Le laboratoire des poisons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le laboratoire des poisons

Message  Ming le Ven 21 Mar 2008, 9:24 pm

Voici un livre très intéressant qui, bien qu'il ne concerne pas directement la 2GM, fait part d'une politique qui a directement influencée la conduite de la guerre à l'est.

Le laboratoire des poisons, d'Arkadi Vaksberg, ed. Folio (environ 8 euros)

Le communisme a été comme le nazisme un régime totalitaire qui n'a pas hésité à en venir aux pires extrémités pour parvenir à ses fins. Comparer les deux, ce serait un peu juger de la différence existant entre le diable et l'enfer.
Beaucoup de gens pensent que Staline est responsable de la déformation des idées communistes, lesquelles étaient humanistes avant lui. Ce serait faire une très grosse erreur.
La terreur a été lancée dès 1917 par Lénine. Si en apparence le letmotiv des communistes (encore appelés bolcheviks à l'époque) était "nous trouverons une autre voie" (sous-entendu une société plus juste, etc.) en réalité Lénine avait déjà organisé la police politique (Vétchéka, qui devint tchéka, puis Oguépéou, puis NKVD, puis KGB,...) et donné pour ordre : "supprimez toute personne qui s'oppose à nos idées, faîtes couler le sang, fusillez-les, pendez-les sur des cordes vermoulues".
La terreur alla jusqu'au point ou durant la guerre civile, les populations de certaines régions furent exécutées pour ne pas offrir un support aux russes blancs, les puits empoisonnés, les stocks de blé pillés... Parfois, 150 000 personnes furent éxecutées sur ordre de Lénine, sans réel motif.

L'avènement de Staline au pouvoir fit franchir un pas de plus dans l'horreur. Non content d'avoir liquidé tous les opposants qui lui barraient la route (Zinoviev, Kamenev et j'en passe) il instaura une politique d'assassinat en faisant d'abord supprimer les opposants (non seulement dans le parti, mais après tous ceux qu'il estimait comme douteux, pas totalement fiables, les ex membres des partis minoritaires de la révolution) puis les assassins qui avaient exécutés ces opposants afin de ne pas laisser de traces.
Toutes les techniques furent employées : de l'empoisonnement classique (dose de curare) à l'empoisonnement "hospitalier" (on faisait venir la victime à l'hôpital sous prétexte d'une opération et le malheureux ne se réveillait jamais), jusqu'au denrées empoisonnées (croissants à la tuberculine, inoculations de virus mortels et j'en passe), en passant par l'assassinat classique avec armes à feu, jusqu'aux coups de marteau sur les boîtes craniennes. Sans aucun scrupule, ni aucun remord.
Sous Staline, les différents fonctionnaires du parti ou de la police politique devinrent tellement paranoïaques que certains d'entre-eux allèrent jusqu'à supprimer leur femme sur fausse accusation d'espionnage, assassiner une chanteuse pour pouvoir loger dans son appartement une maîtresse ou même pour simplement bénéficier d'une promotion. C'en était à un tel point qu'un colonel du Guépéou avait le droit de vie ou de mort sur le plus simple citoyen, pouvait le faire assassiner sans justifier d'une accusation et encore moins d'un procès. Que l'on soit membre du parti, militaire ou quoi que ce soit d'autre, on pouvait du jour au lendemain disparaître sans laisser de traces et voir sa famille se faire fusiller.

Sous Lénine, un laboratoire spécial fut créé, dans lequel des scientifiques parmi lesquels des toxicologues développèrent des poisons indétectables, ne laissant pas de traces sur un cadavre et dont les symptomes pouvaient être interprétés de différentes manières. Ce qui compliquait le travail des médecins, quand ces derniers n'étaient pas de mêche avec les assassins. C'est ainsi que la femme de Lénine mourrut. A 70 ans, elle refusait déjà depuis quelques temps de prendre les comprimés que ses médecins lui donnaient car elle savait que beaucoup trop de gens avaient été retrouvés morts dans des circonstances étranges. Arrêts cardiaques à 40 ans, subites crises d'appendicite qui dégénèrent en péritonite aigue suivie de mort, etc. Elle n'échappa pas à la rancune de Staline qui l'empoisonna via le bras de sa police politique. Puis, comme beaucoup d'autres, elle fut supprimée de tous les manuels d'histoire, rabaissée, oubliée.

D'autres encore furent enlevés (cas de quelques russes blancs) alors qu'ils avaient trouvé refuge en France et étaient devenus citoyens français, emmenés de force jusqu'à la prison de la Loubianka (immeuble du Guépéou-Nkvd-KGB et aujourd'hui FSB) furent accusés injustement, durent signer des actes de confession obtenus par la torture, avant de se voir tués d'une balle dans la nuque et de finir dans un des fours crématoires au sous-sol de l'immeuble. Le Goulag était par opposition le "meilleur" destin qui puisse arriver aux prisonniers, mais 99% des gens qui échouèrent entre les mains de cette équipe le payèrent de leur vie.

Le lien avec la 2GM se situe au niveau des grandes purges de 1937 ou Staline supprima une grande partie de son état-major militaire. Ne restèrent que deux ou trois maréchaux sans grandes compétences , ce qui coûta très cher à l'Armée rouge en juin 1941. On pourrait croire que durant la guerre la cellule empoisonnement-terreur ralentissa ses activités, mais il n'en fut rien. Les assassins furent chargés d'éxecuter tout officier, membre de la Werhmacht, SS, Gestapo et j'en passe à l'arrière... comme de reste les éventuels "opposants" ou agents qui avaient participé à telle ou telle opération et qui en savaient trop.

Le laboratoire quant à lui n'a jamais cessé ses activités, bien que la Russie ne soit plus communiste. Depuis Lénine, il a été successivement rebaptisé une bonne dizaine de fois au moins, et récemment c'est d'ailleurs dans ce laboratoire qu'a été trouvé le poison pour Ioutchenko, le président ukrainien défiguré. Plus récemment l'empoisonnement au polonium qui a defrayé la chronique l'année dernière y a également été conçu.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le laboratoire des poisons

Message  Invité le Ven 21 Mar 2008, 10:52 pm

Livre très intéressant (cours vers la librairie la plus proche!). Pour ce qui est de Lenine, je pense malgré tout qu'il avait plus de conviction que Staline (ce qui n'est pas bien difficile me direz-vous...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le laboratoire des poisons

Message  Ming le Ven 21 Mar 2008, 11:45 pm

Ca dépend comment est-ce qu'on considère les choses. Staline était un paranoïaque au dernier degré et un très grand rancunier, qui avait l'habitude de dire "quand il n'y a plus d'homme(s) il n'y a plus de problème(s)" (sous-entendu tuez les tous, ça sera réglé).
Lénine quant à lui souffrait de troubles mentaux, pas au sens de la folie directe, mais certains spécialistes pensent que les dommages qu'il a subi au cerveau ne sont pas étrangers aux tueries qu'il a entreprises ou commandées, ordonnées.

Quant à la conviction... En fait je serai tenté de te dire que le plus grand cadeau empoisonné qu'on fait les allemands en 1917 aux russes, ça a été de payer, oui de payer, le retour de Lénine en Russie. Tout simplement parce qu'ils savaient que Lénine était pour la paix, non pas pour des raisons humanistes mais parce qu'il savait que la guerre l'empêcherait de faire tomber le régime, qu'il soit tsariste ou temporaire (cette période ou les bolcheviks n'ont pas eu immédiatement les pleins pouvoirs).
La conviction des communistes, et elle a d'ailleurs toujours été plus ou moins similaire quelle que soit le pays dans lequel ça s'est manifesté, c'est qu'il était nécessaire de tuer (et de déporter, d'emprisonner arbitrairement) pour faire la révolution. Ca c'est passé comme ça en Russie, au Cambodge, au Vietnam et j'en passe. L'excuse toute prête a toujours été de dire que la révolution française avait entraîné la terreur et que sans terreur on ne peut pas changer la société (je simplifie la dialectique et les propos).

C'est en quelque sorte une déformation extrème d'une maxime "pour être belle il faut souffrir". Eh bien dans le cas présent ça serait plutôt "pour avoir une société plus juste, il est nécessaire de tuer, de tuer et de tuer encore".
D'autre part, c'est également Lénine qui est l'origine du Goulag -sous les tsars, il y avait la relégation en Sibérie mais on n'allait pas jusqu'à tuer les prisonniers au travail comme ça s'est fait dans les camps de concentration allemands ou dans les Goulags-. Le premier de ces camps communistes a été établi dans l'archipel des Solovki, dans un ancien monastère du XVeme siècle ou on a tué, fusillé, pendu tout ce qui était "bourgeois", officier de l'armée du Tsar, religieux jusqu'au simple quidam.
Alors conviction... Beaucoup ont cru que les communistes allaient apporter une vie, une société différente. Des intellectuels aussi comme Gorki (mort dans des circonstances TRES bizarres), des peintres (qui ont rapidement compris leur douleur quand on leur a dit que leur peinture était petite bourgeoise et qu'ils allaient être rééduqués par le travail...) etc., etc.
C'est sans compter sur les famines, l'instauration d'une politique économique qui a mené le pays dans le mur et qui a obligé à un retour temporaire à une économie de marché (la NEP). Convaincant oui, mais combien de temps et jusqu'à quel point, c'est toute la question je crois!

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le laboratoire des poisons

Message  Invité le Sam 22 Mar 2008, 1:31 am

Attention, je ne soutiens pas Lénine, et je ne le considère pas comme un "vrai" communiste, je pense juste qu'il était moins pourri que Staline. Ensuite, le communisme (et le marxisme, puisque c'est ce terme que tu employes) ne s'est jamais manifesté que dans des ouvrages théoriques ou dans des discours (stimulés par de réelles convictions ou non) mais que personne ne l'a jamais vraiment appliqué... Je ne défends donc pas Lénine ni quelconque régime communiste que ce soit (je trouve d'ailleurs dégoutant qu'ils bénéficient d'une aura bienfaisante grâce à la victoire Russe de la seconde guerre mondiale et à la propagande de la guerre froide, pour moi, ce sont des régimes aussi abjects que n'importe quel fascisme... enfin bon, je ne vais pas révéler le fond de ma pensée sur ce propos, cela risquerait de susciter la polémique)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le laboratoire des poisons

Message  Ming le Sam 22 Mar 2008, 1:44 am

C'est justement là que se situe le problème, c'est que selon les marxistes communistes, le vrai communisme n'a jamais été appliqué. Pourtant si tu écoutes ne serait-ce que le fils de Krouchtchev, Sergeï (qui enseigne dans une université américaine je crois), les bolcheviks ont appliqué la théorie telle qu'elle est présentée dans les différentes publications, dont celles de Marx et Engels.
C'est aussi ce qu'en disent plusieurs ex directeurs du KGB qui déclarent tout de go que Lénine était le plus qualifié, le plus pur des communistes etc.
D'autre part dans la théorie communiste type, le communisme n'est qu'un palier pour arriver au socialisme et par extension à ce que les soviétiques nommaient l'homme nouveau (deux fois les russes ont subi le programme, une première fois sous Staline, la deuxième sous Brejnev).
Mais au delà de tout ça je serai tenté de te dire qu'avec plus de 10 millions de morts, je pense que question essais ou tentatives ça permet de se rendre compte que ça a été non seulement un échec, mais un mal total au dernier degré.
Cela dit tu peux polémiquer mais d'une manière intelligente, les discussions passionnées sont toujours intéressantes.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le laboratoire des poisons

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum