Le Front Chinois

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Front Chinois

Message  Invité le Dim 08 Fév 2009, 4:35 pm

Voila j'ai eu la surprise de voir qu'il n'y aucun sujet faisant référence à la Chine. Ce qui est bizzare car c'est un des pays ayant le plus souffert pendant la guerre. Bon pour rappel historique la guerre en Chine n'a pas commencer en 1939 mais dés la fin des années 20. En effet une guerre civile éclata entre nationaliste et communiste avec en plus de ça des régions qui proclamérent leur indépendance ces régions étais dirigée par des monarques despote appeler "Chefs de guerre" des hommes combattais aussi pour établir une république. Bref le chaos le plus total... Un chaos qui allait s'accentuer en 1937 quand le Japon attaqua la chine à partir de la Corée, ils étais aider par leurs amis du "Mandchoukuo" diriger par un ancien empreur chinois "3 fois déchus" les nationalistes chinois résitérent mollement au départ, mais une fois arriver prés des villes importantes les Nippons durent faire face à des combattans résolu et déterminer. Meme en encerclant les villes et en les pilonants les japonais eurent du mal à les prendres... Un pacte d'alliance fut signer ensuite entre Mao (communiste) et Tchank-Kai-Chek (nationaliste) por lutter contre l'envahisseur. Les chinois furent repousser trés loin malgré que la cote chinoise résistais à plusieurs débarquement nippons et à l'établissement de plusieurs tete de ponts.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  le ronin le Ven 27 Fév 2009, 10:47 pm

Bonsoir , je mets là quelques dates "historiques " préléminaires à l'agression Japonaise contre "L'Empire du Milieu " Je cite ma source : Colonel Trevor N. Dupuy .

1894- 1895 premiers heurts : quand les "barbares de l'Ouest " arrivèrent , les Chinois se replièrent sur eux même et cherchèrent refuge dans leur culture millénaire , refusant tout contact avec l'étranger . Au contraire des Japonais reconnaissants la supériorité technique des nouveaux arrivants , se mirent à copier.... jusqu'à leurs défauts... En 1894 ils passèrent du côté des colonisateurs et pénétrèrent en Chine .Ils l'emportèrent facilement et éliminèrent toute influence Chinoise de Corée, tout en se taillant un embryon d'empire colonial en Mandchourie .

1904 - 1905 -première manche pour l'Orient - cette intempestive prise de possession des Japonais dans une contrée fertile ne manqua pas de provoquer les protestations des puissances occidentales et surtout de la Russie , qui se sentait particulièrement lésée dans cette ruée aux concessions .Malgré la fière allure de leurs troupes, les Russes furent battus par les Japonais , qui gagnèrent ainsi leur place de grande puissance , et eurent leur sphère d'influence en Mandchourie .

1931 -le calme avant la tempête - le Japon continua d'assimiler la culture et les techniques de l'Occident , ce qui l'amena à s'appuyer de plus en plus sur les ressources naturelles , qu'il se procurait grâce à son commerce avec la Chine et à sa domination en Mandchourie . Au bout d'une longue période de résignation et d'inertie , ce fut le réveil soudain de la Chine contre l'exploitation étrangère et , en 1931 , le boycottage des produits Japonais . Pour riposter à cette attaque directe contre leur prospérité , les Japonais sous un prétexte futile envahirent la Mandchourie .Quelques semaines leur suffirent pour conquérir tout le pays et y installer un gouvernement à leur solde .

1932 - Changhai : face à face - loin d'être intimidés par cette démonstration , les Chinois réagirent et étendirent leur boycottage à tout le pays .Les Japonais menacèrent alors de prendre de sévères mesures de représailles .Le 28 Janvier , leurs troupes débarquaient dans la région de Changhai , et partaient à l'assaut de la ville résolument hostile .La résistance des Chinois fut farouche , et ce n'est qu'après avoir reçu des renforts que les Japonais purent occuper la ville en ruines .Le 5 Mai , Tchang Kai Chek , était contraint de signer un protocole mettant fin au boycottage .

1937 -c'est la guerre - en 1937 Tchang Kai Chek avait réussi à s'entendre avec les communistes pour arrêter la guerre civile qui avait empêché jusque là toute union efficace contre les Japonais .Ceux ci comprirent aussitôt que leur commerce avec la Chine , était de nouveau menacé .Ils trouvèrent un prétexte , engagèrent les hostilités près de Pékin .Une fois de plus ils débarquèrent à Changhai , et se heurtèrent à une résistance inattendue .La ville ne fut prise que grâce à l'arrivée de renforts , et après un intense bombardement aérien . Les Chinois n'en continuèrent pas moins à résister , puis ils se replièrent sur Nankin leur capitale .

1938 -expectative et massacres - en général les Japonais se montraient des adversaires impitoyables, comme on eut l'occasion de s'en rendre compte après la prise de Nankin .Pendant plusieurs jours se furent d'inimaginables tueries , viols , et destructions .Il y eut bien d'autres atrocités commises , quand la guerre marqua un temps d'arrêt . Les Japonais étaient incapables de venir à bout de la résistance des Chinois, et les Chinois incapables de chasser les Japonais .Ces derniers décidèrent de changer de méthodes : le blocus économique pour réduire l'adversaire à merci .

1940 - la route de Birmanie - la nouvelle stratégie mise au point par les Japonais , consistait à s'emparer des principaux ports de la Chine , puis à dévaster les régions agricoles .En 1940 , la seule route par laquelle le ravitaillement en provenance des alliés pouvait parvenir aux Chinois , était celle de la Birmanie .Les pressions japonaises et la situation de l'Angleterre , alors sérieusement éprouvée par les bombardemants de l'aviation allemande amenèrent Churchill à fermer cette route, le 18 Juillet . Mais quand les Etats - Unis décidèrent d'aider les nations menacées par les ambitions de l'Axe , les encouragements de Roosevelt permirent aux Anglais de rétablir la libre circulation sur la route .... qui fut de nouveau fermée , quand les Japonais attaquèrent la Birmanie .

1942- 1943 - situation sans issue - même l'aide des Américains ne suffit pas pour permettre aux Chinois de lancer une véritable offensive contre les Japonais .en 1942/ 1943 , la guerre ne fut qu'une succession de raids et d'offensives sporadiques , tandis que communistes et nationalistes Chinois perdaient un temps précieux en disputes stériles .Vers la fin de l'année , les Japonais se rendirent enfin compte qu'ils ne pouvaient pas se permettre de laisser ainsi plus d'un million d'hommes , mener une guerre sans issue avec la Chine .Ils décidèrent de lancer une offensive de grande envergure, destinée à trouver une solution définitive à la guerre ...

Bonne soirée, le ronin.


....Durs comme l'acier, souples comme le cuir...

Semper fidelis.
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Phil642 le Ven 27 Fév 2009, 11:36 pm

avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7672
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Sam 07 Mar 2009, 10:57 am

J'ai été surpris de constater que l'allamagne nazie fut un gros
fournisseur d'arme pour la Chine.
Voici une liste non exhautive des matériels fournis :
Avions : entre 6 et 10 Heinkel 111a
12 Heinkel 66
10 Henschel 123
plusieurs FW 44
autres armes :
Fusils mauser 98k ,canon antichar pak35/36 de 37mm ,canon anti-aerien
de 88mm ( le fameux 88),et aussi 15 Panzer I Ausf. A.
Enfin certaines divisions d'infanterie étaient formées par des conseillers
militaires allemand.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Major cowburn le Sam 07 Mar 2009, 2:15 pm

Des divisions entières furent équipées à l'allemande : casques,coupe des uniformes,mitrailleuses Maxim ,pistolets C96 Mauser......Le plus étrange était de voir apparaître des tracts américains avec des photos montrant :"notre alliée :la Chine "....... Il y avait aussi des canons de 7,7 cm

Major cowburn
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1137
Date d'inscription : 17/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Sam 07 Mar 2009, 10:14 pm

D'ailleurs ces division équiper à l'allemande étais les meilleurs que les chinois avait ils avait de l'équipement anglais,russes et italien aussi.
Mais si ils y a des personnes qui ont des photos de soldats chinois et japonais sur ce front qu'il les post...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Winston le Dim 08 Mar 2009, 1:01 am

Ces chinois portent effectivement un uniforme germanisé.

Winston
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 91
Age : 23
Localisation : 6 pieds sous terre
Date d'inscription : 12/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Lun 09 Mar 2009, 7:15 pm

ah ouais ça fait bizarre j'imagine les britannique qui combattais à cotés de chinois habiller en allemands

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Lun 09 Mar 2009, 7:21 pm

Ces chinois portent effectivement un uniforme germanisé.

En avez vous d'autres ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Lun 09 Mar 2009, 7:35 pm

Je savais que les Allemands avaient livré du matériel aux Chinois, mais je ne savais pas qu'ils avaient aussi livré des uniformes et des casques! Quelle était la couleur de ces uniformes?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Invité le Ven 05 Juin 2009, 11:24 am

Invité a écrit:Je savais que les Allemands avaient livré du matériel aux Chinois, mais je ne savais pas qu'ils avaient aussi livré des uniformes et des casques! Quelle était la couleur de ces uniformes?
Vert de gris et gris aussi essentiellement. Il portérent des uniformes britannique aussi pour les communistes leurs uniformes ne comportais pas de grade et étais vert clair comme les chinois avaient des milices certains d'entre eux combattais en civils ou avec des brides d'uniformes équiper de matériel ennemis ou alliés. Certains chinois nationaliste (100 000 à peu prés.) combattirent aussi aux coter des japonais plus les mandchous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Yeoman 35 le Jeu 25 Juin 2009, 5:51 pm

Voici ce que j'ai pu trouver sur ce front de la Seconde Guerre mondiale, sans doute trop méconnu chez nous.
OPERATIONS MILITAIRES

La guerre de mouvement

- Opérations en Chine du Nord
L"Incident de Lukouch'iao" du 7 juillet 1937, simple échange de coups de feu entre la garnison de la petite ville murée de Wamp'ing et une compagnie japonaise, fut suivi d'une négociation de trois semaines. Le gouvernement chinois, mesurant son impréparation, voulait épuiser toutes les chances de paix. Le gouvernement japonais fut pris de court par l'initiative de ses militaires, souhaitait se définir une politique chinoise. Quand au commandement japonais en Chine du Nord, il avait besoin d'un délai pour renforcer ses effectifs qui ne dépassaient pas initialement une brigade.
Pour défendre la région Pékin-Tientsin, le général Sung Che-yuan, président du Conseil Politique Hopei-Chahar, ne disposait que de sa XXIXe Armée (37e, 38e et 132e divisions).
Le 26 juillet, les Japonais ayant porté leurs effectifs à 1 division et 3 brigades mixtes exigent que la XXIXe Armée évacue Pékin et lance une attaque surprise contre la 132e Division, casernée à l'aérodrome de Nanyuan, au sur de Pékin. La 37e Division évacue la vieille capitale sans combattre, dans la nuit du 28 au 29 juillet et se retire vers le sud. A Tsientsin, la 38e Division se bat courageusement contre la 5e Division Japonaise, avant de faire retraite vers le sud également.

A partire de la région Pékin-Tsientsin, ou s'installe le QG des forces Japonaises de Chine du Nord (lt-gén. Juichi Terauchi), les forces nippones vont entreprendre la conquête de cinq provinces (Hopei, Shansi, Chahar, Suiyuan et Shantung) en poussant le long des grands axes ferroviaires que sont Pékin-Hankow, Tsientsin-Pukow, Pékin-Suiyuan, Chengting-Taiyuan et Tatung-Puchow. La guerre prend ainsi l'allure d'une "guerre des chemins de fer", les routes étant inexistantes ou inutilisables pendant la mousson.
Le 26 août, 2 groupements japonais s'emparent de Nank'ou et de Kalgan, dans le Chahar sud, défendu par Fu Tso-yi et T'ang En-po. A la mi-septembre, les Japonais prennent Tat'ung puis franchissent les passes du nord du Shansi et menacent la capitale de cette province, T'ai-yuanfu, défendue par son gouverneur Yen Hsi-shan, commandant de la IIe Zone de guerre qui dispose d'une quinzaine d'armées (environ 25 divisions et 15 brigades indépendantes). Une bataille a lieu à P'inghsingkuan, où la 5e Division Japonaise perd 1 brigade surprise par la 115e division communiste de Lin Piao. Une autre brigade est perdue à Yuanp'ing vers le 13 octobre. T'aiyuan tombe finalement de 8 novembre aux mains des Japonais, qui, à la fin de l'année atteignent le coude du fleuve jaune à l'extrémité du Tungpu.

Sur l'axe du Kinhan (Pékin-Hankow), l'Armée Japonaise de Chine du Nord (4 divisions et 1 brigade mixte) refoule sans peine une vingtaine de divisions chinoises relevant de la Ire Zone de Guerre (Ch'eng Ch'ien). Les Japonais prennent Paoting, de Chengtingfu et parviennent jusqu'à Anyang, dans le nord du Honan, à peu de distance du fleuve jaune, le 4 novembre.
Plus à l'Est, le long du Tsipu (Tsientsin-Pukow), les armées chinoises de la VIe Zone de Guerre (environ 15 divisions) résistent à Tehsien mais sont débordées par 3 divisions nippones qui viennent border le fleuve jaune à Tsinan, la capitale du Shantung.

- Bataille de Shanghai et chute de Nankin
Le 9 août 1937, le lieutenant Oyama et le matelot Saito de la Marine Impériale étaient tués dans des conditions obscures par des soldats chinois à l'entrée de l'aérodrome de de Hungjiao, près de Shanghai. Cet incident, probablement voulu du côté japonais, allait déclencher une gigantesque bataille frontale de trois mois.
D'importants moyens vont y être affectés de part et d'autre. Les Japonais engagent une dizaine de divisions et 2 ou 3 brigades, qui en novembre, constituent une Armée de Chine Centrale aux ordres de Matsui. Les Chinois y jettent leurs meilleures troupes sous le commandement de Tchang Kaï-chek, assisté du général Ku-Chu-t'ung (IIIe Zone de Guerre), au total environ 70 divisions, près de 500 000 hommes articulés en 7 CA et un groupement du fleuve.

N'ayant pu réussir à rejeter les Japonais dans le Huangpu au cours des premiers combats, les Chinois doivent constituer un front de plus en plus large pour faire face aux renforts adverses. De très durs combats se déroulent dans un paysage de rizières et de boue. A partir de la mi-septembre, les Chinois durement éprouvés par l'artillerie navale et l'aviation nippones, doivent céder pas à pas et reporter leur ligne de défense encore plus à l'ouest. Ligne de défense qui s'aligne sur environ 30 kilomètres entre Liuho, sur le Yang-Tsé et les faubourgs nord-ouest de Shanghai.
Le 5 novembre, 3 divisions japonaises effectuent un débarquement à 50 km au sud-ouest de Shanghai, dans la baie de Hangchow et entamment une progression rapide vers le nord en direction de Nankin, menaçant d'encerclement l'ensemble du front chinois. Il ne reste plus aux Chinois qu'à se replier vers l'Ouest, pressés par les colonnes japonaises qui suivent l'axe de chemin de fer Shanghai-Nankin. C'est en vain qu'ils essaient d'enrayer la progression adverse en dressant des barricades à hauteur de Soochow, puis de Shiang-ying-Wusih et au sud-ouest du lac Taihu. Le 13 décembre, les Japonais s'emparent de Nankin et commettent d'impardonnables massacres de populations civiles, 100 000 personnes selon certaines sources.

- Bataille de Hsüchow (déc. 1937 - mai 1938)
Parvenus sur le cours inférieur du fleuve jaune et sur le cours inférieur du Yang-tsé, les armées jaonaises de Chine du Nord et de Chine Centrale tentent de d'effectuer leur jonction autour de Hsüchow, au croisement du Tsimpu et de la grande transversale ferroviaire du Longhai. Elles s'efforceront aussi d'encercler le maximum de forces chinoises de la Ve Zone de Guerre (Li Tsung-jen) qui comprend 27 divisions et 3 brigades. Elles consacrent à cette manoeuvre 6 à 7 divisions opérant au nord et au sud.
Le 23 décembre, les troupes japonaises de Chine du Nord franchissent le fleuve jaune à hauteur de Tsinan, dont elles s'emparent le 27 décembre et descendent rapidement vers le sud. Fin janvier, les troupes japonaises de Chine Centrale commencent leur mouvement vers Hsüchow. c'est au nord-est de cette ville que les Chinois vont remporter leur plus grand succès de la guerre. Leur IIe GA parvient en effet, au début d'avril, à encercler et détruire la majeure partie de la 10e Division Japonaise et une partie de la 5e qui s'était portée à son aide, près du bourg de Taierhchuang. Li Tsung-jen ne peut cependant exploiter sa victoire, car les Japonais tentent aussitôt, à partir du nord et du sud, une manoeuvre d'encerclement à grande distance dans la région de Kweiteh, à l'ouest de Hsüchow. Le 19 mai, les Chinois doivent abandonner la ville, mais elles parviennent à échapper à leurs adversaires et à reconstituer un nouveau front dans l'ouest et dans le sud du Honan. De crainte de voir les Japonais venus de Hsüchow se réunir avec les forces Japonaises du Honan, les Chinois font rompre les digues du fleuve jaune à l'ouest de Kaifeng, innondant ainsi la vallée du Huai et de ses affluents. En conséquence, les noyades, les épidémies et la famine feront ces centaines de milliers de victimes.

- Bataille de Wuhan (juin-octobre 1938)
Contraints de se diriger vers la triple ville de Wuhan par la vallée du Yantsé, les Japonais vont consacrer de 13 à 14 divisions à cette grande opération, qui sera menée dans des conditions climatiques particulièrement difficiles.
Côté Chinois, la défense est confiée au général Li Tsung-jen, commandant de la Ve Zone de Guerre et au général Ch'en Cheng, personnage intègre et droit (fait très rare au sein des nationalistes), intelligent et très bon tacticien, qui prend la commandement de la IXe Zone de Guerre nouvellement créée. L'un et l'autre disposant d'une soixantaine de divisions.
L'offensive japonaise se développe simultanément sur deux axes principaux : au nord du yangtsé - Hofei-Hsingyang - (IIe Armée Japonaise soit 4 divisions) et sur un axe Kiukiang-Yuehyang (XIe Armée Japonaise soit 5 divisions). Au centre, sur le fleuve lui-même, la flotte japonaise détruit plusieurs barrages dont celui de Matang et appuie une série de petits débarquements. Les troupes chinoises de la Ve Zone de Guerre perdent Hsingyang le 12 octobre et doivent se replier au-delà de la rivière Han. Celles de la IXe Zone de Guerre s'efforcent de tenir une ligne Changsha-Nanchang les capitales du Hunan et du Kinagsi. Le 25 octobre 1938, les soldats chinois doivent abandonner Wuhan et le gouvernement nationaliste du Kuomintang doit s'abriter à Chungking.

D'autre part, les japonais qui s'étaient emparés du port d'Amoy le 12 mai 1938, souhaitent s'emparer de Canton afin de couper la voie de ravitaillement extérieur. La XXIe Armée Japonaise du Général Mikio (3 divisions), appuyée par des moyens aériens et navals conséquents débarquent le 12 octobre dans le voisinage de Bias Bay, à l'est de Hongkong. Les forces de la IVe Zone de Guerre (XIIe GA du général Yu-Han-mou) n'opposent qu'une médiocre résistance et Canton tombe le 25 octobre.

(Suite)

Source : J. Guillermaz dans P. Masson, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, T 1, Larousse, 1980
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Yeoman 35 le Jeu 25 Juin 2009, 6:34 pm

La période de stabilisation (novembre 1938-avril 1944)

Pendant près de cinq ans, les carte de la guerre changera peu. Contraints de maintenir un important dispositif d'une trentaine de divisions en Mandchourie face à l'Armée Soviétique d'Extrême-Orient, les Japonais ne pouvaient s'aventurer profondément en territoire chinois. Les prises de Chungking, Sian et Kunming, militairement possibles, auraient posé d'importants problèmes de logisitique et de ravitaillement. Les armées japonaises se contenteront donc de déclencher des offensives localisées et à buts limités, destinées à détruire ou désorganiser d'importantes forces chinoises régulières.
En 1939, les opérations dans le Kiangsi permettent la prise de Nanchang le 27 mars. En 1940, les Japonais prennent Ichang (mai) à l'entrée des gorges du Yangtsé et, pour la seconde fois, Nanning au Kwangsi (février).
En mai 1941, l'Armée Japonaise de Chine du Nord lance une grande opération de nettoyage au Shansi sud-est, dans les massifs des Chungtiaoshan et franchit même le fleuve jaune à l'est de Loyang, également menacé à partir de Hupeh. Les deuxième et troisième batailles de Changsha ont lieu en septembre-octobre et en décembre. Cette année-là, le contexte politique, militaire et international se modifie avec l'attaque de l'URSS par l'Allemagne et des Etats-Unis par le Japon.
En mai 1942, une offensive menée au Chekiang et au Kiangsi à partir de Hangchow et de Nanchang donne provisoirement aux Japonais le contrôle de toute la voie ferrée entre ces deux capitales provinciales. Vers la même époque, des opérations ont lieu au sur d'Ichang, au Hupeh.
En octobre-novembre 1943, c'est la bataille de Changteh à l'ouest de la Tungting. Les troupes chinoises, alors bien appuyées par la XIVth US Air Force, remportent un net et décisif succès.


Les offensives japonaises de l'année 1944 et la capitulation du Japon

L'objectif principal de l'armée nippone était sans doute de relier la Corée au Viet Nam par voie de terre tout en détruisant les bases de la XIVth US Air Force.

- Bataille du Honan ouest (avril-mai 1944)
Les Armées Japonaises de Chine du Nord et de Chine Centrale progressent sur quatre axes principaux : trois axes nord-sud à travers le Fleuve Jaune et un axe sud-nord suivant le Kinhan. 8 divisions participent à l'opération. Les armées chinoises de la Ire Zone de Guerre (Chiang Ting-wen) - environ 25 divisions - s'effondrent rapidement perdant Loyang et toute la ligne du Longhai.

- Bataille du Hunan-Kwangsi (mai-décembre 1944)
Cette bataille qui débute le 26 mai, oppose la XIe Armée Japonaise de Yokohama aux unités de la IXe Zone de Guerre de Hsueh Yueh (environ 50 divisions). Les forces japonaises opérant à l'est du lac Tungting franchissent la rivière Mio et marchent sur Changsha, Lilling et Pinghsiang. Changsha tombe le 18 juin, Chuchow le 20 et Henyang le 8 août.
Après une pause de plusieurs semaines, la XIe Armée (11 DI) et la XIIIe (3 DI) venue du Kwangtung, toutes deux aux ordres du général Hada, lancent une offensive de grande ampleur sur Kweilin et Liuchow, que le commandant de la IVe Zone de Guerre, le général Tchang Fa-k'uei tentera vainement de bloquer avec une quarantaine de divisions. Elle débute au sud à la mi-septembre et au nord vers la mi-octobre. Kweilin, pourtant bien défendue tombe le 11 novembre et Liuchow le 5 décembre. A Tushan, dans le sud du Kweichow, les Japonais atteignent l'extrême limite de leur avance. Toutes les bases aériennes américaines de la région sont perdues et la panique gagne les milieux de Chungking et de Kunming, qui pouvait être menacé depuis le Tonkin.
Cependant, les Japonais ne vont pas aller plus loin, abandonnant même les territoires conquis. L'évolution défavorable de la guerre dans le Pacifique, la présence de troupes chinoises de qualité dans le Yunan où l'aviation américaine dispose aussi de bases, aménent le haut commandement impérial à renoncer à toute autre entreprise de grande envergure.

- La bataille du Hunan-Kwangtung (janvier 1945)
La XXe Armée Japonaise (5 divisions) venant du Hunan central et 3 brigades venues du Kwangtung font leur jonction le long du chemin de fer Canton-Hankow en mènent quelques opérations plus à l'est, à la limite du Hunan et du Kiangsi et vers la rivière Kan.

- Réoccupation du Sud-Ouest
Les Japonais amorcent alors un important mouvement de repli. Les divisions chinoises, en partie équipées par les Américains, se bornent en général à les suivre et à réoccuper les territoires perdus. Tandis que les forces japonaises du Honan sud, du Hupeh nord et du Hunan ouest lancent encore de sérieux coups de boutoir, les IIe et IVe Armées Chinoises vont reprendre Nanning le 27 mai, Liuchow le 29 juin, Kweilin le 28 juillet, les Japonnais menant quelques combats d'arrière garde.
La progression alliée dans le Pacifique oriental et le sud-est asiatique exigeait la disposition de 2 ports sur les côtes méridionales de la Chine. Un déploiement offensif était prévu face à Canton et Fort-Bayard quand la soudaine capitulation japonaise vint le rendre inutile.


Source : J. Guillermaz dans P. Masson, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, T1, Larousse, 1980

Cordialement beret

avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  tietie007 le Lun 06 Juin 2011, 8:29 am

Major cowburn a écrit:Des divisions entières furent équipées à l'allemande : casques,coupe des uniformes,mitrailleuses Maxim ,pistolets C96 Mauser......Le plus étrange était de voir apparaître des tracts américains avec des photos montrant :"notre alliée :la Chine "....... Il y avait aussi des canons de 7,7 cm



En fait la Chine nationaliste était une alliée naturelle de l'Allemagne de Weimar puis de l'Allemagne nazie. C'est en octobre 1936 que Ribbentrop initia un rapprochement avec le Japon, au grand dam de Von Neurath, alors Ministre des Affaires étrangères, en signant, le 23 octobre 1936, le Pacte Anti-Komintern, une "coquille vide", mais un rapprochement symbolique ostentatoire. Ce Traité stipulait qu'en cas d'attaque de l'URSS d'un des signataires, l'autre viendrait à son secours et que les signataires ne devaient, en aucun cas, signer des accords avec l'URSS, sans l'accord préalable de l'autre signataire. Cette dernière règle fut transgressé d'abord par les allemands, qui n'avertirent aucunement les nippons du pacte germano-soviétique d'août 1939 mais aussi par les japonais, qui ne demandèrent pas leur avis aux teutons lors du pacte de non-agression signé avec Staline, en avril 1941.
En février 1938, le rapprochement avec le Japon prit un visage nouveau, puisque Ribbentrop, le tout nouveau Ministre des Affaires étrangères abandonna la politique sinophile de Von Neurath pour se rapprocher ouvertement de l'Empire du soeil levant ! Sous sa pression, Hitler, dans un discours devant le Reichstag, le 20 février 1938, reconnut le Mandchoukouo et renonça aux anciennes colonies allemands d'Extrême-Orient. (source: Ribbentrop de Michael Bloch, page 297)

En avril 1938, les ventes d'armes à la Chine nationaliste furent stoppées et le général von Falkenhausen, conseiller militaire de l'armée chinoise fut rappelé.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  KLOSTER0 le Jeu 09 Juin 2011, 1:33 pm

Pour placer le conflit sino-japonnais en perspective dans la DGM voici quelques chiffres trouvés dans wikipedia.
L'étendue du massacre perpétré par les Japonais en CHINE mais aussi en INDONESIE est assez méconnu...

URSS : Militaires tués : 10 700 000 // Civils tués : 13 600 000 // Total : 24 300 000

CHINE: Militaires tués : 3 800 000 // Civils tués: 16 200 000// Total : 20 000 000

INDONESIE: Militaires tués : // Civils tués: 4 000 000// Total: 4 000 000

ALLEMAGNE*: Militaires tués 5 318 000 //Civils tués : 3 810 000// Total: 9 128 000

JAPON :Militaires tués : 1 300 000 //Civils tués: 700 000 // Total : 2 000 000

USA : Militaires tués : 416 800 //Civils tués : 1700 //Total : 418 500


* à l'exclusion de l'AUTRICHE (380 000 + 145 000 // 525 000)


Nombre total des victimes 25 189 100 // 42 186 200 // 64 781 162

Comme on peut le constater la Chine vient au 2eme rang des pays victimes et la barbarie japonaise n'a rien à envier à celle des nazis.
avatar
KLOSTER0
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 350
Age : 53
Localisation : cannes
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  tietie007 le Ven 10 Juin 2011, 8:20 pm

KLOSTER0 a écrit:Pour placer le conflit sino-japonnais en perspective dans la DGM voici quelques chiffres trouvés dans wikipedia.
L'étendue du massacre perpétré par les Japonais en CHINE mais aussi en INDONESIE est assez méconnu...

URSS : Militaires tués : 10 700 000 // Civils tués : 13 600 000 // Total : 24 300 000

CHINE: Militaires tués : 3 800 000 // Civils tués: 16 200 000// Total : 20 000 000

INDONESIE: Militaires tués : // Civils tués: 4 000 000// Total: 4 000 000

ALLEMAGNE*: Militaires tués 5 318 000 //Civils tués : 3 810 000// Total: 9 128 000

JAPON :Militaires tués : 1 300 000 //Civils tués: 700 000 // Total : 2 000 000

USA : Militaires tués : 416 800 //Civils tués : 1700 //Total : 418 500


* à l'exclusion de l'AUTRICHE (380 000 + 145 000 // 525 000)


Nombre total des victimes 25 189 100 // 42 186 200 // 64 781 162

Comme on peut le constater la Chine vient au 2eme rang des pays victimes et la barbarie japonaise n'a rien à envier à celle des nazis.

Tout à fait ! Et tu avais raison de parler d'une vision européo-centriste du conflit mondial, puisque le conflit en Asie a commencé dès 1931, et les japonais n'y sont pas allés de main morte dans l'Empire du Milieu !! Ce qui, d'ailleurs, crée toujours des tensions entre les chinois et les japonais, notamment quand les premiers ministres nippons vont se recueillir au Yasukuni !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanctuaire_Yasukuni
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  KLOSTER0 le Sam 11 Juin 2011, 12:09 pm

[quote]
Yeoman 35 a écrit:Voici ce que j'ai pu trouver sur ce front de la Seconde Guerre mondiale, sans doute trop méconnu chez nous.




- Bataille de Wuhan (juin-octobre 1938)

Contraints de se diriger vers la triple ville de Wuhan par la vallée du Yantsé, les Japonais vont consacrer de 13 à 14 divisions à cette grande opération, qui sera menée dans des conditions climatiques particulièrement difficiles.

Côté Chinois, la défense est confiée au général Li Tsung-jen, commandant de la Ve Zone de Guerre et au général Ch'en Cheng, personnage intègre et droit (fait très rare au sein des nationalistes), intelligent et très bon tacticien, qui prend la commandement de la IXe Zone de Guerre nouvellement créée. L'un et l'autre disposant d'une soixantaine de divisions.


Merci pour ces utiles précisions YEOMAN ,
j'étais loin de me douter que ce conflit avait eu une telle ampleur en termes d'effectifs on pourrait presque le comparer au "Ostfront"
allemand , même si , sur le plan matériel je doute qu'il y ait eu un déploiement de chars comparable , idem pour l'aviation dont la Chine était quasi dépourvue.

La question que ces chiffres posent , à mon avis est la suivante : si le Japon était engagé sur une telle ampleur (en termes de divisions)
dans sa guerre en Chine , que se serait il passé sans cette résistance chinoise, dans le Pacifique entre Américains et Japonais
?

Les USA auraient eu à combattre des troupes japonaises plus nombreuses , rendant leur avance plus aléatoire , mais la marine
impériale aurait elle été en mesure d'acheminer tous ces soldats vers les îles du Pacifique puis de les ravitailler ?

C'est un peu un problème "symétrique" du front Ouest en Europe , si l'Allemagne n'avait pas eu l'armée rouge "sur les bras"
les moyens qu'elle aurait eu à opposer aux alliés à l'Ouest auraient été démultipliés , et le débarquement en Normandie aurait été
une aventure bien hasardeuse.
De la même manière , en Asie, si l'armée nippone n'avait pas été embourbée dans le gigantesque territoire chinois , la physionomie
de la guerre du Pacifique se serait trouvée bouleversée ?






avatar
KLOSTER0
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 350
Age : 53
Localisation : cannes
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  L axe le Dim 10 Juil 2011, 11:38 pm

Invité a écrit:J'ai été surpris de constater que l'allamagne nazie fut un gros
fournisseur d'arme pour la Chine.
Voici une liste non exhautive des matériels fournis :
Avions : entre 6 et 10 Heinkel 111a
12 Heinkel 66
10 Henschel 123
plusieurs FW 44
autres armes :
Fusils mauser 98k ,canon antichar pak35/36 de 37mm ,canon anti-aerien
de 88mm ( le fameux 88),et aussi 15 Panzer I Ausf. A.

Combien de 88 ont été envoyés en Chine ?
Les avions et les panzers I furent utilisés jusqu'en 1945 ou après, ou furent ils tous détruits ou capturés avant 1945 ?




Amicalement Victor.
avatar
L axe
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 828
Age : 22
Localisation : Genève,Suisse
Date d'inscription : 14/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  tietie007 le Lun 11 Juil 2011, 8:35 am

Invité a écrit:J'ai été surpris de constater que l'allamagne nazie fut un gros
fournisseur d'arme pour la Chine.
Voici une liste non exhautive des matériels fournis :
Avions : entre 6 et 10 Heinkel 111a
12 Heinkel 66
10 Henschel 123
plusieurs FW 44
autres armes :
Fusils mauser 98k ,canon antichar pak35/36 de 37mm ,canon anti-aerien
de 88mm ( le fameux 88),et aussi 15 Panzer I Ausf. A.
Enfin certaines divisions d'infanterie étaient formées par des conseillers
militaires allemand.

Oui, la politique allemande, même après l'arrivée au pouvoir d'Hitler, était pro-chinoise (à cause, notamment, des colonies allemandes en asie prises par les nippons) et l'Allemagne formait l'armée nationaliste et l'équipait. Il fallut attendre le pacte anti-komintern de 1936, entre l'Allemagne et le Japon, rapprochement initié par Ribbentrop, contre les avis du Ministère des affaires étrangères de Von Neurath, pour que cette collaboration germano-chinoise s'arrête.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1883
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Goliath le Lun 11 Juil 2011, 12:49 pm

Concernant le matériel, on peut trouver des photos de Panzer I chinois sur le net assez facilement ... d'ailleurs ces unités étaient quasiment entièrement équipées "à l'allemande" (casques, uniformes, versions sous licences d'armement etc). Mais une bonne partie de l'armée chinoise restait équipées à l'ancienne, avec du matériel obsolète.
Le matériel allemand des forces chinoises fut détruit pour la plupart, notamment en 1937, et parfois réutilisé par les japonais (qui ne disposait guère de "mieux") si cela était possible !

Lorsque l'Allemagne abandonna le soutien chinois, après les accords avec le Japon en 1936, ce fut l'URSS qui pris le rôle de "fournisseur", majoritairement pour les forces rouges de Mao bien sur, qui avait tenté de faire une alliance (temporaire évidement) avec les nationalistes afin de contenir les japonais, sans succès.
avatar
Goliath
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2830
Age : 24
Localisation : Autriche-France (95)
Date d'inscription : 20/10/2007

http://sturmovik.histoquiz-contemporain.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Stonne le Lun 11 Juil 2011, 6:57 pm

En effet pour souligner les propos de Goliath, je vais dresser la liste des blindés oeuvrant au sein de l'armée chinoise en juillet 1937 :

- environ 65 chars FT-17 français
- 53 tankette Carden Loyd Mk.IV anglaises
- 29 chars Vickers Carden Loyd Mk. I anglais
- 16 chars Vickers 6-Ton Mk. E anglais
- 4 chars Vickers 6-Ton Mk. F anglais
- 4 chars Carden Loyd M1936 anglais
- 20 tankettes CV-33 italiennes
- 10/15 chars Pz I ausf A allemand
- nombre inconnu d'automitrailleuse Sd.Kfz 221 et 222 allemandes

Soit un total d'environ 250 blindés, ce qui fort peu, surtout pour un pays comme la Chine. Notons que la plupart sont désuets et seront rapidement perdus. Ce qui obligea les chinois de réutiliser les blindés japonais de prise dès qu'ils le pouvait.

En 1939, les chinois reçurent cependant de la part de l'URSS :

- 88 chars T-26 M1933
- environ 50 automitrailleuses BA-6 et BA-20

Ces engins, biens que pas exeptionels, était sufisant face aux blindés japonais.

Après l'entrée en guerre des USA, ceux-ci fournirent dès fin 1941 :

- 36 automitrailleuses M3A1 scout car
- 48 chars M3A3 et M5A1
- 233 (!) chars M24 Chaffee
- 35 M4 Sherman

Ces engins, très supperieurs aux blindés japonais furent utilisés jusqu'en 1945.


Source: B&B n°38 blindorama Chine
avatar
Stonne
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 775
Age : 21
Localisation : Vourey ( vers Grenoble ), Isère
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  L axe le Ven 29 Juil 2011, 12:40 am

Je viens de trouver une photo d'un Panzer I chinois capturé par les Japonais :





Amicalement Victor.
avatar
L axe
Général de Brigade
Général de Brigade

Nombre de messages : 828
Age : 22
Localisation : Genève,Suisse
Date d'inscription : 14/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Briselance le Ven 29 Juil 2011, 10:18 am

tietie007 a écrit:
KLOSTER0 a écrit:Pour placer le conflit sino-japonnais en perspective dans la DGM voici quelques chiffres trouvés dans wikipedia.
L'étendue du massacre perpétré par les Japonais en CHINE mais aussi en INDONESIE est assez méconnu...

URSS : Militaires tués : 10 700 000 // Civils tués : 13 600 000 // Total : 24 300 000

CHINE: Militaires tués : 3 800 000 // Civils tués: 16 200 000// Total : 20 000 000

INDONESIE: Militaires tués : // Civils tués: 4 000 000// Total: 4 000 000

ALLEMAGNE*: Militaires tués 5 318 000 //Civils tués : 3 810 000// Total: 9 128 000

JAPON :Militaires tués : 1 300 000 //Civils tués: 700 000 // Total : 2 000 000

USA : Militaires tués : 416 800 //Civils tués : 1700 //Total : 418 500


* à l'exclusion de l'AUTRICHE (380 000 + 145 000 // 525 000)


Nombre total des victimes 25 189 100 // 42 186 200 // 64 781 162

Comme on peut le constater la Chine vient au 2eme rang des pays victimes et la barbarie japonaise n'a rien à envier à celle des nazis.

Tout à fait ! Et tu avais raison de parler d'une vision européo-centriste du conflit mondial, puisque le conflit en Asie a commencé dès 1931, et les japonais n'y sont pas allés de main morte dans l'Empire du Milieu !! Ce qui, d'ailleurs, crée toujours des tensions entre les chinois et les japonais, notamment quand les premiers ministres nippons vont se recueillir au Yasukuni !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanctuaire_Yasukuni

À propos de vision européeo-centrée, je ne vois pas beaucoup les Britanniques, Français, Belges, Néerlandais, Polonais, Danois, Norvégiens, Canadiens, Australiens, Italiens, Néo-Zélandais, etc. dans le décompte de Kloster0.

Mon intention n'est pas de jeter la pierre à qui que ce soit, mais pourquoi avoir compté l'Allemagne et l'Autriche dans ce qui me semble être un comptage de pertes militaires et civiles sur le front Asiatique ... alors que les Allemands, à ma connaissance, n'y ont mené absolument aucun combat ?

Quelqu'un pourrait-il (elle) éclairer ma lanterne ?
avatar
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 30
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  KLOSTER0 le Ven 29 Juil 2011, 11:45 am

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_de_la_Seconde_Guerre_mondiale

les chiffres que tu recherche sont sur cette page.L'intention n'est pas de donner tous les chiffres de tous les pays d'Asie touchés
mais plutôt de montrer l'ampleur du massacre en Chine qui reste assez méconnu par rapport au front européen.Ces chiffres permettent
d'obtenir un "ordre de grandeur" de l'étendue du carnage et de mettre en perspective chaque théâtre d'opérations l'un par rapport à l'autre.
Correctement analysés ces chiffres permettent de comprendre bien des choses tant il est vrai que les "cercueils parlent plus fort"
que les historiens et leur polémiques.Un exemple , tu parlais de la France ; le nombre de soldats tués en Mai-Juin 40 n'est "que" de
67000 selon les dernières estimations, d'ou certaines interrogations et des débats sur le thème :"pourquoi la France n'a t-elle pas continué la lutte ?".Et bien ces 67 000 hommes ayant été tués en 6 semaines , soit + de 10 000 par semaine de combat , cela veut dire que la
France avait en réalité essuyé un taux de pertes comparable à celui de la grande guerre .A ce tarif combien aurait il fallu enterrer
de jeunes français pour chaque semaine de guerre "continuée" ?

C'est cela que les chiffres du nombre de victimes permettent de comprendre (entre autres).Ce n'est certes pas la façon la plus vivante
ou la plus "gaie" de faire de l'histoire , mais ces chiffres nous ramènent sur terre quand nous sommes parfois tentés de voir dans la guerre une aventure joyeuse (je ne parle pas pour toi bien sûr) ou une sorte de grand "kriegspiel" dans lequel "yaka" ou "yavait-ka"
faire ceci ou cela et on aurait gagné...

En nous montrant qui a payé la facture la plus lourde , celle des pertes humaines ces chiffres permettent de comprendre la politique de bien des états aujourd'hui encore.
avatar
KLOSTER0
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 350
Age : 53
Localisation : cannes
Date d'inscription : 30/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Briselance le Ven 29 Juil 2011, 12:14 pm

KLOSTER0 a écrit:http://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_de_la_Seconde_Guerre_mondiale

les chiffres que tu recherche sont sur cette page.L'intention n'est pas de donner tous les chiffres de tous les pays d'Asie touchés
mais plutôt de montrer l'ampleur du massacre en Chine qui reste assez méconnu par rapport au front européen.Ces chiffres permettent
d'obtenir un "ordre de grandeur" de l'étendue du carnage et de mettre en perspective chaque théâtre d'opérations l'un par rapport à l'autre.
Correctement analysés ces chiffres permettent de comprendre bien des choses tant il est vrai que les "cercueils parlent plus fort"
que les historiens et leur polémiques.Un exemple , tu parlais de la France ; le nombre de soldats tués en Mai-Juin 40 n'est "que" de
67000 selon les dernières estimations, d'ou certaines interrogations et des débats sur le thème :"pourquoi la France n'a t-elle pas continué la lutte ?".Et bien ces 67 000 hommes ayant été tués en 6 semaines , soit + de 10 000 par semaine de combat , cela veut dire que la
France avait en réalité essuyé un taux de pertes comparable à celui de la grande guerre .A ce tarif combien aurait il fallu enterrer
de jeunes français pour chaque semaine de guerre "continuée" ?

C'est cela que les chiffres du nombre de victimes permettent de comprendre (entre autres).Ce n'est certes pas la façon la plus vivante
ou la plus "gaie" de faire de l'histoire , mais ces chiffres nous ramènent sur terre quand nous sommes parfois tentés de voir dans la guerre une aventure joyeuse (je ne parle pas pour toi bien sûr) ou une sorte de grand "kriegspiel" dans lequel "yaka" ou "yavait-ka"
faire ceci ou cela et on aurait gagné...

En nous montrant qui a payé la facture la plus lourde , celle des pertes humaines ces chiffres permettent de comprendre la politique de bien des états aujourd'hui encore.

Ouais. C'est pas faux.
avatar
Briselance
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1430
Age : 30
Localisation : France (59)
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Front Chinois

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum