La bataille de Berlin.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mar 10 Mar 2009, 4:43 pm

merci à vous, et je vient de pensé, que en remplacement de devoir lire pendant des heures, les documents, celà revient au même de carément traduire les récits de suite, et une fois à la fin, créer les oob d'après les récits.
ce qui me faira gagné de suite du temps, du fait que je saurais de suite, jusqu'à quel niveau je pourrait faire l'organigrame.

Et pour ça, ont vas commencer en douceur, avec les récits des allemands.
Et que pensez vous, doit je tout de même incorporé le récit de la division charlemagne (bataille de berlin) ou es ce que vous l'avez déja tous lus?
Si oui, je peut même tracé la route qu'ils ont utilisé, et marqué sur les différentes cartes, les immeubles et quartiers ou ils se trouvaient (combat etc....) , qu'es ce que vous en pensez?

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  Invité le Mar 10 Mar 2009, 5:47 pm

Oui oui oui mille fois oui

Bravo pouce gri pouce gri pouce gri

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  gerard le Mar 10 Mar 2009, 6:09 pm

St-Ex, je pense que tu peux y incorporer la division Charlemagne. C'est toujours utile et intéressant J'aimerais bien t'aider, mais beaucoup de travail et pas assez de temps ( le restaurant ). J'ai hâte de lire tout ça.pouce

gerard
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 15
Age : 46
Localisation : DECINES
Date d'inscription : 09/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 6:34 am

gerard a écrit:St-Ex, je pense que tu peux y incorporer la division Charlemagne. C'est toujours utile et intéressant J'aimerais bien t'aider, mais beaucoup de travail et pas assez de temps ( le restaurant ). J'ai hâte de lire tout ça.pouce

(réponse hors.contexte)
toi gérard, tu a de la chance d'être à ton compte, et aussi que tu as beaucoup de travail, ce qui n'est malheureusement pas le cas pour tout le monde!
A moi, ce sont les lois, l'argent, et mon handicap, qui me barre la route pour me mettre à mon compte, et "ou" pour retrouver du travail, et la raison principale que les employeurs "n'évoques jamais, mais ça se lis facillement dans leurs regards ou lors de leurs réponse, c'est mon âge de quadragénaire!" mais je n'arrêterais jamais de rester positif, et que un jours, cette loi, sera cassé, et là je pourais enfin me mettre à mon compte.

Et pour que le sujet, soi bien comprehensible pour tous, ce que j'aimerais bien, c'est si il y'a un modérateur, ou une personne avec leurs pouvoirs identique, détient la sagesse de rectifier mes textes traduits, pour le cas échéant, ou et comme lorsque j'effectue des traductions de texte, il m'arrive du fait de leurs longueur, que certaine phrases ne sont pas très compréhensible, donc si une personne avec pouvoir, aurais le temps et la sagesse de rectifier mes fautes etc... de mon français, je lui en serais gréer par avance.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 9:14 am

"Dernier carré d'une europe qui va mourir" Pierre Rostaing

Après les combats de Poméranie qui se soldent par un inévitable échec, la division Charlemagne est transformée en Sturmregiment alors qu'elle stationne à Neustrelitz. De ce régiment naît un Sturmbataillon Charlemagne qui part défendre Berlin.

("Sturm" = assaut en allemand, donc régiment et bataillon d'assaut;
Neustrelitz se trouvent à une cinquantaine de kilomètre au nord de Berlin, comme vous pourrez l'apercevoir sur la carte lorsque je vous détaillerais, l'emplacement de départ et leurs secteurs d'arriver à Berlin. Et cette ville se trouvait dans le secteur du 2ème Front Bielorusse, Rokossovsky).


Fin mars 1945, un millier de survivants de la Charlemagne furent regroupés près de Neustrelitz. A l'appel du brigadeführer Krukenberg plus de six cents d'entre eux se portèrent volontaires pour combattre jusqu'au bout, mais trois cents seulement commandés par le Haupsturmführer Fenet purent s'embarquer sur les neuf camions dont Krukenberg avait pu disposer pour conduire à Berlin ces derniers renforts.

"J'ai emmené avec moi un détachement d'escorte de Français. Les Anglo-Américains se trouvaient à quatre heures de Berlin Ils auraient pu prendre la ville avant les Russes. Je pensais qu'il fallait tenir au moins jusque-là. Nous nous sommes battus encore une longue semaine. Là où nous étions, le front tenait, mais nous étions sans cesse débordés par les ailes" Général Krukenberg Historia HS 32

24 avril 1945

A la tête des volontaires du dernier carré se trouve un ancien lieutenant de l'infanterie coloniale, Henri Fenet, deux fois blessé devant Verdun en juin 1940 et de nouveau blessé en Galicie dans les rangs de la Sturmbrigade comme commandant de compagnie. Il y a quelques semaines, il a réussi à tirer son bataillon presque au complet de l'enfer de Poméranie, la célèbre percée de Dievenow, ce qui lui a valu, avec la croix de fer de première classe et le grade de Haupsturmführer. Ce jeune capitaine SS français de 25 ans va donc commander le Sturmbataillon composé de 4 compagnies de combat (fortement réduites) et la compagnie d'honneur de Weber. Le 25 avril, ils embarquent et partent pour le Tempelhof.

"Un jour d'avril 45, tôt le matin, notre compagnie avec d'autres éléments de la brigade, fut embarquée dans des camions non bâchés prêtés par la Luftwaffe, le nombre exact je ne l'ai plus en tête, mais contenaient les 350 hommes prévus" L.Levast ancien de la compagnie d'honneur.

Comme les véhicules des SS français se trouvent bloqués par un pont détruit par quelques vieux de la Volksturm les ayant pris pour des russes peu avant la capitale, ils continueront à pied "Harrassés, nous marchions en automates, les muscles raidis sous l'effet de la fatigue que nous sentions monter le long de nos jambes...nous marchions obsédés par le souci d'arriver assez tôt dans la capitale encerclée, de ne pas nous laisser barrer la route de notre dernier combat, tout notre être, toutes nos forces tendues vers ce but qui nous attirait de toute sa puissance : BERLIN !" Historia Hors Série n°32, l'internationale SS, "Henri Fernet raconte : A Berlin jusqu'au bout".

Il est certain que le Sturmbataillon Charlemagne a été la dernière unité à pénétrer dans Berlin avant son encerclement complet par les forces soviétiques. La marche sera longue et pénible, plusieurs dizaines de kilomètres chargés de panzerfaust, de grenades et de bandes de mg42. A leur arrivée, les volontaires prennent quelques heures de repos dans la forêt de Grünewald.
Il est certain que le Sturmbataillon Charlemagne a été la dernière unité à pénétrer dans Berlin avant son encerclement complet par les forces soviétiques. La marche sera longue et pénible, plusieurs dizaines de kilomètres chargés de panzerfaust, de grenades et de bandes de nos mg42. A leur arrivée, les volontaires prennent quelques heures de repos dans la forêt du Grünewald, tandis que le Brigadeführer Krukenberg se rend auprès du Général Weidling.

(Donc ici, je vous met, la position de départ, et la zone probable, du parcours qu'ils ont effectuer.
Probable, parceque comme vous pouvez l'appercevoir, sur la carte, "tout les chemins mênent à Rome" (ici Berlin en l'occurence), et comme le récit ne mentione pas d'autre nom de ville. Ici le récit nous apprend uniquement que la Volksturm, ont fait exploser un pont, qui se trouvaient aproximativement à une distance 10-30 km de Berlin, et comme ils existe de nombreuse routes, beauoup ayant des ponts, et du fait que certainent routes était miné, bombardé.....Je suis dans l'impossibilité, d'affirmer avec certitude, qu'ils ont du utiliser ce trajet spécifique.
Et j'ai approximativement hachuré la zone probable, ou ils ont été forcé d'effectuer le trajet restant à pied pour rejoindre Berlin.
ultérieurement pour les batailles dans les quartiers de berlin, etc. je me servirais des cartes historiques de 1939, donc portant encore les anciens noms des rues et places qui ont été bannis après la fin de la guerre., et la prochaine carte vous montreras en détails, la forêt du "Grünewald" ("Forêt verte" en allemand))
.


Et là moi je vais vous préparer les deux prochaines cartes, se relatant aux 2 trajets suivant avec la suite du récit..

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  elgor le Mer 11 Mar 2009, 9:27 am

gerard a écrit:St-Ex, je pense que tu peux y incorporer la division Charlemagne. C'est toujours utile et intéressant J'aimerais bien t'aider, mais beaucoup de travail et pas assez de temps ( le restaurant ). J'ai hâte de lire tout ça.pouce

Euh ! a Berlin la "Division Charlemagne" se réduisait à un bataillon de 300 hommes menés par le waffen-Hauptsturmführer Fenet. La division avait en effet été détruite à Korlin et Belgard et il ne restait que l'effectif de 2 bataillons. Sur ces 2 bataillons, une part importante de l'effectif ne voulait plus continuer le combat et ce qui restait a été reformé en 2 bataillons. Fenet obtient la direction du bataillon de combattants (en opposition au bataillon de travailleurs contenant les éléments désireux de cesser le combat et qui furent employés a édifier des fortifications).

Donc 300 hommes, même motivés, n'ont pas changé grand chose !


Dernière édition par elgor le Mer 11 Mar 2009, 2:20 pm, édité 1 fois
avatar
elgor
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1108
Age : 69
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Date d'inscription : 10/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  Roy le Mer 11 Mar 2009, 12:54 pm

Jean Mabire dans son livre Mourir à Berlin , raconte la bataille de Berlin du coté français . Un livre fort intéressant mais à prendre avec des pincettes , c'est avant tout un roman , bien que basé sur les récits des vétérans .

Et puis l'auteur est quelques peu d'extrême-droite , la présence de certaines extrapolations sur certains points de la bataille seraient envisageables . spamafote
avatar
Roy
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 450
Age : 26
Localisation : Salon De Provence
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 1:32 pm

elgor a écrit:
gerard a écrit:St-Ex, je pense que tu peux y incorporer la division Charlemagne. C'est toujours utile et intéressant J'aimerais bien t'aider, mais beaucoup de travail et pas assez de temps ( le restaurant ). J'ai hâte de lire tout ça.pouce

Euh ! a Berlin la "Division Charlemagne" se réduisait à un bataillon de 300 hommes menés par le waffen-Hauptsturmführer Fenet. La division avait en effet été détruite à Korlin et Belgard et il ne restait que l'effectif de 2 bataillons. Sur ces 2 bataillons, une part importante de l'effectif ne voulait plus continuer le combat et ce qui restait a été reformé en 2 bataillons. Fenet obtient la direction du bataillon de combattants (en opposition au bataillon de travailleurs contenant les éléments désireux de cesser
le combat et qui furent employés a édifier des fortifications).

Donc 300 hommes, même motivés, n'ont pas changé grand chose !

Oui, et puis, moi j'ai lus ce qui est arrivé aux autres hommes, quis eux étaient rester à "Neustrelitz", mais encore une fois, comme ce sujet, traîte de la bataille de berlin, les récits, même provenant d'une petite unité, peuvent toujours, se révélé utile pour trouvé des informations manquantes, tel pour identifié les unités qui entreront dans l'OoB allemand, ou même russe, du fait que ses détails, pour certain insignifiant, mais pour d'autre, ses détails seront très révélateur.

Et pour toi elgor, dans ce sujet, parlant de la bataille de berlin, il faudrait, juste raconté ou mettre dans ce sujet, les récits, des unités, qui auraient pu changer quelques chose au tournant de la bataille de berlin, c'est bien cela?

Malgré que certain de ses hommes, ont dégommé une liste assez exhaustive de char, avec leurs armes, donc oui t'a entièrement raison, il ne faut surtout pas intégré des récits de ce genre!!!

Et puis l'auteur est quelques peu
d'extrême-droite , la présence de certaines extrapolations sur certains
points de la bataille seraient envisageables .

Donc roy, ici ont se trouve sur un forum parlant d'histoire, alors je te serais gréer, de ne pas mêler, tes interprétations, ou réflexion politique de quel coté et tel ou tel auteur de livre, du fait que ici ont se trouve dans l'aire de l'histoire, cela n'a rien à voir avec l'actualité.

Donc moi dans ce sujet qui parle de la bataille de berlin, encore une fois, moi je ne fait pas de distinction sur les appartenaces politique ou tout autre, moi j'intègre les différents récits historique des unités qui ont participé aux combat de berlin.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

!

Message  Roy le Mer 11 Mar 2009, 2:03 pm

C'était juste une petite parenthèse . Tu n'as pas tort mais décidément la convivialité et la courtoisie c'est pas truc . spamafote
avatar
Roy
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 450
Age : 26
Localisation : Salon De Provence
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  elgor le Mer 11 Mar 2009, 2:48 pm

st.ex. a écrit:

Et pour toi elgor, dans ce sujet, parlant de la bataille de berlin, il faudrait, juste raconté ou mettre dans ce sujet, les récits, des unités, qui auraient pu changer quelques chose au tournant de la bataille de berlin, c'est bien cela?

même pas ! aucune unité n'était capable de sauver berlin ! Je réagissais à une certaine mythologie malsaine, qui consiste à faire croire que ces "héros" ont été à deux doigts de sauver Berlin

st.ex. a écrit:
Malgré que certain de ses hommes, ont dégommé une liste assez exhaustive de char, avec leurs armes, donc oui t'a entièrement raison, il ne faut surtout pas intégré des récits de ce genre!!!

Ils n'étaient pas les seuls : même des jeunesses hitlériennes inexpérimentées ont dégommé des chars. Le 88 et le panzerfaust étaient des armes terribles contre les chars, surtout dans une ville. Dans une ville les chars ne peuvent pas manoeuvrer, ils sont plus une cible que réellement une arme, sauf peut-être dans les avenues les plus larges. Autrement ils sont particulièrement vulnérables même à un simple cocktail molotov tombant d'un toit.
Je sais, Jean Mabire et Saint Loup ont pu faire des récits dythirambiques sur les combats du Bataillon Fenet, mais il faut aussi les prendre avec beaucoup de recul, il y avait pas mal de propagande
avatar
elgor
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1108
Age : 69
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Date d'inscription : 10/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 3:02 pm

la suite.

"Maintenant, allongés sous les pins de la forêt du Grünewald, qui surplombe la Havel, nous ne pensons plus qu'à dormir, mais le fracas de l'artillerie rouge qui cherche le pont de Pichelsdorf tout prôche, nous tient longtemps éveillés" H.Fenet. Krukenberg apprend qu'il doit prendre la tête de la division SS Nordland, formée de volontaires Danois, Hollandais, Suédois sans compter quelques Anglais. Pour l'instant, il garde sous ses ordres la compagnie d'honneur, que commande l'Obersturmführer Wilhem Weber. Les autres Français sont répartis entre quatre compagnies fortes de 60 à 80 hommes chacune et bien pourvues en cadres en raison de la présence d'une promotion d'aspirants tout juste sortis de l'école.

25 avril 1945


"Les hommes bien reposés malgré tout, furent rassemblés dans l'espace
boisé où venait mourir le petit bois, pour être embarqués dans des
camions ouverts, le petit convoi prit la route après avoir traversé la
plaine boisée pour s'engager sur une large avenue, sur la gauche,
longeant le stade olympique construit pour les jeux du même nom" Louis
Levast.


donc ici je vous donne l'emplacement ou ils se sont reposé, donc les bois du grenawald et le quartier "grünewald" se trouve à droite de la forêt.
et mes deux points vous montre le fameux pont de Picheldorf, soit c'est l'un soit c'est le second, que les russes ont pris pour cible.
Et ici dans ce récit, ont apprend que la Division Nordland, elle a bien participé à la bataille de berlin, et que le nouveau commandant de la division sera le général Krukenberg.


Dès son arrivée au Tempelholf par de nouveaux camions, le 25 avril 1945, le sturmbataillon aide les feldgendarmes à filtrer les civils et les fuyards de l'armée allemande. "Les Berlinois assis sur les bancs des squares dévorent à pleines dents leurs sandwiches. Nous sommes propres, bien sanglés dans nos uniformes et chantons en français : La SS marche en pays rouge. ça éveille sa curiosité et le peuple de Berlin nous applaudit. Une onde de fierté et de bonheur nous parcourt, mes cent vingt quatre hommes et moi..." témoignage de Rostaing. "Les Berlinois nous acclament de leurs fenêtres, sur les trottoirs, sur le pas des portes...nous sentons les larmes nous monter aux yeux. Des groupes se forment dans les rues, aux carrefours, en dépit des bombardements, et nous font des ovations auxquelles nous répondons chaleureusement." H.Fenet. Louis Levast, témoin aussi de la scène, apporte une conclusion à l'euphorie de la population Berlinoise "Ils nous acclamaient au passage, nous prenant probablement pour l'armée Wenck, promise par Goebbels, venant sauver la capitale des "hordes rouges".

Donc le tracé jusqu'au tempelhof, je vous l'ai donné, et dans ce passage, ont apprend, que l'armée wenk, aurait du être de la partie, donc tout les récis qui stipule, que l'armée wenk aurait participé à la bataille, ils doivent se basé sur les récits des personnes, qui ont vue défilé le bataillion.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 3:34 pm

elgor a écrit:

même pas ! aucune unité n'était capable de sauver berlin ! Je réagissais à une certaine mythologie malsaine, qui consiste à faire croire que ces "héros" ont été à deux doigts de sauver Berlin

Ils n'étaient pas les seuls : même des jeunesses hitlériennes inexpérimentées ont dégommé des chars. Le 88 et le panzerfaust étaient des armes terribles contre les chars, surtout dans une ville. Dans une ville les chars ne peuvent pas manoeuvrer, ils sont plus une cible que réellement une arme, sauf peut-être dans les avenues les plus larges. Autrement ils sont particulièrement vulnérables même à un simple cocktail molotov tombant d'un toit.
Je sais, Jean Mabire et Saint Loup ont pu faire des récits dythirambiques sur les combats du Bataillon Fenet, mais il faut aussi les prendre avec beaucoup de recul, il y avait pas mal de propagande

Oui, je suis d'accord avec toi, aucune unité n'aurait pu sauver berlin, parce que aujourd'hui, donc dans le temps actuel, nous, nous connaissons comment elle c'est fini la bataille, et combien de jours à durer la bataille, mais si nous nous mettont à la place des allemands pendant cette date, personne n'auraient pu prédire, combien de temps, sera nécésaire pour que les russes remporte la victoire.
Et dans ce cas là, la majorité, avait la vision, que les alliées, allait venir par l'ouest, donc ils voyait très bien se rendre au alliées, mais surtout pas au russe.

Je sais, Jean Mabire et Saint Loup ont pu faire des récits
dythirambiques sur les combats du Bataillon Fenet, mais il faut aussi
les prendre avec beaucoup de recul, il y avait pas mal de propagande
Et propagande ou pas, ici ce sont les récits de la bataille qui nous intéresse!

"Moi je n'ai jamais encore lue, des phrases identiques, qui parles de propagande et autre, qu'il fallait prendre recul, dans les sujets histoire des forum allemands, eux chaque personnes, racontes ou écrivent les récits, source provenant de diverse livre, et je n'ai jamais encore lue, que une personne, stipulait, oui mais il faut prendre du recul, etc....."
ici en France, c'est la vraie ecatombe dès que ont veut parler, ou écrire des sujets, de la waffen ss.
Et l'histoire on ne peut pas l'effacer, malgré que certain essaye de le faire, l'histroire c'est notre passé, et cela restera notre passé!

Et maintenant, si tu permet, ont clos, cette discution, du fait que là, les personnes qui voudront lire le sujet, n'y comprendront plus rien, du fait que moi j'avais commencer à parler de cette unité, et que après ont est entrain de discuter sur "oui mais d'autre unité ont fait identique!!!" ont verra ça plus tard, lorsque je retrouverait leurs récits!
pour le moment je suis au bataillion charlemagne.
Et je m'en fou, si le récit est de la propagande, du fait que c'était la vision que ces personnes ont eut, ou resentit pendant la bataille, ce n'est nullement pour en faire des "martyres ou des héros oublié".

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 4:03 pm

la suite.

26 avril 1945, 6.00 heures du matin

le Sturmbataillon français est engagé dans le secteur de Neukölln, au sud-est de Berlin. Quelques panzers dont un Koenigstiger du régiment de chars de la division Nordland appuient une contre attaque qui se heurte rapidement à une résistance acharnée de la part des soviétiques. Très vite les premiers chars russes vont être détruits malgré une résistance acharnée. Trente environs sont mis hors de combat, ainsi que nombre de canons antichars. "Tout va bien !...Non !...une salve de Pak vient de massacrer une section de réserve qui, se croyant à l'abri, s'était imprudemment regroupée : quinze cadavres étendus ou recroquevillés, inertes, sur le trottoir et la chaussée." Fenet. En une seule matinée, la moitié ses SS français venus à Berlin seront mis hors de combat " A peine engagée depuis une heure, ma compagnie a déjà perdu plus d'un quart de ses effectifs. Nous sommes le 26 avril; à ce rythme-là nous ne tiendrons jamais jusqu'à la fin du mois" Rostaing. On compte les tués et les blessés par dizaines. Son grand souci, maintenant que la contre attaque française se révèle un échec, est de récupérer ses troupes, isolées par l'avance russe dans le secteur voisin, et de les regrouper en vue d'une nouvelle mission " En hâte nous regagnons l'hotel de ville pour regrouper tout le monde, mais au moment où nous traversons la rue pour entrer au P.C, une longue rafale...Millet se plie en deux puis s'abat, face contre terre...un dernier tressaillement et il demeure immobile" Fenet. Le Haupsturmführer Fenet, qui a installé son poste de commandement dans l'hôtel de ville, est lui même blessé au pied, à l'endroit exact où il avait été blessé en juin 40 par les Allemands ! Il se fait porter sur une chaise et continue à diriger ses hommes. Il reçoit alors vers minuit l'ordre de rejoindre la Hermannplatz. Le jeune capitaine SS laisse derrière lui un groupe conduit par l'un de ses fidèles sous-officiers, l'Obersharführer Hennecourt, chef de la section de commandement qui doit regrouper tous ceux qui ont été laissés en arrière par le repli français."Débordés de toutes parts, nous sommes obligés de nous replier. Alors que nous nous battons au rez-de-chaussée presque au corps à corps, les Russes occupent les étages" Pierre Rostaing.

Note : un groupe de Hitlerjugend combat avec les Waffen SS français

qu'es ce qui nous apprend ce paragraphe, ben tout simplement, que leurs premiers combats, ils l'ont effectuer à "Neuköln", et que 30 chars russes sont détruits.

et que ils installent leurs commandement à l'hotel de ville de neuköln.
ou il y'aura des combats au corps à corps ou presque corps à corps au rez de chaussé.
Et que les russes, eux occupaient les étages.
donc ici je vais vous faire la carte, du tempehof jusqu'a neuköln. pour faire le trajet.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 5:16 pm

donc et ici, je vous donne une vue, sur le batiment qu'ils ont occupé.
donc hotel de ville de neuköln.

et voici une seconde photo

et une troisième

et ici une vue aérienne


donc là ont peut très bien comprendre, comment les russes pouvait être dans les étages!
puisque le batiment lui il est imense, donc une surface beaucoup trop importante pour empêcher un ennemi, d'entrer, à moins d'avoir un nombre plus important d'homme, sinon l'échec est voué à l'avance.
du moins parce que les russes eux, étaient supérieur en nombre.


Dernière édition par st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 5:54 pm, édité 1 fois

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 5:49 pm


et voici, le plan.
donc j'ai marqué avec des pastilles, les trois emplacements.
le premier étant le tempelhof, le second étant l'hotel de ville, et le 3ème, c'est la place göring, qui est évoquer dans le récit.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Mer 11 Mar 2009, 6:07 pm

ont poursuit.
Nuit du 26 avril

Au début de la nuit du 26 au 27 avril, les rescapés des combats sont rassemblés sur la place Belle Alliance. La 1ère compagnie de l'Untersturmführer Labourdette a été envoyée en mission vers l'aéroport de Tempelhof. Quant à la deuxième compagnie, elle a perdu son chef, l'Obersturmführer Michel, un breton disparu au cours des combats de la veille et que certains affirment avoir vu mortellement blessé. La 3ème compagnie, qui compte désormais moins d'une trentaine d'hommes, est là, avec son chef l'Obersharführer Rostaing, un ancien de la section de chasse de la LVF qui à vécu de passionnantes aventures guerrières en Russie "Enfin nous atteignons le Grand Théatre. Des cent vingt-quatre hommes de ma compagnie, il ne m'en reste que trente". Quant à la quatrième compagnie, guère plus nombreuse, en l'absence de son chef, l'Obersturmführer Olliver, engagé dans un autre secteur, elle est commandée par un authentique prince russe, le Standartenjunker Protopopoff.

donc identiquement, comme pour la précédente, je vais tenté de retrouvé différentes photo des batiments etc....

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Jeu 12 Mar 2009, 9:25 am

donc ici des photo des lieux et la carte

donc en premier ici c'est la place belle alliance, certe la photo est vielle, mais elle represente beaucoup mieux le quartier dans les année 40, que une photo qui aurait été faite de nos jours.



et ici une vue de l'aéroport, là ou Untersturmführer Labourdette à été envoyé en mission.

et ici le trajet, depuis la mairie de neuköln jusqu'à la place belle alliance.
noté l'emplacement de la pastille de couleur bleu, et la seconde pastille rouge qui se trouve à gauche de la place belle alliance.



la pastille bleu = le HQ de la division Nordland, et en même temps c'était aussi le quartier général de weidling.


comme vous pouvez l'apercevoir ici!
j'ai marqué les différents emplacement de théatre du secteur.
et vue qu'ils vont parler de la reichbank, ben le théatre ne peut que être à l'emplacement G ou H.
donc carément déjà dans le secteur porte de brandebourg et le reichtag "bundestag" actuellement.
et je vient juste de retrouver une photo de l'ancienne reichbank, donc la banque federal du reich, et elle se trouve plus au nord de la place alliance.
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bundesarchiv_Bild_183-1982-0114-501,_Berlin,_Werderstra%C3%9Fe,_Reichsbank.jpg

Et maintenant la suite du récit!

27 avril 1945.

Ayant rassemblé ceux de ses hommes qui sont encore valides, le Hauptsturmführer Fenet les installe pour quelques heures de repos dans une brasserie, la Thomas Keller, et se rend au poste de commandement de la division Nordland pour prendre les instructions du Brigadeführer Krukenberg. Son officier d'ordonnance, le Standartenoberjunker Douraux, l'accompagne. Après un arrêt à l'infirmerie de campagne, installée dans les caves de la Reichbank, pour se faire soigner et panser, le chef de bataillon d'assaut français et son ordonnance partent à la recherche de leur commandeur. Ils le retrouveront le 27 avril, dans les sous-sol de l'Opéra, situé sur la célèbre avenue Unter den Linden.
Fenet apprend que son bataillon sera divisé en petit groupe de 8 hommes chacun, chargés de mener la lutte contre les chars, de plus en plus nombreux à tenter de s'infiltrer dans les rues de la capitale. Dans la journée, les SS français quitteront donc leur cantonnement, pour gagner les caves de l'Opéra-Comique, où l'unité va être réorganisée. Le trajet se fera en empruntant une partie des tunnels du métro Berlinois. Pendant ce temps, le poste de commandement de la division s'installe à la station Stadtmitte, dans un wagon éclairé avec des bougies. Dans ce décor sinistre, le Brigadeführer Krukenberg distribue quelques croix de fer gagnées l'avant-veille pendant les combats de Neukölln."Les hommes m'entourent, bourrent mes poches de bonbons, chocolats et cigarettes qu'on vient de leur distribuer...C'est la fête : tout le monde chante" Fenet. Krukenberg a réuni sous ses ordres non seulement les Allemands et les Scandinaves de la division Nordland, mais également de nombreux isolés, et notamment des volontaires SS Lettons, Estoniens, Suisses et Espagnols.

Nuit du 27 avril 1945

Les chars russes se massent aux environs de la place Belle-Alliance, et une demi-douzaine d'entre eux ont même réussi à lancer une attaque en direction de la chancellerie du Reich en suivant la Wilhelmstrasse. Ils seront finalement détruits non loin du bunker occupé par le Führer. "Elle est bien calme cette fin de nuit : il n'y a plus rien dans la rue que le T34 qui brûle à côté de nous, hallucinant. De longues flammes dansent maintenant autour de la carcasse d'acier, projetant leur lueur violente contre l'obscurité du ciel que le halo rose des incendies au-dessus des toits n'arrive pas à dissiper" H.Fenet


et ici je vient juste de retrouver une photo de l'opéra d'état "unter der linden" datant après la reconstruction de 1928, donc avant la guerre et ont vas jouer au jeu des 7 erreurs, en la comparant avec la photo qui stipule, qu'elle date des années 1945-55!

et ceci est la fameuse photo, que le site sur la division charlemagne dispose (entre parenthèse, le siste source d'ou provient cette première et cette seconde photo, disent aussi que la seconde photo date d'après la guerre).....
donc jeu des 7 erreurs.


Dernière édition par st.ex. le Jeu 12 Mar 2009, 4:49 pm, édité 4 fois

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

durant cette périodele testament d'Hitler

Message  ROCO le Jeu 12 Mar 2009, 11:19 am

Hitler après s'être marié dicta ses testaments un privé et un politique car il venait de prendre la décision de se suicider.

La bataille de Berlin était entrain d’être gagnée par l’armée russe qui allait atteindre au plus tard le 1er mai le bunker d’Hitler d’après les prévisions du Général Weidling commandant la place de Berlin.

Hitler en aucun cas ne voulait tomber vivant aux mains des russes et à partir de cet instant il commença à préparer son suicide.il préfère mourir plutôt « que de tomber entre les mains d’un ennemi qui désire amuser ses foules hystériques par un nouvau spectacle que réclament les juifs »

« Je meurs le cœur joyeux à cause des incommensurables exploits des soldats allemands sur le front et e la valeur de la jeunesse qui porte mon nom » i

Il rédigea deux testaments un privé de 3 pages et un politique de 10 pages

Ils commencèrent par ces termes : -

« je nomme exécuteur testamentaire Martin Bormann mon fidèle compagnon du parti »

Le testament privé disait :

-« Pour autant qu’ils aient quelque valeur mes biens appartiennent au parti ou à l’état si celui ci n’existe plus…..ma collection de tableaux acquise au fil des ans n’a été constituée à mon seul profit mais toujours dans le désir qu’elle soit affectée à une galerie dans ma ville natale de Linz……il est autorisé à léguer tout ce qui a une valeur sentimentale et tout ce qui pourra assurer à mes frères et sœurs ,ainsi surtout à la mère de ma femme qu’il connaît bien ….. ;Ma femme t moi choisissons la mort pour échapper à la honte d’une défaite ou d’une capitulation. Nous désirons que notre corps soit brûlé immédiatement sur les lieux où j’ai fourni la plus grande partie de ma tâche au cours es douze ans consacrés au service de mon peuple »



LE TESTAMENT POLITIQUE



Bien que tout soit perdu et qu’Hitler ait décidé de se suicider il continua à donner des ordres comme si après sa mort on devait continuer à lui obéir. C’est ainsi ans son testament politique e 10 pages qu’il demande :

-« avant ma mort j’expulse du parti l’ex maréchal Hermann Göring et le émets de tous es droits que lui avait conféré le décret du 29 juin 1941…….et je nomme à sa place le Grossadmiral Dönitz président du Reich et chef suprême des forces Armées.

Avant ma mort, j’expulse du parti l’ex Reichsführer de la SS Heinrich Himmler et je le révoque de toutes ses charges ;Je nomme à a place le gauleither Karl Hanke Reischsfhürer de la SS et de la police allemande et le gauleithe Paul Giesler ministre de l’intérieur…….

Göring et Himmler en négociant secrètement avec l’ennemi à mon insu et sans mon approbation et en essayant de s’emparer illégalement du pouvoir de l’Etat sans parler de leur déloyauté à mon égard, ont jeté sur le pays et sur le peuple tout entier une honte ineffaçable. »

Hitler croyait-il encore qu’après lui la vie Politique pouvait continuer en suivant ses ordres ??

Presque tous ceux qu’ils avaient nommés dans son testament politique eurent de sa part un beau cadeau lors du procès de Nuremberg !!!

ROCO
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 386
Age : 78
Localisation : Loire(42)
Date d'inscription : 02/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Jeu 12 Mar 2009, 12:36 pm

Martin bomann, normalement il meurt le 2 mai au soir, accroché à l'arrière d'un tigre royal, et lorsque il y'eut le déluge de l'artillerie russe, faisant barrage à la tentative des dernier fuyards qui éssayèrent de brisé l'encerclement, bormann n'a pas reussis à s'acrocher assez fortement au char, lorsque celui ci a roulez à vive allure, et normalement, il a du mourir en étant écraser par les chenilles d'un char qui suivait la colonne..
ou bien il est mort, après qu'il a été ejecter du char, par le déluge de feu qui sévissait encore dans le quartier, même après que la colonne était passé, dans tout les cas, ont ne connaitra jamais la cause réel.
et ce récit et d'après le témoignage d'une de mes autres sources, "le chaufeur de bormann", qui lui était monté en même temps, après le déluge, il avoua au tankiste, que ils vennaient de perdre son patron "Bormann", et ainsi le chef de char lui, même, ne voyait aucune chance pour que Bormann a pu s'en sortir, du fait que il roulait en pleine nuit, sans léclairage, et que il y'avait encore les chars restant de la colonne qui les suivaient de près.

Et peut tu m'expliquer, que vient faire, ce truc politique, dans un sujet qui parle de bataille guerrière, donc uniquement militaire, et ne traitant pas de la politique?

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Jeu 12 Mar 2009, 5:07 pm

allez je suis gentil!
cette nouvelle photo date entre 1951-1955


donc là je suis entièrement d'accord, en la comparant avec la 1ère photo datant d'après la reconstruction de 1928, mais la photo de l'opera détruit!
là moi perso, j'estime que la photo elle a du être prise bien avant 1928, même avant 1910, puisque cette photo date d'avant 1910


mais ce qui est bizare c'est que la photo montrant l'opera détruit, elle est de bien meilleurs qualité, que celle datant d'avant 1910.
mais les 7 erreurs, parlent d'eux même!!!

et je pense aussi, que la photo de l'opéra détruit, n'est surrement pas celui de unter der linden.
Du fait, que si ont compare très bien, ont s'appercoit, que l'opéra détruit, devrait être situé dans une zone sauvage.
tandis que l'ont remarque bien, que toutes les photos montrant l'opera unter der linden, autant celle des années 1900, que ceux d'atant après la reconstruction de 1951-1955.
l'opéra unter der linden, à toujours été dans une zone en pleine ville.
donc pas de verdure, mais belle et bien un quartier détenant une large voie pour la circulation etc...

seconde erreur, ben la photo montrant l'opéra détruit, dispose d'une cloture, avec des poteaux etc...
impossible que se soit l'opéra unter der linden.

3ème erreurs!
sur toutes les photos montrant l'opera unter der linden, ont appercois, en arrière plan une sorte d'eglise ou quelque chose de ce genre, disposant d'un dôme, or sur la photo de l'opéra détruit!
encore une fois, en arrière plan tout est vide. (non cela ne peut pas venir que le quartier à été dévasté par les bombardements, c'est beaucoup trop desertique)

4ème erreur, que l'ont peut appercevoir sur la photo montrant l'opera détruit, c'est le sol, et oui, ici sur la photo on détient un sol, de pierre avec de la verdure, tandis que sur les photos montrant l'opera unter der linden, elle avait du macadam, goudron donc route en pleine ville.

donc non ce ne peut pas être l'opera unter der linden.

mais ils se peut très bien, que cela soit, un batiment qui lui resemble comme deux goutte d'eau!

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  st.ex. le Jeu 12 Mar 2009, 10:39 pm

bon et en attendant, je vous donne une vision, comment ou plutôt dans quel étât se trouvait le reichtag.


donc ici on comprend mieux, la densité des combats qu'il y'a eut dans ce secteur.
bon ok la photo date aussi du moi de juillet 45, donc ils avaient déjà commencé à déminer et déblayer les térrains.
mais néenmoins assez sinifiant.

et ici une traduction rapide d'un petit passage.

Die beiden verbleibenden 'Elefanten' kämpften in Berlin; einer am
Karl-August-Platz und der andere an der Dreifaltigkeitskirche
wo sie am 1. Mai 1945 russischen und polnischen Truppen in die Hände fielen.

Des deux dernier éléphants restant (ou en état de combat) on combattu à Berlin.
le premier se trouvait à la place Karl-August, et le second à "l'église ste trinité" (Dreifaltigkeitskirche), où ils tombèrent dans les mains des forces polonaises et soviétique le 1er mai.

st.ex.
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 181
Age : 53
Localisation : Husseren-Wesserling france
Date d'inscription : 29/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Berlin.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum