LES JUSTES

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES JUSTES

Message  stan_hudson le Jeu 26 Oct 2006, 10:10 am

UNE FORME DE RESISTANCE QUI M'A TOUJOURS EMU : CELLE DE CEUX ET CELLES QUI CACHERENT DES JUIFS, CE L'ON APPELLE AUJOURD'HUI "LES JUSTES"

Les Justes
« Celui qui sauve un être humain sauve l’univers tout entier » Le Talmud
27 septembre 1940 recensement des juifs
3 oct 1940 statut des juifs.
27 mars 1942, premier train de déportation de France.
7 juin 1942, étoile jaune dans la zone nord, pour tout juif ayant atteint l’âge de six ans
1942 : Oberg et Knochen obtiennent de Bouquet un accord pour la livraison de 10 000 juifs étrangers. Laval, au nom de la famille, propose aussi les enfants, sous prétexte "humanitaire".
17 juillet 1942 rafle en zone occupée, avec l’aide de la police de Vichy.
26 août, rafle en zone libre.
Le chiffre de 10 000 juifs prévus n’est pas atteint.
Des juifs naturalisés après le 10 août 1927, sont dénaturalisés
Des juifs ont été prévenus, et aidés. Les préfets mentionnent des réactions défavorables dans l’opinion. Les Allemands sont désappointés.
Pour que quelqu’un soit déclaré juste par Yad Vashem, loi de 1953, il faut que la personne qui a été sauvée en fasse la demande, ce qui réduit le nombre de personnes déclarées justes. Au temps de la clandestinité, des faux papiers, et lorsque ce sont des bébés qui ont été sauvés, il est difficile de savoir les noms.
Beaucoup de ces justes l’ont fait spontanément, naturellement et n’ont pas cherché une reconnaissance après guerre.
Des fermiers, des fonctionnaires, des secrétaires de mairie, des concierges, des artistes, des intellectuels, des protestants, des couvents, des maisons de retraite, des curés et des évêques, ont effectué des sauvetages ou ont aidé des réseaux juifs de résistance.
D'après les chiffres de Serge Klarsfeld,
75 721 juifs ont été déportés de France.
2271, soit 3 % sont revenus.
10 000 enfants ont été déportés. Mais 85% des enfants juifs de Fance ont été sauvés, grâce à un acte de solidarité de la part de la population française.
2000 justes ont été reconnus.
Nicole Mullier 12/2003

QUELQUES SITES :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Juste_parmi_les_nations

http://perso.orange.fr/d-d.natanson/justes_en_france.htm

http://www.inxl6.org/article2996.php

http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/2000_2009/2003/6/Les%20Justes%20parmi%20les%20nations

http://aphgcaen.free.fr/cercle/justes2.htm
_________________
Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre.
avatar
stan_hudson
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1017
Age : 41
Localisation : 10 kms de Chambord
Date d'inscription : 10/09/2006

http://museeresistance41.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Phil642 le Jeu 26 Oct 2006, 11:14 am

Ma Grand mère a caché une famille durant la guerre elle fut décorée à ce titre et Sadi Jacquet a récemment été décoré de la médaille des Justes aussi.

Voilà un exemple de Résistance non armée qui coûtait très cher aux humanistes qui se faisaient attraper.

Aroun Tazieff que vous connaissez bien vivait dans ma région durant la guerre et il y installa une école agricole avec quelques élèves Juifs de manière à les soustraire aux rafles, cela durant quelques temps puis ils durent dissoudre l'école et il rejoignit la Résistance armée où il fit des sabotages de chemin de fer.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Invité le Sam 28 Oct 2006, 8:24 am

Bonjour,

Un couple de Juifs a passe plus de 6 mois dans le grenier du frere de mon grand-pere entre 1942-43. J'ai vu ce grenier, il y a longtemps, et mon grand-pere m'a montre l'endroit ou le plancher n'etait pas cloue, ce qui permettait, en cas d'alerte, d'enlever 2 planches, aller se cacher dessous et les remettre en place.

Courant 1943, le reseau de resistance qui les avait emmene est venu les chercher pour les evacuer vers la Suisse. Personne de la famille ne connait leur vrai nom ni ne sait s'ils s'en sont sortis.

Selon mon grand-pere, ce genre de choses etait courant a l'epoque et, je le cite, "c'etait normal et il n'y a pas de quoi en faire des histoires"...

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Phil642 le Sam 28 Oct 2006, 9:43 am

Il était également courant de les dénoncer et nombres de faux passeurs s'en s'ont foutus pleins les fouilles en livrant directement des familles entière à la gestap ...

Et puis, dans les villes il n'était pas évident de nourrir polein de bouches en plus sans faire partie d'un réseau, des gens se sont ruinés à acheter au marché noir, de plus une fois les réseaux organisés et les vrais ou faux tickets de rationnement fournis, pour ne pas attirer l'attention il fallait acheter par petites quantités ce qui impliquait des journées entières de courses passant d'un magasin à l'autre.

Pas si courantq ue ça Daniel, surtout que les risque étaient les mêmes que pour faits de "terrorisme" ==> les camps pour toute la famille ou otages.

Si il y avait eu plus de Justes il y aurait eu moins de victimes ...

Cordialement,



Phil
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Ivy mike le Sam 28 Oct 2006, 1:00 pm

C'est une histoire magnifique que celle des justes et il faut un grand courage pour faire ce genre de chose
C'est different de la "Résistance armée" (enfin il me semble) Ceux là se battent pour des idées, les "justes" pour de hommes
Je ne sais pas pour quoi je prefererais me battre...

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Invité le Sam 28 Oct 2006, 2:11 pm

Ivy mike a écrit:C'est different de la "Résistance armée" (enfin il me semble) Ceux là se battent pour des idées, les "justes" pour des hommes
Je ne sais pas pour quoi je prefererais me battre...
Ils se battaient tous pour la meme chose, Ivy, avec le meme ideal, les memes buts. Mais chacun selon ses moyens, ses possibilites.

Celui-la prenait les armes et rejoignait les maquis.

Celui-ci faisait passer a Londres les OdB des unites allemandes dans son secteur.

D'autres "planquaient" et evacuaient des Juifs mais aussi des pilotes allies abattus en France.

Des gendarmes faisaient semblant de ne pas remarquer que d'etranges parachutes descendaient de nuit sur le sol de leur commune.

Des douaniers faisaient semblant de ne pas remarquer que d'etranges groupes passaient en Suisse ou en Espagne sous leur nez.

Des fonctionnaires perdaient malencontreusement des copies de documents tres confidentiels, mince, juste aux pieds d'un "sale terroriste", pas de chance.

Des paysans etaient tres occupes a observer le ciel, pour savoir s'il pleuvrait demain, lorsque des maquisards affames pillaient leur poulailler.

Et tous prenaient les memes risques et le faisaient pour les memes raisons.

L'histoire a pu enregistrer, comptabiliser, ceux qui se sont battus les armes a la main, mais n'a pas pu, et c'est regrettable, le faire pour tous les anonymes qui ont tout autant risques leurs vies mais de maniere discrete et non-armee.

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Ivy mike le Sam 28 Oct 2006, 2:27 pm

Oui c'est vrai aussi, tous faisaient de la Résistance, enfin du moins tous ceux que tu cite mais ils ne se battaient pas tous pour la même chose je pense
Certains se battaient plus par humanité, d'autres par horreur du nazisme, d'autre pour la patrie, d'autre même pour leur interet (STO)

Pour moi on peut distinguer plusieurs groupes

Ivy

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Invité le Sam 28 Oct 2006, 3:46 pm

Bonsoir,
La, j'aimerais bien que Jacquemart et Logico nous donnent leurs opinions.


Dernière édition par le Sam 28 Oct 2006, 5:14 pm, édité 1 fois

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

resistance

Message  Jacques le Sam 28 Oct 2006, 3:50 pm

maleureu gri A lire ou entendre certains propos, il semblerait que l'entrée dans un réseau de résistance active était d'une facilité déconcertante! Et que sans la peur du STO, peu l'auraient rejoint.
Pour ma part, je n'ai jamais trouvé dans Paris, le paneau indicateur signalant l'itinéraire à emprunter pour rejoindre un maquis ou un réseau. Comme mon père, sympathisant communiste non inscrit au parti, je n'avais aucunes relations politiques qui auraient peut-être pu m'orienter. Ce n'est qu'après une tentative d'évasion(manquée) pour l'Angleterre, à bord d'un bateau de pêche et plusieurs mois de présence auprès d'un maquis de Côte-d'Or ,que j'ai pu m'y faire accepter. mort de rir gri

Jacques
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 237
Age : 94
Date d'inscription : 16/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Oncle Boris le Sam 28 Oct 2006, 4:12 pm

Ceux là se battent pour des idées, les "justes" pour de hommes
Euh, on ne peut pas classer et dire : t’es du maquis, tu te bat pour tes idées, toi, t’es un « juste », tu te bat pour les hommes. La plupart, qu’ils soient « justes » ou maquisards, se battaient pour les deux …
d'autre même pour leur intérêt (STO)
Il ne faut pas croire que les jeunes qui ne participaient pas au STO n’étaient que des sales feignants, qui s’en fichaient de la seconde guerre mondiale et qui ne pensaient qu’à pouvoir faire la grasse matinée, hein …
Beaucoup refusèrent le STO parce qu’ils refusaient de travailler pour le III Reich et donc contre les alliés, et non pas pour leurs petits intérêts à eux.
Certains se battaient plus par humanité, d'autres par horreur du nazisme
Les deux se ressemblent, quand même …

-Oncle boris-
avatar
Oncle Boris
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 100
Age : 26
Date d'inscription : 29/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Invité le Sam 28 Oct 2006, 5:20 pm

JACQUEMART a écrit:
et plusieurs mois de présence auprès d'un maquis de Côte-d'Or ,que j'ai pu m'y faire accepter. mort de rir gri
Maquis de Cote d'Or !
Aurais-tu, Jacquemart, par miracle, cotoye la un certain Robert Laurent, mon oncle, qui y etais et dont je ne sais pas grand chose ?

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

les justes

Message  Jacques le Sam 28 Oct 2006, 7:09 pm

Daniel Laurent a écrit:Bonsoir,
La, j'aimerais bien que Jacquemart et Logico nous donnent leurs opinions.
mort de rir gri
Nos messages s'etant croises, je rajoute a ce que je viens d'ecrire.
Lorsque les Allemands sont entres en France, je dois avouer que je ne connaissais pas grand chose du nazisme, et pourtant, mon père en parlait beaucoup ,en ma presence,avec ses copains; Artisans d'art: Ciseleurs, Sculpteurs, Orfevres,Decorateurs, Bronziers d'art etc..etc Tous anciens combattants 14 18 d'opinions differentes, parfois tres opposees. J'avais 14 15 ans et j'ecoutais en cherchant a comprendre mais a la longue ces discutions me lassaient et je decrochais.
Donc, par la suite ,pour moi, les Allemands etaient nos ennemis qui avaient gagné la guerre et qui par consequence occupaient notre pays. Il fallait tout faire pour les en chasser...Oui, mais comment?
J'étais en Bretagne lorsque ils sont arrivés, et ce jour là déjà , ils m'ont bousculé! L'un d'eux, ayant mal interpreté un de mes gestes, a posé un Lugger sur ma tempe en riant, puis s'est ravisé. Alors toutes les petites vacheries inutiles que je pouvais leur faire ,je les faisais.
Dégonflage des pneus(pas de crevaisons trop voyantes si répétitives) Desserrage des freins a main des vehicules stationnant en cote. Fausses indications de directions. Sucre dans les reservoirs ou nourices d'essence! tout cela ne servant a rien , surement ( mais quel pied)
Puis de retour a Paris, j'ai assisté a des rafles de Juifs: J'habitais le XI e arrondissement , quartier a forte population Juive(pelletiers,tailleurs,couturiers,divers petits commerçants) j'allais a l'école avec leurs enfants( qui m'énervaient car ils étaient toujours les meilleurs mort de rir gri ) c'étaient mes copains, et j'ignorais ce qu'ils allaient devenir!!!J'habitais chez mes parents qui n'avaient pas de...Poste de TSF, mais des bruits couraient, il fallait agir, mais comment.
Je vous ai deja raconté la suite...précédemment..(.C'est français ça?) dans mes anecdotes, et comme je tape d'un seul doigt!!
PS-Mes copains et copines Juifs? Un seul est revenu de son voyage d'agrément: Si par hasard il visite le site "Salut Stan Razinsky, je ne t'en veux pas d'avoir oublié de m'adresser une jolie carte en souvenirs de Dachau ou Ravensbrück! Avec tout ce monde tu n'en a certainement plus trouvé!! C'est curieux, il y a des gens qui prétendent que jamais personne n'a été la-bas ,que c'est trop laid!! Mis a part "laid"C'est pourtant pas ce que tu m'as raconté ! T'inquiètes pas c'est toi que je crois .Et les autres copains, n'ont surement pas eu le temps...ils sont peut-être passé trop vite? Je pense a .vous "

Jacques
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 237
Age : 94
Date d'inscription : 16/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

les justes

Message  Jacques le Sam 28 Oct 2006, 7:26 pm

Daniel Laurent a écrit:
JACQUEMART a écrit:
et plusieurs mois de présence auprès d'un maquis de Côte-d'Or ,que j'ai pu m'y faire accepter. mort de rir gri
Maquis de Cote d'Or !
Aurais-tu, Jacquemart, par miracle, cotoye la un certain Robert Laurent, mon oncle, qui y etais et dont je ne sais pas grand chose ?

Nest-ce pas toi qui m'a posé la question par l'intermediaire de Yvy ?
J'étais au maquis Bayard a Saulieu et le nom ne me rappelle personne. Tout comme moi , ton oncle avait peut-être un pseudo. Il faudrait en savoir plus.Etait -il bien a Bayard, Si oui, il existe un livre que je n'ai pu me procurer "Notre maquis" du Docteur Noël Pardon Edition du petit nantais . Edité en 1946, je crois

J'en profite !Je recherche ce livre

Jacques
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 237
Age : 94
Date d'inscription : 16/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Ivy mike le Sam 28 Oct 2006, 9:24 pm

Oncle Boris a écrit:
d'autre même pour leur intérêt (STO)
Il ne faut pas croire que les jeunes qui ne participaient pas au STO n’étaient que des sales feignants, qui s’en fichaient de la seconde guerre mondiale et qui ne pensaient qu’à pouvoir faire la grasse matinée, hein …
Beaucoup refusèrent le STO parce qu’ils refusaient de travailler pour le III Reich et donc contre les alliés, et non pas pour leurs petits intérêts à eux.
Moui, j'avoue avoir longuement hesité avant de poster ce message, j'était dans l'incapacité de trouvé comment tourné ma phrase et j'ai posté cela non content de moi, j'esperais que l'on comprendrais....
Voilà, maintenant je le dis, mon avis est le tiens (ou le contraire ^^)

A lire ou entendre certains propos, il semblerait que l'entrée dans un réseau de résistance active était d'une facilité déconcertante! Et que sans la peur du STO, peu l'auraient rejoint
Si c'est à moi que tu t'adresse, sache le, je ne remetterais pas ta parole d'ancien combattant en doute sur ce sujet... le problème étant que je n'ai jamais pensé un traitre mot de ta phrase donc... ;)

Ivy

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Logico le Sam 28 Oct 2006, 10:20 pm

Bonjour à tous



Pour répondre à Ivy lorsqu'il dit : " Certains se battaient par humanité, d'autres par horreur du nazisme, d'autres pour la patrie, d'autres pour leurs intérêts…"

On peut distinguer plusieurs groupes



Dans la vie, il y a effectivement plusieurs sortes de combat .



"Par Humanité": Il y en a effectivement qui le font en ce moment "Aux Restos du Cœur". Il m'est arrivé de le faire également dans le passé (année 1954) je crois en répondant à un appel de l'Abbé Pierre" pour les "Sans Abris" et en montant une opération "Débarras" pour leur venir en aide.



" Par Horreur du Nazisme" : A celui là aussi j'ai répondu en même temps que je répondais par patriotisme à un autre appel qui avait été lancé le 18 juin 1944 par le général De Gaulle. C'était en entrant dans la Résistance en 1944 et je n'avais pas 19 ans.



" Par Intérêts" : Cela va bientôt faire 60 ans que je le fais pour défendre mon befteak . C'est là aussi, ce qui est le lot de beaucoup, parce qu'ils n'ont pas eu la chance de pouvoir être élevé avec une cuillère en or dans la bouche



Peut être qu'il n'est pas inutile de rappeler que dans le mot Résistance, il y a le mot Résister qui veut dire : Ne pas Céder, Ne pas succomber et par voie de conséquence s'opposer, se défendre …



Le Combat des Résistants, a été un combat contre un Occupant qui n'avait pas été invité et qui était venu pour imposer sa loi et ses idées. Il a été également un combat de patriote parce qu'il s'agissait de défendre sa patrie qui avait été envahie. Il était nécessaire de mener ce combat pour s'opposer à l'horreur des comportements nazis et permettre à ceux qui le souhaitent aujourd'hui de dire n'importe quoi sans risquer la torture.



Des combats par intérêts, il y en a de toutes sortes, des joueurs à la roulette ou des travailleurs qui demandent des augmentations de salaires … Pour voir ceux qui se battent par humanité il faut aller saluer ceux des "Restos du Cœur" qui ont beaucoup de mérite à se dévouer comme ils le font pour répondre à tous ceux qui sont dans le besoin..



La Résistance, cela a été : Résister, s'opposer, se battre dans tous les sens du terme. Il fallait chercher la porte d'entrée, comme le dit gentiment Jacquemart, mais pour la trouver, il fallait d'abord avoir envie de la chercher, et dans ce domaine, ce n'était pas la bousculade.



C'est bien de vouloir considérer ce combat comme celui des Justes lorsqu'il s'agissait de cacher ou de protéger des juifs, mais je crois que le "Combat des Justes" a et doit avoir sa place en tous temps, en tous lieux. et à tous propos.



Amicalement

Roger

Logico
Major
Major

Nombre de messages : 113
Age : 92
Date d'inscription : 31/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

trgz

Message  bigbasketeur le Dim 29 Oct 2006, 2:07 pm

Je vais vous raconter une petite, qui n'est pas forcément en lien direct avec ce qui viens d'être dit, mais qui peut être interéssante quand même : mon 1er grand père est américain, durant la guerre, il faisait partie d'un régiment sanitaire américain (ne me demandez pas lequel, il est mort quand j'avais 12 ans et je ne lui ai jamais demander quel régiment c'etait car, à l'époque je ne m'intéressait pas encore a cette funeste période), et bien, sans le savoir, il a soigné mon autre grand père qui venait juste d'être rapatrié en France, du camp de Birkenau (je ne sais pas comment écrire Auswitch), et ils se sont retrouvés 27 ans plus tard quand mes parents se sont fiancés .
Belle histoire, ne trouvez vous pas ? A+ . clin doeil gri
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

les justes

Message  Jacques le Lun 30 Oct 2006, 11:02 am

JACQUEMART a écrit: Ce n'est qu'après une tentative d'évasion(manquée) pour l'Angleterre, à bord d'un bateau de pêche et plusieurs mois de présence auprès d'un maquis de Côte-d'Or ,que j'ai pu m'y faire accepter. mort de rir gri

clin doeil gri Comme certains de vous qui l'ont déja fait ,vous pouvez suivre mon parcours sur le site "maquisards de france " a la rubrique Récits/Témoignages "Maquis Bayard". Mes anecdotes n'y sont peut-être pas dans le bon ordre, mais je vous fais confience, vous vous y retrouverez .mort de rir gri

Jacques
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 237
Age : 94
Date d'inscription : 16/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  bigbasketeur le Lun 26 Fév 2007, 9:28 am

stan_hudson a écrit:UNE FORME DE RESISTANCE QUI M'A TOUJOURS EMU : CELLE DE CEUX ET CELLES QUI CACHERENT DES JUIFS, CE L'ON APPELLE AUJOURD'HUI "LES JUSTES"

Les Justes
« Celui qui sauve un être humain sauve l’univers tout entier » Le Talmud
27 septembre 1940 recensement des juifs
3 oct 1940 statut des juifs.
27 mars 1942, premier train de déportation de France.
7 juin 1942, étoile jaune dans la zone nord, pour tout juif ayant atteint l’âge de six ans
1942 : Oberg et Knochen obtiennent de Bouquet un accord pour la livraison de 10 000 juifs étrangers. Laval, au nom de la famille, propose aussi les enfants, sous prétexte "humanitaire".
17 juillet 1942 rafle en zone occupée, avec l’aide de la police de Vichy.
26 août, rafle en zone libre.
Le chiffre de 10 000 juifs prévus n’est pas atteint.
Des juifs naturalisés après le 10 août 1927, sont dénaturalisés
Des juifs ont été prévenus, et aidés. Les préfets mentionnent des réactions défavorables dans l’opinion. Les Allemands sont désappointés.
Pour que quelqu’un soit déclaré juste par Yad Vashem, loi de 1953, il faut que la personne qui a été sauvée en fasse la demande, ce qui réduit le nombre de personnes déclarées justes. Au temps de la clandestinité, des faux papiers, et lorsque ce sont des bébés qui ont été sauvés, il est difficile de savoir les noms.
Beaucoup de ces justes l’ont fait spontanément, naturellement et n’ont pas cherché une reconnaissance après guerre.
Des fermiers, des fonctionnaires, des secrétaires de mairie, des concierges, des artistes, des intellectuels, des protestants, des couvents, des maisons de retraite, des curés et des évêques, ont effectué des sauvetages ou ont aidé des réseaux juifs de résistance.
D'après les chiffres de Serge Klarsfeld,
75 721 juifs ont été déportés de France.
2271, soit 3 % sont revenus.
10 000 enfants ont été déportés. Mais 85% des enfants juifs de Fance ont été sauvés, grâce à un acte de solidarité de la part de la population française.
2000 justes ont été reconnus.
Nicole Mullier 12/2003

QUELQUES SITES :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Juste_parmi_les_nations

http://perso.orange.fr/d-d.natanson/justes_en_france.htm

http://www.inxl6.org/article2996.php

http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/2000_2009/2003/6/Les%20Justes%20parmi%20les%20nations

http://aphgcaen.free.fr/cercle/justes2.htm
_________________
Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre.


J'étais en train de surfais sur cette partie du forum , lorsque un petit quelque chose m'a plutot interloqué . La citation que tu donne a propos des textes divin judaique ne serait pas plutot ceci :
" Celui qui sauve une vie sauve le monde entier ".
Je m'avance peut etre un peu trop vite mais ca me turlupiner . Je pense qu'il faudrait demander l'avis de quelqu'un d'autres qui en soit sur .
Sinon , Stan Hudson , excuses moi de douter de cette partie de ton message , j'espere que tu ne m'en voudra pas . A+ .
clin doeil gri
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Invité le Lun 26 Fév 2007, 1:02 pm

Bonjour,
Selon mes sources, qui sont assez modestes pour ce qui concerne les Textes Sacres, le Talmud nous dit :
"Celui qui sauve une seule âme est comme celui qui a sauvé le monde entier"

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

gr

Message  bigbasketeur le Lun 26 Fév 2007, 1:55 pm

- Oui , enfin j'ai vérifié , ca doit etre ca , mais n'arrivant pas a traduire un seul mots sur le texte , je pense que nous avons tous raison , cela veut dire ca . Merci . A+ .
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Phil642 le Lun 26 Fév 2007, 2:32 pm

J'ai trouvé une phrase qui dit que le véritable verset du Talmud affirme: «Celui qui préserve une seule âme d'Israël, l'Ecriture parle de lui comme s'il avait préservé un monde entier» (Tractate Sanhedrin, 37 a.).

Qui serait une traduction directe de la phrase qui nous occupe et non son adaptation populaire bien connue.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

LA RÉPRESSION ANTIJUIVE EN FRANCE OCCUPÉE

Message  bigbasketeur le Lun 24 Sep 2007, 9:39 am

LA RÉPRESSION ANTIJUIVE EN FRANCE OCCUPÉE

La France a, dans son ensemble, intégré les Juifs dans la communauté nationale. Depuis la révolution de 1789 elle a, durant ces deux derniers siècles, d'abord mis fin au régime de discrimination qui excluait les Juifs des droits que la loi reconnaissait aux autres résidants du pays, puis, petit à petit, les Français ont normalisé leurs relations envers leurs concitoyens juifs, aux plans moral, social et psychologique. Le processus a été très long, et n'est d'ailleurs pas encore totalement achevé.

La France fut néanmoins le premier des pays européens à proclamer et appliquer l'égalité des droits (civiques) de tous ses habitants, juifs compris. Elle a été le modèle de l'émancipation des Juifs pour plusieurs autres pays pendant les décennies de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle, ainsi que de l'entre-deux-guerres. C'est en dépit d'une vague d'antisémitisme qui submergeait toute l'Europe sans épargner la France, qu'un juif, Léon Blum, a été porté en 1936 à la tête du gouvernement français. Cet événement a une signification plus que symbolique en ce qui concerne la normalisation de la relation avec les Juifs d'une grande partie de la population française. Il n'est pas superflu de souligner que les développements accompagnant l'affaire Dreyfus, un siècle après la Révolution française, avaient cristallisé l'affrontement entre les Français nostalgiques de l'Ancien Régime, préconisant l'exclusion des Juifs, et ceux attachés aux valeurs républicaines, donc à l'égalité pour tous. Ce sont ces derniers que l'épilogue de l'affaire a finalement renforcés, sans pour autant ébranler les convictions des antidreyfusards.

Jamais entièrement pacifié, cet affrontement a perduré, au point d'imprégner toute l'histoire de la IIIe République (1875-1940). Crises et périodes de latence se sont succédé. Or, dans le contexte du malaise économique et de la montée du nazisme, les années 1930 ont vu se développer en France dans un climat de crise généralisée une montée de l'antijudaïsme.

En dépit des traditions françaises d'hospitalité et d'aide aux persécutés, étrangers et réfugiés - 7 % de la population - furent tenus pour responsables du chômage. En 1938, le gouvernement publia des décrets prévoyant l'expulsion des étrangers "en situation irrégulière", leur éventuel internement dans des "centres spéciaux" et la déchéance de la nationalité française des naturalisés "indignes du titre de citoyen français".

Dans le même temps se développait irrésistiblement dans le public l'idée que les étrangers sont des Juifs et que les Juifs sont des étrangers. En 1939, les Juifs étrangers ne représentaient que 0,35 % de la population, et 6 % du nombre total des étrangers. Pourtant, les victimes de l'application des décrets de 1938, expulsés ainsi qu'internés dans des camps en France, furent en majorité des Juifs. Sur les 40 000 civils détenus dans les camps du sud de la France en mai 1940, avant l'offensive allemande, on comptait 28 000 juifs : ils constituaient donc non pas 6 % (ce qui aurait représenté 2 400 personnes), mais 70 % des internés ! Cette donnée souligne le comportement antijuif généralisé des fonctionnaires de la République préposés à l'internement des étrangers. L'arsenal des textes mis en place dans le cadre de la politique à l'égard des étrangers fut utilisé surtout à l'encontre des Juifs. Des Juifs qui - faut-il le rappeler? -, pourchassés par les nazis, avaient cru trouver un abri en France.

Après l'invasion allemande, l'armistice du 17 juin 1940 et l'instauration de l'État français à Vichy le 10 juillet, 30 000 juifs étrangers ayant servi dans l'armée française en tant qu'engagés volontaires furent démobilisés (sauf ceux qui étaient prisonniers de guerre en Allemagne). Sans transition, ils furent internés dans des camps, ou enrôlés d'office dans des Groupes de travailleurs étrangers (GTE). Ces mesures furent appliquées en vertu des décrets pris deux ans plus tôt par le gouvernement de la République, et non pas en vertu de nouvelles lois de répression antijuive, qui n'interviendront que plus tard, ni sous la pression d'exigences allemandes.

A l'heure où la guerre éclata, en septembre 1939, il y avait en France environ 300 000 Juifs, se répartissant ainsi : 110 000 Français depuis plusieurs générations, 70 000 naturalisés Français et 120 000 étrangers et apatrides. A ceux-ci s'ajoutèrent en mai 1940 près de 40 000 réfugiés juifs de Belgique, Hollande et Luxembourg, qui avaient fui sous le choc de l'invasion allemande. Aucune homogénéité dans cet ensemble, où le clivage essentiel séparait les autochtones des immigrés. En effet, la culture et le patriotisme français étaient devenus une seconde nature chez les Juifs autochtones. Si bien qu'ils étaient mal immunisés contre les sentiments de xénophobie qui avaient contaminé la majorité des Français. Les Juifs autochtones, Français de vieille souche, avaient, eux aussi, assez mal réagi devant l'arrivée de juifs réfugiés. De là à craindre que ces derniers ne risquent de compromettre leur propre sécurité, il n'y avait qu'un pas, que quelques-uns des Juifs français franchirent. C'est dire que cette communauté morcelée, guère courageuse et peu solidaire, était mal préparée à résister aux assauts d'éventuelles mesures de répression.

L'état d'esprit répandu parmi les Français, juifs compris, expliquait pourquoi aucun obstacle n'avait entravé la mise en place de décrets visant les étrangers et l'application de ces décrets de manière prioritaire contre les Juifs. Après cette "expérience" concluante héritée de la IIle République, les nouveaux détenteurs du pouvoir installé à Vichy étaient fondés à spéculer sur la passivité voire le soutien de l'opinion publique face à l'adoption d'une politique de persécution des Juifs.

Le maréchal Pétain et son gouvernement avaient opté pour la collaboration avec l'Allemagne. La victoire de cette dernière dans le conflit mondial en cours était tenue par eux pour certaine, tandis que la plupart des Français s'étaient ralliés ou résignés. Le 27 août 1940, Vichy promulgua une loi abolissant le "décret Marchandeau" du 21 avril 1939 qui réprimait la propagande antisémite dans la presse. Dès le 3 octobre 1940, fut publiée la loi portant statut des Juifs, selon lequel ceux-ci sont exclus de la fonction publique, y compris la justice, l'enseignement et l'armée, ainsi que de la presse et du cinéma. Un régime de quotas fut instauré, éliminant la plupart des Juifs de l'exercice des professions libérales. A Paris, les autorités d'occupation avaient, le 27 septembre 1940, publié l'ordonnance de recensement des Juifs et de l'apposition de l'affiche "Entreprise juive" sur la façade de tout commerce tenu par un juif. Le 29 mars 1941, le gouvernement instaura un Commissariat général aux questionjuives (CGQI) chargé, tel un ministère aux Affaires juives, d'exclure les Juifs de tous les secteurs de la vie nationale et de spolier leurs biens. Confié d'abord à Xavier Vallat, le CGQJ fut ensuite 6 mai 1942, dirigé par Darquier de Pellepoix. Cette date a marqué le passage d'une politique d'exclusion et de ségrégation à une politique d'élimination physique.

Ces mesures, appliquées sans délai, ne suscitèrent d'autre réaction que des lettres de protestation du grand rabbin de France et de celui de Paris, lettres non publiées, ni par leurs auteurs ni par leur destinataire, le maréchal Pétain. Pour la plupart, les enseignants juifs quittèrent leurs écoles et leurs chaires sans que nul de leurs collègues énonce un quelconque commentaire et sans la consolation, fût-elle virtuelle, d'un mot de sympathie, fut-elle platonique. Il en fut de même en ce qui concerne les magistrats juifs, les avocats juifs, les médecins juifs, etc.

Les victimes elles-mêmes de ces mesures s'y soumirent dans leur ensemble avec une surprenante discipline. De même que les Français dans leur quasi-totalité, les Juifs répugnaient à se mettre en infraction avec la légalité. Chacun était convaincu qu'il suffisait d'être "en règle" pour ne pas s'attirer d'ennuis de la part des autorités et assurer sa sécurité. C'est ainsi que tous, ou presque, se firent recenser, puis apposer le tampon "Juif" sur leurs cartes d'identité et d'alimentation. Les fonctionnaires Juifs quittèrent leur emploi sans broncher, exception faite de quelques discrètes protestations individuelles. Il en fut de même des avocats, médecins, journalistes, etc. A partir du 7 juin 1942, en vertu d'une ordonnance allemande, les Juifs de zone nord âgés de six ans et plus arborèrent l'étoile jaune cousue préalablement sur leur vêtement.

Aucune donnée sérieuse ne permet de déterminer, ou plus modestement d'évaluer le nombre des Juifs réfractaires. On s'accorde toutefois à considérer qu'il y en eut très peu. Les Juifs français, convaincus que les mesures antijuives de Vichy étaient entièrement imposées par les autorités occupantes, vivaient dans l'illusion que l'administration française protégeait leur sécurité. Quant aux étrangers, ils étaient déjà fichés en tant que tels par les services de police, ce qui handicapait sévèrement leurs chances de se soustraire aux contrôles.

Les Juifs français n'avaient pas réussi à regrouper les immigrés dans leurs institutions, comprenant surtout les associations du culte sous l'égide du Consistoire central, mais peu fréquentées. Les Juifs immigrés avaient créé leurs propres associations d'aide mutuelle, et à vocation culturelle ou politique. Mais qui, au demeurant, dans la France des deux premières années de l'Occupation, songeait à se mettre en infraction avec la légalité ? Des cas exceptionnels seulement se sont exposés aux poursuites visant les rebelles, les insoumis et les réfractaires. Presque personne n'avait encore perçu que si, pour un non-Juif, ne pas courir de risque n'exigeait que l'observance des lois et des ordonnances, c'est l'inverse qui était vrai en ce qui concerne les Juifs. Les pertes ont été sévères parmi les Juifs qui ont respecté la légalité. Les Juifs insoumis, réfractaires, entrés dans la clandestinité et résistants étaient eux aussi exposés à des dangers majeurs, mais pas plus que les non-Juifs ayant opté pour l'insoumission et la Résistance. Autrement dit, la meilleure chance pour les Juifs d'échapper à l'ennemi était de commettre une longue série d'infractions : se soustraire au recensement, ne pas porter l'étoile jaune, s'évader d'un camp d'internement, se camoufler à l'aide de fausses pièces d'identité achetées parfois au prix fort. Nous savons aujourd'hui que, pour accroître ses chances de survivre, un Juif devait plonger dans l'illégalité. Mais, à l'époque, percevoir clairement cette situation paradoxale exigeait une grande perspicacité.

Le premier convoi de déportation de Juifs vers l'est a quitté la France le 27 mars 1942. La destination véritable était tenue secrète, de même que celle des 72 autres convois expédiés jusqu'au 17 août 1944. Presque toutes les arrestations avaient été effectuées par la police, la gendarmerie et la milice françaises. De zone sud, le gouvernement fit partir vers Drancy des dizaines de convois de juifs ainsi livrés aux Allemands en vue de leur déportation vers l'est.

Le nombre des Juifs ayant survécu à la déportation de France n'est que de 2 560 sur un total de 75 721 déportés. La législation de Vichy visait certes à exclure les Juifs de la communauté nationale. Elle était appliquée contre des personnes dont le seul crime était d'être né. Et pourtant, ni cette législation ni aucune des lois et ordonnances françaises en vigueur ne prévoyait de livrer les exclus aux Allemands. Les autorités d'occupation ont certes pesé de tout leur poids afin de se faire livrer les Juifs pour les déporter. Mais elle n'avaient pas les moyens nécessaires pour réaliser leur volonté sans l'appui logistique et opérationnel de l'État français.

Il apparaît donc que presque chacun des Juifs de France victime de la Solution finale a été livré aux Allemands par les autorités françaises. En contrepartie, une proportion relativement élevée de Juifs ont survécu à l'Occupation, ce qui distingue la France de quelques-uns des autres pays occupés. Ces survivants, les trois quarts de la population juive d'avant l'Occupation, ont échappé à la déportation grâce à des Français.

L'état de l'opinion a certes évolué au long des années d'occupation. Les échecs militaires allemands à Stalingrad et en Afrique du Nord, le recrutement de jeunes Français pour le travail obligatoire en Allemagne ainsi que les arrestations massives et la déportation de Juifs se sont conjugués en 1942-1943 pour amoindrir le zèle des Français chargés d'appliquer la politique antijuive.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  bigbasketeur le Lun 24 Sep 2007, 9:41 am

avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Quelques justes ......

Message  bigbasketeur le Mer 24 Oct 2007, 1:15 pm

- Qui sont ces Français qui ont caché des Juifs ?
- Voici quelques-unes de ces trajectoires humaines :

Un couple d'enseignants (Paris).
Jean Allard, professeur de latin au lycée Louis-Le-Grand à Paris, voulut sauver deux jeunes Juifs polonais, Louise Fligelman, âgée de quatorze ans, et son frère Richard. Devenus orphelins en 1935, les deux Fligelman étaient partis de Varsovie habiter chez leur oncle et leur tante en France ; ils fréquentaient une école secondaire de Niort, la ville natale d'Allard. Particulièrement brillant en latin, Richard fut présenté au concours général où il obtint le premier prix. Il le reçut des mains de son examinateur : Jean Allard. Un peu plus tard, Richard fut arrêté et interné à Drancy avec toute sa famille. L'oncle et la tante furent déportés vers l'Est ; Richard et sa sœur furent placés rue Lamarck à Paris dans un centre pour enfants juifs contrôlé par la police française. Allard y rendit visite à Richard et lui proposa de l'en faire sortir en cachette pour le faire passer en zone sud. Richard répondit qu'il n'acceptait qu'à condition que sa sœur l'accompagne. Pendant qu'Allard faisait les préparatifs nécessaires, Richard fut renvoyé à Drancy puis déporté à Auschwitz - dont il ne revint pas. Allard et sa femme décidèrent alors de ne pas abandonner la sœur de Richard, Louise, désormais seule au monde.. Ils lui donnèrent la carte d'identité de Louisette Fournier, une jeune fille plus âgée ; puis, au mépris du grand danger qu'ils couraient eux-mêmes, la firent sortir en cachette du centre Lamarck en mars 1943, avec l'assistance d'amis de la Résistance. Ils la conduisirent au couvent du Sacré-Cœur-de-Marie dans le XIIe arrondissement à Paris. Ensuite, ils s'adressèrent à Louise Fontaine, directrice de l'établissement secondaire pour jeunes filles de Vincennes, lui demandant d'inscrire Louise Fligelman pour l'année scolaire commençant en octobre 1943, afin de lui permettre de poursuivre ses études. Ce devait être le début d'une profonde et durable amitié, car après la Libération, la directrice accueillit Louise dans son foyer et devint pratiquement sa mère adoptive. Louise, qui était arrivée au couvent avec pour tout bagage les vêtements qu'elle portait, y resta environ six mois, les Allard assumant tous les frais de son entretien et de ses autres besoins.
Le 12 mars 1996, Yad Vashem a décerné à Jean et Marguerite Allard le titre de Juste des Nations.(Dossier 7043a)
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  bigbasketeur le Mer 24 Oct 2007, 1:16 pm

Une épicière (Carcassonne).
Lorsque les Allemands occupèrent Paris, la famille Dreyfus - Madeleine, qui était veuve, et ses trois fils (nés en 1929,1933 et 1936) ainsi que sa tante - se sauvèrent à Carcassonne, dans le département de l'Aude, c'est-à-dire dans la zone non occupée. Madeleine Dreyfus se lia d'amitié avec Juliette Bazille, propriétaire d'une épicerie située à une centaine de mètres de l'appartement loué par les Dreyfus. Juliette ne savait pas très bien ce qu'était un Juif, n'en ayant jamais vu avant la guerre. Pour elle, ces réfugiés qui venaient faire leurs achats dans son magasin étaient des êtres humains comme les autres. Lorsque les Allemands entrèrent en zone sud en novembre 1942, Juliette devint membre d'un groupement local de la Résistance. Sa tâche était d'autant plus difficile que son mari, lui, collaborait avec l'occupant. Elle dut donc faire preuve de la plus grande prudence dans ses activités clandestines comme dans l'aide qu'elle apportait à des gens comme les Dreyfus. Elle trouvait des élèves à Madeleine, qui gagnait ainsi de quoi faire vivre sa famille, en donnant des leçons particulières en diverses matières. Juliette Bazille lui fit connaître des enfants dont les parents pouvaient payer en nourriture car ils avaient les moyens et les contacts nécessaires. Elle invitait aussi la jeune femme et ses enfants chez elle; les garçons jouaient avec ses fils et Madeleine avait à qui parler... Au début de l'année 1943, Juliette apprit, par ses contacts dans la résistance, que les Allemands s'apprêtaient à arrêter et déporter les Dreyfus vers l'est. Elle se hâta de leur procurer de faux papiers et les cacha lorsque les gendarmes vinrent les arrêter.
Les Dreyfus purent ensuite partir pour Vacquiers, village situé à une centaine de kilomètres de Carcassonne, et furent ainsi sauvés. Ce n'est qu'après la Libération qu'ils rencontrèrent à nouveau la femme courageuse à qui ils devaient la vie. Les Dreyfus rentrèrent à Paris mais restèrent en contact avec Juliette Bazille jusqu'à sa mort.
Le 23 mars 1995, Yad Vashem a décerné à Juliette Bazille le titre de Juste des Nations. (Dossier 6506)
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4592
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES JUSTES

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum