les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mar 01 Mar 2011, 2:50 pm

salut
j'ai décidé de mettre en commun, ce que je sais sur les canadiens pendant la seconde guerre mondiale
je n'ai pas vu de post qui parle de beaucoup de leur bataille, alors je me suis dit que ca allait apporter quelque chose en plus
je suis désolé si il y a un post déjà semblabe qui existe (je n'en ai pas vu!)

dans ce "grand exposé" je vais surtout aborder les batailles terrestres (c'est ce qui m'a le plus intérressé) qui ont eu lieu avec les canadiens et les forces enemis
ils sera diviser en trois parties:
1)la guerre ne fait que de commencer
2)le début de la fin
3)la victoire a un prix
bon, maintanant que je vous ai tout dis, je vais commancer:

partie 1:La guerre va être longue


Chapitre 1: déclaration de guerre
Le 10 septembre 1939, pour montrer une certaine indépendance vis à vis des Anglais (meme si le pays est toujours un dominion britannique), le Canada déclara lui meme la guerre à l'Allemagne.
Comme tout pays qui déclare la guerre il accroit son industrie de guerre, mobilise toutes les resources et incite les citoyen à l'effort de guerre.
quelques affiches canadiennes incitant à participer à l'effort de guerre:




photos tirées de:
http://www.google.com/imgres?imgurl=http://ve.torontopubliclibrary.ca/cog/images/letsgo.jpg&imgrefurl=http://ve.torontopubliclibrary.ca/cog/intro_letsgo.htm&usg=__gNsNk20m-fv75lx6dlw3dwVQZGI=&h=500&w=333&sz=58&hl=fr&start=1&zoom=1&um=1&itbs=1&tbnid=lwnXPHfuXzRp7M:&tbnh=130&tbnw=87&prev=/images%3Fq%3Dlet%2527s%2Bgo%2Bcanada%26um%3D1%26hl%3Dfr%26tbs%3Disch:1&ei=UexsTaiIAoKclgeLoKy_BA

Malheureusement, l'entre deux guerre à été signe de repos pour les forces militaires canadiennes.
Les entrainements sont presques inexistants, les tactiques sont totalement obseletes et le matériel et dépassé.
Ce relachement aura de graves conséquence qui, comme nous le verons plus tard, causera de nombreuses pertes chez les canadiens meme dans les dernières années de la guerre.
Des chars FT 17 qui sont toujours dans l'armée canadienne, malgré leur faible blindage et leur canon peu puissant:


Un hydravion canadien, lui aussi démodé, mais toujours éfficace, il continuera de faire des patrouilles cotières le long de la grande bretagne jusqu'en 1944:


photo tirées de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-lon-f.htm#null

quand à la marine, elle a aussi souffert de l'entre deux guerre,ce qui ne l'empêche pas de livrer des marchandises en Grande Bretagne jusqu'à la fin de la guerre, de combattre les sous marin dans l'atlantique et dans les mers de St Laurent.
Une corvette en construction dans un chantier naval au Québec:

Un convoi de navire marchand au port de halifax en avril 1941:

une flotille de corvette de construction canadienne se dirigent vers Halifax en mai 1941:

la corvette NCSM Baddeck en 1942:

la corvette NCSM Moose Jaw en juin 1942 dans le port de halifax.


Pour ce qui est de l'infanterie, les soldats sont mal entrainés et inexpérimentés, il ne faut pas oublier qu'il n'y a que deux sorte de fantassin dans l'infanterie:
_les volontaires, que le pays peu envoyer en outre mer
_les soldats appellés par la loi, mais il ne sont pas obligés d'aller en outre mer
malheureusement, le nombre de volontaires étant trop peu important, le gouvernement opta pour un référendum en novembre 1942 pour pouvoir envoyer des soldats non volontaire en outre mer, la nouvelle loi finit par être acceptée, ce qui va agrandir de beaucoup les rangs canadiens.
Pendant la drole de guerre, le canada envoya plusieur division d'infanterie en Angleterre, dont la 1ère divion, qui fut ensuite redéplace en france, employé dans le corp expéditionnaire britannique, ils servaient à "boucher les trou", c'est à dire, boucher le trou entre la ligne maginot et la manche.
Ils ne verront pas le feu pour beaucoup et seront évacués avant le désastre de la campagne de france.
des soldats de la 1ère division d'infanterie à Halifax en décembre 1939:

des hommes du british columbia regiment en Angleterre en 1940:


c'est la fin de ce premier chapitre, la suite plus tard...


Dernière édition par jeremy91200 le Mer 02 Mar 2011, 6:48 pm, édité 1 fois
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Mar 01 Mar 2011, 6:08 pm

Bonjour jeremy,

le sujet auquel tu t'intéresse est également une de mes passions, c'est à dire l'histoire et la participation de mon pays à la Seconde Guerre. Je lirais donc avec attention ton texte,
et, si tu me le permets, ferais quelques rajouts si nécessaire.

Cordialement Wink
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mar 01 Mar 2011, 6:37 pm

je serais ravi que tu mette tes rajouts, il n'y a pas de souci, plus d'info on aura, mieux ca sera!
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mar 01 Mar 2011, 11:51 pm

Chapitre 2: Hong Kong, première défaite

Deux régiment était présent sur l'ile de Hong Kong en 1941 pour agrandir la garnison britannnique qui était petite:
_les Winnepeg Grenadiers, formé le 1 avril 1908
_les Royal Rifles of Canada,formé en 1862
les deux régiments arrivent 6 semaines avant l'attaque japonaise, mais les soldats sont peu entrainés et n'ont pas d'expérience.
des soldats canadiens arrivent dans l'ile:

photo tiré de:
http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Hong_Kong
les Royal Rifles of Canada à Hong Kong le 16 novembre 1941:

tiré de:
http://www.canadiansoldiers.com/history/campaigns/waragainstjapan/waragainstjapan.htm

La bataille commence le 8 décembre 1941, 8 heures après l'attaque de Pearl Harbor, à 8 heures du matin (heure locale)
C'est la 38 division japonaise qui attaque la ville, contrairement au défenceurs britanniques et volontaire, les japonais ont gagné de l'expérience lors de la guerre sino japonaise.
Les japonais ont la totale supériorité des airs, car les 5 aérodrome situé aux environs de Hong Kong ont été soignesement attaqués.
La ligne de fortification, pourtant surnomée la "ligne Maginot orientale" va tomber le 10 décembre, après deux jours de combats, car les soldats et l'armement de la forterresse était trop peu nombreux pour arrêter les japonais.
Suite à la chute de cette ligne, Hong Kong tombe aux mains des japonais, sauf l'ile, qui est toutjours occupée par les troupes britanniques et canadiennes.

la défence de l'ile est composée de 2 brigades:
_la west brigade (brigade de l'ouest)
_et la east brigade (brigade de l'est)
les canadiens eux, se trouvent entre les deux brigades
le 15 decembre, un bombardement aérien et un barrage d'artillerie doivent écrasser les positions des alliés sur l'ile
dans la nuit du 18 decembre, les japonais débarquent dans le nord est de l'ile:
le 230ème régiment d'infanterie japonais débarque à l'ouest du dispositif, le 228ème régiment débarque au centre et le 22çème débarque à l'est.
les japonais avancent vite
les premières atrocités arrivent quand 20 soldats de la Sai Wan Battery sont tués après s'être rendus

la première unité canadienne à voir l'action fut la compagnie C des Royal rifles of canada
au moment de l'attaque, ils étaient situés juste en face de la zone de débarquement, pendant les premières heures de la bataille, ils vont faire plusieurs contre attaques pour essayer de déloger l'ennemi, mais rien n'y fait, les japonais avancent toujours
l'est de l'ile est rapidement capturés, les troupes britanniques et canadiennes cedent du terrain
du coté est, 5/7 Rajput (battaillon indien) ainsi qu'une batterie d'artillerie sont décimés
du coté ouest, la compagnie A des Winnipeg Grenadiers est encerclé sur le mont butler, le sergent major John Osborne gagnera la victoria cross suite à ses actions sur cette montagne
toujours du coté ouest, les japonais atteingnent le cartier général de la West brigade à 10 H le 19 decembre, celui ci se situe a Wong Nei Chon Gap
la D compagnie des winnepeg grenadiers arrive à tenir sa position en tuant à peu près 200 soldats japonais
au soir du 19 décembre, l'ile est coupée en 2:
_la partie ouest, ou sont les soldats du Winnipeg Grenadier
_la partie sud, ou sont les restes des soldats du Royal Rifles of canada

le 20 décembre, le Royal Rifles of Canada tente de rejoindre le groupe ouest en contre attaquant, mais ils n'y arrivent pas et seront forcés de céder du terrain, leur situation est désastreuse: il n'y a plus de nourriture chaude, les munitions commencent à manquer, et le plus important, les soldats ont sommeil, depui le début de l'attaque, ils ont eut très peu de repos et on du mal à rester éveillé
une autre attaque est menée sur Repulse Bay, ils réussissent à prendre hotel mais ne peuvent aller plus loin
les japonais arrivent finalement à encerclé une unité qui été restée dans l'hotel, les japonais contre attaquèrent avec des chars
à la fin de la journée, malgré les contre attaques canadiennes, les japonais continuent d'avancer
pendant la nuit du 21 décembre, une unité qui ce trouvait encerclée à l'hotel parvint à franchir les lignes enemis et à regagner le groupe de l'ouest suite à une marche très longue
Le 22, c'est au tour de la Sugar Loaf Hill de tomber aux main des japonais, mais les Royal Rifles of Canada vont la reprendre le lendemain avant d'être définitivement chassé, pendant ce temps le mont stanley est lui aussi tombé aux mains des japonais
le 24, les royal rifles sont mis en repos après de violentes contre attaque contre stanley

sur la partie ouest, la situation n'est guère mieux
les winnipeg grenadier, conformément aux ordre tiennent le mont cameron malgré les attaques aériennes et le pilonnage constant des mortiers
la montagne sera finalement prise par les japonais dans la nuit du 22 au 23, avec de lourdes pertes dans les deux camp
jusqu'au 25 décembre, les canadien vont tenir une ligne de défence entre l'ouest du mont cameron et la colline bennet

le 25, les troupes donnent leur rédition aux japonais, ce jour fut appellé "noel noir" par les troupes et les civils présents sur l'ile
les canadiens encore vivant vont être envoyés dans des camps dont un grand nombre n'en reviendront pas
pour ceux qui survivront à toutes ces épreuves, ils ne rentreront pas chez eux avant la fin de la guerre
les pertes pour les 2 camps sont élevées:
sur les 14000 soldats, 2113 sont mort ou porté disparu et 2300 sont blessés pour les alliés, le reste sont des prisonniers
sur les 52000 soldats, 1996 sont morts et 6000 sont blessés pour les japonais
4000 civils sont mort et 3000 sont sévérement touchés

des soldats canadiens avec une bren gun sur l'ile d'Hong Kong:

photo tiré de:
http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Hong_Kong
une carte montrant l'avancée des troupes japonaises et le divisement des troupes alliées:

une photo montrant des prisonnier survivant de la bataille dHong Kong:

carte et photo tirées de:
http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.canadiansoldiers.com%2F&anno=2
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  Stonne le Mer 02 Mar 2011, 5:33 pm

Très bon article pouce gri pouce gri pouce gri
mais je pense qu'il serait mieux dans la partie "Alliés" car les canadiens ont combattu en afrique et comme tu le dit, à Hong-Kong, donc c'est pas vraiment le front Ouest. Qu'en dis tu ?
avatar
Stonne
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 775
Age : 21
Localisation : Vourey ( vers Grenoble ), Isère
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  Yeoman 35 le Mer 02 Mar 2011, 6:21 pm


Je pense exactement comme Stonne.

Très bon article sur une bataille complètement méconnue chez nous. Mais c'est vrai qu'il aurait davantage sa place dans 'Alliés'.

Mais on attend la suite...
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mer 02 Mar 2011, 6:45 pm

je suis désolé pour l'avoir mal placé, je suis d'accord avec vous, je n'y avait pas pensé
donc si un modo peut le déplacer, ca serait sympa
je trouve aussi que beaucoup de batailles faite par les canadiens et autres pay s"oublié" (pologne, australie, nouvelle zélande...) sont des batailles méconnues de nos jours, mais j'ai décidé de faire partager tout ce que je connais sur l'histoire militaire du canada pendant la seconde guerre mondiale
et vous verrez qu'à la fin ,ils s'en sont pris plein la tronche pour nous libérer du joug nazi
je pense que nous leur devons au moin ca: se rappeller de leur actes!
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Mer 02 Mar 2011, 8:44 pm

Bonjour,

jeremy91200 a écrit:et vous verrez qu'à la fin ,ils s'en sont pris plein la tronche pour nous libérer du joug nazi

Ça, je confirme...

Sinon pour Hong Kong, il y le témoignage très intéressant d'un soldat canadiens-français des Royal Rifles à Hong Kong qui raconte à la fois les combats et sa captivité dans un des livres de Sébastien Vincent, Ils ont écris la guerre, surement disponible en France. pouce

jeremy91200 a écrit:je pense que nous leur devons au moin ca: se rappeller de leur actes!

Comme dit dans mon précédent message, je trouve ton travail très viable. Personnellement, et pas juste parce que je suis moi-même canadien, je trouve que le Canada est un grand oublié de la Seconde Guerre mondiale. Effectivement, sur 11 millions d'habitants, plus d'un million s'engagea dans l'armée, c'est à dire près de 9% de la population. De ce nombre, on compte environ 95 milles pertes (10%), dont 45 milles mort, ce qui n'est pas négligeable... Les États-Unies ont également mobilisé 9% de leur population, mais non perdu "que" 3% (sans les blessés) de ceux-ci. De plus le Canada est, comme tu l'a expliqué, rentré en guerre dès 1939, à participer à Hong Kong, Dieppe, la Sicile, l'Italie, le débarquement, la bataille de Normandie, la hollande et la Belgique, l'Allemagne. 5000 canadiens se sont battus sous équipement et uniforme américain dans le Pacific, beaucoup ont fait la bataille d’Angleterre. En 1939 le Canada n'avait pratiquement pas d'armée, elle s'est pourtant développer une force blindé. Falaise, l’Escaut...et sans les canadiens, qui auraient pris cette place. La bataille de l’Atlantique fut pratiquement gagner grâce au Canada, lorsqu'en 1941-42 les États-Unies ne s'intéressait qu'au Pacific et que l’Angleterre n'avait plus assez de navire pour protéger la métropole, la méditérrannée et l'asie du sud-est, la marine du Canada qui comme tu le dit n'avais qu'une force dérisoire au début du conflit pour terminer avec la 4e (?) au monde à prit le relais, protégeant convoie et navire. Ceci sans compter le bataillon parachutiste canadien, et les nombreux agents secrets francophones disséminés sur le territoire français...Bref à mon sens je crois que mon pays à fait le maximum de ce qu'il pouvait faire à ce moment.

Cordialement Wink
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mer 02 Mar 2011, 9:27 pm

ce que je trouve le plus nul pour eux, c'est que de nos jours ont parle que des américains...
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  ranger le Mer 02 Mar 2011, 9:34 pm

jeremy91200 a écrit:ce que je trouve le plus nul pour eux, c'est que de nos jours ont parle que des américains...

C'est influence des médias... pouce ba gri
avatar
ranger
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 304
Age : 23
Localisation : loin (Canada)
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mer 02 Mar 2011, 9:39 pm

et oui, d'ailleur ca m'a beaucoup embété, car pour trouver des infos sur les canadiens... bonjour
surtout sur le 1er bataillon de para pendant la bataille des ardennes, dè qu'il y a le mot ardennes: américain...
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Mer 02 Mar 2011, 10:07 pm

Bonjour,

il y a aussi le fait que le Canada lui-même ne fait pas beaucoup pour être reconnu, en fait peu de pays le font, perso des Band of brothers avec le Régiment de la chaudière ou les FMR je verrais très bien... ranger à raison, les médias y sont pour beaucoup...

Cordialement Wink
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  ranger le Mer 02 Mar 2011, 10:36 pm

Bonjour,

En même temps au Canada on a pas Hollywood. Si les US déciderait de faire une série sur le R22R, cela risquerait de ne pas bien se vendre chez eux mais plutôt bien au Canada. Le problème c'est qu'ils sont 9 fois plus que nous les Canadiens, donc si il veulent faire du profit il faut qu'il cible le marché américain. Un film sur le royal 22 régiment en Normandie de vendrait moins bien au USA qu'il film sur les Marines qui ont combattu sur une île microscopique dans le Pacifique que personne ne connaissait avant. Par exemple en Russie, le débarquement de Normandie ne veut pas dire grand chose, mais l'offensive russe de l'été 1944 est très importante. C'est ce qui touche les gens du pays qui est payant. Ce que l'on connait du conflit c'est ce que les médias veulent bien nous diffuser, donc ce qui est susceptible d'intéresser le publique et de faire entrer l'argent.

Ranger
avatar
ranger
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 304
Age : 23
Localisation : loin (Canada)
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Mer 02 Mar 2011, 11:42 pm

je suis bien d'accord avec vous
voila le troisième et dernier chapitre de cette partie:
chapitre 3: le raid de dieppe

Le débarquement de Dieppe fut assigné à la 2ème division d'infanterie canadienne, les unités qui ont participées aux combats sont:
_la 4e Brigade d'infanterie
_ Royal Regiment of Canada
_ Royal Hamilton Light Infantry
_ Essex Scottish Regiment
_la 6e Brigade d'infanterie
_ Fusiliers Mont-Royal
_ Queens Own Cameron Highlanders of Canada
_ South Saskatchewan Regiment
_la 5e Brigade d'infanterie
_ Trois pelotons des Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada
_ Calgary Highlanders
_Toronto Scottish Regiment (mitrailleuses)
_ 14e Régiment blindé (Calgary Regiment)
_ Détachement du 3e Régiment de DCA légère
_ Détachement du 4e Régiment de campagne
de plus, des unités du génie, des transmission de l'intendance et de la santé sont présent

le secteur de débarquement est divisé en 4 plage pour les canadiens et 4 autres plages pour les commandos britanniques (n° 3 et 4 commandos)
en face de Pourville, c'est le secteur de green beach
l'attaque est menée par les hommes du south saskatchewan regiment et du Queens Own Cameron Highlanders of Canada
en face de dieppe, la plge est divisée en 2 secteurs:
white beach à l'ouest et red beach à l'est
l'assaut de ces 2 secteurs est méné par les hommes du Royal Hamilton Light Infantry, de l'Essex Scottish Regiment, Fusiliers Mont-Royal et du 14e Régiment blindé (Calgary Regiment)
des éléments du Royal Marine commando A participe à l'attaque de ce secteur
en face de Puys, c'est le secteur de blue beach, attaqué par le Royal Regiment of Canada

pour les commandos, le n°4 commando débarque à l'ouest des troupes canadiennes, en face vasterival sur les plages de orange beach II à l'ouest et orange beach I à l'est, ils doivent attaquer la batterie cotière "Hess"
le n°3 commando débarque à l'est des troupes canadiennes sur les secteurs de yellow beach II à l'ouest et yellow beach I à l'est, ils doivent s'emparer de la batterie Goebbels
des bateaux de la flotte préparée pour l'opération Jubilee:

des embarcations pendant l'opération, remarquez l'écran de fumée qui sert à les dissimuler:

photos tirées de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-die-f.htm#null

L'attaque est prévue le 19 aout aux environs de 5 heures du matin, nom de code: Jubilee

Le débarquement commence par l'assaut du commando n°4 qui attaque et détruit les 6 canons de 150mm de la batterie "Hess", ils suivent le plan prévu et se retir à 7h30
à 4h52, les barges de débarquements du South Saskatchewan Regiment ouvre leur rampe, les allemands sont surpris et les canadiens ont le temps de débarquer avant le début des tirs
le problème pour le régiment, c'est que les barges ont déviées et le régiment débarque à l'ouest de la rivière Scie, alors que leur objectif, des hauteurs stratégiques, se situent à l'est de la rivière, les hommes du régiment doivent donc emprunter le pont du village voisin pour passer de l'autre coté.
Mais le feu nourri des allemands qui se trouve autour du pont empêche toute avancée et beaucoups d'hommes sont tués, le lieutenant-colonel Merritt commandant du régiment, dit à ses hommes en lancant l'assaut:"L'assaut reprend de plus belle, mais il n'y a rien à faire".
Les South Saskatchewan Regiment et les Queens Own Cameron Highlanders of Canada n'atteindront pas leur objectif à la fin de l'assaut.
Les soldats ne pouvant remplir leur objectifs et après plusieurs heures de combats, commencent à rembarquer, le lieutenant-colonel Merritt commande une arrière garde qui couvre le réembarquement, mais ce groupe ainsi que son chef ne peurent repartir avec leurs camarades, Merritt, suite à cet acte de bravoure, aura la victoria cross

le n°3 commando, rencontre de gros probleme:les embarcations rencontre d'autres bateaux enemis, seulement 7 des 23 péniches s'en sortent, les tirs ont aussi réveillé l'attention de la batterie Goebbels qui se met à faire feu, ce n'est qu'une suel péniche qui arrive à passer inappercue, les 17 commandos et les 3 officiers débarquent de celle ci et approchent de la batterie discrètement.malheureusement, ils ne peuvent pas attaquer le batterie, mais grace à leur tir soutenu qui dura 1h30, ils purent empécher les artilleur d'actionner leurs pièces.

Le Royal Regiment of Canada et les Trois pelotons des Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada ainsi que des éléments de l'artillerie connaissent une malchance qui sera très couteuse en vie.Les péniche arrivent désorganisée et en retard de 20 minutes sur la plage, le tir des mirailleuse allemands force les canadiens à se protéger derrière la digue et les empêche d'avancer, la plupart des embarcations sont détruites, les soldats seront obligés de se rendre à la suite de ce carnage. Sur 556 soldats et officiers qui ont débarqués sur la plage, à peu près 300 sont mort et 264 sont fait prisonniers, dont beaucoup d'entre eux sont bléssés.

L'attaque sur red beach et white beach est précédé par un bombardement naval et aérien.L'Essex Scottish Regiment et le Royal Hamilton Light Infantry débarquent entre 5h et 5h23, ils débarquent devant une zone parssemés d'obstacles antichar, de plus, les chars du Calgary Regiment sont en retard, les hommes doivent attaquer sans support de tank et d'artillerie. Les embarcations sont pour beaucoup, détruites, des pelotons entier sont détruit avant d'avoir touché le sol. Des troupes de l'Essex Scottish réussissent à se faufiller dans la ville et combattent vaillament, mais ils ne peuvent atteindre leurs objectifs qui sont trops loins.
Pendant ce temps, les 29 char du 14ème régiment blindé débarquent depuis des LCT 5, mais 2 tombe en eau profonde et sont inutilisable. Sur les 27 restant, 15 arrivent à l'entréé de la ville, mais l'absence des sapeur ne permet pas la destruction des obstacles antichar, les chars retournent donc sur la plage pour appuyer les fantassins, ils se feront tous détruirent jusqu'au réembarquement des troupes, les membres d'équipages encore vivant seront tous capturés.

Sur le HMS Calpe, le major-général Roberts commandant des forces terrestres et le capitaine John Hugues-Hallet commandant des forces navales, n'ont pas d'information très précise sur la situation. Le major-général Roberts, suite à un message confirmant l'entrée dans la ville de l'Essex Scottish, décide d'envoyer les Fusiliers Mont-Royal (jusque la mis en réserve) pour exploiter la "percé". Les hommes du régiment des Fusiliers Mont-Royal embarquent à 7h dans 26 embarcations, pendant qu'ils s'approchent de la plage, les allemands concentrent leurs tirs de mitrailleuses et de mortier sur eux, de nombreux hommes sont tués en descendant des barges, le régiment est presque décimé, seul une infime partie va réussir à rejoindre les premières maisons.

« Le second bateau avait tout juste effleuré la plage que je bondissais pour suivre les sapeurs à travers les barbelés. Mon objectif immédiat était une casemate de béton située en haut d'un parapet de 12 pieds, environ 100 mètres plus loin sur la plage. Je pense que j'avais fait trois pas quand le premier coup m'a touché. On dit qu'une balle ou une pièce de shrapnel vous touche, mais ce n'est pas le bon mot. Ils vous frappent aussi violemment qu'une massue vous frapperait. Il n'y a pas de douleur aiguë en premier. Ils vous ébranlent tellement que vous n'êtes pas sûr d'avoir été frappé, ou par quoi vous l'avez été. »
- Lt-Col Dollard Ménard, Fusiliers Mont-Royal
texte tiré de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-die-f.htm#null

à 9h, les deux commandants comprennent que la situation est désatreuse: les allemands ont toujours les hauteurs et peuvent pilonner et mitrailler les positions canadiennes, les pertes sont lourdes pour les alliés. Les troupes sur le plages recoivent l'ordre d'évacuer celle ci à 11h. Un réembarquement est fait dasn un désordre total, le chaos reigne et les pauvres soldats sont mitrailler sans pitié, à 12h20, il est impossible de s'approcher de la plage pour les navire, le HMS calpe tente une dernière fois de sauver des soldats avec l'aide de 2 embarcation vers 12h48, il met ensuite le cap vers l'angleterre.
des véhicules abandonnés sur les plages de dieppe, remarquez les falaise en arrière plan, c'est de la que tirait les allemands:





photos tirées de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-die-f.htm#null
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9barquement_de_Dieppe

le raid est terminé, après 9 heures de combats intenses, 3367 hommes dont 2752 canadiens sont morts ou fait prisonniers.
Cette opération est un vrai désastre, mais elle apprendra certaines lecon aux alliées pour les futurs débarquements:
_les troupes doivent êtres mieux entrainées, ce qui était le cas pour toutes les troupes canadiennes aux moment de l'assaut, leur batême du feu à était très chaud
_éviter les grands port, trop bien défendu
_éviter les plages en galets, car ceux ci se coincent dans les chenilles et les casse, ce qui immobilise les chars, de plus, beaucoups de canadiens vont etre bléssés ou tués par des éclats de galet qui ont été projeté par des tirs de mortiers
_améliorer les communication, car aux moment du débarquement, celles ci étaient très mauvises entre le commandement et les troupes sur la plage
_utiliser un support aérien et/ou naval, ce qui n'était pas le cas à dieppe
_trouver une solution pour détruire les obstacles antichars qui gènent considérablement la progression des chars
des prisonniers canadiens sont embarqué pour aller vers dans des camps:


photos tirées de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-die-f.htm#null
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9barquement_de_Dieppe

des soldats canadiens ont pu revenir vivant en angleterre après le raid:

tirée de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-mob-die-f.htm#null

c'est la fin de cette première partie, la seconde arrive bientot!!
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Jeu 03 Mar 2011, 12:10 am

Bonjour,

encore un très bel exposé jeremy! pouce
Cette été il y a d'ailleurs eu un hors série militaria sur ce raid.

ranger a écrit:En même temps au Canada on a pas Hollywood. Si les US déciderait de faire une série sur le R22R, cela risquerait de ne pas bien se vendre chez eux mais plutôt bien au Canada. Le problème c'est qu'ils sont 9 fois plus que nous les Canadiens, donc si il veulent faire du profit il faut qu'il cible le marché américain. Un film sur le royal 22 régiment en Normandie de vendrait moins bien au USA qu'il film sur les Marines qui ont combattu sur une île microscopique dans le Pacifique que personne ne connaissait avant. Par exemple en Russie, le débarquement de Normandie ne veut pas dire grand chose, mais l'offensive russe de l'été 1944 est très importante. C'est ce qui touche les gens du pays qui est payant. Ce que l'on connait du conflit c'est ce que les médias veulent bien nous diffuser, donc ce qui est susceptible d'intéresser le publique et de faire entrer l'argent.

Lorsque je parlais d'un BoB canadien je pensais bien entendu produit par des canadiens. Je crois que si la série serait bien faite, elle trouverai autant d’accroche qu'une autre. Malheureusement, on a pas les moyens... De plus une tentative avait été faite sur la Grande Guerre avec la bataille de Passchendaele, film que j'ai détesté. Personnellement je crois que des BoB il devrait en avoir pour tout les pays, question d'équilibrer la donne...

Cordialement Wink
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  ranger le Jeu 03 Mar 2011, 12:20 am

Très bon article Jérémy pouce

Un BoB Canadien serait bien mais comme tu le dit, on a pas les moyen... Il faudrait tous cotiser mort de rir gri
avatar
ranger
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 304
Age : 23
Localisation : loin (Canada)
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Jeu 03 Mar 2011, 12:35 am

À 150 millions la série on est bien partie mort de rir gri
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Jeu 03 Mar 2011, 7:57 am

merci
pour cotiser, ca va être compliqué, on risque de ne jamais en avoir assez......
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Jeu 03 Mar 2011, 1:39 pm

partie 2: le début de la fin


Cette partie sera plus longue que la partie précédente, car nous allons traiter toute la campagne de Sicile et d'Italie....autant dire que y'a du boulot!!!

chapitre 1: débarquement sans résistance

Depuis l'échec de dieppe, les canadiens n'ont pas participé à de grandes opérations majeures, certains se sont battus en afrique du nord, mais ce n'éatit que des petites minorité (battaillon ou régiment au grand maximum)
aucune division canadienne n'a été engagée sur ce front
Un petit rappel de ce front: en novembre 1942, Montgomery stoppe l'afrikakorps à el Alamein, les américain et les britanniques débarquent au maroc et en algérie, les allemands prit en tenailles, vont abondonner ce front en mai 1943.
Pour reprendre le controle totla de la méditérranée, il faut s'attaquer maintenant à la Sicile. Le but était aussi que Hitler devrait détourner ces forces pour empêcher l'invasion, et donc en enlever du front est, ce qui pourra soulager les russes jusqu'au débarquement en normandie.

Le nom de code de l'opération est Husky, le transport des troupes d'assaut par bateau sera difficile, car ils doivent passer dans le golfe de Gascogne pour rentrer dans le mer méditérrannée, mais c'est l'endroit ou justement, les U boot allemands circulent fréquament. Le 4 et le 5 juillet, 3 cargos du convoit sont coulés par les U boot, 52 Canadiens sont portés disparus et plus de 500 véhicules sont coulés.

La première division canadienne, appuyé par les chars de la 1ère brigade blindé indépendante, coivent débarqué sur la pénisule de Pachino, sur la plage Bark West, le nord de cette plage se délimite grace à la pointe de Castel et au sud par le cap des fourmis.
La plage en elle meme est divisée en 2 par un pointe de grès qui est surnomée la Caverne, les deux secteur sont només Sugar à droite de cet obstacle et Roger à gauche de ce meme obstacle.
La 1ère brigade canadienne devra débarquer sur le secteur Roger et la 2ème brigade devra débarquer sur Sugar.
à l'intérieur des terres, il n'y avait pas d'obstacles naturels à part un marais qui se trouvait à la sortie du secteur Sugar.
Au nord est de cette plage se trouvait l'aérodrome de Pachino, objctifs des canadiens, il pouvait prendre entre 60 et 80 avions de chasse.
Le gros probleme de cette plage est la présence de 2 fausses plages submergé pas très loin du rivage, les barges de débarquement pouvaient s'échouer sur ce banc de sable, et les canadiens devront sortir à découvert et se feront canardés.
Pour éviter ce désatre, le commandement a pris une précaution: les canadiens seront chargés dans des DUKW, qui seront eux meme chargés dans des LCT, si les LCT s'échouent sur le banc de sable, ils abaisseront leurs rampe et les DUKW déposeront les soldats sur la plage.

Le débarquement est précédé d'un bombardement aérien sur l'aérodrome de Pachino et d'un bombardement naval de la plage.

Sur Sugar, les Seaforth Highlanders doivent débarquer à gauche du secteur et le Princess
Patricia à droite, mais les Seaforth dévient à cause des hautes vagues et se retrouve dispercés autour du Princess
Patricia. Heureusement, ces vagues apportaient un aide aux canadiens, ils pouvaient passer le banc de sable tant redouté sans probleme, les soldats débarquent sur la plage et ne rencontre aucune résistance, les Italiens préfèrent se rendre plutot que de mourir.

Sur Roger, ce sont les Hastings and Prince Edward Regiment et le Royal Canadian Regiment qui y débarquent, la situation est la meme, les barges ont pris du temps à partir et ont perdu un temps considérable, mais elles ont passées sans probleme le banc de sable, les soldats n'ont rencontré aucune résistance.
Vers 3h, le QG et les renforts débarquent sur la plage, les troupes commencent à s'enfoncer dans les terres vers les objectifs de la phase 1.
des soldats canadiens sur la plage Bark West:


Le Royal Canadian Regiment réussi à faire une vingtaine de prisonnier dans le village de Maucini, le régiment continua vers la batterie de Maucini et capture toute la garnison (40 hommes environ), il se dirige ensuite vers l'aérodrome et c'est à 9h qui le trrouve désert, les bombardements ont fait fuir les Italiens. La compagnie A de ce meme régiment nettoie une batterie située au nord de la ville de Pachino et font prisonniers 130 Italiens. La compagnie C nettoie les hauteurs au nord est de l'aérodrome et font 100 prisonniers de plus.

à l'ouest de la plage, la 2ème brigade ne rencontre presque pas de résistance à l'intérieur des terres, de nombreuses partrouilles sont envoyées et rapportent beaucoup de prisonniers, sur son flanc gauche, les Italiens opposent une petite résistance et tente de contre attaquer sans succès.

La deuxième phase de l'opération se passe la nuit, la 2ème brigade pousse au nord ouest de Pantano Longarini et agrandit le nombre de prisonniers fait. La 3ème brigade, débarqué récement, avance sur le coté droit de la 2ème brigade, elle fait une halte à Burgio et plus tard, les West Nova Scotia Regiment rencontre une forte résistance, mais arrivent à capturer 25 enemis sans avoir aucune perte de leur coté.

Le premier jour de combat est finit, et les résultats sont très satisfessant:
_les pertes sont minimes, 7 tués et 22 blessés pour les canadiens et 650 prisonnier et 100 tués pour les italiens
_ les objectifs ont tous était atteint
l'opération est un franc succès!

PS: je suis désolé de ne pas avoir plus de photo, et malheureusement, ca risque d'etre assez souvent le cas









avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Jeu 03 Mar 2011, 3:09 pm

Salut!

Encore un bien bel article!

Pour les photos, il suffit de demander:

Le débarquement sur les plages de Pachino, en Sicile, le 10 juillet 1943.


Des hommes du Princess Patricia's Canadian Light Infantry combattent sur une crête voisine de Valguarnera. On aperçoit au loin des camions ennemis en flamme.


Sous la chaleur et la poussière, les artilleurs de la 7e Batterie, 2e Régiment de campagne, font feu sur les positions ennemies au moyen un canon de 25 livres. Nissoria, 28 juillet 1943.


Les chars du Régiment de Trois-Rivières entrent dans les ruines de Regalbuto le 4 août 1943.


désoler pas de légende...



désoler pas de légende...

De plus:

Témoignage de Gilles Turcot, du Royal 22e:

Au début de la guerre, on avait reçu un paquet de gars qui sortaient des prisons, des toughs. Et quand Paulo a pris le régiment, là il dit : « Je vais te donner tous nos toughs. » J’ai dit : « O.K. On va tous les mettre dans le même peloton, tous les vingt. Ils vont être tous ensemble ces gars-là. » Puis on venait de recevoir un sergent qui était venu avec les renforts qui, pendant qu’il était à Whitley, avait été pris dans une bagarre avec des gars. Il avait donné un coup de poing sur la gueule à un gars, puis il l’a tué. Un coup de poing! Il l’a tué! Alors le mot s’était passé, puis il avait été acquitté en... il a été attaqué, puis il s’est défendu, puis le gars est mort. Imaginez-vous donc : « Battez-vous pas avec ce gars-là, parce que c’est dangereux! » Alors j’avais mis le sergent du peloton avec les toughs. On était stationné à Ferring dans ce temps-là. [Inaudible] Puis je sortais de mon bureau un soir vers 6 h [18 h] , je suppose, il faisait noir, plutôt noir. J’entends quelque chose en arrière, alors je fais le tour, puis je m’en vais par en arrière. Il y avait un de ces toughs, il était à genou : « Sergent, sergent, frappez-moi pas, frappez-moi pas. » Le sergent, il dit : « Tu feras plus ça, eh? » « Non, non, non, je promets. » Il dit : « O.K. » Je te dis qu’il l’a mené ce peloton-là, ce gars-là. Mais, en général là, la majorité de ces gars-là, c’étaient des couillons. Il y en a un, en particulier, je faisais l’inspection d’une cuisine un soir comme officier [Inaudible], puis il n’y avait personne là, il y avait rien qu’un gars. Quand il m’a vu, il m’dit, quand on va être au front, je te manquerai pas. Bien, j’ai dit, tu es mieux de pas me manquer, parce que si tu me manques, moi je ne te manquerai pas. Mais il y a un de ces gars-là qui s’appelait Charles [Inaudible]; il était dans cette gang-là. Brave! Il s’est fait tuer finalement. Mais brave, tu peux pas trouver un gars plus brave que ça. Charger un poste de mitrailleuses là, à la grande course, c’était incroyable. Très, très brave. Pauvre Charles, il s’est fait tuer. L’embarquement-même, ç’a bien été parce qu’on était en réserve d’ailleurs. Alors il n’est rien arrivé en débarquant. Puis là, on s’est mis à entrer vers le - tu sais - en allant vers le centre de l’île. Mais il faisait chaud, monsieur, il faisait chaud. Et puis on n’a pas frappé d’Allemands jusqu’au « Fer à Cheval », qui a été notre première bataille. Intervieweur : À peu près combien de temps après le débarquement? Ç’a pris pas mal de temps. On est débarqué le 10; le « Fer à Cheval » ç’a dû avoir lieu, quoi ça, dans 4, 5 jours, je pense. Un bombardement, si vous voulez, contre les avions ennemis; il est venu, sans doute, sans doute venu des avions puis on regardait ça nous autres, on voyait la mer - c’était pas tellement loin - puis l’attaque qui a monté là pendant toute la nuit là, c’était incroyable. C’était quasiment féerique le feu d’artifice qui se passait là. Alors le « Fer à Cheval » , on avait reçu l’ordre d’avancer, monter sur des camions - ils nous ont envoyé des camions. On était précédé par une couple de carriers, puis après ça des camions. Quand on est arrivé, on descendait le long d’une montagne comme ça là, puis en bas ici là il y avait un pont, puis la route remontait comme ça de l’autre bord. Ça fait que quand on était contre la montagne en descendant là, les Allemands ont ouvert sur nous autres. Je te dis qu’on est descendu des camions, ça pas pris de temps. On a perdu quelques gars. Puis c’est là que Pierre Potvin, le Potvin qui était mon peloton d’en avant, il a fait comme un mouvement sur la droite, et puis ils ont détruit une couple de postes de machine guns. Et puis on s’est établi une position - c’est en pleine nuit là, en pleine nuit - on s’est établi une position défensive parce qu’on avait essayé de, c’était à cause de la montagne. Les maudits radios marchaient pas, en tout cas, pas capable d’appeler de l’artillerie. On n’avait pas de fous avec nous autres. Alors, rien n’est arrivé jusqu’à l’aube, le lendemain matin. Puis là, le lendemain matin, le brigadier a passé, le Carleton et York, pratiquement à travers de nous autres, mais un peu plus à gauche, puis ils ont pris la côte puis on a continué. [Inaudible] pensait à [Inaudible] qui était en arrière de moi, pas mal tout le bataillon devait [Inaudible], excepté peut-être la dernière compagnie qui était en réserve, mais les autres ont été engagés aussi. Malheureusement Paulo s’est servi de ce mot-là dans sa recommandation pour mon DSO [Inaudible]. Il n’avait pas d’embuscade puis je l’ai pas eu. Alors on continue puis on continue, puis c’était ma compagnie qui était en avant. Puis on s’en va vers Santa Maria, entre Santa Maria puis le Mont Scapello. Puis j’étais le diable vauvert en avant; on avait perdu la communication avec le bataillon, avec la radio. Puis, un moment donné là, on a commencé à se faire attaquer par des mortiers. Moi, je ne pouvais pas répondre, j’avais pas de radio. Ça fait que j’ai établi une position de défense dans l’espoir que le bataillon avancerait et qu’on pourrait commencer à demander du feu d’artillerie. Et puis je me suis fait accrocher... un éclat d’obus qui m’a passé direct à travers la jambe. C’est arrivé le matin. On avait marché toute la nuit, et puis c’était au pied du Mont Scapello. Mais là j’ai toughé toute la journée et puis rendu au soir, j’ai dit aux gars : « Vous allez m’aider pour revenir. » Parce que on n’était pas encore en communication avec le bataillon. Puis, entre-temps, Paulo avait donné l’ordre à SIC qui était Léo [Inaudible], de s’en aller lui direct sur Santa Maria. Puis c’est ce qu’il a fait, et c’est là qu’il s’est fait tuer, lui. Alors en s’en allant, j’étais sur les deux bras des deux gars-là, on voyait un bout de temps que j’étais épuisé. J’en pouvais plus. J’ai dit : « Vous allez me laisser ici, puis vous allez retourner au bataillon chercher une mule, puis revenez me chercher demain matin avec une mule. » Alors ils sont partis, et puis je me suis réveillé un moment donné le matin, il faisait beau, un beau soleil et je me suis dit : « Maudit, j’espère qu’ils vont être capables de me retrouver! » J’étais tout seul là. Puis, un moment donné j’ai vu un petit point qui s’en venait là, et puis c’étaient mes deux gars qui s’en venaient avec la mule. Alors ils m’ont aidé à monter sur la mule, et puis je me suis rendu jusqu’à [Inaudible], puis éventuellement ils m’ont évacué.

Autre témoignage cette fois de Pierre Potvin, lui aussi membre du 22e:

Là on avait reçu l'ordre d'embarquer dans les camions parce que les Allemands commençaient à retraiter assez vite. Alors, on a embarqué dans les camions, finalement on a été arrêtés par un cratère. Alors on a débarqué, puis on a fait des positions défensives. On a rempli le cratère, pis après ça… C'était une route qui était comme accrochée au flan de la montagne pis à gauche c'tait un ravin avec une ligne de chemin de fer qui passait. En passant le pont y'avait une montée puis là, les premier carriers, les chenillettes, qui se sont avancés pour passer le pont, les Allemands ont ouvert de chaque côté. Alors, nous autres, avec mon peloton, j'ai débarqué pis on a monté sur la montagne pis on s'est enterrés des postes de mitrailleuses qui avaient là. Pis y'avait un 88 dans le fond, près de la maison rouge qu'on appelait. Avec une couple de gars, on a contourné, pis on a capturé le canon qui tirait sur notre troupe dans le flan de la montagne. En montant, on avait détruit les postes de mitrailleuses. Les Allemands nous... on été surpris réellement quand on a monté, parce que... c'est pas mal à pic, on est arrivé tout d'un coup. Parce qu' y avait une section qui était sur la gauche et la section d'front nous autres on a monté, pis c'est la section de droite qu'on a contournée pour prendre le 88 pis le neutraliser. Pis après ça c'est le Carleton York qui a passé au travers. Le Carleton York ou le West Nova Scotia qui a passé au travers de nous autres pour contourner. C'est là qu'on s'est avancés vers Scapello puis (pause). Nous autres on avait notre, on avait un camion quinze cent avec toutes nos pack sacs, avec toutes nos ustensiles. Et pendant qu'ont attaquait, les Allemands ont fait sauter l'camion. Alors on été une couple de semaines qu'on ouvrait les boîtes de conserve, qu'on mangeait avec le couvercle de la boîte, on n'avait pas d'ustensiles, rien. On a été obligés d'emprunter à l'autre compagnie des instruments pour se faire la barbe et ces affaires là, parce-qu'au régiment fallait absolument, même en action, fallait s'faire la barbe (rires), ils étaient très strictes là-dessus. Mais j'pense c'est une bonne chose, ça garde le moral quand quelqu'un est propre.

Et pour finir voilà l'organigramme des troupes canadiennes en Sicile (puis en Italie):
• 1re Division d'infanterie
Saskatoon Light Infantry (Mitrailleuses)
1re Brigade d'infanterie
• Royal Canadian Regiment
• Hastings and Prince Edward Regiment
• 48th Highlanders of Canada
2e Brigade d'infanterie
• Princess Patricia's Canadian Light Infantry
• Seaforth Highlanders of Canada
• Loyal Edmonton Regiment
3e Brigade d'infanterie
• Royal 22e Régiment
• Carleton and York Regiment
• West Nova Scotia Regiment
1er régiment d'autos blindées (Royal Canadian Dragoons)
1er régiment de campagne
2e régiment de campagne
3e régiment de campagne
1er régiment antichars
2e régiment de D.C.A. légère
• 1re Brigade blindée
11e Régiment blindé (Ontario Regiment)
12e Régiment blindé (Régiment de Trois-Rivières)
14e Régiment blindé (Calgary Regiment)
• Compagnies d'appui du Corps du Génie royal canadien, du Corps royal des transmissions canadiennes, du Corps de l'intendance royale canadienne, du Corps royal des magasins militaires de l'Armée canadienne, du Corps royal de santé canadien, du Corps dentaire canadien, du Service technique de l'électricité et de la mécanique et du Corps de la prévôté canadienne.

Sources:
http://www.veterans.gc.ca/fra/sub.cfm?source=recherche-forme
http://www.junobeach.org/Centre/index_fr.html

Cordialement Wink
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Jeu 03 Mar 2011, 5:09 pm

merci
pour les photos, celles que tu as présenté seron pour les chapitres suivant, mais c'est pas grave
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  memoire44 le Jeu 03 Mar 2011, 6:05 pm

Ho excuse-moi je pensais que tu n'avait pas d'autres photos pour la totalité de la campagne... maleureu gri beret
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 21
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Jeu 03 Mar 2011, 7:51 pm

je te l'ai dis, c'est pas grave pouce
avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  jeremy91200 le Jeu 03 Mar 2011, 10:36 pm

chapitre 2: course contre la Hermann Goering

Après le débarquement, la 1ère divion d'infanterie canadienne continue sa route à l'intérieur des terres, il n'y a pas vraiment de résistance, car les Italiens se rendent sans combattre et les Allemands sont déjà retranchés dans les collines du nord. les soldats font de longue marches épuisante, sous un soleil écrasant, de plus, plus les canadiens montent en hauteur dans les peits villages perchés sur des collines, plus l'eau manque, certains coldats s'éfondrent sous la fatigue ou la désidratation. Leurs pire enemis sont les puces, les scorpions et les moustiques.

"Ils semblaient pittoresques vus de loin, comme des châteaux dans les airs, mais c'étaient des entassements serrés de masures grisâtres chaudes et sales, aux odeurs nauséabondes, que venait parfois égayer une belle église rococo avec des angelots virevoltant autour de la porte. Les gens se tenaient devant leurs maisons et levaient les doigts en V comme Churchill. Sur la route, les paysans et les réfugiés qui rentraient chez eux saluaient si souvent qu'ils devaient en avoir les bras fatigués. Ils pensaient sans doute qu'ils devaient faire tout cela sous peine d'être abattus, et nous en éprouvions de la peine."
— Peter Stursberg, Correspondant de guerre de la CBC, extrait de Journey into Victory.

texte tiré de:
http://www.junobeach.org/f/2/can-eve-rod-sic-f.htm

Le 15 juillet, les choses vont changer pour les canadiens, car ils doivent s'emparer de Grammichele, un village qui se trouve au bord de la nationale 124, route stratégique puisqu'elle mène vers les hauteurs du centre de l'ile. Ce meme jour donc, les hommes du 48th Highlanders et des char du régiment des trois rivières avancent sur la nationnale 124, ils savaient qu'ils allaient tomber sur des allemands, mais ne se douterait pas qu'il allait se passer un tel combat, à 9 heures, un groupe de reconnaissance, suivit de près par les hommes du 48th Highlanders, arrivent dan Grammichele. Au début, les hommes croient que le village est désert, mais en faite, une puissante arrière garde, composée de troupe d'élites, de chars et d'artillerie de la Hermann Goering division attendent le bon moment pour faire feu. Soudain, comme un éclair, les canadiens en prennent plein la vue: les alllemands font feu avec tout ce qu'ils ont, du 20 au 88mm. En 5 minutes, 1 char sherman, 3 chenillette et plusieurs autres véhicules sont détruits, immédiatement, les troupes canadiennes se rapprochent de la ville, pour se cacher dans les maison, car dans les champs, ils sont trop à découvert. pour les couvrir, des pièces automotrices du Devon Yeomanry pilonnenLt les défences allemandes.

Les chars du régiment des trois rivières se reprennent et détruisent 3 chars allemand et plusieurs canons de DCA, les hommes du Hasting and Prince Edwards se raprochent de la ville en fessant des mouvement circulaire pour éviter les balles. Finalement, les canadiens atteingnent les limites du village, les allemands n'ont plus qu'un seul choix: le repli, ils vont d'ailleur laisser un grand nombre de matériel au canadien, le village est libéré des forces allemandes à 12h. 25 soldats Canadiens sont morts, c'est un choc, car ils ne s'attendait pas à cela.

Pendant l'après midi, le 48th Highlanders continu son avancé, elle doit s'emparer de Caltagirone, ville qui sert de QG à la Hermann Goering, les chenillettes des Saskatoon Light Infantry les accompagnent, car les Highlanders les ont perdu lors de la bataille précedente et une partie avait coulée pendant le voyage en mer. Sur son chemin, le régiment est très ralentit par les mines et n'atteint les faubourg de la ville qu'à minuit, ils doivent s'arreter et reprendront l'avancée le lendemain matin. à l'aube du 16 juillet, les 48th Highlanders et les chars du régiment des trois rivières entre dans caltagirone, détruit par les bombardement, des rues sont bloquées par les décombres, ce qui ralentit gravement la circulation des véhicules.

Pendant se temps, la 2ème brigade avance elle aussi, elle quitte Raguse le 14, continu de pousser sur la nationale 124 que la 1ère brigade avait quittée pour poursuivre les allemands.
c'est la fin de ce chapitre, désolé, je n'ai pas trouvé de photos concernant cette bataille

avatar
jeremy91200
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 101
Age : 22
Localisation : devant l'ordi, sinon je fait comment pour écrire..............
Date d'inscription : 01/03/2011

http://panzerprofil.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  Luhkah le Ven 04 Mar 2011, 9:00 am

Super article.

C'est vrai que je n'ai jamais vu d'article vraiment transcendant sur les force armées canadiennes pendant la guerre.
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: les canadiens pendant la seconde guerre mondiale

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum