, avec la prise de pouvoir des bolcheviks, et la traduction de cette volonté de Lénine de contrôler tout seul le pouvoir, sans les autres partis socialistes, et sans passer par la transition bourgeoise.
Même si il remettra en cause ce décret sur la Terre, vision populiste et anarchisante de pouvoir à la base, promue par les SR, en exportant la lutte des classes à la campagne, par le décret du 11 juin 1918, instituant le "comité des paysans pauvres", on peut dire que Lénine, en refusant toute coalition avec les autres forces socialistes russes et en appuyant le décret sur la Terre, mettait en avant une conception "russe" de la révolution, annonçant le "socialisme dans un seul pays", de Staline.
De même, le choix de la paix de Brest-Litovsk, de février 1917, dénoncée par Boukharine, qui voulait faire de la guerre "impérialiste", une guerre "révolutionnaire", et acceptée, du bout des lèvres, par un Trotski, qui voulait ne rien signer avec les allemands, fut une décision du seul Lénine, qui voulait sauver, à tout prix, la Révolution russe, fermant définitivement la porte à une possible "guerre révolutionnaire" initiant une révolution "allemande". Ce choix, que l'on peut voir comme uniquement pragmatique, préfigurait aussi le "socialisme dans un seul pays" !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Tricycle1944 le Jeu 29 Mar 2012, 7:47 pm

elgor a écrit:On oublie aussi Trotsky qui, malgré le fait qu'à partir de 1924 il soit dans l'opposition, a puissamment participé à l'écrasement des oppositions et à la créations des outils qui opprimeront le peuple.

Personnellement, je pense que Trotsky était le pire ! Lui, créateur et organisateur de l'Armée Rouge, était pour une "Révolution Mondiale" sans délais, et je n'ose imaginer le monde, même actuel, si Trotsky avait réussi à évincer Staline.......Une longue guerre sans pitié aurait déchiré le monde, au moins l'Europe, seulement quelques années après la fin de la "Grande Guerre" !

Tricycle1944
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 11
Age : 47
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 29/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Ven 30 Mar 2012, 8:46 am

Tricycle1944 a écrit:
elgor a écrit:On oublie aussi Trotsky qui, malgré le fait qu'à partir de 1924 il soit dans l'opposition, a puissamment participé à l'écrasement des oppositions et à la créations des outils qui opprimeront le peuple.

Personnellement, je pense que Trotsky était le pire ! Lui, créateur et organisateur de l'Armée Rouge, était pour une "Révolution Mondiale" sans délais, et je n'ose imaginer le monde, même actuel, si Trotsky avait réussi à évincer Staline.......Une longue guerre sans pitié aurait déchiré le monde, au moins l'Europe, seulement quelques années après la fin de la "Grande Guerre" !

En fait, par effet miroir, Staline a tout simplement appliqué le programme de "travail forcé" préconisé par Trotsky et rejeté par le 9eme congrès du PCUS. Charles Bettelheim, historien marxiste, dans Sa Lutte des classes en URSS, 1917-1923, tome 1, page 344 à 347, évoque la théorie trotskyste de la militarisation du travail. Trotsky compare les ouvriers à des soldats, dont les déserteurs doivent être punis en étant envoyé dans des camps de concentration. Malgré le rejet de sa motion au 9eme congrès du PCUS, en mars-avril 1920, il continuera à promouvoir sa militarisation du travail, avec un discours étonnant, devant le 3eme Congrès des Syndicats, où il fera une apologie de l'esclavage !! (p.347, Bettelheim).
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  elgor le Ven 30 Mar 2012, 9:30 am

Tous les régimes se réclamant du Marxisme-léniinisme, ont ceci en commun, qu'ils ne se sont maintenus que sous la poigne plus ou moins lourde d'un dictateur, plus ou moins sanguinaire. Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler d'ailleurs de Marxisme-Léninisme, mais plutôt de Lénino-trostkisme. Lenine pour le scénario de prise de pouvoir, d'organisation et fonctionnement du parti, donc de l'état, et Trotsky pour la création des outils nécessaires à ce parti (armée Rouge, tchéka et GPU etc). Marx demeurait leur porte Drapeau, mais je ne suis pas sûr qu'il eut été satisfait du résultat.

Staline, Mao, Enver Hodja, et dans une certaine mesure Tito sont les résultat du couple Lénine-Trotsky. Chose "amusante" il y eut la déstalinisation, une certaine déléinisation, Mao demeure officiellement "révéré" en chine, mais le fonctionnement de la chine actuelle n'a rien à voir avec celui du temps de Mao, mais il n'y a jamais eu de déstroskysation ! Je suppose que la mort romanesque de Trotsky lui a donné une sorte de légitimité et on arrive au paradoxe suivant, il n'y a plus, en France du moins, de réels partis Marxistes léninistes, mais plusieurs partis trotskystes dont 2 présenteront des candidats au présidentielles (Lutte Ouvrière et le NPA, qui est quand même issu de la LCR) En plus ces partis trostystes se paient le luxe de se diviser entre pablistes et lambertistes,groupe Barta etc etc ...


Dernière édition par elgor le Ven 30 Mar 2012, 7:00 pm, édité 1 fois
avatar
elgor
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1108
Age : 68
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Date d'inscription : 10/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Tricycle1944 le Ven 30 Mar 2012, 6:55 pm

elgor a écrit:

Staline, Mao, Rnver Hodja, et dans une certaine mesure Tito sont les résultat du couple Lénine-Trotsky. Chose "amusante" il y eut la déstalinisation, une certaine déléinisation, Mao demeure officiellement "révéré" en chine, mais le fonctionnement de la chine actuelle n'a rien à voir avec celui du temps de Mao, mais il n'y a jamais eu de déstroskysation ! Je suppose que la mort romanesque de Trotsky lui a donné une sorte de légitimité et on arrive au paradoxe suivant, il n'y a plus, en France du moins, de réels partis Marxistes léninistes, mais plusieurs partis trotskystes dont 2 présenteront des candidats au présidentielles (Lutte Ouvrière et le NPA, qui est quand même issu de la LCR) En plus ces partis trostystes se paient le luxe de se diviser entre pablistes et lambertistes,groupe Barta etc etc ...

Cela me semble très sensé ! 'Lev' Davidovitch Bronstein, dit "Trotsky"; bien qu'en "voie d'oubli", fut longtemps considéré comme une "icône" du marxisme-léninisme. Son apparence "petit bourgeois pépère à lunettes" et son assassinat en 1940 en ont fait un martyr du stalinisme pour bien des gens qui ne connaissent pas bien l'homme. Issu d'une famille de "moyens" propriétaires terriens, instruit, Trotsky était un idéaliste prêt à tout pour faire aboutir ses rêves. En un sens, on pourraient le comparer à Robespierre ou Saint-Just. Pour l'Humanité, il est heureux qu'il ait échoué !

Tricycle1944
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 11
Age : 47
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 29/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Sam 31 Mar 2012, 4:20 am

elgor a écrit:Tous les régimes se réclamant du Marxisme-léniinisme, ont ceci en commun, qu'ils ne se sont maintenus que sous la poigne plus ou moins lourde d'un dictateur, plus ou moins sanguinaire. Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler d'ailleurs de Marxisme-Léninisme, mais plutôt de Lénino-trostkisme. Lenine pour le scénario de prise de pouvoir, d'organisation et fonctionnement du parti, donc de l'état, et Trotsky pour la création des outils nécessaires à ce parti (armée Rouge, tchéka et GPU etc). Marx demeurait leur porte Drapeau, mais je ne suis pas sûr qu'il eut été satisfait du résultat.

Staline, Mao, Enver Hodja, et dans une certaine mesure Tito sont les résultat du couple Lénine-Trotsky. Chose "amusante" il y eut la déstalinisation, une certaine déléinisation, Mao demeure officiellement "révéré" en chine, mais le fonctionnement de la chine actuelle n'a rien à voir avec celui du temps de Mao, mais il n'y a jamais eu de déstroskysation ! Je suppose que la mort romanesque de Trotsky lui a donné une sorte de légitimité et on arrive au paradoxe suivant, il n'y a plus, en France du moins, de réels partis Marxistes léninistes, mais plusieurs partis trotskystes dont 2 présenteront des candidats au présidentielles (Lutte Ouvrière et le NPA, qui est quand même issu de la LCR) En plus ces partis trostystes se paient le luxe de se diviser entre pablistes et lambertistes,groupe Barta etc etc ...

Je parlerai plutôt de parti léniniste, puisque c'est Lénine, qui dans "Que Faire", en 1902, théorise le rôle "tout puissant" du Parti, nouveau démiurge qui assujetti le réel à ses dogmes. D'ailleurs, la scission de 1903, entre bolchevik et menchevik se fait sur un point d'organisation, et plus particulièrement sur la notion de militant, qui va opposer Lénine et Martov, preuve que pour Illitch, l'organisation du Parti est fondamentale.
Trotsky ne s'est rallié que tardivement à Lénine, puisqu'il a été longtemps menchevik, et a souvent critiqué le côté militaire du parti bolchevik. Mais si il a forgé l'armée rouge, il n'a pas crée la Tcheka, ni l'OGPU, d'ailleurs, qui est une version institutionnalisée de la "provisoire" Tcheka.
Trotsky se distinguera par ses thèses radicales de "militarisation du travail", lors du 9eme congrès du PCUS, en 1920, qui furent rejetées, et que Staline reprendra à son compte, un peu plus tard, comme je l'ai dit dans mon post précédent.
Curieusement, le fait que Trotsky se soit opposé au grand méchant Staline, a paré le grand Léon des oripeaux de la démocratie, martyr de l'anti-stalinisme, après qu'un certain Mercader lui ait planté un pic à glace dans le front, dans le pittoresque quartier de Coyoacan, banlieue résidentielle de Mexico.

http://tietie007.over-blog.com/article-trotsky-le-dernier-empereur-de-coyoacan-69672471.html

Cette mort atroce a paré Trotsky de toutes les vertus politiques, alors que ses thèses étaient tout simplement staliniennes !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Lun 25 Juin 2012, 12:13 pm

tietie007 a écrit:
Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit: une guerre civile, début 18, avec des armées blanches constituées

personne n'a rien écrit de tel, mais tu nous as, à juste titre, fait comprendre que Lénine s'y attendait, à juste titre également.

Euh non ...J'ai dit que le résultat de la Constituante, à majorité SR et reflétant la majorité paysanne du pays, dissoute début janvier 1918 par les bolcheviks, puisque ceux-ci n'étaient pas majoritaires, annonçait, implicitement, la future confrontation entre les bolcheviks et le monde paysan. Dans la mesure où Lénine enfreignait, lui-même, son décret sur la Terre d'octobre 17, qui précisait que c'était aux comités paysans locaux de mener la réforme agraire en attendant l'élection de l'Assemblée Constituante, la dissolution de cette dernière était déjà un véritable acte de guerre des bolcheviks envers les SR et les paysans. La décision de juin 18, d'attaquer de front le monde paysan par la politique des réquisitions et en créant les Kombedy, instrument de la politique bolchevique dans les campagnes, ne furent que la suite logique de la dissolution de la Constituante, expression du pays profond paysan du pays.


D''ailleurs, avant d'exporter la lutte des classes à la campagne, le parti bolchevique, en mai 1918, avait décrété que tous les excédents de grain des paysans étaient propriétaires de l'Etat. Or, comme les paysans n'allaient pas apporter leur surplus sur un plateau, aux bolcheviks, cela entraînera la politique de réquisition violente, par des détachements armés et la création des Kombedy, un mois plus tard, pour faire rendre gorge aux koulaks. Le problème, c'est que l'agriculture russe était quasi-féodale, avec moins de 2 % des paysans qui avaient des salariés (Figes, page 760), avant 1917, chiffre qui baissera après la révolution de février, qui va assister à une gigantesque expropriation des terres par les paysans eux-mêmes. Concrètement, cette figure du Koulak, affameur du peuple, vampire et sangsue, d'après Lénine, n'était qu'une construction de l'esprit, dont l'objectif était de désigner un ennemi à la vindicte des ouvriers des villes, qui crevaient de faim ! Elle était, de toute façon, la suite logique d'une révolution socialiste dans un pays-paysan.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Jeu 26 Juil 2012, 10:59 am

Dans Le passé d'une illusion, (1995),

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pass%C3%A9_d%27une_illusion

François Furet analysait l'extraordinaire pouvoir d'attraction du mythe soviétique, sur des générations de militants dévoués et l'énorme distorsion entre le mythe et la réalité.
En France, le terreau anti-libéral et le mépris du bourgeois ont été idéal pour que se développe le mythe soviétique. Et pour beaucoup d'historiens, Octobre ne faisait que parfaire la révolution française, qui s'était arrêtée avec la réaction thermidorienne.
Avant le conflit mondial, la nature du régime soviétique était pourtant bien connue. Kautsky avait stigmatisé la Terreur rouge ce qui lui avait valu d'être appelé de renégat, par Lénine.

http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1918/11/vl19181110c.htm

Boris Souvarine, ex-militant bolchevik, exclu du Parti en 1924, pour avoir osé critiqué la "bolchevisation" du parti français,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Souvarine

avait écrit une biographie de Staline, dès 1935, pour démonter le régime de terreur stalinien et écrivait régulièrement des articles sur la terreur, comme Cauchemar en URSS, en 1937 :

http://atheles.org/lyber_pdf/lyber_373.pdf

André Gide avait écrit un Retour d'URSS accusateur, en 1937,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Retour_de_l%27URSS

ouvrage qui fit grand bruit .

On ne peut pas oublier, aussi, le témoignage d'Anton Ciliga, emprisonné en URSS, qui eut la chance d'être expulsé, pour écrire Au pays du grand mensonge, en 1938.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ante_Ciliga

Donc les informations sur la nature totalitaire et tyrannique du pouvoir de Staline étaient bien connues, en Occident, et cela, dès les années 30. Alors pourquoi cet aveuglement ?

Furet l'explique par l'instrumentalisation de l'antifascisme, qui a donné un nouveau souffle au stalinisme. Dans un contexte de montée des fascismes, l'URSS apparaissait comme le seul pays capable de s'opposer aux dictateurs fascistes et fut d'ailleurs le seul pays qui s'investit, militairement parlant, dans la guerre civile espagnole, avec les mythiques brigades internationales. On sait très bien aujourd'hui, que l'aide soviétique à la république espagnole, s'apparenta au "baiser de la mort", avec les sbires du NKVD qui firent des tombereaux de victimes, dans les rangs anarchistes et socialistes hétérodoxes. Un livre comme Hommage à la Catalogne, de George Orwell, sorti en 1938 et stigmatisant le rôle des staliniens, était pourtant resté inaperçu.
D'ailleurs, tous les républicains espagnols qui se réfugièrent en URSS partirent tout droit au Goulag, comme un des voisins de mes grands-parents marseillais, José Veintimilla :

http://tietie007.over-blog.com/article-e-62310298.html

La parenthèse du pacte germano-soviétique, si elle fut un traumatisme pour certains, je pense à Paul Nizan, l'auteur des "Chiens de garde", qui démissionna du Parti communiste français, en 1939, et fut tué lors de la bataille de France, fut totalement éclipsée par le gigantesque conflit germano-soviétique, qui fit de l'armée rouge le vecteur héroïque de la lutte à mort contre le nazisme et dont la victoire finale consacra, jusqu'en 1956, la nature bienveillante du stalinisme. Cette victoire contre la tyrannie nazie éclipsera la tyrannie stalinienne, et portera au zénith la gloire de l'URSS. C'est d'ailleurs dans cet après-guerre que de nombreux intellectuels rejoindront les rangs des communistes, comme le jeune François Furet, en 1949.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Sam 28 Juil 2012, 11:33 am

Le PCUS avant la seconde guerre mondiale:

http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t2414-le-pcus-et-la-societe-sovietique-a-la-veille-de-la-guerre

On notera que Staline a fait la chasse aux "vieux bolcheviks", surtout après le Congrès des vainqueurs, en 1934, où c'est Kirov qui avait été ovationné par les délégués présents, alors que Staline avait été rayé par plus de 200 délégués, lors du vote final, un véritable camouflet pour le "Petit Père des Peuples". Tous les délégués de ce Congrès seront massivement purgés, par la suite. Toujours ce problème de légitimité chez Staline, qui le pousse à voir des concurrents de partout, ce qui ne sera jamais le cas de Lénine, qui a toujours été le "primus inter pares".
En sacrifiant la vieille garde bolchevique, qui avait encore un peu d'esprit critique, le géorgien s'attachera définitivement ces nouveaux bureaucrates, qui n'ont pas été des acteurs d'Octobre, et qui ne devront leur ascension qu'à Staline.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  tietie007 le Dim 29 Juil 2012, 12:41 pm

Les bolcheviks avaient toujours perçu les paysans russes comme une classe obscurantiste, réactionnaire et repliée sur la "communauté villageoise" ou Mir, rétive à toute autorité venant de l'extérieur. Lénine puis Staline, savaient pertinemment que cet "océan paysan", par son inertie, menaçait la révolution.


1°) Lénine, de la guerre aux paysans à la NEP.

Or, dès le début de la guerre civile, le "décret sur la Terre" édicté par Lénine, du 25 octobre 1917

http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1917/10/2-co-so/vil19171025-04.htm

ne faisait que consacrer une réalité du monde paysan russe, qui avec son "partage noir", avait déjà fait sa réforme agraire, en chassant les grands propriétaires terriens, pour se partager la terre sous la férule de la "communauté villageoise". Cette mesure léniniste était purement opportuniste, puisqu'il fallait se rallier cette paysannerie pour pérenniser le régime.
Mais dès le début janvier 1918, la dissolution de l'Assemblée Constituante était déjà un acte de guerre, face à ce monde paysan qui avait voté majoritairement pour les Socialistes-Révolutionnaires.
Rapidement, les villes furent coupées du ravitaillement, les citadins crevant de faim. Car les paysans moyens, qui peuplaient alors la vaste Russie, ne voulaient pas vendre leur surplus de grain contre rien. C'est de là que vient l'idée de Lénine de lancer la "lutte des classes" à la campagne, en créant, le 11 juin 1918, les Kombedy, assemblées de paysans pauvres qui devaient combattre les koulaks (paysans aisés) et les désigner à la vindicte des brigades de réquisition, unités armées au recrutement incertain, qui devaient, par la force, récupérer le surplus de grains chez les koulaks ...et qui, en général, pillaient et massacraient.
Cet "Octobre paysan", comme l'avait qualifié Lénine, en Novembre 1918, fut un vrai désastre pour l'agriculture russe et alimenta la guerre civile, d'après Orlando Figes. En terme de réquisition de blé, la coercition n'eut aucun effet, à part de déstabiliser complètement le cycle de la production et les méthodes violentes des brigades de réquisition alimentèrent
les armées vertes et blanches. Car avant juin 1918, la résistance au régime bolchevique était très faible et restait concentrée dans le Don (le cas finlandais étant particulier) où l'armée des Volontaires était à l'agonie, après sa campagne des glaces.
L'historien marxiste Charles Bettelheim, dans sa Lutte des classes en URSS, (Maspero, 1974), déclarait que cette lutte des classes à la campagne avait été un échec, car la majorité des moujiks étaient des paysans "moyens" et non des koulaks. Même Lénine, fin 1918, mit fin, de manière implicite, à cette politique, constatant son échec. Puisque peu de paysans avaient rejoints les fermes collectives.
Le Xe Congrès du PCUS, en mars 1921, consacra la fin du communisme de guerre et le début de la NEP. Cette nouvelle politique économique avait pour but d'oxygéner l'économie russe, en la libéralisant :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_politique_%C3%A9conomique

Mais l'antagonisme entre les villes et les campagnes, entre les bolcheviks et le monde paysan ne disparut pas pour autant. Il y avait très peu de cellules du Parti, dans les campagnes, et la NEP, en permettant aux paysans de produire à leur guise, et donc de s'enrichir, allait exacerber cet antagonisme qui allait éclater à la fin des années 20.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Staline, continuateur de Lénine ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum