Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Aller en bas

Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  Maquis Surcouf le Mar 07 Avr 2009, 19:55

Heinrich Müller ("Gestapo-Müller"), né à Munich le 28 mai 1900, disparu depuis mai 1945, date de décès inconnue, fut le chef du département IV (Amt IV), composé de la Gestapo (Geheime Staatspolizei) et de la police des frontières, de l’Office central de la sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt ou RSHA) sous le Troisième Reich.

En tant que chef de la Gestapo, Müller a été étroitement associé à tous les crimes qui ont été planifiés, préparés et organisés à l’Office central de la sécurité du Reich. Au début de septembre 1939, il a donné des instructions sur « le traitement spécial » (Sonderbehandlung), l’assassinat, réservé aux opposants politiques.
Le Service de la Gestapo préposé aux Juifs IV B 4. (Judenreferat) dirigé par Adolf Eichmann était également sous ses ordres. Il a été de plus très impliqué dans la planification et la mise en œuvre du génocide contre les Juifs en Union soviétique. Müller a dirigé, sur ordre de Reinhard Heydrich, les Einsatzgruppen et fut responsable de la rédaction des rapports quotidiens (Ereignismeldungen), dans lesquels les rapports des Einsatzgruppen étaient résumés. Müller fut un des fonctionnaires les plus puissants du régime national-socialiste.

La jeunesse

Müller est né dans une famille catholique ouvrière de Munich, capitale de la Bavière. Il travailla d'abord comme apprenti mécanicien chez BMW, sur des avions de combat, ensuite, en 1917, il se porta volontaire dans l'armée allemande et servi en tant que pilote pour une unité de repérage d'artillerie durant la fin de la Première Guerre mondiale. Durant son service, il fut remarqué pour sa bravoure, qui lui vaudra même une décoration (Croix de Fer, 2ème classe). Il fut démobilisé en 1919 avec le grade de sous-officier. Après sa démobilisation, il s'engagea dans la police Bavaroise, dans laquelle il fut impliqué dans la répression des troubles communistes ayant suivi la guerre.

Après avoir été témoin de la mise à mort d'otages par l'"armée rouge" révolutionnaire sous la république soviétique de Bavière, il développa une haine profonde à l'égard du communisme.
Durant les années de la République de Weimar, Müller monta en grade et fini par diriger le département politique de la police de Munich. À ce poste, il fréquenta des membres du parti nazi, parmi lesquels
Martin Bormann, Heinrich Himmler ou Reinhard Heydrich sans jamais cependant en devenir membre.
Ces contacts auraient pu se lier grâce à une affaire, le suicide de la nièce de Hitler, Angelika ("Geli") Raubal, que Müller aurait accepter d'étouffer.

L'historien Richard J. Evans a écrit de lui :"Müller était obsédé par le devoir et la discipline, et approchait toutes les tâches qui lui étaient confiées comme si elles étaient des ordres militaires.
C'était un vrai bourreau du travail qui ne prenait jamais un jour de congé. Müller était déterminé à servir l'État allemand, et cela sans distinction de son régime politique et était convaincu que c'était
le devoir de tous que d'obéir à ses ordres."

L’accession au pouvoir

Il devient alors inspecteur chef (Polizeisekretär) en charge d’une section qui traque les organisations communistes. Zélé et efficace, il propose de créer une division de la police politique dans le camp de concentration de Dachau.

Dès 1934, il entre dans la SS et est promu en 1936, après une mutation à Berlin, chef adjoint du département de la police politique (Amt Politische Polizei) à l’office central de la police de sécurité (Hauptamt Sicherheitspolizei). Ce n’est que fin 1938 qu’il adhère au parti nazi.
Il semble en effet que Müller bénéficie de la protection de Reinhard Heydrich, car Müller détient la preuve que celui-ci a du sang juif par sa mère . Müller possède en outre un grand réseau d’indicateurs et donc des renseignements sur les dignitaires nazis, ce qui accélère son ascension. Il est tour à tour conseiller du gouvernement, conseiller d’État pour les affaires criminelles.
Il joue un rôle de premier plan dans plusieurs affaires, comme l’élimination du maréchal soviétique Toukhatchevski (1937), la mise en scène de l’attaque polonaise simulée sur une station de radio allemande qui déclenchera la guerre (1939) ou la Nuit des Longs Couteaux.

Il devient l’adjoint de Reinhard Heydrich qui lui confie le département IV de l’Office central de la sécurité du Reich. En 1938, il crée le bureau central pour l’émigration des Juifs (Reichszentrale für jüdische Auswanderung) dont il confie la direction à Adolf Eichmann.
À ce titre, il a une responsabilité écrasante dans la Shoah. La Gestapo s’est par ailleurs rendue coupable d’avoir organisé des rafles et des expropriations innombrables.

En 1940, il est promu général de brigade dans les SS (SS-Brigadeführer). Après le déclenchement de l’Opération Barbarossa en 1941, il s’occupe de la formation des Einsatzgruppen. Il est alors élevé au grade de général de division (SS-Gruppenführer).

À partir de 1942, tous les pouvoirs de police à l’échelle continentale lui échoient. À l’été 1942, Reinhard Heydrich meurt dans un attentat. Müller conduit la répression qui se révèle féroce. Il a perdu son protecteur et doit donc en chercher un autre.

Le réseau de l’Orchestre Rouge (die rote Kapelle)

Cette affaire occupera durablement Müller pendant la guerre. Il s’agit d’un réseau de radios espions qui renseignent les Soviétiques.
D’abord confié à l’Abwehr, les services secrets de l’armée allemande, ce dossier lui reviendra quand il aura insisté et fait jouer toutes ses relations. Il attache beaucoup d’importance à cette affaire.

À la tête d’un commando spécial (Sonderkommando), Müller démasque et arrête une centaine d’espions en Allemagne et en France dont le chef du réseau pour l’ouest, Leopold Trepper. La plupart des membres de ce réseau sont assassinés rapidement, mais Müller garde le chef en vie pour le retourner et intoxiquer les Soviétiques.

Des soupçons apparaissent alors à l’égard du chef de la Gestapo pour trois raisons principales : tout d’abord, Müller affirme fin 1942 que l’Orchestre rouge a été entièrement démantelé contrairement à l’avis de l’Abwehr. Ensuite, Müller a effectué un tri entre les membres du réseau démasqués et enfin Trepper s’évade en 1943, risque donc d’éventer l’opération sans que Müller et Bormann ne réagissent.
Une thèse a été évoquée pour expliquer ces évènements, Müller ne désinforme plus les Soviétiques bien au contraire, il les renseigne.

L’Abwehr le soupçonne mais ne peut agir car Müller jouit de la protection de Bormann auprès d’Hitler.
La trahison de Müller peut s’expliquer ainsi : Müller a senti le vent tourner, sait que l’Allemagne va perdre la guerre et pense déjà à l’après-guerre. Il admirait de plus le NKVD et le système soviétique
en général comme un modèle de police politique.


Disparition

Muller a été vu la dernière fois dans le bunker d'Hitler, le 29 avril 1945. Il aurait tenu les propos suivants, d'après Hans Baur, le pilote d'Hitler :
"Nous connaissons très bien les méthodes des russes. Je n'ai pas la moindre intention d'être fait prisonnier par les russes."

A partir de ce jour, il n'a laissé aucune trace. Cette disparition a donné lieu à trois types d'explication:

• Tout d'abord que celui-ci s'est suicidé, ou a été tué, durant la chute de Berlin, et que son corps n'a pas été trouvé. C'est ce qui est arrivé dans le cas de Bormann, dont les restes ont été découverts en 1972, et dont l'identité fut prouvée par une analyse ADN en 1998.

• La deuxième hypothèse est que celui-ci ait réussi à s'échapper, et vécu ensuite à l'abri en Amérique du Sud, comme ce fut le cas pour Eichmann, ainsi que pour bien d'autres.

• La troisième hypothèse est que Muller fut recruté, soit par les États-Unis, soit par l'Union Soviétique, et employé par eux durant la guerre froide.



Amicalement
Maquis Surcouf


Dernière édition par Maquis Surcouf le Jeu 09 Avr 2009, 17:26, édité 1 fois
avatar
Maquis Surcouf
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 378
Age : 28
Localisation : Seine Maritime
Date d'inscription : 23/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  eddy marz le Mar 07 Avr 2009, 20:50

Salut Maquis Surcouf;

Un personnage de l'ombre... Merci pour cet exposé. Je pense que :

La deuxième hypothèse est que celui-ci ait réussi à s'échapper, et vécu ensuite à l'abri en Amérique du Sud, comme ce fut le cas pour Eichmann, ainsi que pour bien d'autres.

• La troisième hypothèse est que Muller fut recruté, soit par les États-Unis, soit par l'Union Soviétique, et employé par eux durant la guerre froide.

sont des hypothèses un peu farfelues, en grande partie dues à la très fertile imagination du Brigadeführer SS und Generalmajor der Polizei Walter Schellenberg et à ses nombreuses déclarations après-guerre. Je reste toutefois convaincu que Müller est mort à Berlin en 1945.

(au sujet de Schellenberg, son autobiographie, "The Schellenberg Memoirs", est disponible en français sous le titre "Le Chef du Contre-espionnage Nazi parle...". Bien qu'il fasse tout ce qu'il peut pour se montrer sous un jour favorable - d'ailleurs son écriture n'est pas dénuée de charme - son récit est truffé d'anecdotes passionnantes sur Müller, mais aussi Heydrich...)

Eddy
clin doeil gri


Dernière édition par eddy marz le Mer 08 Avr 2009, 07:32, édité 1 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 63
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  Maquis Surcouf le Mar 07 Avr 2009, 20:56

De rien Eddy oui gri
J'essaie de répertorié sur mon ordinateur au fil de mes recherches bon nombre de personnages de cette époque.
Puis, je poste ceux qui me semblent les plus intéressant comme je l'ai déjà fait avec Imre Finta, Viktor Arajs...

Je rejoins aussi ton avis, je pense qu'il est mort à Berlin en 1945. A savoir maintenant si il a été victime des bombardements, exécuté si il a été reconnu.... Mais le saurons nous un jour? idé gri

Amicalement
Surcouf
avatar
Maquis Surcouf
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 378
Age : 28
Localisation : Seine Maritime
Date d'inscription : 23/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  eddy marz le Mer 08 Avr 2009, 07:43

Salut;

Je rejoins aussi ton avis, je pense qu'il est mort à Berlin en 1945. A savoir maintenant si il a été victime des bombardements, exécuté si il a été reconnu.... Mais le saurons nous un jour?

Je suis d'avis qu'il a péri dans les bombardements, mais pas nécessairement dans Berlin même. Qui sait sous quels décombres le long de la route d'une évasion avortée son corps s'est retrouvé écrasé, voire méconnaissable ? Si il avait été reconnu et abattu, je suis certain que nous en aurions entendu parler d'une façon ou d'une autre; mais il n'est pas dit que nous apprenions un jour ce qu'il est devenu. Certains nazis se sont suicidés à la grenade lors de la chute de Berlin; certains sont morts dans les égouts; d'autres massacrés avant d'être identifiés... De toute façon, Heinrich Müller était conscient de la haine que son nom suscitait (même chez les nazis) et n'aurait entretenu aucun doute sur son sort en cas de capture...

Amicalement
Eddy
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 63
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  Kalendeer le Mer 08 Avr 2009, 10:55

Dans l'Aigle de Sibérie, Müller fait partie de ces "trous" de l'Histoire exploités par l'auteur (avec certains mouvements de troupes bizarres d'Hitler et quelques autres trucs). Müller, fait prisonnier par les soviétiques, leur propose de travailler pour eux en utilisant son réseau et ses dossiers. Petrov, l'officier du NKVD, fait mine d'accepter avant de lui mettre une balle dans la tête dès que Müller lui a donné les renseignements qu'il cherche.

Heywood n'est pas un historien, mais la théorie n'est pas idiote et parait plus probable que celle où Müller deviendrait un agent soviétique ou américain.
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 28
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heinrich Müller, chef de la Gestapo

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum