Le Japon et la guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Japon et la guerre.

Message  Luhkah le Dim 23 Aoû 2015, 9:58 am

Le japon en guerre.





Ouvrage a ne pas confondre avec des livres similaires tel que les japonais et la guerre, comme moi, qui le cherchait et qui suis tombé sur ce recueil de témoignage de multiple personnalités ayant vécue la seconde guerre mondiale.

La particularité de cet oeuvre est de découvrir le japon en tant que nation belliciste de l'intérieur. En effet, que savons-nous vraiment du japon et des japonais pendant la seconde guerre mondiale en dehors des charges banzaï, des kamikazes et des atrocités de Nankin et d'Hiroshima. 

Ici, les témoignage offrent non seulement le point de vue des militaires, mais aussi et surtout des civils. Tout le mécanisme implacable mis en place par la société japonaise pour embrigader, fanatisé et abrutir une population, pour finalement l'entraîner dans ce qui ressemblait et -était désigné comme tel !- comme un suicide collectif.  


Autopsie de la conscience.

Un autre point intéressant, est la critique et l'analyse que fait l'ouvrage sur la place que la seconde guerre mondiale tiens dans la mémoire collective japonaise. 

En effet, pour les japonais la seconde guerre mondiale n'existe pas réellement, ou du moins, elle se fond dans un autre conflit, la guerre Sino-japonaise, elle-même désignée par "l'incident de chine". Euphémisme extraordinaire pour un conflit qui emportera des millions de chinois et des centaines de milliers de japonais dans la tombe, et qui n'est pas loin des euphémismes du pouvoir stalinien, des formules "LTI" du nazisme ou de la novlangue de 1984... 

Officiellement, le japon a mener sa guerre en asie pour créer un sphère de "coprospérité", visant à créer une sphère économique et politique asiatique, et chasser les pouvoirs coloniaux européens et américains. Dans les faits, les japonais se sont conduits, au mieux, aussi mal que les puissances coloniales qu'ils prétendaient chasser. Réduisant les populations d'asie comme autant de citoyens de seconde classe ou d'esclaves. 


"Rashomon" de l'horreur.

Autre aspect intéressant de l'ouvrage, les multiples points de vue sur l'expérience de la guerre au japon. Untel déclare n'avoir assister à aucune violence en Chine et à Nankin, expliquant que ces massacres on été grossièrement exagéré, son témoignage sérieusement  mis à mal par aux moins deux autres, expliquant comment les officiers et soldats devaient tous tuer au moins un prisonnier pour être "initié" au sein d'une unité. 

Certains témoignent de la non moins sinistre unité 731 et des insoutenables expériences  sur les prisonniers puis sur l'étrange "perte de mémoire" de leur collègue après la guerre.

Outre les guerriers, on est frappé cependant par naïveté et l'ignorance de nombre de soldat japonais. Souvent de petit fermiers mobilisé, ignorant tout ou presque du monde extérieur et jeté dans un conflit avec brutalité qui remettent en perspective,  sans nullement les absoudre, les multiples crimes de guerre commis au nom de l'empereur du Japon.   

Moins pardonnable, sont les officiers ou les étudiants, plus aux courants, mais incapable de simplement remettre en question leurs ordres, encore leur aurait-il fallut leurs donner les moyens intellectuels et moraux de remettre en question un pouvoir absolutiste, qui sous couvert de modernisation, faisait la chasse aux opposants politiques dés le début des années 30 et insistait sur le caractère divin des autorités japonaises.  

Mais il n'est pas uniquement question du japon ici, puisque l'on a aussi les témoignages de plusieurs rescapés coréen, travailleurs forcés ou gardien de camps de prisonnier, dont la dynamique sociale n'est pas si différente des camps nazis.     


La mort comme art de vivre.


Les kamikazes, rescapés et survivants des bombardement atomiques, les "Hibakusha", tiennent aussi une place importante dans ce livre.



Loin d'être spécialement fanatiques, les kamikaze sont ici, surtout poussé par la pression sociale, la peur, et se sacrifie plus pour leurs familles que pour l'empire, l'empereur. Le japon est une île, et il n'y a nulle part ou s''échapper, comme s'en apercevront la population d'Okinawa dont la sensibilité japonaise, ironiquement, sortira plus meurtrie d'un conflit que le japon voulait pourtant unificateur... 



Les rescapés des bombardements atomiques ou non, seront dans la même position que les survivants kamikazes et les habitants d'Okinawa, finalement rejeté par une société qui les aura pourtant sacrifiés.


Etouffé par la guerre froide.

Finalement, la mémoire de la seconde guerre mondiale sera effacée par la nécessité politique de la guerre froide et le gouvernement de MacArthur. Beaucoup des hauts responsables, comme en Allemagne, s'en tireront à bon compte pour préserver la stabilité du pays, l'un des principaux avants-poste américains stratégique dans la région. 



Débat national esquivé, voir étouffé, négationnismes plus ou moins discret, malgré les efforts de quelque uns pour faire la lumière sur une période que les autorités gouvernementales, souvent descendantes idéologiques des politiques d'alors, sont prête à jeter sous le tapis du silence, ou elles iront sans doute rejoindre la poussière radioactive de Fukushima, et les restes humains des communautés d'Iga, de Koga ou des Ainus...


En conclusion :

Un ouvrage a lire, pénible, parfois a la limite de l'insoutenable, mais incontournable pour découvrir le japon en guerre de l'intérieur, pour comprendre la machine implacable de ce dernier et que je conseille à tous ceux qui poseront les yeux sur ce fil de discussion.
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  route66 le Dim 23 Aoû 2015, 1:26 pm

Hello

Merci pour l'info..... pouce

Phil
avatar
route66
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 670
Age : 49
Localisation : Breton dans le desert du Nevada USA
Date d'inscription : 07/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  Rocreuil le Dim 23 Aoû 2015, 2:28 pm

pouce

Rocreuil
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 13
Age : 72
Localisation : Berlin
Date d'inscription : 10/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre

Message  MEIERS le Ven 28 Aoû 2015, 7:03 pm

Je n'ai pas lu le livre, certainement intéressant à acquérir. En fonction de mes lectures antérieures je dirais que tout ce qu'il rapporte est exact, sur le caractère autocratique de la société japonaise, l'agressivité de la politique des militaristes japonais dans les années 30, le mépris de la vie de l'individu, tant en ce qui concerne les sujets japonais eux-mêmes, que les peuples asiatiques conquis et cependant je pense qu'en se focalisant sur un aspect du problème-la société japonaise et sa structure non-démocratique, voire barbare-, on escamote en même temps d'autres spécificités de la situation de l'Asie à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, spécificités qui font qu'on ne peut simplement transposer les schémas de la lutte anti-fasciste et antinazie en Europe sur ce continent.
L'une de ces spécificités, et il ne faut pas l'oublier, c'est que le Japon avait seul en Asie avant 1939 non seulement un statut de pays pleinement indépendant, mais par sa modernisation autoritaire depuis le début de l'ère Meiji en 1870 un statut de pays industrialisé capable de rivaliser avec les nations européennes. En 1905 son armée avait même écrasé l'armée d'une grande puissance européenne, la Russie. 
La Chine, sa rivale qui avait sous le Dr.Sun-Yat-Tsen fait à partir de 1911 une révolution luttait encore dans les années 30 pour effacer les séquelles du colonialisme européen. Des territoires chinois comme Shanghai ou Hong-Kong étaient soustraits à sa souveraineté, elle était d'autre part minée par les conflits internes entre nationalistes et communistes. 
A part ces deux pays et peut-être la Mongolie extérieure, mais sous influence soviétique et la Thailande, ancien Siam, qui avait pu garder son indépendance en raison des rivalités coloniales françaises et anglaises entre l'Indochine et la Birmanie, tout le reste de l'Asie était domaine colonial européen.
En Inde il y avait eu les campagnes de désobéissance civile du Mahatma Gandhi dans les années 30, les Anglais semblaient avant 1939 décidés à accorder un genre de self-gouvernement, mais n'allaient pas jusqu'à une indépendance complète.
Pour voir ce que signifiait le colonialisme européen, j'avais lu récemment un article d'un historien indien qui considérait qu'après la révolte des Cipayes en 1857, les Anglais avaient massacrés en représaille près de 20 Millions d'Hindous.
Dans ce contexte les idéologues japonais des années 30 voyaient leur pays comme prédestiné pour libérer (à leur profit) le continent asiatique de la domination blanche et hisser la race jaune, dont ils s'estimaient les représentants au même niveau que la race blanche. Il y avait dans leur idéologie un aspect raciste, mais à la même époque des racistes européens et américains voyaient les peuples de couleur, dont les asiatiques comme inférieurs.
Cet aspect de rivalité raciale est toujours présent dans la mentalité des nationalistes japonais aujourd'hui. Ils sont convaincus, de n'avoir pas entièrement échoués dans leurs buts de guerre. En 1945, devant la perspective de leur défaite ils avaient encore accordés in-extrémis- l'indépendance aux gouvernements de collaborateurs asiatiques qu'ils avaient installés dans les pays conquis, Indonésie, Philippines etc. Ils avaient été en Indochine en contact avec Ho-Chi-Minh qui, prudent avait décliné cette proposition pensant encore arriver à un accord pacifique avec la France.
De fait l'ensemble des pays européens engagés aux côtés des Etats-Unis dans la guerre contre le Japon, n'ont pu rétablir leur tutelle coloniale après 1945. Les Hollandais on du abandonner dès 1945 l' Indonésie, les Anglais dans les années 50 la Malaisie, la France après 1954 l'indochine suite à la défaite de Dien-Bien-Phu. L'Inde qui pourtant n'avait vu que des petits territoires à la frontière birmane occupés par les Japonais du être précipitemment abandonnée par les Anglais en 1947. Les Etats-Unis, bien que victorieux durent donner l'indépendance aux Philippines en 1946.
Et ce mouvement d'indépendance des nations asiatiques servit d'exemple aux peuples colonisés d'Afrique une quinzaine à une vingtaine d'années plus tard.
Il faut rechercher là aussi l'une des raisons pour lesquelles les Japonais restent aujourd'hui imperméables à des appels à la repentance provenant d'Europe et des Etats-Unis. Ils excusent leurs crimes de guerre par les crimes équivalent des colonisateurs européens aux époques précédentes et s'attribuent le bénéfice d'avoir effacés l'humiliation séculaire des peuples jaunes.

MEIERS
Major
Major

Nombre de messages : 124
Age : 55
Localisation : suisse
Date d'inscription : 10/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  Luhkah le Sam 29 Aoû 2015, 9:31 am

Bonjour, 
  
  Je ne nie certes pas que la colonisation européenne et américaine fut une partie de plaisir, mais je pense surtout que cette histoire de libération de l'Asie vis-à-vis de la colonisation européenne servais surtout d'alibi aux nationalistes japonais et toujours aujourd'hui. 
  Mais cet alibi ne survit pas réellement à une analyse de la conduite des japonais dans les "territoires libérés" : Les coréens sont traités comme des esclaves, les indonésiens à peine mieux.
 Je ne parlerais pas des chinois où de l'état fantoche du Mandchoukuo, qui, dans les faits, est une colonie de peuplement japonais ou des japonais s'installent, s'emparent et exploitent les ressources locales au détriment d'un peuple local réduit a l'état de citoyen de seconde catégorie.
   De plus, je ne me souviens pas d'avoir entendu que les européens aient disséqués des autochtones vivants "pour le profit de la science" où d'avoir monté des choses aussi infâme que l'unité 731.
  
  La tentative de donner l'indépendance a des pays conquis ressemble fort à celle des allemands, qui se retrouvant pied au murs, trouvent tout-à-coup quelque vertus germanique à des peuplades comme les cosaques, les français ou d'autres pays envahis... géné 

  Pour finir, je dirais aussi que les prétention anti-communiste des nationalistes japonais ne tiennent pas plus devant une analyse plus approfondie. Les communistes en Chines a beaucoup profité de l'invasion japonaise qui à grandement affaiblis les nationalistes chinois et les ont distraits et même forcé a l'alliance avec les communistes contre les japonais. Ce qui a permis aux communismes de se répandre durablement en Chine et en asie du sud-est.

 En cela, ils me rappellent de nouveau certains nazis et nationalistes allemands, tentant de justifier la guerre à l'est avec l'argument de la lutte contre le communisme, alors qu'ils ont surtout contribuer à le faire pénétrer profondément en Europe centrale...
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  MEIERS le Sam 29 Aoû 2015, 4:57 pm

Je pense qu'en fonction du statut du pays envahi par le Japon avant et pendant la guerre du Pacifique, les regards sont en effet fondamentalement différents.
Dans le cas d'un pays comme la Corée, colonie japonaise depuis 1910, l'aspect de libération de l'Asie avançé par les nationalistes japonais est vécu comme un mensonge cynique, lorsque l'on connaît notamment des débats récents sur la prostitution forcée de femmes et de jeunes filles coréennes dans les bordels militaires japonais de la deuxième guerre mondiale. 
Dans le cas du conflit Sino-Japonais, la cause est entendue également. La mémoire collective chinoise se focalise sur la période de ce conflit ayant débuté par l'annexion de la Mandchourie en 1931 et dont la phase militaire a duré de 1937 à 1945, plus longtemps que la guerre du Pacifique de 1941 à 1945 avec des épisodes comme le massacre de centaines de milliers de civils chinois innocents lors de la prise de la capitale du Kuomintang Nankin fin 1937. La aussi la phraséologie des nationalistes japonais est particulièrement inacceptable par les chinois. Les massacres japonais ont pris le pas dans la mémoire historique sur les tentatives de colonisation européenne de la Chine au XIXème siécle, guerre de l'Opium où guerre des Boxers au début du XXème siècle.

Par contre pour les pays encore colonies européennes en 1941, comme l'Indonésie en 1941 je ne suis pas d'accord. Il faut savoir que l'Indonésie était administrée par une minorité de 300.000 à 400.000 Hollandais (plus autant de métis). Pour se représenter une scène coloniale typique un européen, coiffé d'un casque colonial, se faisant porter par quatre coolies indonésiens squelettiques sur une chaise à porteur, pour ne pas avoir à se fatiguer à marcher dans ce climat tropical.

Lorsque les Japonais ont conquis l'Indonésie (hors Nouvelle-Guinée, à moitié contrôlée par les troupes australiennes et hollandaises), l'un des premiers gestes japonais fut d'enfermer les Hollandais dans des camps pour les astreindre aux travaux habituels des coolies. Ils recherchèrent également la collaboration de nationalistes comme Sokarno, le futur président de l'Indonésie.

Il est évident que même si les Indonésiens n'avaient fait que changer de maîtres et restaient dans leur condition de coolies, le fait de voir leurs anciens maîtres blancs se voir administrer une potion de la même médecine qu'ils leurs avaient fait ingurgiter pendant près de trois siècles, par d'autres asiatiques, les Japonais, n'était pas pour leur déplaire. Et ils n'avaient évidemment pas envie après le départ des Japonais de reprendre la chaise à porteurs pour y replacer le blanc à casque colonial. En celà l'invasion japonaise du pays avait relevé leur sentiment de fierté asiatique. Les Indonésiens portent donc un autre regard sur l'occupation japonaise que par exemple les Chinois et les Coréens. Et cet exemple pourrait s'appliquer aux autres territoires coloniaux, Philippines, Malaisie, Birmanie etc. L'Indochine française était à cet égard une exception. Comme l'administration coloniale vichyste était restée en place jusqu'en 1944 les structures de la société coloniale n'avaient pas été bouleversées par les Japonais, qui se contentaient d'une présence militaire. Les indépendantistes et communistes n'ont donc pas pris partie pour les Japonais dont ils se méfiaient. Néanmoins la guerre du Pacifique fut là aussi le déclancheur de la lutte pour l'indépendance.

MEIERS
Major
Major

Nombre de messages : 124
Age : 55
Localisation : suisse
Date d'inscription : 10/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  Luhkah le Sam 29 Aoû 2015, 8:15 pm

Ça me paraît plus raisonnable.

De toute façon, les nations coloniales en questions (principalement Anglaises, Françaises et Néerlandaises.) sont saignées à blancs, économiquement et humainement par la 2ème guerre mondiale.

Elles ne pouvaient tout simplement plus suivre militairement sur ce point, même si la France défendra ses intérêts bec et ongle en Algérie et en Indochine. 

L'un des problèmes qui semblent retentissant est aussi la gestion de l'immédiat après guerre en Indonésie, ou les anglais se retrouvèrent a user des troupes japonaises isolées là-bas pour "rétablir l'ordre" (!) car il n'avaient tout simplement pas les moyens de contrôler l'Indonésie.

Dans les témoignage du livre qui parlent de l'Indonésie, les japonais qui parlent de cette époque sont mi-figue mi-raisin, se rendant compte que si les indonésiens ne sont pas aussi sceptique que disons, les chinois ou les Vietnamien quand aux buts de japonais, c'est essentiellement parce qu'ils sont aujourd'hui, en tant que nation, très dépendant du japon économiquement...
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Japon et la guerre.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum