La guerre est un grand malheur !...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La guerre est un grand malheur !...

Message  roger15 le Mer 29 Juin 2011, 1:13 pm

La guerre est un grand malheur !...


Bonjour à toutes et bonjour à tous, Smile

J'avoue être souvent très agacé par les messages des jeunes internautes de ce forum sur la Seconde guerre mondiale ne paraissant s'intéresser qu'à l'aspect "militaire" de ce conflit. Or, et spécialement en France (je m'abstiens de dire ce qu'il en était pour les autres pays n'ayant pas eu connaissance de témoignages directs de personnes pouvant en parler), cette guerre mondiale concernait surtout les civils sous la botte nazie !...

Ces civils n'étaient pas intéressés pour connaître les détails de l'uniforme des soldats allemands ou de leur armement ou de leurs moyens de transport, ce qui les préoccupait surtout c'était les problèmes de ravitaillement en nourriture et quand cette maudite guerre allait enfin prendre fin et ramener au pays tous ces soldats français en captivité depuis si longtemps.

Voici trois anecdotes vécues qui j'espère vous feront voir ce Second conflit mondial sous un autre angle :

D'abord, le témoignage exceptionnel de Monsieur Lapierre, mon professeur Principal au Collège d'Enseignement général (CEG) Ferdinand Buisson d'Antony (Hauts-de-Seine) alors que j'étais en Sixième. Monsieur Lapierre était un extraordinaire professeur de Français (sans doute le meilleur que j'ai eu durant toute ma scolarité...) mais il ne parlait jamais de lui, et n'abordait que les matières du programme, rien que du programme scolaire (c'était l'année scolaire 1961-1962). Et puis, très précisément à la mi-avril 1962, il se met soudainement à évoquer ce qui c'était passé 22 ans auparavant, du 10 au 13 avril 1940 lorsqu'il était soldat mobilisé et avait été envoyé en Norvège pour la bataille de Narvik, la première grande défaite de l'armée allemande !... Et j'ai alors écouté avec une attention exceptionnelle le récit de cette bataille de Narvik, première victoire anglo-française contre la Wehrmacht, dont j'avoue je n'avais jamais entendu parler auparavant... Et lorsqu'en juin 2006 avec mon épouse lors d'un voyage en Laponie au-dessus du cercle polaire arctique pour voir le merveilleux "Soleil de minuit" j'ai été particulièrement ému lorsque nous avons déjeuné à Narvik...

Ensuite le témoignage de notre voisine du 31 avenue du Bois de Verrières à Antony, Madame Élisa Simon (originaire de Hennebont dans le Morbihan), en juin 1980. Avec quarante ans de retard TF1 (à l'époque c'était encore une excellente chaîne du service public) diffusait chaque soir une émission (de mémoire c'était vers 19 heures) présentée par Henri Amouroux qui racontait la campagne de France au jour le jour. Et là, catastrophe !..., notre poste de télévision tombe en panne juste à cette période !!!... Le technicien ne pouvant venir la réparer que le lendemain, j'ai demandé à Madame Élisa Simon si je pouvais venir exceptionnellement voir la télévision chez eux ce soir ? Elle m'a répondu : « Mais certainement Roger, d'ailleurs mon mari adore regarder cette émission d'Henri Amouroux !... » . Et le soir en question je me suis régalé de visionner cette émission avec les commentaires très avisés de Monsieur Simon, un passionné de la Seconde guerre mondiale (qu'il avait fait en 1939-1940 comme soldat mobilisé, avant de passer cinq ans en Allemagne dans un camp de prisonniers...). A la fin, juste avant de partir je m'adresse à Madame Simon : « Mais, pourquoi n'êtes-vous pas venue voir cette émission ? » . Elle m'a répondu : « Non, je ne regarde jamais ce type d'émission, ça me rappelle beaucoup trop de mauvais souvenirs !... » J'ai senti qu'il ne fallait pas trop insister et je suis sorti après les avoir remerciés... C'était précisément le mercredi 21 mai 1980 (je m'en souviens très bien car c'était le jour où, quarante ans plus tôt, le généralissime Maxime Weygand avait survolé le front en avion et avait repéré la position des troupes allemandes par les coups de canons tirés contre celui-ci...)

Quelques jours plus tard, exactement le mardi 17 juin 1980 en fin d'après-midi, Madame Élisa Simon, sonne chez nous, et dit à ma mère qu'elle veut me parler. Elle me dit alors, les larmes aux yeux et la voix quasiment nouée par l'émotion : « Roger, je vais te dire pourquoi l'autre jour je t'ai déclaré que je détestais cette période de mai-juin 1940. Figure-toi que je me suis mariée fin juin 1939 avec mon premier mari, et nous ne sommes pas restés très longtemps ensemble puisqu'il a été mobilisé début septembre 1939. Je l'ai revu trois fois en permission lors de la "drôle de guerre", puis je n'ai plus eu de ses nouvelles à partir du printemps 1940. Et ce n'est qu'en août 1940 j'ai reçu une lettre du ministère de la guerre qui m'a appris comment il était mort : mon premier mari avait participé à la bataille de Narvik et, via l'Angleterre, était revenu en France, et se trouvait avec son unité dans un train stationné en gare de Rennes le lundi 17 juin 1940 (il y a donc exactement 40 ans aujourd'hui) lorsque l'aviation allemande a fait un carnage sur cette gare !... C'est pourquoi c'est très pénible pour moi de voir que des gens comme mon deuxième mari ou un jeune comme toi se passionnent pour cette sinistre période !... » Bien entendu je suis resté sans voix, que pouvais-je lui répondre ?...

Pour en savoir davantage sur ce bombardement très meurtrier de la gare de Rennes le lundi 17 juin 1940 voir :
* ce que j'en ai dit dans le forum de la Seconde Guerre mondiale : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t8426p70-soixante-jours-qui-ebranlerent-l-occident
* le lien Internet très édifiant sur ce carnage : http://www.lelancastria.com/17-juin-1940-tragedie-a-Rennes-a.html

Troisième anecdote :

Le fameux "Soleil de Minuit", je l'avais appris en classe, dans le primaire lors d'une "leçon de choses", comme on disait à l'époque pour évoquer ce qu'on appelle aujourd'hui les "sciences de la vie". Et depuis plus de quatre décennies je m'étais juré d'aller l'observer un jour au Cap Nord, en Norvège.

Or, je déteste partir en dehors des frontières de la France… mais, à force de passer nos étés dans le Cantal lorsque nous étions franciliens, puis dans les Alpes, dans les Pyrénées ou sur la côte méditerranéenne depuis notre retraite cantalienne, mon épouse a fait le coup de force : l'été 2006 serait celui de la Laponie pour voir le fameux "Soleil de Minuit" !… Nous avons donc choisi un voyagiste qui proposait un séjour de huit jours (sept nuits) uniquement au Nord du cercle polaire.

Et le samedi 17 juin 2006 nous avons pris à Toulouse-Blagnac un vol Air-France direct pour Roissy. La voyagiste a bien essayé plusieurs fois de nous vanter la "navette" Air-France Blagnac-Orly, mais, trop habitués à la ligne B du RER, où nous voyons les pauvres voyageurs encombrés de bagages côtoyer les travailleurs franciliens allant ou revenant du travail, nous avons tenu ferme : un vol direct Blagnac-Roissy, sinon rien !… A Roissy nous avons pris un Airbus A320 de la Finnair pour l'aéroport de Helsinki-Vantaa (1 913 km en 3h05). Là, il a fallu prendre un deuxième vol de la Finnair pour Ivalo (992 km en 1h40), c'était un Airbus A321. Durant le vol nous avons été interpellés par un sympathique blondinet finnois d'Ivalo de 25 ans qui nous a demandé en anglais d'où nous venions et ce que nous venions faire à Ivalo. Il s'est adressé d'abord à mon épouse, qui n'a jamais appris le moindre mot d'anglais. La bougresse s'est alors retournée vers moi pour me demander de faire la traduction. Or, je fais un point d'honneur à ne jamais répondre à une question formulée dans la langue de la "perfide Albion" !…Mais, ce sympathique jeune homme blondinet d'Ivalo utilisait un anglais très compréhensible et articulait bien. Alors, remuant mes souvenirs scolaires, déjà très anciens, j'ai baragouiné quelques mots d'anglais, qu'il semblait comprendre à ma grande surprise !… Et puis, nous avons parlé d'un peu tout et d'un peu rien, mon épouse se prenant au jeu et l'interrogeant sur Ivalo. Ainsi, nous avons appris que cette ville finlandaise n'était qu'à 40 km de la Russie, et qu'il était possible de s'y rendre sans visa (alors qu'il en faut un normalement entre la Finlande et la Russie), mais que des fois les autorités russes bloquaient pendant un jour ou deux la route du retour vers la Finlande. Ce jeune homme, nous a même communiqué son adresse électronique. Une fois atterris à Ivalo, mon épouse m'a félicité pour mon anglais en me disant : « Mais, je croyais que tu ne parlais pas du tout anglais ?… ». Je lui ai répondu qu'en temps normal, effectivement je mets un point d'honneur à rien comprendre à ce qui est dit en anglais, mais que quand c'est le seul moyen de communiquer avec quelqu'un il faut bien ressortir ses souvenirs d'anglais scolaire…

Et à Ivalo, ou plutôt exactement à Saariselka à 20 km au sud d'Ivalo on a passé notre première nuit laponne. Première surprise, malgré la clarté permanente du Soleil, les volets sont inconnus en Laponie !… Il y a des rideaux et doubles-rideaux soi-disant opaques, mais qui ne filtrent que très imparfaitement la lumière aveuglante du Soleil des nuits laponnes. Et ce fut ainsi pendant sept nuits : pas de nuit noire, un éclairage solaire permanent, et une très désagréable impression de faire une sieste et non une bonne nuit réparatrice…

Le dimanche 18 juin 2006, nous prenons le car pour la Norvège (nous passons alors de TU + 3 heures à TU + 2 heures, comme en France) et en soirée nous arrivons enfin à Honningsvåg, tout près du mythique Cap Nord. Après un dîner à l'hôtel notre car nous emmène au fameux "Nordkapp" (71° 10' 21" de latitude Nord et 25° 47' 40" de longitude Est). Et là, catastrophe : il y avait une tempête sur ce lieu magnifique, et sous la pluie nous n'avons pas vu le fameux "Soleil de Minuit".

Cela ne m'a étonné que moyennement, car des années auparavant, un de mes collègues de La Poste, qui passait son temps à parcourir le monde m'avait prévenu : « Ceux qui prétendent avoir vu en juin le Soleil de Minuit au Cap Nord sont à 99% des menteurs, car pour cela il faut : d'abord un horizon Nord très dégagé, ensuite un ciel également très dégagé, ce n'est pratiquement jamais le cas !.. Si tu veux voir vraiment le Soleil de Minuit au Cap Nord, il te faudrait y rester au moins une semaine, et là tu aurais une chance d'avoir un horizon Nord dégagé à minuit au moins une nuit. » Hélas, nous n'y restions qu'une seule nuit !… Je ne verrai donc jamais ce fameux "Soleil de Minuit" qui me fascinait depuis ma jeunesse… Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Et puis le voyage en Laponie norvégienne a continué et le lundi soir nous avons couché à Tromsø, la "capitale de l'Arctique". Ville très sympathique !… Le mardi 20 juin 2006 au soir nous couchons dans un hôtel à Harstad dans les îles Vesteralen. Le lendemain, mercredi 21 juin 2006 était le jour du solstice d'été. Mon épouse était un peu triste car c'était le jour anniversaire de la naissance de son papa, né le 21 juin 1910, décédé depuis bientôt dix ans (3décembre 1996). Nous avons quitté les îles Vesteralen pour les îles Lofoten. Et là, le guide français, nous apprend une bonne nouvelle : la compagnie organisatrice du voyage, a décidé de modifier le planning initial et nous offre une croisière, avec dîner à bord, sur un des magnifiques paquebots de "l'Express Côtier" entre Svolvaer (îles Lofoten) et Bodø, le long de la côte norvégienne. Je consulte alors ma carte Michelin "Laponie" et vais trouver le guide et je lui dis : « Vu qu'entre les Iles Loffoten et Bodø le paquebot va voguer plein Sud, sur l'arrière, si le ciel est dégagé nous pourrions enfin voir le fameux "Soleil de Minuit" non ? ». Il réfléchit un instant et me répond : « Mais, sans problème, si le ciel est dégagé… ».

Moment très émouvant à la fin du repas sur "l'Express Côtier" le capitaine annonce, en anglais, que c'est ce soir l'anniversaire d'un passager, un Allemand aux cheveux blancs, âgé de 85 ans (donc né en 1921) et que "l'Express Côtier" lui offre un gâteau d'anniversaire !… Mon épouse repense à son papa qui était né le même jour que lui, et me dit : « En 1940 cet allemand avait 19 ans, il aurait pu combattre contre mon papa, ou alors être un de ses gardiens lorsqu'il a été prisonnier pendant cinq ans près de Neubrandenbourg, au Nord de Berlin. ». Lorsque nous nous levons pour quitter la salle de restaurant, mon épouse me dit qu'elle veut lui parler et que je n'aurais qu'à traduire ce qu'elle va lui dire. Je crains alors le pire !… Nous nous approchons de cet Allemand, entouré de ses descendants et lui demande s'il parle français, hélas non !… Je refais donc appel à mes souvenirs scolaires et lui explique en anglais qu'en entendant que c'était son anniversaire, mon épouse a pensé à son papa né le même jour que lui. Eh bien, vous ne le croirez peut-être pas mais c'est de lui-même qu'il a demandé si son papa avait été prisonnier en Allemagne lors de la guerre ? Et je me rappelle très sa réaction quand je lui ai dit que oui : « War is big misfortune ! »... Mon épouse était si émue de le quitter qu'elle avait des larmes aux yeux, ce qui a bouleversé toute la famille de ce sympathique Allemand…

Et puis nous avons attendu d'arriver à Bodø (arrivée prévue à 01h30). Et à 23h50, un homme est revenu du pont arrière pour nous déclarer dans notre salon : « Ça y est ! le ciel se dégage, le Soleil vient d'apparaître !… ». Tout le monde s'est précipité et nous avons enfin vu le fameux "Soleil de Minuit" ; et en plus, il n'y avait aucun nuage entre le bord Sud du Soleil et la mer d'huile. Ça pourra peut-être vous paraître idiot, mais nous l'avons vu et revu pendant plus d'une heure. D'autant plus qu'il n'était pas du tout éblouissant !…

Le lendemain nous avons déjeuné à Narvik. Une autre ville symbolique pour moi, dont j'avais entendu parler pour la première fois en juin 1962 par Monsieur Lapierre, mon professeur de français, et professeur principal en sixième qui m'avait emballé (lui qui ne parlait jamais de lui d'habitude) en racontant qu'en juin 1940, en tant que chasseur alpin, il était fier d'avoir battu les Allemands lors de la bataille de Narvik, seule victoire de l'armée française en juin 1940. Le soir nous avons dormi à Kiruna en Suède. Enfin, le vendredi 23 juin on est revenu en Finlande, à Rovaniemi.

Le huitième et dernier jour, on a visité à Korvatunturi, la "Maison du Père Noël" située exactement au cercle polaire arctique (66° 33' 07" de latitude Nord et 25° 50' 51" de longitude Est). On la voit dans toutes les télévisions du monde le 24 décembre chaque année avec le Père Noël et son traîneau tiré par des rennes…

Nous avons repris à Rovaniemi un avion pour Helsinki, puis un deuxième avion entre Helsinki et Roissy, et enfin un troisième avion entre Roissy et Toulouse. Et là, par le hublot nous avons enfin revu la nuit qui nous avait fait tant défaut depuis une semaine !…

Qu'est-ce que c'est beau la nuit quand on ne la voit pas pendant plusieurs jours, mais que c'est moche la guerre !!!... Oui, vraiment : la guerre est un grand malheur !...

Roger le Cantalien. Rolling Eyes Crying or Very sad


Dernière édition par roger15 le Mer 29 Juin 2011, 11:20 pm, édité 3 fois
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 289
Age : 68
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  Phil642 le Mer 29 Juin 2011, 1:34 pm

Merci Roger pour ces témoignages et pour le nécessaire recadrage pouce
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  erbo le Mer 29 Juin 2011, 2:03 pm

Oui merci pour ce témoignage,extrèmement interressant.
Il'y'a cependant une chose qui m'agace légèrement: c'est l'aspect moralisateur de votre message(plutôt de votre premier paragraphe).Ainsi les jeunes se passionnant pour l'aspect militaire du conflit auraient tort?Vous semblez les accuser de réaliser un mauvais travail de mémoire,de se désinteresser des conditions d'exictence des civils français pendant cete guerre.Je pense que vous oubliez une chose essentielle ces"jeunes internautes"sont des descendants de personnes ayant vécus cette guerre en temps que civils.Ils connaissent donc, par le témoignage de leur grands parents,assez bien cet aspect du conflit.C'est inscrit dans leur chairet ils ne pourront donc jamais l'oublier.

erbo
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 162
Age : 26
Localisation : normandie
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  roger15 le Mer 29 Juin 2011, 4:14 pm

erbo a écrit: Je pense que vous oubliez une chose essentielle ces "jeunes internautes" sont des descendants de personnes ayant vécu cette guerre en temps que civils. Ils connaissent donc, par le témoignage de leurs grands parents, assez bien cet aspect du conflit. C'est inscrit dans leur chair et ils ne pourront donc jamais l'oublier.
Bonjour Erbo, Smile

« Ils ne pourront donc jamais l'oublier », puissiez-vous avoir raison... Mais, Erbo, ne croyez-vous pas que ces "jeunes internautes" pourraient justement le confirmer de temps en temps beaucoup plus souvent dans des messages appropriés ?

Me permettez-vous de formuler un vœu, Erbo ? Ce serait que tous les internautes (jeunes et moins jeunes) de ce forum de la Seconde guerre mondiale se souviennent toujours de ce panneau qu'on voit à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) :




Roger le Cantalien. Rolling Eyes
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 289
Age : 68
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  memoire44 le Mer 29 Juin 2011, 5:19 pm

Merci beaucoup pour ces témoignages! Et je crois que Roger a bien raison, on ne peut jamais le savoir vraiment, mais parfois je soupçonne en lisant des messages certains d'entre-nous de ne savoir que le nom des armes d'infanteries (Call of Duty ...) et d'ignorer tout le reste. Mais il ne faut pas embarquer tout le monde dans le même bateau! Moi par exemple, j'aime le militaria, la politique, le matériel, les batailles, enfin en bref tout les penchants de la Seconde Guerre mondiale.

Et il ne faut pas oublier, non plus, que tout le monde n'est pas français...
avatar
memoire44
Major
Major

Nombre de messages : 139
Age : 22
Localisation : Québec
Date d'inscription : 23/02/2011

http://panzer-marsch.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  erbo le Mer 29 Juin 2011, 6:03 pm

roger15 a écrit:
erbo a écrit: Je pense que vous oubliez une chose essentielle ces "jeunes internautes" sont des descendants de personnes ayant vécu cette guerre en temps que civils. Ils connaissent donc, par le témoignage de leurs grands parents, assez bien cet aspect du conflit. C'est inscrit dans leur chair et ils ne pourront donc jamais l'oublier.
Bonjour Erbo, Smile

« Ils ne pourront donc jamais l'oublier », puissiez-vous avoir raison... Mais, Erbo, ne croyez-vous pas que ces "jeunes internautes" pourraient justement le confirmer de temps en temps beaucoup plus souvent dans des messages appropriés ?

Me permettez-vous de formuler un vœu, Erbo ? Ce serait que tous les internautes (jeunes et moins jeunes) de ce forum de la Seconde guerre mondiale se souviennent toujours de ce panneau qu'on voit à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) :




Roger le Cantalien. Rolling Eyes

Vous avez raison Roger,certains d'entre nous devraient manifester un peu plus souvent cette mémoire.Et vous avez raison la seconde guerre mondiale c'est un peu plus qu'un débat technique sur le T-34.
Mais Roger vous savez très bien que malgrés tout ,avec le renouvellement des générations,la mémoire s'érode au fil du temps.Qui se souvient à part une poignée de passionnés,de Clovis,des Croisades et de leurs massacres,des guerres de religions qui ont ensanglanté la France ,de Cameron et de la guerre de 1870????.Pour ceux qui gardent un lien direct avec ces evènements la mémoire de ceux ci restent malgrés tout.

erbo
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 162
Age : 26
Localisation : normandie
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  le ronin le Dim 24 Juil 2011, 2:04 pm

Bonjour .Avec du retard, je comprends ce que veut dire Roger, ce n'est pas une critique ouverte envers les jeunes internautes, mais simplement un constat . Oui, la mémoire "fout" le camp, avec les années qui passent, bien peu de témoins direct de cette période sont là, pour raconter ce qu'ils ont vécus .La transmission s'est effectuée avec les gars de ma génération, et ceux d'après, nous cotoyions au quotidien ces acteurs qui en ont " bavés " supportant le poids d'une occupation , tous les jours plus "vorace", mais les plus jeunes, sauf au travers des cours dispensés par des profs à peine plus âgés qu'eux , rapportant l'écrit des bouquins , écrits par des gens n'ayant jamais vu le moindre fusil , les jeux vidéos , les séries télé , font qu'ils s'amusent comme des petits fous avec cette sombre période .Pas tous heureusement, mais au travers des divers "posts" je devine l'engouement pour telle arme, où char , où autre instrument de mort , passant à côté des souffrances endurées par ceux qui ont subis, dans la vie de tous les jours .Oui, la guerre est une chose affreuse, génératrice de misères et souffrances sans nom, surtout la dernière guerre Mondiale, qui a été , au travers des déportations, et exterminations , l'horreur absolue , montrant que l'homme peut parfois être son pire cauchemar, pour lui même .


Amicalement.


le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3425
Age : 65
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  Luhkah le Dim 24 Juil 2011, 6:33 pm

Bonjour,

Le post de Roger me touche beaucoup.
Bien qu'ayant 32 ans, je me sens comme un "jeune", pourtant je peux vous dire qu'en un sens, la guerre ne s'arrêtera jamais vraiment pour moi.
Pour être plus explicite, mon grand-père a été interné, dans un petit camp à l'extérieur de l'Allemagne, du genre de Breendonck. Ce n'était pas un résistant, juste une victime innocente qui n'avait pas commis d'autre crime que d'avoir attiré la suspiscion des nazis. Il n'était pas un saint, et pour être franc, on m'a dépeint une image de lui qui était un homme "de son temps" : un patriarche ne souffrant que difficilement la contradiction, néanmoins, ce n'était pas un monstre, loin de là.

Lorsqu'il revint, c'était un homme détruit. Physiquement, il était rester jusqu'à sa mort gravement affaiblis. Psychiquement, il était ravagé : il refusait de parler à mon oncle de cette période de sa vie, lui hurlant qu'il voulait juste oublier et se conduisait de manière extrêmement dure avec son fils jusqu'à sa mort qui arriva de manière précoce.

Mon Oncle souffra beaucoup dans sa jeunesse à la fois de l'absence de son père, mais aussi de sa présence. Il nourrit une obsession pour la seconde guerre mondiale et notamment l'univers concentrationnaire, il essaya de reconstituer... quelque chose qui rationaliserais sa souffrance, mais cela fut essentiellement vain et la pression des ans, l'abscence de psychothérapies, ainsi que d'autres problèmes conduisirent à son suicide récent il y a quelques années.

Personnellement, j'ai grandis avec les livres de mon oncle, la seconde guerre mondiale est pour moi presque une seconde nature dans le sens ou si je ne suis pas aussi érudit que bien des membres de ce forum, le vocabulaire de cette dernière, le "parfum psychique" fait partie de ma vie. Mon propre passé personnel me ramène invariablement cette période de l'histoire, car sans cette guerre, ironiquement, ma famille n'existerait pas, elle fait donc partie de mon identité.

Cependant j'admet qu'il y a un caractère "ludique" à cette période : pour résumé ce que disait Truffaut, "Il est impossible de représenter la guerre au cinéma sans lui donner un caractère exaltant ou spectaculaire." et ce qui vaut pour un média vaut pour les autres, jeux vidéo compris et cela fait aussi partie de la manière que j'ai eu d'appréhender cette période historique, et je sais pertinement que certains jeunes, sans ses médias, ignoreraient tout simplement son existence.

Pour le reste, je dirais simplement que beaucoup de gens ne sont out simplement pas intéressé par l'histoire, ou alors uniquement lorsque cela les concerne directement, où lorsqu'il sont divertis par elle, ensuite, c'est la curiosité personnelle qui fait le reste.

Certes, la mémoires se perd, mais si chaque génération d'être humain porte en elle une part de la suivante, il est aussi de son devoir de recréer une expérience de vie qu'elle ofrira à celle qui suivra. Les gens doivent faire leur propre erreurs, la seule bonne nouvelle est qu'ils ne sont pas obligés de faire les même que leur prédecesseur et c'est pour cela que l'histoire -et ce site- éxiste.

Maintenant, je voudrais terminer par une anecdote personnelle , dix ans auparavant, j'étais dans le métro, et un vieillard était assis devant moi. Ses manches étaient très légèrement relevée, et j'ai aperçu sur son avant bras un tatouage rendus moins lisible par les ans et les rides, mais encore tout-à-fait reconnaissable.

Soyons clair, je connaissais la shoah, l'holocauste, je savais qu'elles avaient eut lieu. Néanmoins, voire ce tatouage m'a fait toucher du bout du doigt unehorreur glacée qu'aucun témoignage enregistré, aucune image, ni même la vie de mes parents ne pourront jamais rendre, une horreur qui a le goût de la réalité et dont on ne peut se débarassé car justement, elle appartient au passé, et reste donc indélébile.

Pour celui qui prend conscience, il est impossible d'oublier, mais comme toute connaissance, c'est un long chemin à accomplir, sur lequel nul n'est forcé d'entrer, pour le meilleur comme pour le pire.

EDIT : J'ai édité le message, non pour les propos mais pour lui donner un peu plus de lisibilité.
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  Briselance le Dim 24 Juil 2011, 10:48 pm

connaître les détails de l'uniforme des soldats allemands ou de leur armement ou de leurs moyens de transport

J'avoue être souvent très agacé par les messages des jeunes internautes de ce forum sur la Seconde guerre mondiale ne paraissant s'intéresser qu'à l'aspect "militaire" de ce conflit"
Chacun ses raisons. Mon intention n'est aucunement de faire la critique de votre point de vue ou de n'importe quel autre,
mais si certains des membres de ce forum se "spécialisent" dans certains domaines de ce conflit, c'est un choix qui n'appartient qu'à eux.

C'est pourquoi c'est très pénible pour moi de voir que des gens comme mon deuxième mari ou un jeune comme toi se passionnent pour cette sinistre période !

Je ne peux pas dire que je "comprends" ce message, n'ayant pas vécu les mêmes épreuves. Tout au plus, je peux dire que l'opinion de cette dame est absolument légitime, sans l'ombre d'un doute.

Mais si je (moi ou n'importe qui d'autre) m'intéresse à une période, c'est d'abord pour mon propre plaisir.
Et ce qu'en pense les autres n'entre pas en considération.

c'est l'aspect moralisateur de votre message(plutôt de votre premier paragraphe)
Long story short.

On n'intéressera pas les lycéen(ne)s à cette période et au Devoir de Mémoire qui en est inséparable en leur assénant des concepts philosophiques et de leçons moralisantes, ni même en essayant de les faire culpabiliser, mais plutôt en commençant par évoquer des choses dont ils (elles) ont eu connaissance via les jeux video et les films.
Il ne sert donc strictement à rien de crier haro sur ceux et celles qui commencent par s'intéresser aux armements, véhicules, etc. et de presque faire la chasse à ceux (celles) qui expriment leur intérêt pour la militaria.

la seconde guerre mondiale c'est un peu plus qu'un débat technique sur le T-34.
Exactement. Personne ne pourrait soutenir le contraire.
Je pense aussi que c'est prendre les jeunes pour bien plus c*ns stupides et limités qu'ils ne le sont vraiment que de croire que seule une petite minorité serait d'accord avec la citation ci-dessus.

avatar
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 31
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  roger15 le Mar 26 Juil 2011, 12:00 pm

Bonjour Briselance, Smile

Merci pour ton message, très intéressant. Wink

Je voudrais simplement revenir sur un point que tu as indiqué :

Briselance a écrit: On n'intéressera pas les lycéen(ne)s à cette période et au Devoir de Mémoire qui en est inséparable en leur assénant des concepts philosophiques et de leçons moralisantes, ni même en essayant de les faire culpabiliser, mais plutôt en commençant par évoquer des choses dont ils (elles) ont eu connaissance via les jeux video et les films.
Il ne sert donc strictement à rien de crier haro sur ceux et celles qui commencent par s'intéresser aux armements, véhicules, etc. et de presque faire la chasse à ceux (celles) qui expriment leur intérêt pour la militaria.
Justement, sur ce forum de la Seconde guerre mondiale, il me semble - mais peut-être suis-je le seul à ressentir cela ? - constater que les jeunes (par là j'entends les moins de vingt-cinq ans) ne postent que très exceptionnellement sur le "Devoir de mémoire" qui devrait être la clef de voûte dudit forum...

Je comprends très bien, Briselance, vu que tu as 24 ans et que j'en ai 61, que nous n'ayons pas tout à fait le même regard sur les atrocités de la Seconde guerre mondiale. Il y a une chose que je voudrais souligner (et qui ne me semble pas souvent mis en valeur sur ce forum) : la guerre "moderne" depuis l'arrivée de l'aviation en 1914 (et les premiers bombardements de Paris d'abord par les "Taubes" puis les dirigeables "Zeppelin" allemands) puis la mise en service des canons "longue portée" allemands (les fameuses "grosses Bertha") qui ont bombardé Paris en mars 1918 (voir : http://ufacbagnolet.over-blog.com/article-23161851.html ) a fait que ce ne sont plus les soldats, mais toute la population, enfants, femmes, vieillards, qui sont désormais les victimes majoritaires des conflits. Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Pour en arriver à la Seconde guerre mondiale, les victimes des nombreux bombardements massifs des aviations de l'Axe et des Alliés (ainsi le bombardement massif de la ville de Hambourg - l'opération "Gomorrhe" - du 25 juillet au 3 août 1943, bilan : 40 000 tués !!!... voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Gomorrhe ) ne portaient pas en majorité, loin de là, des uniformes !...

Voici une photographie de Hambourg après ce bombardement massif de l'aviation alliée :




Briselance, que t'inspirent ces ruines ? Penses-tu sérieusement que seuls des Nazis fanatiques figuraient parmi ces 40 000 victimes ?

Désolé, Briselance, mais je maintiens que la guerre est un grand malheur !...

Roger le Cantalien. Rolling Eyes
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 289
Age : 68
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerre est un grand malheur !...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum