Famille exemplaire : Brugirard "Juste Parmis les Nations"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Famille exemplaire : Brugirard "Juste Parmis les Nations"

Message  Phil642 le Sam 27 Déc 2014, 7:40 am

Professeur à l'école dentaire de Lyon, Jean Brugirard vivait avec sa femme Suzanne et deux de leurs enfants - Edmée, née en 1922, et Jacques, né l'année suivante - dans une villa spacieuse. Il avait également un cabinet dentaire privé et soignait notamment le rabbin Jacob Kaplan, alors adjoint au Grand rabbin de France. A partir de l'entrée des Allemands à Lyon en novembre 1942 et jusqu'au 2 mai 1944, date à laquelle le courageux dentiste fut arrêté par la milice dans son cabinet dentaire, les Brugirard cachèrent dans leur villa, durant des périodes plus ou moins longues, dix-huit Juifs, en majorité étrangers. Ils agissaient uniquement pour des raisons humanitaires, sans nulle rémunération. Certains des fugitifs leur étaient envoyés par le pasteur Roland de Pury (q.v.), par l'abbé Charrin, ou le rabbin Kaplan. Françoise Lieber, étudiante juive de vingt-deux ans, fut adressée aux Brugirard au début de 1944 par le pasteur. Cachée chez eux, elle sympathisa avec Edmée, qui avait le même âge qu'elle, et leur amitié dura longtemps après la guerre.

Dans la spacieuse villa Françoise rencontra Kurt Juttner, étudiant à la faculté dentaire, qui lui expliqua que son professeur, sachant qu'il était un Juif allemand réfugié en France, lui avait dit, fin 1942, que sa porte lui serait toujours ouverte. Lorsque le jeune homme se sentit en danger, il vint se réfugier chez lui, mais quitta sa cachette au bout de quelques mois pour aller rejoindre le Maquis. Le 2 mai 1944 les miliciens firent irruption au cabinet dentaire, arrêtèrent Jean Brugirard et l'interrogèrent avec une extrême brutalité pendant deux heures. Dès que la famille apprit ce qui se passait, elle conseilla à tous les fugitifs cachés chez eux de s'enfuir sans tarder. Lorsque les miliciens arrivèrent au domicile du professeur, ils n'y trouvèrent plus personne. Faute de preuve, Jean Brugirard fut remis en liberté.

Le 26 mars 1998, Yad Vashem a décerné à Jean et Suzanne Brugirard, leur fille Edmée Cénat de l'Herm et leur fils Jacques Brugirard le titre de Juste des Nations.

Le témoignage

En 1940, la famille Lieber habite Lyon, la fille Françoise est âgée de 19 ans. En 1942, la vie se complique du fait de l'occupation de la Zone Libre. Mais les Lieber ont pu bénéficier de faux papiers grâce à un ami commissaire de police. Après l'arrestation d'un cousin résistant de 16 ans, la famille décide par prudence de se disperser.

Le professeur d'allemand de Françoise le met en relation avec le professeur Jean Brugirard, enseignant à l'école dentaire de Lyon. Françoise est reçue et hébergée dans la maison familiale de Jean et Suzanne et de leurs deux enfants Jacques et Edmée.
Pendant toute cette période, la maison Brugirard est devenue un refuge pour des personnes recherchées par les Allemands. Le professeur Jean Brugirard héberge notamment un de ses élèves, Kurt Juttner, avant qu'il ne rejoigne la Résistance.

En mai 44, M. Brugirard, sûrement suite à une dénonciation, est arrêté et torturé par la Gestapo mais il gardera le silence et toutes les personnes hébergées pourront s'enfuir.

"Mes parents étaient charitables, attentifs aux autres" Edmée Brugirard Cénat de l'herm

source http://www.yadvashem-france.org/…/les-justes-…/dossier-7983/

Info reçue via la page FB de Histoire et Devoir de Mémoire - Résistance et Déportation
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum