La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Jimonix le Ven 26 Aoû 2005, 3:20 pm

La bataille des Ardennes


Les forces en présence

Hitler avait pour plan de reprendre Anvers afin de couper le XXIe groupe d'armées de Montgomery des troupes du général Bradley. Eisenhower se retrouva donc opposé au maréchal Gerd Von Runstedt qui était le commandant-en-chef de deux groupes d'armées allemands sur le front occidental, mais celui-ci fut remplacé par Model à la fin de la bataille. Pour cette opération les Alliés mobilisèrent sept divisions blindées, huit divisions d'infanterie et deux divisions de parachutistes, prisent dans les Ière et IIIe armées américaines, soit au total 400 000 hommes et 1 100 chars. Ces troupes ont été opposées à neuf divisions blindées et quatre divisions d'infanterie (comprenant la Ve Panzerarmee SS, la Ve armée blindée et la VIIe armée allemande) ce qui représentait une force de 250 000 hommes et 1 000 chars.

La préparation

Afin d'arrêter la progression alliée et de reprendre le port d'Anvers, Hitler décida de lancer une grande offensive. Cette offensive avait aussi pour but de chasser les Alliés de Hollande. Ce qui lui aurait permis de forcer Churchill et Roosevelt à négocier un cessez-le-feu. Toute personne bonne au combat fut envoyée sur le front, allant des vieillards aux Jeunesses Hitlériennes (il s'agit là des fameux VolksSturm) ; leur instruction militaire était des plus basiques. Les cadences de montage de chars furent accélérées sous l'ordre d'Albert Speer (ministre de la production). Le maréchal Goering quant à lui fit transférer 1 500 appareils vers le front occidental. Cependant, après les pertes des champs pétrolifères roumains, les Allemands manquaient de carburant. A ce titre, Von Rundstedt recommanda d'effectuer une seule offensive qui se limiterait à la Meuse. Hitler ne l'écouta pas et ordonna l'offensive générale. Il comptait sur le mauvais temps (qui devait clouer l'aviation alliée au sol) pour s'emparer des réserves de carburant des Alliés. Il savait également que les Anglais et les Américains ne pensaient pas les Allemands capables d'une contre-offensive d'envergure.

Cette opération fut gardée dans le plus grand secret, à un tel point que seuls quelques généraux en furent informés. Tout était organisé dans la perspective du secret, les hommes et le matériel furent acheminés la nuit, couverts par le bruit d'avions allemands qui survolaient le front. Le général Model fut chargé d'organiser cette offensive. Quatre de ses armées prirent position entre Monschau au nord et Echternach au sud. Ces troupes avaient pour objectif de détruire le 8e corps d'armée américain, dirigé par le général Middleton. Au nord, la VIe Panzerarmee SS du général Sepp Dietrich (cinq divisions blindées et cinq d'infanterie) devait briser le front américain près de Saint-Vith (qui formait un noeud de communication), afin de franchir la Meuse à Liège et de s'emparer d'Anvers, et donc par la même occasion des réserves de carburant des Alliés. A sa gauche se trouvait la Ve armée du général Hasso Von Manteuffel, qui devait s'emparer de Bastogne (carrefour ferroviaire et routier de la région), puis de passer la Meuse entre Liège et Namur avec pour objectif final d'occuper Bruxelles. Au sud se trouvait le général Ersnt Brandenberger avec sa VIIe armée qui avait pour mission spécifique de retenir la IIIe armée de Patton. La XVe armée du général Gustav Von Zangen se vit confier l'aile droite du front.

Le succès de cette opération dépendait entre autres de la désorganisation des Alliés. Pour ce faire, le colonel Otto Skorzeny habilla ses forces spéciales d'uniformes américains et leur ordonna de désorganiser la signalisation routière, de détruire les câbles téléphoniques et d'effectuer toutes sortes d'actes de sabotage. Après qu'un des soldats allemands déguisés fut découvert, les Américains furent contraints de procéder à moult contrôles d'identités et de poser aux suspects des questions pièges, allant, par exemple, des scores de base-ball au nom du chien de Roosevelt. 1 000 parachutistes furent également largués près de Malmédy afin de soutenir les armées déjà présentes.

L'offensive allemande et la contre-attaque américaine

Le 16 décembre 1944, vingt divisions allemandes attaquèrent les six divisions alliées. Le 8e corps du général Middleton fut enfoncé par les blindés allemands. Les Allemands réussirent à effectuer une percée dans les lignes de la Ve armée américaine, mais les blindés de Dietrich furent grandement ralentis par la VIIe armée blindée américaine placée à Saint-Vith. Grâce au soutien de la VIe Panzerarmee SS, Manteuffel put progresser très rapidement. Le même jour, un V2 s'écrasa sur le cinéma Rex de l'avenue de Keyser à Anvers. Il tua 567 personnes, dont 296 soldats alliés, sur les 1 200 spectateurs présents dans la salle de projection. Ce V2 avait été tiré depuis la base d'Enschede aux Pays-Bas, base distante de 200 Km seulement.

En réponse à cette attaque, Eisenhower envoya toutes les forces blindées en direction des Ardennes. La 101e division aéroportée fut également envoyée sur le front, mais en camions (les avions étant cloués au sol à cause des mauvaises conditions météo). Les parachutistes arrivèrent à Bastogne le 19 décembre, ils vinrent renforcer la 10e division blindée américaine. Durant le siège, les Allemands sommèrent les Américains de se rendre. Le général Anthony McAuliffe a répondu par ce court message : "A l'intention du commandant allemand : des nèfles ! (en Anglais : Nuts !) Le commandant américain.". Ce texte fait preuve d'une incroyable désinvolture, car les Américains sont, en fait, dans une situation plus que précaire à Bastogne comme ailleurs. Les deux divisions américaines de Bastogne repoussèrent toutes les attaques allemandes jusqu'au 26 décembre, date à laquelle une colonne de la IIIe armée de Patton réussit à briser l'encerclement de la ville. Pendant ce temps là, 8 000 des 22 000 soldats Américains de Saint-Vith furent tués, blessés ou fait prisonniers, et les Américains durent battre en retraite. Malgré cela le vent était en train de tourner, les attaques allemandes étant continuellement enrayées, aussi bien par les poches de résistance américaines que par les pénuries d'essence qui frappent leurs troupes. Le temps s'améliorant, l'aviation alliée reprit son envol. Celle-ci attaqua les lignes arrières allemandes ; elle détruisit un grand nombre de chars et coupa les communications entre les divers groupes d'armées allemands. La 2e Panzerdivision fut presque anéantie par la 2e division blindée américaine. A dater du 26 décembre 1944, la contre-offensive allemande se transforma en retraite.

La retraite allemande

Les Allemands continuèrent à opposer une résistance farouche aux troupes alliées. Le 5 janvier 1945, ils déclenchèrent l'opération Bodenplatte qui consistait en un raid sur 27 bases aériennes alliées situées en Belgique et dans le sud des Pays-Bas. Cette opération fut menée par 1 035 appareils et se solda par la destruction de 156 avions alliés et par la perte de 277 appareils pour les Allemands. De sanglants combats, parfois à l'arme blanche, auront encore lieu jusqu'au 18 janvier 1945, date officielle de la fin de la bataille des Ardennes. Le 20 janvier, les Allemands étaient revenus à leur point de départ. A la fin du mois, les troupes allemandes se replièrent sur le Rhin. La contre-offensive allemande coûta aux Américains 10 733 soldats tués, 42 316 blessés, 22 636 portés disparus, 733 chars, 1 300 véhicules et 592 avions. Les Anglais déploraient la perte de 1 400 de leurs soldats. Les Allemands souffraient de la perte de 12 652 soldats tués, 38 600 blessés, 30 582 portés disparus, 600 chars, 5 000 véhicules et 1 000 appareils. Il y eut également de terribles pertes parmi les civils : 2 500 Belges furent tués et 11 000 habitations furent détruites. Les Américains comblèrent leurs pertes matérielles en quelques semaines, mais les Allemands ne purent jamais en faire autant. Cette contre-offensive ne leur rapporta que six semaines de délai pour établir leur défense sur le Rhin.

Comme l'a souligné l'historien australien Chester Wilmot, en lançant cette offensive, Hitler a lui-même accéléré le processus de sa défaite et fait un cadeau exceptionnel aux Soviétiques. En effet car, en agissant de la sorte, il a donné un avantage majeur à son ex-allié, Staline, dont les troupes ont continué de progresser. Ce faisant, il a considérablement affaibli ses dernières troupes. Les hommes et le matériel perdus durant la bataille des Ardennes allaient cruellement manquer aux Allemands pour la défense finale de leur territoire.

Photos

Offensive allemande dans les Ardennes


Soldat allemand tué lors d'un contrôle, alors qu'il conduisait une Jeep américaine


Soldats américains du 289e régiment d'infanterie allant vers Saint-Vith



Colonne alliée



Des Anglais


Blindé allemand détruit entre Manhay et Gramdmeud en Belgique
avatar
Jimonix
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1090
Age : 28
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 24/08/2005

http://jim314.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Ivy mike le Dim 28 Aoû 2005, 12:19 pm

Merci pour ce post
Effectivement ce fut une grande bétise de la part du haut commandement Allemand

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Panzer5 le Lun 29 Aoû 2005, 2:59 pm

Notons tout de même que le commandement allié s'était bien planté sur la nature des forces qui les affronter lors de la contre-offensive des Ardennes. pouce ba gri
En effet, un nouveau type de combattant allemand avait été créé sous le vocable de volksgrenadier. Or les alliés ont cru qu'il s'agissait du même type de force que la Volksturm, c'est-à-dire une mauvaise garde nationale.
En fait les renseignemenst se sont fait avoir par le mot Volk, il aurait fallu se concentrer sur le mot Grenadier car ces unités n'étaient autre que des répliques des redoutables Sturmgrenadiers.
avatar
Panzer5
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1843
Age : 36
Localisation : Charente maritime
Date d'inscription : 29/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Ivy mike le Lun 19 Sep 2005, 9:49 am

Ah ouai?!
Je ne connaissait pas ce "types de combattant" tu pourrais nous en dire plus?? yeu gri clin doeil gri

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  PH02 le Jeu 22 Sep 2005, 12:04 am

Panzer 5 a raison

faut absolument pas comfondre VolkGrenadierDdivison et Volksturm
les VGD sont en faire des divisons remisent sur pied avec les anciens cadres elle tournes souvent a trois régiments d'infanterie à deux batallions
mais leur "valeur guerrière" esta ssez élevé puisque ces troupe on deja connu le feu et même d'une manière assez intense, ce qui les rends particulièrement dangereuse

pouir leur constitution je connais que deux modèles mais il doit cerytainement il y en avoir d'autre
1) la division A( étant le numéro de la division) n'a plus 50% des ses effectifs, ette elle a toujours sa hierarchie de commandement, les divisions B et C n'ont chacune que 25% de leur effcetifs. alors elles eont integret dans la A ce qui donnera A( étant toujours le numéro de la division) VGD
2) A n'a plus que 50% de ses effectifs et sera complété pas des jeunes hommes ou des vieillards

3) cette catégories peu etre l'intermediaire des deux précedentes


pour en finir les VolksGrenadierDivisionen sont fortement doté en artillerie, pourquoi jene sais pas peu etre parce que les anciennes division arrive à conserver leur pièces, et qu'elle en touchent d'autres, peut etre aussi parce que le fais qu'il manque un bataillon dans chaque régiment on a besoin d'une puissance de feu supplémentaire.... donc de l'artillrie en plus.

pour ceux ( et je pens ela majoritaé qui lise) les vetérants Alliés en disent toujours long sur le role de l'artillerie... a mon avais c'est bien par ce moyen la que la Wehrmacht essaillait d'enrailler les offensive Alliées
a+
PH
avatar
PH02
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 13/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Jimonix le Jeu 22 Sep 2005, 2:56 am

Ivy mike a écrit:Ah ouai?!
Je ne connaissait pas ce "types de combattant" tu pourrais nous en dire plus?? yeu gri clin doeil gri

Je croit que PH02 la très bien fais Ivy
avatar
Jimonix
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1090
Age : 28
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 24/08/2005

http://jim314.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Ivy mike le Jeu 22 Sep 2005, 7:27 pm

D'accord d'accord merci beaucoup PH02 clin doeil gri mais c'était des divisions de "dernière chance" non? puisque il y a des vieillard et des jeunes!? p31
(fait gaffe à ta syntaxe quand même spamafote clin doeil gri )

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  pegase001 le Lun 14 Aoû 2006, 8:48 pm

Bonsoir,

voici la liste des unités allemandes dans la bataille des ardennes

VI° armée blindée ( commandée par Sepp Dietrich )

1° corps de panzer SS ( Hermann Priess)
1° panzer division SS, Leibstandarte Adolf Hitler ( Mohnke )
12° panzer division SS, Hitlerjugend
2° corps de panzer SS, ( Bittrich )
2° panzer division SS, Das Reich ( Lammerding )
9° panzer division SS, Hohenstauffen ( von Elverfelt )
12° - 36° - 246 ° et 277° Volksgrenadiers Division
2° et 3° division de parachutistes
1° brigade d'escorte du Fuhrer
Kampfgruppe Peiper
67° corps d'infanterie ( Otto Hitzeld )
150° panzer brigade ( Skorzeny )
60° corps d'infanterie

V° armée blindée ( van Manteuffel )

47° corps ( von Luttwitz )
Panzer Lehr ( Bayerlein )
18° - 26° - 62° - 277° et 560° Volksgrenadiers Division
2° panzer division ( von Lauchert )
116° panzer division ( von Waldenburg )
58_° corps ( Kruger )
66° Corps d'infanterie
9° panzer division
15° division de panzergrenadiers
60° corps d'infanterie

VII° armée ( Erich Brandenberger )

2° panzer division
5° division de parachutistes
276° et 352 ° volks grenadier division


certaines unités ont été transférées d'armée dans lors de la bataille

@+

pegase001
avatar
pegase001
Major
Major

Nombre de messages : 1787
Age : 48
Localisation : belgique
Date d'inscription : 31/07/2006

http://collection39-45.aceboard.fr/deconex.php?verif=1&valid

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Somua le Lun 14 Aoû 2006, 9:31 pm

Sur ce sujet, je vous conseille l'exellentissime " Order of battle 4" d'osprey sur la 6e panzer armée , j'ai rarement vu un bouquin aussi detaillé sur les unités .
Mais bien sur il ne traite que de la 6e Pz armée .


Dernière édition par le Lun 14 Aoû 2006, 10:03 pm, édité 1 fois

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  pegase001 le Lun 14 Aoû 2006, 9:43 pm

Bonsoir,

perso, je vous conseille ces livres

- la grande bataille des ardennes en belgique et au luxembourg par Hugh M. Cole
- bastogne par Guy Franz Arend
-saint-vith, décembre 1944 par le Colonel BEM Alexandre Massart
- Noel 44, la bataille des ardennes par Charles B Mac Donald
- l'album memorial de chez heimdal

@+

pegase001
avatar
pegase001
Major
Major

Nombre de messages : 1787
Age : 48
Localisation : belgique
Date d'inscription : 31/07/2006

http://collection39-45.aceboard.fr/deconex.php?verif=1&valid

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  cch IBT le Mar 15 Aoû 2006, 11:46 am

juste pour montrer que les Pz.Div n'étaient pas à effectifs pleins, voici leur nombre de blindés dispos en dec 44 avant les Ardennes:

- LSSAH: 124 blindés (37 Pz IV- 42 Pz V- 45 Pz VI)
- Das Reich: 114 blindés (28 Pz IV- 58 Pz V- 28 StuG)
- Hitlerjugend: 78 blindés (37 Pz IV- 41 Pz V)
- Hohenstauffen: 118 blindés (32 Pz IV- 58 PzV- 28 StuG)

cch IBT
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 153
Age : 51
Localisation : sarrebourg (57)
Date d'inscription : 02/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Phil642 le Mar 15 Aoû 2006, 12:25 pm

Il faut ajouter à la bataille des Ardennes les massacres commis par des escadrons de la mort spécialement envoyés par ah afin de venger le retrait qui aveit eu lieu quelques mois plus tôt.

Lors de la retraite, les Maquisards et Résistants se sont dévoilés et pour certains l'identité fut connue de la gestapo.

Une erreur fut également commise par le SHAEF de désarmer les Résistants dès l'avancée des troupes Alliées.

Ce qui devait arriver, arriva lorsque les Allemands reprirent possession du territoire, pas mal de gens sans défense furent assassinnés.

Il y eu également de grosses erreurs de tir et de bombardement de la prt des Alliés, mais ce n'était évidemment pas volontaire.

Les principaux crimes ont été commis par les SS, mais également par les équipes spéciales composés de SS Français ou Belges, gestapistes ou rexistes toujours au service de l'Allemagne.

Bourcy le 20 décembre : 4 habitants
Nadrin le 23 décembre : 6 habitants
Houffalize le 23 décembre : nombre inconnu précisément
Bande le 24 décembre : 34 habitants
Wanne le 18 décembre : 5 habitants (un le lendemain)
Stavelot et environs les 19 et 20 décembre : 130 civils
Jevigné le 20 décembre : le curé
Noville le 21 décembre : 7 habitants
Wibrin le 24 décembre : 2 civils
La Roche le 5 janvier, 5 habitants tués dans les bois près de Wibrin
A cela, il faut ajouter les victimes des bavures de l'Air Force à Malmédy (23-25 décembre), des erreurs de tirs de chars ou d'artillerie.
Ainsi,
- La Roche : 100
- Rochefort : 33
- St Vith : 300
- Houffalize : 200
- Malmédy : 400 victimes (civils et soldats américains) alors que les Allemands n'y étaient pas !

Le nombre total de victimes civiles belges s'établit à environ 2500
Les dégâts matériels sont aussi fort importants
Houffalize qui comptait 340 maisons est entièrement détruite
La Roche : 496 maisons détruites (sur 500)
St Vith, complètement détruite
Bastogne : 212 maisons détruites
Rochefort : 112 maisons détruites
Malmédy : la moitié de la ville
Trois Pont : 74 maisons
Noville : 30 maisons détruites, 10 inhabitables (sur 40)
Au total 11 000 immeubles détruits dont 18 églises.

Source: http://users.skynet.be/pierre.bachy/massacreArdennes.html
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Phil642 le Mer 13 Sep 2006, 6:25 pm

Sergent Andrieux a écrit: ... les Ardennes en 1944 de quelques allemands parlant anglais et déguisés en soldats Américains pour mettre lle souk
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Laurent "Pink panth le Mer 13 Sep 2006, 7:34 pm

Sergent Andrieux a écrit:Une chtite question pour Pink: Pourquoi les allemands n'ont pas parachuter de franc tireur ou des gars du genre pour saboter les fragile lignes de ravitaillement alliée? des chtit groupes de 25-50 gus aurait pu fort bien se débrouiller non?

C'est ce qu'ils ont tenté de faire a peu pres, avec les parachutistes de colonel von der Heydte et l'infiltration des hommes de Skorzeny.
avatar
Laurent "Pink panth
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Date d'inscription : 12/07/2006

http://1dfl.francaislibres.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Charlemagne le Mer 13 Sep 2006, 7:44 pm

C'est ce qu'ils ont tenté de faire a peu pres, avec les parachutistes de colonel von der Heydte et l'infiltration des hommes de Skorzeny.

tu parle de l'italie ou des Ardennes, car pour les ardennes, le but était surtout de couper les communications et de foutre le bordel dans la logistique mais je ne me souviens qu'ils devaient s'attaquer aux lignes de ravitaillement
avatar
Charlemagne
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4794
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 11/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Laurent "Pink panth le Mer 13 Sep 2006, 7:57 pm

je parle des Ardennes (c'etait pas ca la question ?)

Pour les lignes de ravitaillement, oui bien sûr tu as raison.
J'ai lu trop vite. Elles n'etaient pas si fragiles. L'Europe de l'Ouest, ce n'est pas la Cyrénaique .

clin doeil gri
avatar
Laurent "Pink panth
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 377
Date d'inscription : 12/07/2006

http://1dfl.francaislibres.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Zek le Mer 13 Sep 2006, 8:40 pm

Il me semble que des agents allemands avaient été parachutés en France par des avions du célèbre KG 200. Cependant, rien à voir avec des actions commando.

J'ai lu aussi que pendant la bataille des Ardennes, la rumeur avait couru que le général Eisenhower était une des cibles de l'opération "Greiff" (Griffon) menée par Otto Skorzeny. Lui-même s'en défend d'ailleurs...
avatar
Zek
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 275
Age : 32
Localisation : Nomade
Date d'inscription : 12/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Historiques de la Bataille des Ardennes

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:07 pm

Tout commence le 16 décembre 1944 à 5h30: Le long du front occidental,
dans le secteur allant de Monschau (au nord) jusqu'à Echternach (au
sud), sur les hauts plateaux des Ardennes, les Allemands ouvrent un feu
d'artillerie nourri sur les positions de la 1ere armée américaine. Le
bombardement dure entre 20 et 90 minutes selon les secteurs; les
Américains pris par surprise ont subi d'importants domages, car ils
étaient habitués, depuis le débarquement en Normandie, à diriger les
opérations. La veille encore, le 15 décembre, cette attitude
psychologique des Alliés avait été emplement démontrée par le Maréchal
Montgomery, commandant du XXIeme groupe d'armées, qui, parlant devant
quelques-uns de ses collaborateurs, déclarait: "Sur
tous les fronts, les Allemands mènent une campagne défensive.
Actuellement, leur situation militaire et stratégique ne leur permet
pas d'envisager la mise sur pied d'une quelconque offensive de grande
envergure.
"

Le destin allait rapidement contredire les prévisions optimistes du
stratège anglais en leur opposant un cinglant démenti; en effet, 24
heures plus tard, les Allemands déclenchent une des plus importantes
opérations militaires de ces 18 derniers mois de guerre: l'offensive
dans les Ardennes.



Le général Walter Model (à gauche) et Otto Skorzeny (à droite)
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:08 pm

Entre septembre et octobre 1944, Hitler établit les plans de
l'opération: élaborée dans une atmosphère de défiance sans cesse
croissante envers ses généraux et ses conseillers, cette offensive lui
est entièrement attribuable. Il semble que cette idée ait germé dans
l'esprit du Führer dès les derniers jours d'août, au moment des
débarquements et des succès alliés dans le midi de la France; il
demande alors à ses commandants de préparer la reprise des offensives
en novembre.

C'est le 24 octobre que Hitler révéla son plan d'attaque aux généraux
Westphal et Krebs, respectivement chef d'état-major de von Runstedt et
commandant du front occidentale, et au feld-maréchal Model, chef du
Heersgruppe B. Selon ses plans, le but de l'offensive était d'enfoncer
le front allié en son maillon leplus faible, les Ardennes, et
d'investir Anvers, but suprême de l'opération, car il craignait que, du
port belge dragué et nettoyé, les Alliés ne lancent contre le front
allemand toute leur terrifiante machine de guerre.
Hitler voulait, par cette opération, anéantire l'armée anglaise. Ainsi,
il ne resterait, à la table des négociations, que les USA et l'URSS.
Hitler espérait ainsi pouvoir signer une paix séparée avec les USA pour
continuer la lutte contre la Russie, avec si possible, les USA comme
Alliés.



L'objectif étant connu, voici les moyens pour l'atteindre:

les quatre armées de Model (V et VIeme armées blindées, VII et XVeme
armées d'infanterie) recevront, toujours selon les plans établis,
d'importants renforts parmi lesquels un certain nombre de division
blindées transférées du front oriental: d'après les promesses de
Goering, elles pouront compter sur une couverture aérienne composée de
3000 chasseurs au moins. Enfin, il était évident, selon le Führer, que
la clé du succès résidant en grande partie dans l'effet de surprise, le
secret le plus absolu devait entourer ces plans.

Des ordres très stricts furent donnés concernant le respect de ce
secret: lorsque le général Alfred Jodl, chef de la section
opérationnelle du haut commandement de la Wehrmacht, réunit le 3
novembre les commandant d'armées concernés pour leur exposer les
modalités de l'opération, il leur fit signer, sur ordre de Hitler, une
déclaration par laquelle ils s'engageaient à ne jamais rien révéler de
ce projet sous peine de mort.



Selon le plan de Hitler, l'offensive devait être menée par le
groupe d'armées B du général Walter Model avec 4 armées alignées sur le
front des Ardennes entre Monschau et Echternach. Deux armées situées
sur les ailes du dispositif devaient s'élencer en premier lieu: la
XVeme armée du général Gustav von Zangen sur la droite, la VIIeme armée
du général Erich Brandenberger sur la gauche. L'effort principal, au
centre, était dévolu à deux unités blindées, la Veme Panzerarmee et la
VIemme Panzerarmee SS, resectivement sous les ordres de Haso von
Manteuffel et de Sepp Dietrich.


L'opération était fixée au 27 novembre, mais il devint vite évident que
cette date ne pourrait être tenue, et Hitler consentit à la reporter au
16 décembre. La pincipale difficulté concernait l'acheminement du
matériel et des troupes appelées en renfort. Pour échaper à la
surveillance des Alliés, ces mouvements s'effectuaient de nuit. Les
routes que devaient emprunter les hommes et le matériel étaient
recouvertes de paille retirée à l'aube; les canons éaient tirés soit
par des chevaux, soit par des véhicules; enfin, pour couvrir le bruit
des Panzer, la chasse allemande, à la stupéfaction des Américains,
survolait sans raison logique le front en rase-mottes. Ce stratagème
permit aux Allemands d'amasser sur le front occidental, à environ 130
km de la ligne d'attaque, 30 divisions (environ 250.000 hommes, 2000
canons, 1000-1500 chars de combat et 1500 avions (sur les 3000 promis
par Goering)).



Photo
tirée du reportage de Poteau, en décembre 1944, lors de la destruction
d'un convoi américain. Au premier plan, un Sturmmann, armé d'un MP-40,
suivi d'un Schütze armé d'une carabine USM1 de prise. Le véhicule en
feu au second plan est une auto blindée américaine M-8.
Le cameraman allemand était posté sous un véhicule de ce type pour filmer cette scène.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:09 pm

Pendant toute cette période préliminaire, Hitler convoqua ses généraux
à plusieurs reprises pour discuter du plan et en préciser les moindres
détails. Von Runstedt et Model, sceptiques sur la réalisation d'un
projet d'une telle envergure, proposèrent le 2 décembre, lors d'une
nouvelle réunion au quartier général de Hitler, de réduire l'importance
de l'offensive, mais le führer resta inébranlable: le plan devait être
exécuté selon les dispositions prévues par lui.
Le
12 décembre eut lieu la dernière réunion à caractère "psychologique":
Hitler convoqua en deux groupes distincts les commandants de corps
d'armée et de division pour exalter leur foi et leur esprit de combat.


Face à l'imposant dispositif mis en place par les Allemands, il n'y
avait de l'autre côté du front qu'à peine 6 divisions américaines du
5eùe corps du général Leonard Gerow (2eme, 99eme, 106eme) et du 8eme
corps du général Troy Middleton (28eme, 4eme et 9eme divisions
blindées), soit, au total, 82000 hommes qui ne sont absolument pas
préparés à faier face à l'attaque surprise et simultanée de quatre
armées.





On arrive ainsi au 16 décembre 1944. Après un tir d'artillerie sur les
lignes américaines, commencé à 5h30, les divisions blindées entrent en
action. Les espoirs allemands reposent principalement sur la puissance
des blindés; ils comptent également sur le mauvais temps et le
brouillard pour empêcher l'aviation alliée d'intervenir. Les lignes
américaines sautent l'une après l'autre et la surprise est telle que, 4
heures après le début de l'attaque, le 12eme corps américains, déployé
sur le flanc droit du 8eme corps, ignore toujours tout de l'attaque
allemande.


Face à la violence de l'attaque des Panzer, la désorganisation et la
confusion générale règnent dans les unités américaines. Cependant,
Hitler ajoute un élément nouveau, une initiative imprévue et secète
dont le nom de code est "Opération greif" et qui va provoquer de
sérieux dégats dans les lignes américaines. Un groupe de commandos
dressés par le colonel Otto Skorzeny, vêtus d'unifomres américains et
utilisant des véhicules pris aux Alliés, ou des véhicules allemands
transformés pour y ressembler, sèment la panique dans les lignes de
l'arrière en répandant des nouvelles alarmantes, modifiant la
signalisation routière, faisant sauter les dépôts de munitions, coupant
les câbles téléphoniques et se livrant à toutes les opérations de
sabotage possibles.

Le stratagème est découvert relativement vite, mais il réussit à
provoquer une véritable psychose du soupçon: surévaluant la portée du
plan de sabotage allamand, les Américains vont créer des centaines de
postes de verrouillage pour soumettre à de sévères controles les
occupants de toutes les Jeeps ou autres véhicules, les officiers
supérieurs n'échappant pas à cette rigueur. En fait, les militaires
chargés des contrôles posaient des questions portant sur la vie
américaine: personnages de bandes dessinées, championnats de baseball,
détails de la vie des vedettes de Hollywood, ....

Pour bien se rendre compte de cet état d'esprit, reportons-nous aux
souvenirs du général Bradley, commandant du XIIeme groupe d'armées:
"Imaginez...un demi-million d'authentiques soldats américains jouant au
gendarme et au voleur, à chacune de leurs rencontres. Ni grade, ni
bonen foi manifeste, ni protestations ne pouvaient éviter un
interrogatoire digne de l'inquisition à chaque poste de contrôle. On
m'a bien demandé trois fois de prouver mon identité. Je la prouvai, la
première fois en répondant à mon inquisiteur que la capitale de
l'Illinois était Springfield et non Chicago, comme il le soutenait avec
talent; la deuxième fois, en effectuant un mouvement d'escrime et la
troisième en nommant le mari de Betty Grable."


Ci-dessus:Cliché tiré du film réalisé près de Poteau
en décembre 1944 lors de la destruction d'un convoi du 14th Cavalry
Group par le Kampfgruppe Hansen. L'homme au premier plan est un
sous-officer, armé d'une carabine américaine M1





L'annonce de l'attaque allemande dans les Ardennes parvint à Eisenhower
alors qu'il se trouvait dans son quartier général à Versailles. Le
commandant suprême des Alliés ordonne en premier lieu que toutes les
forces blindées disponibles aillent immédiatement renforcer le secteur
attaqué. Les 82eme et 101eme divisions parachutistes sont elles aussi
mobilisées: la première rejoint le secteur de Houffalize, en plein
coeur du front d'attaque allemand, où convergent les unités des 58eme
et 47eme corps de Panzer. La seconde rejoint Bastogne, le plus grand
noeud routier de la région, à 20 km au sud de Houffalize. Cependant,
les conditions atmosphériques empêchent l'aviation alliée d'intervenir.
Tandis que sur le flanc nord du 67eme corps blindé de la VIeme
Panzerarmee SS de Sepp Dietrich, l'offensive est assez bien contenue
par les Américains dans le secteur de Monschau, sur le flanc sud, le 19
décembre, le 1er corps blindé atteint Trois-Ponts sur la rive gauche de
l'Amblève, et poursuit vers le nord en direction de Spa. Mais sa
progression est modeste comme l'est celle de la 9eme division blindée
SS du 2eme corps de Panzer attaquée par la 82eme division parachutiste
américaine, est contrainte de repasser sur la rive droite de l'Amblève.





Le 25 décembre 1944, après le premier élan, l'ensemble de la VIeme Panzerarmee SS se met sur la defensive.
Dans
le secteur central du front d'attaque, les corps de la Veme Panzerarmee
de Manteuffel progressent en profondeur: les 66eme et 47eme
franchissent l'Our et atteignent respectivement Houffalize (116eme
division blindée) et Bastogne (division Panzer-Lehr). Si la première
localité est conquise, la seconde résiste, défendue par la 101eme
division parachutiste et par des unités des 9eme et 10eme divisions
commandées par le général Mc Auliffe. Les jours suivants, bien que
complètement encerclée par un régiment de la division Panzer-Lehr et de
la brigade Führer Begleit, la ville résiste toujours et refuse l'offre
de reddition du général Heinz Kokott; enfin, le 26 décembre, le cercle
qui étreignait la cité est brisé par les unités de la 4eme division
blindée de la 3eme armée de Patton.




Sort réservé aux soldats allemands surpris à porter l'uniforme américain
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:09 pm

Pendant ce temps, les gros des troupes allemandes poursuit son avance à l'ouest: au nord, la 116eme division blindée franchit l'Ourthe près de Hotton, mais elle est stoppée par la 84eme division américaine; au sud, la Panzer-Lehr atteint Ciergnon, à une vingtaine de kilomètres de Dinant, et la 2eme division blindée occupe, le 24 décembre, la petite localité de Foy-Notre-Dame à 6 km à peine de la Meuse. Et là, le grand rêve de hitler se brise: à 100 km de leur point de départ, les Allemands sont essoufflés, et la violence de la riposte alliée est impressionnante: aux contre-attaques de la IIIeme armée de Patton au sud et de la Iere armée de Hodges au nord, sur les flancs du saillant conquis par les unités des Veme et VIIeme armées allemandes, les Alliés ajoutent, à partir du 22 décembre 1944, l'intervention massive et dévastatrice des chasseurs-bombardiers rendue possible par la nette amélioration des conditions atmosphériques.

Les bombardements d'une grande violence sèment la perturbation à l'arrière des troupes allemandes, interrompant toutes communications entre les corps d'armée; les divisions blindées sont décimées par le feu adverse et paralysées par le manque de carburant.La 2eme Panzerdivision, qui s'était aventurée dans un étroit couloir aux alentours de Dinant, est pratiquement détruite. Les Allemands amorcent alors un lent, mais inexorable repli. En fait, depuis le 22 décembre, von Runstedt, avec le plein accord du feldmaréchal model, commandant le groupe d'armées B, et de Guderian, chef de l'état-major de l'Oberkommando Wehrmacht, avait demandé à Hitler un recul des troupes derrière la ligne Siegfried; mais le Führer, comme d'habitude, s'y était opposé. Et ainsi, comme le relate le général von Manteuffel, "au lieu d'un repli ordonné, nous fûmes contraints à une retraite pied à pied, sous la pression des Alliés, subissant d'inutiles pertes...Pour nous, la politique hitlérienne "d'aucun repli" signifiait la ruine, dans la mesure où nous ne pouvions nous permettre de pareilles pertes."






Convoi de Half-Tracks américains pris sous une attaque aérienne allemande, près de Bastogne, en décembre 1944


Après l'échec de la tentative allemande des 3 et 4 janvier 1945 de
reconquérir Bastogne, les attaques des Iere et IIIeme armées
américaines se font plus incisives et imposent une nette accélération
au repli allemand.

Le 20 janvier, les armées allemandes se retrouvent sur leurs positions
de départ: en 34 jours de combat, elles ont perdu environ:
- 100.000 hommes tués blessés ou faits prisonniers

- 800 chars

- au moins 1.000 avions


Les pertes alliées aussi sont lourdes:

- 81.000 Américains et 1.400 Britanniques sur les 600.000 hommes ayant participé à la bataille

- et environ 800 engins blindés.


Mais si les pertes humaines américaines sont compensées en une quinzaine de jours, les pertes allemandes en hommes et en matériel sont irréparables et vont jouer un rôle déterminant dans la fin du conflit.

Comme l'a écrit Churchill, l'offensive des Ardennes a contraint les Alliés à différer de 3 semaines l'invasion de l'Allemagne, mais en revanche, elle leur a offert des atouts inespérés: "puisque les Allemands ne pourront plus combler leurs pertes, nos combats sur le Rhin, même acharnés, s'en trouveront facilités..."
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:10 pm

avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:12 pm

Situation des Alliés début décembre 1944



Le front occidental le 15 décembre 1944





Le front occidental s'est étendu. Après l'échec d'Arnhem, il suit d'abord une ligne est-ouest coupant les Pays-Bas en deux et ensuite une ligne nord-sud suivant très approximativement la frontière allemande jusqu'en Suisse. Depuis les ports français, les lignes de communication sont longues et Anvers
vient seulement d'être dégagée. Les Alliés manquent de moyens mais,
pour ne pas permettre à l'ennemi de se ressaisir, ils doivent continuer
leur offensive. Au nord, une attaque vient d'être lancée pour s'emparer
des barrages de la Roer afin d'empêcher les Allemands de déclencher d'éventuelles inondations. Au sud, la 3e Armée de Patton prépare une offensive vers Francfort. Pour réunir les moyens nécessaires, le front a été dégarni dans les Ardennes où quatre divisions US tiennent 120 km de front.
Le dispositif des Alliés comprend :

  • de la Zélande jusqu'au nord de Maastricht : le 21e Groupe d'armées (maréchal Montgomery) avec la 1re Armée canadienne et 2e Armée britannique
  • de Maastricht à Sarrebruck : le 12e Groupe d'armées (général Bradley) avec du nord au sud : la 9e Armée US (général Simpson), la 1re Armée US (général Hodges) couvrant toutes les Ardennes belges et le Grand-duché de Luxembourg et la 3e Armée US (général Patton)
  • de Sarrebruck à la frontière suisse : le 6e Groupe d'armées (général Devers) avec la 7e Armée US et la 1re Armée française
  • en réserve générale : six divisions, parmi lesquelles seules les 82e et 101e Division Airborne à Reims sont disponibles immédiatement.

Au total, cela représente 69 divisions.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:13 pm

Situation des Allemands début décembre 1944


Pour les Allemands, les lignes de communication et la longueur des
fronts se sont réduites ; ce qui permet de regrouper les forces et même
de constituer quelques réserves. Les fronts d'Italie et de Russie
sont stabilisés. La mobilisation de tous les hommes entre 16 et 60 ans
permet de rétablir les effectifs. La défense de la patrie ressaisit le
moral de ceux qui ne sont pas encore résignés. Dos au mur, les
Allemands acceptent l'idée de combattre sans idée de recul.
La production de matériel militaire est satisfaisante. Une nouvelle 6e SS Panzer Armee
a même pu être constituée. Toutefois, il faut agir rapidement car les
bombardements stratégiques alliés deviennent inquiétants et les
réserves en carburant s'amenuisent.
Quatre groupes d'armées sont déployés face aux Alliés :

Avec les réserves, le total est de 74 divisions, soit un nombre équivalent à celui des Alliés.

Le plan allemand



Plan de l'offensive « Wacht am Rhein »





Fin septembre 1944, Hitler charge un état-major restreint sous le contrôle du général Jodl
de préparer une offensive en Ardennes. Cette opération reçoit le nom de
« Wacht am Rhein » (Garde au Rhin). Des mesures draconiennes sont
prises pour le maintien du secret. Les maréchaux von Rundstedt et Model
sont informés le 24 octobre. Ce dernier est un fidèle du régime ; il
commande le Groupe d'Armées B qui sera chargé de l'attaque et dont les
unités auront du nord au sud les objectifs suivants :

  • la 15e Armée fixera l'ennemi en front
  • la 6e SS Pz Armée (neuf divisions) sera chargée de l'effort
    principal. Nouvellement constituée, elle sera mise en place au dernier
    moment. Elle franchira la Meuse au sud-ouest de Liège, protégera elle-même son flanc nord, coupera les forces alliées du nord de leur ligne de communication et s'emparera d'Anvers.
  • la 5e Pz Armée (sept divisions) franchira la Meuse dans la zone de Namur et avancera jusqu'à Bruxelles pour protéger le flanc sud au-delà de la Meuse.
  • la 7e Armée (onze divisions) attaquera pour protéger le flanc sud à la hauteur d'Arlon jusqu'à la Meuse.

L'opération sera appuyée par :

  • le parachutage de nuit au nord de Malmedy de l'unité du colonel von
    der Heydte chargée de bloquer les routes venant du nord (Opération
    Stösser).
  • l'infiltration en Ardennes de l'unité spéciale du colonel Skorzeny
    composée de militaires allemands en uniforme américain parlant
    l'anglais et chargée de créer la confusion dans les lignes américaines (Opération Greif).


Dernière édition par le Dim 17 Juin 2007, 1:14 pm, édité 1 fois
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  bigbasketeur le Dim 17 Juin 2007, 1:14 pm

Les positions avant l'attaque













La 6e Panzer Armée SS compte neuf divisions, la 5e Panzer armée sept et la 7e armée onze
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4601
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille des Ardennes (16 décembre 1944-18 janvier 1945)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum