Le 4éme Tabor en Sicile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 4éme Tabor en Sicile

Message  le ronin le Mer 22 Oct 2008, 12:59 pm

Bonjour,

Sicile, Juillet/Aout 1943 Lt Colonel Yves Jouin


Arrivé seulement à la fin D'Avril 1943 sur le front Tunisien, le 4éme Tabor n'avait pris
part qu'à la dernière partie de la campagne comme unité isolée mise à disposition du
commandement Américain.Toutefois, son brillant comportement dans les combats menés
autour de Bizerte lui valut l'estime de nos alliés, et permit à ces derniers de se rendre
compte des services que pouvait rendre dans une guerre moderne, une troupe légère et
rustique capable de se battre dans les terrains les plus difficiles.


C'est cependant avec une certaine amertume et l'impression d'avoir été les artisans de la 11éme
heure, de la victoire de la Tunisie que les goumiers et surtout leurs cadres retrouvèrent la quiétude de leur garnison de Sefrou le 4 Juin.
Or, le 6 Juin 1943 , le général Patton demanda au général Giraud qu'un Tabor soit mis à sa disposition.Quelques jours après , il exprima le désir de voir le 4éme Tabor recevoir cette mission,
qui débuterait le 25 Juin . Il avait pu apprécier en effet, la valeur de cette unité de supplétifs.

Après avoir reçu rapidement l'armement Américain, le 4éme Tabor placé sous les ordres du capitaine
Verlet, quitta Sefrou le 5 Juillet 1943 pour Bizerte, d'où il s'embarqua, le 13 Juillet, à destination de Licata, une des premières têtes de pont Américaines en Sicile.
Dans l'ensemble et principalement dans la zone de la VII éme armée U.S., les opérations se déroulaient selon le plan prévu, malgré les réactions parfois brutales des éléments de la 15 éme
division de "grenadiers panzers" et de la division blindée "Hermann Goering ".
Les dix divisions de la VI éme armée Italienne du général Guzzoni stationnée dans l'ile avaient un moral trés ébranlé par l'effondrement militaire de leur pays, prélude à celui du gouvernement de
Mussolini.
Malgré ces circonstances peu favorables, les troupes allemandes allaient, presque seules, organiser une retraite agressive qui dura plus d'un mois grâce à leurs qualités militaires.Leur objectif principal,
l'évacuation de leurs forces par le détroit de Messine, fut d'ailleurs réalisé en grande partie.
Le plan du général Eisenhower prévoyait au contraire, l'isolement de l'ennemi dans la partie Nord-Ouest de l'île et la neutralisation rapide de sa voie de repli par Messine.
Pour réaliser cette mission, la VII éme armée U.S. , après avoir débarqué sur la côte Sud-Ouest,
devait foncer vers l'Ouest et occuper Palerme.Ensuite longeant la côte Nord, elle devait se diriger
vers la région de l'Etna et faire liaison avec la VIIIéme armée britannique du général Montgomery,
débarquée sur la côte Sud-Est pour s'emparer toutes forces réunies, de l'important verrou de Messine.
Le 4éme Tabor allait prendre part, sans trêve ni repos, aux deux phases de la campagne .

Dés son débarquement à Licata, le Tabor est rattaché à la 3 éme division d'infanterie U.S. du général Truscott, dont l'objectif est la prise D' Agrigente, important point d'appui.Poussé sur Naro, le
16 Juillet, le 4 éme Tabor va être mis à la disposition du 15 éme régiment d'infanterie (colonel Johnson ) à Canicatti.
A partir du 17 , il va assurer la protection de la route Agrigente-Palerme et le nettoyage de ce massif à l'Est de cet axe.
Le 19 Juillet, il reçoit l'ordre de progresser vers Mussomeli, et de s'emparer du mont Vito. Aprés une
marche très pénible, les objectifs sont atteints dans la soirée.La progression continue toute la nuit ,
en direction de Cammarata.
A l'aube du 20 Juillet, les réactions d'éléments italiens appuyés par une batterie d'artillerie, stoppent
sur les hauteurs Ouest de la vallée du Platani, le premier échelon du 3 éme bataillon du 15 éme
R.I.U.S. et du 68 éme goum. Un violent bombardement s'abat sur le P.C. du Tabor à la cote 515
et cause quelques pertes .Grâce à l'intervention des mortiers du Goum de commandement , bientôt
appuyés par l'artillerie américaine , les pièces italiennes sont réduites au silence. En fin de journée ,
les italiens rompent le combat.En même temps le Tabor reçoit l'ordre de se porter le plus rapidement possible, sur les haureurs Sud de Lercara Friddi , de manière à permettre le débordement
de cet important noeud routier tenu par l'ennemi......
Après une longue marche de nuit, les Marocains occupent leur objectif, et au matin le bataillon italien de Lercara Friddi, fait sa réddition aux américains.
Grâce à ce succès, la 3éme D.I.U.S. , peut utiliser à fond le réseau routier et lancer ses éléments
motorisés en direction de palerme.L'avance devient si rapide, que le Tabor doit être transporté en cmions sans ses animaux.Il atteint ainsi Corleone dans la journée du 22 Juillet.
La prise de Palerme par les américains marque la première phase de la campagne, au cours de
laquelle le 4éme Tabor, a obtenu des résultats excellents.
En moins d'une semaine les goumiers ont parcouru prés de 120 Km, en terrain varié, en mission de découverte où de flanc garde, souvent sans liaison ni ravitaillement.Les déplacements effectués la
plupart du temps de nuit, ont provoqué une fatigue extrème chez les hommes, et surtout chez les animaux. Mais ces inconvénients étaient largement compensés par les succés remportés au prix de pertes trés faibles, et de 127 prisonniers capturés.
Laissant la 3éme D.I.U.S. poursuivre sa progression le long de la côte Nord vers Cefalu, le 4éme Tabor va être dirigé sur la région de Résultano et Alimena en plein coeur du massif montagneux
du centre de la Sicile.
Son regroupement ne peut être terminé avant le 25 Juillet en raison de l'absence de moyens de transport pour les animaux.A partir de cette date il est rattaché à la première division d'infanterie
(général Allen )du 2éme corps d'armée U.S. général Bradley. Cette garnde unité est chargée de la conquête de la partie centrale de l'île par Nicosia et Troina avec l'aide des britanniques venant du Sud- Est.Cette mission est rendue difficile par l'agressivité d'un ennemi en général Allemand, et un terrain extrêmement coupé, d'une altitude moyenne de 1500 m. Chargé d'assurer la protection du flanc Nord de la division, le 4 éme Tabor occupe dans la soirée du 26 Juilllet, les abords de la route Petralia-Gangi.Le 27 au matin, ce dernier village est atteint et la mission de la journée est l'occupation avec le 18 éme R.I.U.S. du mont Sambughetti, culminant à 1558 m.
Les défenseurs italiens de cet important observatoire commandant la transversale Nicosia-San Stefano
di Canasta, battent en retraite à la fin de la nuit et la nuit du 28 juillet est consacrée au nettoyage de la position.Soixante dix prisonniers sont capturés par les goumiers qui cherchent d'autre
part à se renseigner sur l'ennemi. Des patrouilles sont envoyées vers Mistrette, qui est reconnue occupée par les allemands.Des tirs de harcèlement sont effectués vers le Nord de manière à aider les éléments amis bloqués le long de la mer à hauteur de San Stefano di Canasta.Dans la nuit du 28 au 29 Juillet, le commandant du 4 éme Tabor reçoit l'ordre d'occuper le mont Caniglio (1084 m )
Le 66éme goum est désigné pour remplir cette mission rendue délicate par l'absence de renseignements sur l'ennemi, est un terrain difficile.Un épais brouillard matinal gêne la progression, et les éléments de tête se heurtent brusquement à des organisations défensives tenues par les allemands.Il faut l'intervention de la quasi totalité des moyens pour dégager le 66éme goum , assez éprouvé.En fin de matinée , l'ennemi décroche difficilement sous le feu des engins , et du 68 éme goum, après avoir subit de grosses pertes.

La campagne de sicile, verra le 4éme Tabor aller de combats en combats, souvent en flanc garde , mais aussi en "flêche" , et les conduira au côtés des alliés, jusqu'à la prise de Messine dans la matinée du 17 Aout par la 3éme D.I.U.S. et la VIIIéme armée britannique ,qui marquera la fin de la campagne de Sicile .Les opérations actives, avaient cessées pour le Tabor, dés le 14 Aout. Le 19 Aout, au bivouac du mont guardolia, le général Giraud venait apporter au 4éme Tabor, le salut de la France , et lui exprimer sa satisfaction.


Amicalement , le ronin.


...Tu peux serrer dans ton poing une abeille, jusqu'à ce qu'elle étouffe .Elle ne mourra pas sans t'avoir piqué .Si elle ne le faisait pas , il y a longtemps qu'il n'y aurait plus d'abeille....


Semper fidelis
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3422
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum