Itter où la "bataille la plus étrange"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Itter où la "bataille la plus étrange"

Message  Sergent Wilhelm le Dim 11 Sep 2016, 10:00 pm

Hello à vous.
Un de mes amis m'a parlé de la "bataille la plus étrange", à savoir celle du château d'Itter en Autriche. Je me suis donc renseigné et je vous partage ce que j'ai trouvé. Je vous prie de m'excuser par avance si quelques fautes sont présentes où si certains passages ne correspondent pas totalement à la vérité, j'ai dû traduire de l'anglais et je n'ai pas un niveau extraordinaire dans ce domaine.

L'histoire :

Le 5 mai 1945, au château d'Itter en Autriche, a eu lieu une bataille pour le moins surprenante. En effet, elle opposait deux camps bien distincts. Le premier est composé de soldats de l'US Army, de soldats de la Wehrmacht et de prisonniers politiques français. Le second est uniquement composé de soldats de la Waffen SS.

Le château est relativement petit, situé à flanc de colline près du village de Itter en Autriche. En 1940, soit 2 ans après l'Anschluss, le gouvernement allemand demande à ce que le château lui soit loué par son propriétaire, Franz Grüner. Le 7 février 1943, l'Obergruppenführer Oswald Pohl saisi le château, agissant sous les ordres direct d'Himmler.

C'est alors que le château se transforme en camp de prisonnier, et ce dès le 25 avril 1943. Il est placé sous l'administration du camp de concentration de Dachau, alors non loin de là en Bavière, bien que les conditions de détention soient totalement différentes.
Ce camp de prisonnier est créé pour accueillir des prisonniers "spéciaux", entendons par cela des personnalités et généraux français. Ainsi, Edouard Daladier, Paul Reynaud, Léon Jouhaux, Jean Borotra, André François-Poncet, Michel Clemenceau, Albert Lebrun (jusqu'en décembre 1943), Marie-Agnès de Gaulle, les généraux Gamelin, Weygand, le colonel de la Rocque, ..., y séjournèrent. Un Kommando de femmes déportées détachées du camp principal de Dachau assuraient le service (entretien, travaux domestiques), avec quelques hommes d'Europe orientale, également déportés.

Le 3 mai 1945, un communiste yougoslave, Zvonimir Cuckovic, détenu pour faits de résistance et qui travaillait à la prison comme bricoleur, quitta le château en prétextant avoir une course à faire pour le commandant en second du camp, Sebastian Wimmer. Il portait avec lui une lettre en anglais qui demandait l'assistance des Alliés pour libérer le camp, et il avait pour consigne de la remettre au premier soldat américain qu'il rencontrerait.

La ville de Wörgl était à 9 kilomètres vers le bas de la montagne, mais elle était encore occupée par les troupes allemandes. Cuckovic fit un détour la vallée de l'Inn, vers Innsbruck, loin de 64 km. Tard dans la soirée, il atteint la périphérie de la ville et il rencontre des élèments du 409ème régiment d'infanterie US de la 103ème Division d'Infanterie (sous les ordres du célèbre général McAuliffe) du VIIème Corps américain. Il informe les soldats de la présence de hautes personnalités françaises retenues au château, mais les soldats ne peuvent agir sans ordres et promettent à Cuckovic une réponse de leur hiérarchie au matin du 4 mai. 

Un sauvetage lourdement armé est alors monté, mais la colonne s'arrêta à cause des bombardements après Jenbach, à mi-chemin d'Itter. La colonne fut alors rappelée par sa hiérarchie car elle ne doit pas empiéter sur le secteur de la 36ème Division américaine. Seules 2 jeeps et quelques personnels auxiliaires furent autorisés à poursuivre le chemin.
Les gardes SS de la Totenkopfverbände quittent le château, et, peu après, les prisonniers prennent le contrôle du château avec le peu d'armes qui reste.

Le cuisinier tchèque de la prison, Andreas Krobot, quitta le château à vélo le 4 mai dans la mi-journée avec une note similaire à celle de Cuckovic, dans l'espoir d'atteindre les Alliés. Il réussi à trouver la résistance Autrichienne à Wörgl. 

Cette ville fut abandonnée par les forces de la Wehrmacht mais réoccupée par une unité de Waffen SS. Le message est alors emmené au Major Josef Gangl, commandant des restes d'une unité de soldats de la Wehrmacht, qui avait désobéi à un ordre de retraite et s'était allié avec la résistance locale. Le major Gangl avait l'intention de libérer les prisonniers du château, mais sans sacrifier le peu de soldats qu'il avait dans une attaque suicide d'une forteresse défendue par des fanatiques SS. Il est alors resté à Wörgl pour protéger les habitants contre les éventuelles représailles des SS, lesquels tirent sans sommations sur les maisons affichant un drapeau blanc ou autrichien, exécutent les hommes déclarés comme déserteurs et défaitistes.

Mais les Alliés libèrent Wörgl et le major Gangl se rend, et demande leur aide pour libérer le château.
Au même moment, une unité de reconnaissance de 4 chars Sherman du 23ème Bataillon de chars de la 12ème Division Blindée du XXIème Corps, sous le commandement du capitaine Lee atteint Kufstein, en Autriche, à 13km de là. Le capitaine Lee ralenti alors attendant les restes de la 12ème Division, car il devait être relevé par le 36ème d'infanterie US. Interrogé pour fournir un appui pour la libération du chateau, Lee n'hésite pas et obtient la permission de sa hiérarchie.

Le capitaine Lee et le major Gangl effectuent une reconnaissance du château en kübelwagen. Lee laisse 2 de ses chars en arrière, mais demande le soutien de 5 autres blindés ainsi que le renfort du 142ème régiment d'infanterie de la 36ème Division d'infanterie, alors récemment arrivée.
En route, Lee doit se séparer de quelques renforts lorsqu'ils atteignent un pont trop instable pour qu'une colonne entière puisse le traverser en une seule fois, voire même en deux fois. Laissant un char pour garder le pont, le capitaine Lee se retrouve accompagné de 14 soldats américains, du major Gangl, un chauffeur, et un camion transportant 10 artilleurs de la Wehrmacht
A 6 km du château, un barrage routier pratiquement érigé par des SS est défait. 

En attendant, les prisonniers français ont demandé à un officier SS (alors en convalescence à Itter) et avec qui ils s'étaient liés d'amitié de se charger de leur défense. A l'arrivée du capitaine Lee au chateau, les prisonniers ont salués chaleureusement leur force de sauvetage mais ont été déçus par sa petite taille. 

Lee place les français sous son commandement dans des positions défensives autour du château, et son char, "Besotten Jenny" à l'entrée principale.
Les prisonniers français reçoivent de Lee l'ordre de se cacher mais rien n'y fait, ils combattent aux côtés des soldats américains et des soldats de la Wehrmacht. Harcelés toute la nuit par les forces de reconnaissance des Waffen SS, ces derniers lancent, dans la matinée du 5 mai, 100 à 150 soldats pour un assaut principal. 
Peu de temps avant l'attaque, le major Gangl a téléphoné à Alois Mayr, le chef de la résistance autrichienne à Wörgl et demande des renforts. Seuls 2 autres soldats allemands se présentent, accompagnés par un adolescent membre de la résistance, Hans Walt, qui, pour les épargner, les a conduit au château.
Le char Sherman fourni un appui de mitrailleuse mais il est détruit par un canon anti-char allemand de 88 mm. Désormais, il était impossible pour le capitaine Lee de contacter son unité.

Le 142ème régiment comprit que Lee fut dans une situation critique et le régiment envoya une force de soulagement. Conscient qu'il n'a pas pu transmettre les informations rassemblées sur l'ennemi ainsi que sa disposition avant que les communications n'aient été coupées, Lee accepta l'offre du tennisman français Borotra de sauter le mur du château, de contourner les points forts des attaquants SS, et ce afin de rejoindre la force de secours. Il s'est dépêché d'atteindre la prison avec les renforts avant que les défenseurs nuent plus de munitions.
Arrivé vers 16h, la force de secours a pu vaincre les Waffen SS, et 100 soldats furent fait prisonniers. Le soir même, les personnalités françaises furent conduites vers Paris, arrivant le 10 mai dans la capitale.

Le capitaine Lee reçu la Distinguished Service Cross. Le major Gangl fut tué au cours de l'attaque par le tir d'un sniper, alors qu'il essayait de déplacer l'ancien Premier Ministre Paul Reynaud du danger. Il a cependant été honoré comme Héros national Autrichien et à désormais une rue à son nom à Wörgl.

La Bataille du château d'Itter fut nommée "Bataille la plus étrange". Elle eue lieu 5 jours après le suicide d'Adolf Hitler à Berlin, et 2 jours avant la signature de la capitulation sans conditions de toutes les forces armées de l'Allemagne.
Elle est restée la seule bataille sur le théâtre européen où des Américains et des Allemands ont combattu côte à côte.

Guillaume.

________________________________________________
Sources :
https://www.thevintagenews.com/2016/08/22/priority-19/2/
http://www.slate.fr/story/73693/chateau-itter-nazis-liberation
"La dernière bataille" - Stephen Harding - 2014 - Ixelles Editions
avatar
Sergent Wilhelm
Sergent-chef
Sergent-chef

Nombre de messages : 56
Age : 21
Localisation : Landes (40)
Date d'inscription : 19/05/2016

https://www.facebook.com/histoiredanslHistoire/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Itter où la "bataille la plus étrange"

Message  Prosper Vandenbroucke le Dim 11 Sep 2016, 10:41 pm

Bonsoir Guillaume,
Oui et il existe même un très bon livre.
Il en est question ici:
http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t14466-le-combat-d-itter?highlight=Itter
Bien amicalement et bonne soirée
Prosper clin doeil gri clin doeil gri
avatar
Prosper Vandenbroucke
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 751
Age : 67
Localisation : Braine le Comte (Belgique)
Date d'inscription : 24/09/2008

http://www.freebelgians.be/news/news.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Itter où la "bataille la plus étrange"

Message  Sergent Wilhelm le Lun 12 Sep 2016, 7:18 pm

Hello Prosper, 

En effet, je suis en train de le lire, et je n'ai vu le post qu'après la publication de celui-ci, très certainement la fatigue  pouce

Amicalement,
Guillaume
avatar
Sergent Wilhelm
Sergent-chef
Sergent-chef

Nombre de messages : 56
Age : 21
Localisation : Landes (40)
Date d'inscription : 19/05/2016

https://www.facebook.com/histoiredanslHistoire/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Itter où la "bataille la plus étrange"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum