Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Message  roger15 le Ven 09 Mai 2008, 10:47 am

Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Bonjour à toutes, et bonjour à tous, Smile

Je crois comprendre que sur ce forum de la Seconde guerre mondiale, la plupart des Internautes sont assez jeunes et s'intéressent davantage (c'est normal vu leur jeune âge) aux exploits des unités aéroportées anglo-américaines, aux exploits des commandos alliés, et aux faits d'armes des Maquisards. Mais, il ne faut jamais oublier qu'en France, une fois les Commandos ou les Maquisards repartis la population se retrouvait face aux troupes allemandes d'occupation. Et souvent, les autorités d'occupation envoyaient des régiments SS dans les villes où avaient eu lieu un coup de main pour "reprendre en main" les populations françaises...

Je pense notamment au raid des Commandos britanniques sur l'écluse de Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) les 27 et 28 mars 1942, l'opération "Chariot" (voir : http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Histoire/His0013-RaidStNazaire.html ). Suite au succès de ce coup de main de leurs commandos la presse britannique avait raconté que la population de Saint-Nazaire avait accueilli les Commandos britanniques à bras ouverts. En apprenant cela le commandant des troupes allemandes de ce secteur voulait faire une grosse opération de représailles contre la population. Il a fallu beaucoup de persuasion de la part du sous-préfet de Saint-Nazaire, Bernard Lecornu, pour le convaincre que la presse britannique avait énormément déformé l'attitude de la population, qui était dans l'ensemble restée prudente…

Lorsque les éditions France-Empire ont fait paraître en 1997 une réédition du livre de Bernard Lecornu Un préfet sous l'occupation allemande (dont la première édition datait de 1984), j'ai été emballé par les souvenirs extraordinaires de ce haut fonctionnaire français sous l'occupation. Il avait occupé notamment deux postes stratégiques : sous-préfet à Saint-Nazaire et puis préfet de la Corrèze.

Bernard Lecornu était ainsi le sous-préfet en poste à Saint-Nazaire qui a dû gérer la triste histoire des 27 fusillés de Châteaubriant, le 22 octobre 1941, dont le célèbre Guy Môquet, exécuté à l'âge de 17 ans…
Voir ce qu'en dit Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Repr%C3%A9sailles_apr%C3%A8s_la_mort_de_Karl_Hotz

Sur le lien http://guymoquet.lcpan.fr/qui_fut_guy_moquet.php on peut lire ceci :
« Extraits du livre "Un sous préfet sous l'occupation Allemande" de Bernard Lecornu.
[...] Le lendemain matin, je me rendais chez le "Kreiskommandant" pour régler avec lui les obsèques et récupérer les lettres et objets personnels. C'est de sa bouche que j'eus le premier récit de l'exécution. Une fois rassemblés dans les camions, ils ont chanté La Marseillaise pendant tout le trajet ils n'ont cessé de chanter l'Internationale, le Chant du départ.
Les camions militaires s'arrêtèrent devant la ferme de la Carrière. Quand on a appelé les 9 premiers otages, ils ont refusé qu'on leur bande les yeux et se sont placés d'eux-mêmes devant les poteaux. Devant chaque salve, ils criaient "Vive la France". Les 18 autres ne pouvaient voir ce qui se passait, mais ils entendaient. Lorsque leur tour vint, ils adoptèrent la même attitude que leurs camarades.Certains chroniqueurs emportés par leur plume ayant écrit que Guy s'était évanoui à l'appel de son nom, je puis leur affirmer que les récits qui m'avaient été faits quelques instants après la tragédie, démentaient cette version des faits. Guy était allé au supplice au même titre avec le même courage que ses amis.Au camp régnait un calme religieux. Chacun faisait preuve d'une maîtrise et d'un courage. Le lieutenant Moreau, directeur du camp confirma le récit du "Kristukat". Les condamnés étaient partis en chantant, tandis que les politiques enfermés dans leurs baraques scandaient : "Nous les vengerons". »

Bernard Lecornu était le français le mieux informé sur le coup de main des commandos britanniques les 27 et 28 mars 1942 (l'opération "Chariot"), voir également ce qu'en dit Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Chariot ).

Bernard Lecornu fut ensuite nommé préfet de la Corrèze à Tulle. Il y était lors de la Libération. Il fut donc un témoin direct de l'épisode sinistre des "99 pendus de Tulle" le 8 juin 1944 par les SS de la fameuse division "Das Reich" (la veille de leur plus odieuse opération, le massacre de la population d'Oradour-sur-Glane, en Haute-Vienne, le 9 juin 1944), lorsque la préfecture de la Corrèze, imprudemment libérée trop tôt par le Maquis, a été immédiatement réoccupée par les SS de la Division "Das Reich".
Voir ce qu'en dit Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Tulle

Le livre de Bernard Lecornu est extraordinaire car il a été le témoin d'événements hors du commun dans la France occupée. Malheureusement, ce livre est enfoui quelque part dans les cartons de déménagement dans ma cave que je n'ai pas encore ouverts depuis mon déménagement de la région parisienne vers le Cantal. Dès que j'aurai remis la main dessus, je vous en indiquerais des passages, c'est passionnant à lire !…

D'autres Internautes de ce forum de la Seconde guerre mondiale l'ont-ils lu eux-aussi ? Qu'en ont-ils pensé ?

Trois autres passages avaient particulièrement retenu mon attention :
* sa rencontre, quand il était préfet de Corrèze, avec Pierre Laval à Vichy ;
* l'épisode où il raconte, alors qu'il était sous-préfet de Saint-Nazaire, qu'il avait dû partir de nuit de sa sous-préfecture voir les conséquences d'un bombardement allié. Lorsqu'il était sur le chemin du retour vers sa sous-préfecture un pneu de sa voiture crève et l'oblige à s'arrêter pour réparer, ce qui lui fait perdre un bon quart d'heure. Alors qu'il arrive près de Saint-Nazaire, un deuxième bombardement a lieu. Lorsqu'il arrive à la sous-préfecture il constate qu'une bombe a touché l'endroit précis où était son bureau !… Sans cette crevaison miraculeuse il aurait perdu la vie…
* enfin, il raconte comment il a été arrêté dans le bureau du Ministère de l'Intérieur place Beauvau à Paris après la Libération et accusé de "collaboration". On l'a même accusé d'avoir ordonné l'exécution des 27 fusillés de Châteaubriant !… Il fut incarcéré à la prison de Fresnes
pendant cinq mois à Fresnes avec les détenus accusés d'avoir collaboré. Fort heureusement il a ensuite été libéré, réintégré dans ses fonctions de préfet et décoré de la médaille de la Résistance avec rosette.

Dans ce livre, on y apprend en outre que Bernard Lecornu fut révoqué par le Chef de la Milice Joseph Darnand et ensuite recherché par la Gestapo. Bernard Lecornu a réussi à traverser les lignes de front dès les premiers jours du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie et a participé, dans la tête de pont de Bayeux (Calvados), à la mise en place des premiers éléments de l'administration gaulliste des territoires français libérés.

Vous voyez donc qu'il a bien eu une existence hors du commun !…

Vivement que je remette la main sur ce livre pour vous en faire profiter.

Roger le Cantalien. Rolling Eyes
avatar
roger15
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 288
Age : 67
Localisation : Maurs-la-Jolie (Sud-Ouest du Cantal)
Date d'inscription : 04/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Message  ludovic le Ven 16 Jan 2009, 8:19 pm

bonjour,
je suis surpris et je vous remercie de l'avis sur le livre : un sous préfet sous l'occupation allemande.

Bernard Lecornu était mon grand père je pensais que son livre n'était lu que dans le cercle familial.
L Lecornu

ludovic
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 1
Age : 50
Localisation : caen
Date d'inscription : 16/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Message  Die korsischen Panzer le Lun 19 Jan 2009, 3:47 pm

Salut!

Voici un fil fort intéréssant! Merci Roger15.

Ludovic,

Pourrais tu aller faire un saut sur le forum "Présentation" en vu de te présenter?! Cela nous permet de faire plus ample connaissances!
Voici le lien => Forum Présentation.


Merci, DKP

_________________
"A Munich, nous avions le choix entre la honte et la guerre, nous avons choisi la honte et nous allons avoir la guerre."
W. Churchill

=> /!\ Reglement du Forum. /!\

=> /!\ Charte du Forum Achats Ventes. /!\
avatar
Die korsischen Panzer
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 865
Localisation : par là..
Date d'inscription : 17/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Lecornu, un préfet hors du commun.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum