Nostalgie, quand tu nous tiens...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  riderdigeste le Mer 04 Juin 2008, 12:16 pm

La caserne où j'ai effectué les 10 mois (qui suivaient les 2 premiers de l'instruction basique que l'on faisait dans divers centres de formation) était située à Charleroi (B) sur les hauteurs de la ville, Les gens de là bas disent encore: "ville haute et ville basse". Dire que la caserne était belle serait très exagéré, en réalité elle avait déjà servi aux artilleurs. Mais dans l'ensemble elle fut relativement bien réaménagée. Par contre la bouffe était infâme, du moins dans l'exercice 60/61 qui fut le mien. Même les vermines fuyaient les fûts-poubelles où finissait l'essentiel des assiettes, c'est peu dire! Vous me direz qu'on ne 'faisait' pas son service militaire pour apprécier la gastronomie mais, à ce point là, c'est de l'ascétisme, et 1 an à ce régime maigre, j'ai bien...maigri. On prétendait qu'une bonne partie des fournitures finissaient ailleurs, dans le civil. Mauvaises langues sans doute, encore qu'il y eut du remue-ménage et même enquête; quant à dire que ce fut bénéfique pour la troupe et que des têtes traficantes tombèrent...c'est une autre illusion!

Quelques années plus tard, en 1976, Le 2e Bataillon de Chasseurs à pieds émigra en Allemagne, à Siegen.
Je ne résiste pas à dire que 20 ans après moi, mon fils aîné y fut appelé à son tour pour y effectuer son service de 8 mois. Marrant non ? mais lui a eu ce qu'on nomme la 'planque' au mess de sous-off's (lol)
Aujourd'hui les bâtiments servent à diverses activités communales ou privées, dont un musée m'a-t-on dit. Qu'y faisais-je ? Opérateur de transmissions sur poste embarqué -habituellement ANGRC- des surplus récupérés des américains ou anglais, je sais plus trop; je ne me débrouillais pas trop mal en morse mais le plus courant était la phonie. L'armée belge a toujours tiré le diable par la queue, sauf unités d'élite (commandos, etc) jusqu'à ce qu'elle devienne pro, mais je ne jurerais pas de son retard récurrent, encore et toujours actuel ?! On a la défense qu'on mérite, mais mon opinion -toute personnelle- est que si on fait quelque chose, si on s'investit dans une voie, autant le faire complètement et bien.
Je n'ai pas l'impression que c'est ce que font nos ministres successifs qui doivent se démener pour ne pas voir rogner le toujours plus maigre budget. Qu'on ait alors la franchise, l'honnêteté intellectuelle et pratique, de confier notre intégrité territoriale entièrement à l'OTAN ou à nos voisins, ce serait sans doute plus efficace, en tout cas plus dissuasif.



Voici l'origine de la devise du bataillon: 'Tresignies, nous te suivons' que vous pouvez apercevoir sur l'insigne de béret (brun le béret) qui était fixé sur un carré de feutre ou de plastique vert. Je n'ai plus trouvé l'écusson d'épaule mais lui était chouette: rouge vif, avec son St Michel doré terrassant le dragon. Je portais un losange vert juste en dessous, côté gauche, témoignant de mes attributions radio.

La Grande Histoire et son fait d'armes:
Une croix modeste, à Eppeghem, avec un nom, une date: c'est la tombe d'un des plus nobles héros de l'armée belge, le caporal Tresignies.
Sa mort remonte aux sombres jours de 1914; on voyait encore fumer les décombres de Louvain, l'exode lamentable des réfugiés encombrait les routes. L'ennemi marchait « nach Paris » et tendait, devant l'armée belge repliée sur le réduit national d'Anvers, un rideau de troupes formé par deux corps d'armée; les Allemands se déployaient sur la ligne Merchtem-Wolverthem - Humbeek - Eppeghem - Hofstade - Haecht-Wijgmael - Kessel-Loo, entre Malines, d'une part, Bruxelles et Louvain, d'autre part. Le 2e chasseurs à pied, dont faisait partie Tresignies, fit le coup de feu à Eppeghem; le IIIe bataillon, celui de l'héroïque caporal, montait la garde sur la rive gauche du canal, au hameau dit Pont-Brûlé. C'est l'heure glorieuse, mais tragique, de la première sortie d'Anvers. A l'aube du 26 août 1914, la compagnie du caporal Tresignies reçoit l'ordre d'envoyer un peloton sur la rive droite du canal de Willebroeck. Les Allemands sont déployés en face, ils tiennent sous leur feu le pont, unique passage d'une rive à l'autre, et le pont a été a moitié levé par eux. Spontanément, le caporal Tresignies s'offre à son commandant, le capitaine Hellin, pour aller manoeuvrer le pont-bascule. Calme, mais résolu, le vaillant chasseur se débarrasse de son shako, de son sac, de sa capote, griffonne un mot sur un bout de papier qu'il remet à son sergent en lui disant: « C'est pour les miens, si je ne reviens pas. »
Et il s'en va, plonge, atteint l'autre rive à la nage.Ses camarades, qui le suivent anxieusement des yeux, le voient s'atteler à la manoeuvre, mais le pont se relève au lieu de retomber. « Dans l'autre sens », lui crient les chasseurs restés dans la tranchée.
Et il se met à tourner dans l'autre sens, mais les cris ont donné l'éveil aux Allemands; fusils et mitrailleuses font pleuvoir les balles sur l'héroïque chasseur, qui tombe mortellement frappé.
Pour cet acte de courage, pour ce sacrifice de sa vie, le caporal Tresignies fut cité à l'ordre du jour de l'armée le 15 septembre 1914. Un monument digne de son bel héroïsme sera prochainement édifié sur la rive du canal.
Pierre-Joseph Tresignies naquit à Bierghes, entre Enghien et Hal, le 26 mars 1886. Le tirage au sort en fit un soldat, et c'est au 2e chasseurs à pied, en garnison à Mons, qu'il revêtit l'uniforme et fit l'apprentissage des armes.
En souvenir de cette glorieuse recrue, la caserne des chasseurs à pied, à Mons, s'appellera désormais Caserne Tresignies. Plus tard,après l'autre guerre, elle fut transférée à Charleroi.

Au moment de la mobilisation, Pierre-Joseph Tresignies, ouvrier au chemin de fer, habitait, avec sa femme et son jeune enfant, rue du Dries, n°5, à Forest-lez-Bruxelles.

Un souvenir entr'ouvert, c'est un passé qu'on revit. Sans lui nous ne sommes
que des noms, pas une existence.
avatar
riderdigeste
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 617
Localisation : Le Plat pays (BW)
Date d'inscription : 31/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Invité le Mer 04 Juin 2008, 12:29 pm

Je connaissais l'histoire de Tresignies (Comme la plupart des belges de plus de 40 ans), mais je croyais qu'il avait plongé dans le canal en temps que simple soldat et que son commandant, impressionné par son courage, l'avait nommé caporal pendant l'action.
Probablement un peu de broderie pour rendre l'histoire plus héroïque non ??

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  riderdigeste le Mer 04 Juin 2008, 12:52 pm

oui, j'en ai l'impression...être honoré (en grade) aussi rapidement par
sa hiérarchie me semble pour le moins optimiste
oui gri
avatar
riderdigeste
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 617
Localisation : Le Plat pays (BW)
Date d'inscription : 31/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Baugnez44 le Mer 04 Juin 2008, 2:15 pm

Moi aussi j'ai le souvenir qu'il avait été nommé caporal par son lieutenant. C'est du moins le souvenir que je garde de mes années d'école primaire et que confirme ce site.

p.s. riderdigeste, pas de problème à ce que tu puises des infos sur des sites web, mais dans ce cas là, n'oublie pas de citer tes sources (et là c'est le modo qui parle). chapo

Cela dit, non seulement l'info que tu postes me rend nostalgique aussi, mais elle ne me rajeunit pas. mort de rir gri C'est que ça fait l'histoire de Belgique au programme de l'école primaire.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Invité le Mer 04 Juin 2008, 4:55 pm

Dis Baugnez, dans quelle section du site à tu trouvés l'info ? Parce qu'il est immense ce site ! étoné gri

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  riderdigeste le Mer 04 Juin 2008, 5:52 pm

@ baugniez: Ok sorry, je retiens la leçon...disons que j'ai tellement cherché
mon bel écusson -que j'ai pô touvé d'ailleurs- dans Googlette, que j'ai passé cette obligation.

géné
avatar
riderdigeste
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 617
Localisation : Le Plat pays (BW)
Date d'inscription : 31/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Baugnez44 le Mer 04 Juin 2008, 7:37 pm

Jean-Louis a écrit:Dis Baugnez, dans quelle section du site à tu trouvés l'info ? Parce qu'il est immense ce site ! étoné gri

Ben en fait j'ai googlé "caporal Trésignie" et je suis tombé quasiment tout droit sur les deux pages que j'ai mentionnées dans mon post précédent. Je dois avoir un sens de l'orientation qui me permets de m'orienter facilement sur la toile. Mr.Red

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Baugnez44 le Mer 04 Juin 2008, 7:37 pm

riderdigeste a écrit:@ baugniez: Ok sorry, je retiens la leçon...disons que j'ai tellement cherché
mon bel écusson -que j'ai pô touvé d'ailleurs- dans Googlette, que j'ai passé cette obligation.

géné

Faute avouée... p24 Et puis je ne vais pas mégoter. Je vais pardonner entièrement, mais pour cette fois. clin doeil gri

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nostalgie, quand tu nous tiens...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum