Le "Complot des blouses blanches"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le "Complot des blouses blanches"

Message  Mithridate le Jeu 18 Aoû 2011, 10:38 pm

Bonjour, une question m'est venue, le prétendu "Complot des Blouses Blanches", présenter comme un complot de médecins juifs et dénoncer le 1er Décembre 1952 par Staline au Politburo sous les termes :

« Tout sioniste est l'agent du service de renseignement américain. Les nationalistes juifs pensent que leur nation a été sauvée par les États-Unis, là où ils peuvent y devenir riches, bourgeois. Ils pensent qu'ils ont une dette envers les Américains. Parmi mes médecins, il y a beaucoup de sionistes. ».

Je me suis donc demander si le déclenchement de cette prétendue affaire était une conséquence de l'échec de la politique soviétique qui visait a tenter a étendre l'influence de l'URSS par l'intermédiaire de certains organismes soutenus par l' URSS comme le "Comité Juif Antifasciste" créer en 1942 a partir de la seconde guerre mondiale.
Qu'en pensez-vous?

Mithridate
Major
Major

Nombre de messages : 127
Age : 28
Localisation : Brie
Date d'inscription : 28/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  alderome le Mar 13 Sep 2011, 9:56 pm

Le 13 janvier 1948, l'acteur Solomon Mikhaïlovitch Mikhoels, directeur du Théâtre juif de Moscou est assassiné à Minsk sur ordre de Staline. C'est le début de l'affaire du Comité Antifasciste Juif. Complots, faux aveux, tortures, disparitions...tous les moyens sont bons pour éliminer les juifs de la vie politique et culturelle d'URSS. C'est par cet assassinat que commence la répression contre les juifs russes. Il y a un livre : l'Holocauste inachevé d'Alexandre Botchagorski qui dénonce
les arrestations, dissimulations d'assassinats..
J'espère que l'article du Monde t'aidera dans tes recherches.
http://www.monde-diplomatique.fr/1995/12/RUCKER/2052
ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Ming le Mar 13 Sep 2011, 11:48 pm

Mithridate a écrit:Bonjour, une question m'est venue, le prétendu "Complot des Blouses Blanches", présenter comme un complot de médecins juifs et dénoncer le 1er Décembre 1952 par Staline au Politburo sous les termes :

« Tout sioniste est l'agent du service de renseignement américain. Les nationalistes juifs pensent que leur nation a été sauvée par les États-Unis, là où ils peuvent y devenir riches, bourgeois. Ils pensent qu'ils ont une dette envers les Américains. Parmi mes médecins, il y a beaucoup de sionistes. ».

Je me suis donc demander si le déclenchement de cette prétendue affaire était une conséquence de l'échec de la politique soviétique qui visait a tenter a étendre l'influence de l'URSS par l'intermédiaire de certains organismes soutenus par l' URSS comme le "Comité Juif Antifasciste" créer en 1942 a partir de la seconde guerre mondiale.
Qu'en pensez-vous?

Oui et non. La plaisanterie de mauvais goût (mais d'humour typiquement soviétique) était alors : "Quelle est la différence entre Moïse et Staline ? Moïse a sorti les Hébreux d'Egypte et Staline les a sortis du comité central".

En revenant en arrière, il y a pas mal de juifs russes qui ont participé à la révolution d'octobre : Trotsky, Zinoviev, Kamenev pour ne citer qu'eux (et qui furent tous à droite de Lénine), ce qui poussa les Russes blancs à déclarer paradoxalement que la révolution rouge était l'affaire des juifs, ce qui entraîna dans certains milieux des crises d'antisémitisme.

Staline s'est débarrassé des trois apparatchicks précédemment cités par ses moyens habituels : procès à grand spectacle avec Vychinski en qualité de procureur (il sera lui-même liquidé par la suite) assassinat (Trotsky) ou encore pseudo accords (exclusion du parti et relégation) qui ne furent évidemment pas respectés par Staline, puisque selon lui, les traités et accords sont faits pour être déchirés.

Personne ne fait le distinguo entre renforcement des rangs staliniens et antisémitisme, puisqu'en 1928 il créé la république autonome juive dans un coin perdu de Sibérie, y proclame le Yiddish comme étant la langue officielle, créé des écoles, etc.

A milieu des années 30, lorsque Kirov est assassiné -ce qui entraîne la période des grandes purges- des juifs russes sont également assassinés mais comme tout autre citoyen soviétique. Cependant la république autonome est abandonnée, les écoles fermées et les dirigeants exécutés. Les autres organisations juives sont également liquidées ou stoppées.

Il faut attendre la grande guerre patriotique pour que soit dressé le comité antifasciste juif en avril 1942, dont l'objet à la base n'est autre que d'alerter l'opinion publique internationale mais également d'organiser le soutien politique et d'amener du matériel occidental pour aider l'URSS à lutter contre les nazis. Pendant sept mois à partir de 1943, ses dirigeants font une grande tournée des nations occidentales (USA, Canada, GB, Palestine, etc.) ou les montants récoltés se chiffrent en plusieurs dizaines de millions de $.

Le premier hic se produit à la fin de la guerre lorsque le comité cherche des documents prouvant et démontrant la Shoah, ce qui ne plait pas aux dirigeants soviétiques puisque c'est reconnaître une spécificité dans les souffrances liées à la 2GM au moment ou les cadres du parti veulent afficher une souffrance soviétique commune (pour mémoire, les soviétiques ont perdu 27 millions de morts, civils et militaires, les alliés -GB et US- 800 000). Le deuxième hic se produit lors de la fondation de l'état d'Israël, que Staline soutient au départ et songe même à ramener dans le camp communiste.

Le comité se lie d'autre part avec des organisations américaines aux fins de publier un livre sur la Shoah et les juifs dans les différents mouvements de résistance, dont la publication devait se faire simultanément en URSS et aux Usa. Seulement c'est en 1948, pile au moment ou Mikhoels, le président du comité, est assassiné -un accident de la route maquillé.

De la même manière que Kirov en 1934, c'est le signal de départ d'une purge qui vise cette fois-ci spécifiquement les juifs russes dans l'appareil d'état -à commencer par les membres du comité dont certains seront épargnés puisqu'ils bénéficient d'une protection ou de la bienveillance de Staline, tel Ilya Ehrenbourg ou Shlomo Sheifer -grand rabbin de Moscou- parce que dans le cas de ce dernier, l'accusation par d'autres nations d'antisémitisme d'état eut été par trop évidente.

Les mêmes recettes sont appliquées aux membres du comité que celles des grandes purges : accusations d'espionnage, de déloyauté, de bourgeoisie, à laquelle s'ajoute celle de cosmopolitisme -très spécifique à cette époque- autrement dit d'absence de racines et/ou d'allégeance à l'état soviétique. Une accusation passe partout qui permettra par la suite d'enfermer des centaines de milliers de personnes. Et cerise sur le gâteau, étant donné les relations entretenues avec les Américains, on les accuse d'avoir voulu créer une république autonome en Crimée avec l'aide et pour servir les Américains.

Le but est de liquider la culture juive et comme durant les grandes purges, cela se fait par étapes successives, migrant d'une couche sociale à autre. En 1934 comme on l'a vu, cela a débuté par Kirov -cela a officialisé le départ des exécutions bien que les liquidations avaient débuté bien avant, par limogeage de quantité de cadres du parti qui étaient considérés comme infidèles à partir de 1932 environ. S'en sont suivi les procès de Moscou à grand renfort de propagande, qui ont eux même annoncé la période de la grande terreur ou le chef du NKVD -Yejov- fait assassiner sur les ordres de Staline des centaines de milliers de personnes. La vague de répression n'épargne personne, l'armée est touchée, les civils et même le NKVD, jusqu'à l'entourage le plus proche de Staline et même sa famille -d'ailleurs beaucoup plus tard, Svetlana -la propre fille de Staline- eut le malheur de tomber amoureuse d'un juif russe. Staline fut alors pris d'une crise d'hystérie et fit évidemment déporter le prétendant au goulag, le malheureux y mourut.

La répression antisémite qui s'abat sur l'Urss suit le même processus que celui des années 30. Après le comité, c'est au tour des intellectuels juifs russes d'être exécutés, ce qui conduit en août 1952 à ce que l'on appelle la nuit des poètes assassinés ou 13 écrivains et poètes juifs figurant parmi les plus importants sont tués. Et cela devient définitivement clair -ou si tu préfères la chasse est officialisée- lorsqu'en décembre 1952, Staline déclare que "chaque nationaliste juif est un agent potentiel des Américains. Les juifs nationalistes pensent qu'ils ont été sauvés par les Usa".

Cependant, eut égard à la Shoah, Staline ne peut pas se permettre de procéder comme il l'a fait avant guerre par déportations et exécutions de masse. De la même manière qu'Hitler, il se sert subtilement de la presse et de l'opinion publique pour arriver à ses fins -et cela explique le complot des blouses blanches. Qui mieux qu'un médecin est au contact de l'entière populace, qui mieux qu'un médecin peut réellement nuire à quantité de personnes ? La campagne de presse visait à déclencher une vague de haine antisémite, mettant en avant les escrocs sionistes qui avaient abusé de la naïveté des russes, est lancée par la Pravda, suivie de Krokodil -un journal satirique- relayée par l'agence Tass. Inutile de préciser que dans un pays ou l'antisémitisme était déjà présent, il n'a pas fallu longtemps pour que les juifs se retrouvent exposés au pire.

Par ailleurs, les Tatars de Crimée avaient eu des cas de collaboration durant la 2GM. Avec sa délicatesse habituelle, Staline les a tous fait déporter au fin fond de l'Asie centrale, en mai 1944 -y compris les vétérans de l'armée rouge décorés et les dirigeants du PCUS, les personnes âgées et les enfants. C'est exactement le sort qui attendait les juifs russes si le "petit père des peuples" n'était pas entretemps décédé d'une rupture d'anévrisme.

Le fond de la question est pourquoi. La réponse est à la fois assez simple et compliquée et se tient probablement sur plusieurs raisons, les Juifs, comme au demeurant les Allemands de la Volga, les Tchétchènes et autres ethnies représentaient un groupe de personnes qui ne se coulait pas totalement dans le moule soviétique, du fait de leur religion, langue, culture, coutumes. D'autre part, Staline a fait emprisonner et/ou exécuter toute personne ayant eu des contacts ou des liens avec les occidentaux (au sens large du terme), ce qui les exposaient directement. Enfin, Staline a toujours voulu imposer la langue russe et les coutumes russes à toute ethnie non russe -raison pour laquelle les Cosaques pour ne citer qu'eux ont bien failli perdre leurs traditions, comme de reste quantité d'autres groupes ethniques. Tout ceux qui s'y sont opposés en sont morts ou ont été emprisonnés et éloignés de leur région natale.

Toujours est-il que jusque sous Brejnev au moins -et en dépit de l'arrêt des répressions par Beria à la mort de Staline-, être juif russe équivalait à se retrouver tout en bas de l'échelle sociale soviétique. A cette époque, l'on trouvait à Leningrad (aujourd'hui Saint Petersbourg) des cartes postales clairement antisémites, dignes des pires moments que l'Allemagne traversa sous Hitler.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Phil642 le Mer 14 Sep 2011, 9:31 pm

Bravo Ming! pouce

Il ne faut pas oublier que l'antisémitisme prend aussi ses bases les plus répugnantes en Russie Blanche et récupérée par la Russie Rouge, le terme "Pogroom" étant fondamentalement et linguistiquement d'origine Russe.

L'antisémitisme est une institution en Russie depuis bien avant Catherine II et il n'est actuellement toujours pas fini.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  alderome le Mer 14 Sep 2011, 9:38 pm

Pour tout dire simplement le petit père des peuples était antisémite, il détestait Trotsky non seulement parce qu'il était bien plus intelligent provenant de la bourgeoisie et faisant partie de intelligentsia juive.
ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Ming le Mer 14 Sep 2011, 11:10 pm

Phil642 a écrit:Bravo Ming! pouce

Il ne faut pas oublier que l'antisémitisme prend aussi ses bases les plus répugnantes en Russie Blanche et récupérée par la Russie Rouge, le terme "Pogroom" étant fondamentalement et linguistiquement d'origine Russe.

L'antisémitisme est une institution en Russie depuis bien avant Catherine II et il n'est actuellement toujours pas fini.

En fait la première grosse vague de pogroms date d'Alexandre III (1880 environ), ou les Juifs sont rendus responsables de l'assassinat du Tsar Alexandre II. La politique d'état est alors littéralement d'en convertir 1/3, d'en faire émigrer un autre et d'en tuer le dernier tiers. Au cours des années 1880, les pogroms n'ont cessé d'éclater -on en compte plus d'une centaine- ou les Juifs sont spoliés de leurs biens, leurs femmes violées sans parler des assassinats.

La deuxième vague date du début du XXe siècle, ou il est désormais question de crimes rituels (effectués par les Juifs) ce qui va entraîner la formation -avant Orde Wingate en Palestine- de brigades d'auto-défense... qui n'empêcheront pas les Juifs d'être victimes d'autres attaques -traduction littérale du mot погром-.

La troisième, que je pourrais qualifier de "minoritaire" mais qui ne l'est pas en fait, est celle des pogroms de la révolution d'octobre. Comme je l'expliquais, côté blanc on a souvent procédé à l'assassinat de Juifs Russes en raison du nombre de Juifs Russes parmi les rangs des bolcheviks : on parle alors de révolution judéo-bolchevique, un terme qui sera repris plus tard par un autre psychopathe moustachu.

C'est donc sur un terreau particulier que Staline avait misé et qu'il aurait probablement gagné.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  eddy marz le Jeu 15 Sep 2011, 10:26 am

Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'à l'époque où les nazis étaient encore en train de chercher une solution raisonnable au "Problème Juif" (émigration, émigration forcée etc.) le Reichsführer-SS Heinrich Himmler déclara à ses proches collaborateurs, puis à un parterre de gradés, qu'il considérait l'extermination physique des individus comme une "méthode bolchévique indigne du génie Allemand". Ensuite, bien sûr...
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Phil642 le Jeu 15 Sep 2011, 11:53 am

Ming a écrit:
La deuxième vague date du début du XXe siècle, ou il est désormais question de crimes rituels (effectués par les Juifs)...

Ces légendes à propos de crimes rituels sont toujours "enseignées" via certaines chaines de télévisions extrémistes du Proche-orient ...
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Ming le Jeu 15 Sep 2011, 12:17 pm

Stéphane Courtois précise de son côté que les méthodes concentrationnaires allemandes sont entièrement calquées sur celles des soviétiques et remontent à l'époque ou les officiers de la Reichswehr se rendaient en Urss pour y effectuer des manoeuvres -à l'époque où le traîté de Versailles n'avait pas encore été jeté aux orties. Mêmes plans de disposition des baraquements et des camps, même emploi des déportés à des fins économiques, mêmes méthodes d'arrestation, de déportation, et même cynisme dans la possibilité de reconstruire l'individu durant son séjour derrière les barbelés. En allant plus loin dans les deux cas, les victimes furent enfermées en raison de ce qu'elles étaient (Juifs, Roms, asociaux, étrangers, témoins de Jéhovah, Protestants) ou de ce qu'elles faisaient (opposant, résistant, saboteur, membre du parti, apparatchik).
A l'intérieur des camps soviétiques on retrouve également une hiérarchie similaire en tous points à celle des camps nazis, avec un kapo qui est invariablement un droit commun -ils sont même généralement plusieurs par baraquement- et qui exercent littéralement un droit de vie et de mort sur les autres détenus. Lesquels sont soumis à un traitement totalement arbitraire : il n'y a pas de répartition équitable des rations, ni même des vêtements chauds et le seul espoir de survie est de se trouver une place au sein de l'administration du camp, dans un bureau ou ce qui tient lieu d'être, pour échapper aux travaux physiques meurtriers.

Selon la norme établie par l'administration principale des camps et ce qui tient lieu de "justice", la peine est automatiquement doublée ou prolongée quel que soit le détenu, ses fautes ou son origine. Dans la plupart des cas, ce dernier ne le sait d'ailleurs pas -si toutefois il a eu la chance de passer devant un tribunal ou si l'on a informé de la longueur de sa peine-. Lors de l'invasion allemande, Beria a instauré la loi martiale : journée de travail de 10 heures, pas de jours fériés, élimination automatique de tout déporté suspect, augmentation des normes de travail et des heures de travail (on passe de 10 à 12 voire 16 heures) et réduction des rations. Au mieux et pour un travail exténuant -le plus physique- les déportés reçoivent une ration de 80 gr de viande et 800 gr de pain -et c'est bien avant la 2GM, ce qui veut dire que les rations sont passées largement en dessous du strict minimum vital, puisque ces rations ne permettent déjà pas un apport en calories suffisant. Cela entraîne entre autre des maladies liées à des carences telles que scorbut, pellagre, rachitisme, qui conduisent inévitablement à une mort certaine-.

Les camps sont reliés, comme les camps nazis, aux activités économiques. On retrouve le système de "Kommando" relié à une usine, une exploitation agricole collective, d'autres étaient temporaires visant la construction d'une route, d'un ouvrage d'art, d'une voix ferrée ou d'un projet titanesque (le canal de la mer Blanche, qui a coûté la vie de 100 000 prisonniers). Les camps sont également répartis en colonies pénitentiaires, regroupés selon un schéma similaire à celui des camps nazis (camp principal et sous-camps).

Ce n'est pas durant la 2GM que le goulag fonctionne à plein rendement (...que la population déportée y est la plus importante) mais après, entre 1948 et 1950-3, au moment ou le goulag est mis sous administration du ministère de l'intérieur et ou l'Urss dresse le rideau de fer, que la course aux armements est lancée. On dépasse les 2 millions de déportés, qui sont employés à des chantiers de taille de plus en plus grande (ports, barrages, canaux...et même villes) selon des normes épuisantes. C'est ce qui conduit à des révoltes, notamment celle du camp de Vorkouta qui seront matées dans un bain de sang selon les méthodes habituelles (promesses, arrivée des troupes spéciales et assassinats).

Il n'y a pas eu de chambres à gaz chez les soviétiques, puisque les méthodes d'assassinat étaient plus rustiques au sens où seuls les armes à feu étaient utilisées -voire les armes blanches-. Il y a eu en revanche des expérimentations médicales effectuées sur les déportés ou prisonniers (à la Loubianka pour tester les poisons employés par le tristement célèbre laboratoire du même nom). Ni de fours crématoires par ailleurs -mais des fosses communes dont les plus célèbres sont celles de Katyn et des deux autres sites ou furent liquidés les officiers polonais d'une balle dans la tête. La découverte de ce genre de charniers n'est pas exceptionnelle de nos jours, notamment lorsqu'il est question de travaux de fondation ou de terrassement.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "Complot des blouses blanches"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum