Stalingrad: Massengrab

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Ven 17 Avr 2009, 6:48 pm

La bataille de Stalingrad


La bataille de Stalingrad (Volgograd aujourd’hui), occasion de faire un topique sur cette bataille, et de participer....Cela se fera en trois parties
1- L’offensive, 28 juin 42 - 23 Aout 42
2- Prise (enfin presque) de la ville, 23 Aout 42 - 12 Novembre 42
3-La contre offensive Soviétique, 12 Novembre 42 – 2 Février 43.

Contrairement et ce que beaucoup disent ou aux idées reçu, Stalingrad n’est pas le tournant de la guerre, qui a eu lieu lors de la bataille d’Angleterre. Il convient ici de rappeller la célèbre citation de Churchill, qui disait, le 20 août 1940 devant la chambre des communes, à propos des pilotes de la RAF ayant participe à la bataille d’Angleterre, «Never in the field of human conflict was so much owed by so many to so few». Stalingrad n’est pas non plus le coup d’arrêt des forces Allemandes sur le front de l’Est, puisque les armées d’Hitler ont été arrêtées et défaites à l’Hiver 41-42 aux portes de Moscou. Alors pourquoi cette bataille et tellement célèbre ? Surement à cause du nom de la ville, lourd de symbole, de l’ampleur de désastre pour l’armée Allemande et de l’humiliation de voir un de ces Feld-maréchal fait prisonnier, pour la première fois, et surtout car cette bataille marque le début du retrait Allemand. A partir de cette date, la Wehrmacht va perdre l’initiative à l’Est et passer sur la défensive, elle va reculer sur tous les fronts, et cette retraite se finira en apocalypse dans les ruines du Reich qui devait durer 1000 ans…


I - L’offensive, 28 juin 42 - 23 Aout 42

Situation militaire générale sur le front de l’Est au printemps 42 :
La Wehrmacht, après avoir mis hors de combat 4 millions de soldats soviétiques, avance de 800 km et conquis plus 1,500,000 kilomètre-carrés de territoire soviétique, le tout en quelques semaines, marque le pas. La guerre éclaire souhaitée par Hitler à échouée. La Wehrmacht a été stoppé à 30 km de Moscou puis est repoussée à plus de 100 km par la contre attaque des divisions sibériennes venu de Mongolie au cours de l’hiver 41-42. Le front c’est alors stabilisé sur une ligne allant de Mourmansk au nord en passant par Leningrad encerclé, jusqu’à Rostov (sur le Don) au sud, au bord de la mer Noire.



Le Wehrmacht à perdu 1 million d’hommes, et est affaiblit. Certaine de ces divisions on perdu 1/3, non remplacé, de leurs effectifs. Ils sont courts de 1,600 Char Mark III et IV, 2,000 canons et 7,000 canon anti char. Le moitie des 500,000 chevaux de la Wehrmacht étaient mort. Le rapport de force a changé entre la Wehrmacht et l’armée rouge. De plus de nombreuses usines Russes ont pu être transférées à temps au delà de l’Oural, en Sibérie, hors de porté de la Luftwaffe qui ne possède pas de bombardier à long rayon d’action, erreur fatale...Pendant l’hiver 41-42 ces usines on fabriquées 4,500 chars, 3,000 avions, 14,000 canon et 50,000 mortiers. L’armée rouge a perdu 4 millions d’hommes (1 millions de mort et 3 prisonniers), mais possède une réserve de 16 millions, donc 9 millions disponibles en 42 pouvant équiper 400 divisions…
L'Allemagne, qui combat sur un front large de 3500 km, ne peut se payer le luxe d’un affrontement tout le long, elle doit reprendre l'initiative et frapper un grand coup pour son offensive de printemps. L’état major allemand souhaite reprendre l’offensive sur Moscou pour des raisons 1-politique (Moscou est la capitale) et 2-stratégique (Staline, sur que l’attaque Allemande se fera la, y a massé le gros de ces troupes), mais l’entrée en guerre des USA a complètement changé la donne : Hitler prend conscience qu’il va s’installer dans une guerre plus longue que prévu, les objectifs ne sont donc plus temps stratégique que économique, l’Allemagne a besoin de minerais et de pétrole si elle veut tenir. Hitler prévoit alors, contre l’avis de son l'Etat-major, de lancer une offensive d'envergure dans la région du Don afin de prendre le contrôle des réserves pétrolifères du Caucase, qui représentent les ¾ du pétrole russe. Le nom de code de cette gigantesque opération et opération Fall Bau, ou plan bleu.

Le plan Bleu
Les directives générales furent discutées le 28 Mars 42 entre Hitler, Halder et l’OKH (l'Oberkommando des Heeres), et peaufinées dans la directive 41 d’Hitler le 5 Avril. Les vues d’Hitler exposées dans cette directives sont vaguent, comme d’habitude « faire disparaître tout le potentiel de défense encore disponible au Soviétique, et les couper, autant que possible, de leur grand centre industriel »

Les objectifs
L’Allemagne ne dispose plus que d’un mois de réserve de carburant, il est impératif de mettre la main sur les puits de pétrole de Groznyï et Maïkop dans le Caucase, c’est un impératif vital.
Les objectifs du plan bleu sont donc multiples :
1-la prise de Stalingrad, ou tout au moins la destruction de son potentiel industriel, coupant ainsi le front en deux le long de la Volga.
2- la prise de tout le Caucase au sud, prendre ainsi possession des puits de pétrole et couper l'URSS de sa principale zone de production de pétrole.

Le texte dit :
«(….) La troisième attaque doit être conduite de tel manière que les formations avançant sur le Don puissent faire leur jonction dans le zone de Stalingrad avec les forces qui avance a partir de la zone de Taganrog Artelnovsk entre le Don et Voroshilovgrad a travers le Donets vers l'est. Ces forces feront finalement leur jonction avec les armées blindé qui avance sur Stalingrad. Des opportunités peuvent apparaître durant ces opération, en particulier la capture de pont afin d'établir des tètes de pont a l'Est ou le Sud du Don. Dans tout les cas de figure, tout les efforts nécessaire devrons être concédé afin d'atteindre Stalingrad, ou tout du moins de placer la ville sous le feu de l'artillerie afin de détruire son potentiel industrielle et de rendre la ville inutilisable comme centre de communication. (...) »

Dans les doux rêves de Hitler, ensuite (non compris dans la directive 41)
-Fermer la pince avec l’Africa corps, ce qui permettrait d’avoir la main mise sur tout le pétrole du moyen orient
-dégager le front, ce qui permettra d'avancer vers Moscou à revers par la suite.







Les forces en présence
Allemagne : Le groupe d’armé Sud s’occuperait de cette offensive. Il était divisé en deux groupe d’armées, sur ordres d’Hitler, qui répète sont erreur de 41.
- Le groupe d’armée A aux ordres du Feld-maréchal Wilhelm List et compose de la 17e armée et de la 1ère armée Panzer. Le groupe d’armée A devrais prendre Rostov et s’enfoncé dans le Caucase

List


- Le groupe d’Armée B, aux ordres d’abord du Feld-maréchal Von Bock jusqu’en juillet 42 puis du Général Von Weichs. Il etait composé de la 6eme armé du général Paulus, de la 4eme armé Panzer du général Hermann Hoth, des 3e et 4e armées Roumaines (soit 22 divisions), de la 8e armée Italienne (227,000 soldats) et de la 2e armée Hongroise (13 divisions). Ce groupe d’armée dont la mission était de s’emparer de Stalingrad a à sa disposition 84 divisions d’infanterie et 10 divisions panzer, soit 900,000 hommes, 1,200 blindés, 17,000 canons et 1,640 avions. La seule armée Paulus consiste en 17 divisions d’infanterie, 3 blindées et 1 flotte aérienne (il compte beaucoup sur le nouveau Focke Wulf 190, soit 270,000 hommes, 500 tanks, 3000 canons, 500 avions.

Bock



Weichs



Paulus


Hoth



Armée rouge : Attention….c’est compliqué, car ca bouge beaucoup, nous en tiendrons donc au front Stalingrad qui défendit la ville, pour la contre-attaque Soviétique on verra plus tard ! Alors…En juillet 42 (au début des combats de Stalingrad à proprement parlé), 3 armées (1er 5e et 7e) de réserve sont envoyé à Stalingrad et renommées 64e 63e et 62e armée respectivement. Elles sont divisées le 7 aout suivant la ligne du ravin Tsaritsa, entre le front Stalingrad aux ordres du général Gordov et le front Sud-est aux ordres du général Yeremenko. Le front Sud-Est, qui comprend alors la 51, 57 et 64eme armées et ensuite divisé entre le front du Don (du général Rokossovski) et front sud-est, qui deviendra le front Stalingrad, le 28 Septembre. Les russes disposent 187,000 hommes, 2200 canons, 400 tanks et 300 avions.

Gordov


Rokossovski



Stalingrad

La ville de Stalingrad, le premier centre industriel soviétique, (aujourd'hui appelée Volgograd) joyau de l’industrialisation Stalinienne, avec ces usines géante « Octobre Rouge », « Barricades » ou « Tracteur » (l’usine qui fabriquait les chars). La ville comptait 600,000 habitants. Elle s'étendait sur une soixantaine de kilomètres le long de la rive droite de la Volga. C'est un centre de communication entre les réserves de pétrole du Caucase et le reste de l'Union soviétique. Mais cette ville est bien plus, c'est le symbole de la puissance soviétique incarnée par : Joseph Staline !



Le début de l'offensive
L’offensive débuta le 8 mai par une attaque de la 11e armée de Von Manstein qui encercle 3 armée russe en Crimée puis se rua sur Sébastopol (ou on vit la mise en place du canon Krupp "Gustav", le plus lourd canon jamais construit, dont nous avons egallement parle ICI et fait 170,000 prisonniers. A noter que ce fameux canon "Gustave", au dela de la prouesse technique, monopolisa enormement de monde pour des resultats plus que discutable…

Manstein


Sur le front sud a lieu la seconde bataille de Kharkov, du 8 mai au 22 mai qui voit l’encerclement de 239,000 soldats soviétique et la destruction de 1,240 char dans la poche de Kharkov par la 1er armée Panzer de Kleist et la 6e armée de Paulus.

von Kleist


Le début effectif de l’opération Bleu avait été fixé pour la fin mai 42, mais plusieurs unités devant prendre part à l’offensive initiale étaient encore occupées avec le siège de Sébastopol. L’offensive à proprement parle du Plan bleu peut alors commencer, le 28 juin, a partir de Koursk par le groupe d’armée B.
L’armé allemande franchit plus de 100km en une semaine, toutefois la 6e armée rencontre une vive résistance autour de Voronej qui ne tombera que le 12 juillet avec une semaine de retard sur le plan initial, retard qui va s’avéré déterminant et couté sa place a Bock, remplacé par Von Weichs a la tète du groupe d’armée B. Sinon les Allemand ne font que peux de prisonnier (600,000) comparé au 3 millions à leur offensive de juin 41. L’armé rouge semble s’être évanoui. En fait l’armée rouge se retire rapidement afin d’éviter tout encerclement comme en 41, les fantassins faisant des étapes de 40 km par jour… Ceci qui va avoir une conséquence crucial : Hitler va penser que l’armée rouge a été écrasé, exterminé, il va alors commettre une erreur monumental : Le 13 juillet, dans sa directive 45 nom de code « Brunswick », il envoie la 4e armée Panzer de Hoth en direction du sud avec le groupe d’armée A (priorité absolue à la prise de Rostov, clef du Caucase qui tombera le 28 juillet) et laisse la 6e armée de Paulus seul aux portes de Stalingrad. Cela va avoir des conséquences catastrophiques en entrainant
1- des embouteillages monstres du au croisement de la 4e armée de Hoth qui doit filer vers le sud en coupant la route de la 6e de Paulus. Ceci va couter une semaine de retard à l’offensive,
2-cela oblige la 6e armée à prendre Stalingrad seul en négligeant de protéger son flanc nord,
3-Cela assigne une mission disproportionné au groupe d’armée A
Encore une fois Hitler répète ces erreurs….courir 2 lièvre à la fois…
Sur le front sud, le 21 Aout, les Alpenjager du group d’armée A plante le drapeau nazi sur le mont Elbrouz à 5,641m dans le Caucase. Mais Hitler n’est pas content, il voudrait que ces chars avance plus vite dans les steppes mamlouk, et il se plein à Halder et Jodl. Mais le groupe d’armée s’enlise dans les monts du Caucase et fait face à une résistance soviétique opiniâtre et l’expédition tourne à l’exploit sportif, plus qu’une victoire stratégique.

Le 23 Aout, une colonne blindé de la 16e division panzer, de la 6e armée atteint la rive de la Volga au nord de Stalingrad, et s’enterre. L’objectif Stratégique de couper la Russie du Caucase et achevé, mais Hitler va ordonner à la 6e armée de s’emparer seul de la totalité de la ville….





...to be continued....


Dernière édition par Yak le Sam 18 Avr 2009, 6:45 am, édité 1 fois
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Ven 17 Avr 2009, 6:52 pm

II- L’assaut sur Stalingrad

La poussé de la 16e Div. Panzer du 23 aout coupe le front Sud-est du Front Stalingrad au nord. Pendant 6 jours, des contres offensive russe menées depuis le nord par les 24e et 66e armées vont tenter de réduire cette poussé, mais la 16e Div. Panzer tiens bon.
Dans le même temps, à partir du 23 Aout, la IVe flotte de la 6e armée envoie, 600 bombardiers Junker et Heinkel sur la ville. 40,000 personnes vont périr dans ce terrible bombardement qui dure tout la journée du 23, 80% des bâtiments sont détruit. Encore une erreur de Hitler qui a ordonné la destruction de la ville : en transformant la ville et ruine il va favorise la défense en ilot sur les ruines transformées en forteresse et rendre impossible tout mouvement de blindé….erreur que les alliés feront à leur tour le 15 février 1944 en bombardant le Monte Cassino sur la ligne Gustav, ce qui va permettre aux paras allemand de tenir la position jusqu’au 18 mai…mais cela est une autre histoire, que j'ai commence à vous compter.

La 4e Panzer déclenche une offensive vers le nord le 29 Aout et détruit l’arrière garde de la 64e armée du General Choumilov, le premier septembre, la 6e de Paulus attaque vers le sud, menaçant ainsi la 62e armée de Tchouikov et la 64e d’encerclement entre Stalingrad et la boucle du Don. La tentative d’encerclement sera en effet un échec et cet échec est dû à un nouvel officier affecté à la 64e Armé qui était attaché militaire en chine, il s’agit de Tchouïkov, le futur commandant de la 62e Armié.
Tchouïkov à la fin aout est le commandant d’un opergrouppa de la 64e Armée, autrement dit un groupe opérationnel de quelques unités dans un territoire donné. Et son opergrouppa se trouve en plein sur le trajet d’une pince d’encerclement, sur l’Aksai. Malgré un effectif dérisoire, Tchouikov va très habilement stopper cette pince d’encerclement en faisant attaquer ses troupes à l’aube au lieu d’encaisser l’assaut ennemi. Cette tactique va complètement déstabiliser les allemands et effectivement va réussir à les contenir. Le temps de permettre aux autres unités de se replier en bon ordre. C’est un petit exploit. C’est ce fait d’arme qui va le distinguer et le propulser quelques jours plus tard à la tête de la 62e Armée et de la défense de Stalingrad. Ceci dit les allemands parviendront quand même à prendre le gros de quelques divisions de la 62e Armée. Pertes qui pour la 62e Armié, sera lourde.

Tchouikov




Au même moment, le Maréchale Joukov, le sauveur de Leningrad et de Moscou et appelé par Staline pour prendre le commandement de toute les forces du Sud. Il lance immédiatement une série d’offensive sur les flancs de la 6e armée pour maintenir la pression et retarder son avance. Ceci afin d’organiser les lignes de défense dans la ville.

Joukov


En fait, Staline et Joukov on imaginer un piège gigantesque le 13 septembre, quand Paulus lance son assaut dans la ville, afin d’anéantir la Wehrmacht, et Hitler va tombe dedans. Il s’agit de fixer la 6e armée dans les ruines de Stalingrad afin de l’épuiser. Paulus va lancer toute ces forces dans la bataille en négligeant de protéger ces ailes Nord et Sud, sur que l’armée Soviétique ne possèdent pas les moyens de contre attaquer. Joukov lancera alors une attaque coordonné depuis le nord et le sud, qui va se verrouiller à Kalach, le nom de code de cette opération est « Uranus », mais cela fera l’objet de la 3eme partie de ce topique.

A la mis septembre la pression de Joukov sur le flan nord de Paulus tombe, la 6e pousse alors vers le centre, vers Stalingrad. Paulus déclenche son offensive le 13, mais se retrouve très vite empêtré dans les ruines de la ville. Les russes restent en permanence au contact, ce qui limite l’efficacité de l’artillerie qui ne veut pas faire feu sur ces troupes. Les allemands étaient habitués à une tactique bien rodée. Les troupes aux sols attaquaient, quand ils tombaient sur un nœud de résistance, les panzers contournaient pour continuer à progresser et l’infanterie de seconde ligne encerclait pour le réduire. S’ils ne pouvaient pas contourner, les panzers stoppaient et appelait à l’aide l’artillerie et l’aviation, pour réduire le point de résistance, après quoi les troupes aux sols reprenaient leurs marches en avant en contournant au besoin. Les troupes allemandes faisaient une guerre ample, loin des mêlées et des corps à corps. Or c’est ce combat que vont leur imposer les soviétiques dans Stalingrad. Les contournements des points de résistance étaient des traquenards à panzers, on les forçait à se diriger tout droit vers les canons antichars, qui eux étaient en retrait. Et l’artillerie et l’aviation allemande auront toutes les peines du monde à faire leur boulot à cause de cette proximité que les soviétiques seront toujours soucieuses de maintenir avec les troupes allemandes. Les soviétiques devaient être constamment à un jet de grenade de l’adversaire. Et à ce combat de chiffonnier, les allemands n’étaient pas du tout prêts. Les témoignages soviétiques sont unanimes, les fantassins allemands répugnaient à combattre au corps à corps.

Le 12 Septembre, Tchuikov, 42 ans est nommés chef de la 62 armées qui va prendre le choc initial. Il dit à ces hommes « Nous sauverons Stalingrad ou nous mourrons ici ».


Les 12, 13 et 14 septembre on lieu des combats d’une violence inouïe. La 6e pousse dans le centre de la ville pour atteindre la Volga.

Le 15, les 33000 homme restant de la 62e Armé se font massacré sur la colline Kourgane de Mamai, aussi surnommé colline Mamaiev, haut de 102 mètres. Le 16 le coline est repris lors d'un assault d'un bataillon de la 13è armé de la garde. Les Allemands reprendrons la colline debut octobre aux prix de pertes monstrueuses. Ils veulent y installer de l'artillerie lourde afin d'interdire tout trafic fluviale sur la Volga, ils n'y parviendront jamais.

Dans la nuit du 14-15 septembre, la 13e division de la garde du général Rodimtsev traverse la Volga et viens supporter la 62 armée dans le quartier de la gare. Rodimtsev a été formé aux combats en localité en 1936 dans les brigades internationales pendant la guerre d’Espagne. Les 10,000 soldats d’élite attaque aussitôt la colline Mamaiev, qu’ils vont reprendre à l’arme blanche. Apres 15 jours seul 80 hommes valident tiendront. La colline changera plusieurs fois de camp.
Les paras du 42e Régiment de la Garde, du colonel Ieline et les quelques rescapés de la 13e de la garde défende la gare contre 2 division Allemande. Ils défendent la gare avec un courage incroyable, et il faudra 5 jours aux 2 divisions allemandes pour venir à bout d’un régiment.

A partir du 22 septembre, Joukov commence la préparation de sa contre offensive en massant des troupes sur les flancs Nord et sud. De cette date au mois de Février Tchouikov restera seul dans Stalingrad et ne recevra en tout et pour tout qu’une division de secours

Le 27 septembre, le LTN Naumov, du 42e de la garde du Colonel Ieline, envoie le sergent Pavlov et trois hommes (CPL Glouchtchenko et les SLD Tchernogolov et Aleksandrov) reconnaître une bâtisse stratégique sur la Place du 9 Janvier à 150 mètres de leur position. La maison est prise et un 20aine de soldat soviétique arrive en renfort par petit groupe. Le LTN Afanaseïev prend le commandement, et ils tiendront 58 jours….du 27 septembre au 23 Novembre…
Pavlov fut blessé et évacué le 25 novembre. Il fut réincorporé dans l’artillerie pour les combats de Berlin. Le Général Tchouïkov va apprendre sa présence, va le convoquer, pour savoir si c’était bien lui le défenseur de la maison Pavlov. Il va alors le faire Héros de l’Union Soviétique et le décorer de l’ordre de Lénine…

La Maison Pavlov


Cette maison est un monument historique de nos jours :


Certains pense que l’ordre de Staline 227 du 28 juillet 42 visait à interdire toute retraite sur le champ de bataille contribua beaucoup à l’héroïsme….et coutât environ 1 millions de mort sur les 20 millions de morts soviétique.

Depuis la rive opposé, les 300 canons lourd de l’artillerie Russe et les Katioucha du Colonel Erokhine, guidés par les soldats dans Stalingrad fond des massacres dans les rands Allemands.

Stalingrad deviens un véritable enfer ou on se bas pour un couloir, une pièce. L’avance se compte en mètres… « Le fameux mètre Stalingrad ». Les snipers et les chiens porteur de mines terrorisent les Allemands. On se bas dans les égouts, dans les étages. Les paras de la 37e division se battent avec leur redoutable dagues Finnoise. Dans la rue les propagandes Allemande et Soviétique vocifère dans leurs hauts parleurs.
Les snipers Russes fond des cartons. Le plus célébre, Vassili Zaitsev du 1047è régiment de fusiliers, va abattre 242 officiers et soldats allemands dont 11 snipers.


Pour ceux que cela interessent, voir les scores des best snipers de la seconde guerre mondiale.

Le 24 Septembre, Halder, le chef d’état major de Hitler le met en garde « cela va finir en desastre », Hitler le limoge et le remplace par le Général Setzler.

Halder


Setzler


Le pire reste à venir, mais le plan de Joukov marchait : Stalingrad devenait une véritable obsession pour Hitler qui allait y jeter toute ces forces…

Fin septembre, Paulus change d’objectif et tourne son attaque vers le Nord de la ville et veux prendre le quartier industriel des usines géantes « Octobre rouge », « Tracteur » et « barricade ».

L’attaque commence par un bombardement massif de l’aviation et de l’artillerie le 14 octobre. Tchouikov dira que cela marquera le début des jours les plus terribles. Il était impossible de distinguer deux explosions tellement le bombardement était dense la visibilité ne dépassait pas 6 mètres. 61 hommes de l’état major de Tchouikov sont tués.

Paulus lance alors 5 divisions d’infanterie, sur un front de 5 km à l’assaut de l’Usine Tracteur. Ils réussissent à percer jusqu'à la Volga, coupant en deux la 62e armée. Les 21 et 22 octobre, Paulus lance toutes ses réserves dans la bataille, soit 7 divisions.
La 284e div. Sibérienne du général Batiouk, la 39e div. De la garde du général Gouriev et le 37e Div. De la garde du général Jaloudev contre attaque sans relâche. En 15 jours ces trois Div. Perdent les ¾ de leurs effectifs. Les Stukas vont leur donner le coup de grâce.
L’usine Octobre rouge et Barricades tiennent toujours, on s’y bat à l’arme blanche. Toute résistance a cessé dans l’usine Tracteur.
Paulus annonce alors fièrement à Hitler qu’il tient la ville….a 90%. Ils ont atteint la Volga au centre de la ville et y ont planté le drapeau à croix gammée. Hitler exulte, il fait frapper une médaille commémorant la prise de Stalingrad et couvre l’Europe d’affiche. Le 9 novembre, à Munich il prononce un discours pour annoncer la nouvelle. Il déclare
« Nous avons pris Stalingrad, il ne reste plus que de petits point de résistance. Alors on me dit, Pourquoi n’attaquez vous pas ? Parce que je ne veux pas en faire un nouveau Verdun. Je préfère la prendre par petit coup, le temps ne compte plus. Aucun bateau ne remontra plus la Volga »…
Et pourtant, de ces 10% encore aux mains de l’armée rouge, de ces quelques ilots de résistance qui portent le non de leur défenseurs : ilot Gorokhov de la 124e brigade d’infanterie, dans le quartier Renok au nord de l’usine des tracteurs, ilot Ludnikov de la 138e Div. d’infanterie dans l’usine Barricade, l’Ilot Rodimtsev, principal poche de resistance, au pied de la colline Mamaeiv les russes vont faire de Stalingrad un nouveau Verdun.


La Wehrmacht concentre toute ces forces dans les ruines de Stalingrad. Au début de l’assaut, 42 Div. Etait dans Stalingrad, 81 y était fin octobre, prélevées sur l’armée du Caucase, de France et d’Allemagne. Comme a Verdun, les deux armées s’épuisent, et la Wehrmacht va obtenir son dernier succès le 11 novembre.
Ironiquement, le 9 novembre, jours du discours de Hitler a Munich, la Volga commence à charrier de glaçons, les températures chutent rapidement, -10, -20, ….L’hiver Russe arrive plus tôt que prévu. Paulus a appris la retraite de Rommel en Egypte et le débarquement allie en Afrique du nord. Churchill dira d’ailleurs dans un célèbre discours « Maintenant, ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le début de la fin. Cependant, est-ce peut-être la fin du début. »
Paulus préviens alors l’Etat major que des armées Soviétique se massent au Nord-est, sur son flanc défendu par des troupes Italienne, Roumaine et Hongroise non fiable. Il semble que Joukov prépare une offensive d’Hiver à la mode Russe. Paulus demande l’autorisation de se désengager de Stalingrad le 10 novembre, Hitler refuse et traite ces information « d’imbécilités »….Et pourtant, Staline annonce le 7 novembre « Bientôt on dansera aussi dans nos rues… »


Dans Stalingraqd c’est l’enfer. 5000-7000 soldat tombent par jours. Les russes defende les quelques metres qu’ils tienne toujours avec un energie mystique. Stalingrad est devenue une terre sacrée.

Les tireurs d’elite font des massacres

Dans la ville, Tchuikov n’est pas au courant de l’immmense contre offensive qui se prepare….


Dernière édition par Yak le Sam 18 Avr 2009, 8:09 am, édité 3 fois
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Ven 17 Avr 2009, 6:57 pm

III- La contre offensive soviétique.

Le plan était le suivant :

Depuis la mis Septembre Joukov a rassemblé un formidable corps de bataille. Son calcul était simple: être trois fois plus fort que l’ennemi aux points de rupture.

- 900 T34 des usines de l’Oural,
- 1,000,000 hommes,
- 13,000 canons sont alignés par Voronov, le pape de l’artillerie soviétique.
Le 9 octobre, Staline a rétablit les grades de l’ancienne armée, suprimé le rôle des commissaires politique, fait appel a une nouvelle génération de généraux.

Le plan : l’opération « Uranus »
-Vatoutine, membre de la stavka, doit commander le front Sud-ouest et attaquer plein sud, depuis le don vers Rostov avec la 1er armée de la garde et le 5e armée blindée complètement rééquipé de chars lourds T34 et la 21e armée,
-Rokossovki, commandant le front du Don devrait attaquer vers le sud, au plus prés de Stalingrad vers Kalatch et Morozovsk avec le 65e armée blindé, complètement rééquipé et les 24e et 66e armée, ancienne armées de réserves reconstituées,
-Yremenko lui lancerai son attaque depuis le front Stalingrad vers le nord avec les 51e et 57e armées composé de troupes fraiches pour faire sa jonction avec Rokossovki dans la région de Kalatch, encerclant ainsi la 4e panzer de Hoth et la 6e armée de Paulus dans les ruines de Stalingrad.







La date de la contre attaque est savamment choisie, entre les premières gelées qui durcissent le sol et les premières neiges qui ralentissent les manœuvres.
L’endroit de l’attaque a également été savamment choisi, en effet les points de ruptures ne sont défendus que par la 3e armée Roumaine aux nord et la 4e Roumaines au sud, peu motivé et sous équipées.
Le 12 novembre, les troupes roumaines chargées de protégées la route du ravitaillement furent attaquées par deux divisions blindées de l'Armée Rouge. Les troupes roumaines durent battre en retraite.
L’attaque a proprement parlé commença le 19 novembre à 6:30 par un formidable tire de barrage pendant 1H30 des canons et les Katiouchas de Voronov sur les premières lignes de la 3e armée Roumaine au nord dans la région de Seratimovitch.

Au nord :

A 8 :50, les chars de la 5e blindée de Romanenko lance l’attaque entre les drapeaux mise en place par les hommes du génie dans les champs de mines, les défenses Roumaine, commandées par le général Dimitresco, on été pulvérisées par l’artillerie. 37,000 roumaines sont faits prisonniers en 24 heures. Von Weichs, qui commande le groupe d’armées B est immédiatement averti du désastre. Le 48e Panzerkorps du général Heim tente de contenir l’assaut, mais ces 108 chars, dont 92 Skoda tchèques de 38 tonnes ne font pas le poids face aux centaines de T34 qui se ruent vers Kalatch Au soir du 19 novembre, le front est enfoncé sur 14 km de largeur et 10 de profondeur.
Seul le groupe Lascar, avec la 4eme division roumaine tiens, encerclé dans Ropapinskaia.


Dimitresco


Heim, photo de prisonnier après sa capture a Boulogne le 23 septembre 44.



La Luftwaffe ne peut intervenir en raison du brouillard. Von Weichs somme alors Von Paulus de stopper toute opération dans Stalingrad et d’envoyer au secours des Roumains 2 div. motorisées et toutes ses forces antichars disponibles.

Au sud :
Les Russes ont du retard. En raison du brouillard, les chars des 51e armée de Troufanov et 57e armée de Tolboukhine ne sont pas alignés pour l'assaut. IIs ont eu du mal à passer la Volga sur des ponts chancelants dont les piliers en bois sont attaqués par les glaces flottantes. A midi, le général Volski, qui commande le 4e corps mécanisé, en est encore à faire le plein. II ne marche vers Kalatch qu'a 16 heures. Le 20 novembre, la 4e armée roumaine et la 4e Panzerarmee de Hoth sont enfin bousculées par les tirailleurs des 51e et 57e armées.

Sous la direction de von Manstein, qu'il retire du front du Caucase, Hitler constitue aussitôt un « groupe d'armées du Don» avec la 4e et la 6e armée allemande et les 2 armées roumaines. Le 21, le pont de Kalatch est enlevé par les blindes russes venues du nord. Paulus demande à l'O.K.W. la permission de quitter Stalingrad pour échapper à l'encerclement. Hitler répond le jour même : Paulus doit s'enfermer dans la ville. II « attendra de nouveaux ordres» dans la « forteresse de Stalingrad ».
Le 22 novembre, Paulus est encerclé. La 4e Panzers de Hoth est coupée en deux…22 divisions, 330,000 hommes sont pris au piège dans une poche de 60 sur 40 km.
L’attaque a été si fulgurante qu’aucunes images de la jonction des armées du Don et de la Volga, le 22 novembre, dans la région de Kalatch, n’existent, il faudra faire un film à posteriori, pour la postérité.
Paulus avertit Hitler qu'il n'a plus que six jours de réserves d'essence. Le Don est gelé et les Russes peuvent le traverser. Ils ont fait leur jonction à Kalatch et Paulus suggère d'échapper à l'encerclement en attaquant, toutes forces réunies, vers le sud-ouest, ou se trouve le gros de la Panzerarmee de Hoth. La 6e armée est encore une force colossale et peut briser l’encerclement, mais Hitler refuse et lui envoie un führer befehl, ou « ordre du Fuhrer », tenir, le ravitaillement sera assuré par air, comme le très vantard Goering l’a promis.

Hitler et Goering


Paulus refuse de désobéir à l'ordre d’Hitler, comme le lui suggère von Seydlitz, qui commande le 51e corps. Pourtant, le ravitaillement est insuffisant: l'armée encerclée à besoin de 600 tonnes de ravitaillement et de munition par jour, et les 300 Junker 52 qui assurent le pont aérien sont épuisés. Le général baron von Richthofen, qui commande la flotte aérienne, se plaint du manque d'avions. Une fois de plus, Goring a promis bien légèrement à Hitler le secours de la Luftwaffe. Le 24, les chasseurs soviétiques ont pris l'air, car le temps s'est dégagé. IIs gênent les transports et obligent Richthofen à installer des chasseurs sur les terrains de la « marmite ». Le 24 novembre, 22 Junker sont abattus par les Russes, et 9 le 25.

Rapidement la ration tombe à 60 g de pain et 12 g de graisse par jour…. Paulus ne reçoit, le 15 décembre, que 40 tonnes de vivres sur les 600 nécessaire et ne peut évacuer ses blesses. Les avions, qui ne peuvent plus se poser sans risque.


Tentative de briser l’encerclement : Opération « Winter Gewitter »
Il s’agit pour von Manstein de tendre la main a Paulus qui devra sortir de son encerclement lorsqu’il entendra le mot de code «Donnersclag », « coup de tonner ».

Les Allemands rassemblent une armée de secours au sud-ouest de Stalingrad, autour de Kotelnikovo. La 6e Panzers, arrivée de France, y rejoint la 23e, venue du Caucase, et la 17e, qui a quitte le secteur d'Orel. L'opération « Orage d'hiver» va commencer le long de la ligne de chemin de fer Kotelnikovo-Stalingrad le 12 décembre. Les 57e et 48e Panzerkorps mènent l'assaut. Les Russes ont constitués en hâte un second encerclement pour éviter que leurs armées qui entourent Stalingrad ne soient surprises. La 2e armée de la Garde, avec Malinovski, vient soutenir Rokossovski pendant que la 5e armée, forte de 250 chars et de 800 canons, intervient dans la bataille. Mais le péril allemand est trop grand au sud : la 2e armée de la Garde est aussitôt expédiée au secours d'Yeremenko, dans la direction de Kotelnikovo. Heureuse décision, prise le 14 décembre, qui va permettre aux Russes d'empêcher la percée de l'armée de secours. Le 15, le corps de Hoth est contenu : les nouveaux chars Tigre qu'il vient de recevoir, ne peuvent bousculer les T 34. Hoth, par un effort très couteux, parvient à pousser jusqu'a la rivière Mischkowa, il est a 35 kilomètres des unîtes de von Paulus le 19. Manstein écris « je peux voir luire le ciel de Stalingrad » Mais il ne peut aller plus loin: le 6e corps mécanisé, le 7e corps blinde lui barrent la route. Paulus, indécis, reste sur place, il dira qu’il ne pouvait attaquer que 20 km, pas plus…

L’ordre insensé d’Hitler du 19.
Le 19, et pour la deuxième fois, Hitler ordonne à son chef d’état major, le général Kurt Zeitzler, qui a remplacé le général Franz Hadler le 24 septembre, de dire à Paulus d’attendre sur place. Le général Zeitzler détruira cet ordre, après l’avoir donné, afin que devant l’histoire, cet ordre n’émane pas de l’O.K.W. Certains pensent qu’il y a la le début d’un divorce entre Hitler et certains officiers, ce qui mènera au complot du 20 juillet 1944.

Zeitzler


La veille de Noel, von Manstein est sur la défensive: ses panzers sont attaques par les chasseurs de chars de la 2e de la Garde. Le 29, il bat en retraite: Paulus est condamné.

Attaque de von Manstein, 12-19 décembre


Malinovski


Dans les radios allemandes, toutes les 7 secondes, entrecoupées du tic tac d’une montre, la propagande soviétique annonce « Alle sieben Sekunden stirbt ein deutscher Soldat. Stalingrad: Massengrab” ou “toute les 7 secondes meure un soldat allemand, Stalingrad fausse commune »

Le général Rokossovki est chargé de détruire la poche.
Le 8 janvier, -35C…Avec tout le rituel, Rokossovki envoie un ultimatum a Paulus, garantissant la vie et la sécurité a tout les soldats allemand qui se rendent, et le retour en Allemagne ou le pays de leur choix après la guerre.
Paulus, sur ordre d’Hitler, rejette un premier ultimatum des Russes.

Le 10, à 7H55, le bombardement de la « forteresse » commence. 7 000 canons tonnent, la ligne de défense est enfoncée. La 6e reflux vers la Volga.
Le 17, 7 armées soviétiques donnent l’assaut final. Il faut reconquérir les ruines mètres par mètres. Les combats durent 15 jours. Reprendre la colline Mamaiev, la gare, les usines barricade, octobre rouge, tractor.

Le 25 janvier, les Allemands ne tenaient plus qu'une zone de 100 km carrés. Le 26, une attaque de Rokossovki coupa la VIe armée en deux, soit un groupement sud (au centre de la ville) directement sous les ordres de Paulus et un groupement Nord (dans le secteur de l'usine Barricade) sous les ordres du général Strecker. C'est alors que fut déclenchée l'opération "Cercle". Le 27 janvier, les Soviétiques commencèrent à nettoyer les poches de résistances allemandes qui ne peuvent plus se défendre.

Strecker


Le 30 janvier, Hitler nomme Paulus maréchal, afin de le pousser au suicide et fait parachuter pour les soldats une pluie de croix de fer.
Dans la cave du grand magasin « univers mag » les soldats soviétique de la 64e armée découvrent, par Hasard, le 31 janvier à 6:00 Paulus et son état major et préviennent le général Choumilov.
Paulus et mené a Choumilov qui n’en croit pas ses yeux. C’est le premier feld maréchal de la Wehrmacht fait prisonnier. Il demande alors à Paulus de présenter son livret militaire comme un simple soldat afin de prouver son identité.

Arrivé de Paulus au quartier général de Choumilov


Paulus et son état major, prisonnier

La poche Nord continue de résister jusqu’au 2 février.
Le 2 février, les défenseurs du nord, retranchés dans l’usine octobre rouge se rendent. Les 91,000 survivants (dont 2,500 officiers et 24 généraux) prennent le chemin des camps, marchant dans la neige, seul 5,000 reverrons l’Allemagne en 1955.

Les armées du Caucase doivent accomplir des prodiges pour échapper à leur tour à l'encerclement. Leur retraite de 600 kilomètres en vingt jours est un exploit: Rokossovki arrive trop tard à Rostov lors de l’opération «Saturn», le 14 février, pour les empêcher de franchir le Don. Au Nord, Vatoutine a progressé jusqu'au Donetz, et Golikov a enfoncé les divisions hongroises sur le front de Voronej. Les Russes doivent renoncer à reprendre le bassin du Donetz, mais grâce à leur victoire, ils ont libérés 480,000 kilomètres carres de terres occupées. Les Hongrois, les Roumains, les Italiens n'ont plus guère d'armées à l'Est.

Bilan :

-En 199 jours 400,000 allemands, 200,000 Roumains, 130,000 Italien et 120,000 hongrois on été tué, blessés ou capturés
-Les Russes prirent 60,000 véhicules, 1,500 chars et 6,000 canons.
-1,129,619 soviétiques on été tué, blessés ou capturés
-Sur les 330,000 soldats de la 6éme armée de Paulus, 91 000 sont fait prisonniers, 85 000 dvont mourir en captivité, les derniers rescapé ne retrouverons l'Allemagne que 13 ans plus tard.
-Au total, entre 1,7 et 2 millions de tué ou blessé
-Paulus


Monument de la colline mamaiev, érigé en 1960



Médaille de la bataille


Image sur du Mozart

Sur des chants russes

La Bataille de Stalingrad de Danielle Costelle:

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5


*** END ***
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Maquis Surcouf le Sam 18 Avr 2009, 1:13 pm

Bonjour,

Merci pour toutes ces précisions YAk pouce gri
avatar
Maquis Surcouf
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 378
Age : 27
Localisation : Seine Maritime
Date d'inscription : 23/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Sam 18 Avr 2009, 1:35 pm

Bonjour Maquis Surcouf,
Content que cela te plaise.
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Sam 18 Avr 2009, 2:56 pm

panzerblitz a écrit:
Le sujet n'est il pas plutôt Stalingrad ?

Volgograd, n'est-ce pas en Europe?
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  panzerblitz le Sam 18 Avr 2009, 3:29 pm

Stalingrad pour la période qui nous concerne ,merci ...


Donc nous sommes bien d'accord ,c'est vous qui commetez une erreure en parlant depuis tout à l'heure de bataille d'Angleterre alors que le sujet est Stalingrad ...



Toutefois je te rejoint lorsque tu parles de " l'inadaptation de l'aviation allemande dans un rôle stratégique ", comme je le dis "De plus de nombreuses usines Russes ont pu être transférées à temps au delà de l’Oural, en Sibérie, hors de porté de la Luftwaffe qui ne possède pas de bombardier à long rayon d’action, erreur fatale..." dans le premier post de ce sujet.

Je crois que ce sont les usines de Novossibisk et de Tchéliabinsk qui peuvent être les seules visées ,qu'en pensez vous ?
A oui ,j'oubliais votre peu d'entrain pour les réponses précises et détaillées ,c'est mieux d'éluder philosophiquement n'est ce pas ...

Bon en tout cas vous continuez à me rejoindre ,c'est en URSS que les allemands ont faillis ,faute de bombardiers stratégiques allemands capables d'atteindre des usines telles que la Chtz ,ces dernières vont produire des milliers et des milliers de T-34 qui iront se déverser des plaines d'Ukraine jusqu'à Berlin ...Et c'est avant tout ,ça, le tournant !
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Narduccio le Sam 18 Avr 2009, 4:27 pm

J'ai séparé ce qui ne faisait pas partie du sujet. Vous pouvez continuer votre discussion sur la bataille d'Angleterre sur le bon forum.

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4664
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Sam 18 Avr 2009, 6:19 pm

Narduccio a écrit:J'ai séparé ce qui ne faisait pas partie du sujet. Vous pouvez continuer votre discussion sur la bataille d'Angleterre sur le bon forum.

Merci.
J'engage egallement les jeunes forumeur, plein de séve, de sebum, d'hormones et pétris de certitudes de respirer bien fort et de de boire frais.... caskete
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  alderome le Ven 24 Avr 2009, 9:59 pm

A l'origine le nom de la ville était Tsarytsine et durant la guerre civile, Staline et ses soudards y avaient méné des exactions.
Pour moi, avis personnel, le tournant de la guerre se situe entre la fin de la bataille de Koursk et le débarquement américain en Sicile en Juillet 1943 qui mobilisa des troupes du front de l'est. Hitler prévoyait la défection italienne suite à l'arrestation du Duce et se devait de colmater ce front qui venait de s'ouvrir.

ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  mordzyloeil le Sam 30 Mai 2009, 11:11 pm

J'avoue que je n'ai pas trop mis d'ordre dans le développement que je vais faire mais j'aimerai attirer votre attention sur un autre aspect de la bataille de Stalingrad.

Lorsque les soviétiques lancent leur offensive et que la situation tourne très très mal pour les allemands engagés dans Stalingrad, n'oublions pas que le groupe d'armée sud à toujours la majorité de ses effectifs engagé dans le Caucase. Si l'offensive lancé par les soviétiques vient à atteindre Rostov avant le retrait, qui n'avait toujours pas été décidé, du groupe d'armée sud, ce n'est pas uniquement la 6eme armée qui aurait été anéanti mais tout le groupe d'armée sud.

Il faudra un mois aux allemands pour replier le groupe d'armée sud du caucase et d'ailleur la fin de ce retrait se fera de haute lutte, l'offensive soviétique menaçant rostov autour de laquelle de très durs combats auront lieu pour permettre aux dernières unités allemands se repliant d'échapper à la nasse se refermant.

La situation stratégique de stalingrad est donc très compliqué et délicate. Au delà de la ligne de conduite imposer par Hitler de ne pas se replier, la situation militaire est dramatique. Soi l'allemagne accroche les soviétiques à Stalingrad pour faire gagner du temps au groupe d'armée sud, soi elle se retire de stalingrad mais risque par la même de condamner toutes ses forces engagés dans le caucase. Stalingrad doit donc être tenu, au moins le temps du replis du reste du groupe d'armée sud, qui après pourra essayer de porter secours à la 6eme armée ... avec le succès que l'on connait.

L'allemagne n'a pas réussi à sauver la 6eme armée dans Stalingrad mais, elle a peut-être réussi à sauver sa guerre.


Dernière édition par mordzyloeil le Dim 31 Mai 2009, 7:10 pm, édité 2 fois

mordzyloeil
Caporal
Caporal

Nombre de messages : 16
Age : 36
Localisation : Grasse
Date d'inscription : 15/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  alderome le Sam 30 Mai 2009, 11:24 pm

Anthony Beevor dans son livre explique bien que la 6e Armee a été sacrifiée pour fixer un maximum de troupes russes et le front Süd a été le talon d'Achille de l'Ostfront et il était vital de dégager les toupes germano-roumaines aventurées en direction du Caucase.

ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  arca91 le Dim 31 Mai 2009, 11:01 am

je viens de voir la photo de joukov et et je me pose une question.
Si on le jette dans l'eau avec toute ses médailles, il flotte ou il coule d'apres vous??? mort de rir gri mort de rir gri mort de rir gri mort de rir gri
avatar
arca91
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 108
Age : 29
Localisation : viry-chatillon
Date d'inscription : 24/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Alexarp le Mar 02 Juin 2009, 12:31 pm

Houla j'ai cherché sur googleimages, alors lui, même sur le sol il devait avoir du mal à se tenir droit... On peut à peine voir la couleur de sa chemise dessous géné


Dernière édition par Alexarp le Jeu 11 Juin 2009, 11:00 am, édité 1 fois
avatar
Alexarp
Major
Major

Nombre de messages : 125
Age : 24
Localisation : Brive-la-gaillarde
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Yak le Jeu 11 Juin 2009, 8:24 am

Alexarp a écrit:Houla j'ai cherché sur googleimages, alors lui, même sur le sol il devait avoir du mal à se tenir droit... Omg on peut à peine voir la couleur de sa chemise dessous géné

Il est le seul, avec Léonid Ilitch Brejnev a etre 4 fois héros de l'union soviétique
avatar
Yak
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 45
Age : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stalingrad: Massengrab

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum