L'exfiltration des criminels nazis

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'exfiltration des criminels nazis

Message  Baugnez44 le Mer 07 Nov 2007, 9:53 am

Je crée ce nouveau fil qui permettra d'évoquer plus en détail les filières d'exfiltration des criminels nazis.

On a déjà raconté beaucoup de choses sur ces filières (dont certaines relèvent parfois du fantasme) et il parait certain que toute la vérité ne sera probablement jamais connue, même si de nombreuses complicités volontaires ou involontaire (voir ci-après) ont déjà été dévoilées.

Ce qui semble évident, mais parfois perdu de vue, c'est que la grande confusion qui régnait en Europe à la fin de la guerre, où on a assisté, il faut le rappeler, à de vastes mouvements de populations (réfugiés, déplacés, prisonniers regagnant leurs foyers, etc.) a permi à de nombreux nazis de se fondre dans la foule et de disparaître sans (presque) laisser de traces.

Pour ouvir la discussion, je verse une première pièce au dossier: Adolf Eichmann a pu "se faire la malle" grâce au fauy passeport qui lui a été déivré par la Croix Rouge.

Quelle mouche a donc piqué la respectable Croix Rouge? me direz. Ben ils se sont fait rouler dans la farine, tout simplement.

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/histoire/0,,3461982,00-faux-passeport-eichmann-delivre-par-croix-rouge-.html

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Narduccio le Mer 07 Nov 2007, 12:25 pm

L'histomag a présenté une série d'articles sur la question rédigés par Sophie Laverdure. C'est paru dans les numéros de février, mars et avril (sauf erreur de ma part) Ça va un peu plus loin que ce que rapporte l'article de TF1. Ils parlent de : " En 1999, l'organisme a reconnu qu'au moins dix anciens criminels de guerre nazis partis vivre en Argentine avaient voyagé grâce à des documents de l'organisation.". D'après les documents exploités par Sophie, la réponse pourrait être pratiquement 3000 anciens criminels de guerre qui auraient transités par le port de Gênes avec des faux papiers de la Croix Rouge ...

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4662
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Phil642 le Mer 07 Nov 2007, 12:40 pm

Il est certain qu'à l'instar de la filière dite "du Vatican", qu'il n'est pas question de l'implication de l'organisation toute entière mais de certains complices à l'intérieur d'une organisation internationale.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Mer 07 Nov 2007, 12:49 pm

Bonjour,

Oui, une excellente serie dans l'Histomag'44, qui donne froid dans le dos :
http://stephane.delogu.free.fr/le-mag01-07.html
http://stephane.delogu.free.fr/le-mag02-07.html
http://stephane.delogu.free.fr/le-mag03-07.html

A lire, cela va alimenter ce debat

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Ming le Mer 07 Nov 2007, 12:56 pm

Il n'y a pas que la CR qui y ait participé, puisque la propre fille d'Himmler y a largement contribué également par voie de sociétés écran.
Un de mes amis argentin m'a parlé à plusieurs reprises du quartier "nazi" de Buenos Aeres, ou la populace d'origine allemande avait conservé des habitudes du temps d'adolf, par exemple avec un mouvement scout qui n'avait de scout que le nom.
Il faut également préciser que lorsque les ex officiers ss et autres criminels de guerre s'établirent en Amérique du Sud, leurs compétences furent mises au service des forces armées de ces pays. Barbie a notamment excellé dans ce rôle en qualité de conseiller militaire, la lutte anti-résistance qu'il avait menée à Lyon et précédemment en Pologne lui servant de référence, voir de CV avec expérience à l'appui. Ces ex ss et autres officiers de la gestapo -pour ceux qui n'ont pas été réemployés après-guerre par la police criminelle allemande voir la police tout court de RFA- ont eu également une implication plus ou moins directe dans le cadre du plan condor.
Enfin d'autres officiers ont bénéficié d'un blanchiement direct. C'est notamment le cas de je ne sais plus quel responsable d'un des services de contre-espionnage/espionnage nazi qui a bénéficié d'un aller direct aux Usa en raison des informations qu'il détenait sur plusieurs communistes et mouvements d'obédiance communiste, comme de reste sur l'Urss.

Enfin, ça ne m'enchante pas de le mentionner mais l'Eglise catholique a également un rôle dans la fuite et/ou la protection de criminels de guerre. Le meilleur exemple est Paul Touvier, qui fut hébergé et protégé dans différents monastères, bien que de mémoire, sous le coup d'un mandat d'arrêt. On peut mentionner également Monseigneur Hudal, qui aida les commandants des camps de Sobibor, Treblinka et Aloïs Brunner, ainsi qu'Eichmann à trouver refuge, par l'obtention de papiers via la CRI.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Phil642 le Mer 07 Nov 2007, 1:10 pm

Phil642 a écrit:Il est certain qu'à l'instar de la filière dite "du Vatican", qu'il n'est pas question de l'implication de l'organisation toute entière mais de certains complices à l'intérieur d'une organisation internationale.

Je répète ma phrase.
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Staldion le Mer 07 Nov 2007, 6:18 pm

Ce qui m'étonne le plus, ce n'est pas que les nazis aient fait feu de tout bois pour s'enfuir, c'est qu'il n'y ait pas eu d'effort pour les rattraper. Les personnes ayant délivré des faux papiers aux nazis ne furent jamais inquiétés?

Au sujet des communautés allemandes en Amérique du Sud, ma tante il y a une trentaine d'année a passé plusieurs mois au Chili, elle était jeune et bossait comme serveuse dans les Andes pour payer ses dépenses là bas.

Un jour elle fut abordée par deux jeunes allemands qui lui demandèrent son nom, à sa réponse ils lui dirent qu'elle était donc Allemande, elle réctifia en disant qu'elle était Alsacienne ... Donc Allemande, insistèrent-ils.

Visiblement leur notions géographiques n'avaient pas été "actualisées" depuis la première moitiée des années 40 et/ou leurs idées politiques étaient louches.

Tout en se permetant de dire de telles choses, ils avaient pignon sur rue, alors que le niveau de vie au Chili est celui que l'on connaît, eux avaient écoles et hopitaux privés.. A l'aise quoi.
avatar
Staldion
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Ming le Mer 07 Nov 2007, 6:43 pm

Visiblement leur notions géographiques n'avaient pas été "actualisées" depuis la première moitiée des années 40 et/ou leurs idées politiques étaient louches.

Tout en se permetant de dire de telles choses, ils avaient pignon sur rue, alors que le niveau de vie au Chili est celui que l'on connaît, eux avaient écoles et hopitaux privés.. A l'aise quoi.


C'est rien de le dire. C'est difficilement imaginable quand on l'a pas constaté de visu. Ils sont pas intégrés parce qu'ils se différencient volontairement. Parmi les expatriés qui ne sont pas venus en AdS pour des raisons de fuite ou de mandat d'arrêt, il y en a qui savaient parfaitement que untel était un ancien officier SS, un autre ancien gestapiste et j'en passe. C'était notamment le cas de Barbie, ça se savait dans toute la communauté et ça s'est étendu lorsqu'il a commis une escroquerie.
L'autre souci comme tu le soulignes c'est que pour eux le temps s'est arrêté et il serait faux de dire qu'ils respectent les résidents de leur pays d'accueil. La personne dont j'ai parlé s'était faite traîtée comme un moins que rien parce qu'il avait des traits très cuivrés communs aux gens qui habitent sur les Andes (il vient de Neyuquem exactement qui est probablement l'une des plus hautes villes de la cordillère) et il a bien senti le vieux relan racial et la supériorité de la race et autres co....
Pour finir ces allemands expatriés se sont attités les foudres des résidents parce que ces derniers savent très bien le rôle que certains d'entre-eux ont joué durant les périodes de dictature. D'autre part, les différences de richesse et de biens ont creusé un fossé durable.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Staldion le Jeu 08 Nov 2007, 10:33 am

Oui tout à fait, l'intégration semblait être le dernier de leur souçis. Ce qui est malheureux c'est qu'ils représentent sans doute une manne financière non négligeable pour les gouvernements qui les ont acceuillis ce qui leur done un statut de quasi intouchables.

Je demanderais des précisions à ma tante qui à eu l'occasion de constater ça d'elle même, mais je me demande si ils n'avaient pas jusqu'à leur propre police, ou plutôt milice, pour assurer l'ordre dans leur communautés eugéniques. Avec tous les arrangements et pratiques en marge de la loi que celà suppose.

C'est incroyable de pouvoir s'afficher comme ça, encore aujourd'hui je suppose.
avatar
Staldion
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Phil642 le Jeu 08 Nov 2007, 10:53 am

Ils n'ont pas tellement eu besoin de s'intégrer, souvent ils avaient leurs propres villages construits sur les modèles bavarois ...
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Narduccio le Jeu 08 Nov 2007, 12:40 pm

Staldion a écrit:Ce qui m'étonne le plus, ce n'est pas que les nazis aient fait feu de tout bois pour s'enfuir, c'est qu'il n'y ait pas eu d'effort pour les rattraper. Les personnes ayant délivré des faux papiers aux nazis ne furent jamais inquiétés ?

Comment dire ... A l'époque, on cherchait à reconstruire l'Europe. De plus, certains noms ne sont apparus que fort tard, c'est le cas de Mengele, par exemple. Le nombre de personnes recherchés par les différents pays était très élevé. De plus, il y a des noms très courants qui font que plus d'unes sont passés tranquillement entre les mailles du filet. D'autres surent marchandés leurs "savoir" auprès des services secrets des divers pays (il y en a eu aussi bien à l'Est, qu'à l'Ouest ....).

Des efforts, il y en a eu, mais dès 1947, les cellules juridiques mises en places pour chasser les nazis virent leurs moyens rétrécir de manière drastique. On avait d'autres priorités puisque l'on avait basculé dans la guerre froide.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4662
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  generalwolf le Jeu 08 Nov 2007, 1:30 pm

sur le sujet je conseille le livre de Michel Bar Zohar : les vengeurs. On en avait déja parlé sur le fil littérature il me semble.
avatar
generalwolf
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 712
Age : 39
Localisation : la ferté bernard (72) breton expatrié
Date d'inscription : 16/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Jeu 08 Nov 2007, 1:31 pm

Narduccio a écrit:On avait d'autres priorités puisque l'on avait basculé dans la guerre froide.
Voila, c'est ca qui a "sauve" de nombreux nazis.
Et le pire est que Hitler l'avait prevu, tablant sur l'eclatement de l'alliance Ouest-URSS pour se sauver, puis pour sauver Himmler et Goering.
Cela n'a pas fonctionne pour ceux-la, mais pour beaucoup d'autres.

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  generalwolf le Jeu 08 Nov 2007, 1:38 pm

il me semble d'ailleurs que des "scientifiques " nazis furent récupérés par les alliès ou les russes à la fin ( von Braun entre autres )
avatar
generalwolf
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 712
Age : 39
Localisation : la ferté bernard (72) breton expatrié
Date d'inscription : 16/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Narduccio le Jeu 08 Nov 2007, 1:44 pm

Comme livre je conseille Uki Goni: the real odessa : http://www.amazon.fr/Real-Odessa-Brought-Criminals-Argentina/dp/1862075522

Il existe en anglais, en allemand, en italien, en espagnol, mais n'a pas été traduit en français.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4662
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Narduccio le Ven 09 Nov 2007, 12:06 am

En août 2003, le quotidien "Il Secollo XIX" publia une série d'articles sur cette exfiltration. Ils se sont servis du livre d'Uki Goni: la vraie Odessa et ont axé leur enquête sur la ville de Gênes
A la demande de Sophie Laverdure, j'ai travaillé à la traduction de ces articles. Celui qui va suivre est la traduction d'un article paru dans le Secollo le 30 octobre 2003, article de Pietro FIlo della Torre.

La route des rats
L'écrivain serbe qui travaillait à l'époque pour la Croix Rouge Internationale raconte
"C'est moi qui ai donné les passeports aux nazis en fuite"
Bokun: ils nous ont trompé avec l'aide de Draganovic

de nos correspondants
Londres. En 1945, l'atmosphère romaine était idéale pour les nazis et leurs complices décidés à effacer leurs traces. La possibilité d'émigrer en Amérique du Sud était grande. La guerre armée avec les allemands était finie. Mais, pratiquement, la guerre "froide" avait éclatée, non seulement à l'encontre de la Russie de Staline et ses "idiots utiles", mais aussi celle contre tout ce qui avait une odeur de communisme. Il est important de se rappeller, qu'à ce moment-là, n'importe qui était meilleur que les Russes, "ceux qui dévoraient les enfants", nous dit le journaliste-écrivain Branko Bokun, auteur d'une vaste production d'excellents livres de politique économique (capitalisme, communisme et troisième voie) à l'humour (sex-humour) primé 3 années au festival de Borgighera, jusqu'à "Un espion au Vatican" repubblié en Italie par les éditions Neri Pozza,

C'est un journal romancé, mais très réaliste, des 5 années passées à Rome par le jeune homme serbe, d'abord étudiant universitaire et puis fonctionnaire de la Croix Rouge Internationale comme représentant du roi de la Yougoslavie et ensuite de Tito, De cette période, Branko Bokun est non seulement le témoin, mais aussi l'un des protagonistes.

"Pouvoir distribuer des passeports m'offrait la grande opportunité de pouvoir peser sur le destin de milliers et milliers de personnes, raconte Bokum. A Rome, les fleuves de l'exode confluaient de toute l'Europe. Beaucoup d'hommes qui avaient combattus avec les troupes allemandes : hongrois, autrichiens, polonais, ukrainiens, roumains de la Grade de Fer, belges fascistes, yougoslaves, mais aussi de nombreuses victimes. Des juifs qui avaient souffert d'abord de la barbarie nazie, puis de la répression de la part des troupes communistes décidés à les éliminer, Moi, j'avais la possibilité de délivrer des passeports qui permettaient à cette troupe hétérogène de réfugiés de s'embarquer vers des terres prospères dans lesquels ils pouvaient vivre en paix. Mais, ou les nazis pouvaient s'eclipser comme ce fut le cas au Vénézuela, en Argentine ou au Paraguay.

Vous connaissiez Draganovic ? Vous vous en rappellez ?
"Je me le rappelle très bien. Il venait dans mon bureau au 55 de la rue Campania à 2 pas de la rue Veneto avec des paquets de documents pour la délivrance des passeports. Il avait des mains énormes, comme celles d'un ex-paysan. Il était très robuste et pas diplomate pour un sou. Je me souviens quand il me dit que j'étais l'unique serbe sympathique de sa connaissance. L'un des rares qu'il n'avait pas envie d'étrangler de ses propres mains."
Saviez-vous que de nombreux passeports parmi ceux que vous délivriez étaient destinés aux nazis et à leurs complices ?
"Je le soupçonnais, mais je n'avais pas la possibilité de les identifier individuellement. Ainsi que je l'ai dit, l'atmosphère de la Rome des années 40 ressemblait à celle de la décadence du bas-empire (romain) Il y avait une certaine dose d'allégresse. Mais, c'était aussi un vrai bordel. Pour Fellini, cela aurait été une meilleure inspiration que celle qu'il a utilisée pour la "Dolce Vita". Les gens se débrouillaient comme ils le pouvaient pour se distraire. Mais surtout, la plupart des réfugiés rêvaient d'aller en Amérique du Sud, en Afrique du Sud ou en Australie. Des manoeuvres évidentes. Devant la poste de Saint Sylvestre, il y avait un mini-marché de document d'identité vendus et achetés. Dans des milliers de cas, je ne pouvais pas savoir exactement à qui je délivrais les passeports. La majorité des noms ne correspondait pas à ceux des réfugiés que j'aidais. Les nazis en fuite arrivaient à abuser de notre bonne foi, mais, ils étaient une minorité. Ils avaient de formidables protections et des complicités. Il ne faut pas oublier que les Américains ne les considéraient plus comme des ennemis, mais comme des gens à utiliser en Amérique du Sud contre les révolutionnaires populistes, en plus, ils bénéficiaient de faveurs auprès d'ecclésiastiques très bien placés. N'oublions pas que Pape Pacelli avait excommunié les communistes, mais pas les allemands. Moi, j'étais occupé à soulager la souffrance de réfugiés bien moins fortunés. Par exemple, ces milliers de juifs qui continuaient leur odyssée. Ils désiraient rejoidre la Palestine. Mais quand leus bateaux arrivaient au large de ses cotes, les Anglais qui administraient ce territoire me les renvoyaient en arrière. Nous les faisions alors émigrer en Afrique du Sud qui était leur seconde destination favorite.

A cette période, vous aviez des amis importants chez les Anglais et les Américains. A quoi était-ce du ?
Je crois que ma connaissance de la langue de Shakespeare me fut très utile. Je parle 6 langues, et je me suis toujours intérréssé à la culture des nations. Le dialogue avec les alliés qui occupaient Rome en était facilité. De plus, mon amitié avec l'ambassadeur yougoslave Zukivic me fut très utile. Ce fut lui qui m'a proposé comme représentant de la Yougoslavie à la Croix Rouge Internationale à Rome."
Quels sont les personnages de cette époque qui vous ont le plus marqués ?
"J'ai rencontré Monseigneur Montini de nombreuses années avant qu'il ne devienne pape et Monseigneur Tardini qui était plus ou moins le ministre de l'Extérieur de Pie XII. J'ai aussi bien connu le chef de la CIA, Donovan et le représentant personnel près du Vatican du Président Roosevelt, Titman, qui avait habité pendant plusieurs années au Palais Sainte Marthe dans les murs du Vatican. Il était très impliqué dans la vie de la bonne société romaine et il fréquentait le palais Saccheti occupé par Sir Darcy Osbone qui deviendra quelques années après duc de Leeds. Le gentilhomme anglais avait une position particulièrement intéressante, il avait pu rester à Rome même après la déclaration de guerre du 10 juin 1940 puisqu'il était accrédité auprès du Vatican. C'étaient des contacts qui m'ont permis de savoir ce qui arrivait réellement et les intentions exactes des puissances alliées après la victoire contre les nazis."

Avez-vous rencontré Monseigneur Popovic qui a fait fuir de Gênes un grand nombre de nazis et qui a fait en sortes que leurs traces se perdent ?
"J'étais allé à de multiples reprises à Naples à aider des réfugiés à partir pour le Chili, Mais, je me suis rendu à Gênes à de rares reprises. Toutefois, je me rappelle y avoir rencontré des personnages qui ne me plaisaient pas particulièrement. Je n'ai pas pu identifier matériellement des criminels nazis. Mais, j'ai le regret que parmi ceux qui fuirent ainsi, parce que son passeport à transité par mes bureaux de la Croix Rouge Internationale, qu'il y ai eu le criminel croate Pavelic, Beaucoup d'entre eux furent un temps cachés dans des couvents. Une des règles qui nous avait été imposée pour délivrer nos passeports était qu'il fallait la signature de 2 témoins de confiances. Quels meilleurs témoins que des prêtre croates, comme ceux du couvent de San Geromino (Saint Jérome) ? J'ai certainement des raisons de récriminer que dans ces lointaines années 40, les choses ne se déroulèrent pas dans le mode juste. Que les criminels nazis ne furent pas jugés et punis. Mais, il faut se souvenir, comme je l'ai expliqué, l'atmosphère était en ces temps troublés "spéciale" et les conditionnements politiques, pour nous qui travaillons pour la Croix Rouge Internationale étaient très difficile à contester,"

Paolo Filo della Torre

J'en ai quelques autres en réserve.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4662
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Narduccio le Ven 09 Nov 2007, 10:58 pm

Un autre article, toujours tiré de la même série d'articles du Secolo XIX, quotidien de Gênes.

Sur la route des Nazis
de notre envoyé spécial ANDREA CASAZZA
Buenos Aires. Cinq cents ? Combien de criminels de guerre allemands, croates, français, belges et d'autres nationalités trouvèrent asile, liberté et protection en Argentine ? Ici, dans un Buenos Aires pluvieuse, écrasée par un ciel plombé hivernal, personne n'a la réponse juste en poche. Selon le dernier rapport de la CEANA, la Comision para el Esclarecimiento de las Actividades Nazis en la Argentina, daté de 1999, leur nombre devrait tourner autour de 180 unités. Uki Goñi, l'historien et journaliste argentin qui a fait récemment publier son scandaleux "L'authentique Odessa" (qui sera prochainement publiée chez Garzanti avec le titre suivant : " "Opération Odessa") soutient que, durant les six années de recherches à la base de son ouvrage, il en a individualisé au moins 300. Mais ce n'est pas suffisant, " Dans le cas de l'éxode des croates en Argnetine entre 1948 et 1950 - souligne Goñi - mes recherches m'ont permis d'identifier 120 noms. Parmi ceux-ci au moins 15 pouvaient être qualifiés de criminels de guerre, donc plus de dix pour cent. Or, du premier dossier rendu public du Centro di Immigrazione di Buenos Aires, il résulte qu'il y eut 7200 croates qui débarquèrent en Argentine. si l'on devait appliquer le même pourcentage relative à mes recherches, rien que chez les oustachis, le nombre des personnes impliqués dans un crime de guerre serait démesuré".
Mais, si les mathématiques et l'histoire ne font pas toujours bon ménage et qu'il faudra attendre la suite des recherches pour établir le nombre exact des criminels oustachis débarqués à Buenos Aires, il est au contraire certain que la majorité d'entre eux s'embarqua à Gênes. Et il est de même certain qu'à Gênes séjourna, comme le firent Eichmann, Mengele et Barbie, un autre bourreau nazi : Gerhard Bohne.
Dans les documents découverts par l'historien et journaliste argentin Uki Goñi les preuves qu'un moine hongrois de Pegli aida Eichmann

"A Gênes le bourreau des handicapés"
Bohne aussi s'est s'enfuit à bord d'un paquebot avec un passeport de la Croix Rouge
Il fut parmi les planificateurs du plan pour l'"euthanasie" voulu par les nazis


Bohne était l'oficier des SS et l'avocat auquel Hitler confia la première partie de son programme fou d'euthanasie: le plan "Aktion T4" qui prévoyait l'élimination de toutes les personnes atteintes d'affections graves, qu'elles soient physiques ou mentales, et qui fit plus de 62 000 victimes.
Les traces de Gerhard Bohne a Gênes furent retrouvés par Uki Goñi au siège de la Croix Rouge en Suisse. Selon les données reportées sur le passeport qui fut donné à Bohne à Rome, l'avocat qui dirigea le "Groupe de travail des sanatorium et asiles du Reich", séjourna en ville avec sa soeur Gisele dans un logement au 27 de la via dei Glicini (des glycines ndt).
Si le passeport qu'il avait dans sa poche était à son nom et que la date ou il lui fut délivré est le 24 aout 1948, la présence à Gênes de Gehrard Bohne date de janvier 1949. A la Direcciòn Nacional de Migraciones di Buenos Aires, Goñi a retrouvé le certificat d'identité signé du consul argentin à Gênes le 7 janvier 1949 avec lequel Bohne reçut le visa sur le passeport de la Croix Rouge et la voie libre pour l'embarquement.
Embarquement qui eut lieu quelques jours après, en première classe, sur le paquebot Anna C, qui arriva dans le port de Buenos Aires le 29 janvier 1949. "Et dans la capitale argentine - souligne Goñi - Bohne et sa soeur trouvèrent hospitalité dans la maison de Carlos Fuldner, fonctionnaire péroniste de la Daie de Gênes". Comme on le voit, la boucle est bouclée. Bohne sera arrêté en 1964, toujours à Buenos Aires ou il était revenu après un bref séjours dans sa patrie en 1955, à la suite du coup d'état militaire en Argentine. La demande d'extradition fut concédée en novembre 1966, mais le bourreau nazi ne resta pas longtemps en cellule: pour lui, qui avait contribué à l'élimination de milliers d'invalides physiques et psychiques, on émis une sentence selon la quelle sa condition physique précaire était incompatible avec sa détention en prison. Bohne à Gênes avait eu le temps d'apprécier les service de la Daie, la Delegacion Argentina de Immigracion en Europa dont les bureaux se trouvaient au 38 de la rue Albaro, bureaux ouverts en 1947 par Carlos Fuldner, capitaine de la SS et homme de confiance du président Juan Peron. Mais le réseau de protection dans la cité s'étendait aussi dans les milieux ecclésiastiques. A coté de don Carlo Petranovic, homme de confiance des criminels de guerre oustachis et de quelques criminels de guerre nazis de haut rang, à Gênes opérait un autre prêtre. Edoardo Dömöter, un franciscain d'origine hongroise, qui à la fin des années 50 était le curé de l'église se Saint Antoine de Pegli.
Ce fut le père Dömöter qui soussigna et apporta au siège génois de la Croix Rouge la requête pour le passeport de Riccardo Klement, ou plutôt Adolf Eichmann. Cette requête, qui porte le numéro 100940, a été découverte, encore une fois, par Goñi dans les archives du Comité International de la Croix Rouge de Genève.
De père Dömöter on sait seulement qu'il a collaboré avec Reinhard Kops, officier des services secrets nazis, homme de confiance d'Alois Hudal, l'évêque du siège pontifical de Santa Maria dell’Anima, à Rome, qui envoyait de longues lettres au président Peron demanda des visas d'entrée pour des milliers de "soldats" allemands et autrichiens. Dans la relation conclusive présentée par le CEANA en 1999, il y a la référence à une missive du 31 aout 1948 dans laquelle l'évêque Hudal explique à Peron que les visas demandés ne sont pas pour des réfugiés, mais "pour des combattants anticommunistes dont le sacrifice a sauvé l'Europe de la domination soviétique". Ce serait Kops qui établissait les contacts romains avec la Daie de Gênes pour donner la voie libre aux passeports de la Croix Rouge et après, il donnait le relais à frère Dömöter pour ce qui était des affaires génoises (ndt, je pense qu'il veut parler des billets et des papiers d'embarquement).
Mais, dans le cas d'Eichmann, le frère franciscain fit tout lui-même pouvant déjà compter sur un faux document d'identité que le bourreau nazi obtint à Termeno en utilisant un faux nom : Riccardo Klement.
Une fois en possession du passeport de la Croix Rouge la voie de la liberté s'ouvrait en grand aussi bien pour Eichmann que pour Bohne. Pour eux et pour des dizaines et des dizaines d'autres criminels de guerre, une liberté qui avait la forme d'un batiment qui levait l'ancre dans le port de Gênes.

Andrea Casazza

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4662
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  bigbasketeur le Sam 17 Nov 2007, 6:54 pm

- Les réseaux d’exfiltration nazis (Ratlines en anglais) désignent les filières d’exfiltration utilisées par les Nazis et autres fascistes fuyant l’Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces filières conduisaient essentiellement vers des abris sûrs situés en Amérique latine, en particulier en Argentine, au Paraguay, au Brésil et au Chili. D’autres destinations peuvent avoir inclus les États-Unis, le Canada et le Moyen-Orient.

ODESSA :

L’existence des filières italiennes et argentines n’a été confirmée que relativement récemment, essentiellement suite à des recherches effectuées dans des archives déclassifiées. Jusqu’aux travaux de Aarons et Loftus, et ceux d’Uki Goñi (2002), il était généralement admis que les ex-Nazis avaient eux-mêmes, organisés en réseaux secrets, avaient exploité seuls les filières d’évasion. La plus connue de ces filières est ODESSA (organisation d’anciens membres de la SS), fondée en 1946 selon Simon Wiesenthal, qui comprenait le SS-Obersturmbannführer Otto Skorzeny et le Sturmbannführer Alfred Naujocks et en Argentine, dit-on, Rodolfo Freude. Alois Brunner, ancien commandant du camp d’internement de Drancy près de Paris, se serait échappé vers Rome et ensuite vers la Syrie grâce à ODESSA (on pense que Brunner et l’ex-Nazi le plus élevé en grade à être encore en vie en 2007). Des personnes prétendant représenter ODESSA revendiquèrent dans une note l’attentat à la voiture piégée commis le 9 juillet 1979 en France contre les chasseurs de Nazis Serge et Beate Klarsfeld. Selon Paul Manning (1980), « en définitive, plus de 10 000 anciens soldats allemands gagnèrent l’Amérique du Sud en utilisant les filières mises en place par ODESSA et le Deutsche Hilfsverein… »

Simon Wiesenthal, qui conseilla Frederick Forsyth pour le roman et le scénario de The Odessa File, qui porta le nom à l’attention du public, donne également les noms d’autres filières d’exfiltration nazies comme Spinne (araignée) et Sechsgestim (Constellation des Six). Wiesenthal décrit ces dernières directement après la guerre comme des cellules nazies basées en Autriche où beaucoup de Nazis s’étaient retirés et avaient gagné la clandestinité. Wiesenthal prétendait que le réseau ODESSA guidait les fuyards jusqu’aux filières catholiques à Rome (bien qu’il ne mentionne que Hudal et pas Draganovic) ou par une autre route passant par la France à destination de l’Espagne franquiste.

Odessa aurait été supportée par le réseau Gehlen Org, qui employait de nombreux anciens membres du parti nazi et était dirigé par Reinhard Gehlen, un ancien officier de renseignement Nazi employé après la guerre par la CIA. Le réseau Gehlen Org devint le noyau de l’agence de renseignements allemande BND, dirigée par Reinhard Gehlen depuis sa création en 1956 jusqu’en 1968. Outre le réseau Gehlen Org, le CIA organisa en parallèle et juxtaposa les réseaux Stay-behind en Allemagne. Des documents de la CIA divulgués en 2006 suite au 1998 Nazi War Crimes Disclosure Act démontrent que la CIA a organisé des réseaux Stay-behind d’agents allemands entre 1949 et 1955.

En 1952, l’ancien officier SS Hans Otto révéla à la police criminelle de Francfort l’existence de l’armée fasciste allemande Stay-behind BDJ-TD. Les extrémistes de droite arrêtés furent déclarés non coupables dans des circonstances mystérieuses.

Un des réseaux Stay-behind avait comme membres le Sergent Heinrich Hoffman et le Lieutenant Colonel Hans Rues et un autre, dont le nom de code était Kibitz-15, était dirigé par le Lieutenant Colonel Walter Kopp, un ancien officier de la Wehrmacht, décrit par ses agents traitants américains comme un "nazi non repenti". En avril 1953, dans un mémo divulgué en 2006, le quartier général de la CIA écrivait : « la colère qui surgit actuellement en Allemagne de l'Ouest en raison de la résurgence de groupes nazis ou néo-nazis est un bon exemple – à échelle réduite – de ce à quoi nous serions confrontés ». Par conséquent, certains de ces réseaux furent démantelés. Ces documents établissaient que les ex-nazis étaient un échec complet en termes de renseignements. Selon Timothy Naftali, un historien de l’Université de Virginie qui a examiné les documents divulgués à cette époque, « les dossiers montrent à longueur de page que ces gens posaient plus de problèmes qu’ils n’en résolvaient. Les Nazis non repentis agissaient pour leur propre compte et utilisaient le manque d’informations dont souffrait l’Ouest sur l’Union soviétique pour l’exploiter à leur propre profit ».[20] Le service des archives américaines du NARA lui-même déclara en 2002 dans un communiqué concernant le recrutement par Reinhard Gehlen d’anciens Nazis que, « en dehors des problèmes moralement gênants que cela impliquait, ces recrutements ouvrirent le gouvernement de l’Allemagne de l'Ouest et, par extension, les États-Unis, à une pénétration par les services de renseignements soviétiques ».

Hans Globke, qui avait travaillé pour Adolf Eichmann au département des Affaires juives et participé à la rédaction des Lois de Nuremberg, devint le conseiller à la sécurité nationale du Chancelier Konrad Adenauer dans les années 1960 et « était le lien principal avec la CIA et l’OTAN » selon le Guardian. Un mémo envoyé en mars 1958 par le BND allemand à la CIA précisait que Adolf Eichmann « semble avoir vécu en Argentine sous le nom de Clemens depuis 1952 ». La CIA ne transmis toutefois pas cette information au MOSSAD israélien, car elle craignait des révélations relative à l’utilisation qu’elle avait faite d’anciens Nazis à des fins de renseignement – Eichmann, qui était en charge du département des affaires juives fut kidnappé par le Mossad deux ans après. Parmi les informations qui auraient pu être révélées par Eichmann se trouvaient celles concernant Hans Globke, agent de liaison de la CIA en Allemagne. A la demande de Bonn, la CIA persuada Life magazine de détruire toute référence à Globke des mémoires d’Eichmann, que le périodique venait d’acheter à sa famille.
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  bigbasketeur le Sam 17 Nov 2007, 6:54 pm

- Ma source : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seaux_d%E2%80%99exfiltration_nazis
avatar
bigbasketeur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 4579
Age : 36
Localisation : Toulouse .
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.histoquiz-contemporain.com/forum/index.php?sid=39a430

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Ven 25 Jan 2008, 3:35 pm

Mince, je sais pas comment j'ai fait pour rater ce fil ! mort de rir gri
euh, alors les articles cités plus hauts seront prochainement repris dans le Journal HistoQuiz et je continue à bosser sur la suite, donc, il y aura une suite et une fin ! (mais ne soyez pas trop pressés, c'est du genre long comme enquête).
En attendant, si vous avez des questions, je peux essayer de vous répondre et NARDU qui a co-signé ces articles (et s'est tapé tout le boulot ch....) peut vous raconter plein de trucs sur les curés italiens qui ont facilité l'exfiltration.

Je reviens juste sur une assertion de l'article de wiki : Odessa aurait été appuyée par la Ghelen Organisation.
Bon d'abord, il est fort vraisemblable que ODESSA, en tant qu'organisation structurée n'aie jamais vraiment existé. Quant à Gehlen et ses "oeuvres charitables", c'est une autre filière. Le problème des Stay-Behind est légèrement différent.

Mais il est clair qu'il a existé non pas une mais plusieurs filières d'évasion latinos-américaines.

Il faut faire très attention aux multiples rumeurs (qui font bien dans un roman mais pas top devant un tribunal) qui attestent de la présence ici ou là, hier ou maintenant, de tel ou tel dignitaire nazi.
C'est pour cela aussi qu'il est important de bien différencier les filières, car toutes n'ont pas fonctionné pareil ni pour les mêmes raisons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Baugnez44 le Ven 25 Jan 2008, 10:51 pm

Je me demande aussi comment j'ai bien pu faire pour rater ce fil.

Quant aux assertions de l'article Wikipedia, tout ce que je peux en dire, pour avoir laborieusement traduit cet article de l'article anglais (http://fr.wikipedia.org/wiki/Discuter:R%C3%A9seaux_d%E2%80%99exfiltration_nazis - dans wikipedia je travaille sous le pseudo lebob), c'est qu'elles n'ont pas été vérifées (du moins par le modeste traducteur que je suis). Sophie, si tu veux en savoir plus sur les sources, il faut voir l'article anglais original (et peut-être voir dans l'historique qui est le rédacteur de ce passage - si tu l'interroge il pourra peut-être t'en dire plus).

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Ven 25 Jan 2008, 11:55 pm

Salut Baugnez !
ça tombe bien, j'ai jamais capté comment on faisait avec Wiki (même en Français, je trouve pas ça clair du tout).
Mais je suis allée voir l'article original en anglais et les moutures de 2007, et ce qui m'a frappée, ce sont certains passages qui resemblent preque paragraphe pour paragraphe à ce que j'ai écrit en début d'année dernière...
Alors je suis allée voir l'history de l'article et alors, donc...

Quand j'avais consulté wiki sur Odessa, en fin d'année 2006, il n'y avait aucune mention de la filière italienne par exemple, que Narduccio et moi-même avons trouvée presque par hasard dans Il Secolo...
Pas plus que de Krunoslav Draganovic, dont effectivement Aarons et Loftus font mentions, mais eux ne citaient pas les rapports de la CIA. Et curieusement, si je consulte cette comparaison :
http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Ratlines_%28history%29&diff=183428518&oldid=131915647
(comparaison faite au hasard), pour l'implication de Draganovic la source citée sont les Jasenovac papers...
Or, à l'époque où j'ai rédigé mon papier, on ne pouvait accéder au Pavelic Papers (du moins j'ai réussi en décembre et après, black out total), et c'est auprès de la CIA que j'ai eu mes sources directement. C'est pourquoi j'ai indiqué le N° de rapport parce que c'est un bin's pas croyable pour s'y retrouver dans les archives de la CIA...

Et dans des versions postérieures (avril 2007), il y a des phrases qui devraient sonner aux oreilles de mon ami Nardu, car c'est lui qui les a traduites de l'italien : l'interview exclusive de l'agent spécial Gowen à Il Secolo.
Aarons et Loftus n'en parlent pas de cette itw, pour la bonne raison qu'elle a été faite en 2003 et que leur livre est sorti en 1990...
C'est très très curieux parce que je scrute toutes leurs sources, que je connais et dont je me sers, et curieusement, les passages qu'ils citent ne collent pas aux sources, il y a mélange (bon, ça peut arriver).
Et je me demande d'où les Pavelic Papers et les Jasenovac's papers donnent leurs infos, car a priori, ce sont des sites qui diffusent les documents, assortis d'un bref texte de présentation, mais ils n'écrivent pas d'articles...
et comme j'ai beaucoup de mal à capter comment fonctionnent les révisions dans wiki, je suis un peu larguée pour voir qui a corrigé quoi.
Mais quand même, je trouve qu'il y a de drôles de coïncidences, car, des milliers de pages lues sur papier et sur le web, il y a des recoupements que j'ai réussi à faire alors que d'autres, pourtant téméraires (comme the Emperor's Clothes) n'osaient pas aller jusque là. Car personne ne cite jamais Il Secolo. Or, il y a des choses qui sont dans le journal et qui ne sont pas dans le bouquin de Goni... ni apparemment nulle part ailleurs car c'est un problème excessivement local et gênois...

De même, aucun article, que ce soit sur wiki (que j'utilise très très rarement justement à cause de ce problème de sources) ou ailleurs, personne n'est jamais remonté au rapport LA VISTA... ce qui pouvait paraître sans rapport et affabulation au départ comme le considèrent Aarons et Loftus. Or, il se trouve que j'ai moi-même bossé sur ce rapport quand il y a eu des fuites, en 1984, donc j'ai tous les articles (papier) et mes notes de l'époque d'articles que j'avais rédigés mais qui n'avaient pas été publiés. Et là, comme par miracle, si je prends la version wiki du 10 janvier 2008, LA VISTA surgit de sa boite !
Vraiment, c'est très très curieux...
Si tu peux m'aider à comprendre comment ça marche, ça m'aiderait parce que je ne sais trop que penser...

et j'aimerais bien avoir le sentiment de mon ami Nardu sur ce coup-là

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Sam 26 Jan 2008, 12:03 am

Au fait Baugnez, si c'est toi qui a traduit, "le chercheur argenteur Uki Goñi" n'est pas tellement argenteur mais surtout argentin mort de rir gri mort de rir gri mort de rir gri

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Sam 26 Jan 2008, 9:43 am

Bonjour,
laverdure a écrit:les articles cités plus hauts seront prochainement repris dans le Journal HistoQuiz et je continue à bosser sur la suite, donc, il y aura une suite et une fin ! (mais ne soyez pas trop pressés, c'est du genre long comme enquête)
Oui, la suite ! Mais pas sur le Journal, sur le Site, hein ?
Trop massif et important pour le Journal !

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Invité le Sam 26 Jan 2008, 3:52 pm

Daniel Laurent a écrit:Bonjour,
laverdure a écrit:les articles cités plus hauts seront prochainement repris dans le Journal HistoQuiz et je continue à bosser sur la suite, donc, il y aura une suite et une fin ! (mais ne soyez pas trop pressés, c'est du genre long comme enquête)
Oui, la suite ! Mais pas sur le Journal, sur le Site, hein ?
Trop massif et important pour le Journal !
euh... les gars, faudrait voir à accorder vos violons là...
Daniel, chaque partie déjà écrite fait entre 6 et 8 pages (et ça risque de ne pas s'arranger) alors Pierre pensait plutôt au Journal.
Je vous laisse débattre de ça entre vous et quand on saura où on met quoi, on mettra le lien quelque part ici.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'exfiltration des criminels nazis

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum