Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  lio le Jeu 28 Fév 2008, 4:29 pm

Superbe récit beret,en as tu d'autres a nous partager?
avatar
lio
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 724
Age : 24
Date d'inscription : 02/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Jeu 28 Fév 2008, 6:14 pm

Oui,il y aura la vie au contact de cette troupe du génie que je tenterai de décrire puis les aviateurs américains sur l'aerodrome de Dreux,comment l'un d'eux m'a fait faire un petit tour en thunderbolt,sur les pistes.......ET puis,il y aura un petit retour en arriére: les combats aeriens que j'ai vu...Les avions descendus......Les pilotes et aviateurs tués s'écrasant au sol en torches vivantes......Bref mon vécu.....

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  le serpent mexicain le Jeu 28 Fév 2008, 8:14 pm

Raconte on a soif de savoir !! pouce pouce
avatar
le serpent mexicain
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1823
Age : 27
Localisation : ds le maquis du gers
Date d'inscription : 27/08/2006

http://www.maquisard32.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  LeSieur le Jeu 28 Fév 2008, 9:59 pm

bon lien pour l'operation rutabaga
avatar
LeSieur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2598
Age : 23
Localisation : Trois-Rivieres, Canada
Date d'inscription : 13/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Ven 29 Fév 2008, 2:52 pm

La troupe du génie était commandée par un lieutenant.Les tentes avaient été dressées,une roulante alimentait les soldats.Les contacts entre mon pére et le lieutenant étaient bons,presque chaque soir ou le dimanche , j'accompagnais pour la visite,nous étions reçus sous la tente et on s'asseyait sur les lits de camp,mon pére parlant anglais et le lieutenant quelques mots de français,il était possible de tenir de petites conversations traitant des Etats-Unis ,de la région dont il était originaire,de la guerre ,des allemands et des armes aussi.....Bien sûr,mon pére aurait voulu obtenir une carabine (l'us m 1) ,l'américain ne disait pas non,mais en échange d'un fusil allemand,or quand les artilleurs allemands s'étaient enfuis,aprés le combat,beaucoup de matériel avait été abandonné,sauf les armes individuelles,dont aucune ,baîonnettes mises à part, n'avait été retrouvée.Mon pére ne pouvait offrir en échange qu'une baîonnette qui n'avait d'allemand ,d'ailleurs que la nationalité de son dernier possesseur.En réalité,il s'agissait d'une Lebel courte à poignée maillechort et sans quillon.En revanche,il avait été trouvé une MG 34,avec des tas de bandes pour l'alimenter,toutefois,mon pére avec un autre villageois n'avaient jamais été en mesure de la faire fonctionner.......peut-être qu'avant d'être abandonnée,une piéce en avait été retirée........Donc pour les échanges de souvenirs : rien.
Le lieutenant avait été sollicité pour de la nourriture,matiéres grasses en particulier,il expliqua qu'il n'avait pas autorité sur les stocks car le cuistot dépendait d'un autre que lui,cependant lui même en avait assez de manger ses conserves réchauffées,il offrit de payer en dollars : ma mére lui revendit un lapin et des tomates, payés 6 dollars (dans les reliques héritées de mes parents je les ai retrouvés 60 ans plus tard) peut-être nous avait-il été possible d'obtenir une boite de chili con carné,il me semble en avoir mangé pour la premiére fois à cette époque.
Un autre probléme titillait mon pére,la présence possible d'allemands dissimulés dans les bois ,en effet,le soir on voyait s'élever de la fumée ,au dessus de la cime des arbres,dans le lointain. Le lieutenant rechignait à y envoyer une patrouille pas son boulot disait-il ,enfin deux trois jeeps partirent,avec mon pére......Ils trouvérent des restes de repas et des cendres.....rien d'autre (il est vrai qu'avec le bruit des véhicules,on avait largement le temps de se planquer,surtout dans une forêt)........
On pouvait être à la fois séduit et interrogateur quant à l'attitude plutôt relax de ces hommes du génie...parfois c'était le lieutenant lui même qui devait monter la garde,la carabine sous le bras,il en profitait sans vergogne pour que se réglent quelques conflits entre les hommes,en sa présence....et,avec l'aide de deux paires de gants de boxe,se contentant d'arbitrer en séparant parfois les adversaires par quelques coups de crosse de son arme....Les tentes où se trouvaient les hommes étaient entourées de murets en ballots de paille et dans certaines,on pouvait voir quelques mitrailleuses Browning avec le gros refroidisseur à eau......
Paris venait d'étre libéré depuis quelques jours,notre lieutenant obtint une permission de 48 heures pour s'y rendre,quand il revint mon pére l'interrogea,lui demandant s'il avait aimé ,les monuments etc....il obtint comme réponse :" la ville est sale et partout régne une odeur de coît"

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Gardavous le Ven 29 Fév 2008, 6:25 pm

<<Un autre probléme titillait mon pére,la présence possible d'allemands dissimulés dans les bois ,en effet,le soir on voyait s'élever de la fumée ,au dessus de la cime des arbres,dans le lointain. Le lieutenant rechignait à y envoyer une patrouille pas son boulot disait-il ,enfin deux trois jeeps partirent,avec mon pére......Ils trouvérent des restes de repas et des cendres.....rien d'autre (il est vrai qu'avec le bruit des véhicules,on avait largement le temps de se planquer,surtout dans une forêt)........>>

Oui, dans la région de Versailles aussi, la rumeur publique faisait état de la présence de "snipers" (on n'utilisait pas le mot, on parlait plutôt de francs-tireurs) longtemps après la Libération.
On peut comprendre que des soldats allemands isolés aient espéré un retournement de situation plutôt que de se constituer prisonniers ?
Ou bien étaient-ce des collabos trop compromis ?

Gardavous
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Ven 29 Fév 2008, 6:52 pm

On parlait aussi de français collabos à l'époque mais,bon on n'a jamais eu de preuves formelles......Dans la région parisienne,je sais qu'il y a eu des gangs de déserteurs allemands qui se sont d'ailleurs alliés aprés quelques mois à des déserteurs américains jusqu'en 1945.Marc Hillel dans "vie et moeurs des GIs en Europe " évoque le problème,il me semble

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Dim 02 Mar 2008, 9:40 pm

Nous n' étions qu'à quelques kilométres de l'aérodrome de Dreux. Les allemands l'avaient abandonné sans en faire sauter les installations,autant qu'il m'en souvienne et l'US air force l'avait récupéré.Des pipers d'observation s'y trouvaient ainsi que des chasseurs bombardiers Thunderbolt. en passant le long de la route,on les voyait et,au tout début,tout le monde pouvait accéder au terrain et assister aux départs et rentrées de mission.Alors, j'y étais allé avec mon pére.Les Thunderbolts étaient d'un aluminium bleuté,en excellent état .Une large bande noire était peinte dans l'axe du capot moteur et les mécanos m'avaient permis et même aidé pour monter sur une aile pour voir l'intérieur du cockpit.
Pour un départ en mission ,le pilote arrivait en jeep,s'équipait,s'installait à bord,ajustait le serre-tête avec les lunettes,le moteur était ensuite démarré dans un vacarme assourdissant et deux mécanos s'allongeaient en bouts d'ailes,se maintenant aux bords d'attaque par les mains.A l'aide de petits gestes,ils guidaient le pilote ,je pense,puis, quand le pilote atteignait la piste principale pour décoller,et que l'appareil commençait à accélérer,ils lachaient tout et glissaient au sol,continuant à courir derriére l'avion pendant un temps. A cette époque ,je n'ai jamais vu de bombes sous les ailes.
Un jour,au lieu de me faire descendre avant un départ,l'un des mécaniciens,casquette de laine sur la tête me fit signe de rester,il s'installa aux commandes,me prit sur l'un de ses genoux dans le cockpit,le moteur fut démarré et il me fit faire un tour du taxi-way avec deux de ses copains en guides sur les ailes,puis l'avion revint à son emplacement et il me rendit à mon pére........inutile de décrire ma joie et mon enthousiasme......Bien sur ,mon seul rêve était de recommencer.Mais hélas,il fut bientôt interdit aux civils ordinaires de pénétrer sur le terrain,un poste de garde fut occupé en permanence.....Seules les grandes filles continuaient à être autorisées à rendre visite et passaient la garde sans probleme.Mon âme d'enfant s'interrogeait : pourquoi ?. Depuis,il y a longtemps que j'ai compris comment le prestige des vainqueurs, des dollars et la richesse matérielle étaient capables de faire voler bien haut dans le ciel les jupons des demoiselles......atteignaient-elles le 7iéme ciel???????? c'est une question à laquelle en tant qu'homme du commun,je n'ai jamais trouvé de réponse mort de rir gri mort de rir gri

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Vinz le Dim 02 Mar 2008, 10:43 pm

Major cowburn a écrit:Un jour,au lieu de me faire descendre avant un départ,l'un des mécaniciens,casquette de laine sur la tête me fit signe de rester,il s'installa aux commandes,me prit sur l'un de ses genoux dans le cockpit,le moteur fut démarré et il me fit faire un tour du taxi-way avec deux de ses copains en guides sur les ailes,puis l'avion revint à son emplacement et il me rendit à mon pére........inutile de décrire ma joie et mon enthousiasme......Bien sur ,mon seul rêve était de recommencer.Mais hélas,il fut bientôt interdit aux civils ordinaires de pénétrer sur le terrain,un poste de garde fut occupé en permanence.....

Quelle belle expérience que cela a du être pour toi pouce
avatar
Vinz
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 637
Age : 33
Localisation : Lille
Date d'inscription : 13/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Dim 02 Mar 2008, 10:53 pm

Oui,je revois encore les visages les uniformes les couleurs des choses sous ce soleil magnifique de fin aôut début septembre 1944,je revois encore cet avion,sa place vis à vis des batiments de l'entrée de l'aérodrome,j'ai l'impression que c'était hier.....Pour moi,comme la vie était belle. en ces journées......

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  LeSieur le Lun 03 Mar 2008, 2:59 pm

as-tu essayer de rechercher le nom de l'avion ou a qui il apartenait? ...
avatar
LeSieur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2598
Age : 23
Localisation : Trois-Rivieres, Canada
Date d'inscription : 13/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Lun 03 Mar 2008, 8:02 pm

Non,ce que je sais:un Republic P 47 Thunderbolt,j'ignore mais, aprés enquête,ça serait possible de connaître le wing :l'escadrille .Il me semble que dans le No de série,prés de la dérive il y avait les chiffres 2.....4.....7

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  LeSieur le Mer 05 Mar 2008, 6:21 pm

en recherchant sur google tu pourait même trouver le nom du pilote! pas compliquer tu recherche l'escadrille et après tu regarde les matricules des pilotes et puis tu risque de trouver
avatar
LeSieur
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2598
Age : 23
Localisation : Trois-Rivieres, Canada
Date d'inscription : 13/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Major cowburn le Ven 14 Mar 2008, 9:25 pm

Puis l'automne est arrivé,tous les FFI du coin ont été soit intégrés dans l'armée,soit démobilisés,mon pére est allé rendre dans une caserne à Dreux le peu de matériel récupéré:essentiellement une mitrailleuse MG 34, le groupe du génie américain a suivi ce que je pense être l'armée Patton et je suis resté seul avec ma mére car le pool des carburants à Paris avait rassemblé beaucoup de gens des pétroles pour gérer les quantités de carburant alloués par les alliés à la France,ainsi mon pére s'est retrouvé vers la fin septembre au siége : 6 Avenue Hoche, à Paris.Quelques temps plus tard nous allions tenter de le suivre mais en vain : les prix des loyers étaient exhorbitants pour des locaux vétustes et "qui faisaient honte à la France" selon les termes d'alors de ma mére.Enfin entre deux visites d'appartements j'allais m'amuser au parc Montceau où les"grands" de 8/10 ans pouvaient jouer à la libération avec des répliques de mitraillettes STEN,munies d'une sorte de petite manivelle qui lui faisait faire tactactac.......tactactactac.......,Il y avait une paire d'épaves de chars Panthers allemands qui avaient été ramenés sur l'esplanade des Invalides.Je me souviens encore de la premiére visite du musée que je fis avec ma mére.Accroché à une voute dans une salle,j'avais été impressionné par les deux ailes du biplan SPAD dit de Guynemer,moi qui connaissait bien les avions modernes et qui les avait vu de prés,j'avais du mal à comprendre que quand mon pére avait une quinzaine d'années,on pouvait utiliser des avions comme ceux là.............

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la route américaine vers Paris:15 Août 1944

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum