Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Catalina le Mer 03 Sep 2008, 12:03 pm

J'ai briévement abordé le sujet par ailleurs (ici: http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/le-front-africain-f28/suez-gibraltar-les-occasions-manquees-cet-ete-1940-t6889-60.htm) mais je vais l'approffondir pour démontrer comment la Regia Marina, en n'interceptant pas le convoi M.B.3, a permis à Wavell de se renforcer suffisamment pour lancer sa contre-offensive (Operation Compass) en décembre 1940.

Suite à la bataille de Punta Stilo, le 9 juillet 1940, l'amiral Cunningham réalisa que la lenteur des cuirassés Royal Sovereign et Ramillies constituait un obstacle aux opérations à mener en Méditerrannée. En effet, le Royal Sovereign ne s'était pas montré capable de rejoindre la bataille à temps. D'autre part, la Regia Marina disposait de la supérioté numérique et qualitative en terme de croiseurs, la Royal Navy ne disposant d'aucun croiseur lourd en Méditerranée.

En conséquence, Cunningham demanda le transfert du croiseur lourd Kent, de l'Océan Indien, et de la force F (cuirassé Valiant, porte-avions Illustrious, croiseurs Calcutta et Coventry équipés de radars), de Gibraltar, à Alexandrie.

Une offensive italienne en Afrique du Nord étant prévue, un convoi rapide escorté par les croiseurs Ajax et York passant par la route la plus sure, celle du Cap de Bonne Espérance, fut mis sur pied. Une fois arrivés ces croiseurs furent également incorporés à la Mediterranean Fleet. Profitant de ces mouvements, la flotte d'Alexandrie devait escorter un convoi de trois navires vers Malte, avant de prendre en charge l'escorte d'un convoi en provenance de Gibraltar. Cette opération complexe fut désignée sous le nom de code d'Operation Hats.

L'opération démarra l'aprés-midi du 29 août 1940 quand trois cargos escortés par cinq destroyers quittérent Malte. Le lendemain, la Force B comprenant le croiseur de bataille Renown, le porte-avions Ark Royal, le croiseur léger Sheffield et douze destroyers quitta Gibraltar en soutien à la force F. Au même moment les cuirassés Warspite et Malaya, le croiseur lourd Kent, les croiseurs Orion, Sydney, Gloucester et Liverpool, accompagnés de treize destroyers quittérent Alexandrie avec la double mission d'escorter le convoi pour Malte et les unités arrivant de Gibraltar. Au retour ce groupe devait également bombarder quelques aérodromes italiens.

Supermarina, ayant reçu des informations sur les mouvements britanniques le 30 août, ordonna le lendemain à six heures du matin l'appareillage de Tarente des 9e (cuirassés Littorio, Vittorio Veneto), 5e (cuirassés Cavour, Cesare, Duilio), 1ére (croiseurs lourds Pola, Zara, Fiume, Gorizia) et 8e divisions (croiseurs légers Duca degli Abruzzi et Garibaldi) et plusieurs escadrons de destroyers pour un total de vingt-sept unités.

Cette force navale devait croiser entre Malte et Zante et intercepter tout navire ennemi dans la zone. Le commandant italien n'était pas au courant de la présence des convois britanniques. Souffrant de problémes de machines, le cuirassé Cesare resta finalement à Tarente.

Le convoi à destination de Malte fut repéré par une reconnaissance aérienne le 31 août. Ce convoi fut attaqué par des bombardiers qui causérent de faibles dommage aux cargos. A ce moment les intentions britanniques étaient évidentes et la flotte italienne se trouvait à seulement 120 nautiques de l'ennemi. De façon incompréhensible, Supermarina ordonna à dix-sept heures à la flotte de faire demi-tour pour regagner Tarente!!

La supériorité italienne entre les forces italiennes et le groupe britannique à proximité était évidente: 4 cuirassés regroupant 18 canons de 381 mm et 20 de 320 mm contre 2 cuirassés alignant 16 canons de 381 mm; quatre croiseurs lourds italiens contre un seul britannique, deux croiseurs légers et 27 destroyers contre quatre croiseurs légers et 17 destroyers... ce n'est pas la présence du côté britannique d'un porte-avions embarquant seulement 17 Swordfish qui aurait pu rétablir l'équilibre...

Au cours de la nuit, l'amiral Campioni, à bord du Cesare réparé rejoignit les forces italiennes qui reçurent de nouveau l'ordre d'intercepter l'ennemi à son retour de Malte. Cette mission se révéla impossible à réaliser du fait de conditions météo se détériorant rapidement et de la mauvaise tenue des destroyers italiens par mer formée. De nouveau la flotte fit demi-tour perdant plusieurs membres d'équipage et les destroyers souffrant de dommages dans leurs superstructures. Le croiseur Duca degli Abruzzi fut attaqué par un sous-marin qui lança deux torpilles sans le toucher.

Le 2 septembre le convoi britannique atteint Malte en même temps que la force F en provenance de Gibraltar. Au retour, tous ces navires devaient remplir plusieurs objectifs:
- escorter un convoi à destination de Port-Saïd;
- bombarder l'aérodrome de Scarpanto;
- lancer une attaque aérienne sur l'aérodrome de Rodi.
Au cours du bombardement de Scarpanto une vedette MAS fut perdue par les italiens tandis que l'attaque aérienne sur Rodi se solda par la destruction de deux S.M.79, sept autres étant endommagés, pour la perte de quatre appareils britanniques. Le 6 septembre, tous les navires étaient de retour à Alexandrie.

Suite à cette opération, Malte fut ravitaillée et la Mediterranean Fleet considérablement renforcée. Ce renforcement de la Royal Navy en Egypte permit l'arrivée d'autres convois qui permirent de renforcer la Western Desert Force. Ainsi, le 24 septembre, trois régiments blindés débarquérent à Port-Saïd, le 3th Hussars avec des chars légers, le 2nd RTR avec des Cruisers et, surtout, le 7th RTR avec 48 Matilda Mk II. Grace à ces forces, O'Connor put mener à bien l'Operation Compass, reprenant Sidi-Barrani et pénétrant en Cyrénaïque.

Sans la décision prise par Supermarina de rappeler sa flotte le 31 août, le convoi britannique à destination de Malte aurait probablement été anéanti, la force F contrainte de faire demi-tour vers Gibraltar, la flotte italienne aurait eu la maitrise du bassin oriental de la Méditerranée empéchant probablement une intervention britannique en Gréce et forçant les britanniques à faire un long détour par le Cap de Bonne Espérance pour renforcer leurs forces en Egypte...

Source:
- http://www.regiamarina.net/operations/hats/hats_us.htm
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Thunderbolt le Mer 03 Sep 2008, 1:08 pm

Très belle article Catalina. Intéressant et passionant. Merci beret
avatar
Thunderbolt
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 648
Age : 28
Localisation : Kilstett (Alsace)
Date d'inscription : 12/05/2008

http://xav-photos.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Catalina le Mer 03 Sep 2008, 1:11 pm

Ben.. de rien... je n'ai fait que traduire l'article anglais, lui même une traduction d'un article italien... seule la conclusion est de moi spamafote
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Bourguignon le Mer 03 Sep 2008, 1:52 pm

Episode intéressant ! Par contre, quelqu'un aurait des infos sur la ou les raisons qui auraient poussé Supermarina à rappeler sa flotte ?

Bourguignon
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 167
Age : 37
Localisation : Auxerre
Date d'inscription : 25/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Catalina le Mer 03 Sep 2008, 11:40 pm

On a prétendu que c'était car les italiens ignoraient où se trouvait la flotte britannique, ce qui ne tient pas vraiment la route le convoi ayant été repéré et attaqué dans la journée.

Comme Supermarina donne de nouveau l'ordre d'intercepter les navires britanniques aprés réparations du Cesare, il est plus probable que c'est l'importance des forces à affronter qui constituait la grosse inconnue pour les italiens. Cela contraste fortement avec la bataille de Punta Stilo où les italiens n'hésitérent pas à attaquer bien qu'ils soient en infériorité numérique. En l'occurence Supermarina a fait montre cette fois ci d'une prudence excessive.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 44
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Operation Hats, ou l'occasion ratée...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum