"What If" autour des traités navals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"What If" autour des traités navals

Message  Catalina le Dim 14 Sep 2008, 4:45 pm

Etant, ce matin, en train de glander devant l'ordi en sirotant mon thé, je me suis amusé à trouver les conséquences possibles de divers "What if" autour des traités navals de l'entre-deux guerres. Ce sujet pourrait prendre place sous la rubrique "Navires" mais comme il s'agit de supputations sa place me semble plus appropriée dans la "Cantine" ^^

J'ai déjà parlé de ces traités navals ici: http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/les-navires-f40/les-traites-navals-de-l-entre-deux-guerres-t3199.htm?sid=34e484944956a644437dd928d3ce4be0

Hypothése 1: Traités navals historiques mais la France et l'Italie construisent le contingent naval auxquel ces deux pays avaient droit.

Suite au traité naval de 1922, la France peut disposer de 3 pré-dreadnoughts de la classe Danton, 4 dreadnoughts de la classe Courbet et 3 dreadnoughts de la classe Bretagne. L'Italie peut disposer de 4 pré-dreadnoughts de la classe Vittorio Emanuelle, du Dante Alighieri, de 3 dreadnoughts de la classe Conte di Cavour et de 2 dreadnoughts de la classe Andrea Doria. Les deux pays peuvent mettre sur cale de nouveaux navires en 1927, 1929 et 1931 en remplacement de leurs cuirassés anciens.

La France décide de remplacer le cuirassé France, perdu accidentellement le 26 août 1922, par le cuirassé Gascogne (ou un autre navire de la classe Normandie) qui est encore sur cale. Cela pousse l'Italie a achever les réparations sur le Leonardo da Vinci. Conformément au traité, la France décide de construire deux navires de 35.000 tW (configuration générale des Richelieu historiques) en 1927 et 1929 en remplacement des vieux Danton. L'Italie fait de même pour remplacer ses Vittorio Emanuelle.
En 1934, l'Italie poursuit avec deux nouveaux navires de 35.000 tW auxquels la France répond par deux autres navires d'une configuration légérement différente avec une tourelle quadruple à l'avant et une à l'arriére (comme projeté pour le Gascogne historique).
En 1938, l'Italie met sur cale deux navires d'un déplacement supérieur ce qui pousse la France à commander deux navires d'un déplacement maximal de 45.000 tW (conformément au protocole du 30 juin 1938).
Concernant les porte-avions, l'on peut envisager que la France méne à bien son programme de 1920 avec quatre navires dont deux cuirassés de la classe Normandie transformés, au lieu du seul Béarn.

Conséquences:
- la France dispose à l'entrée en guerre de 2 Courbet, 3 Bretagne, 1 Normandie, 2 35.000 tW + 2 autres en achévement + 1 en construction et 1 en commande de plus de 35.000 tW;
- L'Italie dispose à l'entrée en guerre de 3 Conte di Cavour, 2 Andrea Doria, 2 35.000 tW + 2 autres en achévement + 2 en construction de plus de 35.000 tW;
- Le déplacement des Scharnorst allemands est à revoir à la hausse (il a été fixé par rapport à celui des Dunkerque qui ne voient pas le jour dans la même configuration dans cette hypothése);
- Mers-el-Kebir risque de se transformer en désastre britannique;
- Aprés l'armistice français l'Italie dispose d'une supériorité navale absolue en Méditerrannée.

Hypothése 2: Traité naval en 1922, mais pas de nouveau traité en 1930.

Les "vacances navales" s'achévent dès 1931 au lieu de 1936. Les navires britanniques et américains désarmés à l'occasion de ce traité restent en service jusqu'à leur remplacement par de nouveaux navires. Il n'y a pas de limitation qualitative des sous-marins ni de limitations quantitatives sur les navires légers. Tous les pays construisent des navires de 35.000 tW armés de canons de 380 ou 406 mm à partir de 1931:
- L'US Navy dispose en 1939 de 7 navires datant de la Premiére Guerre ou des années 20 (New Mexico, Idaho, Tennessee, California, Maryland, Colorado et West Virginia) et de 10 cuirassés modernes + 5 en construction;
- La Royal Navy dispose de 5 navires de la Première Guerre (Valiant, Ramillies, Renown, Repulse, Hood), des Rodney et Nelson et de 10 cuirassés modernes + 5 en construction;
- La marine japonaise dispose de 4 navires datant des années 20 (Ise, Hyuga, Nagato, Mutsu) et de 6 cuirassés modernes + 4 en construction;
- La France et l'Italie disposent chacun de 5 cuirassés modernes de 35.000 tW voire d'un nombre plus important d'unités d'un tonnage moindre;
- La France aligne quatre croiseurs sous-marins de la classe Surcouf;
- La Grande-Bretagne dispose d'un nombre de croiseurs beaucoup plus important qu'historiquement.

Conséquences:
- Pas de conséquences directes sur l'équilibre global entre les flottes hormis que la Grande-Bretagne peut plus efficacemment protéger ses lignes de communication et que les navires de ligne sont plus gros et mieux armés le Japon faisant certainement sauter les limites qualitatives dés 1934.

Ce ne sont que deux hypothéses mais l'on peut certainement en trouver d'autres


Dernière édition par Catalina le Dim 21 Sep 2008, 1:36 pm, édité 1 fois
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: "What If" autour des traités navals

Message  Catalina le Lun 15 Sep 2008, 11:37 am

Hypothése 3: traités navals en 1922 et 1930 mais pas de traité naval en 1936 les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ne voyant pas l'interêt de le signer en l'absence du Japon et de l'Italie

Le calibre maximal des navires de ligne reste à 406 mm au lieu d'être réduit à 356 mm et le déplacement des croiseurs à 10.000 tW au lieu de descendre à 8.000 tW.

Conséquences:

- Les King George V sont armés de canons de 406 mm au lieu de 356 mm;
- Les croiseurs des classes Crown Colony britanniques et De Grasse français sont plus gros.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: "What If" autour des traités navals

Message  Catalina le Ven 19 Sep 2008, 11:26 am

Hypothése 4: (complétement tirée par les cheveux!!)

La Grande-Bretagne parvient à faire interdire complétement la guerre sous-marine lors de la conférence de 1930, malgré l'opposition de la France.

Conséquences:
- pas de guerre sous-marine allemande dans l'atlantique ni américaine dans le pacifique, ou réduite à la portion congrue les développements en la matiére dans les années trente ne pouvant se faire qu'en secret;
- les principales menaces sur les voies de communication navales sont le fait de navires de surface pratiquant la guerre de course et de l'aviation;
- les crédits alloués aux sous-marins et aux escorteurs sont consacrés aux navires de combat de surface (raiders et Schnellboots pour la Kriegsmarine).
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: "What If" autour des traités navals

Message  Catalina le Sam 20 Sep 2008, 5:59 am

Hypothèse 5: (ouaip... j'ai pas sommeil ^^) Pas de traité naval en 1922

Malgré les difficultés économiques, la course navale engagée au lendemain de la Grande Guerre se poursuit. La grande dépression de 1929 conduit à un traité naval en 1930 seulement avec "vacances navales" pour dix ans à compter de cette date.

Les Etats-Unis renouvellent leur flotte en achevant quatre Colorado, six South Dakota (43.200 t, 12 x 406 mm - les derniers étant achevés avec canons de 457 mm pour tenir comparaison avec les navires britanniques et japonais) et six Lexington (43.500 t, 8 x 406 mm - les Lexington et Saratoga ne sont pas convertis en porte-avions). Le Japon, aprés ses deux Nagato, achéve deux Tosa (39.900 t, 10 x 406 mm - le Kaga n'est pas achevé en porte-avions), trois Amagi (33.800 t, 10 x 406 mm - l'Akagi est détruit sur cale par un tremblement de terre mais l'Amagi n'est pas converti en porte-avions) quatre Kii (42.600 t, 10 x 406 mm) et lance la construction de quatre n°13 (47.500 t, 8 x 457 mm). La Grande-Bretagne construit quatre Invincible (G3) et entame la construction de quatre St George (N3- 48.000 t, 9 x 457 mm). La France achéve trois Normandie dans une version améliorée (canons de 406 mm éventuellement, deux autres l'étant en porte-avions) et entame l'étude d'un nouveau cuirassé portant des canons de 450 mm. L'Italie met sur cale une nouvelle classe de navire pour répliquer aux Normandie français.

Pour les porte-avions, outre les Normandie français convertis, pas de changements pour les britanniques, le Japon convertit deux Kongo à la place des Amagi et Kaga, les Etats-Unis deux vieux cuirassés à la place des Lexington.

Le Traité naval de 1930 limite à 45.000 t et 457 mm les caractéristiques des nouveaux cuirassés et impose des "vacances navales" jusqu'en 1941. Les flottes britanniques et américaines sont limitées à 16 navires chacune (4 Colorado, 6 South Dakota, 6 Lexington pour l'US Navy; 5 Queen Elisabeth, 2 Renown, 1 Hood, 4 "N3" et 4 "G3" pour les britanniques). La flotte japonaise à 10 navires (3 Amagi, 4 Kii, 3 "N°13"), la flotte française à 10 navires (2 Courbet, 3 Bretagne, 3 Normandie, 2 nouveaux), la flotte italienne à 10 navires (Dante Alighieri, 3 Conte di Cavour, 2 Andrea Doria, 4 nouveaux). Les plus anciens de ces navires sont désarmés aprés le traité naval de 1936.

Conséquences:
- le développement des porte-avions est plus lent au cours de l'entre-deux guerre, le cuirassé restant LE Capital Ship;
- Aucun navire de ligne moderne n'est mis sur cale dans les années 30 en dehors de l'Allemagne et de l'URSS;
- Les nouveaux navires de ligne mis sur cale à partir de 1941 portent du 457 mm (Etats-Unis et Grande Bretagne) ou du 508 mm (Japon), aucun ne pouvant cependant être achevé avant la fin du conflit.
avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: "What If" autour des traités navals

Message  Catalina le Lun 22 Sep 2008, 12:53 pm

Petites modifs sur l'hypothése 1 (course navale franco-italienne):

La France ne construit pas tout de suite des 35.000 tW mais commande à la place deux Croiseurs de Combat de 17.500 tW armés de 8 canons de 305 mm et filant 34-36 kts, deux autres étant prévus ultérieurement. L'italie réplique avec trois cuirassés rapides de 23.000 tW 28-29 kts armés de 6 canons de 381 mm ce qui pousse la France à remplacer les deux derniers croiseurs de combat prévus par un navire de 35.000 tW armés de 8 canons de 380 mm (Richelieu dans sa premiére configuration avec armement secondaire de 130 mm). En 1934, l'Italie commande alors deux 35.000 tW armés de 9 canons de 381 mm (Littorio historiques) auxquels la France répond en 1935 par deux autres 35.000 tW dans une configuration modifiée (type B3ter Gascogne).
En 1938, l'Italie poursuit avec la commande de deux navires de 42.000 tW 32 kts armés de 9 canons de 406 mm (projet Ansaldo du 14/07/1936 qui donnera le projet UP41 destiné à l'Union Soviétique) ce qui pousse la France à dépassser à son tour la limite de tonnage Washington en commandant deux navires de 40 à 45.000 tW.

Beaucoup plus réaliste comme course navale entre les deux pays, j'ai même un dessin du projet italien de 23.000 tW destiné à contrebalancer les croiseurs de combat français de 17.500 tW:



A contrario, l'on peut imaginer que les esprits se calment dans les années trente et que l'Italie réplique aux Dunkerque français par deux navires de 26.500 tW 29 kts armés de 8 canons de 343 mm (projet de 1933) dont voici un dessin au lieu des Littorio historiques, mais c'est nettement moins intéressant comme What if:

avatar
Catalina
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1659
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 17/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: "What If" autour des traités navals

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum