Louis Petri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louis Petri

Message  Invité le Dim 03 Sep 2006, 1:03 pm

Bonjour,
On fait un concours de bio de grands resistants avec Panzer5.
C'est Logico-Roger qui compte les points.
beret
LE COMMANDANT LOUIS PETRI

Sources :
- Roger Lenevette et Maxime Le Poulichet, anciens FTP du Commandant Pétri. Maxime est le webmestre du site des Anciens Combattants d'Ille-et-Vilaine, http://perso.wanadoo.fr/memoiredeguerre
- Confidences du Commandant Pétri, recueillies par J.C. Pichon pour la Fédération des Combattants Volontaires de la Résistance de Bretagne, Normandie, Maine, 241 Rue de Nantes 35200 Rennes

La libération de la Bretagne :
C’est l’une des plus belles pages de l’histoire de la Résistance.
Des le 5 juin 44, les maquis bretons déclenchent la campagne de sabotages prévue avec Londres de longue date : Plans Vert pour les voies ferroviaires, Violet pour les lignes souterraines à grande distance, Bleu pour l'électricité, Tortue devenue Bibbendum pour les autres voies de communication, " Rouge " pour embuscades et retardements de troupes ennemies.

A partir du 31 juillet, la situation change de nature avec la percée des Américains à Avranches. Avec 7 divisions et plus de 15 000 véhicules, les armées américaines des généraux Patton et Middleton s'engouffrent dans la brèche en direction de Rennes, de Brest et de Nantes.

Les Américains sont les principaux acteurs de la Libération de la Bretagne, mais ils vont pouvoir s'appuyer sur les milliers de résistants, servant tantôt d'éclaireurs, tantôt de fantassins, nettoyant les secteurs au fur et à mesure de leur avance et prenant en charge les prisonniers. Il faut savoir que l’essentiel des unités américaines sur ce front étaient des blindes, dont notamment les 4eme et 6eme divisions blindées et la « Task Force Anderson », TFA, qui comprenait, entre autre, le 81eme bataillon de char US. L’appui des fantassins de la résistance fut pour eux un appui très important.

Courant août 44, l’affaire est jouée et il ne reste plus en Bretagne que quelques poches tenues par les Allemands : Brest (Reddition le 19 septembre) et surtout Lorient et Saint Nazaire (Reddition le 8 mai 45). Ce sont les résistants qui assurèrent le siège de ces places fortes, permettant aux unités blindées américaines de faire un rapide demi-tour et de se ruer vers la Seine puis le Rhin.

Parmi ces résistants, les 2.500 FTPF du Commandant Louis Pétri.

Le commandant Tanguy :
Louis Pétri, dit Hubert, dit Roland, dit Loulou, dit Tanguy, est d’origine italienne. Il est né le 9 avril 1919 à la Bastide d'Engras, arrondissement de Nîmes (Gard), fils de Adolpho et de Gianarelli Stella.

En 1924, à l’âge de 5 ans, il arrive avec ses parents à Louvigné-du-désert où son père est embauché comme carrier.

Entré dans la Résistance en décembre 1941, il allait, à 23 ans, se distinguer en 1942 parmi les premiers F.T.P. de la région de Fougères. C’est Genouel (de Fougères) qui le fait entrer au Front National en 1942.
Il est nommé «chef départemental des FTP » en janvier 1943, puis chef interdépartemental (Bretagne Normandie Maine) courant 43.

En 1943, il conduira treize opérations contre l'occupant. En 1944, il participera à plus de soixante actions de guérilla. Le 6 juin 1944, jour du Débarquement des alliés, il fournira cinquante F.T.P. aptes à détruire le nœud ferroviaire Guer-Ploërmel, etc.

Le 10 juillet, il dirigera le déraillement de Noyal-Acigné, arrêtant le trafic de l'ennemi durant 72 heures. Il libérera par les armes les patriotes des prisons de Dinan et de Vitré.

A la tête de 2 500 F.T.P., il est en liaison avec le commandement allié pour organiser au travers des lignes allemandes la participation de la guérilla au service des blindés qui vont percer le front ennemi, pénétrer en Bretagne insurgée, et concourir à sa rapide libération.

Laissons le nous raconter :

Plus approche la Libération, plus se fait intense notre activité. Nos groupes, sur l’ordre du Capitaine Eric, aident au passage des guides. 25 sur 33 franchissent entre Coutances et Saint-Lô. Par ailleurs, 5 guides dans la Manche et 25 dans le nord de la Mayenne faciliteront l’avance alliée vers Rennes et en direction de Paris.

Les renseignements que nous fournissons par radio aux Alliés permettent des bombardements d’états-majors et de dépôts d’armes allemands à Bagnole-de-l’Orne dans la forêt d’Andaine, et prés de Saint-Hilaire-du-Harcouët, à Villedieu, Vire, Coutances, Alençon. Les derniers parachutages nous sont annoncés. Celui du 31 juillet est réalisé à Saint-Christophe-du-Valins, sur un terrain que nous avait indiqué le curé de Saint-Christophe .

Enfin c’est l’attaque, sur l’indication : « Le Chapeau de Napoléon est-il à Perros-Guirec ? »

Le 1er août, les Américains enfoncent les lignes allemandes au sud de Coutances. Nos renseignements et les guides permettent le succès que l’on sait : Cinq heures de Coutances à Avranches.

Dans le Calvados, dans le nord de la Mayenne, dans l’Ille-et-Vilaine, nos groupes attaquent de partout. Le travail à faire, étant donné le désordre allemand, s’avère immense. Un fusil-mitrailleur sur le bord d’une route fauche des dizaines de camions.

Saint-Aubin-du-Cormier, Saint-James, Combourg, etc… sont libérés par nos F.T.P. Quinze heures après Avranches, c’est Rennes où, malheureusement, les Américains ne jugent pas utile de pénétrer tout de suite, ce qui eut évité bien des destructions.

Un des plus grand Cross-Country Militaire qu’ai connu l’histoire est achevé. Rennes est libéré, c’est en quelques jours, la Bretagne tout entière qui respire, revit, se reconnaît libre.

L’hommage officiel que nos Alliés Américains ont fait aux F.T.P. de Bretagne témoigne assez de l’efficacité de notre action. Mais plus que toutes les références officielles ou autres qu’on nous accorde, et que par la suite on essaie de nous refuser, le sentiment profond d’avoir été à l’extrême pointe de la Libération de notre Pays de France fait notre joie et notre fierté
Louis Pétri est décédé le 1er novembre 1984 à Cancale.
Matricule F.T.P. 10.001
Chevalier de la Légion d’Honneur
Pensionné de guerre 39-40 à 100 %. Il reprendra le combat malgré ses handicaps physiques
Il existe de nos jours une rue Louis Pétri à Rennes, une rue Commandant Louis Pétri a Vitre, une place Louis Pétri à Crevin (35)

Opérations les plus importantes exécutées sous les ordres et avec la participation du Commandant PETRI
1943
10 juillet : Déraillement du train de permissionnaires allemands à Noyal-sur-Vilaine. Résultats : 200 morts et blessés. Train venant en sens inverse provoque une collision. Dégâts considérables. Arrêt du trafic : 73 heures. Reprise sur une voie.

14 juillet : Attaque à la grenade de la Feldgendarmerie de Fougères par Jules et Roger Fontaine : Un officier allemand tué, 12 blessés.
10 avril : Libération par la force de deux F.T.P.F. incarcérés à la prison de Dinan.

30 avril : Libération de 45 détenus politiques incarcérés à la prison de Vitré.
Déraillement dans le tunnel de Saint-Senoux. Importants dégâts. 48 heures d'arrêt de trafic. 7 wagons et locomotives endommagés.

Déraillement d'un train de marchandises à l'Hermitage. Résultats : 13 wagons détruits ou endommagés. Locomotive détruite. Interruption du trafic : 4 jours

Déraillement à Pléchâtel-Saint-Senoux. 17 wagons détruits ou endommagés. Arrêt du trafic : 48 heures.

Déraillement à Cesson-Sévigné. 7 wagons détruits ou endommagés ; Arrêt du trafic : 48 heures.
Mise hors d'état de service de la grande ligne à haute tension Pyrénées -Bretagne, ceci pendant plusieurs mois. 25 pylônes détruits.

Destruction de transformateurs de la Centrale de Saint-Brice-en-Cogles. Un câble de 60 000 volts détruit, un endommagé.

Destruction de 30 camions allemands et de 10 moteurs d'avions prêts à être mis en service aux garages Opel à Fougères.

1944
6 juin : Six tentatives de déraillement réussies sur sept, isolent les divisions blindées dans la région de Guer – Ploërmel, et retardent l'arrivée de renforts sur le Front de Normandie.

Juin : Mayenne : 2 avions allemands en panne sont incendiés, 1 pilote est tué, le matériel de bord récupéré.

Reçu dans parachutages : 35 avions de matériel, 12 parachutages, 14 parachutistes alliés.

Juillet : Guidé parachutistes dans leurs missions sur le front de Normandie.
Passage de 23 guides F.T.P.F. à travers les lignes allemandes entre Coutances et Saint-Lô . Transmission de renseignements sur les emplacements et sur l'importance des troupes et du matériel allemands sur le Front.

Guidé colonnes américaines dans leur offensive de Coutances à Avranches et d'Avranches à Rennes .

Juillet : 50 guides stationnent à l'arrivée des lignes allemandes dans le sud de la Manche et le nord de la Mayenne, permettant la réussite complète de l'offensive.

Etablissement d'un service renseignements ayant fourni aux alliés les plans des fortifications de zone côtière, emplacements de troupes, de matériel, de dépôts, carburant, etc.

Du 6 juin au 3 août :
- Plus de 300 camions ont été détruits ou endommagés, 2 Tanks détruits. Nombreuses motos et bicyclettes détruites. Récupération d'un important nombreux matériel de guerre (Camions, ravitaillement, équipements, armes et munitions).
- Destruction de lignes et câbles téléphoniques sur le Front de Normandie.
- Fait plusieurs centaines de tués et blessés ainsi que 1 500 prisonniers ennemis.
- Pertes F.T.P.F. : 90 hommes.

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Louis Petri

Message  Logico le Dim 03 Sep 2006, 7:34 pm

Mon petit côté chauvin m'amène à ajouter ce petit morceau ravonté par "Loulou également :
" Le 23 juin, 3 F.T.P. incendient 2 avions allemands en panne. Un des pilotes est tué ; les mitrailleuses et le matériel sont récupérés. Cela se passe à la Celle-Craonnaise, dans le sud de la Mayenne.
" En Ille et Vilaine, les hommes ne sont pas moins actifs. Ils inventent " La Tapette à rats " qui fait de si grands ravages sur les routes du nord de l'Ille et Vilaine, parmi les transports boches.
- Qu'est-ce que c'était ?
- Le nom vous l'indique : une simple tapette et un détonateur reliés à d'énormes quantités d'explosifs (cheddite de la mine de Brais bien utilisée) fourrées dans des bidons d'essence. Un chien courant suffit à déclencher le dispositif. A plus forte raison, des auto-citernes. Leurs cadavres témoignent encore, le long des routes de l'activité des groupes de Vieux-Vy-sur-Couësnom , Bazouges , Saint-Rémy-du-Plein et autres.

" Cependant d'autres parachutages étaient organisés :
A Vieux-Vy-sur-Couësnon, sous la direction du Capitaine
Pineau (de son nom de guerre Pierre). Le message avertis-
seur était : " Il a gagné un million, trois fois ". Le chiffre
qui intriguait si fort alors les auditeurs de la B.B.C. indi-
quait simplement le nombre d'avions qui nous seraient en-
voyés. Ce parachutage eut ceci de particulier et d'héroïque
qu'il s'effectua sur un terrain distant de quelques cents mè-
tres d'un maquis découvert par la milice et où Yvonnic
Laurent avait été tué le 8 juillet .

Merci à Daniel pour tout ce qu'il apporte
Amitié à tous
Roger
:

Logico
Major
Major

Nombre de messages : 113
Age : 92
Date d'inscription : 31/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Louis Petri

Message  Invité le Lun 04 Sep 2006, 8:29 am

Bonjour,
Logico a écrit:
Merci à Daniel pour tout ce qu'il apporte
:
Elle est bien bonne !
TOUT ce que j'ai au sujet de Tillon et Petri, et d'autres, c'est toi qui m'a montre ou le trouver, Roger...

Invité
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 7344
Date d'inscription : 16/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Louis Petri

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum