28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  Apprenti le Lun 28 Oct 2013, 9:52 pm

28 octobre 1940 : Le jour où les Grecques ont dit :" NON" 




De 1935 à l'invasion allemande , la monarchie constitutionnelle grecque du roi Georges II est en fait , dirigée par le général Metaxas , président-dictateur du pays .

Comme toutes les forces armées des petites puissances , l'armée grecque souffre d'un manque d'armement moderne et de motorisation , mais elle bénéficie d'une frontière montagneuse face à) l'Albanie et aussi de rudes soldats que les Italiens apprennent à connaitre dès le 28 octobre 1940 .

Le Jour du Non   est une des deux fêtes nationales grecques  Célébrée le 28 octobre de chaque année, elle marque le rejet de l'ultimatum italien du 28 octobre 1940 par le dictateur grec Ioánnis Metaxás. 

Cet ultimatum fut présenté par Emanuele Grazzi, ambassadeur italien en Grèce, le 28 octobre 1940, à quatre heures du matin, après une fête à l'ambassade d'Allemagne à Athènes. Cet ultimatum imposait à la Grèce de permettre à l'armée italienne de pénétrer sur le territoire grec et d'occuper certaines places stratégiques, ou bien la guerre serait déclarée.


La réponse de Metaxás aurait simplement été : « Όχι! » (« Νon ! »). Cependant, d'après certains universitaires cette réponse tiendrait davantage de la légende et la réponse formulée aurait pu réellement être : « Alors c’est la guerre ». 

La réponse de Metaxás marque ainsi le début de la participation de la Grèce dans la Seconde Guerre mondiale.
À l’issue de la guerre, le 28 octobre devint un jour férié en Grèce. Cet évènement est commémoré chaque année par des défilés militaires et estudiantins. La plupart des bâtiments publics et des habitations sont décorés du drapeau grec.

En réponse au refus de Metaxás, les troupes italiennes stationnées en Albanie, alors protectorat italien, attaquèrent à la frontière grecque à cinq heures et demi du matin, déclenchant la guerre italo-grecque.




Elle marque le début de la Campagne des Balkans lors de la Seconde Guerre mondiale. 

À partir de l'intervention allemande en 1941, on parle de bataille de Grèce.

Ce conflit marque l'entrée en guerre du Royaume de Grèce, qui vit sous le gouvernement autoritaire de Ioánnis Metaxás depuis août 1936, contre l’Italie fasciste de Benito Mussolini. Son gouvernement profasciste rejette l’ultimatum du 28 octobre 1940 par lequel l’Italie demande le libre passage pour ses troupes. Dès lors, la Grèce se range aux côtés du Royaume-Uni au moment où Hitler occupe la plus grande partie de l’Europe.

Pour le peuple grec, la résistance contre l’agression de l’Italie fasciste prit un caractère à la fois national et antifasciste, permettant à l’armée grecque de faire face à l’agression et de lancer une contre-offensive. À la fin de 1940, les armées grecques se trouvaient à soixante kilomètres au-delà de la frontière gréco-albanaise.

Pendant six mois, seize divisions grecques insuffisamment armées immobilisèrent en Albanie vingt-sept divisions italiennes disposant d’un équipement bien supérieur au leur, jusqu’au moment de l’attaque des armées allemandes, le 6 avril 1941.

Le roi et son gouvernement quittent le pays alors que le commandement de l’armée, composé d’officiers fascistes, capitule le 24 avril 1941. Un certain nombre d’officiers et de soldats patriotes, ainsi que la flotte de guerre, ont réussi à quitter l'Hellade. Ils continuent la lutte et participent aux opérations alliées en Afrique (seconde bataille d'El Alamein, campagne d'Italie...).

Les succès militaires grecs en Albanie ont constitué la première victoire des Alliés contre l'Axe, encouragé d’autres peuples hésitants, détruit le prestige de Mussolini et influencé l’attitude américaine.

La résistance en Crète a immobilisé les forces d’élite allemandes et la résistance des peuples albanais, yougoslaves et grec a contraint Hitler à ajourner l’attaque contre l'Union soviétique, délai qui s’est révélé vital pour celle-ci.




http://www.guidedesfetes.com/le-jour-du-non-61-f.html


http://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_du_Non
avatar
Apprenti
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 636
Age : 27
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 17/03/2007

http://histoireconstitution44.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  alderome le Dim 10 Nov 2013, 12:08 am

Kalimera
Les officiers grecs n'étaient pas (dans leur ensemble) fascistes : royalistes ou républicains (Venizelos), nationalistes c'est sûr, fasciste je le crois moins, ils devaient prêter serment au roi.
ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  Narduccio le Dim 10 Nov 2013, 8:11 pm

Je trouve que ce qui est présenté est une version "officielle" bien embellie. Metaxa aurait effectivement simplement répondu "Non". Mais cela n'a rien changé.

Pourquoi ? Quand l'ultimatum a été posé, on donnait 3 heures au gouvernement grec pour répondre et... 2h30 minutes après le dépôt de l'ultimatum Mussolini donnait le signal de lancer l'attaque. Metaxa aurait pu accepter l'ultimatum, la Grèce aurait quand même été envahie.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4679
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  Piermanu le Lun 11 Nov 2013, 12:58 am

A cette période, dans le secteur de Nice occupé par les Italiens, des français s'amusaient à poser des pancartes :"Soldats grecs, vous pouvez maintenant faire demi-tour : vous êtes arrivés en France ! "

Piermanu
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 153
Age : 57
Localisation : Franche-Comté
Date d'inscription : 05/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  alderome le Lun 11 Nov 2013, 1:33 am

Mais çà nous n'avance pas pour savoir si le corps des officiers hellènes était fascisé ou fascisant. Nationaliste c'est certain, certains rejoindront les Bataillons de Sécurité pour collaborer à la guérilla anticommuniste. 
D'autres rejoindront Napoleon Zervas au sein de l'EDES mais républicain.
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  alderome le Lun 11 Nov 2013, 1:42 am

En prenant le cas de Gioghio Poulos, il était anti-monarchiste et est passé du côté de la collaboration avec la création du Poulos Verband.
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: 28 octobre 1940 : Le jour où les Grecs ont dit :" NON"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum