La prise de Singapour (15 février 1942)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La prise de Singapour (15 février 1942)

Message  Charlemagne le Mer 19 Sep 2012, 10:06 pm

La prise de Singapour (15 février 1942)


Depuis l'industrialisation et la modernisation de son économie au 19° siècle, l'Empire du Soleil Levant a considérablement souffert du manque de ressources naturelles sur l'archipel nippon. Afin de maintenir un niveau de développement élever, le pouvoir politique japonais a dut mener une politique impérialiste à l'image des grandes puissances européennes. Après avoir occupé la Corée puis la Manchourie (chassant au passage les Russes de Port Arthur), le Japon se lance à l'assaut de la Chine au cour de l'entre-deux-guerres. En 1937, la prise de Nankin se conclue par un gigantesque massacre de civiles et prisonniers de guerre chinois par les soldats japonais. Informé de ces atrocités par les témoins occidentaux, Washington décide de prendre un certains nombres de sanctions économiques. Ces dernières menacent considérablement l'économie japonaise qui a déjà bien souffert de la crise de 1929. L'échec des différentes négociations diplomatiques renforce considérablement les bellicistes japonais qui souhaitent prendre par la force ce que les Etats-Unis refusent de leur livrer. Les états majors de la Marine et de l'Armée de Terre japonaise commencent alors à préparer une offensive générale selon deux axes. Le premier a une finalité purement militaire puisqu'il s'agit d'expulser l'US Navy du Pacifique et de préserver l'archipel nippon d'une riposte américaine. Le deuxième axe de progression est dirigé vers l'Asie du Sud-est afin de se procurer les ressources naturelles sous le contrôle des puissances coloniales européennes. Avant même le déclenchement de cette offensive militaire et suite à la guerre franco-thaïlandaise, Tokyo parvient à imposer au gouvernement de Vichy, le droit d'installer des soldats et d'utiliser les aérodromes et ports du Sud de l'Indochine. De plus, le Japon entame des discussions avec la Thaïlande pour obtenir un droit de passage pour ses troupes. Ainsi Tokyo place ses pions dans la région et se prépare a passer à l'offensive contre le dernier obstacle sur la route des puits de pétroles des Indes Néerlandaises: la Malaisie et la forteresse britannique de Singapour.


Singapour est une île à l'extrémité Sud de la Malaisie. Contrôlant le détroit de Malacca, Singapour est une position stratégique qui bloque le passage maritime entre l'Extrême Orient et l'océan Indien. De plus la Malaisie est un territoire très riche en ressources naturelles. En effet, la production de caoutchouc et d'étain malaisien correspond respectivement à 30% et 50% de la production mondiale. La Grande Bretagne prend possession de cette région en 1824 et y construit un port militaire qui deviendra la principale base navale britannique en Extrême Orient. Face à la montée en puissance de l'impérialisme japonais, les Britanniques envisagent très tôt la menace d'une agression contre Singapour. Effectivement, dès 1935, les responsables militaires à Singapour commencent à élaborer un plan de défense de l'île. Cependant ils n'envisagent pas une attaque provenant du Nord, c'est-à-dire depuis la Thaïlande. Pour l'essentiel, la Malaisie reste un terrain difficile qui ne se prête pas vraiment aux manœuvres d'une armée. Une grande partie du pays est montagneux et les vallées sont essentiellement marécageuses à cause des fortes précipitations lié au climat équatoriale. Il est donc très difficile de traverser le pays en dehors des routes principales qui restent assez rares. C'est pour cela que les Britanniques vont orienter les défenses de l'île de Singapour vers une menace potentielle venant de la mer. Néanmoins, à partir de 1938, les Britanniques commencent a concevoir l'éventualité d'un débarquement de troupes dans le Nord de la Malaisie et les officiers à Singapour mettent en place un certains nombres de projets visant à renforcer la défense dans cette partie du pays mais également le Nord de l'île de Singapour. Cependant, le manque de moyens limite considérablement les volontés de renforcer le dispositif. En effet, malgré une menace qui est bien réelle, la campagne de France au printemps 1940, la bataille d'Angleterre, la menace d'un débarquement allemand sur les côtes anglaises, la bataille de l'Atlantique et le front Nord-Africain mobilisent la quasi-totalité des ressources l'armée britannique. De plus, au début de l'année 1941, les Etats-Unis informent les Britanniques que l'US Navy sera divisée en trois flottes: la flotte de l'Atlantique, la flotte du Pacifique et la Flotte asiatique. Or ils annoncent également que tout affaiblissement de la flotte du Pacifique se fera au profit de la flotte de l'Atlantique et donc qu'il n'y aura pas de renforcement de la flotte asiatique. A la veille de la grande offensive japonaise, Churchill parvient a envoyer à Singapour, les cuirassés HMS Repulse et HMS Prince of Wales qui arrivent le 3 décembre 1941.

Le 7 décembre 1941, l'aéronavale japonaise attaque la base américaine de Pearl Harbor annonçant ainsi le début de l'offensive générale de Tokyo dans le Pacifique et l'Asie du Sud-Est. Le lendemain, suite à l'absence de réponse de la Thaïlande à la demande de droit de passage pour ses troupes, le Japon lance sa XV° armée à l'assaut du pays. Sans combattre, le royaume thaï se rallie immédiatement. Du côté britannique, les reconnaissances aériennes ont signalé dès le 7 décembre au soir, des mouvements de navire de débarquement japonais. Il est désormais trop tard pour les Britanniques de lancer une offensive préventive mais pourtant, les troupes ne reçoivent pas l'ordre de se mettre en défense. Dès le lendemain matin, les premières troupes japonaises prennent pied sur la côte malaisienne, à Kota Bharu et dans le Sud de la Thaïlande à Pattani. La réaction britannique viendra du ciel puisque la Royal Air Force attaque les transports de troupes nippon à Kota Bharu mais c'est trop tard, les soldats japonais ont déjà débarqués. Au même moment, Singapour est victime d'un premier raid aérien qui fait deux cents victimes au sein de la population. La RAF lance un nouveau raid massif sur Kota Bharu mais sans succès, les transports de troupes ennemis se sont déjà retirés. A court de carburant, les 110 appareilles britanniques se posent sur les aérodromes du Nord de la Malaisie. Alors que les mécaniciens sont en train de faire le plein des avions, l'aviation japonaise se jette sur ces cibles alléchantes et les détruits en quasi-totalité. En quelques heures, le Japon obtient la supériorité aérienne en Malaisie avec près de sept cents appareilles. L'affaire semble très mal partie pour les soldats de sa majesté. Un nouveau drame va venir sceller le sort de Singapour quelques jours plus tard. Le 11 décembre, les deux cuirassés britanniques sont repérés par un sous-marin japonais. Cela déclenche immédiatement un raid aérien massif provenant de Saïgon. En deux heures, les deux fleurons de la Royal Navy sont coulés mettant ainsi un terme à toute possibilité de résistance britannique sur mer. Cette perte est vécu comme un véritable drame à Londres. Winston Churchill écrira plus tard: "De toute la guerre, je n'ai jamais reçu choc plus brutales. Toute l'horreur de la nouvelle m'apparut en pleine clarté. Il n'existait plus de navires de lignes britanniques ou américains dans l'Océan Indien et le Pacifique, sauf les survivants de Pearl Harbor qui se hâtaient de rentrer en Californie. Le Japon régnait en maître absolu sur cette immense étendue marine et nous, nous étions faibles ou nus de partout."

Au même moment, sur terre, les troupes de Malaisie tente de stopper la progression japonaise mais très vite ils se retrouvent confrontés à la supériorité tactique et matérielle des troupes japonaises qui pourtant sont inférieurs en nombre aux soldats britanniques. Cependant ces derniers sont mal entraînés, mal équipés et leur morale parait faible. On assiste parfois a des mouvements de paniques suite aux attaques des bombardiers nippons. Au cour du mois de Janvier, le général Yamashita fonce vers le Sud et prend à revers les positions adverses en attaquant par la jungle. De la viendra son surnom de "Tigre de Malaisie". A Singapour, on se prépare à une attaque venant du Nord mais ce secteur de la ville est dépourvus de défenses solides et il faut improviser avec ce qui a, c'est-à-dire pas grand-chose. Le 8 février, les troupes japonaises s'élancent sur la ville et sont confrontés à une forte résistance. Néanmoins, les vagues d'assauts submergent les soldats britanniques et les Japonais prennent pieds dans la cité. Malgré des combats acharnés, la désorganisation, la fatigue et le manque de munition commence à peser sur les troupes du général Percival. Le 15 février, ce dernier est contraint de capituler. Dernier déshonneur, Yamashita exige que Percival porte lui-même le drapeau de la reddition. C'est la fin d'une campagne qui a fait près de 9000 morts chez les Britanniques et 3000 chez les Japonais. En 73 jours, le symbole de la toute puissance britannique en Extrême Orient s'est écroulé. Après Singapour, les tommy's connaîtront un véritable sentiment d'infériorité face aux soldats japonais qui eux se considèrent désormais comme invincible. La prise de Singapour ouvre la route vers le pétrole des Indes Néerlandaises mais également sur la Birmanie, dernier obstacle avant l'Inde.
avatar
Charlemagne
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4794
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 11/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La prise de Singapour (15 février 1942)

Message  tietie007 le Sam 22 Sep 2012, 7:01 am

Cette campagne fut un désastre pour l'armée britannique et son chef, le général Percival. Outre que les nippons se sont révélés supérieurs aux anglais dans les combats dans la jungle, la Navy aura perdu deux de ses plus beaux fleurons. Il me semble que le général Yamashita aurait affirmé qu'heureusement que les britanniques ne connaissaient pas la maigreur de ses effectifs, puisque les japonais avaient deux fois moins de troupes que les anglais, 70 000 contre 140 000 :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Malaisie

La campagne de Malaisie est une sorte de Blitzkrieg nippon sans chars !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum