Le chant de l'Aigle (la chute de Berlin)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le chant de l'Aigle (la chute de Berlin)

Message  panzerblitz le Jeu 20 Jan 2011, 7:53 pm

Je confirme pour la présence de SS anglais, au moins pour deux d'entre eux.

Des SS britanniques ? Peut tu m'expliquer comment il ont fait vue que à cette époque le reich(ou ce qu'il en reste) était toujours en guerre contre les anglais.

L'Armée allemande a une grande tradition d'assimilation de forces étrangères. Elle comptait en son sein - entre autre - une unité uniquement composée de Russes, l'Armée Vlassov.

Une pratique qui remonte très très très loin d'ailleurs. Déjà lors de la Guerre des Gaules, César...

_________________
http://www.youtube.com/watch?v=wgmxc-X3XZ4&feature=related
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chant de l'Aigle (la chute de Berlin)

Message  Ming le Jeu 20 Jan 2011, 11:07 pm

En fait ce ne furent pas seulement des britanniques, mais aussi des néo-zélandais, canadiens et sud-africains. L'idée de lancement d'une telle troupe n'est pas allemande mais britannique, elle est due à John Amery, fils de Léo Amery, membre du parti conservateur.
Amery fils -qui était un drôle de type, à mi-chemin entre l'escroc et le maquereau- admirait la doctrine nazie. L'idée d'une légion britannique qui combattrait le nazisme lui est venue lorsque deux types de la LVF se sont plaints des conditions de combat sur le front Est (Amery avait fricoté avec Doriot, ce qui explique qu'il comprenait le français).

Amery avait eu l'idée de créer la légion Saint George et sur accord avec Himmler, il alla prospecter dans les camps de prisonniers. En dépit des efforts qu'il fit et de la dose de propagande, faveurs et promesses qu'il y ajouta, il réussit à recruter en tout et pour tout quatre personnes. Sur ces quatre là, une fut expédiée dans un service d'espionnage pour être entraînée -mais elle fut arrêtée tandis qu'elle essayait de regagner l'Angleterre et pendue par la Gestapo-. La deuxième ne fut pas retenue car top âgée.

Là s'arrêtèrent les efforts d'Amery -qui accessoirement passa auprès des nazis pour ce qu'il était réellement-. L'idée fut néanmoins reprise par les SS qui rebaptisèrent leur groupe British Freikorps. Cette fois-ci le recrutement se fit sur base de chantage, de brimades et de contraintes. Il y eut toutefois quelques volontaires qui y entrèrent pour des raisons purement politiques (ex membres de la British Union of Fascist de Mosley), d'autres pour des raisons diverses (casier judiciaire ou menace de passage devant une court martiale suite à vol ou assassinat, demande de mariage avec allemande ou accusation de rapports sexuels avec une allemande, etc.). La majorité fut recrutée de force sur menaces fréquemment mises à exécution (séjours au mitard, privations de colis de la croix-rouge, bastonnade et j'en passe). A ma connaissance, aucun d'entre-eux n'a invoqué la convention de Genève pour éviter l'incorporation.

Une grande majorité a regretté son incorporation de force -pour ceux qui étaient forcés- et parmi ces derniers quantité avaient des sentiments anti-allemands. Dans le lot il y a même eu le fils d'un juif de la Baltique (Roy Courlander) dont la raison de l'incorporation était la haine des soviétiques (des Russes) d'après le rapport du MI-5 (ce qui correspond à la DST en GB) ainsi qu'un membre du 3 Commando et un membre des SAS qui était déjà, du temps ou il servait au Moyen-Orient et au sein de l'armée britannique, considéré comme suspect par ses camarades.

L'unité en elle-même n'a jamais été entraînée au combat et il s'agissait bien plus d'un groupe destiné à la propagande qu'aux combats. Néanmoins certains ont combattu : Roy Courlander aurait participé à la bataille de Berlin ou il détruisit au moins un char soviétique, et d'après certains communiqués allemands, il fut question de 10 soldats du freikorps dans les lignes allemandes en mars 1945.

Cependant, au sein du Freikorps, il y eut un agent du Mi-9 (le service spécialisé d'évasion britannique) qui par effet ricochet informa le Mi-5, le sergeant John Brown. C'est en très grande partie grâce à ses efforts que les britanniques eurent connaissance de l'unité et purent également condamner après-guerre les incorporés -pour les plus extrémistes d'entre-eux-. Brown était lui-même un ancien membre de la British Union of Fascists, mais ses "faits d'arme" au sein du Freikorps lui valurent d'être décoré de la Distinguished Conduct Medal.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum