Jorge Semprun à Buchenwald.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  tietie007 le Sam 26 Mai 2012, 6:41 pm

Dans L'Ecriture ou la vie, Gallimard, 1994, Jorge Semprun, écrivain, scénariste, compagnon de route d'Yves Montand et ancien ministre de la culture en Espagne, revient, dans la première partie de son livre de mémoire, sur son passage à Buchenwald.
Arrêté par la Gestapo à Epizy, arrivé en janvier 1944, lors des opérations "Ecume de Mer" et "Vent de Printemps", qui ont vidé les prisons françaises et le camp de Compiègne, Semprun échoue au Block 62, avec le numéro 44904.
Le jeune étudiant en philosophie de la Sorbonne, c'était engagé dans le groupe "Jean Marie Action" dirigé par Henri Frager (qui mourra à Buchenwald) qui faisait partie du réseau Buckmaster.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Buckmaster

Sa maîtrise de la langue de Goethe va l'envoyer dans l'administration du camp, au service de l'Arbeitsstatistik.
Il évoque la mort de Maurice Halbwachs, un mois avant la libération du camp, épuisé par la dysenterie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Halbwachs

Plus qu'une analyse systématique du système concentrationnaire, Semprun, qui faisait partie du réseau clandestin communiste du camp, raconte des anecdotes liées à la libération du camp, le 11 avril 1945. L'effroi des trois officiers britanniques qui entrent dans le camp.
La complainte des morts, chuchotée par un juif hongrois mourant, dans un tas de cadavres, et qu'il a essayé de sauver avec son ami Albert, ancien des Brigades Internationales qui avait travaillé dans l'état-major du général Kleber.
La réunion au Revier, avec Jürgen Kaminski, chef du réseau communiste, pour entendre un juif du dernier sonderkommando d'Auschwitz, révéler l'existence des chambres à gaz.
L'étonnement devant le côté "primitif" des russes, qui ont l'air d'être hors la civilisation, moujiks peu touché par "l'action libératrice de la révolution", scories du régime bolchevique, qui posaient des problèmes aux communistes occidentaux du camp, qui se demandaient comment la patrie des ouvriers pouvait accoucher d'êtres si frustres ! Un immense portrait de Staline avait été affiché, sur leur block, après la libération du camp.

L'orchestre de jazz clandestin de Jiri Zak.

http://holocaustmusic.ort.org/places/camps/central-europe/buchenwald/

Le souvenir de Pola Negri, dans Mazurka, film qui avait été projeté dans le Kino du camp, par les SS.

Cette relation avec un lieutenant américain, de la IIIeme armée de Patton, Walter Rosenfeld, juif berlinois exilé aux USA, dès 1933, et qui était chargé de faire visiter le camp aux "braves" habitants de Weimar. Les deux hommes, des intellectuels, s'apprécient, et Semprun fait découvrir au néo-américain le lien entre Blum et Goethe, avec le livre de l'ancien président du Conseil du Front Populaire, incarcéré à Buchenwald, écrit en 1937, Nouvelles conversations de Goethe avec Eckerman. Curieux paradoxe, Goethe mourra à Weimar, et Blum sera déporté juste à côté, à Buchenwald.
Ses discussions sur le "mal radical", référence à un livre de Kant, La Religion dans la limite de la simple raison.

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Religion_dans_les_limites_de_la_simple_raison/Premi%C3%A8re_partie

Et, enfin, ce curieux épisode l'opposant au bibliothécaire du camp, un communiste, comme lui, qui le somme, après la libération du camp, de lui rendre les trois livres qui l'a emprunté. Semprun, étonné que cet homme soit encore mu par une sorte de conscience professionnelle zélé, alors que des monceaux de cadavres jonchent le camp et que celui-ci va fermer, avec la bibliothèque, se voit rétorquer, ébahi, que le camp servira à enfermer les nazis, pour les rééduquer, et que les livres serviront ... réflexion miroir d'un militant borné, petit bureaucrate qui suit sa logique répressive inversée, qui ne peut penser que le camp va fermer et qu'il resservira pour interner les nazis et les autres ...


avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  Ming le Sam 26 Mai 2012, 7:35 pm

Il y a une légère erreur :

Il n'a jamais existé de "reseau Buckmaster" puisque Buckmaster était le chef de la section F du SOE (entre autres). L'ensemble des réseaux F étant (faussement d'ailleurs) parfois appelés "réseaux Buckmaster" au sens sous la tutelle, autorité ou gouvernance de Maurice Buckmaster. L'origine de cette appellation date de l'époque de la création de la section RF qui fut pendant longtemps ennemie de la section F, il est fréquemment arrivé que le nom du réseau soitr précédé de "Buckmaster" pour l'identifier comme appartenant à la section F par le SOE.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  tietie007 le Dim 27 Mai 2012, 4:30 pm

Ming a écrit:Il y a une légère erreur :

Il n'a jamais existé de "reseau Buckmaster" puisque Buckmaster était le chef de la section F du SOE (entre autres). L'ensemble des réseaux F étant (faussement d'ailleurs) parfois appelés "réseaux Buckmaster" au sens sous la tutelle, autorité ou gouvernance de Maurice Buckmaster. L'origine de cette appellation date de l'époque de la création de la section RF qui fut pendant longtemps ennemie de la section F, il est fréquemment arrivé que le nom du réseau soit précédé de "Buckmaster" pour l'identifier comme appartenant à la section F par le SOE.

Merci pour ces précisions.
Jorge Semprun évoque la mort, après la libération du camp, un comble, de Diego Morales.
C'est Jaime Nieto, dit "Bolados", dirigeant du parti communiste espagnol, à Buchenwald, qui avertit le jeune homme que Diego Morales se meurt, de dysenterie, et qu'il veut le voir.
En effet, le retour à une alimentation normale, après la libération du camp, le 11 avril, a fait des ravages sur des organismes habitués à une maigre pitance.
Diego Morales est arrivé au camp à la fin de l'été 1944 après un bref passage à Auschwitz. C'est lui qui mettra au parfum les espagnols du camp, sur la réalité du camp d'extermination.
Il avait trouvé un poste à l'usine Gustloff, qui montait des fusils automatiques, sabotés par les ouvriers.

http://crdp.ac-amiens.fr/crdp/cddpoise/concours_resistance/sujet/buchenwald.pdf

Morales avait été bouleversé par la lecture du Manifeste du Parti Communiste, qu'il avait lu dès l'âge de 16 ans, et qui lui avait fait épouser la cause communiste. Il avait participé à la guerre d'Espagne contre les franquistes et avait eu un deuxième choc littéraire, en France, en lisant le Rouge et le Noir, de Stendhal.

Il avait survécu à la guerre d'Espagne, au Maquis des Glières, un terrible souvenir, il était sorti en vie de l'enfer d'Auschwitz et voilà qu'il agonisait à Buchenwald, après la libération du camp, son corps n'ayant pas supporté le choc alimentaire.

Pour accompagner son ami, Semprun récita un poème de César Vallejo, tiré de son recueil poétique sur la guerre civile espagnole, Espana, aparta de mi este caliz:

Al fin de la batalla
y muerto el combatiente, vino hacia él un hombre
y le dijo: "no mueras, te amo tanto !"
Pero el cadaver, ay ! siguio muriendo ...


Le futur écrivain vit mourir Morales sous ses yeux.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  tietie007 le Dim 27 Mai 2012, 7:56 pm

A notre que Semprun connut, à Buchenwald, Boris Taslitzky, communiste, artiste peintre défenseur du réalisme socialiste.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Taslitzky

Il continua à dessiner, à Buchenwald, et un livre compile son travail, dans le camp.



Semprun continua à la voir après la guerre, seul ancien déporté qu'il pouvait voir, puisque pour l'écrivain espagnol, l'oubli était de mise. C'est chez Taslitzky qu'il connut Aragon.

avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  boisbouvier le Jeu 07 Juin 2012, 11:33 am

J'ai appris de Semprun une chose qui m'a fort surpris. Il y avait à Buchenwald du cinéma et des bibliothèques de prêt.
Est-ce bien vrai ?

boisbouvier
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 51
Age : 82
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

à destination de qui ?

Message  breiz izel le Sam 09 Juin 2012, 6:24 pm

des prisonniers affamés qui essayaient de survivre ou des affreux ?

breiz izel
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 534
Age : 70
Localisation : France
Date d'inscription : 21/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  Jules le Sam 09 Juin 2012, 8:26 pm

boisbouvier a écrit:J'ai appris de Semprun une chose qui m'a fort surpris. Il y avait à Buchenwald du cinéma et des bibliothèques de prêt.
Est-ce bien vrai ?

Le cinéma
"Un cinéma est installé dans le camp en 1941 car les SS y voient une source d’enrichissement. Un tarif de 35 pfennigs par entrée, prélevé sur les détenus surtout allemands recevant de l’argent, leur permet de réaliser, en six mois, un bénéfice important que se répartissent les officiers. Le cinéma ne passe que de vieux films allemands, et sont seul public sont les détenus de langue allemande. Mais la salle est surtout utilisée comme lieu de torture par les SS. Elle se prête particulièrement bien à l’installation du chevalet ou des poteaux où sont suspendus les détenus, car elle est semi - obscure. On y trouve également une potence…"

Ce lieu surprenant dans un camp de concentration est un moyen supplémentaire utilisé par les SS pour se faire de l’argent. En effet, l’entrée est payante et seuls les détenus (souvent allemands) qui reçoivent de l’argent de leur famille peuvent y pénétrer. Quelques soirées y sont également organisées par les détenus, mais beaucoup de prisonniers ignorent l’existence de ce cinéma.

Sources diverses sur internet, donc à prendre avec des pincettes.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  eddy marz le Sam 09 Juin 2012, 9:13 pm

Jules a écrit:
boisbouvier a écrit:J'ai appris de Semprun une chose qui m'a fort surpris. Il y avait à Buchenwald du cinéma et des bibliothèques de prêt.
Est-ce bien vrai ?

Le cinéma
"Un cinéma est installé dans le camp en 1941 car les SS y voient une source d’enrichissement. Un tarif de 35 pfennigs par entrée, prélevé sur les détenus surtout allemands recevant de l’argent, leur permet de réaliser, en six mois, un bénéfice important que se répartissent les officiers. Le cinéma ne passe que de vieux films allemands, et sont seul public sont les détenus de langue allemande. Mais la salle est surtout utilisée comme lieu de torture par les SS. Elle se prête particulièrement bien à l’installation du chevalet ou des poteaux où sont suspendus les détenus, car elle est semi - obscure. On y trouve également une potence…"

Ce lieu surprenant dans un camp de concentration est un moyen supplémentaire utilisé par les SS pour se faire de l’argent. En effet, l’entrée est payante et seuls les détenus (souvent allemands) qui reçoivent de l’argent de leur famille peuvent y pénétrer. Quelques soirées y sont également organisées par les détenus, mais beaucoup de prisonniers ignorent l’existence de ce cinéma.

Sources diverses sur internet, donc à prendre avec des pincettes.

Bonsoir Jules; bonsoir à tous...
Si mes souvenirs sont exacts (et là, je me vante), je suis presque sûr que cette question est abordée en 3/4 pages par Eugen Kogon dans "L'État SS - Le système camps de concentration Allemands". J'en ai une copie datant de 1980, mais il est facilement trouvable :



clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jorge Semprun à Buchenwald.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum