Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  marc_91 le Lun 04 Juil 2011, 8:57 am

Francois Delpla a écrit:
marc_91 a écrit:
Mais en 1942, face à la Whermacht et une Luftwaffe "éreintée" par une guerre à l'Ouest ou en Médittérannée, Staline aurait "tiré les marrons du feu", et pu atteindre Berlin en quelques mois de campagne ;

Pour moi, Barbarossa était idéologique (Mein Kampf), mais aussi (et au moins autant) pragmatique !!
là encore j'ai tendance à demander : dans quel but, cette attaque (celle de Staline vers Berlin en 42) ? Pour viser quelle paix ?

Pendant toute sa carrière à la tête de l'Etat, a-t-il fait autre chose que de la défensive -y compris en s'assurant des glacis ? Il voulait surtout qu'on le laisse en paix pour peaufiner son "socialisme dans un seul pays". Et il ne redoutait rien tant qu'une coalition capitaliste mondiale, qui n'eût pas manqué de se former s'il avait marché tout seul contre l'Allemagne.
avion Bonjour Mr Delpla,

Un letton (parce que ma femme a commencé ses études à Riga), mais aussi un Estonien, un Lituanien ou tout simplement un Finlandais, vous diront que Staline avait une façon "un peu envahissante" de voir la stratégie défensive ...

Quand à la vision du "socialisme dans un seul pays", c'est un bon argument, mais peut-être une propagande ; pour avoir un peu (trop ???) lu de littératures communistes, le socialisme n'était considéré que comme une étape ; je vous avoue manquer de formation universitaire pour y mettre des dates ...
Mais d'une autre façon, dès le début de la guerre froide, Staline ne s'est plus caché de ses buts hégémoniques.



avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 55
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Lun 04 Juil 2011, 9:05 am

Monsieur Marc,

pas besoin d'être letton pour trouver envahissant un voisin qui vous envahit ! D'autant plus s'il s'en contente et n'inquiète pas, ou pas vraiment, le reste de la ville.

Pour en revenir à ma question, quelle paix et avec qui aurait été l'objectif d'une marche soviétique sur Berlin en 1942 ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  marc_91 le Lun 04 Juil 2011, 9:50 am

Ben si, en 1942, Staline avait marché sur Berlin, et mis au pouvoir les communistes allemands, il aurait aussi gagné ensuite, sans même combattre :

- la France, en rétablissant au pouvoir les communistes des 1936 (Il y a le choix, non ???)
- L'Italie, idem ... Voire, Mussollni avait un petit côté socialistes à lui faire miroiter pour le piéger???
- L'Espagne de Franco ... Bof, entre un char Verdaja et un T-34 ... Y'a pas photo ... Le dernier à se sentir attaquable, peut-être ... Sous cet éclarairage, l'attitude de ses ingénieurs prend un sens enfin intéressant !!!

Bref, Staline est rentré dans les états baltes "l'arme au pied" ...
Si Staline avait vaincu l'Allemagne en 1941 ou 42, l'Europe aurait été incapable d'opposer la moindre résistance !!!

D'un point de vu très Stalinien (voire même Trotskyste, ce qui est alors un comble), pourquoi rechercher la paix alors que l'on a fait une OPA sur 55% du monde ???




avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 55
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Lun 04 Juil 2011, 10:14 am

Comme vous y allez !

Des pays qui se sont débarrassés tout seuls, en temps de paix, d'une menace communiste, se laisseraient imposer ce régime par l'Armée rouge ? Et que font les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon pendant ce temps-là ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  marc_91 le Mar 05 Juil 2011, 7:44 am

avion Bonjour,

Francois Delpla a écrit:Des pays qui se sont débarrassés tout seuls, en temps de paix, d'une menace communiste, se laisseraient imposer ce régime par l'Armée rouge ?
Des démocraties constituées, oui ...
Des pays déjà envahis par les fascistes qui se sont attribués les principaux leviers du pouvoir civil, non.

Dans les états Baltes en 1940, Staline n'a pas proposé la tenue d'élection libres, me semble-t-il ;
Il a "sorti de sa manche" quelques fonctionnaires qui lui étaient dévoués, et les a mis aux commandes.
En 1946 et 47 en Pologne, le plebiscite et les élections furent comment ??? ... Pourquoi penser qu'en 1942 il aurait agi autrement ???

Francois Delpla a écrit: Et que font les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon pendant ce temps-là ?
Les bases de cette construction intellectuelle est que les britanniques et les allemands ont entamé une "lutte à mort" en Europe et en Médittérannée. Sur ces bases, on peut considérer le Royaume-Uni (et probablement ses colonies) comme exsangue(s) ...

Quand aux Etats-Unis et au Japon, ils n'ont pas besoin des européens pour se f...tre sur la gu...le !!!
Néanmoins, pendant ce temps-là, ils sont occupés.

--------------------------
On en arrive néanmoins là aussi, par cet autre biais, à ce que vous défendiez sur d'autres forums, à savoir qu'aussi bien Hitler que Churchill ne pouvaient se permettre en 1940/41 que des conflits avec des moyens TRES LIMITES, mais générant beaucoup de couverture médiatique ...
C'est bien ça ???

De Gaulle sut très bien tirer de cet état de fait, puisqu'il permit à la France Libre d'exister, avec des moyens en hommes et en matériel très limités, lui aussi ...
avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 55
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mar 05 Juil 2011, 9:08 am

C'est de Staline, me semble-t-il, que nous parlons, en tout cas c'est ce que vous en dites qui me fait réagir.

Autant il est impitoyable dans sa politique intérieure au sens large, c'est-à-dire étendue aux "marges" considérées comme nécessaires à la sécurité de la Russie et de son régime (Finlande, Etats baltes, Pologne etc.), autant il est prudent, voire timoré, vis-à-vis de toutes les autres grandes puissances.

Pour prendre le problème sous un autre angle, des pays mineurs aux traditions nationales fortes comme la Pologne, la Hongrie ou la Tchécoslovaquie ont donné à l'URSS le fil à retordre que l'on sait. Staline devait bien s'en douter, mais avait calculé ses risques en fonction de ce qui précède. Se serait-il chargé en sus d'un coeur léger des traditions et nationales, et ouvrières (syndicalistes, grévistes etc.), de la France, de l'Allemagne et de l'Italie ?

Le voir attaquer l'Allemagne en 1942 est, de mon point de vue, profondément erroné. Je ne voulais rien dire d'autre en l'occurrence.

Qu'en pensent les autres contributeurs ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  erbo le Mar 05 Juil 2011, 12:01 pm

Staline avait l'intention à long terme d'attaquer l'Allemagne.Il comptait le faire lorseque les belligerants "capitalistes" du conflit se seraient affaiblis au cours d'une guerre que Staline esperait longue.

1942 me semble être une date trop précoce pour que Staline déclenche une telle opération.
N'oublions pas que son armée souffre encore des purges de 1938.De plus en 1942 à l'ouest le conflit peut être encore très incertain.Staline n'attaquera que lorseque la guerre entre les autres puissances sera terminée.

erbo
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 162
Age : 25
Localisation : normandie
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mar 05 Juil 2011, 12:08 pm

erbo a écrit:Staline avait l'intention à long terme d'attaquer l'Allemagne.

Comment l'argumentez-vous ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  erbo le Mar 05 Juil 2011, 12:51 pm

Le fait par exemple que l'URSS était préparée à la guerre en 1941 à l'interieur de ses lignes.le black out est prévu et sera appliqué avec succès,la mobilisation se passe extrèmement bien et sans accroc ce qui est une véritable surprise.De plus la concentration assez incroyable de troupes sur la frontière:139 divisions et 29 brigades soit quatre millions d'hommes.L'URSS s'était donc préparé à la guerre et ne cessait de completer cette préparation.Staline avait bel et bien cette idée en tête,il comptait bien profiter de l'affaiblissement des "capitalistes " et des "fascistes" pour frapper.

Pensez vous réellement que Staline n'aurait pas profité de l'opportunité que lui procurait la guerre pour frapper plus tard,une fois ce conflit terminé?Staline se préparait à cette éventualité.

erbo
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 162
Age : 25
Localisation : normandie
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mar 05 Juil 2011, 1:06 pm

En 1941, avant d'attaquer, l'Allemagne était à la fois puissante et menaçante, ce qui justifiait largement la mobilisation dont vous parlez. Je ne comprends pas ce qui vous permet d'anticiper avec autant de sûreté, au cas où Hitler n'aurait pas attaqué, le passage des Soviétiques d'une attitude défensive à une attitude offensive.

Sauf à supposer dans le communisme stalinien une propension à vouloir s'étendre par les armes. Mais ici, comme dirait Marc, nous sommes plus chez Trotsky que chez Staline. Et il faudrait documenter la chose. Pour l'instant, je ne lis rien qui m'incite à quitter ma vision d'un Staline prudent, voire timoré, envers toutes les autres grandes puissances.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  erbo le Mar 05 Juil 2011, 1:55 pm

Tout d'abord je ne détiens pas la vérité absolue et je ne prétends pas la détenir.

De plus vous semblez oublier qu'au contraire Staline ne croit pas à une Allemagne menaçante. Et malgrès tous les signes qu'il reçoit il se refuse à penser qu'Hitler puisse l'agresser.Donc une telle mobilisation de troupes à la frontière reste, à mon avis, suspecte.
Je ne dit pas qu'au cas d'une non agression Staline aurait immédiatement attaqué,je pense qu'il attendait la fin du conflit à l'Ouest pour intervenir et qu'il se préparait.

Pensez vous réellement que Staline n'aurait pas profité de l'opportunité que lui procurait la guerre pour frapper plus tard ,une fois ce conflit terminé?

erbo
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 162
Age : 25
Localisation : normandie
Date d'inscription : 25/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  KLOSTER0 le Mar 05 Juil 2011, 2:33 pm

[quote]
Francois Delpla a écrit:En 1941, avant d'attaquer, l'Allemagne était à la fois puissante et menaçante, ce qui justifiait largement la mobilisation dont vous parlez. Je ne comprends pas ce qui vous permet d'anticiper avec autant de sûreté, au cas où Hitler n'aurait pas attaqué, le passage des Soviétiques d'une attitude défensive à une attitude offensive.

En fait les preuves d'un "durcissement du ton" soviétique existent dès Novembre 1940 et la rencontre Molotov-Ribbentrop/Hitler ;
http://www.wintersonnenwende.com/scriptorium/english/archives/articles/stalwarplans.html

Précisément car la guerre d'usure qui devait mettre L'Allemagne et les démocraties à genoux n'a pas eu lieu , les Russes réalisent que la résistance anglaise risque d'entrainer les USA dans une guerre contre l'Allemagne et son alliée soviétique (rappelons que les democraties ont dèjà failli se retrouver face à l 'armée rouge en Finlande ) , mais surtout, l'attitude allemande a radicalement changé après l'invasion de la Pologne et ce, malgré les termes du pacte germano - soviétique :

La Baltique et les Balkans qui devaient être dans la sphère d'influence soviétique selon les termes de l'accord vont voir des divisions
d'infanterie de montagne allemandes se positionner en Finlande pour protéger les mines de Nickel que convoitait Staline , quant à la
Roumanie , du moins ce qui en reste après l'amputation de la Bessarabie au profit des Russes, elle va voir son intégrité territoriale
garantie par Hitler lui même.

Menacée en orient par le Japon , à l'ouest par les démocraties contre lesquelles elle a bien failli se retrouver en guerre pendant
l'affaire Finlandaise puis désormais par le IIIeme Reich victorieux en France et agressif en Europe de l'Est , il est peu probable
que l'Urss ait pu envisager à un quelconque moment sa survie pacifiquement...

La guerre contre l'Allemagne était à terme considérée comme inévitable , toute la diplomatie soviétique consistant à gagner du temps
pour préparer l'armée rouge à un tel choc , quant au conflit contre les démocraties , on peut dire qu'il existait en germe à cette
époque et que "l'épisode Hitler" n'a fait que retarder une guerre froide qui se manifestera dès 1945 et qui a bien failli être brûlante...
avatar
KLOSTER0
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 350
Age : 53
Localisation : cannes
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mar 05 Juil 2011, 3:21 pm

Ne prétendant pas non plus avoir la science infuse, je suis cependant assez content de moi sur un point : le fait d'avoir invité les intervenants à s'interroger sur les "buts de paix" de chaque belligérant réel ou potentiel, à chaque décision à prendre.

S'agissant de Staline, je vois très bien des buts défensifs, comme je l'ai dit au sens large : s'assurer de ne pas être écrabouillé par l'Allemagne, puis en reculer la menace par l'absorption du "cordon sanitaire" établi dans l'autre sens en 1919-20 et le cas échéant l'occupation d'une partie de ladite Allemagne.

Pour le reste, il conviendrait de décider s'il a vraiment envie d'une révolution mondiale, surtout à la pointe de ses propres baïonnettes, et ne trouve pas déjà bien assez compliqué d'imposer son régime à ses peuples.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  marc_91 le Mar 05 Juil 2011, 3:41 pm

avion C'est clair que Staline n'attaque que quand il est sûr de gagner ...

Si je n'ai pas trouvé de grandes déclarations (le personnage étant de toute façons plutôt secrêt), il y a quand même quelques éléments troublants :

1-) Les troupes massées immédiatement derrière la frontière ;
Pour une défense, c'est idiot, car les mouvements se font alors sous le feu de l'attaquant (Joukov le dira, en 1940). Mais pour une attaque, c'est parfait.

2-) La nomination des nouveaux généraux aux postes dirigeants, dont le même Joukov, plus connu comme attaquant que comme partisan de la défensive,

3-) L'abandon des fortification de la ligne Staline (l'ex-frontière polonaise), et le peu d'empressement à édifier la Ligne Molotov (la nouvelle frontière avec l'Allemagne) ; un bon tableau ici :
http://www.armchairgeneral.com/rkkaww2/weapons/lines1941.htm
Alors que, pourtant, les soviétiques sont capables de "bien bétonner" quand ils le veulent ; il suffit de voir les défenses construites le long de la Mandchourie !!!
avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 55
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  KLOSTER0 le Mar 05 Juil 2011, 5:28 pm

En fait on peut même se demander si le pacte germano-soviétique lui même n'est pas une preuve d'agressivité russe à l'égard des
démocraties qui essayaient depuis plus longtemps que les allemands de faire signer une alliance militaire aux russes.

Staline aurait pu aussi (et cela aurait peut être été son intérêt ) ne rien signer avec personne comme gage de sa neutralité.
Au lieu de quoi le pacte avec l'Allemagne a doté les 2 pays d'une frontière commune et permis à la Wermacht de se rapprocher
de son ennemi russe de plusieurs centaines de kilomètres sans avoir à combattre ; permettant à Barbarossa de démarrer
de Varsovie plutôt que du territoire du reich !

Il faut dire , à la décharge de la diplomatie occidentale et russe , qu'un pacte anglo-franco-russe aurait été quasi impossible à mettre
en oeuvre : pour que l'Urss puisse attaquer l'Allemagne sur sa frontière orientale , il aurait fallu que les états Baltes , la Pologne
et la Roumanie lui accordent un droit de passage , et on peut aisément imaginer l 'enthousiasme de ces pays à l'idée
d'ouvrir en grand leurs portes à l'armée rouge !
avatar
KLOSTER0
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 350
Age : 53
Localisation : cannes
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mar 05 Juil 2011, 5:49 pm

La clé de tout cela me semble être que Hitler guide le mouvement.
Il est suffisamment menaçant pour que Paris, Londres et Moscou fassent mine de se regrouper contre lui, mais pas assez pour qu'ils le fassent. Du coup, à la fin, c'est lui qui choisit un rapprochement brusque avec l'un des deux côtés contre l'autre. Et il choisit le côté soviétique pour mille raisons : parce que cela surprend davantage, parce que dans Mein Kampf le tour de la France doit venir d'abord, parce que cela isole et discrédite Staline...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Mer 06 Juil 2011, 9:28 am

D'une façon plus générale, je n'ai jamais écrit que Hitler fût omnipotent ou omniscient, comme certains, ici ou ailleurs, m'en accusent pour me critiquer plus commodément.

En revanche, entre le 31 janvier 1933 et la mi-mai 1940 (moment où Churchill siffle la fin de la récréation), il exerce une immense influence sur ce qui se passe d'important dans la politique mondiale. Et d'autant plus grande qu'elle est inaperçue... parfois jusqu'à nos jours.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Afrikakorps le Mer 06 Juil 2011, 6:38 pm

Je suis daccord avec François pouce
avatar
Afrikakorps
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 28
Age : 22
Localisation : France
Date d'inscription : 26/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Sam 09 Juil 2011, 9:18 am

tietie007 a écrit:
Francois Delpla a écrit:
tietie007 a écrit:

François Delpla, je n'ai pas envie de débattre sur les intentions présumées d'Adolf

Je le vois bien, mais je demande : comment alors peux-tu dire qu'il manque des occasions ?

Et plus généralement, comment peut-on débattre d'une guerre si on se refuse à s'interroger sur les buts des combattants ?

Il rate des occasions car il n'a pas eu l'intention ...Malte est totalement démunie de défense, en 1940, c'est un fait ...et début 1941, l'île anglaise est aussi à bout, après le départ de l'Illustrous. Une opération aéroportée avec des débarquements maritimes, auraient eu raison de la résistance de l'île.
Donc ici, je ne parle pas des "intentions présumées" du Führer, mais de ce qu'il n'a pas fait.

Il ne faut pas oublier, aussi, que la campagne de France s'est révélée calamiteuse pour les anglais ... Si le British Expeditionnary Force a pu évacuer, à Dunkerque, 225 000 hommes, il n'est reste pas moins que 68 000 hommes ont été perdus, et que tous les véhicules, le matériel et l'armement lourd ont du être abandonnés. Christophe Prime, historien au Mémorial de Caen, parle d'un véritable traumatisme dans l'armée anglaise pendant plusieurs mois. En clair, si l'Axe avait poursuivi son initiative après la chute de la France, notamment au sud, il aurait été impossible pour Malte de tenir, et l'Egypte serait probablement tombée, après la chute de l'île anglaise.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1881
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Dim 21 Aoû 2011, 8:03 am

John Keegan, dans son Histoire de la Seconde guerre mondiale, (Perrin 1990 et 2009 pour l'édition Tempus), page 211, dans le chapitre sur l'opération contre la Crète, précise que les conseillers militaires du Führer insistaient pour qu'il prenne possession de Malte. "Pressés de choisir entre les deux objectifs importants de la Méditerranée, la Crète ou Malte", note le général Warlimont, tous ses officiers des forces terrestres, navales et aériennes optèrent pour Malte car la prise de cette île semblait assurer l'ouverture permanente de la voie d'accès à l'Afrique du Nord."

Keitel et Jodl actèrent le projet d'invasion de Malte mais Student leur objecta que Malte était une forteresse trop bien défendue pour céder à une opération aéroportée. (Ce en quoi il avait tort !). Goering appuya Student, voyant l'occasion de redorer le blason de la Luftwaffe, sur laquelle reposait l'entière responsabilité de l'opération.

Keegan concluera, page 225, que "La Crète n'était pas une basse essentielle à la bonne marche de la stratégie allemande. En revanche, la reprise de Malte préconisée par l'OKW aurait justifié les mêmes sacrifices, même plus."

Le renoncement à l'invasion de Malte, est une des grandes erreurs stratégiques allemandes de la seconde guerre mondiale !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1881
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  marc_91 le Lun 22 Aoû 2011, 6:06 am

avion Oui ...

Mais l'objectif d'Hitler et des nazis, en 1941, c'était l'Est !!!

En Mai-Juin 1941, un traité de "neutalité" venait d'être signé avec la Turquie, un gouvernement pro-allemand venait d'arriver au pouvoir en Irak et allait être renversé par les anglais, le gouvernement de Vichy laissait transiter les allemands via le protectorat français de la Syrie et du Liban, le Shah d'Iran était favorable aux allemands (il sera envahi par les anglais en Août) ...
Et une attaque vers les champs de pétrole de Bakou aurait consirablement affaibli Staline en 1941 !!!

De plus, Malte est une petite ile. La Crête est une ile de taille moyenne ... A peu près de la taille d'un comté anglais ... Psychologique, Non ???
avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 55
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Lun 22 Aoû 2011, 7:35 am

Il y a peut-être entre Malte et la Crète des différences plus explicatives, quant à la stratégie hitlérienne :

-l'une fait partie des bijoux de la Couronne britannique, l'autre pas;

-la Crète est un porte-avions qui menace l'Egypte, Chypre et tout le Moyen-Orient britannique; alors que prendre Malte, ce n'est pas menacer, c'est faire du rentre-dedans;

-sur un plan défensif, par rapport aux champs pétrolifères roumains, la possession de la Crète est plus pertinente.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Goliath le Lun 22 Aoû 2011, 10:29 am

De toutes façons, se pose toujours la question de la logistique et des moyens mis en œuvre ... que certains s'obstinent à ignorer, en sortant certes, de nombreuses citations, mais sans aucun organigramme, plan de route ou quoi que ce soit qui s'en rapproche. Bref, de la stratégie de salon, si vous me permettez l'expression.

D'ailleurs les allemands eux-même ne s'y sont pas trompé, puisque toute une gamme d'unités spécialisées (notamment des canons automoteurs de prise, de type KV, et autres engins lourds) avaient été créées afin de soutenir une opération amphibie contre le bastion maltais.
avatar
Goliath
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2830
Age : 24
Localisation : Autriche-France (95)
Date d'inscription : 20/10/2007

http://sturmovik.histoquiz-contemporain.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Invité le Lun 22 Aoû 2011, 2:04 pm

Complément à mon précédent.
Depuis la Crète on menace aussi, bien sûr, Malte : il s'agit, et de tromper l'Angleterre et l'URSS le plus longtemps possible sur les intentions de l'Axe en 1941 alors que l'attaque contre l'URSS est décidée dès juillet 40, et de faire craindre à cette même Angleterre, une fois Barbarossa déclenché, que le tour de ses possessions méditerranéennes vienne bientôt.

Le leurre s'adresse d'ailleurs aussi aux officiers allemands, qui ne doivent pas croire trop vite que l'agressivité envers l'URSS signifie l'amitié envers la Grande-Bretagne, tant que celle-ci ne s'est pas ralliée à l'idéologie "aryenne".

Il serait donc intéressant de rappeler les dates précises des préparatifs contre Malte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  tietie007 le Mar 23 Aoû 2011, 2:31 pm

Francois Delpla a écrit:Complément à mon précédent.
Depuis la Crète on menace aussi, bien sûr, Malte : il s'agit, et de tromper l'Angleterre et l'URSS le plus longtemps possible sur les intentions de l'Axe en 1941 alors que l'attaque contre l'URSS est décidée dès juillet 40, et de faire craindre à cette même Angleterre, une fois Barbarossa déclenché, que le tour de ses possessions méditerranéennes vienne bientôt.

Le leurre s'adresse d'ailleurs aussi aux officiers allemands, qui ne doivent pas croire trop vite que l'agressivité envers l'URSS signifie l'amitié envers la Grande-Bretagne, tant que celle-ci ne s'est pas ralliée à l'idéologie "aryenne".

Il serait donc intéressant de rappeler les dates précises des préparatifs contre Malte.

Je ne vois pas en quoi investir la Crète serait tromper l'URSS ...puisque de la Crète, on pouvait atteindre les champs pétrolifères de Ploesti ... Le contrôle de la Méditerranée Orientale menaçait plus l'URSS que la prise de Malte, qui n'aurait été orientée que contre l'Empire britannique.
Mais d'après Keegan l'arbitrage d'Hitler en faveur de la Crète ne serait du qu'à l'avis de Student. Je pense qu'Hitler voulait aussi sécuriser Ploesti, vital en vue de Barbarossa et craignait de s'associer avec l'allié italien, pour prendre Malte, qui lui était pourtant offerte !
En fait, le Führer pensait que le prochain effondrement de l'URSS, ne rendrait pas nécessaire la neutralisation de l'Egypte, ce qui rendait l'objectif Malte secondaire.

Quant au moyen d'investir Malte, j'en ai largement parlé, tout en sourçant mes dires ...en 1940, Malte n'a quasiment pas de défense aérienne ...Quant à la stratégie de salon, moi, au moins, je la source, ce qui n'est pas le cas de certains, qui n'ont aucune référence pour étayer leur discours ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1881
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Suez, Gibraltar : les occasions manquées cet été 1940.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum