Ce que vous lisez en ce moment

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ce que vous lisez en ce moment.

Message  MEIERS le Dim 13 Déc 2015, 5:28 pm

Luhkah a écrit:J'ai re-relus les premier et les derniers d'Adolphe Galland.



Ouvrage classique, bien écris mais surprenant, un peu dans la ligne de Victoire perdue de Manstein :

On y apprend entre autre chose que :

-La Pologne s'apprétait a envahir l'Allemagne en 1939. étoné gri
-Que si la Bessarabie a été envahie par les russes en juillet 1940, il s'agit de la faute de Churchill et que ce dernier porterait par conséquent la responsabilité de la présence communiste en Europe centrale pendant la guerre froide... étoné gri étoné gri

Et il fait l'impasse sur la gestion humaine désastreuse de la chasse, ou sinon de Luftwaffe...

De manière moins douteuse, on en apprend plus sur la formation clandestine des équipages de la Luftwaffe.


Bref, je crois que je vais créer un fil rien que pour ce bouquin...
En fait je comprend tout à fait que vous soyiez étonné lorsque vous lisez des affirmations comme celle que "La Pologne s'apprétait à envahir l'Allemagne en 1939", cependant il faut voir que si le fait, en soi, est bien évidemment inexact, déjà au vu de la disproportion des forces militaires en présence en 1939, il faut aussi voir que la Pologne a mené, pendant toute la durée de l' Entre-deux-guerre une politique d'égoïsme national, toute autre que pacifique et qui a contribué à son échelle à la déstabilisation de l'Europe orientale.
Après 1945, et au vu des énormes pertes subies par la Nation polonaise, au moins 3 Millions de Polonais catholiques assassinés par l'occupant, autant de juifs polonais et eu égard au fait que la Pologne s'est retrouvée jusqu'en 1989 sous la botte soviétique, les historiens occidentaux ont eu tendance à faire un peu l'impasse sur cette part de responsabilité polonaise, mais ce qui ne veut pas dire qu'elle n'aie pas existée.
Pour citer quelques exemples. La Pologne s'est reconstituée en 1918, à partir de territoires allemands, autrichiens et surtout russes. Ces trois nations s'étaient réparties la Pologne lors de trois partages en 1776, 1793 et 1795. Or à cette époque le principe moderne de nationalité n'existait pas. La Pologne dominait des régions sans aucun peuplement polonais. Donc l'ambition de la Pologne de 1918 n'était pas seulement de se reconstituer à partir des zones de peuplement polonais en 1918, mais de retrouver tous ses territoires historiques.
Celà a mené en particulier à la guerre russo-polonaise. Profitant des troubles de la guerre civile russe, l'armée polonaise a envahie l'Ukraine jusqu'a Kiev en 1920. Une contre-offensive de l'Armée rouge avait ensuite repoussé l'armée polonaise jusqu'aux Faubourgs de Varsovie. Conseillée par une mission militaire française sous la direction de Weygand l'armée polonaise put repousser l'armée rouge sur une ligne d'armistice allant au delà de la zone de peuplement polonaise qui englobait des territoires majoritairement peuplés de Russes-blancs et Ukrainiens, qui fut la frontière polono-soviétique jusqu'en 1939. Frontière contestée car elle ne correspondait  pas au principe des nationalités.
De même à l'Est la Pologne avait annexée un tiers de la Lituanie avec sa capitale historique (et actuelle) Wilna. Le gouvernement lituanien du adopter une capitale provisoire Kaunas.
A l'Ouest, face à l'Allemagne le problème était semblable. Des forces paramilitaires polonaises avaient conquises face à une Allemagne désarmée par l'armistice de 1918 d'importants territoires. La province prussienne de Posen (Poznan) mais qui était peuplée majoritairement de Polonais; Cette conquête se justifiait donc face au principe des nationalités, mais également la Prusse occidentale, le "Corridor de Dantzig" entre Poméranie et Prusse orientale, mais qui elle était peuplée de 60% d'Allemands pour seulement 40% de Polonais, qui fut ensuite attribué à la Pologne par le Traité de Versailles pour garantir à la Pologne un accés à la mer. Ensuite au Sud-Est de l'Allemagne la Haute-Silésie dont seule la partie orientale comportait une majorité polonaise. Le traité de Versailles avait décidé un référendum au terme duquel 60% des habitants optèrent pour le maintien de la souveraineté allemande. Suite à quoi des milices polonaises intervinrent. A la suite de combats avec les corps-francs allemands, les Alliés imposèrent un armistice, et s'inclinèrent en partie face au coup de force polonais. l'Est industriel de la Haute-Silésie fut cédé à la Pologne contrairement aux résultats du premier référendum qui avait prescrit un vote "en bloc".
La Pologne s'était donc reconstituée à partir de coups de force, qui avaient conduits à ce que ses frontières soient contestées tant à l'Est qu'à l'Ouest par ses voisins.
De plus la Pologne qui avait connu un régime parlementaire instable de 1919 à 1926, passa ensuite sous régime de dictature militaire sous la coupe de Pilsudski, sept ans avant la prise de pouvoir des nazis en Allemagne en 1933.
La dictature de Pilsudki avait conduit à un véritable délire de revendications nationalistes. Des historiens polonais partaient par exemple du principe qu'à la suite des grandes migrations de la fin de l'Empire romain, les régions de l'Est de l'Elbe avaient connues un peuplement slave, de Wendes et de Sorabes, qui avaient ensuite à partir du IXème siècle été repoussé par la colonisation de peuplement allemande. Ils partaient donc du principe que ces territoires devaient revenir à la Pologne comme nouvelle nation slave. Non seulement la Poméranie, Silésie et Prusse-orientale à l'Est de l'Oder, cédées à la Pologne en 1945, mais même les régions allemandes au Nord-Est de l'Oder. Selon leurs visions la frontière germano-polonaise aurait du passer du côté de Hambourg et Berlin serait aujourd'hui une ville polonaise!
En 1931 par exemple avant la prise de pouvoir d'Hitler en 1933, le gouvernement polonais avait mené des consultations avec le gouvernement français en vue d'une guerre préventive contre l'Allemagne (qui à l'époque n'avait pas encore réarmée avant le régime nazi). Ils avaient été éconduits par le gouvernement français. La politique nationaliste polonaise en effet avait même conduit régulièrement à des brouilles avec les vainqueurs de la 1ère guerre mondiale.
En effet les empires coloniaux européens s'étaient constitués en gros pendant la période entre 1870 et 1914. Or à cette époque la Pologne était encore divisée. La politique polonaise partait donc du principe que les nations d'Europe de l'Est reconstituées en 1918 devaient avoir leur part du gâteau colonial. On imagine l'accueil de telles revendications par les diplomaties anglaises et françaises!
Lors de la crise tchécoslovaque de 1938 la Pologne contribua au succès de la politique allemande en s'opposant par principe à un transit de l'armée rouge par son territoire. L'Union Soviétique s'était déclarée prête à soutenir le gouvernement tchécoslovaque d'Edouard Bénés, mais ne disposait pas d'une frontière commune. Pour prix de sa complicité le gouvernement polonais participa au dépecage de la Tchécoslovaquie en annexant le territoire de Teschen.
Tous ces éléments expliquent que lorsque en août 1939 l'Allemagne organisa une provocation frontalière en simulant une attaque de milices polonaises contre l'émetteur de Gleiwitz, en Haute-Silésie, la propagande allemande n'eût aucun mal à faire croire à l'opinion allemande que les agresseurs étaient effectivement les Polonais. La politique polonaise de l'entre-deux guerres avait fournie suffisament matière à croire une telle attaque plausible.

MEIERS
Adjudant-chef
Adjudant-chef

Nombre de messages : 108
Age : 55
Localisation : suisse
Date d'inscription : 10/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum