PRISONNIERS DE GUERRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRISONNIERS DE GUERRE

Message  GRENADIER VOLTIGEUR le Jeu 12 Fév 2009, 8:11 pm

Salut à tous je cherche des rgt sur les prisonniers de guerre français de 40 ???
avatar
GRENADIER VOLTIGEUR
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 26
Age : 46
Localisation : MANOSQUE
Date d'inscription : 07/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  catone67 le Ven 13 Fév 2009, 2:07 pm

nombres d'entre eux ont servi a l'effort de guerre allemand dans des fermes allemands en Allemagne ou en Prusse orientale, et certains ont travaillé dans des usines. Grâce a des accords en le gouvernement de Vichy et la gouvernement allemand, certains ont été rapatrié en France, en priorité les pères de familles et les plus agés
avatar
catone67
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Castres (81)- Liege(Be)
Date d'inscription : 07/02/2009

http://www.flickr.com/photos/28551261@N03/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  naze le Ven 13 Fév 2009, 10:37 pm

Y'en a qui sont partis en Allemagne pour le STO Smile

naze
Capitaine
Capitaine

Nombre de messages : 269
Age : 24
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  Winston le Ven 13 Fév 2009, 10:43 pm

Ce n'étaient pas des prisonniers de guerre, mais des civils clin doeil gri (pour rappel le STO avait remplacé le service militaire).

Winston
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 91
Age : 23
Localisation : 6 pieds sous terre
Date d'inscription : 12/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  Kalendeer le Ven 13 Fév 2009, 11:44 pm

Deux STO devaient remplacer 1 prisonnier de guerre. On a tenté de vendre ça aux français pour les faire partir plus facilement...

Les prisonniers, après avoir été rassemblés, étaient répartis dans des Stalags pour les hommes du rang et des Oflags pour les officiers.

Les hommes du rang devaient travailler, en particulier dans l'agriculture, la construction (briqueteries, routes...). Ils pouvaient s'ils le souhaitaient changer de statut pour devenir travailleurs volontaires. Dans ce cas, ils étaient integrés au STO avec des situations plus faciles, mais c'était un choix assez mal vu, qui s'est un peu répandu à mesure que la guerre avançait et que les hommes en avaient assez de la captivité.
Les officiers, eux, n'avaient pas l'obligation de travailler et avaient des hommes du rang pour se charger de leurs tâches quotidiennes.

La vie culturelle dans les camps était assez riche au début de la guerre, avec beaucoup d'ateliers de peinture, des troupes de théâtre (dont certaines firent des tournés dans les stalags) et toute une tradition de décoration de menus. Cela permettait de combattre un peu l'ennui. Plus tard, les ressources se sont faites plus maigres et l'art a peu à peu était abandonné.
La vie religieuse était aussi assez intense : parmi les ouvrages d'arts trouvés dans les camps, beaucoup avaient des sujets religieux. Des groupes spirituels se formaient pour discuter, de même que des rassemblements universitaires, si bien que les prisonniers pouvaient bénéficier d'une formation (parfois avec examens à la clef) au camp.
On pratiquait aussi pas mal de sport, mais là aussi ça c'est beaucoup réduit avec la réduction des rations, les hommes étant plus facilement fatigués. A partir du moment où l'Allemagne a manqué de ravitaillement, les paquets de la Croix Rouge ont constitué la majeure partie de la nourriture des prisonniers.

Dans les camps, juifs et indigènes étaient traités de manière inférieure : conditions plus dures pour les seconds, obligations de porter l'étoile jaune pour les premiers. Les juifs se retrouvèrent souvent ostracisés, parfois même maltraités par leurs camarades français. Ils ne furent cependant pas déportés (par intervention de Pétain ? Le responsable était précisé à l'expo, mais je ne me souviens plus de qui c'était, donc si quelqu'un peut me corriger...).

Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact. On trouvait non seulement un bureau pour les soldats français (colonies comprises), mais aussi pour tous les pays engagés.
La quantité de ligne autorisé était strictement règlementée, ainsi que le nombre de lettres et de colis par mois. Les familles envoyaient généralement de la nourriture et des vêtements, les prisonniers des lettres et parfois des jouets fabriqués sur place pour leurs enfants. Evidemment toute lettre passait à la double censure, rendant l'acheminement assez lent.

Tous les camps n'offraient pas le même traitement à leurs prisonniers. Certains étaient très durs en raison des conditions climatiques (marais, froid ou manque d'eau) et étaient réservés aux fauteurs de troubles ou aux évadés récidivistes.


Source : Exposition "Prisonniers de Guerre", centre sur la résistance et la déportation de Lyon.
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 27
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  P'tit Simon le Sam 14 Fév 2009, 11:10 am

Kalendeer a écrit:Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact.

Est-ce que la Croix Rouge possède encore ses listes de prisonniers ?
avatar
P'tit Simon
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Sur la Ligne Maginot
Date d'inscription : 20/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  catone67 le Sam 14 Fév 2009, 5:05 pm

P'tit Simon a écrit:
Kalendeer a écrit:Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact.

Est-ce que la Croix Rouge possède encore ses listes de prisonniers ?
je crois pas non, il me semble qu'elles ont été détruite une fois touts les prisonniers rentré dans leurs pays respectifs
avatar
catone67
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Castres (81)- Liege(Be)
Date d'inscription : 07/02/2009

http://www.flickr.com/photos/28551261@N03/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  catone67 le Sam 14 Fév 2009, 5:06 pm

Kalendeer a écrit:Deux STO devaient remplacer 1 prisonnier de guerre. On a tenté de vendre ça aux français pour les faire partir plus facilement...

Les prisonniers, après avoir été rassemblés, étaient répartis dans des Stalags pour les hommes du rang et des Oflags pour les officiers.

Les hommes du rang devaient travailler, en particulier dans l'agriculture, la construction (briqueteries, routes...). Ils pouvaient s'ils le souhaitaient changer de statut pour devenir travailleurs volontaires. Dans ce cas, ils étaient integrés au STO avec des situations plus faciles, mais c'était un choix assez mal vu, qui s'est un peu répandu à mesure que la guerre avançait et que les hommes en avaient assez de la captivité.
Les officiers, eux, n'avaient pas l'obligation de travailler et avaient des hommes du rang pour se charger de leurs tâches quotidiennes.

La vie culturelle dans les camps était assez riche au début de la guerre, avec beaucoup d'ateliers de peinture, des troupes de théâtre (dont certaines firent des tournés dans les stalags) et toute une tradition de décoration de menus. Cela permettait de combattre un peu l'ennui. Plus tard, les ressources se sont faites plus maigres et l'art a peu à peu était abandonné.
La vie religieuse était aussi assez intense : parmi les ouvrages d'arts trouvés dans les camps, beaucoup avaient des sujets religieux. Des groupes spirituels se formaient pour discuter, de même que des rassemblements universitaires, si bien que les prisonniers pouvaient bénéficier d'une formation (parfois avec examens à la clef) au camp.
On pratiquait aussi pas mal de sport, mais là aussi ça c'est beaucoup réduit avec la réduction des rations, les hommes étant plus facilement fatigués. A partir du moment où l'Allemagne a manqué de ravitaillement, les paquets de la Croix Rouge ont constitué la majeure partie de la nourriture des prisonniers.

Dans les camps, juifs et indigènes étaient traités de manière inférieure : conditions plus dures pour les seconds, obligations de porter l'étoile jaune pour les premiers. Les juifs se retrouvèrent souvent ostracisés, parfois même maltraités par leurs camarades français. Ils ne furent cependant pas déportés (par intervention de Pétain ? Le responsable était précisé à l'expo, mais je ne me souviens plus de qui c'était, donc si quelqu'un peut me corriger...).

Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact. On trouvait non seulement un bureau pour les soldats français (colonies comprises), mais aussi pour tous les pays engagés.
La quantité de ligne autorisé était strictement règlementée, ainsi que le nombre de lettres et de colis par mois. Les familles envoyaient généralement de la nourriture et des vêtements, les prisonniers des lettres et parfois des jouets fabriqués sur place pour leurs enfants. Evidemment toute lettre passait à la double censure, rendant l'acheminement assez lent.

Tous les camps n'offraient pas le même traitement à leurs prisonniers. Certains étaient très durs en raison des conditions climatiques (marais, froid ou manque d'eau) et étaient réservés aux fauteurs de troubles ou aux évadés récidivistes.


Source : Exposition "Prisonniers de Guerre", centre sur la résistance et la déportation de Lyon.
tu as tout dit et y'a pas de fautes clin doeil gri
avatar
catone67
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Castres (81)- Liege(Be)
Date d'inscription : 07/02/2009

http://www.flickr.com/photos/28551261@N03/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  P'tit Simon le Sam 14 Fév 2009, 6:34 pm

catone67 a écrit:
P'tit Simon a écrit:
Kalendeer a écrit:Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact.

Est-ce que la Croix Rouge possède encore ses listes de prisonniers ?
je crois pas non, il me semble qu'elles ont été détruite une fois touts les prisonniers rentré dans leurs pays respectifs

Donc, il existe aucun moyen de retrouver l'endroit ou était un prisonnier ?
avatar
P'tit Simon
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Sur la Ligne Maginot
Date d'inscription : 20/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  catone67 le Sam 14 Fév 2009, 6:52 pm

P'tit Simon a écrit:
catone67 a écrit:
P'tit Simon a écrit:
Kalendeer a écrit:Le courrier était acheminé par la Croix Rouge. On retrouvait les prisonniers à Genèvre grâce à un système de fiche : le pays qui faisait prisonnier avait obligation de fournir une liste des prisonniers et des informations standards (régiment, entre autre), informations que les services de la Croix Rouge croisaient ensuite avec les lettre des familles pour établir le contact.

Est-ce que la Croix Rouge possède encore ses listes de prisonniers ?
je crois pas non, il me semble qu'elles ont été détruite une fois touts les prisonniers rentré dans leurs pays respectifs

Donc, il existe aucun moyen de retrouver l'endroit ou était un prisonnier ?
essaye au secretariat general des armées (SGA) ou aux archives de armées clin doeil gri
avatar
catone67
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Castres (81)- Liege(Be)
Date d'inscription : 07/02/2009

http://www.flickr.com/photos/28551261@N03/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  P'tit Simon le Sam 14 Fév 2009, 6:53 pm

Merci ! Je vais essayer ! clin doeil gri pouce gri
avatar
P'tit Simon
Commandant
Commandant

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Sur la Ligne Maginot
Date d'inscription : 20/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

le lien pour retrouver les PG français .

Message  GRENADIER VOLTIGEUR le Mar 01 Mai 2012, 7:08 pm

Voila le lien .

http--gallica.bnf.fr-ark-12148-bpt6k57440691.image.langFR.r=liste%20des%20prisonniers%20de%20guerre
avatar
GRENADIER VOLTIGEUR
Caporal-chef
Caporal-chef

Nombre de messages : 26
Age : 46
Localisation : MANOSQUE
Date d'inscription : 07/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  Invité le Jeu 02 Aoû 2012, 6:54 pm

Bien Merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  Chef Chaudard le Dim 05 Aoû 2012, 10:22 am

Kalendeer a écrit:Deux STO devaient remplacer 1 prisonnier de guerre. On a tenté de vendre ça aux français pour les faire partir plus facilement...

Il y a une confusion: ce système d'échange entre prisonniers en Allemagne et ouvriers s'est appelé la "Relève",négociée par Pierre Laval. L'échange devait se faire entre trois travailleurs pour un prisonnier, et non deux pour un. Devant son peu de succès, elle a été remplacée par le STO (Service du Travail Obligatoire) qui, lui, était du travail forcé, sans contrepartie.

Les "STO" n'étaient donc pas comme les travailleurs volontaires, quoique, si l'on en croit ce qu'en dit François Cavanna dans son roman "Les Russkoffs", ils effectuent souvent les mêmes tâches et vivent dans les mêmes conditions. Les STO n'apprécient pas ces "collabos". Ils ont néanmoins un meilleurs salaire et, plus jugés plus fiables car volontaires, sont souvent mieux vus de la hiérarchie allemande qui lui confient de menues responsabilités.


La vie culturelle dans les camps était assez riche au début de la guerre, avec beaucoup d'ateliers de peinture, des troupes de théâtre (dont certaines firent des tournés dans les stalags) et toute une tradition de décoration de menus. Cela permettait de combattre un peu l'ennui. Plus tard, les ressources se sont faites plus maigres et l'art a peu à peu était abandonné.

Pour préciser: les officiers, selon les conventions de Genêve, ne sont pas astreints au travail. Pour occuper leurs(longues!) journées, ils mettent en place nombre d'activités diverses (artisanat, théatre, cours et formations diverses).

Pour les sous officiers et soldats, ils auront de moins en moins de temps libres. Ils sont peu à peu distribués dans l'industrie et l'agriculture allemande où les journées de travail sont longues et épuisantes. Ils ne vivent plus dans des camps de prisonniers, mais dans des camps de travailleurs proches des usines, plus ou moins mêlés aux autres travailleurs forcés (prisonniers d'autres nations, travailleurs requis) ou chez l'habitant. Les Stalags se transforment de plus en plus en entités administratives ne faisant que "suivre" les prisonniers qui y sont répertoriés, pour les distributions de courrier, suivi sanitaire, etc.
avatar
Chef Chaudard
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 68
Age : 57
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 29/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  le ronin le Dim 05 Aoû 2012, 1:26 pm

Bonjour.Juste pour compléter, les soldats prisonniers, et assujettis au travaux , notamment en industrie, pour suppléer
la main d'oeuvre manquante, faisaient du lundi au samedi le 2X12 h( une semaine le matin , et une semaine l'après-midi)
Source: mon beau-père (décédé) qui a été prisonnier 5 ans en Allemagne .


Amicalement,


le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3423
Age : 64
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Prisonniers de guerre

Message  Hans Schulmaster le Lun 05 Déc 2016, 4:20 pm

Mon oncle a été prisonnier à partir du 14 mai 40 jusqu'à la fin de la guerre. Il étai dans un offlag (pour ceux qui ont vu la grande évasion ) car il était officier. Il a été relativement bien traité

Hans Schulmaster
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 80
Age : 64
Localisation : Vimeu
Date d'inscription : 14/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRISONNIERS DE GUERRE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum