Roger Morsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Roger Morsa

Message  Phil642 le Lun 14 Mar 2011, 4:54 pm


Roger MORSA

Né ici un 15 juillet 1909, le Résistant Belge Roger MORSA devient le 1er janvier 1928 employé commis technique au cadastre de Bruges. Il apprend le flamand, s’intègre à Bruges, et épouse en 1931 Maria-Martha Coemelck de Zonnebeke. Ils auront cinq enfants. Il décédera à Bruges-Saint André le 1er juillet 1950 à 41 ans.

Roger MORSA accomplit son service militaire d’octobre 1929 à octobre 1930 et obtient le grade de sergent. Il est promu au grade de sous-lieutenant dans le cadre de réserve en 1933 et au grade de lieutenant en 1937.

En octobre 39, Roger MORSA est mobilisé comme lieutenant et fait office d’officier de renseignement dans diverses unités. Prisonnier de guerre après la Guerre des 18 Jours, il réussit à convaincre les Allemands qu’il n’était pas officier mais un simple porteur de courriers. Il est dès lors démobilisé le 1er juin 1940 et peut reprendre son travail au cadastre.

Un de ses fils, Guy Morsa (né à St André le 31 mars 1937 et décédé à Turnhout le 31 mai 2010) a été directeur du cadastre pour la Région d’Anvers et était lieutenant-colonel de réserve dans l’Armée Belge.

Depuis mars 1942, c’est à Bruges, dans les locaux de l’Abbaye Saint André, que l’organisation Todt est établie. Cette organisation est chargée des travaux de fortification de la région de la côte et principalement de la construction du Mur de
L’Atlantique. C’est à la Noordzandstraat que s’installe le « Stab 5 Festungs Nachschub » chargé de dessiner les plans de sécurité ultra secrets pour l’Oberkommando Allemand.

Ces organismes ne possédant pas de machine pour reproduire les plans s’adressent à l’unique administration publique de Bruges qui la possède, le cadastre.

En décembre 40, se présente un soldat pour reproduire un plan des fortifications autour de Dunkerque. Roger MORSA réussit à le copier et à en conserver une copie.

A partir de mars 1942, il est fréquemment fait appel au cadastre et Roger MORSA est chargé par les Allemands de reproduire ces documents et de maintenir le matériel en bon état de fonctionnement car il s’avérait souvent être défectueux.

Roger MORSA entre au service du Réseau ZIG de Christian Jooris. Mais l’homme faisait déjà partie des Services de Renseignement et d’Action depuis décembre 1940 via un membre de la famille Jooris, le major Frédéric de Peneranda de
Franchimont, et travaillait sous les ordres du chef de groupe de Bruges, le docteur Pierre Glorieux. Il y était inscrit comme adjudant et en 1942 comme lieutenant. Le 15 mars 1944, il y était noté comme capitaine et après la Libération il sera reconnu
comme capitaine de réserve et ensuite comme capitaine commandant de réserve.

C’est à dater de 1942 que les Allemands viennent régulièrement copier des plans et Roger MORSA et son collègue Georges Van den Berghe réussissent chaque fois à effectuer une copie supplémentaire. Ces copies sont déposées au domicile de Pierre Glorieux où elles sont microfilmées. Roger MORSA les transporte avec son vélo chez Jooris à Wingene et via Adrien Fache, alias Marc Leman ces microfilms arrivent à Londres via les courriers à travers la France et l’Espagne.

Entre août 42 et août 44, Roger MORSA a effectué plus de mille copies-tirages de plans qui sont pris en considération par les Alliés. Ces plans comprenaient :
les dispositions générales de l’armée allemande de Amsterdam à Gravelines,
toutes les liaisons téléphoniques entre les unités militaires,
le réseau spécial d’alarme téléphonique de Amsterdam à Bordeaux,
le plan avec repérage de tous les quartiers généraux le long des côtes,
les plans détaillés des champs de mines réels et fictifs,
les plans de défense de Zeebruges, Ostende, Bruges, Rotterdam et Bordeaux,
le plan de détail de toutes les unités basées sur l’ile de Walcheren,
la structure de la division Panzer Herman Goering basée à Izegem,
le détail des signaux lumineux et télégraphiques et de recherches en cas d’invasion des Alliés,
les points de défense et les nids de résistance de l’armée allemande le long des côtes,
le 3 août 1944, Roger MORSA a réussi à recopier les plans destinés à la retraite de la 15e armée allemande vers l’embouchure de l’Escaut et le canal Albert.

Pour ses biographes Huyghebaert et Schepens, Roger MORSA est décrit sans aucun doute comme le plus important Agent de Renseignement de Bruges et probablement un des plus importants de tous les Agents de Renseignement qui travaillèrent pour les Alliés.

Winston Churchill écrivait dans ses Mémoires : « Nous étions informés dans le détail sur les installations radars ennemies par des agents et amis neutres situés dans les pays occupés. Je dois citer spécialement les Belges ; en 1942, ils nous ont fournis environ 80 % de la masse des renseignements des agents. Ils nous ont livré entr’autre une carte de a plus haute importance des projecteurs des installations radars, plus particulièrement ceux des deux installations situées les plus au nord en Belgique. Fin 1942, nous étions au courant non seulement de la manière d’opérer de l’ennemi, mais aussi de la manière de les atteindre. » Churchill rend ainsi hommage à Roger MORSA sans le nommer et probablement même sans le connaître.

Les décorations de Roger MORSA
 Chevalier de l'Ordre de Léopold (1946)
 Crioix de geurre avec palme (1950)
 Medal of Freedom (USA)
 Médaille française commémorative de la guerre 1939-1945 (1948)
 Honorary Member of the Most Excellent Order of the British Empire (OBE), Military Division (1948)

Dany COLOGNI
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  Phil642 le Lun 14 Mar 2011, 5:17 pm

ARMEE DE RENSEIGNEMENT ET D’ACTION

Morsa, Agent ARA hors du commun du Réseau ZIG

par Adrien Fache, capitaine A.RA.

Le Réseau ZIG est un réseau consacré à la collecte exclusive de renseignements à caractère militaire. Son terrain d’action couvrait la Flandre- Occidentale, la Flandre-Orientale, Liège, le Luxembourg et étendait ses ramifications dans le Nord de la France et à Anvers. Ce Réseau vit le jour en 1941 et opéra dés juillet 1942 comme un Secteur du Réseau Beaver-Beaton).

Zig fournit beaucoup de renseignements sur les fortifications côtières et les postes radar qui furent même photographiés à distance, ce qui était extrêmement dangereux. La direction était assurée par le major ARA Christian Joris (pseudo Braid), ingénieur des mines né en 1905.

Roger Morsa, géomètre-expert, lieutenant de réserve, reprend ses fonctions professionnelles dès sa démobilisation en juin 1940, aidé par Georges Vandenberghe, dans les bureaux du Cadastre situés dans le même bâtiment que les Contributions à la place Saint-Martin à Bruges.

Morsa est un homme intelligent et perspicace ; il faut ces qualités talentueuses pour jouer le rôle d'un « simplet» qu'il va interpréter d'emblée vis à vis de l'occupant. Ainsi il est toujours craintif et défiant. Son chef administratif dit un jour de lui qu'il est l'employé le plus inepte jamais rencontré dans ses services !

Un beau matin, un membre de l'Organisation Todt, portant un brassard orné de la croix gammée, se présente au bureau du cadastre afin d'obtenir des reproductions d'un plan tracé sur papier calque. Le chef de bureau lui désigne Morsa le préposé à cette « machine à plans ». Ce « Todt » déroule un plan de Dunkerque sur lequel sont détaillées les différentes fortifications allemandes existantes ou à bâtir. Morsa, indifférent, exécute ce tirage de plans. Ce travail terminé, il est à peu près midi. Le « Todt » lui fait part de son intention d'aller déjeuner et le prie de cacher entre temps son calque et ses reproductions. Ayant placé ce rouleau dans son armoire personnelle, Morsa, tout en cassant la croûte, a des pensées vagabondes qui le mènent à tirer un exemplaire de ce plan pour lui-même. Sa journée terminée, il apporte son butin à la maison, le cache... et s'interroge sur le bon parti qu'il pourrait en tirer !

C'est fin janvier 1941 qu'il rencontre le commandant de Penaranda de Franchimont et le lieutenant Van der Haegen. A l'arrestation de ce dernier en août 1942, Penaranda se débranche du Service Luc et continue à servir le Renseignement pour son cousin Brise, qu'il rencontre chez Braid ; il amène avec lui ses propres agents : Vandenbussche, Vandenberghe et Morsa.

Le domicile de Morsa est sis à Saint-André-lez-Bruges, là habite aussi son compère du même âge Albert Vandenbussche qui effectue sur place les vérifications de certaines données communiquées.

Morsa est motivé au plus haut degré et se veut très discret. À son entourage il laisse croire un attachement plutôt collaborationniste. Certains de ceux qu'il côtoie ne le regardent pas d'un bon oeil : le journal « Volk en Staat » dépasse ostensiblement de sa poche.

En mars 1942, l'Organisation Todt, chargée de la construction des fortifications allemandes le long de la côte, s'installe dans les bâtiments de l'abbaye de Zevenkerke. De l'autre côté, dans un bâtiment de la rue Noordzand, la Stab 5 de la Festungs Nachschub prend place en vue de dessiner les plus grands secrets des projets de sécurité pour l'Oberkommando de l'Armée. Celui-ci, ainsi que d'autres services, comme la Luftwaffe, se mettent à dessiner divers plans et organigrammes qui doivent être reproduits en plusieurs exemplaires.

Initialement il est fait appel à une sorte de coopérative d'entrepreneurs brugeois : le Bouwbedrijft qui possède une machine à tirer des plans (bâtiments actuels de la clinique Saint-François Xavier). Puis jugeant qu'une entreprise privée n'offre pas toutes les garanties de sécurité, la décision finale est de s'adresser à une institution de l'état. Ceci explique pourquoi la Stab 5 de la Festungs Nachschub eut un jour la bonne idée de s'introduire au bureau du Cadastre où la machine à tirer des plans doit être mise à leur disposition sans la participation ni l'assistance du personnel communal.

Morsa ne doit pas faire appel à beaucoup d'imagination pour que désormais la machine à plans tombe, par hasard, irrégulièrement en panne ! La première fois que les Allemands demandent son assistance, il répond par un refus catégorique. Indignés, ils lui donnent l'ordre d'obéir et d'exécuter ce dépannage. Dans ces conditions, il obtempère.

Désormais, lui et son ami Vandenberghe sont chargés de la reproduction des documents allemands.

Morsa les épate même en apportant certaines améliorations au fonctionnement de la machine. Mûrissant une idée, il reçoit le grand sac qu'il a demandé pour recueillir proprement les rognures de papier. Aux yeux des Allemands, il est encore plus simplet qu'il n'en a l'air ! Peu importe, ils ont trouvé la solution à leur problème avec on ne peut plus de bonheur !

Les plans de l'Oberbauleitung fur Belgien der Organisation Todt sont transportés régulièrement sous haute surveillance depuis Zevenkerke jusqu'à Bruges par le Fahndungsdienst. Les plans de la Stab 5 Fastungs Nachshub sont transportés, le samedi matin au Cadastre sous la surveillance de six soldats ; une fois reproduits ils y retournent avec cette même mesure de sécurité.

Le 21 juillet 1943, cinq membres du Festung Nachshub Stab 5 sont arrêtés sous l'inculpation de haute trahison et avec eux Morsa. Interrogé pendant dix heures par la Geheime Feldpolizei de Bruges - interrogatoire poursuivi le lendemain - il est convoqué à comparaître au Conseil de Guerre. Ici, rusé, avec une grande présence d'esprit, il démontre son impossibilité à surveiller tous ces « Todt » gravitant autour de lui ; il rappelle son refus de travailler dans de pareilles conditions. S'il a obtempéré c'est qu'il en avait reçu l'ordre et qu'on ne le reprendrait plus.

La GFP, qui n'a déjà pas un amour particulier pour cette cohorte de tireurs au flanc, reconnaît à l'unanimité que ce simplet est étranger à une affaire aussi importante. Morsa revient à la maison et les autres seront envoyés dans une compagnie spéciale sur le front russe.

Morsa reprend son petit train-train de vie ; à présent, des « Gefreiter » se relayent régulièrement sur ses talons. Petit à petit, la vie au bureau se passe même en bons termes avec ces « Gefreiter » de garde. Son ami Vandenberghe et lui parviennent à gagner leur confiance et à distraire leur attention, surtout quand ils ont connu la veille des aventures avec des « cholies mademoizeles » et que, encore inassouvis, ils se complaisent à se passer des photos très « speziales » ; pendant que son compère en rajoute un peu, Morsa a le coeur à l'ouvrage et avec entrain les supplée à la machine à plans.

Depuis l'odyssée des Todt au Conseil de Guerre, un mode de contrôle a été instauré au grand dam de Morsa. Il lui faut maintenant fixer le métrage de chaque plan avant de le recevoir de l'Allemand. Quand il estime que le jeu en vaut la chandelle, une « erreur » se glisse dans ses mesurages. Cette erreur fera qu'un exemplaire supplémentaire tombera dans le grand sac à rognures au nez et à la barbe du Gefreiter de garde ! Pas idiote, la demande préméditée de ce sac ! Il reste alors sur place jusqu'au départ des Allemands, suivi peu après de la fermeture des bureaux du Cadastre.

Un de ces Gefreiter tient un jour des propos anti-nazis. Il devient une proie appâtée avec de beaux dollars. L'appétit de Morsa est de plus en plus favorisé. Lui tient son rôle à merveille mais le Gefreiter est inconscient dans ses vantardises voire sottises. La taupière se referme provoquant de nouveaux ennuis.

Sur la sellette, Morsa ne se départit pas de ce rôle qu'il interprète merveilleusement, et d'autant mieux depuis que les Allemands ont la conviction que ce Belge n'a pas la capacité d'avoir trempé dans une affaire d'une telle importance. A différentes reprises ils lui demandent d'écrire le nom du « Gefreiter », chaque fois il se borne à écrire : « Gefreiter »... Au cours de cette instruction, ils le confrontent à des Allemands en état d'arrestation :

« Quel est celui qu'il croit être le coupable ? » La continuation de son travail pour la patrie le place devant un problème de conscience..., il désigne un certain EK. Confronté avec lui, il apprend que celui-ci a été arrêté en possession de dollars et est consé-quemment passible de la peine de mort, aussi tente-t-il du mieux qu'il peut de faire admettre qu'il est innocent. Sachant que cet Allemand sera exécuté pour ses dollars, Morsa a meilleure conscience. Qu'il soit condamné à mort une deuxième fois !

L'instruction terminée, Morsa ressort lavé de tout soupçon. Pourtant, marqué et choqué par la condamnation d'un être humain, il refuse de se servir encore de la machine à plans. Il se fait remplacer par des collègues.

Son chef de Réseau Braid le réconforte et lui remonte le moral. Pliant sous ces insistances, Morsa craint aussi que son absence au travail n'attire davantage l'attention de l'ennemi. Après plusieurs semaines, il reprend le chemin du bureau du Cadastre...

Quelle avait été l'origine de cette découverte par les Allemands ?

Inventoriant un paquet de courriers porté par un agent abattu dans le midi de la France, les Allemands découvrent des plans en provenance du Fahnungdienst de Bruges. Tout est mis en action pour faire la lumière sur cette faille dans leurs services. L'enquête dévoile qu'un des Gefreiters envoie à sa famille en Allemagne des colis en surnombre pour lesquels sa solde ne suffirait pas. Le Colonel commandant le Service est dégradé, ses officiers envoyés au front russe. Un technicien, cité plus haut, est condamné à mort.

Un doute subsiste : certains plans devraient avoir été vendus en provenance directe du Fahnungdienst. Les plans du service ZIG sont photographiés, petit format, avec des centaines de renseignements en provenance de toute la Belgique. En cours de cheminement vers le sud, d'autres courriers venaient s'additionner. Il faut constater qu'à part Morsa et le bureau allemand lui-même, aucun agent de renseignement n'a été inquiété suite à cette découverte. Les messages personnels d'accusé de réception photographiés sur le même film ont bien été émis aux journaux parlés de la BBC... Tous les courriers sont donc bien arrivés à Londres.

Morsa signifie aux Allemands qu'il consent à reprendre son travail mais il déclare qu'il décline toute responsabilité parce qu'il n'a plus aucune confiance en ces Gefreiters présents dans le bureau. Ce « simplet » est tout à fait innocent aux yeux de l'autorité allemande qui lui accorde sa totale confiance et le charge de tirer les plans tout seul. Plusieurs agents annoncent que le maréchal Rommel a fait une visite d'inspection en Belgique, ils garantissent leur vigilance sur les changements qui devraient en découler. Il y aura du pain sur la planche pour Morsa qui est aux aguets.

Quand Braid vient chez Marc Léman pour puiser des dollars dans sa réserve et pour fixer rendez-vous chez lui avec Morsa, tout porte à croire qu'il y aura du gâteau ...

Sorti le samedi soir du bureau du Cadastre, Morsa est au rendez-vous le dimanche matin à Wingene... les plans révèlent des dispositifs tactiques relatifs à la défense KVAI, II et III, c'est-à-dire les emplacements des EM + les liaisons téléphoniques avec parcours exacts et tous les détails des réseaux + toutes les places fortes avec le détail des abris, champ et puissance de tir + les champs de mines vrais ou faux + le secret d'une signalisation optique spéciale utilisable sur ordre du grand E.M. en cas de débarquement + le minage des ponts, charge et emplacement + l'identité de toutes les unités en place ou de passage. Le Mur de l'Atlantique de Gravelines à l'île de Walcheren. Incroyable !

Braid (Christian Joris, le chef de ZIG) et Morsa s'appliquent avec beaucoup de minutie à transférer ces documents dans le cadre du vélo de Marc Léman (Adrien Fache), pendant que celui-ci doit apprendre un important texte d'accompagnement.
A quelques kilomètres de la route Bruges-Courtrai, sur la piste cyclable, un cycliste zigzagant arrive en sens inverse et accroche Léman. Tous deux sont étendus sur la chaussée : le zigzagant n'a rien, Marc Léman ne désire pas attirer l'attention ; le cadre de son vélo est indemne... mais en se mettant en selle, il constate qu'une pédale est cassée...

Connaissant comme sa poche la route Bruges-Courtrai, il a en mémoire un estaminet en angle d'où l'on découvre très bien le passage à niveau qui oblige tout véhicule à ralentir. « Les plans de la Défense atlantique » sont déposés contre la façade ; le petit café est désert et on lui offre un bassin d'eau pour laver les égratignures et les traces poussiéreuses de sa chute.

Patience...Par hasard, il sait qu'un camion de déménagement venant de Heyst pour Mouscron doit passer dans l'après-midi ; il est très improbable qu'il soit déjà passé.

Après deux heures d'attente, le camion apparaît à l'horizon. Cycliste et vélo y trouvent place. Tout est radieux jusqu'à la barrière d'Aalbeke près de Mouscron quand deux gendarmes allemands font signe de stopper ; contrôle du contenu, des papiers et des pièces d'identité... Heureusement Léman peut leur montrer son « Freistellung vom
Arbeitseinsatz im Reich ».

Dès son retour dans son bureau clandestin Marc Léman écrit le texte appris à Wingene et peut à présent s'attarder sur ces précieux plans étalés sur le tapis, on croirait à un scénario de cinéma... comment tout un jeu de plans allemands «top secret» va passer aux Alliés !

L'optique de l'appareil à micro-photographier devra s'y prendre en plusieurs fois pour couvrir chaque plan. Commence alors le tracé d'un quadrillage adéquat qui facilitera ce travail dans la minuscule chambre noire où deux personnes peuvent à peine se tenir debout. Des signes conventionnels apparaissent tantôt trop clairs, tantôt trop foncés à cause de l'irrégularité dans le tirage. Dans la crainte d'un rendu trop faible au développement de la pellicule, étant donné la richesse de ces documents, certains tracés sont redessinés à l'encre de Chine. Impossible de travailler le jour sans attirer l'attention des gens de maison. Ce travail de bénédictin exigea deux nuits pour ne pas rater le départ du courrier de Correntin pour le Midi de la France. Son frère Michel, de passage, aidera personnellement le photographe pour le maniement de ces grands formats. Le bon résultat du développement permet d'envoyer les films sans appréhension. Avant d'enterrer les plans en attendant l'accusé de réception de Londres, Braid vient les passer au crible pour transmettre sans tarder l'essentiel par message radio codé.

Sans doute les Alliés croiront-ils que ces plans sont truqués et qu'il y a un piège ! Heureusement des rapports d'agents viennent très vite confirmer la mise en application sur le terrain de ces plans défensifs de Rommel, révélée dans un premier temps par les mouvements des troupes.

L'attention est portée sur une vérification de l'application de ces plans. La source ne se tarit pas. Les Allemands ont bien raison de faire plus confiance en Morsa qu'en leurs hommes ! Plus tard il amènera le plan de retraite de la XVe armée allemande sur les bouches de l'Escaut et le Canal Albert de Gravelines à l'île de Walcheren, les positions de défense et les nids de résistance de Zeebrugge, Ostende, Bruges, Rotterdam, ainsi que des renseignements détaillés sur la structure du Corps de Pantzers Herman Göring caserné à Izegem, etc... A partir d'avril 1944, suite à l'arrestation de Marc Léman, l'organisation des secteurs autonomes pour soustraire les transports périlleux est mise en application quelques semaines plus tôt que prévu. Les documents de Morsa sont alors photographiés par les soins du chef de section ZIG-D, le docteur Pierre Glorieux à Bruges.

La Libération est en vue mais le danger subsiste jusqu'au dernier jour. Un ancien collègue de Morsa, militaire de carrière, lui demande de cacher un revolver. Ayant femme et enfants, Morsa dit qu'il ne peut prendre un tel risque et que les affaires de guerre ne l'intéressent pas le moins du monde ! Furieux cet ancien collègue réplique qu'il peut s'attendre à de sérieux problèmes après l'Occupation !

A l'approche de la Libération, Morsa prend en charge un Lorrain incorporé d'office de l'armée allemande : Jean Schultz ; celui-ci sera confié aux Canadiens. Il apprit qu'après avoir rejoint les Forces Françaises Libres, son protégé avait combattu contre l'armée allemande.

Par contre le Gefreiter EJK avec qui il a été confronté au Conseil de guerre a été passé par les armes dans le cimetière communal de Steenbrugge, le jour même où les Allemands quittèrent la région face à l'avance des Alliés.

Que sont devenus les plans Morsa ? Tous ces plans sont passés par Marc Léman jusqu'en avril 1944 et les documents ont été brûlés dès l'audition des messages de réception à la BBC. A la Libération, les regrets sont très grands... l'ordre en avait été donné. Hélas !

Dans les dernières semaines d'occupation, comme les courriers ne partaient plus pour Londres, les renseignements urgents étaient transmis par radio ou par phonie. Ainsi des documents peu importants n'ont pas été brûlés et sont restés aux mains des chefs de secteurs ; les principaux ont été remis aux Alliés lors de leur progression libératrice. Dans le plan étudié pour l'organisation autonome régionale du Réseau ZIG, un secteur spécial est réservé rien que pour Morsa à partir d'avril-mai 1944. Il en garde les rênes aidé par le docteur Pierre Glorieux qui s'entoure d'agents cyclistes dont ses deux filles.

C'est chez lui que Morsa apporte les documents secrets. Son trajet n'est pas long. Le docteur a composé un dossier médical bien fourni à son nom : il souffre d'un ulcère à l'estomac et son état cardiaque est à surveiller. Un alibi irréprochable de crédibilité.

Au registre officiel du Cadastre à Bruges, Bewaring Brugge Afdeling C2, existe la liste des prestations exécutées par Morsa ; celles qui sont soulignées en rouge ont été réalisées pour le compte de l'occupant « openbare besturen op partikulieren » du 20 juillet 1943 au 30 août 1944.Morsa estime que pour cette période il a remis au réseau ZIG environ 300 plans.

Depuis son premier larcin, le plan de Dunkerque, Morsa raconte absolument toutes ses activités journalières à son épouse. Ils partagent leurs appréhensions, les aléas, leurs anxiétés, tout comme leurs moments de satisfaction après un tour magistral joué à l'ennemi. Son épouse aux nerfs d'acier s'adonne totalement à ses devoirs de mère entourant ses petits de toute son affection et de mille distractions pour estomper au mieux la longueur de l'attente ; une vie sur le qui-vive incessant.

Après la Libération, Morsa conserve sa grande discrétion, aucune vantardise ! Ses glorieux exploits sont restés peu connus, trop peu connus. La maladie l'emporte en juillet 1950 à l'âge de 40 ans.

Braid, chef de ZIG, rassemble ses quelques chefs de Secteur à l'adresse clandestine de Marc Léman (en captivité en Allemagne) pour recevoir le capitaine Page du Spécial Intelligence Service, chez qui arrivaient les rapports hebdomadaires. Celui-ci tient à féliciter particulièrement Morsa pour ses exploits et révèle le grand intérêt des renseignements sur la défense du Mur de l'Atlantique si utiles à la cause des Armées Alliées. Des félicitations sont réservées pour la collaboration de Marc Léman.

Le roi Georges VI le reçoit à Londres pour le faire « Honory member of the most excellent Order of the British Empire (Military Division) », tandis que le Gouvernement belge lui octroie une Croix de Guerre avec une palme et le fait Chevalier de l'Ordre de Léopold. Il est promu au grade de Capitaine ARA.

Ceux qui ont travaillé avec cet homme humble et modeste sont fiers de son courage exceptionnel, de son sang-froid, de ses qualités de discernement ...

Sans aucun doute « Un » des plus grands agents du renseignement belge.

Adrien Fache a rédigé et publié un ouvrage intitulé : « ALIAS MARC LEMAN »
Services de Renseignements Militaires Belges 1940-1945 Organisation et souvenirs. L’ouvrage est paru en novembre 2003 (Ré-édition 03/201 1).
1 MORSA Roger, LL 8000, né à Ben-Ahin (Liège) le 15 juillet 1909, décédé le 11
juillet 1950.

I M P O R T A N T
Au cours de l’année 2011, une plaque commémorative à la Mémoire de Roger MORSA sera inaugurée sur la maison qui a vu sa naissance à Ben Ahin (Huy).a
[b]
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  Phil642 le Lun 14 Mar 2011, 5:23 pm

Samedi 2 avril à 11:15 hr : inauguration plaque souvenir ROGER MORSA, Réseau ZIG, capitaine ARA (né à HUY/Ben-Ahin 15.07.1908 - décédé à BRUGGE/ St Andries 11.07.1950.

Un Agent des Services de Renseignement et d'Action "HORS CATEGORIE" : plus de 1.000 plans allemands ultra confidentiels du secteur des Côtes Martitimes copiés et transmis au commandement des troupes alliées à Londres entre déc.40 et août 44.

avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  Phil642 le Lun 04 Avr 2011, 4:27 pm

avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  le ronin le Lun 04 Avr 2011, 11:16 pm

Bonsoir, c'est toujours émouvant , ces hommes qui ont eu le courage de s'opposer à l'ennemi . Merci Phil .


Amicalement.



Le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  Prosper Vandenbroucke le Lun 04 Avr 2011, 11:40 pm

Bonjour,
Voici un article paru dans le journal belge "La Dernière Heure" du samedi 2 avril 2011



Amicalement
Prosper clin doeil gri
avatar
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 755
Age : 67
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  gonio le Mer 06 Avr 2011, 9:19 pm

Un grand bravo , un gros merci au porte-Drapeau ! vive la RUSRA ! vive la Belgique ! géné géné

gonio
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 1
Age : 69
Localisation : huy
Date d'inscription : 22/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roger Morsa

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum