léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 2:26 am

Le Dimanche 22 juin 1941 dès l'aurore, les troupes Allemandes hitlérienne ont violé le pacte de non-agression, sans avoir préalablement déclarer la guerre, ils ont envahi soudainement les frontière de notre Patrie. Et à partir de ce moment a commencé la Grande Guerre Patriotique de l'Union Soviétique contre l'Allemagne fasciste.

Le but du fascisme germanique était la destruction du premier État socialiste dans le monde, la destruction et l'esclavagisme du peuple de l'Union Soviétique.

L'attaque des fascistes Allemand vers l'Union Soviétique n'était pas accidentelle. L'impérialisme germanique considérait l'État Soviétique comme étant le principal obstacle vers la voie de la suprématie mondiale. Les plans de conquête du monopole germaniques en ce qui concerne notre pays, Hitler l'avait longtemps formulés avant l'arrivée des fascistes au pouvoir. «Si nous parlons aujourd'hui de nouvelles terres et des territoires en Europe, — il écrivait, — dans un premier temps nous tournons notre regard vers la Russie». Et cette phrase et devenu après 1933 le cours officiel de la politique extérieure du IIIème Reich.

Pour l'élaboration et la concrétisation du plan de guerre contre L'union Soviétique, en été 1940 le commandement hitlérien à commencer une approche primaire, mais ce n'est qu'au 18 décembre que ce plan verra sa forme définitive et nommé par Hitler en tant que directive № 21 Grands Quartiers Généraux des forces armées Allemande connue sous le nom «le plan Barbarossa». Ayant mis à sa base la théorie de la guerre éclair "Blitzkrieg", le commandement hitlérien comptait anéantir l'Union Soviétique en 1,5-2 mois.

Le nombre total des forces armées Allemande fasciste vers juin 1941 faisait 725 400 soldats. L'URSS elle avait concentré 5,5 millions de soldat.

En accord avec "le plan de Barbarossa», l'invasion des troupes nazies dans l'Union Soviétique devait se passer sur tout le front, allant de la mer de Barent à la mer Noire, selon 3 Directions stratégiques Léningrad, Moscou, et Kiev. Il y avait pour cela trois groupes d'armées — "le Groupe Nord", "le Groupe Centre" et "le Groupe Sud". Au dire d'un des auteurs "du plan Barbarossa» Feldmarschall Friedrich Paulus, «la vision de la ligne prévue par l'OKW était —Astrakhan-Arkhangelsk — ce qui devrait amener proprement la défaite complète de l'État Soviétique, et avec l'agression qu'avait obtenus OKW et que enfin, c'était le but de cette guerre : transformer la Russie en pays colonial».

Les fascistes allemands ne pensaient pas d'une quelconque défaites. Hitler trouvait que «si ce colosse (l'URSS. ) est catégoriquement et correctement attaquer, il sera plus vite cassé, et que après il aura le monde à ses pieds». Une telle orgueilleuse confidence des chefs de file Allemande de la victoire rapide sur l'Union Soviétique s'exprimait par leur incapacité à comprendre et d'estimer la force et la puissance de l'État socialiste.

L'objet principal de l'offensive ennemie était la capitale de l'État Soviétique — Moscou, et dès sa chute les fascistes liaient les comptes sur la capitulation inévitable de l'Union Soviétique et ainsi la fin de la guerre. Mais en même temps le commandement hitlérien dans les plans du début voyait une place considérable de la maîtrise par Léningrad.

Déjà le «plan Barbarossa» prévoyait qu'après le démembrement des forces soviétiques en Biélorussie le groupe principal allemand arrivant de la région de Varsovie, «il y a des conditions pour le pivotement de la puissante parties des troupes mobiles vers le nord, pour que la coopération avec le groupe du nord, des armées arrivant de la Prusse Orientale et qui devait se dirigé en direction principale vers Léningrad, de détruire les forces de l'adversaire agissant aux pays Baltes. Seulement après l'exécution de cette tâche urgente, que devait suivre la conquête de Léningrad et Kronstadt, et il fallait procéder aux opérations en direction de la prise de Moscou — qui était un important centre de communications et d'industrie de guerre».

Demain la suite, et ce n'est que le début d'un long texte à traduire.....
alors patience.


Dernière édition par st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 2:02 pm, édité 1 fois (Raison : rectification erreur traduction)

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  eddy marz le Ven 30 Jan 2009, 7:59 am

st.ex. a écrit:Demain la suite, et ce n'est que le début d'un long texte à traduire.....
alors patience.

Bonjour St.Ex;

Les Allemands n'étaient pas Fascistes, mais Nationaux-Socialistes. Les Fascistes sont les Italiens de Mussolini, dont le système politique fut instauré en Italie dans les années 20, soit plus d'une dizaine d'années avant qu'Adolf Hitler ne prenne le pouvoir en Allemagne. À ne pas confondre, donc. Tu parles de traduction, de quel texte s'agit-il ?

Eddy
clin doeil gri
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  tecumseh le Ven 30 Jan 2009, 9:51 am

Tout à fait. On a un peu tendance à confondre "Nazi"-contraction de National socialiste en Allemand- et "Fasciste"-dérivé de l'Italien Fascio=faisceaux
avatar
tecumseh
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 866
Age : 50
Localisation : Douala, Cameroun
Date d'inscription : 21/01/2009

http://www.cafradcam.org (en cours d'actualisation)

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  marc_91 le Ven 30 Jan 2009, 10:09 am

Le type de phrases et les chiffres cités sont ceux que l'on trouvait dans les manuels soviétiques ;
Les soviétiques disaient le plus souvent "fascistes", et pas "nazis".

St.Ex a traduit, tout simplement ...


avion
avatar
marc_91
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 809
Age : 56
Localisation : un village près d'Etrechy (91)
Date d'inscription : 08/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  roltanguy le Ven 30 Jan 2009, 10:14 am

eddy marz a écrit:
st.ex. a écrit:Demain la suite, et ce n'est que le début d'un long texte à traduire.....
alors patience.

Bonjour St.Ex;

Les Allemands n'étaient pas Fascistes, mais Nationaux-Socialistes. Les Fascistes sont les Italiens de Mussolini, dont le système politique fut instauré en Italie dans les années 20, soit plus d'une dizaine d'années avant qu'Adolf Hitler ne prenne le pouvoir en Allemagne. À ne pas confondre, donc. Tu parles de traduction, de quel texte s'agit-il ?

Eddy
clin doeil gri

bonjour EDDY

tu as parfaitement raison sur la distinction. Ceci étant le discours habituel soviétique est de parler de fascisme .
Pourquoi ? je ne sais pas mais il y a surement une bonne raison car rien n'est laissé au hasard .
Quant au nazisme, cette variante allemande du fascisme, Dimitrov la définit comme suit :
<BLOCKQUOTE>
« La variété la plus réactionnaire du fascisme, c'est le fascisme de type allemand. Il s'intitule impudemment national-socialisme sans avoir rien de commun avec le socialisme. Le fascisme hitlérien, ce n'est pas seulement un nationalisme bourgeois, c'est un chauvinisme bestial. C'est un système gouvernemental de banditisme politique, un système de provocations et de tortures à l'égard de la classe ouvrière et des éléments révolutionnaires de la paysannerie, de la petite-bourgeoisie et des intellectuels. C'est la barbarie médiévale et la sauvagerie. C'est une agression effrénée à l'égard des autres peuples et des autres pays.
« Le fascisme allemand apparaît comme la troupe de choc de la contre-révolution internationale, comme le principal fomentateur de la guerre impérialiste, comme l'instigateur de la croisade contre l'Union Soviétique, la grande patrie des travailleurs du monde entier. » (Idem.)
</BLOCKQUOTE>
Au XVIIe Congrès du Parti Communiste (bolchékik) de l'U.R.S.S., en 1934, Staline précise que :

<BLOCKQUOTE>
« La victoire du fascisme en Allemagne, il ne faut pas seulement la considérer simplement comme un signe de faiblesse de la classe ouvrière et comme le résultat des trahisons perpétrées contre elle par la social-démocratie qui a frayé la route au fascisme. Il faut la considérer aussi comme un signe de faiblesse de la bourgeoisie, comme un signe montrant que la bourgeoisie n'est plus en mesure d'exercer le pouvoir par les vieilles méthodes du parlementarisme et de la démocratie bourgeoise, ce qui l'oblige à recourir, dans sa politique intérieure, aux méthodes terroristes de gouvernement ; comme un signe attestant qu'elle n'a plus la force de trouver une issue à la situation actuelle sur la base d'une politique extérieure de paix, ce qui l'oblige à recourir à une politique de guerre. »
</BLOCKQUOTE>
"

etc etc
si quelqu'un a la réponse je suis intéressé y compris moi aussi par l'origine du texte en cours de traduction .


Dernière édition par roltanguy le Ven 30 Jan 2009, 10:44 am, édité 1 fois
avatar
roltanguy
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 186
Age : 69
Localisation : fontainebleau 77
Date d'inscription : 01/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  panzerblitz le Ven 30 Jan 2009, 10:18 am

Un document interressant réside dans le "Batailles aériennes" n°27 ,"Leningrad :combats aériens d'un siège interminable "...
Trés bien documenté ,ce hors série retrace les différentes évolutions de la guerre aérienne dans le secteur ...Des mouillages de mines aux ordres de Hitler enjoignant la Luftwaffe de rayer purement et simplement la ville de la carte ...La Luftwaffe ne fut ,là encore ,que loin d'être à la hauteur de ses prétentions !
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 12:06 pm

salutation à vous tous!
oui effectivement, je suis au courant de la dénomination National socialiste....
et effectivement vous avez frappé exactement sur la cible de la provenance du texte.
mais il est loin d'être terminer, pour le moment je mets les paragraphes que j'ai uniquement traduit.
Ainsi veuillez me pardonné, mais je préferre utiliser les mots et les phrases qui ont été utiliser par l'auteur.

Et il y'avait pas uniquement ces mots utilisé, qui aurait pu vous mettre la puce à l'oreile, sur la provenance du texte.
il y'a aussi le nom de "Friedrich Paulus", qui vous airait pu vous mettre sur la voie.
Et la raison de toutes ces connaissances, sur le "plan barbarossa", c'est parce que le plan original ce trouve au musé de moscou.

Et je ne veux non plus prétendre en mettant ce texte, ce que eux ils disent, que tout est vraix, mais comme dit, il est parfois utile de connaitre la vision, des deux cotés.
Donc chiffre et citation de l'est et ceux énumérer par les sources de l'ouest.

et tout naturellement, le nom de mes sources je les citerais toujours en fin de textes fini.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  eddy marz le Ven 30 Jan 2009, 12:28 pm

st.ex. a écrit:

Et je ne veux non plus prétendre en mettant ce texte, ce que eux ils disent, que tout est vraix, mais comme dit, il est parfois utile de connaitre la vision, des deux cotés.
Donc chiffre et citation de l'est et ceux énumérer par les sources de l'ouest.

et tout naturellement, le nom de mes sources je les citerais toujours en fin de textes fini.

Excellente initiative.

pouce
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 2:57 pm

(Ah oui avant que j'oublie : Attention aux noms des fleuves et villes, certains porterons les noms européen, et d'autres, du fait que tout les fleuves et petit village ne sont pas mentionés ou répertorié dans nos sources européenes, de ce fait ils porterons leurs noms translitéral). "Translitéral n'est qu'une traduction de l'alphabet cyrilique vers l'alphabet latin".

donc à présent la suite:

En planifiant la conquête de Léningrad, l'ennemi prenait en considération l'énorme signification de la ville et de l'immense économie et du point stratégique que la ville sur la Néva détenait. Les fascistes avaient tentés de supprimer la flotte Baltique, de prendre les voies maritimes et terrestres qui étaits les plus confortables pour l'approvisionnement de leurs groupes d'armées "Nord" et " Centre" et ainsi acquérir une solide tête de pont pour infligé des coups d'impacte à l'arrière des troupes soviétiques qui couvrirent Moscou. F.Paulus disait encore au sujet des buts et des intentions sur le commandement allemand au début de la campagne de 1941 : «la Valeur principale dans le plan de l'OKW était de prendre Moscou. Cependant avant d'entreprendre la prise de Moscou, il fallait précéder par la prise de Leningrad. La prise de Léningrad avait quelques buts militaires tels que : la liquidation des bases fondamentales de la flotte Baltique russe, rendre l'industrie de guerre de cette ville inapte, pour qu'elle ne puisse plus l'utiliser pour se défendre et la liquidation de Léningrad comme point de concentration pour la contre-offensive contre les troupes allemandes arrivant sur Moscou».

Mais pour la conquête de la ville de Lénine, les hitlériens prenaient aussi en compte le facteur moral d'acier que le peuple soviétique disposait, puisque Léningrad est le berceau du Grand Octobre, la ville de la gloire révolutionnaires, du combat et du travail. En juillet 1941 lors de la visite d'Hitler à l'état-major du groupe des armées "Nord" Hitler a souligné qu'avec la conquête de Léningrad les Russes " perdront un de leurs symboles fondamental de la révolution, symbole qui était plus qu'important pour le peuple russe depuis ces 24 dernières années, et que par la suite l'esprit de ce peuple slave aura une lourde influence sur les combats et ainsi sera sérieusement sapé, et lorsque Léningrad sera conquise tout peut arriver".

C'est pourquoi Hitler disait plus d'une fois qu'au lieu d'arrivée directement à Moscou il préfère diriger ces forces d'abord pour conquérir Léningrad. Dans le journal militaire du Grand Quartier Général de la wermacht le 30 juin 1941 est inscrit que le fuehrer ("guide" sens du terme exacte) a toujours l'intention de faire pivoter les grandes forces du groupement blindé agissant sur le front les groupes armées "Centre", en direction du nord, sur Léningrad pour vite prendre le centre industriel de Léningrad. Et de là les liaisons blindées devaient elles, en partant de la région de Léningrad prendre la direction de Moscou. Le 4 août 1941 se trouvant à l'état-major du groupe des armées "Centre", Hitler a déclaré que le premier but principale c'est «Léningrad et la côte de la mer Baltique russe, en rapport avec cette imense nombre d'entreprise industriel que cette grande région dispose, et Léningrad elle-même dispose d'une usine qui pourait produire des blindés hyperlourds, qui eux serait nécésaire pour éliminer la flotte russe sur la mer Baltique».

Pour l'offensive en direction de Léningrad et en Prusse Orientale était concentré le groupe d'armée "Nord" sous le commandement du feldmarschall Von Leeb. Avec les 16ème 18ème armées et ainsi que le 4ème groupe blindé, ce qui faisait un total de 29 divisions. Avec le groupe d'armées "Nord" devait coopérer une partie des forces du groupe d'armées "Centre". Directive sur la concentration stratégique et le déploiement des troupes, élaboré par le haut commandement des forces terrestres allemandes, et qui stipulait que le groupe d'armée "Centre" réalise la rupture en provenant de la région de Varsovie et Suvalok et se dirigeant en direction de Smolensk, puis tourne les troupes blindées en direction du nord pour faire jonction avec le groupe d'armée "Nord" arrivant de la Prusse Orientale et se dirigeant vers Léningrad, et ainsi supprimer les troupes soviétiques se trouvant aux pays Baltes.

Tout ce groupement pointé contre les troupes du District militaire spéciale de la Baltique, aurait comprise 42 divisions, à qui était compté près de 725 000 soldats avec leurs officiers, plus de 13 000 canons et mortiers, et pas moins de 1500 blindés.

Ce compte ne mentionne pas encore les forces qui étaient sur le territoire de la Finlande et la Norvège Du nord où se concentrait l'armée allemande "Norvège" sous (le commandement — du generaloberst N. Falkenhorst), destiné pour conquérir la péninsule de Kola.

Avec les troupes Allemande fasciste contre l'URSS, en commun les troupes Finlandaise devaient agir. Suivant les plans du commandement hitlérien, était déstiné aux troupes finlandaises, tel de prendre au plus vite la péninsule d'Hanko et de couvrir le déploiement des troupes allemandes en Finlande Du nord, de passé à l'attaque pas plus tard que au même moment, que les troupes du groupe d'armée "Nord" auront elles traversée la rivière ou fleuve Dvina, où les troupes soviétiques c'étaient retranché sur le terrain du sud-est du front finlandais, et de porter l'attaque principale vers l'Est ou vers l'Ouest du lac Ladoga, comme le préscrit l'OKH (probablement le terrain à l'Est du lac Ladoga), et soutenir les troupes du groupe d'armée "Nord" durant l'anéantissement des troupes soviétique par celle-ci.

Directement vers Léningrad se pointaient deux armées finlandaises — du Sud-Est et de la Carélie. L'armée du Sud-Est devait elle porter un coup aux troupes soviétiques, qui elle était dans la région de la Carélie isthme et se frayer un chemin vers Léningrad par le nord. Et l'armée de Carélie elle a reçu la tâche d'arriver entre le lac Ladoga et le lac Onéga après avoir traversé la rivière Svir, et de faire la jonction avec les troupes allemandes du groupe d'armée "Nord" et ainsi une fois qu'ils était commun, de supprimer les forces soviétiques qui se trouvait à l'Est de Léningrad.

Les leaders fasciste Allemands étaient assurés que ce plan aboutirait rapidement, et qu'Hitler lui même avait déclaré : «Dans trois semaines nous serons à ST. Pétersbourg».

Les troupes du District militaire Spéciale de la Baltique et du District militaire de Leningrad. Ont résisté dans la direction du Nord-Ouest aux forces de l'adversaire. Aux premiers jours de la guerre cette région a été divisé et transformées en conséquence, en tant que Front du Nord-Ouest (le 22 juin) et Front du Nord (le 24 juin).

et celà continue encore...........

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 7:01 pm

Le front du nord sous le commandement du général M. M. Popov avec les forces de la 7ème 14ème et 23ème armée, disposées sur une longueur de front de 1200 km à partir de la péninsule de Rybachy jusqu'au golfe de Finlande, et avait la tâche de ne pas admettre l'invasion de l'adversaire du côté de la Finlande. Sur le front Nord-Ouest (le commandant général F. I.Kuznetsov, et du 30 juin au 24 août 1941 — ce fut le général P. P. Sobennikov) qui avait sous ses ordres les forces des 8ème 11ème et 27ème armées, et qui était déployées sur un front de 300 kilomètres de Palangi à la frontière sud Lithuaniennes russe, pour empêcher ou enrayer l'invasion des troupes ennemies provenant de la Prusse Orientale. En coopération avec des troupes de la direction du Nord-Ouest, entraient étroitement la coopération de la flotte du Nord et celle de la Baltiques.

L'État soviétique grâce à la mise en oeuvre du plan léniniste, plan d'habitation ou de contruction socialiste, disposait des possibilités économiques suffisantes, militaires, et morale politiques pour tenir tête à n'importe quel ennemi. Cependant les hostilités sur le front soviéto-germanique ont commencé par une situation qui était défavorable pour l'Union Soviétique. L'Allemagne fasciste elle c'était longuement préparé à l'avance de l'attaque vers l'URSS, et elle détenaient même des avantages sérieux. Tel elle utilisait le potentiel militaire-économique de toute l'Europe occupée. Ses troupes concentrées sur la frontière, étaient déjà expérimentées à la technique de la guerre moderne, disposaient d'une grande quantité de blindés et les avions qui étaient tous des modèles plus récents.

Les forces armées de l'Union Soviétique étaient capables d'accomplir les tâches historiques, tel que défendre l'honneur et l'indépendance de la Patrie socialiste, mais au moment de l'attaque Allemande sur l'URSS, mais à cette date le nombre significatif n'était pas encore mobilisé, et les troupes disposées dans les circonscriptions frontalières, étaient eux dispersées tout le long du front et ainsi que dans la défense interieur de notre patrie, et ils se trouvaient en réalité en position de paix.

Les troupes manquaient sévèrement d'avions de nouvelle génération, ainsi que des blindés de type moyens et lourds, l'artillerie antiaérienne et antichar, elle ne seront pas livré à temps aux renforcements de nos lignes défensive qui se trouvaient aux nouvelles frontières (nouvelle frontière établie, après que la pologne avait été vaincue, en septembre 1939).

Le long des frontières du Nord-Ouest de l'URSS, dans la région militaire De Léningrad, les constructions des divers secteurs fortifiés De Vyborg, Keksgolmsky et Sortavalsky destinés à la protection de Léningrad du nord. Les vieux secteurs fortifiés de Pskov et Ostrovsky, couvrant la ville au Sud-Ouest, étaient conservés, mais une partie de leur équipements et d'armement ont été démontées. Selon les témoins des chefs d'armée présidant à cette époque-là le front de Léningrad, vers le début de la guerre, la circonscription de Léningrad n'avait pas encore achevée la construction et la reconstruction de ses aérodromes, et plusieurs avions et blindés étaient de type obsolete. Et la pénurie se faisait sentir dans les munitions.

S'étant trouvé handicapé, l'Armée rouge était obligée de reculer sur tous les fronts, du fait que l'ennemi étaient elles supérieures en forces. Mais, tout en reculant, les troupes soviétiques conduisaient héroïquement les combats lourds défensifs, infligeant à l'adversaire de sévères coups, qui leurs privaient l'avantages temporairement, et ainsi cela nous permis de gagner le temps nécésaire pour la préparation et l'acheminement de nos troupes de réserves, pour les déployer dans dans nos diverse forces d'armées.

En outre l'immense pression, une des mesures urgentes que le parti communiste avait prise, est celle de prendre l'énorme rôle de la mobilisation des forces du peuple, pour la lutte contre l'ennemie.

La mesure primaire c'était la mobilisation des réservistes des classes de 1905 à 1918 (23 à 36 ans), annoncé le 22 juin 1941 par le Décret de la Présidence du Soviet Suprême de l'URSS et qui était valable sur le territoire des 14 district militaires de notre patrie.

Le 29 juin 1941 le Conseil des commissaires du peuple de l'Union Soviétique et le Comité Central VKP ont dirigé le parti et aux organisations des fronts soviétiques la directive, et le contenu principal était exposé. Par V.Staline à la radio le 3 juillet. Ayant indiqué le danger mortel que surplombe la Patrie, le parti a demandé de renoncer aux humeurs du temps de paix, de reconstruire tout sur la manière militaire, et a appelé tous les hommes soviétiques à se battre pour chaque pouce de terre jusqu'à sa dernière goutte du sang, manifester le courage, l'initiative, l'esprit naturel, propre à notre peuple.

Pour la conjonction des efforts du front et sur l'arrière le 30 juin 1941 était créé le Comité D'état de la Défense sous la présidence de V.Staline. Sous la conduite du GKO, dans les mains de tout ce qui c'est concentré et qui avait du pouvoir dans notre pays, et s'est déployée une large activité pour l'organisation et la résistance pour contré les envahisseurs fascistes.

On reconstruit tout le système et l'organigrame de la direction stratégique sur les actions de l'Armée rouge et la Marine de guerre. Au deuxième jour de la guerre, le 23 juin, il a été créer ou plutôt remis en place le Conseil du haut Comandement, qui à été renommé le 10 juillet en tant que Commandement Suprême, et le 8 août en tant que Conseil du Grand Quartier Général Suprême. Et en tant que commandants en chef suprêmes des Forces armées de l'URSS est assigné V.Staline.

Pendant les premiers jours de guerre, quand les troupes soviétiques conduisaient les combats acharnés dans les régions occidentales frontalières, Léningrad elle se trouvait relativement loin du théâtre des hostilités. L'adversaire faisait à cette époque seulement quelques tentatives de bombardement, mais celles-ci étaient paralysées par la défense antiaérienne de la ville.

La première batterie antiaérienne à abbatre un avion allemand dans les environs de Leningrad, etait celle du sous-lieutenant A.T.Pimchenkova qui se trouvait du côté de st. Pesochnoj. Dans la nuit du 23 juin il avait abbatu un avion bombardier du type «Ju-88».

Les pilotes de Léningrad ont aussi eut des succes. Le 23 juin le pilote du 158ème Régiment de chasse aérien où le lieutenant A. Chirkov a abbatu un avion de bombardement ennemi du type "He-111". Et un autre jour un autre avion de bombardement allemand a été abbatu par le lieutenant P. A.Pokryshev, qui ouvrit le bal de la longue liste des victoires brillantes aériennes.

Le 28 juin dans le ciel de Léningrad les camarades du régiment de Chirkov et de Pokryshev — les sous-lieutenants P. de T.Kharitonov et S I.Zdorovtsev ont fait un exploit. Ayant utilisé toute leurs munitions dans les combats aériens et ne souhaitant pas que l'ennemi reparte, ils ont éperonné et ont abbatu un avion de bombardement ennemi. Le 29 juin le sous-lieutenant M P. Zhukov, lui aussi à éperonner un avion allemand, et l'a enfoncé dans le lac de Pskov. Le 8 juillet 1941 P. T. Kharitonov, S I.Zdorovtsevu et M. P. Zhukov furent les premiers à recevoirle (premier décret du titre de héros dans la Grande Guerre Nationale) Décret de la Présidence du Soviet Suprême de l'URSS au titre de héros de l'Union Soviétique.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Ven 30 Jan 2009, 10:05 pm

et voilà pour maintenant pour ce soir, vous aurrez encore juste droit de lire çeci jusque à demain.

Aux lointains l'Armée rouge et la flotte Baltique conduisaient de combats difficiles avec l'ennemi qui forçait son passage, et ici, comme sur d'autres fronts, cecis a pesé extraordinairement lourd.

Les troupes du front du Nord-Ouest, en effectuant de la résistance opiniâtre à l'encontre de l'ennemi, elle n'as pas pu arrêter sa progression dans le secteur frontalier et étant sous la pression de forces supérieures, elle a été obligé de reculer. Le 26 juin l'adversaire a occupé Daugavpils. Des combats acharnés se sont déroulés tout le long de la frontière de la Dvina occidentale, où agisant en étroite collaboration avec les parties terrestres, l'aviation soviétique a activement agit. En bombardant les points de gros rassemblements de troupes et de matériel ennemi, en lui infligeant de grosses pertes. L'exploit héroïque ici c'est l'équipage du sous-lieutenant de P. de S Igashov. Son avion de bombardement était attaqué par trois avions de chasse destroyer allemands (ME110), il a été touché. Et avec son avion en feu, Igashov a rattrapé un de ses avions de chasse ennemi, et qui lui était entraint d'attaquer un autre de nos avions, il l'a éperonné, et l'avion brisé c'est fracassé sur un rassemblement de véhicules blindés et de voitures de l'adversaire. C'était le premier dans l'histoire de l'aviation qui, a percuter son avion de bombardement, avec un avion adverse.

Malgré l'héroïsme manifeste des troupes soviétiques, ont n'a pas réussis à enrayer la poussée de l'adversaire sur la frontière de la Dvina occidentale. Le 4 juillet les troupes nazies ont pris Riga, le lendemain — l'Île, et le 9 juillet — Pskov. Ainsi, les troupes du groupe d'armée "Nord", ayant une supériorité considérable sur nos forces de notre front du Nord-Ouest, vers le 10 juillet ils ont capturé tous la région des pays Baltes et ont envahi Vtorglis qui se trouvait dans la limite de la région de Léningrad.

Quelque peu mieux était la position sur le flanc extrême droit du front soviéto-germanique. Les troupes allemandes et finlandaises qui ont commensé le 29 juin leurs offensives, en partant du front de la mer des Barents au golfe de Finlande après des combats acharnés vers le 6 juillet de petites sections ont réussis à envahir nos ligne de défense, mais seulement sur 25—30 km. Les combattants soviétiques, en reflétant ici l'arrivée de l'adversaire, faisaient preuve d'un courage et d'une bravour extraordinaire. Les soldats et les officiers du 461ème régiment d'infanterie de la 142ème division d'infanterie de la 23ème armée sous le commandement du colonel V.A.Trubachev en 10 jours de combats en Carélie isthme ont supprimé jusqu'à 50 % des attaquants Finnois. Pour le courage et la bravour le colonel V.A.Trubachev et le mitrailleur A.I.Zahodsky par Décret de la Présidence du Soviet Suprême de l'URSS étaient honorés au titre de héros de l'Union Soviétique.

Le Conseil du haut commandement des Forces armées de l'URSS a entrepris un nombre incalculable de mesures, ayant pour but d'améliorer la position du côté de Léningrad. Une de ces décisions était de ramener les forces du Nord pour la défense du Sud Ouest de Léningrad et cela a été accepté. Le 4 juillet en rapport avec la menace évidente de la rupture du front du côté des Îles et Pskov le Conseil militaire du front Nord a reçu l'ordre immédiat d'occuper avec ses troupes la ligne selon Narva-Luga- Staraja Russa -Borovichi.

Le 5 juillet le Conseil suprême a ordonné pour la défense de la ville de Léningrad, et ainsi que les points stratégiques les plus importants, de construire jusqu'au 15 juillet 1941 des lignes de défenses partant de Kingisepp-Tolmachevo-Ogareli-Babino-Kirishi et plus tard vers la cote de la rivière Volkhov. Ainsi coupé la position sur la frontière Luga- Shimsk et fortifier le plus solidement possible les directions de Gdov-Leningrad, Luga-leningrad, Shimsk-Leningrad.

En réalité le Conseil de guerre du front Nord a commencé à s'occuper de ces questions dès les premiers jours de la guerre. Et avait décidé de construire trois lignes de défense, et pour cela la population de Léningrad et de sa région pourait s'en chargé. La frontière principale partait depuis toute l'étendue de la rivère de Luga et ensuite passait dans Shimsk jusqu'aux lacs d'Ilmen, ou avait été développé une zone de sécurité et de défense rapide, qui commencait en réalité depuis la rivière Pljussy. La deuxième ligne selon la ligne Peterhof-Krasnogvardejsk (Gatchina)-Kolpino. Et la troisième selon la ligne le chemin-de fer Avtovo—okruzhnaja zheleznaja doroga—st. Predportovaja—Srednjaja Rogatka—s. Rybackoe

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Mar 03 Fév 2009, 3:56 pm

ok voici donc la enième partie de ce texte, que je vient tout juste de terminer sa traduction.
Mais ce sujet et loin d'être clos.

L'affaire particulièrement complexe a été de construire des zones de défenses dans les prairies près de Luga, puisqu'il fallait très vite ériger des points de renforcements défensifs sur une grande étendue, et former le groupement nécessaire de troupes. Et c'est seulement grâce à l'héroïsme et l'abnégation des travailleurs de Leningrad que ont ne remercieras jamais assez, et qui ont travaillé sur ses constructions, c'est grâce à eux que ses lignes de défense ont été pu construites, bien qu'il aient un sentiment de manques. La zone de défense dans les prairies s'écoule sur une distance de 250 km en partant du golfe de Finlande et s'étant jusqu'au lac Ilmen, elle comprenait deux lignes de défense et une position de coupure, de nombreux lacs passant aux bords de la rivière Luga, Oredezh et Sheloni. Le nombre impressionnant de bâtiment civile incluant les ouvrages et les blockhaus que contient la ligne et de 570 bâtiments, 160 km de tunnel et de ligne de tranchée et 94 km de fossés antichars.

Les forces destinées à lutté contre les troupes nazies sur ces nouvelles ligne de défense ont été fraîchement créée et incorporé dans le groupe d'opérations de la zone de défense des prairies, vers le 14 juillet elle comprenaient deux divisions de fusiliers (177ème et 191ème), et deux divisions de la milice du peuple de Leningrad (1er et 2-1ème), des écoles d'infanterie et armes automatiques de Leningrad, la 1ère brigade indépendante de fusilier de montagne, et le 41ème régiment du corps des fusilier, transmis dans la composition du front Du nord de la 11ème armée du front du Nord-Ouest. Les divisions du corps qui revenait après de durs combats de la frontière, allaient directement se reposé et se renforcer dans la zone des prairies. Le lieutenant général K. P. Pjadyshev commandait le groupe d'opérations. Les Divisions de fusilier ont occupé la défense sur la frontière jusqu'au 9 juillet, et jusqu'à l'approche de l'adversaire, mais les divisions de la milice du peuple, elle était déjà arrivée entre temps et elle se battait contres les troupes allemandes.

Le 10 juillet 1941 le Comité de défense de l'État a divisé les forces en formant le haut commandement du front Nord-Ouest, Ouest et Sud-Ouest, ainsi ils pouvaient mieux mener la gestion des opérations des trois fronts séparément. Les forces armées du Nord-Ouest étaient sous la direction du Marechal K.E.Voroshilov et ainsi que secrétaire du conseil Militaire auprès du Comité Central VKP, et à la tête du Comité régional et du comité du parti de Leningrad se trouvait A.A.Zhdanov, le chef d'état-major était le général M. V.Zaharov. Les unités qui étaient sous leurs commandements étaient celle des fronts Nord, Nord-Ouest, force de la flotte Baltique et la marine du Nord.

Cette mesure a joué un rôle important dans la bataille de Leningrad, particulièrement en rapport avec le 8 juillet date ou Hitler à tenu une conférence où le conseil de l'Okw a accepter sa décision de continuer la bataille en direction de Leningrad avec les troupes du groupe armée "Nord" et l'armée finlandaise. De plus Hitler a souligné la nécessité de couper Leningrad de l'Est et par le Sud-est et ceci par la forte aile droite du groupe blindé de Hoepner.

Le 10 juillet les troupes du 4ème groupe blindé allemand, qui sont parti de la frontière rivières Velikaïa Cherehi (region de pskov) ont recommencé l'attaque en direction de Luga et Novgorod. Se dirigeant vers Luga et ont commencé l'attaque avec les blindés du XLIème corps motorisé, parce que à Novgorod c'était le LVI ème corps motorisé allemands qui attaquait. Les unités du front Nord-Ouest qui opérait en direction de Luga, sous la pression des forces supérieures de l'adversaire étaient obligées de battre en retraite, et vers le 12 juillet ils se sont à nouveau regroupé près de la rivière Pljusse, où les divisions ennemis ont été stoppé de leurs avance, par les détachements avancés du groupe d'opérations de Luga. Le groupe d'artillerie sous le commandement du colonel G.F.Odintsova, a joué un rôle important lors de cette action.

Les défenses opiniâtres des troupes soviétiques qui se défendaient en direction de Luga ont obligé le commandement allemand à changer leurs directions d'attaque principale. Secrètement, ayant bougé leurs unités dans le secteur Sud-est de Kingisepp, les allemands ont forcé le passage de la rivière Luga et le 14 juillet détenait deux têtes de ponts sur la rive droite de la rivière. Cependant grâce au courage et à l'héroïsme des combattants soviétiques la progression de l'adversaire a été arrêtée. Tel l'héroïsme du 415ème bataillon du 22ème corps des fusiliers. Le 17 juillet 20 soldats à la tête de l'assistant instructeur politique de la radio compagnie A.K.Meri du côté de Dno. Pendant quelques heures ils ont repoussé les attaques de l'adversaire, qui tentait de prendre l'état-major du corps. A.K.Meri a été blessé plusieurs fois, mais a préféré rester sur le champ de bataille. Pour l'héroïsme qu'il a manifesté on lui décernera le titre de héros de l'Union Soviétique.

Ainsi, ont ne remerciera jamais assez, la défense tentasse des troupes soviétiques, qui ont fait échoué le plan du commandement Allemand, qui ont essayé de se frayer un chemin avec travers les lignes en direction de Leningrad, Luga et le plateau Koporsky.

Simultanément avec les combats dans ce secteur du front il y avait une situation critique sur le flanc gauche de la ligne de défense de Luga. Vers l'ouest de Shimsk, le LVIème corps motorisé du 4ème groupe blindé Allemand s'est approché de la ligne de défense des troupes soviétiques. Pour tenter d'anéantir ces forces et faciliter leurs positions dans le secteur de Luga, les troupes de la 11ème armée du Front Nord-Ouest, que le général V.I.Morozov commandait, étaient du 14 au 18 juillet occupé à contre-attaqué du côté de Solcy. À la suite de cette opération les troupes soviétiques ont détruit la 8ème Panzer Division et les arrières du LVIème corps motorisé, ont rejeté les troupes ennemies vers l'ouest à 40 km et par cela pour un certain temps liquidaient la menace de rupture que fessaient peser l'adversaire vers Novgorod. Le Commandant du LVIème corps en ce temps là, était le général E. Manstein et qui écrivait par la suite : "On ne pouvait pas dire que en ce temps là, la position du corps était complètement enviable".

La résistance opiniâtre des troupes soviétiques sur la ligne de défense Luga et la contre-attaque du côté de Solcy ont obligé le commandement Allemand le 19 juillet, de cesser leurs attaques en direction de Leningrad. Hitler avait ordonné, de continuer la progression vers Leningrad mais uniquement après que la 18ème Armée auras effectuer la jonction avec le 4ème Panzer Group, et que le flanc Est sera assuré par les forces de la 16ème armée.

Ce délai de l'offensive Allemande, a laissé pendant presque un mois la possibilité au commandement soviétique, de réorganiser et de solidifier la défense sur la ligne Luga et d'accélérer les constructions de bunkers et abris aux abords les plus proches de Leningrad.

Le 10 juillet vers Olonetskom et en direction de Pétrozavodsk a commencé l'offensive finlandaise de la force armée de Carélie, qui avait une supériorité considérable envers notre 7ème armée et qui était commandé par le général F. D.Gorelenko. Cependant l'avance ennemie a pu être stoppé uniquement grâce aux combats acharnés qui se sont déroulé à la fin juillet.

Vers Leningrad, les opérations des forces soviétiques qui se trouvaient en Estonie, ont joué un rôle essentiel dans l'arrêt des attaques ennemies en direction de Leningrad. La 8ème Armée qui se défendaient en Estonie, était coupée de leurs principales forces du Front Nord-Ouest et ainsi des unités qui était sous le commandement du Front Nord. Les combattants soviétiques se défendaient fermement sur la frontière Pjarnu-Tartu. Les divisions ennemies non pas réussis sur un bref délai de prendre la défense soviétique et d'exécuter le plan prévu, et le 17 juillet ils étaient obligés d'arrêter l'attaque. Pour recommencer une nouvelle fois leurs attaques contre la 8-ème armée, le commandement Allemand a renforcé le groupement Estonien par trois divisions qu'ils ont retirées de Luga et de Novgorod. Cela a facilité beaucoup la position des troupes soviétiques protégeant les abords directs vers Leningrad.

Un exceptionnel grand rôle dans la lutte aux approches de Leningrad était joué par la défense ferme des troupes soviétiques sur d'autres fronts, tel celle qui s'est déroulé sur le front soviéto-germanique, du côté de Smolensk. Encore une fois ici la résistance opiniâtre que les combattants soviétiques ont effectué du côté de Smolensk, a obligé les troupes allemandes à passer à la défensive, et ceci nous a permis pendant presque deux mois de tenir nos positions. Etant bloqué près de Smolensk le gros des forces de l'armée du groupe "Centre", les troupes soviétiques ont retiré aux Allemand leurs projets de transférer immédiatement leurs 3ème Panzer Group en direction de Leningrad. Etant retardé, lorsque 1 corps motoriser de ce groupe arriva, et avec le retard infligé par ceux du groupe armé "Nord", cela n'a influencé grandement sur les hostilités près de Leningrad.

Pendant que la lutte se déroulait aux lointains de Leningrad, une action à signification majeur était mener par la flotte Baltique décoré de l'ordre du Drapeau rouge (Son commandant le vice-amiral V.F.Tribuc, les membre du Conseil de guerre le commissaire divisionnaire N.K.Smirnov, le chef d'état-major le contre-amiral JU. A.Panteleev), qui, malgré les immenses difficultés, ils ont aidé les troupes, en réfléchissant sur les possibilités des offensives de l'armée ennemie, communément avec les forces terrestres les troupes défendait les bases navales et les îles, qui couvrait les abords maritimes de Leningrad, ce qui empêcha à l'adversaire d'utiliser le soutient maritimes. Les marins de la mer Baltique réalisaient des tâches avec les navires et l'artillerie côtière, et créer les Régiments et Brigades d'après leurs nécessité, tel pour l'organisation de pose de mines entrant dans le système des positions minno-artillerie, barrages de mines actifs sur les chenaux et les approches des ports les plus importants de l'adversaire, ainsi que par des actions navales de surface, sous-marines ou et aérienne contre les navires ennemis.

Ainsi grâce à la soudaineté de l'attaque et à la supériorité temporaire des forces en direction de Leningrad, les troupes réussissent sur un bref délai à reprendre tous les pays Baltes et a empêcher les Allemands d'envahir les limites de la région de Leningrad. Cependant par les efforts conjugués par les troupes terrestres, Aérien et ceux de la marine de guerre, à la suite commença la défense sans esprit de recul, se mariant avec les contre-attaques et les contre-chocs, les attaques des troupes nazies sur Leningrad était arrêtée sur tous les fronts. L'ennemi s'est occupé à regrouper ses forces et ses moyens. Cela signifiait l'échec du plan du commandement hitlérien sur l'idée de vouloir prendre Leningrad.

Provient de Léningrad l'indompté.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  le ronin le Mar 03 Fév 2009, 4:18 pm

Bonjour, St Ex , et bravo ! pour ce texte , et le travail que cela a dû être , traduire du russe au français chapeau , et merci , je serais bien en peine si on me demandait une traduction semblable , où autre , ma fille est trilingue elle vit en G.B. et quand je vais lui rendre visite je suis soulagé qu'elle soit avec moi , autrement c'est une catastophe au niveau langues .

Amicalement, le ronin.


....Toujours élève , dés fois instructeur.....

Semper fidelis.
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3426
Age : 65
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  eddy marz le Mar 03 Fév 2009, 4:57 pm

Very interesting, St. Ex...

Eddy
pouce
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Mar 03 Fév 2009, 10:15 pm

en russe alphabet cyrillique et je vais aussi le mettre le titre en alphabet latin, dans le cas ou l'affichage des caractères de l'alphabet cyrillique ne serait pas pris en compte par ce forum.

le titre est .
Непокоренный Ленинград
et en alphabet latin celà donne!
Nepokorennyj Leningrad et à été publié en 1985.

maintenant, il est clair, qu'il est fort possible, que ce texte comme beaucoup d'autre, n'a jamais été traduit en europe. Du fait qu'il existait dans ce temps là, les raisons politique que l'ont connais.
Et en 1985, la préocupation des éditeurs était autre que de traduire, des livres relatant des faits de bataille se rapportant au front de l'Est. Et d'autant plus qu'actuellement, les principaux sujets sur internet, qui se rapporte au 22 juin "Barbarossa", les majeures ne mentionne que l'avancé trionphale avec le groupe d'armée "Centre", ainsi tout ce qui s'est passé dans le Nord, ou dans le Sud, beaucoup, s'en foute royalement, ou ne conaisse même pas les faits.
Ou encore en europe, ont connait tous les faits, que la majorité du nombre d'avions que la russie détenait en 1941, à été détruits lors des premiers jours (1200), or celà ne veut en aucas dire, que tous les avions ont été détruits au sol, ici ont a vite découvert, que certain d'entre eux, malgré la vétusté de leurs appareils, certains ont emmené dans leurs destinées, des avions ennemis, ce qui allourdissait aussi le nombre d'avion détruit dans la wehrmacht.
Et aussi ici, ont découvre vite, que beaucoup d'entre eux, ont mené des défenses héroique, et pas seulement la vision, des millions de prisonniers qui se sont rendu et qui ont du marché des milliers de kilomètres, avant d'arrivé à leurs destins.


Dernière édition par st.ex. le Dim 08 Fév 2009, 5:56 am, édité 1 fois

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Mer 04 Fév 2009, 1:30 am

Bon et voilà comme promis la suite qui se rapporte a ses longs 900 jours.
Donc récit et vision d'une seconde source.

Premiers jours

Dans La nuit qui précédait le 22 juin. À partir d'une directive qui allaient introduire dans un proche avenir les états baltes, dans le conseil.

Probablement, les millions de soviétiques se rappellent toujours, comment ils ont passé la soirée de leurs dimanche inoubliable d'avant le 22 juin 1941. Il ne l'ont pas oublié ce soir, et moi non plus.

J'était ce soir là entrain d'appelé moi-même mon supérieur immédiat, le secrétaire de la défense, qui lui-même était pendant ces jours récents dans un état tout particulièrement de stress. Bien que j'en connaisse les raisons de sa nervosité, bien que mes yeux aient vu ce qui se tramait sur le front Ouest, exceptionnellement les mots brusque que le secrétaire allait utiliser, allait m'alarmer et s'inscrire à tous jamais dans ma conscience. S. K. Timoshenko m'avait dit alors :

- Probablement, demain commencera la guerre ! Vous devriez vous retrouver au commandement du District militaires de Leningrad. Vous connaissez bien ses troupes et au besoin vous pourrez aider la gestion de la région. Chose principale – surtout pas faire de la provocation.

- Et je lui ais demandé - De quelles mission aurais-je, dans le cas d'une attaque ?

- Dans un premier temps ce ceras de resister. Pour connaître et pouvoir isoler l'attaque principale, par rapport aux actions locales, et de ne pas vous lancer dans l'attaque avant que vous soyez prêt pour l'action. Dans le cas d'une attaque elles-mêmes vous savez quoi faire.

Et j'ai commencé de suite à penser
- Ainsi l'installation précédente, continue à agir. Pour préserver la paix dans le pays, de combien de temps aurais ais-je, pour réussir: une année, six mois, ou un mois. Recueillons la moisson. Création de nouvelles entreprises pour la défense. Incorporation des corps mécanisés dans le système. Mettre ou faire de la production des avions à grande vitesse. La situation internationale s'améliora peut être. Mais même si ce n'est pas immédiatement, et puis n'es ce pas ce qu'elle a toujours fait, si néanmoins la guerre éclate, mais plus tard, es ce que cela nous aideras. Il faut gagner du temps à tout pris ! Un mois, une quinzaine, une semaine supplémentaire. La guerre, probablement commencera dès demain. Mais est t'il nécessaire d'essayer d'employer tout les moyens, même si elle ne commence pas réellement demain. Pour faire le maximum du possible et même de l'impossible. Et ne pas faire de la provocation, qui aurait pour but d'agir sur les accords signé avec l'Allemagne. Et ne pas me laissé envahir l'esprit avec le flots de message qui vont arrivé, mais de garder le contrôle sur les événements, pour les subordonner à eux-mêmes, pour les dirigés dans leurs lit de fleuve respectif, pour pouvoir utiliser le concept. Et qu'es ce que je peux faire dès à présent pour faire de sorte que la guerre ne commence pas demain ?

Tout c'est mis en place, quand pendant la journée le 22 juin la radio diffusa les messages du commissaire des affaires étrangères V. M. Molotov au sujet de l'attaque vilaine que l'Allemagne a effectué sur notre pays. Maintenant mes principaux officiers d'état major était les généraux P. P. Vechnyy, poruchenets et le lieutenant S. A. Panov, qui ont obtenu les réponses à toutes mes questions, que je me suis posé en me dirigeant sur Leningrad.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Mer 04 Fév 2009, 7:58 pm

et voici la suite.

Après mon arrivée à Leningrad, je suis immédiatement parti pour rencontrer le personnel de la région. Ils m'ont accueillis avec bonheur, chacun d'entre eux a voulu entendre les mots provenant du représentant de Moscou, pour obtenir leurs instructions verbales. Ils étaient sous les ordres du général Major D. N. Nikishev et du commissaire N. N. Klementev, plus tard ces derniers seront respectivement chef d'état major et le second seras membre du conseil militaire de la région, dès le troisième jour de guerre sur le Front Nord. Le Commandant en chef des forces de la région M. M. Popov (au commencement de la guerre) a inspecté quelques troupes dans la région. Et n'a pas eu le temps de poser la question, quel était l'état moral des troupes, parce que la ville subissait sans cesse des survols de l'aviation ennemie. Deux avions Allemands ont directement commencé a bombardé son quartier résidentielle. Et bientôt un avion a été descendu, par la défense aérienne locale, ce qui a marqué ainsi le commencement de son activité dans le combat, et immédiatement là rapporté.

Il était impossible de perdre de précieuse minutes. Nous ne connaissions ni les plans de l'ennemi ni, si l'ennemi allaient continuer par effectuer de nouveaux raids aériens ; ou si l'ennemi allaient commencer a effectuer un largage de troupes aéroportés, et cela dans la région de l'Estonie et de Mourmansk ; et tout particulièrement dans la région du coté de la frontière Finlandaise, où ce sont amasser des troupes qui s'était préparer à une attaque. Sans compter que ses troupes de la région devait recevoir leurs ordres, que l'état major leurs promulguera, en autre d'établir étroitement le contact avec le partie, et aussitôt que ce sera possible de versé les efforts soviétiques et économiques dans les efforts généraux du pays, orientés sur la politique de repousser l'ennemi. J'ai demandé que soit remis en fonction le conseil militaire de la région, et, sans attendre jusqu'à ce que ses différents membres, qui habitaient à d'autres endroits puissent venir, j'ai de suite ordonné de commencer à travailler.

Quel fait connaissions nous? On savait que dans l'extrême nord, d'après les dirent de la reconnaissance, l'armée Allemande « Norvège », et qui a raccordé dans sa composition des troupes finlandaise. Assurément, dans le cas précis d'attaquer Mourmansk. Qui elle entrait dans le secteur de défense de notre 14ème armée, qui elle, sans avoir de doute sur sa fiabilité, elle résistera jusqu'au dernier de ses hommes. Au nord et à l'ouest du lac Ladoga et de la Karélie isthme ont été situés les armées ennemie karéliennes et celles du Sud-Est, et qui principalement a été finlandaise. Eux ils pourraient vouloir commencer vers Petrozavodsk et vers Leningrad. Notre 7ème armée sous le commandement du général lieutenant F.D. Gorelenko pour le secteur de défense en direction de Petrozavodsk. Et notre 23ème armée sous le commandement du général lieutenant P. S. Pshennikova. Ces deux détienne du personnel, qui a effectué la campagne finlandaise de 40, et comme il est toujours bien de connaître le théâtre des actions militaires, et que eux détiennent l'expérience de la direction des opérations dans cette localité.

Pour le moment c'était encore tranquille sur la frontière Soviéto-Finlandaise. Apparemment, la Finlande a attendu afin de prendre la décision la plus favorable pour elle-même. Mais combien de temps sont t'il rassemblé et à attendre? un ou des Mois, 1 ou plusieurs semaine, une ou plusieurs journée ? Personne ne le savait. Par conséquent nos troupes devaient être prêtes n'importe quand pour repousser l'attaque de l'ennemi. Chacune de ses trois armées a obtenu leurs ordres respectif: pour accomplir dans l'urgence le regroupement vers les troupes de la frontière et de les couvrirent, pour renforcer les frontières de combat, améliorant ainsi le sens de la technologie, et la chose principale – et de couvrir des directions de base, de renforcer l'observation sur l'ennemi et de pouvoir envoyer du soutient permanent à l'état major du secteur.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Jeu 05 Fév 2009, 3:08 am

allez oust, les dernière lignes pour ce soir!! oui gri

Pendant qu'ils étaient entrain de me faire un rapport, la directive au sujet de mettre les troupes en alerte, en liaison avec le début possible de la guerre, la directive est arrivé avant mon arrivée dans Leningrad, la directive avait été envoyé au commissariat des personnes de la défense au quartier général du personnel de la région. Pendant le temps écoulée les formations, et les unités subdivisionnaire de la région ont commencé presque tous au même moment, de gagner la frontière d'état et d'occuper points des secteurs fortifier, mais en fait ceci c'est déroulé lentement, depuis la directive a exigé que les troupes resteraient assigné dans les unités ou elles se trouvèrent à cette date, et se déplacerait uniquement secrètement. La défense aérienne a été graduellement ajustée. Et pour couronner le tout, la région na pas su ce qu'il y avait a faire. Simplement mettre les troupes en alerte a été accompli suffisamment timidement : et ils n'ont pas respecter le dernier point de la directive, laquelle mentionnait d'interdire d'effectuer sans ordre spécial toutes autres mesures.

Approximativement à 8 heures du matin, la région a obtenu de Moscou sa deuxième directive. Mais il était en effet impossible de l'effectuer, puisqu'elle concernait réellement uniquement les armées, qui étaient déjà aux combats avec l'ennemi sur le Front Nord-Ouest, Ouest et du Sud-Ouest. Mis à par le point spécial de la directive qui interdisait de passer la frontière d'état, si les forces ennemi ne sont pas mort ou si l'unité n'est pas encore détruite (en clair c'est la note qui interdit, à tous soldat, de n'importe quel rang, de ce rendre, ou de déserté, de son unité, ou de son poste.), et on a séparément indiqué à notre aviation de ne pas accomplir des raids aériens sur le territoire de la Finlande. Encore une fois, la région de Leningrad n'était pas au courant des futurs évènements.

Après avoirs pris le commandement sous ma responsabilité totale, j'ai donné l'ordre d'amplifier l'alerte aux troupes, et de rechercher l'information au sujet des diverses positions de nos flancs dans la région. La flotte nordique, qui était sous le commandement du contre-amiral A. G. Golovko, me rapporte que les marins sont en alerte, mais jusqu'à présent ils non rien à signalé de leurs coté, tout était tranquille. La flotte baltique sous le commandement du vice-amiral V.F. Tributs, conduit personnellement une opération en pleine haute mer.
L'information contradictoire est venue, d'une base sur la côte de la Lettonie. Cependant, jusqu'ici rien ne menaçait Leningrad ou le côté de la l'embouchure de la Neva. Et enfin il était possible de communiquer avec l'état major du District militaire spécial de la baltique. Le député commandant de la région E. P. Safronov m'a personnellement rapporté au téléphone.. Comme selon la prévision précédemment affirmée, que ses troupes de la région à la date du 22 juin, ses troupes se trouvent en dehors du champ de bataille. Par conséquent beaucoup de formations et unités subdivisionnaires à l'heure du commencement de la guerre se trouvaient sur le champ de bataille, ou était en route vers les champs. Mais que les unités restantes, qui se trouvaient non loin de la frontière, ont enclenché de lourds combats avec l'ennemi. Certaine formations ne se trouve pas à l'endroit où ils devraient se trouver avec les autres, non seulement les unités qui sont entrain de luttées, mais également ceux qui sont placé dans d'autres points de la région. Le commandant en chef des forces de la région le colonel général F. I. Kuznetsov hier en soirée se trouvait près de la frontière, et a également donné les notes additionnelles au sujet de la conduite à tenir sur champ de bataille. Et que actuellement, il ne savait pas où il se trouvait.

En plus E. P. Safronov m'a indiqué que le fait de savoir, quel destin on réservait aux familles des officiers commandants, que ce destin le dérangeait considérablement. Plusieurs jours avant le commencement de la guerre, sur instruction du commandement de la région, la famille d'un officier commandants a été exportée à l'arrière. Mais le 20 juin le commissariat des personnes de la défense, à étrangement renvoyer immédiatement toutes les personnes à la maison. Et maintenant de ne pas réellement connaître le prochain destin réserver à ses mêmes familles d'officiers commandants. Très probablement, ils partiront en captivité chez l'ennemi.

E. P. Safronov m'a demandé conseil, de ce qu'il devait faire en tant qu'action. Je lui ais conseillé, dans un premier temps, d'établir ou de rétablir le contacte avec ses troupes et de leurs état major. Et par la suite de trouver les commandants et coordonner toutes les actions avec la flotte de la baltique et ainsi que de faire une jonction avec les unités du District militaire spéciale de l'Ouest qui se trouvait voisine sur son flanc gauche. Cependant, personne n'était au courant, ou se trouvait le commandement du District militaire spécial de la baltique avant.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Sam 07 Fév 2009, 12:55 pm

et miam miam, chouette cela continue......

Selon le décret du Soviet. Suprême, dans beaucoup de régions, Leningrad inclus, a été introduite la loi martiale. Tous les commissariats militaires ont obtenu l'ordre à appeler sous le drapeau, tous les réservistes de 23 à 36 ans inclus. Aux usines de Leningrad ont été données des indications pour développer en grande pompe l'économie de la défense. Mais jusqu'ici nous avons recueilli l'armement dans les bureaux d'enregistrement militaire et les bureaux d'enrôlement, les clubs, les sociétés de sport et dans tous les lieux de stockages, ont fait une petite estimation globale, et ont les as distribué. J'ai été particulièrement dérangé, de m'apercevoir que dans la région il y avait très peu d'avion et de chars. En liaison avec un groupe d'ouvriers et l'état major de la région, je les ais chargés de calculer, de quel nombre la région aurais besoins, dans différente situation ; Tel aussi dans le cas si la Finlande entre immédiatement dans la danse, si elle entrera ultérieurement ou si elle n'entrera pas du tout ; s'ils nous envoient des renforts, s'ils n'enverront pas du tout, ou dans le cas si nous même nous devions aider les autres régions et cela de suite.

En temps de paix il n'est pas possible de pourvoir calculer toutes les combinaisons, qui peuvent surgir après le commencement d'une guerre, tout particulièrement quand la guerre elle-même débute de la façon que personne ne veut en assumé les conséquences. Ont est alors dans les cas de l'extrême nécessité de manifester l'efficacité maximum, pour reconstruire des plans selon les circonstances concrètes.

Le 22 juin vers la soirée la position dans les états baltes, elles ne s'est pas améliorée. Néanmoins la région ainsi que d'autres régions ont obtenu la troisième directive du secrétaire de la défense. Elle a été tous spécialement adressé aux groupes qui était entrain de luttés, ou il ont leurs ordonnais d'orienter vers l'offensive et pour détruire l'agresseur. La partie ou nous étions concernées, la discussion se portait sur le fait que la frontière devrait être fermer, sans permettre à l'ennemi de s'introduire en profondeur sur le territoire soviétique. L'état major de la région a fonctionné au maximum de sa charge. La nuit était tout particulièrement agitée. Ils m'ont informé, que le 23 juin à Leningrad arrivera le commandant en chef des forces de la région de Mourmansk M. M. Popov, et de Moscou – des membres du Politbureau, TsK l'AUCP (B) A. A. Zhdanov.

Au matin du deuxième jour de la guerre. J'ai obtenu un appel pressant de Moscou. Me demandant de partir, et on m'a ordonné de sorte que le conseil militaire de la région soit placé sous le commandement de A. A. Zhdanov, ou sa réputation n'était plus à faire. Plus tard j'ai entendu qu'ils ont indiqué que Zhdanov fait beaucoup d'efforts à effectuer plus rapidement le plan. Pendant le même jour, c.-à-d., le 23 juin, j'ai été nommé en tant que conseiller permanent au haut commandement (Stavka du grand quartier généra a constituer le 23 juin 1941. Le 10 juillet de la même année il est transformé en tant que Stavka du commandement suprême. Le 8 août 1941 le Stavka du grand commandement suprême "Staline n'a pas aimé savoir que les allemands, disposait déjà d'un grand quartier générale, et que lui il était juste chef au même niveau.). Donc pour la troisième et dernière fois, le conseil est restructuré et élevée en tant que Stavka du grand commandement suprême.

Ceci s'est produit aux Sud d'Ilmen. - dans la 34ème, 11ème et la 27ème armée. Bologoïe doit rester notre !

En septembre 1941 j'ai obtenu un nouveau commandement. Je me rappelle, comment ceci a été parlé dans le bureau du commandant en chef suprême. I. V. Stalin était debout devant une carte et la regardait attentivement, alors il s'est tourné vers mon côté, il a fait plusieurs pas vers moi et m'a dit :

- Comment allez vous, camarade ! et Comment vous, vous sentez ?

- Et vous Comment vous sentez vous, camarade Stalin ! Moi je me sens bien. Svp camarade redonné moi une mission sur le terrain !

I. V. Stalin sans se dépêcher il a approché tranquillement la carte, et il commencé à me mettre au courant de la position sur le Front Nord Ouest…

Deux jours après je suis parti comme représentant du Grand commandement suprême, sur le Front Nord Ouest, en compagnie de N. A. Bulganin et L. Z mekhlis.

(Tient quand j'ai parlé dans mon sujet de ma carte, que les rivières et les fleuves était un obstacle naturelle…….. ont y est, ici dans ce paragraphe il parle du Memel et du Nemunnas.)

C'est sur ce front ou as surgit la guerre. À ce moment-là dans sa composition il y avait la 8è, 11è et 27è armées. La huitième armée, elle prolongeait la section du Memel au Nemen, ils ont supporté eux-mêmes l'impact de la 18ème armée Allemande. La 11ème armée, elle a défendu la zone du Neman au sud de la frontière administrative de la république lithuanienne, et a affronté immédiatement la 16ème armée Allemande, et également la 9èmes armée et le 3ème groupe de blindé, et son flanc gauche lui il as supporté les éléments allemand du groupe d'armée "Centre". Entre ses deux armées ce trouvait, le 4ème groupe blindé, et l'aviation ennemie harcelait et tentais de réduite les positions de nos troupes. Sous la pression des forces ennemies, les unités soviétiques se sont retirées de la frontière d'état.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  roltanguy le Sam 07 Fév 2009, 10:48 pm

[quote="st.ex."]en russe alphabet cyrillique et je vais aussi le mettre le titre en alphabet latin, dans le cas ou l'affichage des caractères de l'alphabet cyrillique ne serait pas pris en compte par ce forum.

le titre est .
Непокоренный Ленинград
et en alphabet latin celà donne!
Nepokorennyj Leningrad et à été publié en 1985.

maintenant, il est clair, qu'il est fort possible, que ce texte comme beaucoup d'autre, n'a jamais été traduit en europe. Du fait qu'il existait dans ce temps là, les raisons politique que l'ont connais.
Et en 1985, la préocupation des éditeurs était autre que de traduire, des livres relatant des faits de bataille se rapportant au front de l'Est. Et d'autant plus qu'actuellement, les principaux sujets sur internet, qui se rapporte au 22 juin "Barbarossa", les majeures ne mentionne que l'avancé trionphale avec le groupe d'armée "Centre", ainsi tout ce qui s'est passé dans le Nord, ou dans le Sud, beaucoup, s'en foute royalement, ou ne conaisse même pas les faits.
Ou encore en europe, ont connait tous les faits, que la majorité du nombre d'avions que la russie détenait en 1941, à été détruits lors des premiers jours (1200), or celà ne veut en aucas dire, que tous les avions ont été détruits au sol, ici ont a vite découvert, que certain d'entre eux, malgré la vétusté de leurs appareils, certains ont emmené dans leurs destinées, des avions ennemis, ce qui allourdissait aussi le nombre d'avion détruit dans la wehrmacht.
Et aussi ici, ont découvre vite, que beaucoup d'entre eux, ont mené des défenses héroique, et pas seulement la vision, des millions de prisonniers qui se sont rendu et qui ont du marché des milliers de kilomètres, avant d'arrivé à leurs destins.

Es ce que la france aurait pu en faire autant? celà personnelement j'en doute fort, parce que la politique et la mentalité à jouer un rôle majeur.
Donc main de fer contre main en velours. (moi je me comprend lorsque je dit celà, c'est le principale).[/quote


tu veux dire quoi par là ?

explique un peu plus .
moi je suis pas russe mais français et çà balancé à la face facile sans rien sans explications sans démonstrations sans retenue aucune çà me déplait clair et net . T'admire les russes très bien balance pas sur les français .

en matière de politique surtout à l'époque la France n'a pas de leçon a recevoir de l'Urss demande aux polonais aux ukrainiens ou autres .
La france a commis des crimes et du déshonneur absolument et du côté russe c'est pareil reste l'ampleur !

on parle pas des agresseurs des principaux criminels qui sont les responsables de cette tragédie les nazis et leurs alliés japonais non des acteurs qui ont subis et se sont battus

la france s'est battue elle aussi avec ses moyens et sa taille resepective .
çà n'enlève rien à ton travail de traduction de la propaganda soviétique de l'époque qui est extrêment intéressante à lire .....
Après chacun ses yeux pour lire le texte .

çà ok après les vannes anti françaises euh non

sauf erreur et m^me si ce n'est pas explicitement indiqué comme tel dans les règles du forum la courtoisie et le respect des idées des autres dès lors qu'elles ne font pas l'apologie de théories fascistes ou négationistes me paraissent un minimum.
avatar
roltanguy
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 186
Age : 69
Localisation : fontainebleau 77
Date d'inscription : 01/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  st.ex. le Dim 08 Fév 2009, 6:10 am

j'ai fait ce qu'il y avait de mieux a faire, j'ai supprimer le paragraphe "insultant" et je m'en excuse!

et moi non plus je ne suis pas russe, et non plus politique pro staliniène...... !
et je m'abstiendrait d'en expliquer plus, sinon, cela risque que ma nouvelle explication, vas égratiné un autre membre ou une autre personne.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  roltanguy le Dim 08 Fév 2009, 11:41 am

st.ex. a écrit:j'ai fait ce qu'il y avait de mieux a faire, j'ai supprimer le paragraphe "insultant" et je m'en excuse!

et moi non plus je ne suis pas russe, et non plus politique pro staliniène...... !
et je m'abstiendrait d'en expliquer plus, sinon, cela risque que ma nouvelle explication, vas égratiné un autre membre ou une autre personne.


t'as pas à t'excuser tu le pensais bon spamafote tu as bien réagi et je t'en remercie.
C'est vrai que je suis assez chatouilleux sur la France en particulier sur les événements de 1940 où quoiqu'on en dise la France s'est battue comme une lionne face à la déferlante allemande.
on en a tellement raconté sur les trouffions français qui se sont déballonnés que j'ai çà à fleur de peau car c'est faux archi faux . une exemple parmi d'autres;

En mai 1940, les armées françaises engagées en Belgique et dans le Nord de la France sont dans l'incapacité de stopper les divisions allemandes sur la Somme et sur l'Aisne. Devant la progression allemande vers la Seine, le gouvernement demande que les fleuves et rivières soient mis en défense pour stopper la progression des armées du Reich vers le Sud de la France. La Loire, compte tenu de son tracé et de sa largeur, doit devenir un obstacle majeur.
Le secteur allant de Candes-Saint-Martin à Thouriel (Maine-et-Loire) fut confié à l'École de Cavalerie de Saumur, commandée par le colonel Michon. Ce secteur comporte notamment 4 ponts constituant des points de franchissement cruciaux pour les armées allemandes.
Cependant, le 15 juin 1940, l'École de Cavalerie reçoit l'ordre d'évacuer Saumur pour rejoindre Montauban. Le colonel Michon, refusant d'être conduit par l'esprit d'abandon et de recul, obtint de conserver les cadres et élèves de l'École pour mettre le secteur imparti en défense. L'évacuation ne concerne donc que les éléments non combattants de l'École de Cavalerie.
Le 17 juin 1940, le Maréchal Pétain adresse un message aux armées françaises demandant de cesser les combats dans la perspective de l'armistice. Le colonel Michon rassemble ses cadres pour leur exposer la situation, tous sont volontaires pour poursuivre la résistance armée, malgré des moyens très faibles, et faire ainsi honneur, dans un esprit de sacrifice, à l'armée française. C'est le premier acte de résistance armée sur le territoire national.
Les troupes sont constituées principalement de 550 Élèves Aspirants de Réserve de Cavalerie et des 240 ÉAR du train (équivalent des EOR actuels) de la 4e division d'instruction, encadrés par leurs instructeurs. On compte également 360 soldats de divers Centres d'Instructions de la région aux ordres du Capitaine de Cadignan, 80 hommes commandés par le Capitaine Monclos, 200 fantassins et mitrailleurs du 13e régiment de Tirailleurs lgèriens, un bataillon de 350 hommes de l'École d'Infanterie de Saint-Maixent, un groupe Franc Motorisé aux ordres du Capitaine Neuchèze (dont le compositeur Jehan Alain), un Escadron de Reconnaissance (Capitaine Gobble) et une poignée de Cavaliers du 19e Dragons. Soit environ 2500 hommes armés de 24 blindés, 5 canons de 75mm, 13 canons antichars et 15 mortiers pour tenir 40 km de front. Ceux-ci bloqueront pendant plus de deux jours plus de 2 divisions allemandes (dont la 1re de Cavalerie) soit environ 40 000 hommes équipés de 150 blindés et 300 pièces d'artillerie sans oublier l'appui de la Luftwaffe. Les Combats héroïques menés par cette poignée de soldats équipés de leurs armes d'instructions, contre des forces très supérieures tant en hommes qu'en armements, furent reconnus par leurs vainqueurs, c'est le Général Feldt Cdt la 1re Div. de Cavalerie qui leurs donnera le nom de "Cadets" et qui leur permettra de repartir libres vers la ligne de démarcation, aux ordres de leurs Officiers, sans escorte allemande, une section de la Wermacht leur rendant les honneurs militaires au passage du pont à Beaulieu les Loches. Les pertes de cette bataille sont de 250 tués ou blessés du côté français et de 132 tués et plusieurs centaines de blessés du côté allemand.

a l'arrivée de l'armistice honteux!

Les soldats français?
92 000 morts plus 28000 qui vont périr de leurs blessures soit 120 000 Morts!! et 245 000 blessés en 45 jours de combats autant qu'aux pires périodes de 14 18.
des lions honneur à ces gars là mal équipés mal commandés et livrés aux allemands par des corrompus lâches et défaitistes.

Et 69 ans après quand j'entend des vieux schnocks de 85 90 ans (j'en ai dans mon village ) de la génération d'avant moi parler de promenade militaire des felgrau euh j'enrage.
çà doit les arranger quelque part ils ont du soigneusement rien faire à cette époque ouais.

source Jean LOPEZ
la campagne de France 39 40 2001 éditions lesir
avatar
roltanguy
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 186
Age : 69
Localisation : fontainebleau 77
Date d'inscription : 01/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  Kojédoub le Lun 09 Fév 2009, 3:04 pm

Bonjour




C'est vrai que je suis assez chatouilleux sur la France en particulier sur les événements de 1940 où quoiqu'on en dise la France s'est battue comme une lionne face à la déferlante allemande.
on en a tellement raconté sur les trouffions français qui se sont déballonnés que j'ai çà à fleur de peau car c'est faux archi faux . une exemple parmi d'autres;
Les exemples de courage français sont nombreux, comme les exemples de débandade. Ces derniers doivent être plus difficiles à trouver dans l'historiographie officielle française...


des lions honneur à ces gars là mal équipés mal commandés et livrés aux allemands par des corrompus lâches et défaitistes.
Pour certains oui, pour d'autres moins...J'ai eu des témoignages pas très glorieux.

Et 69 ans après quand j'entend des vieux schnocks de 85 90 ans (j'en ai dans mon village ) de la génération d'avant moi parler de promenade militaire des felgrau euh j'enrage.
çà doit les arranger quelque part ils ont du soigneusement rien faire à cette époque ouais.
La vérité est plurielle, l'expérience de Roltanguy (j'aime bcp votre pseudo)ou de Closterman n'est pas la leur. Ca n'enlève rien à la validité de leur temoignage, si tant est qu'il s'agisse d'une expérience personnelle.


source Jean LOPEZ
la campagne de France 39 40 2001 éditions lesir

Ben ce qui me gène, c'est que j'ai lu Koursk dudit auteur. En dehors de grosses théories vaseuses basées sur des préjugés et moult inepties, je n'ai vu aucun intérêt au bouquin; en dehors d'un vaste étalage d'ignorance de l'auteur, surtout concernant les archives et les ouvrages de fond russes. C'est une source moins que crédible. Mais bon, je ne prétends couvrir toute sa littérature.

Enfin, st-ex fait un gros boulôt; les gens productifs sont plutôt rares dans les forums.
Pour ce qui est de la bataille de France, ouvrez donc un fil, ça devrait passionner du monde. Vos apirants de cavalerie le valent bien.

Et surtoût, ne tombez d'une caricature à l'autre...

Amitiés,


Kojédoub
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  roltanguy le Lun 09 Fév 2009, 6:37 pm

Kojédoub a écrit:Bonjour




C'est vrai que je suis assez chatouilleux sur la France en particulier sur les événements de 1940 où quoiqu'on en dise la France s'est battue comme une lionne face à la déferlante allemande.
on en a tellement raconté sur les trouffions français qui se sont déballonnés que j'ai çà à fleur de peau car c'est faux archi faux . une exemple parmi d'autres;
Les exemples de courage français sont nombreux, comme les exemples de débandade. Ces derniers doivent être plus difficiles à trouver dans l'historiographie officielle française...


des lions honneur à ces gars là mal équipés mal commandés et livrés aux allemands par des corrompus lâches et défaitistes.
Pour certains oui, pour d'autres moins...J'ai eu des témoignages pas très glorieux.

Et 69 ans après quand j'entend des vieux schnocks de 85 90 ans (j'en ai dans mon village ) de la génération d'avant moi parler de promenade militaire des felgrau euh j'enrage.
çà doit les arranger quelque part ils ont du soigneusement rien faire à cette époque ouais.
La vérité est plurielle, l'expérience de Roltanguy (j'aime bcp votre pseudo)ou de Closterman n'est pas la leur. Ca n'enlève rien à la validité de leur temoignage, si tant est qu'il s'agisse d'une expérience personnelle.


source Jean LOPEZ
la campagne de France 39 40 2001 éditions lesir

Ben ce qui me gène, c'est que j'ai lu Koursk dudit auteur. En dehors de grosses théories vaseuses basées sur des préjugés et moult inepties, je n'ai vu aucun intérêt au bouquin; en dehors d'un vaste étalage d'ignorance de l'auteur, surtout concernant les archives et les ouvrages de fond russes. C'est une source moins que crédible. Mais bon, je ne prétends couvrir toute sa littérature.

Enfin, st-ex fait un gros boulôt; les gens productifs sont plutôt rares dans les forums.
Pour ce qui est de la bataille de France, ouvrez donc un fil, ça devrait passionner du monde. Vos apirants de cavalerie le valent bien.

Et surtoût, ne tombez d'une caricature à l'autre...

Amitiés,


Kojédoub


bonjour

Qu'on soit d'accord ou pas sur la qualité des écrits du dit jean LOPEZ je fais l'effort de citer mes sources.

Donc pour "les témoignages pas très glorieux" eh bien certainement comme dans toute époque sanglante
DOnc merci de citer vos sources .

POur l'auteur jean LOPEZ et son vaste étalage d'ignorance je vous laisse la propriété de ces propos.

Pour ma part j'en pense le contraire.

"Présentation de l'éditeurLe 5 juillet 1943, autour de la ville de Koursk, Hitler déchaîne la plus importante bataille de matériel de la Seconde guerre mondiale. Durant 12 jours, près de 3 millions d'hommes, 8 000 chars et 5 000 avions vont s'affronter dans une mêlée dantesque. Appuyé sur les derniers travaux américains, allemands et russes, cet ouvrage décape la vision de la bataille de Koursk, en démonte les mythes et les légendes. Non, l'opération Citadelle n'était pas une mauvaise idée, et Hitler n'a pas compromis les chances allemandes. Oui, la Wehrmacht est passée à deux doigts de la victoire. Non, les Panzers n'ont pas été laminés : ce sont les T-34 qui ont reçu une terrible correction. Non encore, l'espionnage n'explique pas le succès de l'Armée rouge. Oui, enfin, cette bataille est une des plus importantes du conflit, à condition de la considérer en même temps que les contre-offensives soviétiques d'Orel et de Kharkov. Ce livre souligne les progrès opérationnels des Soviétiques, leur supériorité dans la planification stratégique, leur maîtrise de la maskirovka, cet art de tromper l'ennemi sur ses buts véritables. Il met notamment en lumière le rôle joué par la bataille du Mious, demeurée quasi inconnue en Occident.

Biographie de l'auteur
Jean LOPEZ, ancien officier de la Marine marchande, aujourd'hui rédacteur en chef d'un magazine de vulgarisation scientifique, est spécialiste de l'histoire de la seconde guerre mondiale, particulièrement du conflit germano-soviétique.

alors après forcémént s'il ne suit pas la droite ligne des archives soviétiques on va dire de lui qu'il est nul mais c'est inexact.

je sais qu'il dérange ............ je connais bien la polémique à son sujet de là à qualifier son travail de
"grosses théories vaseuses basées sur des préjugés et moult inepties"

non
une indication sur l'opprobe dont il fait l'objet par certains:

"Extrait de l'introduction :

Pour le lecteur français qui n'a pas accès à l'édition étrangère, l'image de la bataille de Koursk s'est figée au début des années 1970. Depuis, aucun ouvrage appuyé sur des recherches en archives n'est venu, dans notre langue, confirmer, infirmer ou rectifier ce que l'on croit savoir de cet épisode marquant de la seconde guerre mondiale. Précisément, que pourrait en savoir un lecteur qui relirait, trente-cinq ans après, le Koursk de Geoffrey Jukes, pour ne citer que le dernier travail de synthèse qui ait acquis quelque renom ? On trouverait, pêle-mêle, les assertions suivantes :

1) Koursk est une grande défaite de la Wehrmacht, aussi nette et incontestable que Stalingrad. Le Reich ne s'en relèvera pas.

2) Cette défaite est due avant tout à des erreurs d'appréciation de Hitler, comme celle d'avoir retardé l'offensive de trois mois. Tout espoir de surprendre l'adversaire s'est ainsi envolé.

3) Ce retard s'explique par le désir de mettre en ligne le maximum de nouveaux matériels lourds, à peine sortis d'usine, le char Panther et l'antichar chenille Ferdinand au premier chef. Or, ces mastodontes ont fait faillite durant la bataille.

4) Un espion haut placé a permis aux Soviétiques de lire par-dessus l'épaule des chefs allemands. À l'heure dite et au lieu dit, l'attaque a trouvé le Russe fin prêt à riposter.

5) Les Allemands se sont enferrés dans une défense tellement serrée qu'elle leur a ôté très vite tout espoir de victoire. La partie a été perdue à peine commencée. Elle ne pouvait tout simplement pas être gagnée.

6) L'épisode le plus dramatique s'est joué devant le bourg de Prokhorovka, au sud-est de Koursk, où s'est déroulée la plus grande bataille de chars de l'histoire. La charge héroïque des T-34 a brisé la volonté des Allemands et détruit les divisions blindées, orgueil de la Wehrmacht.
(...)

donc grâce à la traduction ici présente nous avons la version soviétique.
C'est bien .
c'est la version soviétique.

je ne dis pas contrairement à vous des inepties des préjugés et du vaseux c'est la version soviétique .
perso çà m'intéresse et je lis le travail de st ex

après chacun son analyse .


Pour le pseudo oui c'est forcémént pas par hasard pouce

bonne journée Rol
avatar
roltanguy
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 186
Age : 69
Localisation : fontainebleau 77
Date d'inscription : 01/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  Kojédoub le Mar 10 Fév 2009, 10:37 am

Bonjour


Donc pour "les témoignages pas très glorieux" eh bien certainement comme dans toute époque sanglante
DOnc merci de citer vos sources .
Léon F, pyrénées orientales en 1996. Je ne sais pas s'il est encore parmi nous. Son régiment de reserve remontant au front avec une "sage lenteur" depuis sa garnison du sud-ouest a fini par se dissoudre en cours de route, officiers en tête. La plupart étaient vétérans de la grande guerre...ils savaient ce qui les attendaient. Très peu ont envie de se vanter de leurs exploits. La pagaille de l'été 40 a bon dos.
Plus un retraité universitaire de Paris et un arménien de Marseille (ancien brigadiste) qui ont essayé malgré tout de s'y battre, dans cette armée Française qui selon eux a bel et bien baissé culotte devant l'ennemi.



Appuyé sur les derniers travaux américains, allemands et russes, cet ouvrage décape la vision de la bataille de Koursk, en démonte les mythes et les légendes.

C'est quoi les derniers travaux russes utilisés par J Lopez?

Non, l'opération Citadelle n'était pas une mauvaise idée, et Hitler n'a pas compromis les chances allemandes.

C'est pas tout de le dire, faudrait-il encore le démontrer avec des connaissances tactiques et stratégiques qui sont très au delà du niveau de l'auteur.


Oui, la Wehrmacht est passée à deux doigts de la victoire. Non, les Panzers n'ont pas été laminés : ce sont les T-34 qui ont reçu une terrible correction.

Pour avoir de bonnes conclusions, encore faudrait-il avoir les bons chiffres...Ce n'est pas le cas dans ce livre.


Non encore, l'espionnage n'explique pas le succès de l'Armée rouge. Oui, enfin, cette bataille est une des plus importantes du conflit, à condition de la considérer en même temps que les contre-offensives soviétiques d'Orel et de Kharkov.
C'est pas un scoop...Quelle est sa nouveauté la dedans.?

Ce livre souligne les progrès opérationnels des Soviétiques, leur supériorité dans la planification stratégique, leur maîtrise de la maskirovka, cet art de tromper l'ennemi sur ses buts véritables. Il met notamment en lumière le rôle joué par la bataille du Mious, demeurée quasi inconnue en Occident.
Très discutable. La planification stratégique ne présente aucune nouveauté par rapport aux années précédentes, dont les offensives en tiroir dont celle sur le Mious, qui ne rentre pas dans ce cadre précis. En effet, les opérations stratégiques de la STAVKA sont définies par un vocable précis, celle du Mious n'en faisant pas partie pour des raisons qu'il serait trop long de developper ici.


alors après forcémént s'il ne suit pas la droite ligne des archives soviétiques on va dire de lui qu'il est nul mais c'est inexact.
Si c'est du travail d'historien, il faut absolument qu'il utilise les archives des deux bords, en prenant bien soin de vérifier au mieux leur crédibilité, en commençant avant tout leur exhaustivité. Ce qui n'a pas été fait.

je sais qu'il dérange ............ je connais bien la polémique à son sujet de là à qualifier son travail de
"grosses théories vaseuses basées sur des préjugés et moult inepties"
Ce qui me dérange c'est pas ses idées. C'est sa qualité de travail...qu'on doit bien qualifier de merdique. Pour rester précis. Insatisfaisant, n'est pas vraiment le terme qui convient sur l'echelle des valeurs.



Pour le lecteur français qui n'a pas accès à l'édition étrangère, l'image de la bataille de Koursk s'est figée au début des années 1970.

Dommage et FAUX, on a eu droit à une avalanche d'ouvrages depuis la péréstroïka, ecrites par des gens objectifs et compétents. Un qualificatif qui ne va pas à l'ouvrage de Lopez. C'eut été bien d'en traduire quelque uns, plutôt que de chercher midi à 14 heures.

.. que pourrait en savoir un lecteur qui relirait, trente-cinq ans après, le Koursk de Geoffrey Jukes,

C'est de l'historiographie soviétique, la dialectique du parti n'a rien à voir avec des recherches d'historien, qui soit dit en passant ont largement été faites depuis...sans l'aide de Lopez, ne vous en déplaise.

1) Koursk est une grande défaite de la Wehrmacht...
Ben si c'est une victoire maintenant,

2) Tout espoir de surprendre l'adversaire s'est ainsi envolé.
C'est vrai.

3) , le char Panther et l'antichar chenille Ferdinand au premier chef. Or, ces mastodontes ont fait faillite durant la bataille.
Oui et non. Faudrait que Jukes, comme Lopez apprennent la modération. Tout n'est pas blanc ou noir...

4) Un espion haut placé a permis aux Soviétiques de lire par-dessus l'épaule des chefs allemands.
Quelle belle histoire, digne de James Bond.

5) Les Allemands se sont enferrés dans une défense tellement serrée qu'elle leur a ôté très vite tout espoir de victoire. La partie a été perdue à peine commencée. Elle ne pouvait tout simplement pas être gagnée.
Ca me parait juste

6) L'épisode le plus dramatique s'est joué devant le bourg de Prokhorovka, au sud-est de Koursk, où s'est déroulée la plus grande bataille de chars de l'histoire. La charge héroïque des T-34 a brisé la volonté des Allemands et détruit les divisions blindées, orgueil de la Wehrmacht.
Citez moi les documents d'archive soviétiques attestant d'une grande victoire, plutôt que l'inverse? JMO, CRO, rapports des cdts d'unité au front... Je ne parle pas des élucubrations de Rothmistrov et de Kroutchev dans leurs mémoires qui sont là pour se disculper.



je ne dis pas contrairement à vous des inepties des préjugés et du vaseux c'est la version soviétique .
Faut bien utiliser ce qu'on a. Cherchez plutôt une version russe, après 1983. La liberté de parole, y compris dans les travaux d'historien, ça compte, vous savez...


perso çà m'intéresse et je lis le travail de st ex
Oui, c'est un début

après chacun son analyse
C'est un qualificatif bien pompeux pour le travail de Lopez. Pour qu'il ait eu analyse, encore faudrait-il un travail de réflexion, et de vérification des sources...
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: léningrad l'indompté, ou les 900 jours!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum