Débarquement Normandie- 6 juin 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Débarquement Normandie- 6 juin 1944

Message  polo le Mer 06 Avr 2011, 5:04 pm


Stratégie:


HISTORIQUE

Le 6 juin 1944 les alliés exécutent le plan préparé de longs mois auparavant. Voici les dates clés de la préparation du débarquement de Normandie :



Janvier 1943 : réunion de casablanca


12 mars 1943 : COSSAC

26 avril 1943 : définition des objectifs

Mai 1943 : conférence Trident de Washington



Réunion de Casablanca
En janvier 1943, Roosevelt, Churchill, de Gaulle et le général Giraud se réunissent à Casablanca pour décider d'un débarquement en Europe du nord-ouest. Un plan est alors décidé :

- battre l'Allemagne avec un maximum de force,
- la Tunisie et la Sicile doivent être libérées pour ensuite s'attaquer à l'Italie,
- les opérations dans le pacifique seront coordonées avec celle en Europe,
- destruction prioritaire des sous-marins allemands,
- offensives aériennes portées au maximum contre l'Allemagne,
- les forces seront basées en Angleterre pour retourner par la suite sur le continent.

Une déclaration de principe est faite lors de cette conférence: "La guerre sera poursuivie jusqu'à la reddition sans condition des puissances adverses".



COSSAC


Le 12 mars 1943, le général anglais Frederick Morgan prend le commandement de l'état-major des alliés, sous le nom de COSSAC (Chief Of Staff to Supreme Allied Commander). Le but est de préparer une large opération de débarquement et une attaque décisive.



Définition des objectifs

Le 26 avril 1943 une directive est donnée : le but est de battre les forces allemandes : il a pour mission trois chantiers,

Starkey: opération de diversion,

Rankin: opération d'attaque à tout moment en cas de défaillance des allemands,

Overlord: (Seigneur suprême) opération de débarquement.

Le 25 mai 1943 C.O.S.S.A.C reçoit de nouvelles directives du Comité des chefs d'états-majors alliés : "S'assurer sur le continent l'espace voulu pour mener ultérieurement des actions offensives. Dans ce but, saisir des ports permettant l'arrivée des renforts en provenance directe des Etats-Unis (cadence 3 à 5 divisions par mois).

Date objectif : mai 1944

Plan à présenter pour le 1er août 1943.

Force d'assault : 29 divisions (plus une Française probable), dont : débarquement initial 5 divisions plus 2 divisions, renforcement immédiat 2 division."

Le choix de la Normandie est fait pour des raisons pratiques de météorologie et de facilité d'accès. Ne nombreux raids de reconnaissance sont ménés dès 1942 à Saint-AUbin-sur-Mer et Saint-Laurent-sur-Mer.

Les alliés tirent des enseignements d'autres opérations de débarquement. Le débarquement à Dieppe en mars 1942 (opération Jubilee) est un véritable échec, 4300 hommes sont morts, bléssés ou disparus Les troupes de Dieppe étaient composées de 6000 hommes dont 5000 provenaient de la 1er Armée canadienne du général McNaughton. L'opération de débarquement se fait sur un front large d'environ 20 Km. Cette opération est la première attaque d'envergure contre les forces allemandes basées sur les côtes françaises.



Trident

En mai 1943, la conférence Trident de Washington reprend les plans de l'opération Overlord. Ces plans sont approuvés par la conférence de Québec, la date du débarquement est alors fixée à mai 1944. Les opérations terrestres sont confiées au général Omar Bradley et Bernard Montgomery.

En juin 1943, après de nombreuses études de terrain la Basse-Normandie est choisi pour le débarquement. Se pose alors le problème de la tête de pont. Les grands ports sont éloignés et l'hypothèse de créer un port artificiel semble alors non réalisable. Après l'échec du débarquement de Dieppe, les alliés changent de tactique, il n'est plus question d'attaquer de front un port. Il est cependant nécessaire que les alliés possèdent un port pour débarquer en masse les hommes et le matériel. Selon une idée de Winston Churchill, il est décidé de créer un port artificiel, en août 1943 le projet de port artificiel est adopté lors de la conférence Trident. Les travaux sont réalisés en différents points en Angleterre et aux Etats-Unis. 1000000 de tonnes d'acier, de ciment partiront sur les côtes de Basse-Normandie pour créer un port artificiel. Le port sera construit en Angleterre , puis tracté jusqu'en normandie. L'ouvrage est colossale puisque 20000 ouvriers vont participer à la construction du port artificiel. Sur le contient Américain ne nombreux ouvrier travaillent pour le débarquement, en 1943 les usines américaines produisent 30000 chars et 86000 avions. Le matériel est acheminé en Angleterre par des bateaux Liberty ships. Les hommes sont également acheminés par bateau à raison de 150000 par mois.




Les opérations :




Starkey est un exercice destiné à entrainer les forces alliés et un plan de diversion qui vise à attirer l'attention des forces armées Allemandes. Le but est de faire croire à un débarquement des alliés à Calais. L'exercice à lieu le 8 septembre 1943, un rassemblement d'homme et de matériel est organisé dans le sud de l'Angleterre autour de Southampton. La fin de ces opérations doit être fait rapidement pour ne pas provoquer de bombardement supplémentaire de l'aviation Allemande. Par la suite des fausses informations sont données à la presse pour présenter cette exercice comme un échec de débarquement et de ce fait créer une véritable désinformation. Pendant cet exercice les espions et la résistance observent les réactions des forces Allemandes dans le but de préparer le véritable débarquement. Pour les Allemands, les forces Alliées vont débarquer à Calais.



Rankin
est une opération de débarquement d'opportunité qui table sur la désintégration des forces Allemandes. Cette opération est liée aux résultats de l'opération Overlord.



Overlord est l'opération de débarquement . De nombreux site de débarquement sont à l'études, le site doit répondre à des critères très précis :

- traversée maritime minimale,
- distance de vol courte,
- proximité de l'Allemagne,
- proximité de port,
- zone de débarquement facile d'accès.

Parmi les nombreux sites étudiés, la Normandie présente un maximum d'atout. Les plages sont faciles d'accès et le bocage offre une zone de défense intéressante, cependant l'élargissement de la tête de ponts sera diffcile. Cherbourg et Brest sont relativement proches pour accueillir les hommes et le matériel. La distance maritime entre l'Angleterre et la Normandie n'est pas optimale mais la supériorité naval des Forces Alliés permet d'atteindre facielement la distance.

Les conditions de débarquement sont les suivantes : une demie-marée haute pour les navires, un assaut à l'aube et une nuit de pleine lune pour les troupes aéroportées.


JOUR J :


Alors que le mois de mai est relativement beau, les premiers jours de juin annoncent des perturbations. Le 4 juin, l'équipe de météorologue commandé par le colonnel Stagg annonce un mauvais temps pour 2 jours avec des nuages bas, vent fort, mer démontée. Le 5 juin la météo défavorable oblige le général Einsenhower de reporter le débarquement de 24H00 au moins, le 5 juin 1944 à 4h15 le général Einsenhower donne l'ordre de lancer l'attaque au 6 juin 1944. Le 6 juin la météo est plus favorable, l'ordre d'attaque est alors donnée. Tous les navires se rendent vers les îles Wight pendant la journée du 5 juin. Le lieu de rassemblement est appelé "Picadilly Circus". Les convois reprennent la route, en particulier celui de Utah pour lequel le trajet est le plus long. Deux sous-marins miniatures X-20 et X-23 ont quitté Portsmouth dès le 3 pour identifier 24 heures à l'avance les plages Sword et Juno, ils restent immergés jusqu'à l'aube du 6 juin. Einsenhower maintient les opérations aéroportées des 82e et 101e Airborne Divisions.



Les allemands s'attendent depuis de nombreux mois à une débarquement sur les côtes du nord-ouest de la France. Cependant le mauvais temps laisse à penser que le débarquement ne se fera pas au début de juin. Rommel, le Chef du mur de l'Atlantique quitte son poste pour se rendre à Erligen en Allemagne pour voir sa famille et Hitler. Les officiers généraux sont également absents pour une réunion qui se tient à Rennes.

La résistance est mise en garde des opérations par les messages radios codés, un vers de Verlaine est alors utlisé, la première partie est émise dans la nuit du 1er au 2, la deuxième partie informe de l'exécution du plan d'invasion 48H00 à l'avance. Le message est le suivant :

*
* *

Les sanglots longs
des violons
de l'automne
blessent mon coeur
d'une langueur
monotone

*
* *

La résistance applique un plan d'attaque pour aider le débarquement des alliés, les voies de chemin de fer et les communications sont visées.

h
avatar
polo
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 258
Age : 22
Localisation : Au Pays Pérdu
Date d'inscription : 25/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum