La ligne Devèze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La ligne Devèze

Message  Animatronic le Mar 09 Oct 2007, 12:01 pm

Vingt ans après le début de la première guerre mondiale, le problème de la défense du Luxembourgn province abandonnée en 1914, est plus que jamais d'actualité. Depuis longtemps, nombreux sont ceux qui réclament la création d'un dispositif capable de faire face à toute attaque brutale et d'assurer la protection des populations qui ne veulent plus être abandonnées à leur sort. Parmi les apôtres de cette doctrine, des parlementaires Luxembourgeois, mais surtout le député François Bovesse et le député Bruxellois Albert Devèze.
Devenu ministre de la défense nationale en décembre 1932, Albert Devèze s'attache immédiatement à l'exécution de cette nouvelle politique. La construction d'une ligne de petites fortifications en béton sur la frontière est mise à l'étude. Cela ne se fait pas sans mal. La lutte est âpre entre le nouveau ministre, soutenu par plusieurs lieutenants généraux, partisans de la défense à partir de la frontière, et le nouveau chef d'état major, le lieutenant général Nuyten, qui, comme son prédécesseur le général Galet, ne veut aucune action militaire en avant des fortifications de la Meuse. Mais la détermination du ministre l'emporte et la ligne Devèze voit le jour.
Entre 1933 et 1935, trois cent neuf petits abris sont construits dans les Ardennes. Deux cent septante-quatre sont situés dans la province de Luxembourg. Dans le pays d'Arlon, on en dénombre deux à Tintange, deux à Warnach, neuf à Strainchamps et à Bodange, cinq à Martelange, deux à Perlé, huit à Attert et vingt-huit à Arlon.
Il s'agit essentiellement de petites casemates en béton armé, de 3,25m sur 3,30m, pouvant être occupées par trois ou quatre hommes. Les murs ont 40 à 60 cm d'épaisseur. Une seule embrasure est prévue pour permettre l'emploi d'une mitrailleuse ou d'un fusil-mitrailleur.
Considéré comme centre important, Arlon est organisé en point d'appui fermé, c'est à dire que les abris ceinturent la ville et ont les embrasures orientées pratiquement dans toutes les directions. Ceci provoquera parfois l'étonnement des Français, voyant certaines embrasures tournées vers eux. Ce dispositif de défense se doit être complété par des effectifs offensifs sous forme d'unités spéciales, alliant mobilité, rapidité et efficacité.
===> création des chasseurs ardennais

le ministre Devèze aurait voulu que ces petites fortifications soient des centres de défense permanents à la frontière est du Luxembourg mais l'état major n'y voyait plutôt que l'avant garde d'un dispositif de défense plus important

En 1936, suite à la dégradation progressive de la situation internationale, la Belgique s'engage dans une politique de stricte neutralité et s'isole de ses alliés traditionnels. Le ministre de la défense nationale Albert Devèze démissionne en juin de la même année. C'est le lieutenant général Denis qui lui succède. Une nouvelle commission est mise sur pied pour étudier la question de la défense du pays alors que la réoccupation de la rive gauche du Rhin mets la Wehrmacht à nos portes. Une fois encore, on voit s'opposer les théories de la défense à la frontière et de la résistance en profondeur.
Le départ d'Albert Devèze sonne le glas de la mission des centres de résistances permanents à la frontière est du Luxembourg. Pour le général Van Overstraeten, conseiller militaire du roi, et adepte, comme le nouveau ministre, de la doctrine Galet-Nuyten, il faut, une fois accomplie la mise en place d'obstacles à la frontière, récupérer au plus tôt les chasseurs ardennais sur la ligne principale de défense. Plus question d'envisager des combats retardateurs, la plus grande partie du Luxembourg est donc délaissée au profit des positions sur l'ourthe et la meuseet le quartier général des chasseurs ardennais est transféré d'Arlon à Namur.Cette décision prise en période de tension internationale ne manque pas de boulverser des unités qui jusqu'alors étaient très cohésives.


il est possible de visiter certaines de ses casemates à martelange. Il ya tout juste un mois était organisée une journée du patrimoine avec visites guidée des fortifications à cet endroit ou ont eu lieu les premiers combats entre les chasseurs ardennais et la 1ère Panzer division du XIX corps blindé du général Guderian qui avait traversé le grand-duché de Luxembourg le 10mai au matin.

http://www.journeesdupatrimoine.be/p_luxe_comm.asp?id=MARTELANGE

je ne sais pas si ça t'arrive de regarder TVlux Motpulk mais il y a eu une émission consacrée à ce sujet.
clin doeil gri
avatar
Animatronic
Major
Major

Nombre de messages : 118
Age : 33
Localisation : Arlon
Date d'inscription : 12/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: La ligne Devèze

Message  Invité le Mar 09 Oct 2007, 12:39 pm

Merci beaucoup! pouce

Animatronic a écrit:
je ne sais pas si ça t'arrive de regarder TVlux Motpulk mais il y a eu une émission consacrée à ce sujet.
Jamais non... sauf par erreur mort de rir gri

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum