Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Dan le Dim 27 Juil 2008, 1:29 am

La haute finance apatride Warburg, Rockefeller, Morgan.. ont tous une part importante dans les évènemenst survenus durant la seconde guerre mondiale. Il est aussi reconnu que le grand père de l'actuel président américain Prescott Bush participa au financement de l'éffort de guerre nazi via l'union bank de Thyssen..

je vous invite à prêter attention à cette conférence donnée par l'historienne Annie Lacroix Riz
http://www.dailymotion.com/video/x68gk0_le-choix-de-la-defaite-annie-lacroi_news

à voir aussi l'excellent ouvrage, hélas jamais traduit, d'Antony Sutton 'wall street and the rise of hitler'

Dan
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 1
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Dim 27 Juil 2008, 1:49 am

Dan a écrit:La haute finance apatride Warburg, Rockefeller, Morgan.. ont tous une part importante dans les évènemenst survenus durant la seconde guerre mondiale. Il est aussi reconnu que le grand père de l'actuel président américain Prescott Bush participa au financement de l'éffort de guerre nazi via l'union bank de Thyssen..

je vous invite à prêter attention à cette conférence donnée par l'historienne Annie Lacroix Riz
http://www.dailymotion.com/video/x68gk0_le-choix-de-la-defaite-annie-lacroi_news

à voir aussi l'excellent ouvrage, hélas jamais traduit, d'Antony Sutton 'wall street and the rise of hitler'

Lacroix-Riz est une historienne qui se réfère ouvertement au léninisme, puisqu'elle fait partie du PRCF, Pôle de rénovation communiste de France, scission du parti communiste français, qui n'accepte pas les décisions du 22eme congrès, d'abandonner la notion de "dictature du prolétariat". Elle oeuvre aussi pour réhabiliter l'action de Staline.

http://fr.wikipedia.org/wiki/PRCF

et je soupçonne, chez elle, que le militantisme et l'idéologie prennent largement le dessus sur son travail d'historienne ...

Quant à Sutton, son livre n'a pas été publié en français, mais l'auteur a une réputation sulfureuse, voyant des complots un peu partout.

On est dans la veine des historiens révisionnistes américains, à la Jacques Pauwels, qui s'appuient sur des spéculations intellectuelles plus que sur des faits avérés. Tous les pays ont fait du business avec les nazis, que ça soit les américains ou les soviétiques ...ce n'est pas pour ça qu'on accuse Staline d'avoir mit Hitler au pouvoir ... On peut faire des affaires avec un pays, sans pour cela soutenir son gouvernement. Les acteurs économiques, dans les pays occidentaux sont assez libres de leurs actions et leur choix ne présume pas de la politique de leur gouvernement. La politique de Roosevelt, anti-nazi et anti-fasciste, est assez claire pour le souligner.

Le financement du parti nazi a été assez bien étudié par David Schoenbaum, puisque les archives sont restés intactes, et, au pouvoir, les nazis n'avaient nullement besoin des financiers américains, français ou anglais pour se maintenir, puisqu'ils ont pratiqué la bonne vieille pratique du déficit budgétaire et de la planche à billets !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Briselance le Dim 27 Juil 2008, 7:27 pm

tietie007 a écrit:De mieux en mieux ...Autre référence de Pauwels, "l'historien" américain Stephen Ambrose, accusé de plagiat, chose qu'il a volontiers reconnu et stigmatisé pour ses erreurs et ses approximations, ce qu'il a reconnu aussi !

http://www.slate.com/?id=2060618

Stephen E. Ambrose ? Tu veux parler de celui qui a écrit "Frères d'armes",
et qui est mort il y a quelques années ?
avatar
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 31
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Ven 31 Oct 2008, 9:07 am

Briselance a écrit:
tietie007 a écrit:De mieux en mieux ...Autre référence de Pauwels, "l'historien" américain Stephen Ambrose, accusé de plagiat, chose qu'il a volontiers reconnu et stigmatisé pour ses erreurs et ses approximations, ce qu'il a reconnu aussi !

http://www.slate.com/?id=2060618

Stephen E. Ambrose ? Tu veux parler de celui qui a écrit "Frères d'armes",
et qui est mort il y a quelques années ?

Oui, fort possible ! L'homme est plutôt un romancier-historien qu'un historien pur jus ...d'ailleurs, aux USA, le récit historique met plus l'accent sur la narration et ses effets que sur les faits.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Ven 26 Juin 2009, 2:34 pm

De plus, il est notoire que l'entourage du Président américain était peuplé de soviétophiles, comme Harry Hopkins et l'ancien ambassadeur américain en URSS, Joseph Davies.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_E._Davies
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Mer 01 Juil 2009, 6:53 pm



Dorothy Thompson (1895-1961),



fut une journaliste américaine célèbre pour ses opinions anti-nazis. Nommé correspondante à Vienne par le Philadelphia Public Ledger, en 1925, puis responsable pour l'Europe Centrale par ce même Ledger, elle devient familière du monde germanique et arrivera même a interviewé Hitler en 1931, entretien qu'elle relatera dans un livre : I saw Hitler.
Elle se fit expulser d'Allemagne, en 1934, pour avoir tracé un portrait peu flatteur du Führer. Le New-York Times titra en première page, à propos de cette expulsion :


Nazism has once more demonstrated its utter inability to understand any mentality but its own.”


http://www.peterkurth.com/DOROTHY%20THOMPSON.htm


Thompson expliqua son expulsion pour avoir traité Hitler "d'homme ordinaire, à l'encontre de la propagande du régime qui vouait un culte à l'image du Führer, vu comme un Messie envoyé par Dieu pour sauver le peuple allemande ...une vieille idée juive !"

En 1938, elle prit la défense d'un immigrant germano-polonais, un certain Herschel Grynszpan qui avait assassiné le 3eme conseille de l'Ambassade d'Allemagne à Paris, Von Rath. Les émissions radiophoniques de Dorothy Thompson sur le réseau NBC, écoutées par des millions de personnes firent naître un mouvement de sympathie pour le jeune homme.
Elle fut qualifiée par le magazine Time, en 1939, comme la deuxième femme la plus influente d'Amérique, la première étant Eleanor Roosevelt.
Elle soutint activement, avec son mari, l'écrivain prix Nobel, Sinclair Lewis, l'Emergency Rescue Committee (ERC), organisme présidé par l'universitaire Frank Kingdon, chargé de délivrer des visas (danger visa) pour les USA ( 2000 par an) pour les européens antifascistes en danger (emergency immigrants). Visas qui était hors des quotas d'immigration, votés lors de l'Immigrant Act, en 1924, qui contingentait l'immigration et avait établi des quotas sur la base de 2 % des nationaux établis dans le pays en 1890.


http://en.wikipedia.org/wiki/Dorothy_Thompson


Source : Wiki et autres liens et un article de Anne Grynberg, New-York, capitale des exilés, p.14 à 36, in New-York, 1940-1950, Autrement n°35, février 1995, Série Mémoires.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  bruno.lalouette le Jeu 16 Juil 2009, 11:39 pm

tietie007 a écrit:





2) L'autonomie des acteurs politiques américains. Je trouve que la thèse de Pauwels souffre de quelques incohérences. Une étude de la politique américaine en 1940 et 1941, souligne que l'Etat américain a essayé, lors de a tournée Summer Welles, début 40, de ramener la paix sur le vieux continent, et qu'il se préparait déjà à la guerre contre les nazis (Les épigones de Pauwels précise que ce sont les allemands qui ont déclaré la guerre aux USA, ce qui est vrai. Pour eux cela prouve que les américains ne voulaient pas déclarer la guerre au Reich, nouvelle preuve de leur complicité avec les nazis.)


Attention, la première chose à élucider est: "Est ce que les services secrets américain étaient au courant de l'attaque de Pearl Harbour 3 jours avant?

La seule certitude étant que l'opinion américaine était contre la guerre!

Parce que si il y a eu manipulation, de facto l'allemagne ayant signé un traité avec le japon, l'amérique était en guerre contre les deux...

Plus près de nous on cherche encore les armes de destructions massives de Saddam, un avion se crache sur le pentagone sans laisser trainer un boulon (tempérarure de fusion du titane 1660°, température du kérozene enflammé 1000°), des populations civiles se font bombarder par l'OTAN, les serbes sont des méchants et les albanais des gentils, sauf que ce sont les mafias albanaises qui font du traffic d'organes avec des prisonniers dont on ne parle pas...

L'Amérique n'est pas une nation qui défend la veuve et l'orphelin, l'Amérique de tout temps à toujours défendu ses intétêts ou plutôt les intérêts des multinationales qui tutoient le pouvoir américain

Mais il est trop simple de dire usa coupable, Lénine a été hebergé par le RU, en voila un mystère, un autre maintenant, les warburgs familles de banquiers juifs allemands présent des deux cotés de l'Atlantique (un Warburg financait déjà guillaume 2 en 14) ont soutenu le III reich, hors voici un membre de la famille...

Paul Moritz Warburg, né à Hambourg le 10 août 1868 et mort à New York le 24 janvier 1932, est un banquier germano-américain, promoteur de la Réserve fédérale des États-Unis. Par l'intermédiaire de Wall Street, il aurait joué un rôle dans le développement de l'I.G. Farben, dont l'une des filiales produisait le Zyklon B. Il était le frère de Max Warburg. Son fils était James Warburg.

source, wikipédia

A mon sens il est plus vrai de dire que des banquiers internationaux ont financé deux guerres mondiales et une révolution russe en étant présent dans tous les camps...

bruno.lalouette
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 7
Age : 49
Localisation : forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 15/07/2009

http://www.bruno-lalouette.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Jeu 16 Juil 2009, 11:52 pm

Moi je pense que les Ummites sont dans le coup, aussi ....
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Baugnez44 le Ven 17 Juil 2009, 9:14 am

bruno.lalouette a écrit: Attention, la première chose à élucider est: "Est ce que les services secrets américain étaient au courant de l'attaque de Pearl Harbour 3 jours avant?

La seule certitude étant que l'opinion américaine était contre la guerre!

Parce que si il y a eu manipulation, de facto l'allemagne ayant signé un traité avec le japon, l'amérique était en guerre contre les deux...

Ouais, c'est tellement de facto que Hitler a éprouvé, on se demande bien pourquoi, le besoin de déclarer la guerre aux Etats-Unis les 13 décembre 1941.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  bruno.lalouette le Ven 17 Juil 2009, 10:27 am

tietie007 a écrit:Moi je pense que les Ummites sont dans le coup, aussi ....

idé gri oui j'ai un truc sur le sujet aussi

http://www.bruno-lalouette.fr/ovni1.htm

clin doeil gri

bruno.lalouette
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 7
Age : 49
Localisation : forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 15/07/2009

http://www.bruno-lalouette.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  bruno.lalouette le Ven 17 Juil 2009, 10:37 am

D'ailleurs à propos d'Einstein:

Poincaré et la relativité
La théorie de Lorentz et le principe de réaction (1900) est disponible sur Wikisource.Sur la dynamique de l'électron (juin 1905) est disponible sur Wikisource.Sur la dynamique de l'électron (juillet 1905) est disponible sur Wikisource.En 1902, Poincaré publie La Science et l'hypothèse. Même si ce livre est plus un ouvrage d'épistémologie que de physique, il appelle à ne pas considérer comme trop réels de nombreux artéfacts de la physique de son époque : le temps absolu, l'espace absolu, l'importance de l'éther. Einstein s'était particulièrement penché sur ce livre[3], et les idées contenues font du livre un précurseur de la relativité restreinte.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Poincar%C3%A9

Moralité, ne pas se fier aux apparences, elles sont trompeuses!

bruno.lalouette
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 7
Age : 49
Localisation : forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 15/07/2009

http://www.bruno-lalouette.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Narduccio le Ven 17 Juil 2009, 10:53 am

Tiens, un tenant de la théorie des complots. Dommage que j'ai pas le temps ...
ENcore un qui confond la proie avec l'ombre ....

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4667
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  bruno.lalouette le Ven 17 Juil 2009, 11:28 am

La liberté, objet de la deuxième guerre mondiale, ne saurait se passer d'esprits critiques, dans le cas contraire cela signifierait que la guerre a été perdu sur le plan moral.

bruno.lalouette
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 7
Age : 49
Localisation : forêt de Brocéliande
Date d'inscription : 15/07/2009

http://www.bruno-lalouette.fr

Revenir en haut Aller en bas

s

Message  Narduccio le Sam 18 Juil 2009, 11:11 pm

bruno.lalouette a écrit:La liberté, objet de la deuxième guerre mondiale, ne saurait se passer d'esprits critiques, dans le cas contraire cela signifierait que la guerre a été perdu sur le plan moral.

ENtre être un esprit critique et dire n'importe quoi, il y à une marge que certains franchissent aisément. L'esprit crtitique, ça veut dire ne pas croire automatiquement ce que l'on nous dit, ça veut pas dire croire à n'importe quelle fadaise à partir du moment ou que c'est des gens qui se prétendent opposants qui les disent. Ouvre les yeux et tu verra les mensonges qui sont à la base des théories du complot. Mais, c'est toi qui voit, ou plutôt qui ne voit pas.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4667
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Sam 26 Sep 2009, 7:26 pm

Dans Pierre Laval devant l'Histoire, par René de Chambrun, France-Empire, 1983, le gendre de Laval fait des révélations intéressantes, pages 105-110 dans le chapitre : Sur le Potomac,avec Roosevelt.


En effet, en mai 1939 alors que la France est en mauvaise posture, il rencontre William Bullitt, l'ambassadeur américain en France, lui avouant sa certitude que l'Angleterre va tenir. Chambrun a l'avantage de connaître les USA, où il a travaillé en tant qu'avocat et d'entretenir avec Roosevelt des relations amicales. Aussi, Bullitt fait nommé par Reynaud, Chambrun comme attaché militaire spécial, avec pour mission d'aller voir Roosevelt pour le convaincre que la Grande-Bretagne tiendra. Chambrun, arrivé à New-York, le 12 juin, court-circuitant l'ambassadeur de France aux USA, un dénommé Saint-Quentin, totalement hors du coup, se fait inviter sur le yacht présidentiel avec Hopkins et Harriman.
L'envoyé spécial racontre que le Vendredi 14, lors du five o'clock tea, en compagnie du Président, une missive prévient celui-ci que les allemands ont traversé la Seine et se dirige vers la Loire. Roosevelt, abattu, aurait dit à Chambrun : "The show is over".
C'est alors que le français va déployer un argumentaire sur sa certitude que l'angleterre allait tenir avec sa redoutable RAF et l'aide des américains. Chambrun souligne qu'il redonna espoir au Président et que celui évoqua (page 107) :

" Il y a dans les ports de New-York,‭ ‬Norfolk,‭ ‬Baltimore,‭ ‬450‭ ‬avions de chasse,‭ ‬500‭ ‬000‭ ‬fusils,‭ ‬plusieurs centaines de canons de DCA,‭ ‬anti-chars,‭ ‬commandés par la France et la Grande-Bretagne.‭ ‬La victoire allemande a eu pour effet le déferlement,‭ ‬au sein même du cabinet,‭ ‬d'un pessimisme isolationniste tel qu'il a été décidé,‭ ‬hier,‭ ‬que tout ce matériel serait conservé pour la défense des USA.‭ ‬Il faut que nous revenions sur cette décision dès mardi.

Le président chargea Chambrun de rencontrer 23 personnalités américaines dont Morgenthau et Hull, pour leur exposer sa foi dans la résistance anglaise et Chambrun envoya un télégramme à Reynaud pour lui exposer la nouvelle politique rooseveltienne qui consistera à s'opposer avec la Grande-Bretagne, la flotte et l'Empire français, à la domination nazie :

"Je viens de passer deux jours avec le Président et son conseiller le plus proche,‭ ‬Harry Hopkins.‭ ‬Il est convaincu que son pays,‭ ‬l'Empire britannique et ce qui restera demain de la flotte et des colonies françaises,‭ ‬constitueront le seul rempart contre la la domination du monde par l'Allemagne.‭ ‬Comme le champion d'une cause,‭ ‬il a la croyance presque mystique que les événements d'aujourd'hui font de lui le seul homme qui puisse arrêter Hitler.‭ ‬Il fera tout pour entraîner derrière lui l'opinion du pays.‭ ‬Celle-ci le suivra même dans la guerre à deux conditions.‭ ‬Primo que l'Angleterre,‭ ‬loin de démoraliser les américains comme le fait la propagande défaitiste qui joue de la propagande allemande,‭ ‬dise qu'elle l'emportera malgré les revers,‭ ‬deuxièmement,‭ ‬que la France conserve sa flotte et son Empire.

En résumé on peut déduire, selon les dires de Chambrun que :

1°) Rooseveltfut abasourdi par l'effondrement français mais d'après Chambrun décida, rapidement, de soutenir la Grande-Bretagne.

2°) Roosevelt craint que la défaite française ne renforce le courant isolationniste qui oeuvre dans son propre gouvernement et il demande à Chambrun de se faire le porte-parole auprès des membres de son gouvernement, de la nécessaire aide étatsuniennes à l'Angleterre.

3°) Dès la mi-juin 40, il paraît vital au président américain, que la flotte et l'Empire français ne tombent pas aux mains des allemands.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Ven 23 Oct 2009, 1:24 pm

Il est intéressant de connaître la perception qu'à Darlan des américains, en 1941. Dans son Darlan, George E.Melton, Pygmalyon, 2002, nous montre un Amiral inquiet par la dérive belliciste des américains qui, par la bouche de l'amiral Leahy, le 4 juin 1941, lui ont fait savoir que l'Allemagne devait être vaincue. Darlan, circonspect, leur répondra :
"Quand vous aurez 3 000 chars, 6 000 avions et 500 000 hommes prêts à débarquer à Marseille, faites-le moi savoir. Alors nous vous accueillerons à bras ouverts. Mais malheureusement aucun des deux camps n'est en état de gagner la guerre, et l'Europe s'en sortira épuisée. C'est votre intérêt, aussi bien que le nôtre, qu'il y ait une paix rapide."(page 162)
Curieusement Darlan ne perçoit pas l'énorme potentiel industriel et donc militaire américain et pense que ceux-ci ne pourront jamais inquiéter les allemands, militairement parlant, mais qu'ils pourraient être très utile pour ramener la paix en Europe.
C'est ce qu'il dira à H.Freeman Matthews, lors du pot de départ de celui-ci, muté de l'ambassade américaine en France à l'ambassade américaine à Londres, en novembre 1941 :
"Pourquoi tenez-vous à la poursuite de la guerre ? Vous ne pouvez pas battre les Allemands militairement et imaginer qu'ils puissent menacer votre sécurité prête à rire. La guerre peut se poursuivre pendant 10 ans, jusqu'à la destruction et à la famine de l'Europe, mais je pense que vous pouvez me juger utile pour jouer un rôle d'intermédiaire entre les Allemands et vous, et j'estime alors qu'il y aura une chance d'arriver à des négociations de paix dan de brefs délais." (page 163)
Washington ne répondra jamais à cet appel du pied darlanien.
Darlan s'irrite du parti pris des américains, qui s'opposent aux allemands et font constamment pression sur l'amiral et le Maréchal pour que ceux-ci ne cèdent pas aux sirènes teutonnes, notamment en Afrique, comme lors des Protocoles de Paris, en mai 1941, qui avaient failli jeter la France vichyste du côté des allemands, militairement parlant.
Mais surtout, l'amiral voit d'un très mauvais oeil les bons rapports qu'entretiennent les américains avec Weygand, depuis les accords économiques Weygand-Murphy de février 1941. L'amiral perçoit le très germanophobe délégué général du gouvernement de Vichy en Afrique du Nord comme un adversaire qui sabote sa politique de rapprochement avec l'Allemagne et qui le décribilise auprès des allemands. D'ailleurs, les teutons exigeront le rappel de Weygand, en novembre 1941, prélude à toutes politiques de collaboration !
En résumé, les américains ont bien choisi leur objectif de vaincre l'Allemagne et l'ont fait savoir au gouvernement de Vichy dès 1941.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Mar 27 Oct 2009, 12:50 pm

1°) Le NSDAP peu soutenu par le patronat allemand avant 1933.

D'ailleurs, la thèse dimitrovienne du nazisme, expression du capitalisme, ne tient plus, aujourd'hui. Toutes les nombreuses études ont plutôt démontré une autonomie du mouvement nazi par rapport au patronat allemand. Même les historiens marxistes le reconnaissent, comme le précise Kershaw, dans son Qu'est ce que le nazisme, le politique dominant l'économique, sous le IIIeme Reich.
Celui-ci, d'ailleurs, à part quelques généreux mécènes comme Thyssen, ou indirecte du "cercle Keppler" arrosa tous les partis politiques à la droite de la social-démocratie et plutôt les partis conservateurs et le PNV de Hugenberg, magnat des médias allemands, plutôt que le NSDAP. Le RDI, qui était le Medef teuton, était d'ailleurs assez divisé, et voyait d'un mauvais oeil le dirigisme nazi exprimé par le programme économique d'urgence, au début des années 30.

2°) Ralliement et résistance du patronat par rapport à la mise au pas nazi.

C'est lors de l'arrivée au pouvoir des nazis que le patronat va financer massivement le NSDAP et que la moitié des industriels de la Ruhr vont adhérer au NSDAP, plus par opportunisme que par conviction, selon Pierre Açoberry. Mais très vite, des tensions vont survenir entre le patronat et le parti. C'est d'abord la nomination de Kurt Schmitt, comme ministre de l'Economie, en juin 1934, qui va inquiéter le patronat allemand. Issu de l'aile dirigiste et planiste du NSDAP, Schmitt va mettre au pas le RDI, organe du patronat allemand, et va substituer l'élection des représentants du patronat par la nomination de ceux-ci par le ministre ! (cf La société allemande sous le IIIeme Reich, de P.Ayçoberry, Seuil, 1998, page 128.)
Les résistances à cette "mise au pas" du patronat, vont alors se faire jour, et Schacht va profiter d'une attaque cardiaque qui frappa Schmitt, pour écarter le dirigeant nazi et prendre sa plance en janvier 1935, revenant sur les mesures dirigistes de son prédécesseur.
Schacht, un banquier qui incarnait les milieux d'affaires allemands, va très vite se heurter aux caciques nazis.

3°) La défaite de Schacht et l'annexion de l'Economie par le Parti Nazi.

La doctrine économique nazie était plus que limitée, et Hitler ne s'est jamais vraiment intéressé à l'économie. Pour le Führer, les acteurs économiques, de l'artisan au cartel, devaient simplement se soumettre aux acteurs politiques et sa pensée pourrait se résumer à son incise :
"Le ministère de l'Economie fixe les tâches, l'industrie les accomplit, mais si elle s'en juge incapable l'Etat national-socialiste saura bien jouer ce rôle." (Ayçoberry, page 130)

ou plus menaçant lorsqu'il évoque devant Schacht l'inflation :

"La première cause de stabilité de notre monnaie, c'est le camp de concentration !"

La même remarque fut faite à Rauchschning:
"Je veillerais à ce que les prix restent stables. Pour cela, j'ai les SA. Malheur à l'homme qui augmente les prix."

Mais Schacht, plutôt favorable à une économie marchande mondialisée va très vite se heurter à la politique autarcique du programme économique nazie. Le partisan de cette politique était un conseiller économique d'Hitler, entré dans le parti au début des années 20, un certain William Keppler et, lors du congrès de Nuremberg, en 1935, cette conception autarcique s'opposa à la conception de Schacht, favorable aux échanges commerciaux envers les autres pays. (Alan Bullock, Hitler-Staline, vie parallèles, Albin Michel/Robert Laffont, 1994, pages 470-490.)
Au début de 1936, les accrochages vont se multiplier entre le ministre de l'Economie et les nazis. Très rapidement, Schacht va se heurter au Maréchal Goering, chargé par Hitler de piloter le réarmement allemand et la mise en place d'une politique autarcique, auxquelles s'opposaient le ministre de l'Economie, qui craignait que le réarmement massif fasse exploser les déficits et relance l'inflation et que la politique d'autosuffisance nuise aux échanges commerciaux.
Le 4 septembre 1936, Goering, chargé du nouveau plan quadriennal, informa le ministre de l'Economie de la nouvelle politique économique décidée par Hitler qui s'appuyait sur le réarmement massif et une politique d'autarcie. Dans la foulée, un décret conféra à Goering le droit de promulguer lui-même des décrets et "de donner des instructions à toutes les autorités", fut publié le 18 octobre 1936.
La nomination de Goering au plan quadriennal et la subordination du Ministère de l'Economie à ce nouvel organisme, consacrait la victoire des nazis sur les spécialistes, du national-socialisme sur le monde des affaires qu'incarnait Schacht.

Mais Schacht tenta une dernière action pour faire capoter la nouvelle politique avec l'aide du Ministre de la Guerre, Von Blomberg. Celui-ci envoya un mémorandum en 3 points au Führer, début 1937, qui souligne les résistances des élites économico-militaires à la mise au pas des nazis :
- En tant que ministre de la Défense, von Blomberg revendiquait la charge des préparatifs de guerre et du fonctionnement de l'économie de guerre.
- Schacht et non Goering devait être responsable des préparatifs de guerre en tant de paix.
- la fonction de Goering devait disparaître si la guerre éclatait. En temps de paix, elle devait être réduite à un nombre de matières premières limitées. Si ces conditions n'étaient pas remplies, l'armée n'était pas prête à travailler avec Goering.
Hitler ne répondit pas. Il ne tint aucun compte de la protestation et laissa Goering poursuivre son travail. Pour la première fos dans l'histoire de l'Allemagne moderne, le veto n'avait pas produit d'effet. (Bullock, Page 480).
La montée en puissance de Goering dans l'Economie allemande devient vite intenable pour Schacht. Le gros Maréchal maniait la politique de la carotte et du bâton ! Offrant quelques gros contrats d'armement à Krupp ou à IG Farben, mais menaçant, par exemple, les industriels du fer de la Ruhr, en les obligeant, dans le cadre du programme autarcique, d'exploiter des gisements de minerai à faible teneur en fer, comme à Saltzgitter, dans le Brunswick, sous peine de les envoyer en camp de concentration en cas de refus !!
Cette nouvelle défaite de la Ruhr, fit démissionner Schacht, en novembre 1937 et laissa définitvement la place à l'action de Goering dans la politique économique du Reich.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Ming le Dim 08 Nov 2009, 11:56 am

tietie007 a écrit:Petit passage p.48, du Livre de Pauwels, Le mythe de la bonne guerre sur la comparaison entre les USA et l'URSS, dans les années 30 :

La grande dépression mis en évidence les carences du capitalisme et international. Cette situation contrastait avec celle du nouvel Etat bolchevik où, sous la houlette de Staline, l'industrialisation se poursuivait à un rythme soutenu et où il n'y avait ni crise économique, ni chômage de masse. Tout au contraire, durant les années 30, l'URSS connut une véritable révolution industrielle. Un historien américain, John H.Backer, a même comparé ce développement fulgurant de l'économie soviétique au boom économique en Allemagne occidentale après la seconde guerre mondiale, qui fut célébré comme un miracle économique. Dans un premier temps, d'importants sacrifices furent demandés à la population soviétique. Or selon Robert W.Thurston le niveau de vie du peuple soviétique augmenta "lentement mais sûrement" après 1933, et "des progrès tangibles furent réalisés en direction d'un bien être général", cela au moment même où aux USA la situation d'un grand nombre d'américains devenait de plus en plus désespéré".

On peut parler d' analyse hémiplégique de l'histoire ...quid de la Grande Terreur ? Du goulag érigé en système de gouvernement ? Tu m'étonnes qu'il n'y ait pas de chômeurs en URSS, ils étaient envoyés en Sibérie !
Misère noire aux états-unis, opulence en URSS ...de l'objectivité à l'état pur !!
A noter que si Pauwels fait référence à deux historiens, sans citer les pages de référence, l'un d'eux, Robert W.Thurston, a écrit :
Life and Terror in Stalin's russia 1934-1941, New Haven, CT et Londres, où il défend le fait que Staline voulait démocratiser le fonctionnement URSS (ne riez pas ...) et luttait contre la bureaucratie rouge ...Il est vrai qu'avec les purges qu'il a faite dans le parti, ça peut coller ... beret

Tu m'excuses de revenir à un des premiers posts de ce topic fort intéressant. Il y a plusieurs commentaires à apporter. Le premier est relatif à l'industrialisation qui va croissante en Urss au cours des années 1930.
En fait elle est due à la volonté de Staline -politique qui sera reprise dans tous les pays de l'est au lendemain de la 2GM- et n'aurait pu se faire sans l'aide occidentale qui intervint dès à partir de ces années. Sous plusieurs formes, d'abord avec l'aide des "camarades" de l'ouest, puis l'aide de certaines firmes et sociétés voyant l'Urss comme un marché presque similaire aux autres. Au détail près que l'on peut affirmer sans l'ombre d'un doute que sans l'occident, l'Urss n'eut jamais survécu, car elle avait besoin de technologies et machines-outils qu'elle ne possédait pas.
C'est entre-autre et à postériori ce qui explique que les russes en 1945 s'emparèrent de toutes les machines et technologies au cours de leur pénétration en Allemagne nazie à une échelle bien plus vaste que ce que firent les américains, britanniques ou français.

Ensuite, il n'y avait effectivement pas de "chômage" en Urss à cette époque là... Non pas à cause du démarrage de l'industrialisation (démarrage est même trop fort comme mot) mais en raison d'un décret pondu au cours de je ne sais plus quelle séance plénière de je ne sais plus quel congrès du PCUS. Autrement dit, il est arrivé plus d'une fois et jusqu'à la chute de l'empire soviétique qu'un quidam se rende au comité local du parti -qu'il sorte de prison ou du goulag-, qu'il déclare qu'il est sans emploi et qu'il s'entende répondre "il n'y a pas de chômage en Urss". C'est à prendre au sens ou il n'y a pas de chômage comme il n'y pas eu de grande famine en Ukraine, évidemment !
En 1960-70 les chômeurs n'étaient pas comptés et ne figuraient pas dans les statistiques, la langue de bois les définissaient comme étant "asociaux, improductifs". Au cours des années 1920 et 1930, cela signifiait un aller simple sur l'arc polaire dans une mine de sel ou de plomb, généralement jusqu'à ce que mort s'en suive, puisque l'emploi du qualificatif chomeur c'est alors manifester la pire opposition au régime et faire preuve de contre-révolution.

Quant au "niveau de vie qui augmenta lentement mais sensiblement après 1933", l'une des questions que posèrent les soldats russes aux allemands en 1945 fut de leur demander pour quelle raison avaient-ils envahi l'Urss, constatant que leur niveau de vie était largement supérieur à celui des russes -ce qui veut dire que les russes avaient conscience d'avoir un niveau de vie générale nettement inférieur à ce qu'ils voyaient à l'ouest-.
Pris au sens occidental de la chose, cela suppose un certain confort matériel, l'accès à tous types de denrées, etc.
Hoover -aviateur américain qui s'évada dans des circonstances très particulières- assista à une scène qui eut été marrante si les circonstances qui les entouraient n'avaient été aussi dramatiques. Au cours de son évasion sur le tard, il croisa des troupes russes qui égorgèrent un par un les salarié(e)s d'une entreprise allemande et qui, avant de quitter la zone dans laquelle ils étaient, s'arrêtèrent devant un WC à chasse d'eau. Hoover raconte que pendant une bonne demie-heure, les russes actionnèrent la chasse et détaillèrent le WC comme s'il s'agissait d'un matériel top secret auquel il fallait accorder la plus grande importance.

Quant au goulag, -ce n'est peut-être pas le sens de tes propos mais à tout hasard...- il ne constitue pas la ressource de main d'oeuvre à la base de l'Urss, puisque son rôle est d'empêcher à la base toute propagation ou naissance d'opposition dans des proportions complètement déformées. Les ordres de réquisition de Staline se chiffrent par milliers, et concernent des milliers de gens et personnes pour chaque république socialiste. Il s'agit bien de l'emploi de la terreur pour maintenir au pouvoir un régime qui est contesté dès 1917 par toutes les autres branches de la gauche, c'est-à-dire des sociaux démocrates jusqu'aux anarchistes en passant par les marins de Kronstadt et j'en passe.
Les zeks sont mis au travail sur des chantiers pharaoniques parfois sans objet voir même sans emploi, tel le canal de la mer blanche qui va s'avérer inexploitable puisque sa profondeur en empêche l'accès aux navires tels cargos et ce qui s'en suit, ce qui n'empêche pas au demeurant des milliers de déportés de mourir.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Dim 08 Nov 2009, 12:21 pm

Non mais le livre de Pauwels est celui d'un militant philosoviétique, pas d'un historien ! En fait Pauwels mêle des clichés style "les américains ont toujours été militaristes", ce que dément totalement la réalité de l'entre-2-guerre, où les américains ont une armée numériquement ridicule et où la politique de Hoover fut d'essayer de provoquer un désarmement généralisé au travers des nombreuses Conférences sur le désarmement et des partis pris assez grotesques, une vision hémiplégique de l'histoire, puisqu'il évacue, allègrement, par exemple, la guerre d'hiver soviéto-finlandaise de 39-40 !
Par contre, il est évident que les puissances occidentales n'ont pas pris la mesure de la nuisance du nazisme et que les anglais étaient, à la limite, plus anticommuniste qu'antinazi ! L'esprit de Munich, en septembre 1938, fut assez honteux de la part des franco-anglais qui se couchèrent devant Adolf ! Pas étonnant que Staline se soit allié avec Hitler, par la suite, devant le peu d'empressement des occidentaux à s'opposer aux visées hitlériennes ! Il aura fallu le démantèlement complet de la Tchécoslovaquie, en mars 1939, pour que les anglais et Chamberlain ouvre vraiment les yeux sur la nature du nazisme !
A la limite, un Roosevelt tenu par une opinion publique très isolationniste, perçoit assez tôt la nature des fascismes, avec notamment l'embargo sur les armes voté après l 'invasion de l'Ethiopie par Mussolini, en 1935 et surtout avec son fameux discours de la Quarantaine, le 5 octobre 1937, à Chicago, où il stigmatise clairement les puissances fascistes !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Mer 25 Nov 2009, 5:07 pm

Le livre Mémoire d'un rouge, roman autobiographique d'Howard Fast, est extrêmement intéressant, car il donne le point de vue d'un communiste américain qui a travaillé dans l'OWI, Office War Information, dont l'objectif était d'inonder le monde avec des informations américaines.

http://en.wikipedia.org/wiki/Howard_Fast
Howard Fast, p.39, raconte une anecdote révélatrice du changement d'attitude des autorités américaines sur la question des communistes. Alors que de 1941 à 1944, Fast, qui ne s'est jamais caché d'avoir des sympathies communistes, travailla pour les émissions radiophoniques de l'OWI pour l'Europe, en Janvier 1944, Louis G.Cowan, nouveau directeur des émissions radios lui apprend qu'il va être muté de la radio à la propagande écrite. Le fait est que la radio américaine émettant d'Afrique du nord, il faut, comme tout américain, un passeport pour sortir du territoire et le Ministère des Affaires étrangères avait mis son veto pour en délivrer un à Howard Fast ! Pourquoi ? Car il était considéré comme un communiste ou comme un sympathisant communiste.
Cowan lui affirma que ces accusations venaient du FBI et d'Edgar J.Hoover. Il lui précisa que d'après le FBI, les correspondants des bureaux hongrois, allemands et espagnols étaient aussi des communistes.
Fast nous dit aussi que Cowan l'a supplié de ne pas démissionner, ce qu'il a fait le 21 janvier 1944.
L'écrivain américain date de cette période le début de la chasse aux sorcières, à la fois à l'OWI, à l'OSS de William Donovan.

Ce témoignage de Fast met en lumière une certaine dichotomie entre le gouvernement et l'administration américaine. D'un côté, on a un pouvoir politique qui s'incarne dans Roosevelt, qui est plutôt philosoviétique, voir la mansuétude du président américain envers Staline à Yalta, ou la stratégie d'Ike de s'arrêter, en Allemagne, pour laisser Berlin aux soviétiques, alors que les troupes américaines auraient pu arriver bien avant l'armée rouge dans la capitale du Reich, et un FBI, aux mains du très puissant et très anticommuniste Hoover et une OSS de Donovan, qui commencent à voir dans l'URSS et les communistes, le prochain ennemi après la chute du Reich.
Ce qui pourrait expliquer le brutal changement de politique, après la mort du Président, et l'arrivée de Truman.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Dim 29 Nov 2009, 5:26 pm

Sur le philosoviétisme et la naïvité du président Roosevelt concernant Staline, Nicolas Pontic, dans son article sur le Blitzkrieg soviétique en Mandchourie, dans le dernier magazine 2nde Guerre Mondiale, n°30, décembre-janvier 2009-2010, pages 52-59, précise que Staline sera pressé par les américains, en 1943, dans la perspective de l'Opération Olympic, qui prévoyait l'invasion de Kyushu, l'île la plus méridionale de l'archipel japonais, en novembre 1945, pour attaquer la Mandchourie et fixer le maximum de troupes japonaises. Pour le convaincre d'intervenir, Roosevelt lui promet qu'il pourra ainsi récupérer ce que la Russie a perdu en 1905, plus l'occupation des îles Kouriles et le contrôle de fait de la Mongolie extérieure.
Le 31 octobre 1943, Staline annonce aux alliés son accord de principe. Il attaquera le Japon dès la chute du IIIe Reich. Or, début 1945, l'état-major américain considère qu'il n'y a pas vraiment de problèmes quant à une opération de débarquement au Japon, l'armée impériale étant à bout de souffle, mais le gouvernement américain ne peut vraisemblablement pas s'opposer à une intervention soviétique, qu'il a lui-même appelée de ses voeux, 2 ans plus tôt.
On constate donc, encore une fois, que Roosevelt n'anticipe pas la fin de la guerre et les probables futures tensions avec l'URSS, puisqu'il presse Staline d'intervenir en Mandchourie, en lui faisant presqu'un chèque en blanc. L'état-major allié, lui, est moins pressé pour voir cette offensive soviétique contre le Japon se déclencher, surtout en 1945, puisqu'il pense n'avoir nullement besoin de l'aide russe face à un Japon agonisant.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Major cowburn le Dim 29 Nov 2009, 11:06 pm

Si l'on en croit les mémoires d'un des fils du Comte de Paris,son père savait que certains milieux d'affaires et industriels allemands anticipaient dès fin 1942 la fin de la guerre et la victoire alliée.Il y aurait eu en Suisse des contacts ,des tractations auxquelles auraient été mêlés Darlan,Canaris,les milieux industriels et bancaires allemands,et Pucheu lui même en relation avecLemaigre-Dubreuil ,les banques françaises d'Afrique du nord et des Américains dont le général Clarke et l'OSS. Ainsi une quinzaine de jours avant les débarquements en Novembre 1942 un nombre appréciable de milliards de reichmarks auraient changé de camp pour atterrir dans les banques du Maroc.Le général Giraud aurait ainsi eu aussi un rôle de messager auprès de certaines personnes de Vichy......

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1139
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Lun 30 Nov 2009, 10:10 am

Major cowburn a écrit:Si l'on en croit les mémoires d'un des fils du Comte de Paris,son père savait que certains milieux d'affaires et industriels allemands anticipaient dès fin 1942 la fin de la guerre et la victoire alliée.Il y aurait eu en Suisse des contacts ,des tractations auxquelles auraient été mêlés Darlan,Canaris,les milieux industriels et bancaires allemands,et Pucheu lui même en relation avecLemaigre-Dubreuil ,les banques françaises d'Afrique du nord et des Américains dont le général Clarke et l'OSS. Ainsi une quinzaine de jours avant les débarquements en Novembre 1942 un nombre appréciable de milliards de reichmarks auraient changé de camp pour atterrir dans les banques du Maroc.Le général Giraud aurait ainsi eu aussi un rôle de messager auprès de certaines personnes de Vichy......

Que des contacts entre certains milieux allemands fin 1942 et des alliés aient eu lieu en Suisse c'est, il me semble, fort probable, vu que certains allemands ont du anticiper que la guerre allait être perdue par le Reich, mais je ne vois pas le rapport entre certains allemands qui veulent exfiltrer leur argent et les américains ?
Pourrais-tu être précis sur tes sources ? De quelles mémoires parles-tu ?
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Briselance le Lun 30 Nov 2009, 12:08 pm

Hoover -aviateur américain qui s'évada dans des
circonstances très particulières
- assista à une scène qui eut été
marrante si les circonstances qui les entouraient n'avaient été aussi
dramatiques.

Y-a-t'il un site ou un livre qui raconte son histoire en détail ?

Au cours de son évasion sur le tard, il croisa des troupes
russes qui égorgèrent un par un les salarié(e)s d'une entreprise
allemande
et qui, avant de quitter la zone dans laquelle ils étaient,
s'arrêtèrent devant un WC à chasse d'eau. Hoover raconte que pendant
une bonne demie-heure, les russes actionnèrent la chasse et
détaillèrent le WC comme s'il s'agissait d'un matériel top secret
auquel il fallait accorder la plus grande importance.

Tu parles d'un entreprise Allemande. Ça s'est passé en Allemagne, ou alors c'étaient des Allemands "cordialement invités" à habiter en U.R.S.S. ?

Désolé pour le H-S.
avatar
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 31
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  tietie007 le Ven 08 Jan 2010, 11:42 am

Source : Fernand de Brinon, l’aristocrate de la collaboration, de Gilbert Joseph, Albin Michel, 2002, pages 216 à 220.



Lors de la débâcle, Bulllitt, l’ambassadeur américain en France s’était rendu à Clermont-Ferrand, 6 jours après la fin des hostilités et il eut aussitôt des entretiens avec le président de la République, Albert Lebrun, le maréchal Pétain, l’amiral Darlan, et quelques autres. Il télégraphia le jour même un compte-rendu détaillé à l’intention du Président Roosevelt et du Secrétaire d’Etat, dont nous extrayons des passages :

« L’impression qui émerge de mes conversations est celle extraordinaire que les chefs français veulent rompre les amarres avec tout ce que la France a représenté durant les deux dernières générations, que leur défaite morale et physique a été si absolue qu’ils ont accepté complètement que le destin de la France soit celui d’une province de l’Allemagne nazie. De surcroît, afin qu’ils aient le plus grand nombre possible de compagnons de misère, ils espèrent que l’Angleterre sera rapidement et complètement vaincue par les Allemands et que les Italiens subiront le même destin. Leur espoir, c’est que la France puisse devenir la province préférée de l’Allemagne, un nouveau Gau qui se développera dans une nouvelle Gaule ».[1]

Bullitt rencontra d’abord le président Albert Lebrun :

« Quand il entra dans la chambre, il tenait à la main un télégramme venu des USA l’implorant de ne pas remettre la flotte française aux Allemands. Il dit qu’il a reçu des centaines de lettres de cette sorte. »



Lorsque Bullitt insista pour que la flotte française ne soit pas livrée aux allemands, la discussion devient vive et la rancœur de Lebrun s’exhala à l’égard des USA accusés de ne rien avoir entrepris pour aider la France. Il engloba dans la même accusation les Anglais […]




[1] For the President, de William Bullitt, Houghton Mifflin Company, 1972.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum