André Le Duc, héros de la Résistance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André Le Duc, héros de la Résistance

Message  Phil642 le Mar 11 Juin 2013, 10:33 am

REIMS (Marne). L'histoire du père d'Antoine Le Duc, un Rémois bien connu, est exemplaire : le « Special Air Service » britannique a tout fait pour retrouver la sépulture d'André Le Duc. En 1944, il avait sauvé douze parachutistes anglais et américains.

DANS la petite commune de Remilly-sur -Lozon, André le Duc est, à 33 ans, père de sept enfants. Nous sommes à 30 km d'Omaha Beach et 17 de St-Lô. En plein débarquement allié, les combats font rage et les parachutistes anglais et américains qui tombent dans tout le secteur sont à la merci des Allemands. Méprisant le danger, André Le Duc, aidé de quelques amis, met six Anglais et six Américains à l'abri et se charge de les ravitailler : il faut être discret, les changer souvent de cachette pour égarer les soupçons.

Mais le 5 juillet 1944, André Le Duc est face aux fusils allemands et, sous les yeux de deux de ses enfants, il est froidement abattu (son épouse Georgette a toujours pensé qu'il y avait eu dénonciation).
Après la guerre, les vétérans anglais du SAS ont recherché la trace des résistants qui avaient aidé les leurs.

Des Britanniques émus

Antoine Le Duc raconte : « Ils ont découvert la tombe de mon père en 2002 et y ont déposé une couronne et un petit mot griffonné. Ils ont ensuite écrit au maire du village, et, le 4 juillet 2004, une cérémonie commémorative très émouvante a été organisée. Il est significatif que ce soient les Britanniques qui ont été les plus émus par le sacrifice de mon père et notre terrible destin d'orphelins. Malheureusement, notre mère n'était plus là (décédée en 1991) et de la fratrie, nous n'étions plus que deux puisque la guerre a aussi tué deux de mes frères. Le cancer a achevé le massacre… »

Cette initiative a eu le mérite de réveiller les mémoires autour d'un document, « La vie quotidienne d'un honnête commerçant de village pendant l'occupation allemande ». On y trouve des photos de la famille, des lettres, le nom des parachutistes sauvés, des témoignages poignants et précis rédigés par les membres du club du 3e âge, des articles de presse soulignant l'absence de décoration à titre posthume.
Un texte évoque la veuve et ses enfants (reconnus pupilles de la Nation en 1948) avec une allocation militaire mensuelle de 2 945 francs, « mais les allocations familiales lui ont été supprimées… ». (voir le livre de Dominique Labarrière, Survivre, édition OuestFrance/Mémorial de Caen).

André Le Duc est aussi évoqué dans un ouvrage de Marcel Leclerc, La Résistance dans la Manche.
Mme Le Duc avait reçu en juin 1945 une lettre de remerciements du commander SAS troops, British airborne corps, et les Etats-Unis avaient décerné à André Le Duc une « citation for medal of freedom ».

Fidélité

Dans le groupe du SAS qui avait retrouvé la tombe d'André Le Duc, figurait le colonel Edward Toms : il continue à visiter les lieux de mémoire et il est passé par Reims pour revoir Antoine Le Duc et son épouse. Il était accompagné du lieutenant-colonel Keith Edlin, du major Alex Richarson et de son fils Yan.

Une fidélité touchante : « Edward nous a adoptés. Il vient régulièrement et nous avons été invités chez lui avec un repas au club des officiers et une soirée opéra au Covent garden. »
Un souvenir mémorable pour le musicien Antoine Le Duc. À noter que dans son village natal, la salle des fêtes porte depuis 1984 le nom de son père, « héros enfant du pays ».

Source: http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/andre-le-duc-heros-de-la-resistance
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum