:" Il voulait voir la mer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

:" Il voulait voir la mer"

Message  Apprenti le Lun 23 Avr 2012, 6:47 pm

Voici un petit texte écrit dans l'après midi se voulant être une réflexion..


:" Homme à terre !" s'exclamat Pierre .


L'infirmier du peloton ne tarda pas à arriver .


L'action se déroule dans les environs de Toulon , nous sommes en août 1944 .

Les soldats de la 9ème division d'infanterie coloniale les hommes du 1er bataillon de choc épaulés par les Forces Françaises de l'Intérieur ainsi que des tirailleurs algériens et marocains mènent une lutte acharnée pour reprendre le contrôle de la ville portuaire .
:" Ecartez vous et laissez moi l'examiner" hurle l'infirmier aux soldats .

Il appuie sa tête contre le coeur de l'homme blessé .

:" Le pou est faible ,il en a plus pour longtemps , essayons toutefois de le mettre à l'abri aidez moi à le déplacer les gars" .
L'infirmier aidé des autres transporte le jeune homme en lieu sûr .
:" Où est-il ?" déclare le soldat blessé .

:" Où est qui mon grand ?" demandent en coeur ses camarades .
:" Mon père . Où est mon père ?"

Un long silence s'installe quand Pierre serre très fort son camarade blessé dans ses bras et lui sussure à l'oreille :

:" Il est là , près de toi , il a toujours été là et il n'est jamais parti " .


Comme apaisé , le jeune soldat ferma les yeux à jamais ses camarades retirèrent leurs casques ou leurs calots et se recueillèrent un instant .
Un officier arriva peu après .


:" J'ai une bonne nouvelle mes p'tits gars , on a repris la ville " . Après avoir jeté un coup d'oeil au corps sans vie il repris :" On en a encore perdu un a ce que je vois , diantre " .

:" Mahfoud , il s'appelait Mahfoud" .

:" Ton nom et ton grade petit "

:" Pierre Brignant , adjudant chef " .
:" Parlons nous en privé " .

Les deux hommes se mettent à l'écartdu groupe


:" Ecoutez adjudant , je comprends votre douleur d'avoir perdu votre camarade , ne me croyez pas inhumain , chaque homme que je perd me fait énormément de peine , mais si ma faiblesse éclate au grand jour les gars ne seront plus opérationnels , en tant qu'officier j'ai le devoir de ne pas craquer , du moins devant les autres . Vous comprenez ? La guerre n'est pas un concours de gentillesse , ma tristesse je me la reserve les moments où je suis seul dans ma tente à rédiger les avis de décès aux familles ."


:" Je comprends " .

:" Vous pouvez disposer" .

Après avoir salué comme il se doit son supérieur , Pierre retourne aux côtés de son camarade décédé . Il lui ferme les yeux et fouille sa musette tachée de sang . Il trouve une lettre .

:" Esprit , cher esprit , c'est à toi que j'ai décidé d'écrire . J'ai bien peur de ne pas survivre à cette guerre . Mon papa aurait surement également eu peur pour moi et si il avait su que j'avais voulu m'engager il s'y serait probablement opposé . Notre navire se dirige dit-on vers la France . Moi qui aime tant la mer je suis plutôt servi . En plongeant dans l'eau c'est comme si je retrouvais des personnes disparues..les profondeurs symbolisent pour moi un flottement entre la vie et la mort .Ou le phénomène de flottaison cohabite avec la noirceur des profondeurs .


Un flottement entre la vie et la mort pareil au balais des algues dans l'océan..Autre phénomène étrange , tandis que dans la :" réalité" je n'arrive pas à me souvenir exactement du visage des personnes chères a mon coeur et malheureusement disparues , une fois dans l'eau tout ces visages m'apparaissent plus claire...je ne comprends pas véritablement pourquoi , peut être n'y a-t-il rien à comprendre eut être est-ce parce que je lie avec la mer une relation très" intime et complexe .

Dès le premier jour où j'ai entendu ce mot , j'ai comme inconsciemment su que j'y serai lié toute la vie .Mère et mer .Homonymes bien particuliers pour mon cas .Les vagues allant s'écraser contre les rochers représentent pour moi l'image de la mère décédée que je ne peux approcher .Une chose qui m'attire , que je veux saisir et qui s'écrase brusquement .Tout petit , les bercements de l'eau pendant mes baignades évoquaient les bras de ma mère .


Esprit je sais que tu ne comprendras peut être pas exactement pourquoi je te parle de tout celà , mais dans la tourmente de cette guerre qui ne semblera jamais prendre fin , c'est une façon pour moi de me réconcilier avec toi afin de tenter de ne pas sombrer dans la folie .

La guerre me prive peu à peu de mon âme et j'ai bien peur un jour de plus être lucide . Mon papa guide mes pas . Serait-il fier de moi ? Son fils qu'il a tant aimé devenu une machine à tuer ?

Sur l'île d'Elbe j'ai tué un soldat qui ne devait pas dépasser dix huits ans . J'en ai vingt et un ce qui fait de moi un tueur de :" gamins" . Esprit que je semble perdre , fais moi signe . " .


Les larmes aux yeux , Pierre s'en va lire la lettre à ses camarades qui viennent de récupérer un groupe de soldats allemands prisonniers .
A la fin de la lecture , un soldat allemand prisonnier se lève et commence à parler .

:" Bordel , dites à ce mangeur de saucisses de se la fermer ." s'exclame un soldat .


:" Vincent , du calme je crois qu'il tient vraiment à dire quelque chose" réplique François , un sous officier servant de traducteur franco-allemand à sa section .

:" Bon , que ce fils d'Hitler parle et se la boucle ensuite" réponds froidement Vincent .

:" Je ne suis pas fils de Hitler , je m'appele Albert Comme toi je me bat pas pour pays mais pour liberté . Je apprends Français à école et j'aime France . C'est moi qui tue ton ami avec mon fusil . Moi être désolé pour celà . Moi comme lui , orphelin , les hommes de Hitler tuer mon pere et ma mère car eux pas nazis . Moi comprendre ton camarade qui veux revoir son papa . Moi aider lui car entendu lui crier nom de son papa et pleurer . Lui comme moi , enfant perdu dans une guerre d'Hommes . Moi allemand pas nazi . Moi ne pas aimer Hitler mais moi aimer mon pays . "


Un nouveau silence de marbre s'installe tandis que les soldats français regardent les prisonniers prendre le chemin de la captivité escortés par la police militaire .

Commémoration du débarquement de Provence , août 2004 :

:" S'était si terrible que celà la guerre pépé ?" demande Gustave à Pierre son grand père .
:" Non petit fils , s'était pire ."

:" Pire que ce qu'on voit à la télévision et aux informations ?"

:" Non Gustave , il n'y a pas de degré dans la souffrance" .

:" Alors pourquoi dis-tu que s'était pire papy ?"

:" J'avais vingt ans quand j'ai commencé cette guerre , à l'armistice j'avais soixante ans de plus" .
:" Mais ce n'est pas possible Pépé tu aurais plus de 160 ans !"


:" Réfléchis bien à ce que j'ai dis Gustave . Une guerre ne transforme pas physiquement un homme c'est dans la tête que tout ce passe , l'âge , les mois , les années , toute ces notions se perdent , survivre une journée dans une guerre c'est survivre une année . On peut mourir du jour au lendemain mais notre âme elle peut mourir bien avant notre corps ou alors survivre à jamais , c'est ce que j'ai appris avec la mort de mon camarade Mahfoud ."


:" Je ne comprends pas très bien grand père ?"

:" Mon camarade est orphelin et a eu une jeunesse très difficile , durant la guerre il a perdu tout contrôle l'esprit , et dans un dernier élan de lucidité il a écrit une lettre , une tentative pour lui de retrouver sa conscience dans une guerre où la folie guidait nos pas . Il parlait sans cesse de son père décédé qu'il allait retrouver , il arrivait des moments où il le cherchait et ceux même sous les tirs ennemis , je le croyais véritablement perdu et :" fou" . Mais en lisant sa lettre lorsqu'il a été tué au combat j'ai compris qu'il n'était pas fou non , il tentait juste de donner un sens à tout celà . Il s'est raccroché à ce qui le maintenaot lucide . La mer . Il se raccrochait à la mer, il voulait la voir , la sentir . On nous dépeint l'ennemi comme bête et méchant , c'est pareil de tous les côtés , les soldats se comportent en être humains et meurent en Hommes, à leur dernier souffle ils ne pensent pas à la haine de l'ennemi mais à leur famille , leurs amis . Comble de l'horreur que peut faire une guerre , beaucoup de mes camarades ne sont pas morts au combat mais il y ont laissé leurs âmes . C'est ca la guerre petit et pas ce que les médias te vendent . Souviens toi de mes paroles . Il n'est pas tant question de devoir de mémoire que de vigilance . Je ne veux pas que tu te rappelle du nombre de navires présents au débarquement de Provence ou des armes de dotation dans a 9ème division d'infanterie coloniale , non , rappelles toi simplement de la souffrance ."
avatar
Apprenti
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 636
Age : 27
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 17/03/2007

http://histoireconstitution44.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: :" Il voulait voir la mer"

Message  Prosper Vandenbroucke le Lun 23 Avr 2012, 11:15 pm

pouce pouce pouce Mahfoud.
Amicalement
Prosper clin doeil gri
avatar
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 755
Age : 67
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: :" Il voulait voir la mer"

Message  Le-frenchi le Lun 23 Avr 2012, 11:43 pm

Génial Mahfoud ! pouce
avatar
Le-frenchi
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 81
Age : 22
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 17/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: :" Il voulait voir la mer"

Message  le ronin le Mar 24 Avr 2012, 1:43 am

Très beau texte , très émouvant .
Je peux cependant dire une chose : ceux qui se posent trop de questions existentielles, où trop sentimentaux, au cours d'un combat , ne vivent généralement pas longtemps , et de toutes façons se rendent malheureux.



Amicalement,



le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: :" Il voulait voir la mer"

Message  Apprenti le Ven 27 Avr 2012, 8:32 am

le ronin a écrit:Très beau texte , très émouvant .
Je peux cependant dire une chose : ceux qui se posent trop de questions existentielles, où trop sentimentaux, au cours d'un combat , ne vivent généralement pas longtemps , et de toutes façons se rendent malheureux.



Amicalement,



le ronin.

Merci beret j'entends bien celà , cependant voir au delà de celà pour le cas de ce petit texte plus symbolique que réaliste beret
avatar
Apprenti
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 636
Age : 27
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 17/03/2007

http://histoireconstitution44.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: :" Il voulait voir la mer"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum