Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Invité le Mar 06 Jan 2009, 3:20 pm

Je ne sais pas si le sujet a déjà été abordé ici. Dans le doute:

Le 6 août 1945, trois avions météo américains survolent le Japon. Leur mission: dire "oui" ou "non" lorsqu'ils arriveront au-dessus des villes de Kokura, Nagasaki et Hiroshima. Derrière eux, un bombardier B-29 du nom d'Enola Gay.
L'avion qui se dirigeait vers Hiroshima, baptisé Straight Flush, volait au radar dans l'épaisse couche de nuages. Soudain, le bombardier de l'appareil aperçut la ville d'Hiroshima à travers une large trouée dans la couche nuageuse. Le chef pilote de l'appareil, le major Claude Robert Eatherly (surnommé Bob), la vit au même moment. L'appareil fit demi-tour alors que le radio transmettait un message capté par l'Enola Gay. Les conditions étaient bonnes.
A 8h14, heure locale, Little Boy explosait au-dessus de la ville d'Hiroshima, désintégrant toute forme de vie à proximité de la zone d'explosion et ravageant une grande partie de la ville.
Si l'on sait que les personnes les plus directement impliquées dans le bombardement d'Hiroshima ne semblèrent jamais éprouver de remords, se retranchant derrière le "devoir accompli" (Truman, interrogé par des journalistes qui lui demandèrent ce qu'il regrettait le plus dans sa vie répondra "qu'il regrettait de ne pas s'être marié plus tôt"), on sait peut-être moins qu'un homme, pourtant moins directement responsable, ne s'en remit jamais. Cet homme c'était le commandant du Straight Flush, le major "Bob" Eatherly.

Lorsqu'il apprit ce qu'il s'était produit à Hiroshima, Claude Robert Eatherly resta muet durant plusieurs jours, refusant d'adresser la parole à quiconque. Il n'avait pas largué la bombe, mais c'est lui qui avait conseillé à l'Enola Gay de le faire. Il ne pouvait tout simplement pas le supporter. Il semble atteint d'une sérieuse dépression nerveuse, mais tente de reprendre le dessus. Il vole à nouveau et survolera même Nagasaki. "La liberté et l'humanité devaient être défendues par les armes", lui avait-on répété lorsqu'il s'était engagé. Pourtant, Hiroshima hante ses nuits.
Démobilisé, ce "héro" tente de retrouver une vie normale auprès de sa femme, qu'il avait épousée en 1943. Il trouve un emploi dans une société pétrolière de Houston. Sérieux, bien noté, il devient directeur des ventes. Pourtant, toutes les nuits, il se retrouve à Hiroshima. Il tente d'y échapper en absorbant alcool et médicaments. Mais rien n'y fait.
Alors, chaque mois, il prélève une partie de son salaire pour l'envoyer à Hiroshima. Sur l'enveloppe est écrit: "Pour les victimes". Il écrit également aux autorités d'Hiroshima. Il accuse, il s'excuse.
En 1950, Truman annonce que les USA vont construire une bombe à hydrogène. Eatherly loue alors une chambre dans un hôtel de la Nouvelle-Orléans. Il s'y enferme et tente de mettre fin à ses jours en absorbant des médicaments. Il en a assez. Il est cependant sauvé et, après sa sortie de l'hôpital, il se rend à l'asile psychiatrique de Waco, spécialisé dans les soins des troubles psychologiques des soldats. Il en sort, nullement guéri.
Pour tenter de dormir, il se noie dans le travail. Il abandonne son poste, devient ouvrier et choisit les tâches les plus épuisantes. Peine perdue: dans ses rêves, c'est toujours Hiroshima qu'il revoit.
Et pourtant, tous comme les autres aviateurs qui ont participé au bombardement de la ville japonaise, c'est un héro, fêté et décoré. Mais cette réalité l'accable. Il décide alors de détruire cette image de héro qu'il ne peut plus supporter.
Au début de l'année 1953, il comparait devant la justice pour avoir falsifié un chèque (d'un montant d'ailleurs peu élevé ). Ce chèque, il l'avait envoyé à un orphelinat d'Hiroshima qui prenait soin des victimes du bombardement. Il écope de neuf mois de prison, mais sera libéré avant le terme pour bonne conduite. Alors, à Dallas, il attaque un magasin à main armée. Il n'emporte rien. Un non-lieu est prononcé du fait de "l'irresponsabilité" plaidée par son avocat. Il séjourne à nouveau à Waco pendant 4 mois et il est reconnu en tant "qu'invalide psychique". Il devient ensuite commis voyageur durant 6 mois. Mais un matin, on le retrouve baignant dans son sang. Il avait à nouveau tenté de se suicider. Il retourne à Waco. Il en sort à nouveau après 6 mois, "guéri". Sa femme a obtenu le divorce. De 1954 à 1959 il alterne les braquages (il ne vole jamais rien!) et les séjours en asile psychiatrique. La presse commence à s'intéresser à cet homme, alors que partout la nécessité du bombardement d'Hiroshima est questionnée.
Günther Anders, un philosophe autrichien débute une correspondance avec Eatherly. Selon Alain Decaux, "il faut lire ces lettres pour se rendre compte que cet homme n'est pas fou".
Cette correspondance (entamée alors qu'il est toujours interné à Waco) lui fait un bien fou. Il veut témoigner, appeler le monde à s'opposer à l'arme nucléaire. Il publie également des articles.
Il se rend à Hiroshima où il est accueillit par les Japonais comme "un frère retrouvé". En 1962, il participe à une gigantesque manifestation contre l'arme nucléaire à New-York.
Jusqu'à la fin, Heatherly militera contre l'arme atomique. Il mourra d'un cancer en 1978.


Source: Résumé d'un article d'Alain Decaux publié dans Historia N°412, mars 1981.


Un livre: "Avoir détruit Hiroshima". Correspondance de claude Eatherly avec Günther Anders.
Un lien: http://www.dissident-media.org/infonucleaire/jungk_preface.html


Dernière édition par LSR le Mar 06 Jan 2009, 3:59 pm, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  panzerblitz le Mar 06 Jan 2009, 3:29 pm

Tragique et touchante histoire !

C'est un peu l'antithèse du cliché que l'on a des pilotes alliés de bombardiers (ou auxiliaire de ceux ci ) ...
Cependant ,comme tu le souligne ,ces gens là sont souvent trop peu nombreux !
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

!

Message  Roy le Mar 06 Jan 2009, 4:35 pm

Tout simplement touchant .

Merci LSR .
avatar
Roy
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 450
Age : 26
Localisation : Salon De Provence
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Clem le Mar 06 Jan 2009, 4:48 pm

Ce qui m'étonne, c'est qu'Hiroshima et Nagasaki aurait du montrer à l'homme la dangerosité de l'arme atomique, et lui faire arrêter toute recherche sur celle-ci. Malheureusement, il n'en fut rien, et si jamais aujourd'hui, ou demain, un fou appuie sur le bouton, on est tous bons pour l'hiver nucléaire ad vitam éternam .

Le nucléaire en soit est très dangereux. Pris à la légère, il peut déclencher des catastrophes aux conséquences incalculables. Tchernobyl en est l'exemple.
avatar
Clem
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 313
Age : 26
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 10/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Narduccio le Mar 06 Jan 2009, 5:39 pm

Clem a écrit:Ce qui m'étonne, c'est qu'Hiroshima et Nagasaki aurait du montrer à l'homme la dangerosité de l'arme atomique, et lui faire arrêter toute recherche sur celle-ci. Malheureusement, il n'en fut rien, et si jamais aujourd'hui, ou demain, un fou appuie sur le bouton, on est tous bons pour l'hiver nucléaire ad vitam éternam .

Le nucléaire en soit est très dangereux. Pris à la légère, il peut déclencher des catastrophes aux conséquences incalculables. Tchernobyl en est l'exemple.

Ne mélangeons pas tout, s'il te plait.

Que doit-on au nucléaire militaire ? Peut-être partiellement le fait d'avoir eu 40 années de paix après la SGM. Aucun des 2 grands ne désirant être responsable de la destruction de l'humanité. Pourtant, vivre avec la peur d'une guerre nucléaire, c'est pas rien, vu mon age, j'en sais quelque chose. Mais, il vaut mieux avoir peur d'un danger que l'on garde à distance que de souffrir d'un danger, peut-être plus faible, mais dont on n'a pas eu assez peur.

Quant à Tchernobyl et si on acceptait l'avis de certains spécialistes pour lesquels s'est plus un accident soviétique que nucléaire ? Et franchement, Tchernobyl n'aurait sûrement pas eu lieu dans un pays démocratique, réellement démocratique. Je t'assure que la méconnaissance dans laquelle on a tenu les opérateurs de Tchernobyls des dangers réels que posait cette centrale est l'une des cause première de son explosion. QUand tu crois que quelqeu chose n'est pas dangereux, tu ne prend pas les précautions de bases.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4667
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Invité le Mar 06 Jan 2009, 5:49 pm

Narduccio a écrit:
Clem a écrit:Ce qui m'étonne, c'est qu'Hiroshima et Nagasaki aurait du montrer à l'homme la dangerosité de l'arme atomique, et lui faire arrêter toute recherche sur celle-ci. Malheureusement, il n'en fut rien, et si jamais aujourd'hui, ou demain, un fou appuie sur le bouton, on est tous bons pour l'hiver nucléaire ad vitam éternam .

Le nucléaire en soit est très dangereux. Pris à la légère, il peut déclencher des catastrophes aux conséquences incalculables. Tchernobyl en est l'exemple.

Ne mélangeons pas tout, s'il te plait.

Que doit-on au nucléaire militaire ? Peut-être partiellement le fait d'avoir eu 40 années de paix après la SGM. Aucun des 2 grands ne désirant être responsable de la destruction de l'humanité. Pourtant, vivre avec la peur d'une guerre nucléaire, c'est pas rien, vu mon age, j'en sais quelque chose. Mais, il vaut mieux avoir peur d'un danger que l'on garde à distance que de souffrir d'un danger, peut-être plus faible, mais dont on n'a pas eu assez peur.

Quant à Tchernobyl et si on acceptait l'avis de certains spécialistes pour lesquels s'est plus un accident soviétique que nucléaire ? Et franchement, Tchernobyl n'aurait sûrement pas eu lieu dans un pays démocratique, réellement démocratique. Je t'assure que la méconnaissance dans laquelle on a tenu les opérateurs de Tchernobyls des dangers réels que posait cette centrale est l'une des cause première de son explosion. QUand tu crois que quelqeu chose n'est pas dangereux, tu ne prend pas les précautions de bases.


N'existerait-il pas déjà un fil à ce sujet? Très intéressant, d'ailleurs. (Mais où?)
Quant à Claude Eatherly, une bien tragique histoire en effet; une comme tant d'autres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Clem le Mar 06 Jan 2009, 6:00 pm

Désolé si on s'éloigne du fil, mais pour en revenir à Tchernobyl, des défauts dans la construction, dus à l'empressement du constructeur à finir la centrale, l'instabilité du type de réacteur utilisé à basse puissance, a augmenté la probabilité d'une catastrophe.

Mais même en France, nous ne sommes pas à l'abri, même si les consignes de base semblent être respectées, et des personnes compétentes sont mises à la tête des centrales. De nombreuses centrales sont encore utilisées alors qu'elle ont dépassé leurs durées de vie. N'est ce pas, en soi, dangereux ?
avatar
Clem
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 313
Age : 26
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 10/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

!

Message  Roy le Mar 06 Jan 2009, 6:22 pm

78% de l'électricité est d'origine nucléaire en France spamafote

Dur dur de remplacer les 58 reacteurs français . Tout est une question de prix .
avatar
Roy
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 450
Age : 26
Localisation : Salon De Provence
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Baugnez44 le Mar 06 Jan 2009, 6:24 pm

LSR a écrit: N'existerait-il pas déjà un fil à ce sujet? Très intéressant, d'ailleurs. (Mais où?)
Quant à Claude Eatherly, une bien tragique histoire en effet; une comme tant d'autres.

Je pense en effet qu'on avait déjà débattu de Tchernobyl.

Par ailleurs, il me semble avoir déjà entendu l'histoire de Claude Eatherly quelque part. Histoire tragique et en complet contraste avec celle de Paul Tibbets qui, pour sa part, à toujours déclaré que si c'était à refaire il recommencerait.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Maquis Surcouf le Mar 06 Jan 2009, 6:37 pm

Témoignage très poignant. On se rend bien compte des remords qu'il a et qu'il ne se pardonne aps d'avoir dit "oui".
Seulement 3 petites lettres, mais 3 lettres qui ont gâché sa vie et des milleirs d'autres...
avatar
Maquis Surcouf
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 378
Age : 27
Localisation : Seine Maritime
Date d'inscription : 23/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Clem le Mar 06 Jan 2009, 6:44 pm

La réaction de Eatherly est compréhensible. Mais que sont devenus les membres de l'Enola Gay ?
avatar
Clem
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 313
Age : 26
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 10/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Invité le Mer 07 Jan 2009, 12:58 am

78% de l'électricité est d'origine nucléaire en France spamafote

Dur dur de remplacer les 58 reacteurs français . Tout est une question de prix .


Et d'écologie. La seule source d'énergie qui peut remplacer ça c'est les centrale a charbon ou diesel. Sauver la vie éventuellement d'une cité, mais causer la mort de l'humanité a terme c'est encore moins cool.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Claude Eatherly,l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  tecumseh le Jeu 22 Jan 2009, 12:41 pm

Triste et tragique histoire,c'est vrai.
Je vais sans doute essuyer un feu nourri mais tant pis, je me jette à l'eau!
Etait-ce la première mission de Eatherly?J'en doute:il devait avoir un certain nombre de sorties à son actif pour avoir été choisi pour une mission aussi délicate.Or ces missions cosistaient-entre autres-à désigner aux bombardiers la situation météo au dessus des villes-cibles pour optimiser les résultats des attaques:certaines de celles-ci ont provoqué presque autant de dégats et de victimes que little boy, les radiations en moins, il est vrai.
Savait-il que "enola gay"devait larguer une bombe A sur le site qu'il allait désigner?Certainement non,quand on voit tout le secret qui a entouré cette mission.
Avait-il d'autres choix?Non,nous sommes en temps de guerre et il a l'habitude de ce type de travail,dont il connait à priori les coséquences.
Alors,quand on a l'habitude d'indiquer à des bombardiers des villes à écraser sous des bombes incendiaires,faisant chaque fois des milliers de victimes,à quoi devrait-on s'attendre?Certainement pas à un largage de colis humanitaires!
Les autres victimes méritent elles moins de compassion que celles d'Hiroshima?J'en doute,et je ne comprends pas que Eatherly les ait oubliées pour faire une fixation sur Hiroshima.
Je m'arrête là pour l'instant
avatar
tecumseh
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 866
Age : 50
Localisation : Douala, Cameroun
Date d'inscription : 21/01/2009

http://www.cafradcam.org (en cours d'actualisation)

Revenir en haut Aller en bas

SORTIE de "LA DERNIERE NUIT DE CLAUDE EATHERLY" (Ed Plon)

Message  montral8 le Jeu 06 Sep 2012, 11:58 am

A l'occasion de la sortie de "La dernière nuit de Claude Eatherly" (éditions Plon), qui ma conduit à enquêter sur cet homme pendant près de trois ans en réunissant toutes sortes de documents sur son histoire (livres, articles, témoignages, biographies, etc...) , je me dois de rectifier un grand nombre d'erreurs parues dans le papier cité (Claude Eatherly: l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima"). Ceci d'autant plus que dans les index de recherche, il réapparait systématiquement avec ces (énormes) boulettes.

En effet, ce papier reprend tous les mythes ayant circulé sur ce personnage, sorte de tissu bien serré de vérités factuelles, de sornettes et d'élucubrations.A ce titre, il est édifiant car il montre bien à quel point l'homme a emporté les imaginations occidentales, au mépris de la réalité historique, créant toutes sortes de distorsions factuelles .

Je me contente de vous citer quelques perles.

"Lorsqu'il apprit ce qu'il s'était produit à Hiroshima, Claude Robert Eatherly resta muet durant plusieurs jours, refusant d'adresser la parole à quiconque...Il semble atteint d'une sérieuse dépression nerveuse":

Au contraire, Claude Eatherly après sa mission sur Hiroshima ne montre de déséquilibre d'aucune sorte. Il continue à jouer au poker, voler en avion et courir les filles. Plus tard, il admettra dans une grande interview paru en mai 62(1) qu'il avait connu la plus grande frustration de son existence, car il n'avait pas lui-même été choisi pour larguer la bombe atomique sur Hiroshima et entrer dans l'histoire. Après la fin de la guerre, il tente de convaincre son équipage de rempiler dans l'armée (ce qui'l fera lui-même) pour continuer leur aventure commune sur le Flush. Les déséquilibres psychologiques de CLaude Eatherly n'apparaitront que bien plus tard.

- " Il vole à nouveau et survolera même Nagasaki".

C'est une énorme contre-vérité historique, une de ces invraisemblances qui sont édifiantes car la largage de la deuxième bombe atomique de l'histoire sur une ville est un évènement majeur du XXème siècle . Jamais Claude Eatherly n'a déployé une aile sur Nagasaki! Il n'a tout simplement pas été choisi pour cette mission. En revanche, il a bien participé à l'opération Crossroads de Bikini. Il lui arrive alors une sale affaire: chargé dans la nuit d'identifier où se promène un énorme nuage radioactif dégagé par un de ses tests démesurés, il tombe en plein dessus, et met près de quinze minutes à essayer d'en sortir, tous les compteurs Geigner de son appareil devenus fous....

- "Démobilisé, ce "héro" tente de retrouver une vie normale auprès de sa femme, qu'il avait épousée en 1943"

Pas du tout. A la fin de la guerre, il a signé un contrat de deux ans pour continuer à voler dans l'armée. Il veut même devenir pilote militaire de carrière et passe des examens pour intégrer un service d'avions météo de l'Us air force. Problème: il est pris à tricher aux examens. Il est alors éconduit mais négocie pour que cette faute n'apparaisse pas sur ses livrets militaires. Ensuite, il devient un pilote-barbouze (2) pour des fonds sucriers et des associations droitières. Grassement payé, il tente de monter un putsch militaire sur Cuba (il est chargé de bombarder la Havane) pour faire tomber le gouvernement (déjà accusé de communisme). Tous les comploteurs sont arrêtés et envoyés en prison, sauf lui, au titre de son passé militaire.

" "Alors, chaque mois, il prélève une partie de son salaire pour l'envoyer à Hiroshima".

C'est un des multiples mythes que lui-même balaiera. En réalité, CLaude Eatherly est toujours en quête d'argent pour jouer au poker, courir les filles et prendre du bon temps. Il ne paye quasiment jamais sa pension alimentaire pour ses enfants. Cette histoire d'envoi d'argent à Hiroshima est née d'un scénario sur sa vie construit à Hollywood, réadapté par un poète britannique pour la BBC qui en fit une sorte d'interminable poème romancé. Le seul argent que Claude Eatherly reconnaît avoir envoyé est celui adressé à une jeune femme d'Hiroshima -quelques dollars- devenue ensuite hôtesse de l'air (3).

- "En 1950, Truman annonce que les USA vont construire une bombe à hydrogène. Eatherly loue alors une chambre dans un hôtel de la Nouvelle-Orléans. Il s'y enferme et tente de mettre fin à ses jours en absorbant des médicaments"

Il n'y a absolument aucun lien entre l'annonce de Truman sur la bombe H et la tentative de suicide de Claude Eatherly, celle-ci bien réelle. Un auteur a vu la conjonction des dates, et ensuite tout le monde a suivi. Absurde. En réalité, les déséquilibres psychiques du pilote s'aggravent dans cette période pour d'autres raisons: il craint d'avoir été irradié (non à Hiroshima mais à Bikini) et s'imagine stérile, ou capable d'enfanter des monstres en raison de cette irradiation. En même temps, comme beaucoup de vétérans et pilotes, il ne s'habitue pas à la vie civile et sombre dans l'alcool. Il reconnait aussi une addiction aux amphétamines dont les pilotes étaient gavés pendant la guerre.

"" c'est un héro, fêté et décoré".

Pas du tout. Il n'a pas eu de décoration particulière pour sa mission à Hiroshima, et a simplement reçu la médaille militaire comme les autres pilotes. Et il est totalement méconnu, relégué à l'anonymat. Ce dont il souffre terriblement car il adore les lumières.

"Au début de l'année 1953, il comparait devant la justice pour avoir falsifié un chèque (d'un montant d'ailleurs peu élevé ). Ce chèque, il l'avait envoyé à un orphelinat d'Hiroshima qui prenait soin des victimes du bombardement".

On continue dans les sornettes: s'il est effectivement condamné et emprisonné, c'est pour avoir multiplié un nombre ahurissant de chèques sans provision pour se payer du bon temps et des biens divers (costumes, boutons de manchette, chevalière en or). Aucun lien avec Hiroshima sinon pour des individus imaginatifs. Mais que d'élucubrations quand même dans cet article dit "historique"!

"Il devient ensuite commis voyageur durant 6 mois... Mais un matin, on le retrouve baignant dans son sang".

Il n'a jamais été commis voyageur de sa vie, mais vendeur de voitures. Il n'a jamais baigné dans son sang (!!), on finit par rire de tant de bêtises. Une deuxième tentative de suicide, à nouveau par médicaments, a bien eu lieu. Mais elle fut sans conséquence comme la première.

"Il se rend à Hiroshima où il est accueillit par les Japonais comme "un frère retrouvé".

Aî! Il n'a jamais mis les pieds à Hiroshima. Et de telles bêtises amènent finalement à écrire des choses terribles: quelle folie d'évoquer en effet "un frère retrouvé". On parle quand même d'une des plus grandes tragédies du XX ème siècle.

"En 1962, il participe à une gigantesque manifestation contre l'arme nucléaire à New-York".

Il n'a s'agit pas d'une "gigantesque manifestation" mais de la 17 ème commémoration en aout 1962 du bombardement d'Hiroshima. Et il n'y participe pas, il fait lire une réponse au micro, en son absence, remerciement pour la distinction qu'il reçoit au titre de son apport à la paix mondiale (avec Pablo Casals notamment). Lui-même se terre à Galveston, il a fui l'asile psychiatrique et cherche à se faire oublier des autorités.

"Jusqu'à la fin, Heatherly militera contre l'arme atomique. Il mourra d'un cancer en 1978".

Il eut été plus intéressant de rappeler qu'il meurt de la maladie des irradiés, un cancer de la thyroïde, évènement tout à fait éclairant pour un homme qui fit de sa lutte contre le nucléaire un combat (ambigü) toute sa vie.

Ce personnage fascinant, touchant, profondément humain, très ambigû, tenaillé par une envie féroce de célébrité, mérite un autre traitement que des articles qui le sanctifient au mépris de la réalité humaine du personnage. Surtout l'histoire à elle seule de cet homme est un roman: il était l'un des quinze pilotes choisis par l'Us air force pour larguer la bombe (donc c'était un professionnel hors pair, avec des nerfs d'acier), il avait un charisme formidable, et cette tête brûlée faillit aussi changer le cours de la guerre avec le Japon en tentant de frapper - avec une bombe classique- le palais de l'empereur à Tokyo...Par la suite, tous les psychiatres se cassèrent les dents sur son état psychique: un problème réel ou une manipulation? Personne n'est jamais arrivé à trancher.

Marc Durin-Valois
Auteur de "La dernière de Claude Eatherly" (éditions Plon)


(1) source: "Oakland's tribune Parade": interview de Claude Eatherly 20 mai 1962 "What happens to a man who kills 100.000 people")

(2)Bradford Huie "The Hiroshima pilot"

(3) Source: Ronnie Dugger "Dark star"

montral8
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 6
Age : 58
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

CLAUDE EATHERLY, L'HOMME QUI N'A PAS DETRUIT HIROSHIMA

Message  montral8 le Jeu 06 Sep 2012, 12:02 pm

A l'occasion de "La dernière nuit de Claude Eatherly" (éditions Plon), qui ma conduit à enquêter sur cet homme pendant près de trois ans en réunissant toutes sortes de documents sur son histoire (livres, articles, témoignages, biographies, etc...) , je me dois de rectifier un grand nombre d'erreurs parues dans le papier cité (Claude Eatherly: l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima"). Ceci d'autant plus que dans les index de recherche, il réapparait systématiquement avec ses (énormes) boulettes.

En effet, ce papier reprend tous les mythes ayant circulé sur ce personnage, sorte de tissu bien serré de vérités factuelles, de sornettes et d'élucubrations.A ce titre, il est édifiant car il montre bien à quel point l'homme a emporté les imaginations occidentales, au mépris de la réalité historique, créant toutes sortes de distorsions factuelles .

Je me contente de vous citer quelques perles.

"Lorsqu'il apprit ce qu'il s'était produit à Hiroshima, Claude Robert Eatherly resta muet durant plusieurs jours, refusant d'adresser la parole à quiconque...Il semble atteint d'une sérieuse dépression nerveuse":

Au contraire, Claude Eatherly après sa mission sur Hiroshima ne montre de déséquilibre d'aucune sorte. Il continue à jouer au poker, voler en avion et courir les filles. Plus tard, il admettra dans une grande interview paru en mai 62(1) qu'il avait connu la plus grande frustration de son existence, car il n'avait pas lui-même été choisi pour larguer la bombe atomique sur Hiroshima et entrer dans l'histoire. Après la fin de la guerre, il tente de convaincre son équipage de rempiler dans l'armée (ce qui'l fera lui-même) pour continuer leur aventure commune sur le Flush. Les déséquilibres psychologiques de CLaude Eatherly n'apparaitront que bien plus tard.

- " Il vole à nouveau et survolera même Nagasaki".

C'est une énorme contre-vérité historique, une de ces invraisemblances qui sont édifiantes car la largage de la deuxième bombe atomique de l'histoire sur une ville est un évènement majeur du XXème siècle . Jamais Claude Eatherly n'a déployé une aile sur Nagasaki! Il n'a tout simplement pas été choisi pour cette mission. En revanche, il a bien participé à l'opération Crossroads de Bikini. Il lui arrive alors une sale affaire: chargé dans la nuit d'identifier où se promène un énorme nuage radioactif dégagé par un de ses tests démesurés, il tombe en plein dessus, et met près de quinze minutes à essayer d'en sortir, tous les compteurs Geigner de son appareil devenus fous....

- "Démobilisé, ce "héro" tente de retrouver une vie normale auprès de sa femme, qu'il avait épousée en 1943"

Pas du tout. A la fin de la guerre, il a signé un contrat de deux ans pour continuer à voler dans l'armée. Il veut même devenir pilote militaire de carrière et passe des examens pour intégrer un service d'avions météo de l'Us air force. Problème: il est pris à tricher aux examens. Il est alors éconduit mais négocie pour que cette faute n'apparaisse pas sur ses livrets militaires. Ensuite, il devient un pilote-barbouze (2) pour des fonds sucriers et des associations droitières. Grassement payé, il tente de monter un putsch militaire sur Cuba (il est chargé de bombarder la Havane) pour faire tomber le gouvernement (déjà accusé de communisme). Tous les comploteurs sont arrêtés et envoyés en prison, sauf lui, au titre de son passé militaire.

" "Alors, chaque mois, il prélève une partie de son salaire pour l'envoyer à Hiroshima".

C'est un des multiples mythes que lui-même balaiera. En réalité, CLaude Eatherly est toujours en quête d'argent pour jouer au poker, courir les filles et prendre du bon temps. Il ne paye quasiment jamais sa pension alimentaire pour ses enfants. Cette histoire d'envoi d'argent à Hiroshima est née d'un scénario sur sa vie construit à Hollywood, réadapté par un poète britannique pour la BBC qui en fit une sorte d'interminable poème romancé. Le seul argent que Claude Eatherly reconnaît avoir envoyé est celui adressé à une jeune femme d'Hiroshima -quelques dollars- devenue ensuite hôtesse de l'air (3).

- "En 1950, Truman annonce que les USA vont construire une bombe à hydrogène. Eatherly loue alors une chambre dans un hôtel de la Nouvelle-Orléans. Il s'y enferme et tente de mettre fin à ses jours en absorbant des médicaments"

Il n'y a absolument aucun lien entre l'annonce de Truman sur la bombe H et la tentative de suicide de Claude Eatherly, celle-ci bien réelle. Un auteur a vu la conjonction des dates, et ensuite tout le monde a suivi. Absurde. En réalité, les déséquilibres psychiques du pilote s'aggravent dans cette période pour d'autres raisons: il craint d'avoir été irradié (non à Hiroshima mais à Bikini) et s'imagine stérile, ou capable d'enfanter des monstres en raison de cette irradiation. En même temps, comme beaucoup de vétérans et pilotes, il ne s'habitue pas à la vie civile et sombre dans l'alcool. Il reconnait aussi une addiction aux amphétamines dont les pilotes étaient gavés pendant la guerre.

"" c'est un héro, fêté et décoré".

Pas du tout. Il n'a pas eu de décoration particulière pour sa mission à Hiroshima, et a simplement reçu la médaille militaire comme les autres pilotes. Et il est totalement méconnu, relégué à l'anonymat. Ce dont il souffre terriblement car il adore les lumières.

"Au début de l'année 1953, il comparait devant la justice pour avoir falsifié un chèque (d'un montant d'ailleurs peu élevé ). Ce chèque, il l'avait envoyé à un orphelinat d'Hiroshima qui prenait soin des victimes du bombardement".

On continue dans les sornettes: s'il est effectivement condamné et emprisonné, c'est pour avoir multiplié un nombre ahurissant de chèques sans provision pour se payer du bon temps et des biens divers (costumes, boutons de manchette, chevalière en or). Aucun lien avec Hiroshima sinon pour des individus imaginatifs. Mais que d'élucubrations quand même dans cet article dit "historique"!

"Il devient ensuite commis voyageur durant 6 mois... Mais un matin, on le retrouve baignant dans son sang".

Il n'a jamais été commis voyageur de sa vie, mais vendeur de voitures. Il n'a jamais baigné dans son sang (!!), on finit par rire de tant de bêtises. Une deuxième tentative de suicide, à nouveau par médicaments, a bien eu lieu. Mais elle fut sans conséquence comme la première.

"Il se rend à Hiroshima où il est accueillit par les Japonais comme "un frère retrouvé".

Aî! Il n'a jamais mis les pieds à Hiroshima. Et de telles bêtises amènent finalement à écrire des choses terribles: quelle folie d'évoquer en effet "un frère retrouvé". On parle quand même d'une des plus grandes tragédies du XX ème siècle.

"En 1962, il participe à une gigantesque manifestation contre l'arme nucléaire à New-York".

Il n'a s'agit pas d'une "gigantesque manifestation" mais de la 17 ème commémoration en aout 1962 du bombardement d'Hiroshima. Et il n'y participe pas, il fait lire une réponse au micro, en son absence, remerciement pour la distinction qu'il reçoit au titre de son apport à la paix mondiale (avec Pablo Casals notamment). Lui-même se terre à Galveston, il a fui l'asile psychiatrique et cherche à se faire oublier des autorités.

"Jusqu'à la fin, Heatherly militera contre l'arme atomique. Il mourra d'un cancer en 1978".

Il eut été plus intéressant de rappeler qu'il meurt de la maladie des irradiés, un cancer de la thyroïde, évènement tout à fait éclairant pour un homme qui fit de sa lutte contre le nucléaire un combat (ambigü) toute sa vie.

Ce personnage fascinant, touchant, profondément humain, très mystérieux, tenaillé par une envie féroce de célébrité, mérite un autre traitement que des articles qui le sanctifient au mépris de la réalité humaine du personnage. Surtout l'histoire à elle seule de cet homme est un roman: il était l'un des quinze pilotes choisis par l'Us air force pour larguer la bombe (dont c'était un professionnel hors pair), il avait un charisme formidable, et cette tête brûlée faillit aussi changer le cours de la guerre avec le Japon en tentant de frapper - avec une bombe classique- le palais impérial de Tokyo...Par la suite, tous les psychiatres se cassèrent les dents sur son état psychique: un problème réel ou une manipulation? Personne n'est jamais arrivé à trancher.

Marc Durin-Valois
Auteur de "La dernière de Claude Eatherly" (éditions Plon)


(1) source: "Oakland's tribune Parade": interview de Claude Eatherly 20 mai 1962 "What happens to a man who kills 100.000 people")

(2)Bradford Huie "The Hiroshima pilot"

(3) Source: Ronnie Dugger "Dark star"

montral8
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 6
Age : 58
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  le ronin le Jeu 06 Sep 2012, 1:29 pm

Bonjour montral8 .Comme indiqué par le règlement, il convient de se présenter, avant de poster .Merci . Le lien :


http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/f1-presentation-des-nouveaux-membres


le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3425
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  montral8 le Jeu 06 Sep 2012, 3:36 pm

[quote="le ronin"]Bonjour montral8 .Comme indiqué par le règlement, il convient de se présenter, avant de poster .Merci . Le lien :


C'est fait!

montral8
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 6
Age : 58
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Psychopompos le Jeu 06 Sep 2012, 5:39 pm

Le message lui-même est très intéressant, mais pourquoi le poster à quelques minutes d'écart sur un sujet déjà existant et ensuite sur un sujet créé personnellement, sur un thème identique et avec le même titre ?
avatar
Psychopompos
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1373
Age : 31
Localisation : En Asie
Date d'inscription : 28/04/2009

http://psychopompos.byethost6.com/drupal/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  montral8 le Jeu 06 Sep 2012, 6:47 pm

Bonjour, aucune autre raison que celle-ci: le forum d'origine date de près de 4 ans, selon une logique de messages par ordre d'ancienneté décroissante, et sur les bases d'un article littéralement truffé d'erreurs historiques, et parfois d'énormités.

Il me semble opportun d'en créer un aujourd'hui, sur un thème identique et ayant le même titre (puisque j'épluche le même article ), mais ouvrant la discussion sur les bases que j'évoque. Rien de plus grave que ça, cher Psychopompos.

montral8
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 6
Age : 58
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Ming le Jeu 06 Sep 2012, 7:48 pm

Bonjour,

Je fusionne les deux sujets pour éviter la multiplication (nous avons l'habitude de raccrocher les sujets communs pour éviter les problèmes en cas de recherche).

Cela dit, j'avais connaissance du tissus de crétineries habituellement liées à Eatherly. Mais n'ayant pas connaissance de votre ouvrage - est-il publié ou est-il destiné à être publié, car tout ce qui concerne les ops liés aux B-29 m'intéressent en conséquence de quoi, j'aimerai l'acheter - on ne peut que vous féliciter de corriger le tir.

En tant que pilote de Straight Flush (un B-29 Silverplate donc à vocation spécifiquement atomique, l'un des 15 utilisés par le 509th Composite Group dit Block 36 et produit par Glenn Martin) Eatherly a largué des bombes Pumpkin - une réplique de la bombe A sans uranium - (c'est d'ailleurs au cours de la première mission Pumpkin que la légende veut qu'il ait voulu bombarder le palais impérial, selon Richard Campbell). Eatherly a effectué 4 missions de bombardement à ses commandes (sur 5 au total) avant le survol météo sur Hiroshima puis une dernière mission de bombardement avant cessation des vols de guerre - l'appareil a été expédié à Roswell au sein du 509th puis a été transformé en TB-29, soit un B-29 d'entraînement, comme cela se faisait beaucoup à l'époque -.

Pour revenir sur ce que vous disiez, ce que j'ai lu jusqu'alors c'est qu'Eatherly aurait du piloter dans le cadre d'une tentative de coup d'état manqué en 1947 (et à Cuba) un P-38 armé de bombes. Mais la tentative a été découverte avant son commencement, ce qui l'aurait conduit en prison ou au moins devant un tribunal. Lorsque vous dîtes qu'il est devenu pilote barbouzard, est-ce qu'il s'agit de cet épisode, ou du conflit caché de la CIA avec la United Fruit ?

Juste une précision dans vos réponses : il n'a pas été décoré de la médaille militaire mais de l'Air Medal - la médaille de l'air, une décoration quelque peu chocolatesque - (à la différence de Tibbets qui se vit épingler par Spaatz de mémoire la Distinguished Flying Cross). Si mes souvenirs sont exacts, l'Air Medal a été remise à tous les naviguants ayant participé au vol sur Hiroshima n'ayant pas reçu la DFC (soit plus du 3/4 des naviguants).

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  montral8 le Jeu 06 Sep 2012, 8:18 pm

Bonjour, le livre vient de sortir dans la rentrée littéraire et j'ai découvert votre site car on m'a indiqué le lien, dans une interview. Comme il me semblait vraiment vital de rectifier ( les journalistes commentent mon ouvrage en se référant à cet article sur votre forum), j'ai donc fait ce post. Je ne suis pas très accoutumé aux forums, donc n'hésitez pas à m'orienter en cas d'erreur technique.

Quelques réponses à vos propos, vraiment très éclairés. Tout d'abord j'ai voulu faire simple et vite, mais c'est bien l'air medal qu'il a reçue, vous avez parfaitement raison. La conception du B29 a posé de gros problèmes, puisqueles ingénieurs ayant développé la bête, et une grande partie de l'équipe des développeurs Boeing ont péri carbonisés dans un vol d'essai. Une des difficultés était de ne pas se crasher au décollage notamment, l'avion -entre autres facéties- tirant sur la gauche...

Les silverplate atomiques étaient effectivement particuliers, les tourelles d'armement avaient été démontées à l'arrière, ils avaient été conçus pour lâcher des bombes de grosse capacité, et Eatherly inaugura aussi les hélices à pas réversibles (il faillit se crasher)...En revanche, le bombardement du palais impérial n'est pas une légende, mais sa bombe a raté sa cible. Il a été question de le traduire en cour martiale et Tibbets est intervenu pour lui sauver la mise. L'affaire est relatée dans plusieurs livres, y compris le Bradford Huie, mais aussi de mémoire dans "The 509 th remembered", qui raconte les souvenirs de tous les vétérans du 509 ème.

Tout ce que vous dites ensuite sur son avion est parfaitement juste, je suis impressionné de votre culture sur le sujet.

J'évoque bien l'affaire du coup d'Etat de 1947 à Cuba, mais il n'est pas allé en prison à l'inverse des autres comploteurs de la société Marsalis. Le complot était financé par des compagnies sucrières mais aussi des fonds de la droite dure, en provenance de sociétés et de pays d'amérique du sud. Tout comme lorsqu'il a commencé ses braquages, Claude Eatherly a toujours bénéficié d'un traitement de faveur -en raison de son passé militaire. En même temps, plus il poursuivait son parcours chaotique, plus il mettait la Maison blanche en situation toujours plus embarrassante dans un contexte de guerre froide.

Amicalement, mdv

montral8
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 6
Age : 58
Localisation : paris
Date d'inscription : 06/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Ming le Jeu 06 Sep 2012, 11:22 pm

montral8 a écrit:Quelques réponses à vos propos, vraiment très éclairés. Tout d'abord j'ai voulu faire simple et vite, mais c'est bien l'air medal qu'il a reçue, vous avez parfaitement raison. La conception du B29 a posé de gros problèmes, puisqueles ingénieurs ayant développé la bête, et une grande partie de l'équipe des développeurs Boeing ont péri carbonisés dans un vol d'essai. Une des difficultés était de ne pas se crasher au décollage notamment, l'avion -entre autres facéties- tirant sur la gauche...

Effectivement, en ce qui concerne le prototype, c'était Edmund "Eddie" Allen qui était aux commandes -il n'y a pas vraiment de comparaison possible avec les pilotes d'essais d'aujourd'hui, mais il a effectué tous les essais des appareils de l'époque, du B-17 au DC-1 et DC-2 en passant par le Stratoliner, les Northrop Alpha, Beta et Gamma, il a même assuré une partie des vols d'essais du Lockheed Constellation dans sa version militaire C-69 (en fait le premier vol) sans parler de ceux du Coronado. Cela lui faisait, au sens propre du terme, un CV long comme le bras. Allen était un très grand pilote, sans nul doute possible et c'est à cause de cela qu'il est l'un des très rares civils (car il n'était pas sous les drapeaux lors de son accident) qui se vit décerner la médaille de l'air à titre posthume.

C'est au cours du 2e vol qu'Eddie Allen s'est tué sur le XB-29, à la suite d'un 2e incendie moteur dû aux problèmes récurrents sur les calamiteux Wright R-3350 -des moteurs qui a eux seuls mériteraient un livre pour expliquer ce par quoi les techniciens de chez Boeing, Wright et les mécaniciens au sol sans parler des mécaniciens naviguants et des pilotes sont passés. Le problème des incendies - lié aux carters en magnésium et à une mauvaise carburation occasionnant des retours de flammes - ne fut réglé que lorsque les R-3350 furent équipés de l'injection, ce qui commença vers la toute fin de la guerre. Mais Boeing avait résolu le problème de son côté en équipant le B-29 de moteurs Pratt & Whitney, ce qui donna la version B-50, soit presque le même appareil mais avec une motorisation différente - et fiable ! -.

Malheureusement ce jour-là, deux des naviguants ont évacué l'appareil mais leur parachute ne s'est pas ouvert à temps, l'appareil est allé s'écraser sur l'usine Frye Packing qui jouxtait la piste de Boeing Seattle. Pour Boeing, à la suite de ce qui s'est produit, les temps sont devenus très durs, non seulement à cause de l'enquête qui en découla, mais aussi et surtout à cause des retards de production, étant donné que le calendrier était déjà dépassé.

montral8 a écrit:Les silverplate atomiques étaient effectivement particuliers, les tourelles d'armement avaient été démontées à l'arrière, ils avaient été conçus pour lâcher des bombes de grosse capacité, et Eatherly inaugura aussi les hélices à pas réversibles (il faillit se crasher)...En revanche, le bombardement du palais impérial n'est pas une légende, mais sa bombe a raté sa cible. Il a été question de le traduire en cour martiale et Tibbets est intervenu pour lui sauver la mise. L'affaire est relatée dans plusieurs livres, y compris le Bradford Huie, mais aussi de mémoire dans "The 509 th remembered", qui raconte les souvenirs de tous les vétérans du 509 ème.

Très intéressant. J'ai personnellement rencontré Tibbets avant qu'il ne meurt, aux Etats-Unis. Je n'ai pas souvenir de cet épisode, mais il vaut son pesant de concombres.

montral8 a écrit:Tout ce que vous dites ensuite sur son avion est parfaitement juste, je suis impressionné de votre culture sur le sujet.

En fait, avant que le B-29 en version Silverplate ne soit retenu pour la bombe A (il me semble d'ailleurs qu'à aucun moment Tibbets n'informa les pilotes et naviguants de son groupe qu'il s'agissait d'armes atomiques. Il a toujours fait mention d'une "bombe de très forte puissance" mais jamais d'allusion à l'atome) il a été question d'employer des bombardiers britanniques Avro Lancaster. C'est alors qu'une des pontes de l'USAAF a "précisé" qu'il était impensable de se servir d'un avion britannique pour larguer une bombe américaine. Paradoxalement, la soute du Lancaster était bien mieux appropriée que celle du B-29 pour les bombes A, qu'il s'agisse de Little Boy ou de Fat Man.

Il fallut donc modifier le B-29 pour adapter l'appareil aux besoins de la bombe atomique. A cette fin, un B-29 fut expédié à Wright Field dans l'Ohio et les soutes totalement remodelées (ainsi qu'une partie du fuselage). Cela prit beaucoup de temps (6 000 h de travail), et l'appareil, surnommé "Pullman Airplane" ne put commencer les essais en vol qu'à partir de février 1944 avec un premier essai de largage de bombe factice le 14 mars 1944 à Muroc (aujourd'hui Edwards AFB, là ou Yeager passa le mur du son en 1947).

Puisque je vous parlais de moteurs R-3350, en dehors des hélices à pas réversible Curtiss Electric, il est intéressant de noter que sur les Silverplate, la version des Wright employés est celle des R-3350-41 (à injection directe) et que les trappes de soutes à bombes bénéficiaient de vérins hydrauliques pour une ouverture et une fermeture accélérée (par rapport à la version standard des B-29 au sein de la 20e AF). Dégagé de cela, en dehors des tourelles retirées, une bonne partie du blindage fut également déposée. De la sorte, les versions Silverplate était plus performantes que les B-29 "standard" et sans leur bombe A, ils avaient des perfs proches des F-13 (la version de reconnaissance photo de la Superfortress, la plus rapide de toutes). .

montral8 a écrit:J'évoque bien l'affaire du coup d'Etat de 1947 à Cuba, mais il n'est pas allé en prison à l'inverse des autres comploteurs de la société Marsalis. Le complot était financé par des compagnies sucrières mais aussi des fonds de la droite dure, en provenance de sociétés et de pays d'amérique du sud. Tout comme lorsqu'il a commencé ses braquages, Claude Eatherly a toujours bénéficié d'un traitement de faveur -en raison de son passé militaire. En même temps, plus il poursuivait son parcours chaotique, plus il mettait la Maison blanche en situation toujours plus embarrassante dans un contexte de guerre froide.

Amicalement, mdv

Ca c'est un pan de son histoire personnelle que je ne connaissais pas. D'ailleurs, je ne connais pas non plus son CV avant d'entrer au sein du 509th CG. Est-ce que vous avez des données à ce sujet, par quelle école de pilotage est-il passé et sur quel(s) théâtre(s) d'opération a t-il été envoyé ?

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Curious le Ven 07 Sep 2012, 8:35 am

Bonjour

Ming a écrit:que les trappes de soutes à bombes bénéficiaient de vérins hydrauliques pour une ouverture et une fermeture accélérée (par rapport à la version standard des B-29 au sein de la 20e AF).

Désolé pour ce HS sur ce fil.(déplacez mon poste le cas échéant sur un fil dédié B29).


C'est un détail infinitésimal mais il me semblait que pour obtenir cette ouverture/fermeture rapide des vérins pneumatiques avaient été installés en lieu et place des actuateurs électriques (ou hydrauliques)des autres versions ? mais peut être fais je une confusion.

Curious
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 93
Age : 56
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 06/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Ming le Ven 07 Sep 2012, 1:47 pm

Curious a écrit:Bonjour
C'est un détail infinitésimal mais il me semblait que pour obtenir cette ouverture/fermeture rapide des vérins pneumatiques avaient été installés en lieu et place des actuateurs électriques (ou hydrauliques)des autres versions ? mais peut être fais je une confusion.

Non pas du tout, vous avez raison, je me suis mélangé les crayons, il s'agît effectivement de vérins pneumatiques et non hydrauliques. Sur la version standard c'est un moteur électrique qui commande l'ouverture et la fermeture des trappes de soutes (et qui fonctionne avec une intensité de 480 Ampères via des vérins à vis). Les Silverplate sont passés au pneumatique tout simplement parce que les génératrices fournissant le courant nécessaire (1 800 A au total) sont entraînées par les moteurs Wright. Ce qui veut dire qu'en cas de panne d'un des deux moteurs sur lesquels sont fixés les génératrices, certains systèmes ne peuvent plus fonctionner et le cas n'a pas été rare. D'autre part, les vérins à vis ne se caractérisent pas par une vitesse élevée, ce qui explique également l'emploi de l'air pour les trappes.

Il y a un APU, le putt-putt, mais il ne fonctionne en principe qu'au sol (pour les mécaniciens) et ne sert qu'à assurer une alimentation électrique minimale de l'avion (éclairage, avionique ou systèmes simples) et peut difficilement être opérationnel en vol (c'est un groupe thermique, au sens ou il est doté d'un moteur deux temps qui génère le courant).

EDIT : Voici ce qui est précisé dans le B-29 Flight Operating Instructions (donc hors Silverplate) :

Les deux trappes de soutes ont un mouvement assuré par des vis sans fin entraînées par moteur électrique, une paire à chaque extrémité de soute. Ces mêmes vis sont raccordées à un boîtier réducteur fournissant l'énergie nécessaire via (deux) moteurs électriques disposés à l'arrière droit de la soute à bombes avant et à l'avant droit de la soute à bombes arrière, sous le tunnel de communication entre cabines.

Il y a aussi un système d'ouverture d'urgence :

Le système de larguage d'urgence ouvre les trappes directement par le biais d'un câble disposé sur le boîtier de contrôle relié à la vis de fermeture de trappe. (Suit la procédure de fonctionnement et de rééngagement du système).

Sur les B-17/B-24 et B-29 il y a ce que l'on appelle le larguage Salvo, autrement dit le larguage de toutes les bombes en un seul coup. Il était généralement utilisé en cas de problèmes (appareil touché par la DCA, les chasseurs ou allègement de l'appareil suite à une perte de puissance moteur, etc.). C'est le pilote qui en a la charge via une poignée disposée sur sa gauche tandis qu'une autre poignée est disposée à l'arrière de la cloison pressurisée 646 (cabine arrière vers le compartiment de tir centralisé). En activant les poignées, les trappes s'ouvrent automatiquement et les bombes sont larguées sans être armées. Ce système pouvait être employé au décollage (puisque les bombes étaient armées en vol).

L'autre raison pour laquelle l'ouverture est pneumatique c'est parce que sur le B-29 l'électrique a une grande importance : en dehors des trappes de soute, le train d'atterrissage et les volets sont tous commandés par moteurs électriques (d'ou la nécessité de disposer de 1 800 Ampères...). En passant au pneumatique, Martin a isolé le circuit d'ouverture et jugulé une série de problèmes - je me souviens d'avoir discuté avec un pilote de Super Guppy - le prédecesseur du Beluga actuellement utilisé par Airbus pour le transport des tronçons de fuselage d'Airbus - qui se plaignait du train d'atterrissage de l'appareil. Pourquoi ? Parce que le Super Guppy est à la base un Boeing 377 Stratocruiser qui partageait un bon nombre d'équipements avec le B-29, dont les fameux moteurs électriques de rétraction et de sortie de train. (Le Super Guppy est un B-377 en version militaire avec un fuselage rallongé et une soute agrandie, doté de turbopropulseurs P&W T-34 ou Allison 501 en version SGT). Ca explique également une plaisanterie que les gens de Seattle (Boeing) adoraient lancer : tout Airbus est fabriqué grâce à un Boeing (puisque les fuselages et autres pièces volumineuses étaient transportées par un B-377 très modifié, il est vrai).

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Curious le Lun 10 Sep 2012, 9:07 pm

Ming a écrit:
Il y a un APU, le putt-putt, mais il ne fonctionne en principe qu'au sol (pour les mécaniciens) et ne sert qu'à assurer une alimentation électrique minimale de l'avion (éclairage, avionique ou systèmes simples) et peut difficilement être opérationnel en vol (c'est un groupe thermique, au sens ou il est doté d'un moteur deux temps qui génère le courant).

Là encore, corrigez moi si je me trompe, mais il semblait que l'APU était gardé en fonctionnement (donc sans doute pas pour les versions Silverplate)pendant la phase de décollage pour justement fournir le petit surcroit de puissance pour le train (de mémoire elle ne délivrait que les 2/3 ou les 3/4 de la puissance délivrée par les génératrices d'un des moteurs principaux).Il me semble que c'était un petit bi-cylindre en V mais je croyais qu'il était en 4 temps (mais là encore il est très possible que je fasse erreur, je suis très loin d'avoir le début de vos connaissances sur le sujet).

Dans tous les cas, merci pour les infos. N'oubliez pas de l'annoncer quand le bouquin aux édition ETAI sortira ! (c'est votre oeuvre ?)

Curious
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 93
Age : 56
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 06/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claude Eatherly, l'homme qui n'a pas détruit Hiroshima

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum