"Ming l'impitoyable" dans le désert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Yeoman 35 le Jeu 12 Mar 2009, 1:02 pm

Bonjour, j'avais envie de rédiger un petit historique d'une unité bien connue de Rommel et des Italiens dans la campagne d'Afrique du Nord puisqu'il s'agit de la 9th Australian Infantry Division.

-Composition organique 9th Australian ID-
Commandant: Major-Gen. Leslie Morshead

Unité d'appui
- 2/3 Machine-Gun Battalion

20th Australian Infantry Brigade
- 2/13 Battalion
- 2/15 Battalion
- 2/17 Battalion

24th Australian Infantry Brigade
- 2/28 Battalion
- 2/32 Battalion
- 2/43 Battalion

26th Australian Infantry Brigade
- 2/23 Battalion
- 2/24 Battalion
- 2/48 Battalion

Artillerie divisionnaire
- 2/7 Field Regiment (Royal Australian Artillery)
- 2/8 Field Regiment (RAA)
- 2/12 Field Regiment (RAA)
- 2/3 Anti-Tank Regiment (RAA)
- 2/4 Anti-Aircraft Regiment (RAA)



Source: François de Lannoy, El-Alamein, Heimdal, Bayeux, 2001

Tobrouk

Le 21 janvier 1941, les forces du général Richard N. O'Connor s'emparent du port de Tobrouk et forcent à capituler les 25 000 italiens du général Pitassi-Manella. Cette prise, jugée capitale par le commandement britannique, permet de substituer, sur le plan logistique, la voie maritime à la voie terrestre.
Mais, quelques semaines plus tard, la forteresse est de nouveau assiégée, mais par les forces de Rommel et du DAK. Pour Rommel, la prise de Tobrouk est un impératif, car la forteresse qui constitue une menace très grave sur son flanc pour sa ligne de communication lui interdit toute liberté d'action à l'est. Du côté britannique, la décision est prise de tenir Tobrouk pour des raisons stratégiques: obtenir les délais nécessaires pour l'acheminement des renforts en Egypte. La défense du port est ainsi confiée au général Leslie Morshead et à sa 9e Division Australienne qui vient juste de débarquer. L'unité n'a aucune expérience, mais ses hommes habitués au climat chaud, au maniement du fusil et à des tâches pénibles vont très vite s'accoutumer à leur situation d'assiégés.
Rommel pense ainsi que la défense du port n'est que temporaire et qu'il viendra rapidement à bout des défenseurs. Il se trompe. Les Australiens n'ont pas perdu de temps à creuser des abris, édifier des blockhaus et prolonger le fossé antichar vers l'ouest. Celui-ci est l'axe principale de défense et dessine un vaste croissant. En retrait, deux hauteurs ont été aménagées en observatoires fortifiés. Les défenseurs se terrent entre le fossé et les observatoires, derrière leurs bunkers, poutres et terre, à peine discernables à quelques mètres.
Les Australiens peuvent aussi compter sur les 23 chars rescapés de la 3th Armoured Division et sur les nouveaux canons de 25 Pounder (87 mm), qui bien qu'initialement utilisés pour l'artillerie de campagne, vont très vite servir contre les blindés de la 5. Leichte-Division d'Olbrich.

(Suite)
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Ming le Jeu 12 Mar 2009, 1:41 pm

Bon, fantastique mais je suis ou moi là-dedans ?! spamafote Et les concombres ?

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Invité le Jeu 12 Mar 2009, 1:52 pm

T'es pas censé être sur Mars avec Beatrice Roberts AKA Reine Azura? (Comme si des concombres poussaient sur Mars!)
Non, sérieux, vous avez choisi vos pseudos exprès? beret

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Ming le Jeu 12 Mar 2009, 2:53 pm

LSR a écrit:T'es pas censé être sur Mars avec Beatrice Roberts AKA Reine Azura? (Comme si des concombres poussaient sur Mars!)
Non, sérieux, vous avez choisi vos pseudos exprès? beret

Tu m'excuses mais je préfère en ce cas encore y aller avec Alexandra Maria Lara. Et puis le procédé de terraformation de Mars permettrait d'y faire pousser des concombres à la longue.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

"Ming l'impitoyable" dans le désert. (suite)

Message  Yeoman 35 le Jeu 12 Mar 2009, 4:58 pm

Pardonnez-moi, mais j'ai du interrompre la rédaction. Sinon pour les concombres, il faudra que l'on m'explique... Je poursuis donc mon récit sur l'unité en question.

Le 11 avril, Rommel met au point son attaque. Elle doit avoir lieu au sud et au sud-est du dispositif anglo-australien, dans un périmètre dominé par la crête d'El-Adem. La 5. Leichte-Panzer-Division, avec le Panzer-Regiment 5 (Oberst Ponath) en fer de lance, déclenchera l'attaque contre les positions australiennes avec l'appui de la division "Brescia". Le 12 avril, l'attaque allemand démarre sous les meilleures auspices; les chars Mark III du 5e Panzer commencent à atteindre les avants postes australiens. La division Brescia s'avance elle aussi. Mais depuis leurs observatoires de King's Cross, les Australiens font pleuvoir un tir de barrage aussi puissant que précis. Empêtrés à mi-pente, les chars d'Olbrich font courageusement face mais commencent à esuuyerd es pertes sérieuses. Pendant ce temps, les artilleurs australiens mettent aisément la Brescia en fuite. Deux heures plus tard, ils forcent le 5e Panzer à opérer une retraite.
Le 14, Rommel réitère son attaque, en déclenchant un tir d'artillerie nourri pour écrasr les premières lignes, afin de permettre aux blindés et aux troupes de choc qui les accompagnent de progresser par bonds. Cette fois l'attaque allemande est menée avec plus d'efficacité. Malgré les contre-attques incessantes qu'ils lancent, les Australiens ne peuvent empêcher leurs ennemis d'atteindre le fossé antichar. Heureusement, ils ont une fois de plus clouer sur place le 5e Panzer. Celui-ci tente avec acharnement de se frayer un chemin vers le fossé antichar que les Pioniere sont en train de combler, mais il n'y parvient pas, matraqué sans relâche par l'artillerie du Commonwealth. La division blindée italienne Ariete envoyée en renfort ne peut même pas l'atteindre. A 17 heures de l'après-midi, des chars Stuart britaniques surgissent depuis la crête d'El-Adem et se ruent sur le 5. Panzer-Regiment. Les "Aussies" et les blindés réussissent même à coincer dans une souricière l'Oberst Ponath qui tiendra avec quelques hommes jusqu'au 20 avril dans la poussière et avec la soif. La percée voulue par Rommel n'aura donc toujours pas lieu.

Les australiens dans Tobrouk

Dans les jours qui suivent, les hommes de Morshead mènent une véritable guerre d'escarmouches contre les patrouilles qu'envoie Rommel. Parfois, innocemment, il arrive qu'une patrouille allemande ou italienne, croyant le terrain inoccupé, s'avise d'y faire une reconnaisance. Avec de simples fusils, tirant avec une précision diabolique, les Australiens la mettent en pièce. Ainsi, les hommes de la 9th Australian ID, que l'on surnomme alors "Ming l'impitoyable" s'avèrent être de magnifiques soldats, sans doute parmi les meilleurs du Commonwealth. Ils vivent tapis dans les abris de leur glacis défensif qui ressemble à une énorme taupinière, constituée de blocs de pierre jaune entassés les uns sur les autres. Il n'y a rien à voir qui soit visible en détail, rien à quoi fixer l'attention. Les réseaux de barbelés qu'il établissent, se confondent avec le fond jaune des cailloux qu'on devine être des bunkers. Mais le soleil, vertical, efface les ombres, aplatit le paysage.C'est pourquoi on ne tarde pas à les surnommer les "Rats de Tobrouk". Ils vivent le jour, cachés comme des crabes sous leur rocher, dans la poussière, le manque d'eau, la chaleur et les mouches. Le tout, avec le martèlement de l'artillerie de l'Axe et les pillonages opérés par l'aviation.
Cependant, ces conditions n'empêchent aucunement les Australiens de faire montre d'un esprit de combattant très particulier. Comme l'écrit L. Philipps: "les soldats de la 9th AID étaient de ceux qui avaient la personnalité la plus originale. Extérieurement, ils avaient une façon bonne enfant d'interpréter la discipline, façon qui leur était toute personnelle. Le sens "démocratique" y était à la place d'honneur, l'esprit militaire, dans une large mesure, étant submergé par le civil. Le seul grade ne conférait à l'officier que peu de respect naturel de la part de ses hommes. il lui fallait s'imposer par lui-même, par son exemple personnel, particulièrement au combat avant d'être accepté." En dépit de ces paticularités, ils sont considérés comme pleins d'élan dans l'attaque et tenaces dans la défense. Ils se caractérisent par leur désir et leur volonté de se battre; ce que L. Philipps appelle "la discipline du champ de bataille".

Tobrouk; l'offensive de Rommel au sud-ouest

Rommel décide de lancer une nouvelle offensive pour le 30 avril. Mais cette-fois ci, elle doit avoir lieu par le sud-ouest de la poche, dans un périmètre dominé par une éminence tenue par les Australiens - le Ras el Madaouer.
Le 30 avril avril à 12 h 00, l'artillerie allemande se déchaîne pendant deux heures sur les positions britanniques. Ensuite les Ju-87 "Stuka" viennent bombarder Tobrouk, mais se heurtent à un tir nourri de la DCA britannique qui gêne considérablement les bombardiers en piqué.
A 18 h 30 l'attaque démarre. Les premières lignes australiennes ne peuvent empêcher le bataillon Voigtsberger, élément de pointe de la 5. Leichte-Panzer-Division, d'atteindre les pentes du Ras el Madaouer. Les poches de résistance tenues par les Australiens tiennent toute la nuit mais ne réussissent pas à empêcher les Allemands de consolider leurs positions acquises.
Rommel décide alors d'envoyer la division Ariete de talonner la 5. Leichte pour la soutenir dans son effort.
Au matin du 1er mai, Rommel constate avec satisfaction que les positions acquises ont été conservées, mais que, l'Ariete n'a pas bougé. En fait, toujours remarquablement dirigées depuis King's Cross, les batteries du Commonwealth interdisent toute pénétration en profondeur.
Ceci-dit la situation des Australiens s'est détériorée puisque Rommel a grignoté dans leurs positions. Les conquêtes allemandes sont tellement imbriquées dans leur dispositif qu'elles mettent les fantassins allemands à l'abri des obus.

Tobrouk; suite et fin

Les Australiens vont encore devoir tenir pendant 221 jours. Seulement, Tobrouk va constituer pour Rommel, "une épine accrochée à son flanc". Pendant plus de six mois, les Australiens vont s'accrocher à leurs positions face aux troupes de l'Afrikakorps. Sauf que Rommel s'est détourné temporairement de Tobrouk pour faire face à une contre-attaque britannique. C'est donc une guerre de position qui se met en place. Les bombardements de la Luftwaffe succèdent aux tirs d'artillerie des forces terrestres de l'Axe.
En septembre-octobre 1941, la 9th AID voit enfin ses efforts récompensés. La division "véritable âme de la résistance" est relevée par la 70th Infantry-Division du général Richard Scobie et la brigade polonaise "Karpathia" du général Kopanski. Elle est évacuée vers l'Egypte, puis vers la Palestine pour être mise au repos.


"Ming l'impitoyable" à El-Alamein

En juin 1942, après le désastre de Gazzala et la prise de Tobrouk, la 9th AID est ramenée d'urgence de Palestine sur ordre d'Auchinleck, commandant de la VIIIth Army. Elle est incorporée au XXXth Army Corps commandé par le Lt-Gen. Willoughby Norrie à qui est confié la partie nord du nouveau dispositif britannique à El-Alamein. Mais elle reste alors en réserve.
En septembre 1942, Montgomery, nouvellement promu à la tête de la VIIIth Army après le limogeage d'Auchinleck par Churchill (juillet), prépare une contre-offensive contre l'Afrikakorps à El-Alamein, quelques jours seulement après l'échec de Rommel à Alam-el-Halfa. Elle est toujours incorporée au XXXth Army Corps qui est cette fois commandé par un très bon officier: le Lt-Gen. Oliver H. Leese. Pour Montgomery, l'effet de surprise ne pouvant pas être obtenu, l'infanterie du XXXth Army Corps percera une brèche dans la partie nord des défenses germano-italiennes. Par cette brèche s'infiltreront les unités blindées du Xth Corps de Lumsden. L'offensive est prévue pour la nuit du 23 au 24 octobre. Située à l'aile droite du XXXth Corps face à la 164. Infanterie-Division et à la division italienne "Trento", et donc accolée à la Méditerranée, la 9th AID de Morshead doit parcourir une distance de 5 à 8 km suivant les secteurs pour atteindre son objectif situé sur lal ligne Oxalic.
Le 23 octobre à 21h20, 882 pièces d'artillerie (dont 472 dans le secteur du XXXth Corps) pilonnent les positions germano-italiennes dans le but de paralyser l'artillerie ennemie. A 22h00, cette préparation cesse pour laisser place au tir de barrage derrière lequel doit progresser l'infanterie.
La 9th AID attaque au sud de Tel-el-Eisa. Elle est menée à gauche par la 26th Brigade (Whitehead) et à droite par la 20th Brigade (Windeyer). L'attaque de de la 26th Brigade est importante, car elle doit couvrir le flanc droit de l'armée étendu sur 6 300 m dont 2 700 constitués par le no man's land. Whitehead dirige alors une partie de ses hommes vers l'ouest tandis que l'autre se tourne vers le nord, prenant place sur un front de 3 600 m. La brèche restante (2 700 m) est bouchée avec une force mixte composée canons antichars et de mitrailleuses commandés par le Lt-Col. Ted McArthur-Onslow. L'ensemble de ses opérations se déroule avec succès et lorsque l'aube se lève le 24 octobre, les Allemands qui viennent reconnaître la brèche font aussitôt demi-tour.
A l'aile gauche de la division, la 20th Brigade rencontre de plus grosses difficultés. L'assaut de seconde ligne est pris en charge par le 2/13 Battalion du Lt-Col. Turner. Les premiers 1 500 m sont couverts sans réelle opposition car plusieurs avant-postes tenus par des hommes de la "Trento", se sont repliés à l'approche du tir de barrage. Une patrouille parvient même à établir le contact avec des éléments de la 26th Brigade sur la ligne Oxalic. Mais lorsque les deux compagnie de tête commencent à s'avancer vers cette dernière, elles sont paralysées par des mines "S". De nombreux hommes sont perdus. A l'aube du 24 octobre, les Australiens sont obligés de s'enterrer à 900 m de la ligne Oxalic.
Dans la nuit du 24 au 25 octobre, la division reprend l'offensive. La 20th Brigade parvient à atteindre la ligne Oxalic. Appuyés par les chars du 40th Royal Tank Regiment, les Australiens peuvent alors installer leurs batteries antichars et s'enterrer.
Montgomery qui est décidé "à faire danser l'ennemi sur un nouveau refrain", confie à Morshead l'attaque surprise de Kidney Ridge vers la route côtière afin de menacer d'encerclement la 164. ID. L'attaque sera simultanée avec une diversion de la 50th Infantry-Division "Northumbrian" de Nichols, plus au sud. Partant de ses positions la 9th AID se dirigera vers l'ouest afin de d'atteindre la piste Rahman à l'extrémité nord de Skinflint.
Selon Montgomery, le rôle principal lui revient. Opérant une rotation vers le nord, elle doit établir un saillant dans le dispositif ennemi puis se retourner vers l'Est. Son premier objectif est une position fortifiée située à 7 m d'altitude, le point 29.
A minuit les Australiens démarrent leur attaque. Elle est menée par la 26th Brigade avec l'appui du 40th RTR, les canons de sept régiments d'artillerie de campagne et par les Wellington de la RAF. En tête de la brigade, les 2/48 et 2/24 Battalions se ruent à l'assaut du point 29. A l'issue d'un corps-à-corps particulièrement sauvage, les Australiens font 240 prisonniers.
Le 26 octobre, Rommel confie une contre attaque sur le point 29 àla 90 Leichte-Division. Sauf que son attaque est stoppée net par l'artillerie australienne et la RAF.
Le 28 octobre, comme l'avait prévu Montgomery, la 9th AID repasse à l'attaque sur son aile gauche. L'objectif fixé est la route côtière. A 22H00, la 20th Brigade progresse difficilement sous les tirs d'artillerie. Une fois les objectifs atteints, ses deux bataillons de tête aménagent leurs positions. Mais les pertes sont lourdes. Le Major Colvin, commandant le 2/13 est grièvement blessé.
Peu après minuit, le 2/23 et le 40th RTR commencent leur progresser, mais les chars Valentine sautent sur des mines à 450 m de leur ligne de départ. La confusion ne tarde pas à se produire. A 4h15, le 2/23 s'enterre à 800 de sa ligne de départ appuyé seulement par... 8 chars. Cependant la charge des "Rats de Tobrouk" a anéanti le III/Panzergrenadier-Regiment 125 de la 90. Leichte-Div.
Le 30 octobre, 22H00, le 2/32 Battalion de la 24th Brigade (Gadfrey) avance dans l'obscurité derrière un puissant barrage d'artillerie. Les éléments de tête réussissent à atteindre la route côtière mais n'ont pu réduire tous les postes ennemis placés sur son chemin.
En revanche, si les Australiens n'ont pas rempli tous leurs objectifs, ils ont infligé à l'ennemi des pertes très sévères.
L'après-midi du 31 octobre, Rommel réagit en expédiant un Kampfgruppe de la 21. Panzer-Division contre les fantassins australiens et le 40th RTR. Si les Allemands mettent 20 chars britanniques hors de combat, ils ne peuvent déloger les Australiens qui tient malgré le fait qu'elle soit épuisée autant physiquement que moralement.
A 16h00, le Kampfgruppe revient à la charge, mais là encore les "Rats de Tobrouk" ne cèdent pas d'un centimètre.
Le 1er novembre, l'Afrikakorps déclenche un ultime assaut. Un nouveau combat sanglant se déroule dans la chaleur et la poussière. Cette fois, les "Aussies" doivent céder en plusieurs endroits. Mais là, comme leurs pères dans les Flandres en 1918, ils préfèrent se faire tuer sur place que de reculer. Le Kampfgruppe réussit à reprendre contact avec le Panzergrenadier-Regiment 125. Puis, les combats cessent progressivement, du fait que le nouveau "centre de gravité de la bataille" se déplace vers le sud.
La 9th AID épuisée est retirée du front d'El-Alamein. A la demande du gouvernement de John Curtin et, à la grande rage de Churchill, elle est rapatriée vers l'Australie (après un détournement en Birmanie) afin de participer à la défense du territoire national, puis à la campagne de Nouvelle-Guinée.
Unité exemplaire au combat, "Ming l'impitoyable" quitte l'Afrique après avoir laissé beaucoup d'hommes dans le désert. A El-Alamein elle a représenté 22 % des pertes subies par la VIIIth Army. En revanche,elle a rempli ses objectifs tactiques à près de 90 % rivalisant de peu avec sa "cousine" du Pacifique, la 2. New-Zealand Infantry Division de B. Freyberg.

Sources:

Erwan Bergot, L'Afrikakorps, éditions Livre de Poche, coll. Troupes d'élite, Paris, 1975
François de Lannoy, El-Alamein, Heimdal, Bayeux, 2005
P. Masson, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, Larousse, 1980
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Ming le Jeu 12 Mar 2009, 5:16 pm

Très intéressant ! Il y a une photo et une biographie sommaire de Morshead sur cette page :

http://www.adb.online.anu.edu.au/biogs/A150492b.htm

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  titi3 le Mer 03 Juin 2009, 2:08 pm

L'article est vraiment très intéressant ! beret

titi3
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 10
Age : 24
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 14/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Yeoman 35 le Mer 03 Juin 2009, 6:26 pm

Encore merci. Je n'ai malheureusement pas encore d'informations complètes sur la participation de la division à la campagne de Nouvelle Guinée. Mais vous pouvez aller voir l'article "Salamaua - Lae" dans la rubrique 'Front du Pacifique'.

Cordialement beret
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ming l'impitoyable" dans le désert.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum