André Héricy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André Héricy

Message  Invité le Lun 16 Avr 2007, 1:41 pm

André Héricy




Alors que les bombardements grondaient sur la côte en 1944, un groupe de résistants faisait sauter la voie ferrée Caen-Laval.

Un coup de main à Grimbosq, au sud de Caen, qui a contribué au succès du Débarquement. Les renforts allemands ont été retardés ; le train n’a pas pu les acheminer vers les plages... La nuit du 5 au 6 juin, André Héricy a participé à ce sabotage. Il se souvient.

Menuisier à Cesny-Bois-Halbout, André Héricy était âgé de 23 ans en 1944. Membre de la Résistance depuis 1942, il faisait partie du maquis de Saint-Clair (entre Thury-Harcourt et Pont-d’Ouilly). Jusque-là, il avait surtout pris part à des missions de renseignement et des parachutages d’armes et matériel. La nuit du Débarquement il allait passer au sabotage.

Le feu vert a été donné sur les ondes de la BBC : «Le champ du laboureur dans le matin brumeux». C’est par ce message, le 5 juin au soir, que les responsables du maquis ont appris qu’il fallait passer à l’action. «Moi, je ne l’ai pas entendu. Un camarade est venu me prévenir à la maison qu’il fallait partir pour la ferme des Grosclaude, à Saint-Clair, notre QG. Tous les sabotages planifiés depuis des mois devaient être réalisés dans les heures suivantes».

La nuit venue, sur son vélo, empruntant des chemins de traverse, il a gagné son point de rendez-vous. Une douzaine de résistants étaient là. «Avec André et Robert Le Nevez, M. Dan et son fils, je me suis porté volontaire pour faire sauter la voie près du passage à niveau de Grimbosq. Seule la ligne Caen-Laval était encore intacte ; il fallait couper les Allemands du reste du pays».

Armés de mitraillettes, carabines et pistolets 9 mm provenant des parachutages, une musette de plastic sur l’épaule, ils sont partis, toujours à vélo, jusqu’à leur objectif. Il n’a été atteint que vers 2 h 30 du matin, après plusieurs heures à travers bois et champs, évitant les patrouilles.

«Au loin, les habitants de la côte se trouvaient aux premières loges... Des bombardements sans fin. Les premiers incendies éclairaient le ciel. On y voyait comme en plein jour», se souvient André. Le petit groupe était gonflé à bloc. De l’inconscience ? «Il fallait que je sois un peu fou pour partir comme ça en pleine nuit, laissant ma femme et mon garçon de deux ans et demi. Mais je ne pensais pas au danger».

Sur la rive droite de l’Orne, à 150 m du passage à niveau et d’un poste de garde, cachés par une courbe de la voie, les cinq hommes se sont mis à l’ouvrage. Quatre étaient placés en sentinelle tandis que M. Dan, artificier dans le génie en 1940, posait les pains de plastic sur les rails. «Au signal, un coup de sifflet, nous avons amorcé les détonateurs en même temps. Cinq minutes. Cinq minutes pour se mettre à l’abri. Comme nous avons détalé à toutes jambes, cela ne nous a pris que vingt secondes. Cachés derrière des stères de bois, l’attente a été longue... Est-ce que cela allait péter ?»

Soudain, l’explosion.

Bilan des dégâts :
Des rails à la verticale sur 3 ou 4 m de hauteur ; la voie inutilisable sur plus de 50 m. L’opération était un succès. «Elle avait été entièrement suivie, depuis la rive gauche de l’Orne, par un autre groupe de résistants. Nous ne le savions pas. Ils étaient prêts à intervenir au cas où nous échouerions».

Détruire cette voie était donc essentiel dans le plan des Alliés. Le chemin du retour a été plus long que celui de l’aller : près de dix heures. «Les Allemands étaient sur les dents, ils grouillaient de partout. Leur échapper fut un coup de chance».

Source :
http://www.ouest-france.fr/dossiershtm/debarquement/92g.htm

Non, Source : Roger Lenevette.
Merci, camarade, tu es plus efficace que Google quand il s'agit de la Resistance
clin doeil gri

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum