Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Sam 30 Aoû 2008, 7:27 pm

Alors que la France s'effondrait et que l'armistice était signée, les forces de l'Axe ont manqué, comme le souligne Paul Marie de La Gorce dans son livre :
1939-1945, Une guerre inconnue, Flammarion, 1995, p.219, une occasion qui ne se reproduira plus, pour envahir l'Egypte et le Soudan. En effet, l'Italie, seule, dispose d'une supériorité numérique écrasante, sur ces deux fronts.
Le Maréchal Graziani, qui a remplacé le Maréchal Italo Balbo, tué accidentellement fin juin, dispose de 250 000 hommes en Libye, contre 36 000 anglais et forces du Commonwealth, en Egypte. Au Soudan et au Kenya, les troupes du Duc d'Aoste dispose, elle aussi, d'une supériorité écrasante sur les forces du Commonwealth au Soudan et au Kenya. Il a environ 280 000 hommes dont 80 000 italiens sous ses ordres, face à 20 000 anglais.
Certes les troupes italiennes sont mal équipées, peu motorisées et les troupes indigènes sont de qualité médiocre. En Egypte, Sir Archibald Wavell peut compter sur la 7eDB et la 4eme Division Indienne, mais ces 36 000 hommes sont bien isolés au lendemain de la défaite de la France.
Alors pourquoi l'offensive Italienne ne commencera qu'en septembre, perdant deux précieux mois d'été ?
Pourquoi l'Allemagne, grand vainqueur de la France, ne s'intéressera pas à ce Front Méditerranéen, alors qu'une division blindéee, en juillet 40, aurait certainement suffit à vaincre les anglais en Egypte ?

Les causes de ce désintérêt pour le Front Sud sont multiples :

1) L'Armistice : un choix stratégique.

Lorsque les français demandent l'armistice aux allemands, Hitler est obligé de faire un choix qui conditionnera sa stratégie future.

- Refuser l'offre française c'est la certitude de s'aliéner l'Empire français et la flotte et d'être obligé de s'aventurer profondément sur le théâtre méditerranéen.

- Accepter l'armistice, c'est neutraliser l'Empire et la flotte française (2 des conditions préalables à la signature de l'armistice par Vichy avaient été la sanctuarisation de l'Empire et la neutralié de la flotte) , neutraliser le front sud, pour mieux se concentrer à l'Est. D'ailleurs, dès le 18 juin, le Führer annonce sa future politique française à un Mussolini, enrtré en guerre 8 jours plus tôt, et donc les visées clairement annexionnistes sur certaines régions françaises seront désormais caduques ! On ne touche pas à l'Empire français, condition nécessaire pour signer l'Armistice !


Mais c'est aussi, pour Hitler, l'occasion de se montrer bon Prince avec le vaincu, et paraître comme un homme de bonne volonté, soucieux de paix, qui prépare le terrain pour de possibles futures négociations de paix, avec l'Angleterre.

Le choix de l'armistice est un aveu, implicite, de la future stratégie du Führer, vers les horizons soviétiques.

2) Un désintérêt pour le Front Méditerranéen.

a) Le rapport Jodl : concentrer les forces de l'Axe.

Dès le 30 juin, le chef du bureau des opérations de la Wehrmacht, le général Jodl, adressa au Führer un Mémoire sur les plans d'opérations à mener contre la Grande-Bretagne "pour le cas où les négociations politiques n'aboutiraient pas."
Il y était évoqué l'offensive à mener contre les îles Britanniques dont l' Opération Otarie fut la "molle" concrétisation, mais il y était également prévu, une stratégie périphérique à titre d'hypothèse secondaire, "une extension de la guerre à la zone périphérique. (...) Le plus efficace doit être une opération italienne d'attaque contre le canal de Suez qui, conjuguée avec la prise de Gibraltar, dégagera la Méditerranée"


Il est donc clair qu'à l'OKW, tout du moins, on songe à une stratégie périphérique. Un peu moins à l'OKH, comme le laissera entrevoir Bruno Lamy, dans son Manstein ! Mais quoi de plus normal que les fantassins pensent déjà à la vaste Russie plutôt qu'aux horizons lointains africains ?

La note de Jodl n'eut guère de succès auprès d'Hitler, même si le Führer, après l'opération anglaise contre Mers-el-Kébir, se montra un peu plus soucieux du front sud. Son entourage lui souffla que des bases au Maroc seraient peut-être utiles, mais les Français qui se situaient dans les strictes clauses de l'armistice, demandèrent l'ouverture de nouvelles négociations, ce qui fit reculer illico presto Hitler.

Le 13 août, une note de Jodl remet le couvert, et insiste pour que l'Axe mène une véritable collaboration militaire contre l'Angleterre. Ce désir restera sans lendemain, Hitler refusant une quelconque aide italienne contre les îles Britanniques, Mussolini rendant la pareille à ses alliés en refusant un corps blindé pour l'offensive en Afrique du Nord !
L'Axe était, pour le moment, une coquille vide, une alliance sans synergie, qui rapprochait uniquement deux régimes idéologiquement proches mais qui menaient deux politiques parallèles, sans se soucier l'un de l'autre. (Hitler le regrettera quelques mois plus tard !)

b) Les Mémorandums Raeder : pour une stratégie Méditerranéenne.

Si Jodl, chef d'état major de l'OKW, avait prôné une collaboration plus importante entre les forces de l'Axe contre les Anglais, l'objectif principal de son action, restait l'invasion des îles Britanniques.
Le Grand-Amiral Raeder, lui, définit clairement une stratégie périphérique visant à contrôler la Méditerranée.
Dans un premier Mémorandum du 6 septembre 1940, Raeder, très circonspect sur les chances de l'Opération Otarie, proposait dans un rapport daté du même jour, une action de grande envergure en Méditerranée avec pour objectifs Gibraltar et Suez qui permettrait à l'Axe de s'assurer "des bases de départ d'intérêt stratégique considérable pour une offensive ultérieure contre les îles Britanniques".
L'ensemble des opérations proposées écrivait-il, " ne devait pas avoir le caractère d'action de diversion, mais constituerait au contraire l'action principale contre l'Angleterre et devait être entrepris immédiatement afin d'être terminé avan l'entrée en guerre des Etats-Unis."

Nous pouvons noter que Raeder, visionnaire, prévoit déjà l'entrée en guerre des USA.

Ce premier projet n'ayant connu qu'indifférence auprès du Führer, Raeder s'obstine et pond un deuxième Mémorandum, le 26 septembre, où il soulignait que la Méditerranée, centre de gravité de l'Empire britannique, concentrait les troupes du Commonwealth et que, de ce fait, l'Italie "se trouvait au centre de convergence des troupes anglaises".
Raeder ajoutait, avec une préscience étonnante, que l'Angleterre appuyée sans doute par les USA et par les forces dépendant du général de Gaulle, s'en servirait un jour comme d'attaque contre l'Italie !!

Etonnante prévision, qui se révèlera juste, 2 ans et demi plus tard. On reconnaît dans cette analyse, le marin qui, par sa formation et les caractéristiques de son arme, raisonne déjà au niveau mondial, comprenant intuitivement les futurs enjeux stratégiques qui se poseront inévitablement à l'Axe !
Ce deuxième Mémorandum n'aura évidemment aucun écho dans les hautes sphères du pouvoir, mais cette issue reste logique, puisque Hitler et l'OKH avaient décidé, dès fin juillet 1940, d'attaquer l'URSS. Raeder le savait-il ?

c) Pétain ou Franco ?

Une stratégie méditerranéenne allemande serait obligatoire passée par une alliance militaire avec l'Espagne. Or dès le 3 juin , Franco écrivit au Führer pour lui dire son "admiration" et son "enthousiasme" devant les victoires allemandes. Il ajouta :

"Je n'ai pas besoin de vous assurer combien est grand mon désir de ne pas rester à l'écart de vos soucis et combien serait grande ma satisfaction de vous rendre à tout moment les services que vous considéreriez comme précieux."

Le Caudillo, pour commencer les négociations de son entrée en guerre, envoie à Berlin le chef de l'état-major de l'armée, le général Vigon, qui ne sera reçu que le 16 juin, par Hitler, au château d'Acoz. Les conditions espagnoles pour une entrée en guerre sont assez claires et bien résumé dans une note que l'ambassadeur allemand en Espagne, von Stohrer, enverra à Berlin, le 8 août, dans lequel il précisait que l'Espagne, pour entrer en guerre exigeait:
"la satisfaction d'une série d'aspirations d'ordre territorial : Gibraltar, le Maroc français, la partie de l'Algérie colonisée et habitée par des Espagnols (Oran) et, en outre, l'agrandissement du Rio de Oro e des colonies situées dans le Golfe de Guinée."

Il ne faudra jamais oublier que Franco, né dans l'humiliation de l'empire perdu, en 1898, était obsédé par la reconquête des colonies perdues, même si elles étaient de substitution !

Ces revendications espagnoles en contradiction totale avec la sanctuarisation de l'Empire français décrétée par Hitler, sont grosses de l'échec d'Hendaye !

De plus, les militaires allemands ont une piètre idée des talents de stratège de Franco et le Führer pense que les troupes françaises seront plus compétentes que les soldats ibériques pour défendre l'Empire, l'échec des forces anglo-gaullitses devant Dakar lui donnera en partie raison !

Franco multiplie les signes de bonne volonté, durant l'été. Le 16 août, dans une lettre à Mussolini :
"Depuis le début du conflit actuel, il a toujours été dans mes intentions de pousser les préparatifs en vue d'entrer en guerre au moment favorable."

D'ailleurs, le Caudillo envoya, en septembre, son beau-frère, le très germanophile Serrano Suner s'enquérir auprès d'Hitler, des conditions que Berlin et Rome lui consentiraient. Il rencontra le Führer le 17 septembre 1940 et se fit confirmer que l'Allemagne reconnaissant les droits de l'Espagne sur Gibraltar et le Maroc.
L'entrée en guerre de l'Espagne semble d'ailleurs tellement imminente que Franco, le 22 septembre, écrivit à Hitler :
" Nous avons préparé secrètement l'opération depuis longtemps [le caudillo parle de Gibraltar], et procédé depuis des mois à une mobilisation partielle."

Ultime signal avant Hendaye, Beigbeder, le Ministre des Affaires Etrangères, le 17 octobre, fut remplacé par le très germanophile Serrano Suner.

Même si nous n'avons pas de compte-rendu écrit de l'entrevue d'Hendaye, on peut déjà souligner que cette réunion au sommet ne pouvait que déboucher sur un échec, entre un Hitler tout tourné vers l'Est et soucieux du statu quo en Méditerranée, et un Franco désirant à tout prix, des compensations territoriales à son entrée en guerre.

Malgré tout, 2 Protocoles furent effectivement rédigés et signés : l'Espagne s'engageait à entrer en guerre à une date qui serait fixée d'un commun accord, elle recevrait tout de suite les approvisionnements dont elle avait besoin et plus tard, des territoires enlevés à l'Afrique Française.

Bref, Hitler avait renvoyé aux calendes grecques l'entrée en guerre de l'Espagne !


avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Sam 30 Aoû 2008, 7:27 pm

3) Les occasions manquées.

a) Hitler-Mussolini-Franco une alliance active possible.

Le manque de synergie entre les forces germano-italiennes fut total, durant les premiers mois de la guerre et il fallut attendre la directive n°22, signée par Hitler en janvier 1941 pour soutenir les forces italiennes en Afrique, pour voir l'amorce d'une véritable militaire.

Le refus de l'alliance espagnole découle du choix de l'armistice par Hitler, décidé à neutraliser le front sud pour mieux se tourner vers l'Est.
Les revendications espagnoles étaient-elles délirantes ? Non, pas vraiment ! Exiger le Maroc français était plutôt mesuré et je vois mal Vichy refuser cette portion de territoire colonial à l'Espagne, en cas de pression extrême de l'Allemagne, en contrepartie de compensations territoriales prises sur l'Empire colonial anglais. Certes, des Noguès ou des Weygand se seraient certainement opposés à cette mesure, comme le second le fit lors des Protocoles de Paris, en mai 1941, mais la France défaite avait-elle les moyens de dicter ses conditions en juin 40 ?

En fait, comme le souligne bien De la Gorce, l'Allemagne, en juin 40, à toutes les cartes en mains pour choisir sa stratégie.

b) Une écrasante supériorité militaire de l'Axe en Afrique du Nord.

En
juin 1940, la France vaincue, l'Angleterre est exsangue, tout occupée à défendre son île contre la future agression allemande. En juin 40, Sir Archibald Wavell ne dispose que de 36 000 hommes pour défendre l'Egypte et environ 20 000 pour tenir le Soudan et le Kenya. Les italiens ont 250 000 hommes en Libye, sous la direction du Maréchal Graziani, qui a remplacé Italo Balbo, mort accidentellement dans un accident d'avion (sa propre DCA l'ayant descendu !! On peut se demander ce qui se serait passé si le talentueux Balbo avait mené les opérations en Egypte !), alors que le duc d'Aoste,
dispose de 280 000 hommes dont 80 000 italiens contre les maigres troupes anglaises au Soudan et au Kenya. La supériorité numérique italienne est donc écrasante, et frôle les 1 contre 10.
Certes, les anglais disposaient de la 7e DB et Balbo, dès juin 1940, avait averti le chef d'état-major de l'armée, le Maréchal Badoglio
que les forces italiennes manquaient cruellement de moyens pour lutter contre les tanks anglais, qui faisaient le coup de feu, dès mi-juin 40, en enlevant notamment Fort Capuzzo, mais il n'en reste pas moins qu'en juillet 40, la supériorité écrasante de l'Italie, aurait du permettre de prendre l'Égypte !

Mais Mussolini se disperse au lieu de concentrer ses forces en Libye. Malgré les avertissements de Badoglio, le Duce, humilié par les victoires allemandes, mari par le refus des allemands d'accepter des troupes italiennes contre les îles Britanniques, va s'enfoncer dans une stratégie démente. Rendant la pareille aux allemands, il refuse déjà un corps blindé allemand pour l'offensive en Afrique du Nord, alors que les italiens manquent cruellement de blindés. Enfin, rompant avec la règle de la concentration des forces, il va engager l'Italie dans deux guerres, une contre la Grèce, en Octobre 40, l'autre contre l'Égypte, divisant ses armées mal équipées au lieu de le conjuguer !
Malgré sa supériorité écrasante, le pusillanime Maréchal Graziani se contente d'avancer jusqu'à Bardia, avec sa Xeme armée italienne, à 400 km d'Alexandrie. Il décide alors d'enterrer ses 80 000 hommes dans un chapelet de forts, îlots inutiles dans cet océan de sable.
Derrière, en Tripolitaine et en Cyrénaïque, 170 000 soldats se tournent les pouces, dilués dans les immensités désertiques.

On peut légitimement se demander ce qui serait arrivé, si un Italo Balbo avait dirigeait cette offensive contre l'Egypte, et si le Duce avait accepté le Corps Blindé allemand pour cette attaque. Je vois mal comment 36 000 anglais aurait pu se maintenir à Alexandrie devant cette armada. Même si la flotte anglaise montra sa supériorité et sa hardiesse lors de l'attaque contre Tarente, le 11 novembre, il n'en reste pas moins qu'une offensive avec une aide limitée des allemands aurait sonné la fin de la présence anglais en Egypte !

Il faut se rappeler de ce qu'à fait, quelques mois après, l'Afrika Korps de Rommel avec deux divisions incomplètes devant des britanniques qui s'étaient considérablement renforcés !

Conclusion :

La prise de Suez et de Gibraltar n'aurait certainement pas été décisive pour faire chuter les anglais, comme l'a très bien souligné Erich von Manstein dans son Lost Vicories ! Mais comme l'avait souligné Raeder, dans ses Mémorandums, le contrôle de la Méditerranée, aurait permis d'améliorer considérablement le ravitaillement de l'Axe, de sécuriser le maillon faible, l'Italie, et de, peut-être faire tomber la Turquie du côté de l'Axe. Or, cet été 1940, Hitler et Mussolini ont toutes les cartes en mains pour prendre Gibraltar et Suez, à moindre frais.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Sam 30 Aoû 2008, 9:34 pm

Bonsoir,

Des détails sur les opérations contre Gibraltar et Suez ?

Amts

Pier

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 1:33 am

Il faudrait arrêter avec cette légende des 36.000 de Wavell!! -_-

Le rapport des forces ne penchait pas tant que cela en faveur des Italiens. Au moment de l'offensive de Graziani, en septembre 1940, L'Italie avait 236.000 hommes en Libye (dont 28.000 indigénes de faible valeur) contre 100.000 (et non 36.000) britanniques répartis entre l'Egypte, le Soudan et la Palestine dont la moitié pour la seule Egypte. Entre septembre et décembre 1940, les forces britanniques vont se renforcer de 126.000 hommes supplémentaires en provenance de tout le Commonwealth.

Face aux 313 avions avions italiens, la RAF alignait dans la région 205 appareils aux performances bien supérieures. Enfin, et surtout, les meilleurs chars à la disposition de Graziani consistait en 72 M.11/39 transférés en Lybie en juillet 1940 alors que Wavell pouvait compter sur quelques 300 chars dont 45 Matilda II capables de ne faire qu'une bouchée des chars italiens. Les Cruisers britanniques étaient également supérieurs à tout les blindés italiens présents, la plupart étant des chars légers obsolétes qui pouvaient tout au plus se mesurer aux Bren Carriers...

Il n'en reste pas moins que l'analyse de titie007 est des plus justes beret
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Bourguignon le Dim 31 Aoû 2008, 8:37 am

Une analyse très intéressante du front méditérranéen. Merci tietie007 !

Bourguignon
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 167
Age : 36
Localisation : Auxerre
Date d'inscription : 25/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 9:45 am

Catalina a écrit:Il faudrait arrêter avec cette légende des 36.000 de Wavell!! -_-

Le rapport des forces ne penchait pas tant que cela en faveur des Italiens. Au moment de l'offensive de Graziani, en septembre 1940, L'Italie avait 236.000 hommes en Libye (dont 28.000 indigénes de faible valeur) contre 100.000 (et non 36.000) britanniques répartis entre l'Egypte, le Soudan et la Palestine dont la moitié pour la seule Egypte. Entre septembre et décembre 1940, les forces britanniques vont se renforcer de 126.000 hommes supplémentaires en provenance de tout le Commonwealth.

Face aux 313 avions avions italiens, la RAF alignait dans la région 205 appareils aux performances bien supérieures. Enfin, et surtout, les meilleurs chars à la disposition de Graziani consistait en 72 M.11/39 transférés en Lybie en juillet 1940 alors que Wavell pouvait compter sur quelques 300 chars dont 45 Matilda II capables de ne faire qu'une bouchée des chars italiens. Les Cruisers britanniques étaient également supérieurs à tout les blindés italiens présents, la plupart étant des chars légers obsolétes qui pouvaient tout au plus se mesurer aux Bren Carriers...

Il n'en reste pas moins que l'analyse de titie007 est des plus justes beret


100 000 troupes britanniques en septembre 1940 ? D'où tenez-vous ce chiffre ? Si ça avait été le cas, les britanniques n'auraient fait qu'une bouchée des troupes de Graziani et cela, dès septembre 1940. Or il me semble que si les anglais lançaient des raids en territoire ennemi, notamment la prise de Fort Capuzzo, en juin 40, ils ne sentaient pas si fort que cela puisqu'il refusait le combat frontal.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 11:20 am

Si les anglais refusent le combat frontal c'est que ce sont des benêts qui n'envisagent le combat qu'avec une écrasante supériorité sur l'adversaire (cf. Montgomery quelques années plus tard...). En 1940, les britanniques ont la supériorité matérielle mais pas la supériorité numérique.

L'excellent site sur l'armée italienne au cours de la Seconde Guerre mondiale http://www.comandosupremo.com/ donne 86.000 hommes au Moyen-Orient pour les britanniques dont 50.000 en Egypte. http://www.military.com/ arrondit ce chiffre à 100.000 hommes répartis entre l'Egypte, la Palestine et le Soudan.

Dans un cas comme dans l'autre, l'Italie a la supériorité numérique à l'été 1940. Mais cette supériorité numérique est illusoire comme le note le Général Badoglio en juin 1940:
La seule division britannique actuellement déployée disposent de 360 automitrailleuses et chars moyens. Nous ne sommes pas à égalité concernant les fusils et mitrailleuse, nous ne cesserons pas, cependant, le combat et nous ferons des miracles; mais si j'étais le commandant britannique, je serais déjà à Tobrouk...

Au moment de l'offensive italienne en Egypte, l'Italie dispose de 230 chars légers L.3 et 70 chars "moyens" M.11 face à 134 Light Tank Mk VI et 114 A10 Cruiser Tank. Si les M.11 peuvent tenir en respect un light tank, il ne peut rien face à un Cruiser!! En décembre, le rapport des forces passe à 220 L.3 et 55 M.11 contre 195 Light Tank Mk VI, 114 Vickers Medium et Cruiser Mk I, 64 A10 Cruiser Mk II, A13 Covenanter et A15 Crusader et 48 Matilda II. Dans le même intervalle de temps, les forces britanniques sont renforcées de 126.000 hommes supplémentaires.

En septembre 1940, les forces italiennes attaquent en Egypte et les britanniques reculent devant la supériorité numérique bien qu'ils disposent de la supériorité matérielle. Les italiens stoppent leur avance la logistique ne suivant pas... Lorsque les britanniques lancent l'opération Compass en décembre 1940 ils ont non seulement la supériorité matérielle, mais également la supériorité numérique locale (les troupes italiennes en Libye ne sont pas concentrées à Sidi-el-Barrani mais réparties sur l'ensemble du territoire). C'est au tour des italiens de retraiter.... et aux britanniques de s'arrêter pour cause logistique (aprés avoir perdu 80% de leurs véhicules!!).

Il n'y a pas eu que des raids à l'été 1940... le 12 juin, le 11th Hussars "envahit" la Libye sur quelques kilométres. Le 16 juin se tient le premier combat entre blindés de la guerre en afrique du nord lorsqu'une colonne motorisée italienne escortée par 17 chars légers est attaquée par des chars et des automitrailleuses britanniques. Le 5 août, les nouveaux M.11/39 italiens entrent pour la premiére fois en action, etc.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  CM le Dim 31 Aoû 2008, 2:49 pm

J'adère tout à fait à ce que dit Catalina : les L3 ne sont pas des tanks mais plutôt des "tankettes"...

Le désèquilibre prétendûment énorme entre les italiens et les britanniques en Afrique en 1940 ne résiste pas à l'examen approfondi des forces réellement engagées. Les italiens n'ont la supériorité qu'en nombre d'hommes et en artillerie.

En outre, leur dispositif est tourné vers l'Ouest et la Tunisie en juin 40 (5ème Armée en Tripolitaine) et le transfert de leurs unités vers l'Est et la Cyrénaïque (10ème Armée) va prendre plusieurs mois...

Sur les conclusions tirées par tietie007, je me suis permis quelques remarques divergentes ici :

http://www.39-45.org/viewtopic.php?t=18473

Les occasions manquées de l'Axe, s'il y en a eu en Méditerranée, me paraissent plutôt devoir être recherchées en 41 ou 42...

CM

CM
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 25/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 6:32 pm

Aprés avoir lu les remarques divergents de CM, j'adhére complétement à son point de vue sur les impératifs logistiques ET climatiques.

Avant l'armistice, ce sont ces contraintes climatiques qui poussérent Nogués à n'envisager une action offensive en Tripolitaine qu'à la fin de la saison chaude (c'est à dire septembre...). Et ce sont ces mêmes contraintes climatiques qui poussérent à des opérations limitées confinant aux raids de faible envergure, du côté italien comme britannique, au cours de l'été 1940. La préparation de l'offensive italienne en Egypte était achevée le 17 juillet, mais ce n'est que le 9 septembre que celle-ci sera effectivement déclenchée.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 6:52 pm

Catalina a écrit:Si les anglais refusent le combat frontal c'est que ce sont des benêts qui n'envisagent le combat qu'avec une écrasante supériorité sur l'adversaire (cf. Montgomery quelques années plus tard...). En 1940, les britanniques ont la supériorité matérielle mais pas la supériorité numérique.

L'excellent site sur l'armée italienne au cours de la Seconde Guerre mondiale http://www.comandosupremo.com/ donne 86.000 hommes au Moyen-Orient pour les britanniques dont 50.000 en Egypte. http://www.military.com/ arrondit ce chiffre à 100.000 hommes répartis entre l'Egypte, la Palestine et le Soudan.

Dans un cas comme dans l'autre, l'Italie a la supériorité numérique à l'été 1940. Mais cette supériorité numérique est illusoire comme le note le Général Badoglio en juin 1940:
La seule division britannique actuellement déployée disposent de 360 automitrailleuses et chars moyens. Nous ne sommes pas à égalité concernant les fusils et mitrailleuse, nous ne cesserons pas, cependant, le combat et nous ferons des miracles; mais si j'étais le commandant britannique, je serais déjà à Tobrouk...

Au moment de l'offensive italienne en Egypte, l'Italie dispose de 230 chars légers L.3 et 70 chars "moyens" M.11 face à 134 Light Tank Mk VI et 114 A10 Cruiser Tank. Si les M.11 peuvent tenir en respect un light tank, il ne peut rien face à un Cruiser!! En décembre, le rapport des forces passe à 220 L.3 et 55 M.11 contre 195 Light Tank Mk VI, 114 Vickers Medium et Cruiser Mk I, 64 A10 Cruiser Mk II, A13 Covenanter et A15 Crusader et 48 Matilda II. Dans le même intervalle de temps, les forces britanniques sont renforcées de 126.000 hommes supplémentaires.

En septembre 1940, les forces italiennes attaquent en Egypte et les britanniques reculent devant la supériorité numérique bien qu'ils disposent de la supériorité matérielle. Les italiens stoppent leur avance la logistique ne suivant pas... Lorsque les britanniques lancent l'opération Compass en décembre 1940 ils ont non seulement la supériorité matérielle, mais également la supériorité numérique locale (les troupes italiennes en Libye ne sont pas concentrées à Sidi-el-Barrani mais réparties sur l'ensemble du territoire). C'est au tour des italiens de retraiter.... et aux britanniques de s'arrêter pour cause logistique (aprés avoir perdu 80% de leurs véhicules!!).

Il n'y a pas eu que des raids à l'été 1940... le 12 juin, le 11th Hussars "envahit" la Libye sur quelques kilométres. Le 16 juin se tient le premier combat entre blindés de la guerre en afrique du nord lorsqu'une colonne motorisée italienne escortée par 17 chars légers est attaquée par des chars et des automitrailleuses britanniques. Le 5 août, les nouveaux M.11/39 italiens entrent pour la premiére fois en action, etc.

Je retrouve ce chiffre de 36 000 dans le livre de Pierre Montagnon et Pierre Marie de la Gorce, dans 39-45, une guerre inconnue, Flammarion, 1995, page 219, parle de 50 000 hommes en juin, du côté anglais, entre l'Egype et le Soudan. Je veux bien que le chiffre de ce site soit exact, mais j'aimerais avoir une source plus livresque.
Il est clair que l'armée italienne est médiocrement équipée, mais les allemands avaient proposé aux italiens d'adjoindre à leur Xeme armée, un Corps Blindé, ce que Mussolini a décliné. Donc je pense qu'un Corps Blindé allemand plus la Xeme armée italienne seraient facilement venus à bout des anglais. Lorsqu'on voit ce que Rommel a fait, 6 mois plus tard, avec 2 divisions, on peut s'imaginer ce qu'il aurait pu faire 6 mois plus tôt face à un adversaire numériquement beaucoup plus faible.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  CM le Dim 31 Aoû 2008, 7:50 pm

La proposition d'aide allemande en Libye est une proposition "de gascon". Elle a juste pour objet de justifier le refus des allemands de délivrer le matériel et les matières premières réclamées par les italiens.

En outre, l''envoi d'un Panzerkorps au complet en Libye est totalement irréaliste en 1940 pour deux raisons :
- aucune unité allemande n'est prête ;
- les capacités logistiques et portuaires de Libye ne le permettent pas.

Pour paraphraser mon intervention sur l'autre forum, on ne déplace pes des divisions ou des Panzerkorps comme de pions sur une carte...

Si les anglais, conscients de leurs propres faiblesses, ont pu considérer que l'Axe a "gâché" des occasions en Méditerranée en 1940, ni les italiens, ni les allemands n'avaient les possibilités (ni l'objectif) de les saisir...

Cordialement,

CM

CM
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 25/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 8:05 pm

CM a écrit:La proposition d'aide allemande en Libye est une proposition "de gascon". Elle a juste pour objet de justifier le refus des allemands de délivrer le matériel et les matières premières réclamées par les italiens.

En outre, l''envoi d'un Panzerkorps au complet en Libye est totalement irréaliste en 1940 pour deux raisons :
- aucune unité allemande n'est prête ;
- les capacités logistiques et portuaires de Libye ne le permettent pas.

Pour paraphraser mon intervention sur l'autre forum, on ne déplace pes des divisions ou des Panzerkorps comme de pions sur une carte...

Si les anglais, conscients de leurs propres faiblesses, ont pu considérer que l'Axe a "gâché" des occasions en Méditerranée en 1940, ni les italiens, ni les allemands n'avaient les possibilités (ni l'objectif) de les saisir...

Cordialement,

CM

En septembre 1940 les allemands n'auraient même pas pu envoyer une division blindée en Libye alors que la guerre contre la France était finie depuis 3 mois ? Un Panzer Korps, je veux bien, mais 2 divisions, ça ne me semble pas totalement irréaliste ... Fallait-il 9 mois pour rééquiper toutes les Panzer Divisions qui avaient participé à la campagne de France ?
De plus, de la pointe sud de l'Italie, jusqu'à la Libye, on ne peut pas dire que la distance soit énorme ...d'ailleurs, en février 1941, les premiers éléments de l'Afrika Korps arriveront en Libye, alors que l'anglais a bénéficié de quelques mois de répit et s'est renforcé !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 8:47 pm

tietie007 a écrit:Je veux bien que le chiffre de ce site soit exact, mais j'aimerais avoir une source plus livresque.

Bibliographie sommaire pour profs incédules -_- :

- Fronte d'Africa: c'ero anch'io, Giulio BEDESCHI, Mursia, Milano, 1979;
- Le operazioni in Africa Settentrionale, Allessandro MASSIGNANI, Mursia, Milano, 1994;
- The British Defence of Egypt, 1935-1940, Steven MOREWOOD, Franck Cass, London, 2005;
- Mediterranean and Middle East Volume I: The Early Successes Against Italy , PLAYFAIR, Major General I.S.O.; Brigadier C.J.C MOLONY, Captain F.C. FLYNN, R.N. and Group Captain T.P. GLEAVE, C.B.E., Naval & Military Press (2006), etc.

Sinon il suffit de prendre une calculatrice... 36.000 hommes cela correspond aux effectifs des seules 7th Armoured et 4th Indian en septembre 1940 (voir sous le topic ordres de bataille) c'est à dire la seule Western Desert Force. A cela, il faut ajouter la 2nd New Zealand et la 6th Australian qui dépendent du commandement en Egypte, les troupes déployées en Palestine et l'armée Egyptienne incluse dans les plans de défense britanniques.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 9:03 pm

Voici l'inventaire des forces britanniques en Egypte en juin 1940:

http://homepages.force9.net/rothwell/NA300640.htm

et en septembre 1940 au moment de l'offensive italienne:

http://homepages.force9.net/rothwell/NA150940.htm

auxquels il faut rajouter l'armée Egyptienne:

http://homepages.force9.net/rothwell/Egypt40.htm


Dernière édition par Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 9:12 pm, édité 2 fois
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 9:04 pm

Mais êtes-vous sûr que l'Allemagne n'aurait pu envoyer 2 divisions blindés en septembre 40, en Libye ?
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Catalina le Dim 31 Aoû 2008, 9:09 pm

tietie007 a écrit:Mais êtes-vous sûr que l'Allemagne n'aurait pu envoyer 2 divisions blindés en septembre 40, en Libye ?

Selon moi c'était tout à fait possible, mais cela ne cadrait pas vraiment avec la stratégie d'Hitler. De plus, Mussolini vient de remporter un beau succés en Afrique orientale et faire appel à l'allié allemand à ce moment du conflit aurait pu être perçu comme un aveu de faiblesse.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 9:24 pm

Catalina a écrit:
tietie007 a écrit:Mais êtes-vous sûr que l'Allemagne n'aurait pu envoyer 2 divisions blindés en septembre 40, en Libye ?

Selon moi c'était tout à fait possible, mais cela ne cadrait pas vraiment avec la stratégie d'Hitler. De plus, Mussolini vient de remporter un beau succés en Afrique orientale et faire appel à l'allié allemand à ce moment du conflit aurait pu être perçu comme un aveu de faiblesse.

Donc c'est bien ce que je pensais ...En septembre 40, je pense que l'Axe manque une occasion en Egypte, dans la mesure où les anglais sont en position de faiblesse. Certes Hitler avait choisi de se tourner vers l'Est, mais je pense qu'en mobilisant très peu de moyens, l'Allemagne aurait pu permettre à ses alliés italiens de prendre Alexandrie et Suez sans coups férir ! D'ailleurs, ce n'est pas une analyse "à posteriori", puisque Raeder, dans ses deux Mémorandums de septembre 40, se fait le défenseur de cette stratégie pépriphérique.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Zek le Dim 31 Aoû 2008, 9:39 pm

De plus, pour les Allemands, il était important de ne pas attirer l'attention des Anglais sur l'Europe du sud. Je pense au pétrole roumain qui sera si important pour la Wehrmacht durant Barbarossa.
Aussi, quand Mussolini attaque la Grèce alors même que la situation de l'armée italienne en Afrique est loin d'être brillante, on peut imaginer l'état d'esprit à l'OKW...

En bref, je ne crois pas que l'OKW ait même envisagé d'intervenir en Afrique.
avatar
Zek
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 275
Age : 32
Localisation : Nomade
Date d'inscription : 12/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 9:46 pm

Zek a écrit:De plus, pour les Allemands, il était important de ne pas attirer l'attention des Anglais sur l'Europe du sud. Je pense au pétrole roumain qui sera si important pour la Wehrmacht durant Barbarossa.
Aussi, quand Mussolini attaque la Grèce alors même que la situation de l'armée italienne en Afrique est loin d'être brillante, on peut imaginer l'état d'esprit à l'OKW...

En bref, je ne crois pas que l'OKW ait même envisagé d'intervenir en Afrique.

L'OKW, comme le prouve la note de Jodl, en août 40 était pour une collaboration militaire plus intense avec les forces italiennes, notamment contre les îles Britanniques !
L'attaque de la Grèce était une ineptie, et rompait le principe de concentration des forces qui était voulu par le chef d'état-major de l'armée, le Maréchal Badoglio.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  CM le Dim 31 Aoû 2008, 10:08 pm

tietie007 a écrit:Mais êtes-vous sûr que l'Allemagne n'aurait pu envoyer 2 divisions blindés en septembre 40, en Libye ?

Il suffit de reprendre les documents d'archives de l'O.K.H. et de l'O.K.W., ainsi que les annexes au KTB de la 3. Panzer-division.

Les premières discussions à un haut niveau (entre OKH et OKW) sur l'envoi de deux Panzer-divisions en Afrique du Nord datent du 9 août 1940 (suite à une suggestion faite officiellement le 30 juillet). Dès le 12/08/1940, Jodl édite un mémorandum (OKW/WFsT 33217/40) pour interpeller l'OKH sur les conditions d'un tel projet (a) analyse du théâtre d'opération - b) délai de transfert des troupes et équipements de l'Italie du Sud en Libye - c) méthodes de protection des transports navals - d) délais requis pour adapter les troupes aux climats et aux terrains)

La réponse de l'OKH arrive le 26/08/40 : un Panzerkorps ne peut être opérationnel en Afrique du Nord avant au plus tôt décembre 1940... L'OKH ajoute des doutes quant aux capacités portuaires actuelles de Libye pour tenir ravitailler ce PzKorps ET l'armée italienne...

Avant même cette réponse, Hitler demande le 20 août à ce que l'on pousse les études préparatoires à une telle projection, mais limitée à une seule Brigade interarme (Panzer + infanterie + soutien).

L'étude préalable est achevée le 5 septembre, date à laquelle la 3. Panzer-division est alertée sur un éventuel emploi de certains de ses éléments en Afrique du Nord. L'OKH avertit alors que l'envoi d'une Panzer-brigade renforcée va retarder l'éventuelle projection d'un PanzerKorps, et sollicite un choix rapide et l'autorisation d'entamer les discussions avec les italiens (tout cela pour l'instant est fait sans l'accord, ni même l'information des italiens yeu gri ). Mais Hitler change encore d'avis et relance l'hypothèse du Panzerkorps au complet.

Pendant ce temps, les contacts avec le Comando Supremo sont fréquents, les italiens souhaitant se voir livrer des équipements, et matériels modernes (Pz III et IV, 8,8cm, radios...) ainsi que des matières premières en grosses quantités pour moderniser leur armée. Les allemands ne donnent pas suite à ces demandes préférant proposer l'envoi de forces allemandes, ce qui n'intéressent pas les italiens (voir notamment la visite de Marras à Jodl le 3 septembre...).

C'est un dialogue de sourds où la mauvaise foi des uns répond à la mauvaise foi des autres...

L'offre d'aide allemande (non précise puisque l'OKW n'a pas tranché entre les deux divisions et le brigade mixte interarme) est faite officiellement auprès de Badoglio le 11 septembre (date à vérifier), qui ne répond pas...

Pourtant, sans réponse italienne, Halder enregistre la confirmation des ordres de Hitler le 14 septembre de poursuivre la préparation pour un Panzerkorps, et le 15 septembre, von Rintelen sonde le département italien transport à Rome qui lui déclare que le transfert de telles forces va à priori au-devant de grandes difficultés car les capacités de déchargement des ports de Cyrénaïque sont limitées (désolé je traduis rapidement de l'allemand).

Le 16 septembre, le choix se porte sur la 3. Panzer-division (avec deux Panzer-regiments) et la 11. Pz D ou la 5. Pz-division (qui viennent d'être réorganisées sur un seul Panzer-regiment), mais aucune unité ne sera disponible avant au plus tôt le 15 octobre pour un transfert en Italie.

L'entrevue du Brenner entre Hitler et Mussolini éclairicie la situation : les allemands proposent l'envoi de forces tandis que les italiens ont besoin de matériels. Mussolini accepte cependant l'idée d'une aide allemande (une seule Panzer-division) pour la conquête de l'Egypte, mais seulement pour la 3ème phase (c'est à dire après la conquête de Mersa Matrouh).

Pour préparer cela, von Thoma est envoyé en tournée en Libye pour découvrir ce théâtre d'opération et ramener les éléments nécessaires.

Les préparatifs à la 3. Panzer-division sont poussés, notamment au niveau de l'entraînement et de la "tropicalisation" des Panzers et matériels. Mais les études appliquées de l'OKH sur le transfert mettent à jour plusieurs problèmes :
- les italiens surestiment les forces britanniques en Egypte (200.000 hommes pour eux), et il est évident qu'une seule Panzer-division ne pourra pas faire grand chose de plus face à une telle force ennemie (commentaire personnel de Halder) ;
- le transfert suppose la possession de la Crète et le contrôle de la Méditerranée orientale, ce qui suppose l'engagement de forces de la Luftwaffe conséquentes, et non disponibles (outre le passage de forces allemandes par la Bulgarie et la Turquie, pour occuper la Syrie)...

Bref, Hitler prend connaissance du rapport von Thoma et de ces éléments le 4 novembre et annule l'opération...

La 3. Panzer-division est rendue disponible, transférée au XXXXVI (mot.) Korps, 11. Armee, et mit en réserve pour l'opération Felix.

Les soldats des Panzer-regiment qui s'étaient préparés à partir en Afrique, sont soumis à la nouvelle organisation (un seul Panzer-regiment) et bénéficie même d'un congé en décembre au ski (si ! si ! véridique !), d'où ils seront rappelés en urgence pour partir... en Libye !

Cela répond-il à ta question ?

Donc pour envoyer en septembre 1940 une Panzer-division en Afrique, il aurait fallu la préparer depuis.... mai 1940 au moins étoné gri (or, à cette date, les priorités sont ailleurs... ).

Cordialement, pouce

CM

CM
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 25/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 10:19 pm

Quelles sont vos sources ?
Prévoir en Mai pour envoyer en Septembre ... 6 mois pour envoyer une division blindée en Libye ...Etrange puisque dès qu'Hitler signe sa directive n°22, en janvier 1941, le mois suivant, les premiers éléments de l'AK débarquent en Libye ...
Honnêtement, je suis assez circonspect sur vos délais ...6 mois pour envoyer une PzD en Afrique du Nord, quand on sait que du sud de l'Italie à la Libye, la distance est assez courte ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  CM le Dim 31 Aoû 2008, 10:45 pm

Bon, tout d'abord le "tu" est de rigueur ici non ? beret

Ensuite, il ne faut pas confondre le moment où Hitler signe sa Directive et le moment où les ordres préparatoires sont donnés...

Le 20 décembre, Cavallero sollicite l'aide allemande auprès de von Rintelen (attaché militaire allemand à Rome) pour un détachement destiné à défendre Tripoli. Cette demande est relancée le 2 janvier, et fortement soutenue par Raeder, et c'est ainsi qu'Hitler signe le 11 janvier la Directive 22 qui envoie un "Sperrverband" (c'est à dire un détachement de barrage) dont la composition a été fixée lors de réunions les 8 et 9 janvier 1941.

Les unités qui vont le former sont tirées de celles préparées à l'automne au sein de la 3. Panzer-division, à partir du 15 janvier (le temps qu'ils reviennent du ski...). Le 21 janvier, la 5. Leichte-division reçoit l'ordre de se porter en Afrique (OKW/WFSt 44046/41), et est placée sous les ordres du Generalmajor Funck, qui part immédiatement en Libye pour reconnaître le terrain.

Quelques jours plus tard, il renvoit ses premiers rapports : sa division légère est totalement inadaptée à la tâche confiée, et de toutes les façons, la défense de Tripoli seule ne rime à rien, il faut empêcher les britanniques d'arriver au contact de la Tunisie française. cela suppose de résister à la frontière entre la Cyrénaïque et la Tripolitaine.

Le 3 février, la 15. Panzer-division (qui vient d'être formée, avec notamment des éléments de la 10. Panzer-division) est retirée des forces prévues pour "Marita" (l'invasion de la Grèce) pour se préparer à être envoyée en Libye. C'est à ce moment-là que Rommel est désigné à la place de Funck.

Le transfert en Afrique du Nord de ce qui va devenir le Deutsches Afrikakorps est ordonné par l'OKH le 10 février (OKH/35060/41).

Mais les premières unités (suite aux ordres donnés le 11 janvier) arrivent à Tripoli le 14 février 1941 : il s'agit de l'Aufklarung-abteilung 3 et du panzer-Jäger-abteilung 39. Ces unités ont récupéré tous les équipements tropicalisés préparés depuis l'automne (pour l'Afrique ou Gibraltar).

Les plans de l'OKH prévoyaient des délais d'acclimatation fixés entre 4 et 8 semaines, mais c'est sans compter avec Rommel qui envoie ses maigres forces immédiatement vers l'ennemi pour lui en imposer. Il faut dire que nous sommes en hiver, mais ces premiers mouvements posent des pbs immédiats quant au ravitaillement des forces (notamment en eau potable).

J'ai détaillé le reste dans un Hors-série de la revue Batailles & Blindés sur le DAK en 1941.

Notez que les unités de la 15. Panzer-division n'arriveront, elles qu'en avril 1941 (pour des ordres en février).

Le transfert sera facilité par plusieurs facteurs :
1) c'est l'hiver ;
2) la Luftwaffe est là depuis décembre, et les convois sont en sécurité ;
3) les italiens sont d'accords, et les forces sur place sont si réduites que les limites logistiques ne pèsent pas réellement (ce sera autre chose au cours de l'été et surtout en 1942) ;
4) Rommel ne respecte aucuns des schémas et plans préalables d'acclimatation et de préparation : les unités sont envoyées immédiatement vers l'avant, sans même avoir de camouflage désertique ! Si ce réflexe lui donne la victoire, cela va engendrer une déperdition et une usure du matériel, et de graves problèmes de santé parmi les soldats au cours de l'été suivant...

Mes sources ? Je les ai déjà citées : les KTB (journaux d'opérations), Gliederungen, ainsi que les documents italiens de l'USSME (Ufficio Storico).

Je travaille sur la question depuis plus de 15 ans, et sans remettre en cause votre opinion (je répète que chacun est libre de croire ce qu'il veut), la distance entre l'Italie et la Libye n'est rien :
- il faut les navires,
- il faut les avions et les escorteurs pour éviter que les anglais à Malte ne les coulent,
- il faut le carburant pour tous (les italiens sont partis en guerre sans réserves, et souffriront constamment du manque de mazout et de carburant pour leurs navires),
- il faut les grues, les quais pour décharger les matériels et le ravitaillement,
- il faut les camions (en état de marche et avec de l'essence) pour transporter tout cela jusqu'au front à des centaines de km des ports... (pas de voies ferrés en Libye).

Il n'est pas dans mes intentions de vous imposer "ma" vision des choses, juste d'essayer de faire prendre conscience à nos lecteurs qu'il y a des choses "faciles" évidentes" 60 ans après qui ne l'étaient pas.

Des "occasions manquées", il y en a eu, mais modestement, il ne mesemble pas que ce soit en 1940.

Cordialement,

CM

PS : je suis aussi sur le forum italie 1935-45, et je vous propose de poser cette question là-bas aussi, car d'autres encore plus éminents membres auront sûrement un autre avis que le mien. pouce

CM
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 25/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Narduccio le Dim 31 Aoû 2008, 10:49 pm

CM a écrit:Bon, tout d'abord le "tu" est de rigueur ici non ? beret

Non, rien n'est imposé, chacun fait comme il lui plait.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4648
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 31 Aoû 2008, 10:56 pm

Mais croyez-vous qu'il fallait 6 mois pour que l'Allemagne envoie une division blindée en Libye, en 1940 ?
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1879
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  CM le Dim 31 Aoû 2008, 11:19 pm

Je n'ai jamais dit 6 mois, lors des études de septembre, l'OKH a précisé qu'il serait difficile d'avoir une panzer-division opérationnelle en Libye avant décembre...

Cela fait 4 mois...

Et la réalité fut que la 5. Leichte-division sera transféré entre le 14 février et le 25 mars, tandis que la 15. Panzer-division sera transférée en avril.

Nous avons donc un délai de transfert "physique" de 2 mois en moyenne (entre l'ordre et l'arrivée à Tripoli), auquel il faut ajouter le délai "d'acclimatation" théorique évalué par Berlin de 4 à 8 semaines, et que Rommel ignorera royalement, pour le meilleur dans l'instant, et pour le pire à long terme...

Et surtout, cela n'est possible que si les italiens n'ont pas déjà 200.000 hommes ravitailler et équiper sur place... C'est la donnée qui change tout : en 1940, l'armée italienne sur place est supérieure en effectifs (pas en qualité ni efficacité) à ce que l'Axe aura en 1942 en Libye et en Egypte (en comptant les forces devant El Alamein).

ceci veut dire que la chaîne logistique est déjà tendue, et qu'il n'est pas évident d'y rajouter un Panzerkorps complet aux standards allemands...

Pour simplifier : Après beda Fomm, et grâce à O'Connor, il y aura la "place" pour les allemands...

pouce

CM

CM
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 25/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum