Les aveux nazis: mais pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les aveux nazis: mais pourquoi ?

Message  Tokugawa Iemitsu le Ven 10 Avr 2015, 2:53 pm

Bonjour,

Après avoir fait une petite recherche forumique, je n'ai rien trouvé sur la question. Nous savons que  les responsables Nazis ont reconnu et avoué les actes qu'ils avaient commis durant leur règne (Ohlendorf, Höess, Eichmann, Frank, Stangl...)...

Mais pourquoi ? je veux bien que les preuves aient été accablantes contre eux, mais rien ne les empêchaient de nier en blog, surtout qu'ils ne furent nullement torturé (ni à l'Est). Bref, ils auraient pu, tel un Landru ou Petiot, emporter leurs secrets dans leur tombe, mais non...

Alors pourquoi ont-ils avoué et déballé lors des procès ? Sursaut de conscience tardif (Speer - et envie d'éviter la potence -, Frank) ? Vantardise quant au nombre de victimes ?

Question subsidiaire mais qui y est liée: comment les négagas genre irving ou faurisson (pas de majs pour ces minables) peuvent-ils espérer trouver un public avec autant d'aveux des nazis eux-mêmes ? Car l'important, plus que les preuves, lors des procès, aura été d'obtenir la reconnaissance des faits par les auteurs.

Bref, à vous claviers.

Cordialement. pouce

Tokugawa Iemitsu
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 3
Age : 33
Localisation : Reims, Zone Occupée en France
Date d'inscription : 10/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aveux nazis: mais pourquoi ?

Message  Narduccio le Ven 10 Avr 2015, 4:17 pm

Je pense qu'effectivement pour un certain nombre d'entre eux, ce fut un problème de conscience. D'après certains compte-rendus d'interrogatoires, il semble qu'il y a eu 2 types de réactions :
- d'un coté certains semblaient être plus ou moins fiers de ce qu'ils firent. Au point, dans quelques cas extrêmes d'essayer de convaincre ceux qui menaient l'interrogatoire que c'était la seule solution. Ceux-là semblaient totalement décalés et se plaindre de difficultés techniques que le commun des mortel n'arrivait pas à comprendre.
- de l'autre, ceux qui pensaient simplement obéir aux ordres, même si au fond d'eux, ils savaient que ce qu'ils faisaient n'était pas bien.

En fait, sachant la vérité connue, aucun d'eux n'éprouvait le besoin de cacher ce qu'il avait fait. La question que tu pose, pose le problème de la responsabilité des actes délictueux. Tu réagis comme si tu te trouvais en face de coupables "normaux". Le délinquant ou le criminel usuel est dans une logique où il sait que ce qu'il a fait n'est pas bien et qu'il risque d'être condamné pour cela. Donc, il essaye de cacher sa participation, ou il tente de la minimiser. Voire de justifier son acte.
Les nazis, juste après la guerre, ayant participé à ces actes, étaient dans un système de pensée où il pensaient que cela était logique, même si c'était déplaisant, ou qu'ils étaient tenus d'obéir aux ordres venant de leurs supérieurs. Dans les années 60-70, il y a eu de sacrés débats dans diverses armées pour savoir jusque où on était tenu d'obéir aux ordres et à quel prix. Actuellement, la plupart des gens qui participent à des affaires de génocides et qui se retrouvent devant des tribunaux internationaux réagissent comme un criminel usuel : donc ils savent que ce qu'ils font est contraire aux usages de la collectivité internationale et qu'ils risquent de devoir en rendre compte. La mentalité a changée.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4669
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum