L'infanterie française et l'infanterie italienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Catalina le Mar 13 Mai 2008, 12:08 pm

Avant d'attaquer l'organisation des divisions d'infanterie dans les pays neutres et les bélligérants "mineurs", je vais faire un rapide topo sur les divisions d'infanterie françaises et italiennes.

Concernant l'infanterie française de 1939-1940 je ne peux que conseiller d'aller jeter un coup d'oeil sur l'excellent site somuesque : http://www.atf40.fr/

De son évolution entre l'attaque allemande et la reprise des combats aprés l'opération Torch, l'on peut retenir que les Divisions Légéres d'Infanterie formées ou remodelées à partir du 27 mai 1940 le sont sur un type binaire avec deux régiments d'infanterie, un régiment d'artillerie à deux groupes de 75 mm et un groupe de reconnaissance.

Après l'armistice, l'armée française en Métropole est réduite à 100 000 hommes. Les chars, l'artillerie d'un calibre supérieur à 75 mm, les gaz et équipements de protection contre les gaz, les canons antichars, etc.. sont proscrits.

La division d'infanterie comprend désormais trois régiments d'infanterie à trois bataillons, une compagnie de pionniers, un régiment d'artillerie à trois groupes de 12 canons de 75 mm, un groupe de reconnaissance, deux compagnies de sapeurs, deux compagnies de transmissions, deux compagnies de transport, un groupe sanitaire et un groupe d'exploitation.

Les bataillons d'infanteries sont à quatre compagnies mixtes chacune à quatre sections avec trois groupes de combat et un groupe de deux mitrailleuses par section. La section de commandement de la compagnie fournit les appuis avec 3 mortiers de 81 mm et 3 mortiers de 60 mm par compagnie de fusiliers. La dotation en armes automatiques est énorme puisque chaque groupe de combat a deux FM et trois manchons lance-grenades + six pistolets-mitrailleurs par section!!

Le groupe de reconnaissance comprend désormais deux escadrons montés, un escadron de 8 AMD, dont le canon a été remplacé par une seconde mitrailleuse, et trois escadrons motocyclistes avec 15 mitrailleuses et 10 mortiers de 81 mm.

En dehors de la Métropole, l'infanterie française est organisée sur le modèle d'avant guerre avec une moindre dotation d'armes modernes. En AFN, 120 000 hommes sont autorisés avec 120 automitrailleuses et 102 chars. En AOF les effectifs sont de 66 000 hommes en octobre 1941, il y en a 9 500 à Madagascar, 38 000 au Levant avec 90 chars et 100 automitrailleuses. Les effectifs en Indochine restent pratiquement les mêmes qu'avant l'armistice. Un grand nombre d'armes sont dissimulées aux commissions d'armistice mais, en dehors de la métropole, les lances grenades et les FM restent rares.

Fin 1942 l'armée d'afrique reprend le combat aux côtés des alliés. En dehors des deux divisions FFL formées sur le modèle britannique, les neuf divisions d'infanterie initialement prévues doivent être organisées sur le modèle américain. Les français demandent cependant, sans les obtenir, un beaucoup plus grand nombre d'armesautomatique (2 FM par groupes comme dans l'armée d'armistice de Métropole). Les britanniques insistant pour récupérer l'armement fourni pour armer les deux divisions FFL, ces derniéres doivent également être mises sur le modèle américain. Les besoins en logistique du "modèle américain" et des dissenssions dans le commandement français font que plusieurs divisions d'infanterie nouvellement formées (comme les 6e et 8e DIA ou la 10e DIC) devront être dissoutes, leurs personnels et équipements servant à renforcer les autres divisions et la réserve générale. Les divisions françaises se distinguent des divisions américaines sur plusieurs points comme l'attachement permanent d'un bataillon de chars et d'un groupe de DCA ou la présence d'un régiment de reconnaissance contre un seul escadron dans l'armée américaine.

La division d'infanterie italienne est sur un type binaire avec deux régiments d'infanterie à trois bataillons + une compagnie de six mortiers de 81 mm et une compagnie de huit canons de 65 mm par régiment. Le régiment d'artillerie est à un groupe de canons de 75 mm, un groupe d'obusiers de 75 mm, un groupe d'obusiers de 100 mm et une batterie de DCA à 8 canons de 20 mm. Elle passe cependant sur le modèle ternaire si l'on tient compte du fait qu'un régiment à deux bataillons de chemises noires (+ une compagnie d'armes lourdes à 12 mitrailleuses et 18 mortiers de 45 mm) est rattaché à chaque division d'infanterie. Les mortiers de 81 mm sont regroupés dans un bataillon divisionnaire à trois batteries de 6 mortiers. la division comprend également un bataillon du génie et une compagnie antichar à 8 canons de 47 mm. Chaque bataillon d'infanterie est organisé en trois compagnies de fusiliers (12 FM par compagnie) et une compagnie d'armes lourdes (8 mitrailleuses et 18 mortiers de 45 mm). Les bataillons de chemises noires sont à trois compagnies de fusiliers avec 8 FM par compagnie.

En Afrique du Nord, les divisions d'infanterie n'ont pas de régiment de chemises noires et sont partiellement motorisées. La dotation en DCA est doublée, chacun des deux régiments d'infanterie dispose de six mortiers de 81 mm et quatre canons de 65 mm mais il n'y a pas de bataillon de mortiers divisionnaire, ce dernier est remplacé par un bataillon de mitrailleuses. L'artillerie est à deux groupes de canons de 75 mm et un groupe d'obusiers de 100 mm. En outre, chaque division du type "Afrique Septentrionale" dispose d'un bataillon d'infanterie motorisée de réserve et d'un bataillon de chars légers L3.

Les divisions d'infanterie de métropole voient une modification de leur dotation en mortiers de 81 mm en 1941, le bataillon divisionnaire passant à deux batteries. le génie est réduit à une compagnie de pionniers.

En afrique du nord, la division d'infanterie est réorganisée le 23 octobre 1942. Elle comprend toujours deux régiments d'infanterie à trois bataillons + une compagnie de 9 mortiers de 81 mm. Chaque bataillon est désormais à quatre compagnies avec, pour chacune, 6 FM, 3 mitrailleuses, 3 canons antichars de 47 mm et 3 canons antiaériens de 20 mm. le régiment d'artillerie est désormais à deux groupes de 12 canons de 75 mm, deux groupes de 12 obusiers de 100 mm, un groupe de 12 canons antiaérien (et antichar) de 88/90 mm et deux batteries antiaériennes de 8 canons de 20 mm.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Invité le Mar 13 Mai 2008, 1:21 pm

Et on s'étonne que les soldats italiens n'étaient "pas combatifs" ! Il faut en avoir pour oser se battre avec du matériel pareil ! des canons de 65......pas d'artillerie divisionnaires, ridicule !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Catalina le Mar 13 Mai 2008, 2:49 pm

Jean-Louis a écrit:Et on s'étonne que les soldats italiens n'étaient "pas combatifs" ! Il faut en avoir pour oser se battre avec du matériel pareil ! des canons de 65......pas d'artillerie divisionnaires, ridicule !

Il y avait de l'artillerie divisionnaire!! Deux groupes de 75 et un groupe de 100 soit 36 piéces, même s'il est clair que c'est moins que les 72 canons de 25 livres d'une division britannique ou les 36 105 mm et 12 155 mm d'une division américaine. Les divisions italiennes de 1942 en Afrique du Nord avaient même plus d'artilerie qu'une division soviétique de la même époque!!

Quand aux canons de 65 mm, ils servaient à l'appui direct comme les canons d'infanterie allemands de 75 et 150 mm, les canons d'infanterie japonais de 70 mm ou les 105 mm régimentaires américains.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Invité le Mar 13 Mai 2008, 3:45 pm

Certes, mais la divisions soviétiques à évolué constament, les divisions italiennes ont très vite vu leurs matériels devenir obsolète, quand tu vois les "formidables" chars M13/40, de vrais cercueils sur chenilles. Mais alors, comment expliquer la défaite que les italiens ont subit en Afrique du nord ? Avant que Rommel ne s'amène avec son Afrikakorps, bien sur. Un commandement incapable ? De plus, ils étaient plus nombreux que les divisions anglaises de la VIIIème armée. En 1940-41, je parle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Catalina le Mar 13 Mai 2008, 4:45 pm

Mais alors, comment expliquer la défaite que les italiens ont subit en Afrique du nord ?

Supériorité britannique en chars, artillerie et aviation... Aprés l'armistice français, les Italiens ont une supériorité numérique de 5:1 face aux britanniques en Afrique du Nord. Mais ils n'alignent que 339 chenillettes L3 (difficile de les considérer comme des chars légers mort de rir gri ), 8 Fiat 3000 (une copie du FT français) et 7 automitrailleuses face aux 134 Light Tank Mk VI, 114 Cruiser Tank Mk II et 38 automitrailleuses britanniques. Les 70 M11/39 transférés en Afrique du Nord au cours de l'été ne suffisent pas à rééquilibrer la balance ces chars étant trés inférieurs aux Cruisers britanniques et, à fortiori, aux 50 Matilda II reçus par les britanniques avec une centaine d'autres chars avant la fin de 1940. Au cours de l'opération Compass les britanniques ont 495 blindés contre 275 pour les Italiens (les premiers M13/40 arrivés en Libye ne sont pas encore opérationnels). Ce qui explique l'échec italien face aux britanniques en Egypte n'est pas l'infériorité supposée de l'infanterie italienne qui, bien que sous-équipée, se battra trés bien. L'étirement des lignes de communication et l'arrivée du DAK en février 1941 permettant de stopper puis de repousser les chars britanniques.

En Afrique Orientale où les combats furent essentiellement le fait de l'infanterie les Italiens vont conquérir sans aide extérieure le Somaliland britannique et sérieusement menacer le Soudan.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Invité le Mar 13 Mai 2008, 5:24 pm

C'est sur que contre un Matilda, les Fiat 3000 ne valaient pas un clou !
C'est un évènement récurant sur le front d'Afrique ce Yo-Yo continuel entre forces de l'Axe et britanniques !
L'erreur, ce fût de ne pas prendre Malte, d'ou était intercepté une grande partie du ravitaillement allemand et italien.
Tant mieux pour nous ! mort de rir gri

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Goliath le Mar 13 Mai 2008, 5:43 pm

Les M13/40 étaient sensiblement égaux aux Panzers III à 50 mm court (fin de production de ausf F à mi-production de ausf J), et des autres chars moyens britanniques.
C'est seulement qu'à partir de début 1942, avec les Crusader, Valentine, Shermans, Lee ... que le M13 et M14 deviennent obsolètes.
Les Semoventi dérivés sont de très bonne qualité avec une puissance de feu capable de faire taire n'importe quel char allié.
Même les allemands les utilisèrent !
Bon, c'est clair que le M11/39 (périmé dès sa sortie : 37 mm en casemate insuffisant, blindage très faible ...), Fiat 3000 et chenillettes L3 ne pouvaient pas grand chose face aux Mathildas MK II, mais on a trop tendance à mettre tout le matos italien dans la catégorie "gros caca" alors que ce n'est pas le cas !
Le L6 Italien valait largement un Panzer I, les Auto-blindées étaient de bonne qualité, et le M13 était convenable dans son rôle de char standard moyen jusqu'en début 1942. Avant El-Alamein, les italiens allignent quand même 195 M13, soit autant que les "Spezials" allemands (Panzer IV ausf F2 et Panzer III ausf L/M).

Autrement très intéressant, merci Catalina ! beret
avatar
Goliath
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2830
Age : 24
Localisation : Autriche-France (95)
Date d'inscription : 20/10/2007

http://sturmovik.histoquiz-contemporain.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'infanterie française et l'infanterie italienne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum