Georges Guingouin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Georges Guingouin

Message  Panzer5 le Dim 03 Sep 2006, 11:38 am

Daniel ayant fait une excellente bio de Tillon, je me devais de vous exposer celle de Guingouin qui fut son égal dans la région du Limousin.


Georges GUINGOUIN est né le 02 février 1913 à Magnac-Laval (Haute Vienne) ; son père était sous-officier de carrière, mort pour la France, le 28 août 1914 à Bapaume, et sa mère institutrice.

Après des études à l’Ecole Primaire de Bellac, il intègre l’Ecole Normale d’Instituteurs de Limoges. Appelé sous les drapeaux en 1934 comme secrétaire d’Etat-Major à la 6ème Compagnie du Train, à l’Ecole Militaire de Paris, il est ensuite nommé au poste d’instituteur à Saint Gilles les Forêts (Haute Vienne). Il sera secrétaire du rayon communiste d’Eymoutiers comprenant les cantons de l’Est de la Haute Vienne.
Mobilisé le 23 août 1939, au Groupe des Transports 120/124, il est blessé le 17 juin 1940. Evacué à l’hôpital de Ste Madeleine à Moulins, il refuse d’être fait prisonnier et quitte volontairement les lieux avant l’arrivée des Allemands.
Une fois revenu dans ses foyers et remis de ses blessures, il organise la résistance en Limousin dès juillet 1940. Il forme des groupes de clandestins, édite et diffuse des tracts contre le gouvernement de Vichy et confectionne de fausses cartes d’identité.

En février 1941, il échappe de peu à des inspecteurs de police venus l’arrêter. En avril 1941, il prend le maquis près de la commune de Soudaine Lavinadière en Corrèze. Gabriel Roucaute, l’un des dirigeants du Parti communiste clandestin de la zone sud le considère comme “le fou qui vit dans les bois”.
A la tête d’une imprimerie clandestine, traqué par la police, il vit dans les plus dures conditions tantôt dans des souterrains, tantôt dans des maisons inhabitées, tantôt dans des cahutes dans les bois.
Devenu chef de la Résistance civile dans sa région, fondateur du Maquis limousin, il dirige alors de vastes actions de sabotage. La première action armée se déroule le 1er octobre 1941 à St-Gilles-les-Forêts, enlevant le stock de cartes d’alimentation de la Mairie. Il est condamné par contumace, le 26 janvier 1942 par le Tribunal Militiare de la 12ème Région à la peine de Travaux forcés à perpétuité.
La création de groupes armés qu’il baptise “Francs Tireurs” l’amène à être en opposition avec la direction du Parti communiste. En mars 1942, Roucaute le somme d’arrêter son action considérant qu’elle ne doit être menée que dans les centres urbains. Devant son refus, on envisage même de le supprimer. Incroyable situation qui l’amène à envisager de partir pour Londres. Cependant, il ne peut se résoudre à abandonner les hommes qu’il a organisés en groupe de combat. Il dirigera en solitaire la lutte des “Francs Tireurs”.

Pendant l’année 1942, Georges GUINGOUIN développe la résistance militaire dans le secteur d’Eymoutiers, St Léonard et St Germain les Belles. Le 10 décembre 1942, il donne le signal d’une campagne qui empêchera les livraisons de fourrage à Hitler, en faisant sauter la botteleuse d’Eymoutiers.
Des actions multiples seront dirigées par lui. Il détruit le 13 mars 1943 le viaduc de Bussy –Varache sur la ligne Limoges-Ussel obligeant le transbordement des voyageurs jusqu’à la libération. Exemple vivant pour la population des actions du Maquis.

En mai 1943, il portera un coup sérieux à l’économie de guerre allemande pour laquelle la régénération du caoutchouc était capitale. En France, deux usines existaient : l’une à Colombes dans la région parisienne, l’autre à Palais-sur-Vienne tout près de Limoges. Par trois fois, les 6, 29 et 30 avril 1943, la RAF avait bombardé l’usine de Colombes. Hélas, la population avait été gravement atteinte et le maréchal Pétain, à la radio, avait habilement exploité cette situation : “ce sont encore des morts, des blessés, des foyers détruits”.
Conscient de cette répercussion désastreuse, le Haut-Etat-Major allié avait demandé au mouvement “Combat” de détruire par l’explosif l’usine du Palais, mais cela n’avait pas été possible.
Informé, G. GUINGOUIN, malgré les difficultés de déplacement depuis sa base en forêt de Châteauneuf, distante de 45 km, décida de faire l’opération. Accompagné de René Duval qui s’était porté volontaire, dans la nuit du 9 mai 1943, il fit sauter deux chaudières. L’arrêt de cette usine pendant 5 mois fera perdre aux Allemands 1 500 tonnes de caoutchouc. Mais au retour dans leur camp les deux maquisards tomberont dans une embuscade de la gendarmerie et il s’en faudra de peu qu’ils n’y perdent la vie.

Un coup sensible est porté aux lignes de communication de l’armée allemande. Pour rendre le maquis plus offensif, G. GUINGOUIN, organise des raids qui ont parfois plusieurs objectifs. Pour celui du 14 juillet 1943, ce sera le câble souterrain reliant la base sous-marine de Bordeaux à l’Etat-Major de la Kriegsmarine à Berlin qui sera détruit. Les Allemands seront furieux. Le colonel commandant l’Etat-Major de liaison demandera des explications au Préfet de région de Pétain à Limoges. L’affaire montera jusqu’à Paris entre le secrétaire général de police et le général commandant les SS et la SIPO. Les Allemands considèrent cette région comme une “petite Russie” et des forces du Maintien de l’Ordre sous les ordres du général Bois sont envoyées contre eux : 15 escadrons de la Garde, 12 escadrons de GMR et des forces supplétives de la gendarmerie.

Au mois d’août 1943, G. GUINGOUIN entreprend une nouvelle campagne pour empêcher la livraison de blé à Hitler en détruisant les batteuses. Il s’oppose ouvertement à l’autorité de Vichy en signant de son nom les affiches du Préfet du Maquis imposant un nouveau barême pour les produits agricoles. Il oblige les meuniers à revenir à un taux de blutage normal. Alors que dans toute la France on mange du pain infect, le pain blanc revient sur les tables de la région.
Si les jeunes maquisards font preuve du plus grand courage, ils manquent de cadres expérimentés. Pour y remédier, 120 volontaires sont réunis au château de la Ribérie à St Gilles les Forêts pour y recevoir un entraînement intensif sous les ordres de sous-officiers de carrière. L’entraînement durera tout le mois de janvier 1944, la dernière semaine étant consacrée à des tirs à balles réelles. Parallèlement, la 1ère Brigade de marche limousine prend la structure de l’armée avec ses compagnies et bataillons. L’ennemi dépêche contre la 1ère Brigade la division du général Brehmer. Le rapport de force étant trop inégal, le colonel GUINGOUIN disperse ses unités et les Allemands ne trouveront que le vide. Cependant, le 28 mars 1944, un coup retentissant est porté à l’ennemi par la capture de la commission d’armistice franco-allemande de Limoges.
Le Feldmaréchal Rundstedt informe Hitler à son poste de commandement, le “repaire du loup” en Prusse orientale. Ce dernier prend la décision de retirer du front de Koursk la 2ème DB SS dite “Das Reich” forte de 15 000 hommes, 3 000 véhicules dont 350 blindés, 126 chars Panther et de la renvoyer dans le Tarn et Garonne pour attaquer les maquisards limousins au moment du débarquement. Erreur stratégique qui sera fatale à Hitler omettant ainsi de renforcer son front en Normandie où se trouvaient seulement 3 divisions blindées.

A la mi-mai 1944, à la suite de la chute du Comité militaire zone sud des FTP, Léon Mauvais, dirigeant du Parti communiste clandestin de zone sud prend la direction de ce mouvement. Il juge possible de déclencher l’insurrection en Limousin et son envoyé, Eugène Molinier, demande que soient pris les chefs-lieux des départements de la Creuse, de la Corrèze et de la Haute-Vienne. G. GUINGOUIN refuse de prendre Limoges.
Le 06 juin 1944, au micro de la BBC, le général de Gaulle annonçant le débarquement déclare : “la bataille suprême est engagée. Pour les fils de France où qu’ils soient, le devoir simple et sacré est de combattre par tous les moyens dont ils disposent”.
Le colonel GUINGOUIN décide de faire son devoir de soldat bien que la disproportion des forces soit encore plus grande que lors de l’attaque de la division Brehmer où il avait adopté la tactique du vide. Il fera face. Les unités statiques de “légaux” renforcent les unités du maquis. Les ponts routiers sautent, les abattis d’arbres sont multipliés.
De son côté la “Das Reich” quitte le Tarn et Garonne et se met en marche “sur région Tulle et Limoges”. Le détachement de pointe du régiment “Der Führer” atteint Limoges le 09 juin à 2 heures du matin.
L’Etat-Major du général Lammerding contacte la Milice pour organiser une opération de terreur dans la région de St Junien. Ce sera, le lendemain 10 juin, l’horreur d’Oradour sur Glane où les hommes seront fusillés, les femmes et les enfants brûlés vifs dans la l’église.

Dans la journée du 09 juin est arrivé à 18 heures à Limoges l’ordre du maréchal Rommel de partir immédiatement pour la Normandie. Mais à la tombée de la nuit, le Sturmbannführer Kämpfe, héros de la division est capturé par un détachement de la 1ère Brigade. Le général Lammerding après l’avoir fait rechercher en vain se résout à demander sa libération contre 40 résistants emprisonnés à Limoges, offre qui aurait été acceptée si le colonel GUINGOUIN n’avait appris l’ignominie d’Oradour sur Glane.
Le héros de la “Das Reich” sera passé par les armes.
Entre temps, les soldats de la 1ère Brigade libèreront les internés des camps de St Paul d’Eyjeaux et de Nexon, leur évitant ainsi la déportation en Allemagne.
La “Das Reich” ne quittera le Limousin que le 12 juin à 5 heures du matin ayant pris 48 heures de retard après l’ordre de départ.
Le généralissime Eisenhower reconnaîtra que ce retard “a sauvé la tête de pont alliée” et l’historien allemand Hans Luther écrira que “cette division d’élite n’a pu être placée en temps utile sur le front de Normandie”.

En juillet 1944, l’Etat-Major allemand a préparé une opération avec la brigade du général Von Jesser de Clermont-Ferrand, forte de 2 500 hommes avec batterie de canons et ayant sa propre escadrille d’avions, ainsi que des garnisons de Tulle et de Limoges et la 2ème cohorte de la milice de Limoges. D’Ussel ce mouvement est signalé au colonel GUINGOUIN le 09 juillet. Or celui-ci allait bénéficier, le 14 juillet d’un parachutage massif de plein jour effectué par 35 forteresses américaines sur le terrain du Clos près de Sussac. Les maquisards devront s’accrocher au terrain pour permettre de disperser le matériel.

Les combats commencent le 17 juillet et dureront jusqu’au 24 juillet. L’ennemi aura perdu 7 officiers dont un commandant et 342 soldats tués et blessés, tandis que les pertes de la 1ère Brigade seront de 97 tués et blessés. C’est une victoire pour nos armes contrairement aux combats du Mont Mouchet et du Vercors qui furent des désastres.

L’heure de l’offensive pour la libération de Limoges a sonné. Le 03 août, le colonel GUINGOUIN devient chef militaire de la 4ème brigade FFI groupant les PTPF, l’AS et l’ORA. Ayant appris que le chef de la Gestapo se promettait de fusiller des patriotes emprisonnés au Champ de foire de Limoges avant de partir, alors que déjà 2 863 résistants avaient été passés par les armes, au lieu d’une manœuvre frontale il procède à une manœuvre d’encerclement : le dernier fusillé sera un paysan coupable d’avoir aidé le maquis.

Les troupes qui encerclent Limoges sont fortes de 8 500 combattants mais in extremis le colonel GUINGOUIN réussit à obtenir la capitulation du général Gleiniger chef de la garnison allemande. Ce dernier doit faire face à une rébellion du 19ème régiment de police SS.

Profitant du fait que les maquisards ont abandonné leurs positions de combat pour entrer en ville, cette unité s’échappe sur la Creuse. Les SS assassinent le général Gleiniger et laissent son corps dans le dépotoir du cimetière de Guéret. L’autre partie de la garnison qui s’est rendue est composée de 13 officiers et 350 hommes.

Au lendemain de la libération de Limoges, 20 000 combattants en Haute-Vienne sont sous les ordres du colonel GUINGOUIN dont 6 500 iront combattre dans les départements voisins.

Limoges a été libérée par le seul effort des Forces Françaises de l’Intérieur. Plus tard, le général de Gaulle fera l’honneur à Limoges de la saluer comme la Capitale du Maquis.

Georges GUINGOUIN est victime d’un accident d’automobile le 20 novembre 1944. Gravement blessé, il est hospitalisé et sera réformé le 04 avril 1945. Elu maire de Limoges, de 1945 à 1947, il reprendra ensuite sa profession d’instituteur dans l’Aube en 1953 successivement à Montiéramey, Saint André les Vergers et Troyes.


Dernière édition par le Dim 03 Sep 2006, 11:40 am, édité 2 fois
avatar
Panzer5
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1843
Age : 36
Localisation : Charente maritime
Date d'inscription : 29/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Panzer5 le Dim 03 Sep 2006, 11:38 am

A peine élu, il a été violemment attaqué par le journal “L’Epoque” titrant : “Banditisme et lâcheté : le soviet limousin” ce qui était la pire infamie envers un homme qui s’était opposé justement au dessein de Léon Mauvais qui aurait amené dans notre pays une situation analogue à celle de la Grèce qui après la guerre de libération connut la guerre civile. “L’Epoque sera condamné pour diffamation”.

Membre de la direction fédérale du Parti communiste de la Haute Vienne, dans un rapport lu le 28 octobre 1949 à M.Thorez, secrétaire général du Parti, il demande des explications sur les instructions données pour le supprimer au temps de la lutte clandestine : “Cette politique du revolver que les conditions de l’illégalité ne sauraient justifier”.

Il refuse de s’incliner devant l’ultimatum de Waldeck Rochet du 6 janvier 1956 exigeant que “les décisions prises par le Parti à l’époque ne doivent pas être remise en cause”.
Il sera exclu, contrairement aux statuts du Parti, par une cellule à laquelle il n’appartient pas et une intense campagne interne de diffamation sera entreprise contre lui.

Il va être ensuite victime d’une machination montée par des policiers et des magistrats qui avaient agi contre lui du temps de la Résistance. A la veille de Noël 1953, il est convoqué à titre de témoin par le juge d’instruction Delmas-Goyon à Tulle et mis en état d’arrestation.
L’âme de cette machination est le commissaire de police Caverivière qui jadis, en 1943, avait instrumenté contre lui lors de la destruction du viaduc de Bussy-Varache. A ses côtés, on trouve l’inspecteur Alifat qui, lui, avait enquêté sur l’affaire de l’enlèvement d’explosifs à la mine de St Léonard et qui lors du transfert d’un interné avait déclaré à celui-ci : “Ce n’est pas un autre que moi qui descendra le Grand”.
Participeront également à l’affaire judiciaire un magistrat, Morer, qui avait été sanctionné en raison de son attitude envers la Résistance et le conseiller à la Cour de Limoges Debord qui, par deux fois, avait fait condamné G. GUINGOUIN à 20 ans de Travaux Forcés les 27 juillet et 5 octobre 1943.

Cependant l’affaire se dégonflera et le juge d’instruction envisagera de le remettre en liberté. C’est alors que sa vie se trouve en danger.
Assommé dans sa prison de Brive par les gardiens Méron et Chassagne, au lieu d’être transféré à l’hôpital pour recevoir les soins nécessités par son état, il est transporté de nuit à la prison St Michel de Toulouse où il ne peut être soigné.

La plus grande partie de la presse nationale, heureuse de se mettre sous la dent un Compagnon de la Libération s’en donne à cœur joie et le député socialiste Jean Le Bail, ancien munichois, dans son journal “Le Populaire du centre” dans des articles intitulés “Limousin, terre d’épouvante” le couvre de boue. La radio nationale dément une tentative de suicide de l’ancien maire de Limoges dans la prison de Brive. Sa femme accourt à Toulouse. Les anciens résistants de la Haute Garonne, regroupés dans le Comité Départemental de la Résistance s’émeuvent et sous leur pression, le juge d’instruction charge trois experts, les docteurs Lafage, Planques et Becker d’examiner GUINGOUIN du point de vue mental. Tout à leur honneur, ils dépassent leur mission et dans leur rapport font état des traces des sévices qu’il a subis, ils écriront : “que l’état de GUINGOUIN inspire de réelles inquiétudes pour sa vie”. Ce dernier par deux fois parcourt le chemin des agonisants qui revivent leur vie à l’envers dans leurs derniers instants jusqu’à la grande lumière.

Une édition spéciale de “Notre Flamme” organe de la Résistance de la Hte Garonne paraît en mars 1955 et le Comité Central des Droits de l’Homme prend position en sa faveur le 16 mai 1955. Un Comité de Défense se crée avec le grand résistant Claude Bourdet et Françoise Seligmann.
Cependant, il faudra attendre quatre ans pour que le 13 novembre 1959, à Lyon le magistrat Thomas chargé de requérir contre lui déclare : “ne pas comprendre, en son âme et conscience, qu’on ait envisagé des poursuites contre Georges GUINGOUIN”. Il bénificiera donc d’un non-lieu.
Tandis que le bourreau d’Oradour sur Glane, le général Lammerding, pouvait vivre paisiblement à Düsseldorf, le drame vécu par un homme que le général de Gaulle avait reconnu comme son Compagnon pour la Libération de la France dans l’Honneur et par la Victoire est significatif du climat d’après guerre.
Le ver était dans le fruit. On allait assister au déshonneur des gouvernements successifs qui engageront des luttes coloniales en Indochine, à Madagascar et en Algérie au nom de la patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Lieutenant-Colonel honoraire, Georges GUINGOUIN prendra sa retraite en 1968.
Il etait président d’Honneur des amis du Musée de la Résistance du département de la Hte Vienne dont le président actif est Jacques Valéry, 41 avenue de Roussillon 87 000 Limoges.

Georges Guingouin est décédé le 27 octobre 2005 à Troyes dans l'Aube. Il est inhumé à Saint-Gilles-les-Forêts.

Officier de la Légion d’Honneur
Compagnon de la Libération (décret du 19 octobre 1945)
Croix de guerre 39 / 45 avec palme
Médaille de la Résistance avec rosette
King’s Medal for Courage (G.B.)
Acte de reconnaissance de la nation américaine
Médaille Garibaldienne

Publications:
“Documentations et récits sur la libération de la ville de Limoges” (Imp Rivet)
“Nouvelles de Prison” (Imp Les Presses Rapides)
“Quatre de lutte sur le sol limousin” (Hachette)
“Georges GUINGOUIN, Premier Maquisard de France” (Ed Lucien Souny)
avatar
Panzer5
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1843
Age : 36
Localisation : Charente maritime
Date d'inscription : 29/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Invité le Dim 03 Sep 2006, 12:48 pm

Bonjour,
Merci Panzer5.
Pour ceux qui veulent voir quelques photos de M. Guingouin, allez voir
Sur ce Site
Il est en anglais !
Voir rubrique "Gallery".

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Leutnant Fiala le Mar 05 Sep 2006, 4:43 pm

On a parlé de lui cet été sur France 3 Limousin pour commémorer la libération de Limoges. A cette occasion son nom a été donné à un boulevard.
La tentative de discrédit a été survolée très rapidement sans aucune explications.

Merci panzer5 pouce

Leutnant Fiala
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 53
Age : 42
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 05/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Invité le Mer 06 Sep 2006, 10:03 am

Leutnant Fiala a écrit:On a parlé de lui cet été sur France 3 Limousin pour commémorer la libération de Limoges. A cette occasion son nom a été donné à un boulevard.
La tentative de discrédit a été survolée très rapidement sans aucune explications.

Merci panzer5 pouce

Bonjour !


J'ai moi-même commis de courtes bios de Guingouin, Tillon et quelques autres dans mon ouvrage illustré sur la Libération cosigné avec jacques Baumel, et je les ai mises en ligne :
http://www.delpla.org/article.php3?id_article=196

Cependant, j'ai cru bon de m'inscrire en faux contre une certaine tendance à l'exagération hagiographique... favorisée hélas par Guingouin lui-même. Cf. http://www.delpla.org/article.php3?id_article=199

C'ets de l'humain, tout ça, et les persécutions portent sur le système, c'est même une grande raison de les dénoncer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Invité le Mer 06 Sep 2006, 2:16 pm

Bonjour Francois,
Francois Delpla a écrit:
Cependant, j'ai cru bon de m'inscrire en faux contre une certaine tendance à l'exagération hagiographique... favorisée hélas par Guingouin lui-même. Cf. http://www.delpla.org/article.php3?id_article=199
C'est de l'humain, tout ça, et les persécutions portent sur le système, c'est même une grande raison de les dénoncer.
J'ai suivi le lien ci-dessus et n'ai pas trouve ou tu t'etais inscrit en faux. Un petit copier-coller ici aiderait.

Par contre, une bubule dans l'article de l'ATTAC que tu mentionnes
On se souvient notamment que Hitler prit la décision en 1944 de retirer la 2ème Division blindée SS « Das Reich » du front russe pour aller attaquer les maquisards limousins
En fait, la 2.Pz.SS a ete retiree du front de l'Est apres s'y etre fait etriller et envoyee en "vacance" autour de Montauban pour y etre reconstituee avec du nouveau materiel et de nouveaux "volontaires" dont notamment de tres jeunes Malgres-nous Alsaciens qui n'en demandaient pas tant.

Les troupes de la Das Reich n'ont jamais pris d'initiatives anti-Resistance a partir de Montauban ou ils ne se sont trouves que de fevrier a juin 1944, tres occupes a former les bleus et a manger du foie gras pour recuperer du front de l'Est.

Par contre, lorsque, le 9 juin, ils recoivent l'ordre de remonter vers la Normandie et se mettent en route, la, ca change, la Resistance du Limousin, donc Guingouin, mettant tous ses faibles moyens en oeuvre pour les retarder.

Pas que Guingouin d'ailleurs. Les hommes de Resistance-Fer, entretenant avec amour les essieux des convois de chars de la Das Reich au sable de silice, ont egalement permis de creer de grands retards a l'arrivee de ces blindes en Normandie.

C'est de cela dont tu voulais nous parler ?

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Invité le Mer 06 Sep 2006, 3:30 pm

[quote="Daniel Laurent"]

Par contre, une bubule dans l'article de l'ATTAC que tu mentionnes
On se souvient notamment que Hitler prit la décision en 1944 de retirer la 2ème Division blindée SS « Das Reich » du front russe pour aller attaquer les maquisards limousins

C'est énorme, non ? C'est ce que j'appelle une façon militante de faire de l'histoire, qui ne peut que desservir la cause qu'on prétend défendre.

Mais Guingouin lui-même, sur le site de l'ordre de la Libération, où il est l'un des rares sinon le seul à signer sa bio, s'il n'indique pas que la DR a été retirée du front de l'est pour aller l'attaquer, écrit quand même que c'est contre lui qu'elle a été envoyée, après le débarquement, depuis ses quartiers du Sud-ouest. Il a donc donné le branle à une déformation qui après lui a viré au délire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Invité le Mer 06 Sep 2006, 4:29 pm

Bonsoir,
Francois Delpla a écrit:
écrit quand même que c'est contre lui qu'elle a été envoyée, après le débarquement, depuis ses quartiers du Sud-ouest. Il a donc donné le branle à une déformation qui après lui a viré au délire.
Chouette, j'avais tout compris !
(Il est dur a suivre, parfois, Francois...)
Pour les feignants, la citation du site de l'ordre de la Liberation :

Le Feldmarschall von Rundstedt informe Hitler qui prend la décision, le 6 avril I944, de retirer du front de l'est la division blindée SS Das Reich et de l'envoyer dans le Tarn-et-Garonne afin d'attaquer les forces limousines au moment du débarquement allié, erreur stratégique qui sera fatale à Hitler omettant ainsi de renforcer son front de Normandie où se trouvent seulement trois divisions blindées.

Voulant terroriser les populations, cette division se rendra coupable, après les pendaisons de Tulle, de la tragédie d'Oradour-sur-Glane où les hommes furent fusillés, les femmes et les enfants brûlés vifs dans l'église, mais elle perdra son "héros", le Sturmbannführer Kämpfe capturé par un détachement de la 1ère Brigade du colonel Guingouin.

Après de vaines recherches, la division se dirigera vers la Normandie avec 48 heures de retard. Le généralissime Eisenhower reconnaîtra que ce retard a sauvé la tête de pont alliée et l'historien allemand Hans Luther écrira que "cette division d'élite n'a pas pu être placée en temps utile sur le front de Normandie."
Quel dommage d'en rajouter ainsi, surtout que la carrure de l'homme n'en avait vraiment pas besoin !
D'autant plus que c'est bien plus de 48 h de retard que la Resistance infligreas a la DR dans sa sanglante remontee vers la Normandie...

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Ivy mike le Mer 06 Sep 2006, 4:42 pm

C'est pourtant bien 48 heures quannonce le journal "Le Monde 2"
(article scanné par mes soins)



Ivy mike ;)

_________________

___________________________________________

TOGETHER WE CAN ACTUALLY MAKE A DIFFERENCE
www.ifaw.org
International Fund for Animal Welfare
Le monde animal a besoin de nous !
avatar
Ivy mike
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 9350
Localisation : Frejus - 83
Date d'inscription : 16/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Georges Guingouin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum