Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  eddy marz le Sam 04 Juil 2009, 2:30 pm

Bonjour à tous ;
Suite et fin (il fallait boucler avant les vacances). Je sais, c’est long et très dense, mais c’est la seule façon de commencer à comprendre le déroulement compliqué des évènements. J’ai essayé d’abréger et de rendre tout cela intéressant à lire (ce n’est pas gagné)… Pour ceux que cela intéresse et qui auraient raté le début :
http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/crimes-de-guerre-et-contre-l-humanit-f18/heydrich-et-la-solution-finale-part-i-t8760.htm

La politique d’émigration Juive pratiquée par le SD appartient désormais au passé. Depuis le début de la guerre, la Gestapo prend petit à petit la relève des intellectuels du SD en la matière…

Parallèlement, et indépendamment du « Problème Juif », Adolf Hitler œuvre sur un autre « front » qui, comme nous le verrons, s’avèrera d’une importance capitale dans l’implémentation de la « Solution Finale ». En avril 1939, le dossier SS du Kriminalkommissar Christian Wirth est annoté « z. V. Führer » (« à la disposition du Führer »). En bref Wirth est sélectionné pour accomplir des tâches spéciales pour le Führer… Le mois suivant, Hitler ordonne au Dr. Karl Brandt de planifier l’assassinat des enfants souffrant de maladies héréditaires ou congénitales. Puis, le 1er septembre 1939, signe l’ordre autorisant le Chef de la Chancellerie (KdF), le Reichsleiter Philip Bouhler, et le Dr. Karl Brandt, de mettre en place un « Programme d’Euthanasie » ; le programme « T4 ».

Trois mois plus tard, revenant à la situation internationale, en présence de Kamil Krofta, ministre des Affaires Étrangères Tchécoslovaque, Hitler prophétise : « Si la guerre devait éclater, le résultat n’en sera ni la bolchevisation du monde ni le triomphe des Juifs, mais l’extermination de la race juive en Europe »…

Début janvier 1940, toujours dans le cadre du programme « T4 », Christian Wirth supervise l’installation d’une chambre à gaz et d’un four crématoire à Brandenburg, dans une prison abandonnée. À la mi-janvier, en présence de Philip Bouhler et Viktor Brack, il inaugure le premier essai de gazage connu, utilisant le CO2. Les trois hommes observent les aliénés « s’endormir », et repartent satisfaits ; l’expérience est un succès. La méthode a fait ses preuves, Christian Wirth s’emploie maintenant à inventer un dispositif de duperie des victimes afin de les faire entrer dans la chambre le plus calmement possible…


Christian Wirth (source: USHMM)

Hitler est maintenant à l’aube de mettre son projet fondamental à exécution. Le Führer, qui aux noms du Lebensraum et de la supériorité raciale caresse, depuis les années 20, le rêve d’envahir l’URSS, initie l’OKW au projet d’invasion. Il s’agit de conquérir l’espace vital tant souhaité et, dans ce dessein, exterminer les commissaires politiques, l’intelligentsia, les fonctionnaires, le clergé et, bien entendu, tous les Juifs. Ce qui, pendant l’invasion de la Pologne, pouvait encore passer pour des dispositions politiques impitoyables est en train de se transformer en entreprise de nettoyage ethnique systématique. Pourtant, bien qu’échaudé par les massacres de 1939, l’OKW et l’OKH semblent tout ignorer de cette escalade. Les généraux feignent de croire qu’il s’agit de tâches classiques de couverture arrière des armées… De toute façon, ce n’est « pas leur affaire ».

Avril 1941 : Reinhard Heydrich convoque ses cadres supérieurs… Avec beaucoup de précautions, le chef du RSHA, les informe d’une « mission très dure qui doit être confiée au SD »… De quel genre de mission s’agit-il ? « D’opérations de pacification en territoire Russe ». Puis Heydrich précise : « Il me faut des hommes sûrs ; j’espère que mes chefs de services se mettront sans hésiter à ma disposition ». Mis à part le Brigadeführer-SS Arthur Nebe, fils d’instituteur soucieux de s’attirer la considération d’Heydrich, personne ne répond à l’appel ; du moins pas tout de suite. Puis, timidement, sous la pression des circonstances ou par peur de s’exposer à des soupçons de lâcheté, quelques cadres du SD, comme Otto Ohlendorf, finissent par accepter.

Mais les problèmes de recrutement d’Heydrich ne s’arrêtent pas là ; en effet, l’échelon subalterne rechigne à la tâche tout autant que les supérieurs. Heydrich doit ratisser l’ensemble de son organe policier pour trouver les individus disposés à réaliser le projet le plus sinistre de l’Histoire. Un groupe hétéroclite est finalement formé. Début mai 1941 : 3.000 hommes ont été sélectionnés ; ils sont issus à 34% de la Waffen-SS, du SD, mais aussi de la Kripo, de l’Ordnungspolizei, de la Sicherheitspolizei, et divers autres organismes policiers auxiliaires. Quant aux 120 officiers, il se trouve parmi eux une majorité d’intellectuels, de juristes, de fonctionnaires ministériels… Ils sont scindés en quatre Einzatsgruppen : A, B, C, et D, dont le champ d’action s’étendra de la Baltique jusqu’à la Mer Noire.


Auxiliaire de la Schutzpolizei (source: A.R.C.)

Fin mai, les préparatifs sont achevés. Hommes et officiers sont envoyés à l’école de police de Pretzsch pour un entraînement intensif de trois semaines afin d’y êtres instruits et
« formés » quant à leur tâche. Il s’agit pour eux d’instaurer la domination Nationale Socialiste à l’Est, et ainsi matérialiser la « vision » du Führer, quel qu’en soit le prix ; quitte à patauger dans des océans de boue, de sang, et de larmes, même s’il faut compromettre irrémédiablement ses propres principes au nom de « l’intérêt général »… Rien d’autre ne compte. L’idée n’est pas neuve. En un certain sens, et en adhérant à la mise en pratique de cette idéologie, les Einzatsgruppen et les cadres du SD adoptent les réflexions du réactionnaire Catholique français, Joseph de Maistre (1753-1821), qui déclarait : « La Terre, continuellement noyée dans le sang, n’est qu’un immense autel sur lequel toute chose vivante doit être sacrifiée, sans fin et sans restreinte, sans repos, jusqu’à la consumation du monde, jusqu’à l’extinction du Mal ; jusqu’à la mort de la Mort elle-même » (Joseph de Maistre « Les Dialogues de Saint-Pétersbourg »)…

Ce même mois de mai 1941 (ou à la mi-juin au plus tard), indépendamment des opérations Einzatsgruppen d’Heydrich, Himmler convoque Rudolf Höss et le charge secrètement de préparer le KZ d’Auschwitz (ouvert depuis le 20 mai 1940) pour l’extermination des Juifs Européens ; des travaux qui vont prendre encore quelques mois…

Le 22 juin 1941, Hitler déclenche l’opération Barbarossa… Collés à la Wehrmacht, les escadrons de la mort se lancent à la poursuite des 5 millions de Juifs russes qui, les confondant avec les soldats du Kaiser de 1918, les accueillent en libérateurs… Effectivement, le 12 juillet 1941, un rapport du Sonderführer-SS Schröter déclare : « Les Juifs ignorent notre position à leur égard ». Une ignorance qui ne peut que faciliter la tâche des tueurs. Lors de ses directives secrètes à ses hommes, juste avant le lancement de Barbarossa, Reinhard Heydrich se garde bien de définir leur mission en détail. Il leur suggère simplement d’agir au-delà du Kommissarbefehl (ordre d’éliminer les commissaires politiques), et d’assassiner tous les Juifs qui sont « la source du bolchevisme et doivent donc êtres exterminés ». Mais Heydrich est soucieux des réactions de la Wehrmacht ; aussi ordonne-t-il que les rapports des Einzatsgruppen soient camouflés en « activités anti-partisans ». Ce sera seulement plus tard, lorsque la Wehrmacht s’alignera au concept de « guerre totale » sans plus émettre d’objections que l’extermination des Juifs Russes sera ouvertement admise.

Il est impossible de dire quand Hitler a pris la décision de procéder à l’extermination totale des Juifs. Comme nous le savons, aucun document officiel n’en fait état. Reste que, le 31 juillet 1941, à peine plus d’un mois après l’invasion de l’URSS, et un mois et demi après l’entretien entre Himmler et Rudolf Höss, Hermann Göring donne l’ordre à Reinhard Heydrich de lui « soumettre le plus tôt possible un projet de mise en pratique de la Solution Finale » (Endlösung). La plupart des historiens reconnaissent cette borne chronologique ; en revanche, ce que nous ne savons pas c’est si oui ou non – comme le suggèrent certains chercheurs – Reinhard Heydrich devança l’appel et proposa, avant l’ordre de Göring, de s’investir dans le projet, probablement aux fins d’accaparer plus de contrôle exécutif dans la grande « croisade » vers l’Est.

Tandis que la Wehrmacht s’enfonce en territoire soviétique, les rumeurs des massacres commis par les Einzatsgruppen circulent rapidement. Les Juifs savent maintenant à quoi s’attendre. De plus, les « bavardages inconsidérés », les lettres écrites par des soldats allemands, ou les révélations faites par des permissionnaires, propagent un climat de terreur et de méfiance, rendant la liquidation des Untermenschen de plus en plus compliquée. Et ce n’est pas tout… Les procédés sont lents, pénibles, manquent de discrétion et, surtout, font l’objet de plaintes croissantes de la Wehrmacht qui tient à tout prix à en être dissociée. Himmler réagit : début août 1941, lui qui n’a jamais vu une exécution se rend en tournée d’inspection à Minsk, et assiste à une opération « modèle » organisée par Arthur Nebe, commandant de l’Einzatsgruppe B. La représentation tourne au désastre. Himmler manque se trouver mal. Nombre d’historiens considèrent que ce fut à cette occasion qu’Himmler décida d’envisager des méthodes plus « adaptées ». Cette hypothèse semble démentie par le simple fait de son entretien avec Rudolf Höss, survenu 2 mois plus tôt… La décision avait déjà été prise. Quoi qu’il en soit, Himmler ordonne au RSHA de trouver une autre méthode… Cet ordre débouche sur la création de 15 camions à gaz fournis aux Einsatzgruppen. Mais les résultats ne sont guère concluants. La méthode fonctionne, mais les SS rechignent de plus en plus à assurer leur répugnant travail.


Femmes sur le point d'être assassinées - Liepaja, Lettonie; décembre 1941 (photo SS)

Les territoires de l’Est sombrent chaque jour de plus en plus dans un cauchemar inimaginable. Appuyé par des unités de l’Ordnungspolizei, chaque chef d’Einszatsgruppe se prend à jouer le jeu macabre de tenter de surclasser, par le nombre de ses « prouesses », la fureur homicide des autres formations… Le HSSPF Friedrich Jeckeln les bat à plates coutures, affichant l’assassinat de 44.125 personnes (dont la majorité sont Juives) pour le seul mois d’août 1941.


Friedrich Jeckeln (source USHMM)

Adolf Hitler suit les opérations de près. Pour preuve, le 1er août 1941, une directive codée transmise par Heinrich Müller aux commandants des quatre Einsatzgruppen, précise que « le Führer doit être continuellement informé du travail des Einsatzgruppen à l’Est », et que « par conséquent, une documentation visuelle d’intérêt spécifique, comme des photos » est nécessaire (RSHA IV A Ib, B. N° 576B/41g, FT – signé : « Müller, SS Brif » – Fa 213/3).

Suite...


Dernière édition par eddy marz le Dim 08 Jan 2012, 5:31 pm, édité 6 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  eddy marz le Sam 04 Juil 2009, 2:40 pm

Suite:
Le 21 septembre 1941, Heydrich est nommé Reichsprotektor de Bohème-Moravie, et s’installe le 27 au Palais Hradcany à Prague avec sa femme Lina, et ses enfants (voir: http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/l-axe-f3/reichsprotektor-nomination-de-reinhard-heydrich-prague-t8612.htm ).
En septembre ou octobre 1941, les SS créent, sur le terrain d’une raffinerie, à Trawniki, près de Lublin (Pologne Orientale), un camp destiné à recevoir les prisonniers militaires Russes et Polonais. Des volontaires soviétiques sont sélectionnés et entraînés pour servir dans la SS en tant que gardes et gardiens de ghettos. Simultanément, le vieux manoir de Chelmno, à 60 km au nord-ouest de Lodz, est transformé en centre d’extermination. Début novembre 1941, l’Obersturmführer-SS Richard Thomalla, architecte de son état, est chargé par Himmler de procéder à la construction du premier camp d’extermination à chambres à gaz fixes : Belzec. Thomalla se met au travail avec l'aide des villageois et des Polonais de Trawniki, puis avec des ouvriers juifs des pays slaves (la construction s'achèvera début mars 1942).
Reinhard Heydrich ne prend aucune part à cet aspect de la « Solution Finale ». Sa tâche consiste à coordonner la déportation des Juifs Européens vers l’Est pour les y exterminer ; un rôle qui, à lui seul, lui aurait valu la corde à Nuremberg. La tâche d’Heydrich requiert une préparation méticuleuse. Il lui faut s’assurer la coopération de toutes les administrations impliquées, des services ferroviaires, qui assureraient les transports, jusqu’au Ministère des Affaires Étrangères qui organiserait la livraison des Juifs des pays satellites comme la Hongrie et la Slovaquie.
Toujours en novembre 1941, les unités Einzatsgruppen et HSSPF marquent une pause pour « souffler un peu ». En 5 mois, environ 500.000 Juifs ont été liquidés, dont à peu près 300.000 par les meutes de Reinhard Heydrich. Mais, malgré leurs « réussites », les bouchers du SD commencent à crouler sous le poids de leurs crimes. Certains officiers exigent d’êtres mutés, d’autres partent en permission et ne reviennent pas. En novembre 1941, Arthur Nebe quitte son poste ; son chauffeur se suicide. Même Von Dem Bach-Zelewski, un des pires tueurs, est hospitalisé pour dépression, et une « maison de repos » spéciale est créée à Berlin pour les unités de Polizei participant au carnage.
Janvier 1942, le bilan à peine croyable des quatre Einsatzgruppen réunis s’élève à environ 461.519 Juifs assassinés ; et ce chiffre ne tient pas compte des résultats obtenus par le
« Sonderkommando Dirlewanger », ni ceux de la Brigade RONA de Bronislaw Kaminski… Le même mois (soit 5 mois après la clôture officielle du programme d’euthanasie), une équipe « T4 », dirigée par Christian Wirth, est expédiée au camp d’extermination « expérimental » de Belzec afin de peaufiner la technique de gazage…
Arrive le 20 janvier 1942… C’est la Conférence de Wannsee. Comme nous l’avons compris, la conférence ne fut pas arrangée pour « décider » du sort des Juifs Européens, mais pour clarifier tous les points relatifs à leur extermination, déjà en place depuis au moins 3 mois avant que la conférence ne soit organisée, et pour organiser la participation des diverses agences nazies impliquées dans son implémentation. Aucune des personnes présentes ne soulève la moindre objection concernant l’extermination proposée de 11 millions de personnes ; elles ne se préoccupent que des aspects pratiques. Lors de son procès en Israël (avril 1961) Eichmann assurera qu’Heydrich avait l’intention de « partager » sa culpabilité avec les divers Ministères représentés autour de la table de conférence… Prévoyance ultime d’Heydrich ; car la guerre tourne mal pour l’Allemagne et, pour la première fois il est question d’une possible défaite… S’il y avait une addition, il ne serait pas le seul à la régler.
À Prague, le 27 mai 1942, Heydrich termine son petit déjeuner juste avant 9h, tandis que son chauffeur, l’Oberscharführer-SS Klein, gare la Mercedes verte décapotable devant l’entrée de la luxueuse résidence de Pananeske Brezany. Normalement ponctuel, le Reichsprotektor, retarde son départ afin de faire quelques pas dans les jardins avec Lina, ses deux fils, et sa petite fille, Silke. Puis, vers 10h, Klein et lui embarquent pour se rendre au Palais Hradcany, sans escorte… Reinhard Heydrich rencontrera son destin 32 minutes plus tard, au croisement de Holesovice.
Heydrich, quelques jours avant son assassinat (photo: CPK Prague)

Merci de votre attention

Eddy
clin doeil gri

Sources:

- Günther Deschner: Heydrich ; the Pursuit of Total Power London 1981

- Shlomo Aronson: Reinhard Heydrich und die Frügeschichte von Gestapo und SD, DVA, Stuttgart, 1971.

- Browning, Christopher R.: The Path to Genocide: Essays on Launching the Final Solution. Cambridge University Press ; Cambridge, 1992

- Browning, Christopher R.: The Origins of the Final Solution – The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939 – March 1942 – William Heinemann ; London, 2004

- Fleming, Gerald : Hitler and the Final Solution – University of California Press, Los Angeles, 1984

- Reitlinger, Gerald : The SS, Alibi of a Nation 1922-1945 Arms & Armour Press, London, 1981

- Rhodes, Richard. Masters of Death : The SS Einsatzgruppen and the Invention of the Holocaust – Vintage Books, USA (ré-édition août 2003)

- Friedländer, Henry : The Origins of Nazi Genocide: From “euthanasia” to the Final Solution – University of North Carolina Press ; Chapel Hill, 1995.

- Callum MacDonald : The Killing of SS-Obergruppenführer Reinhard Heydrich MacMillan 1989


Dernière édition par eddy marz le Lun 21 Oct 2013, 6:51 pm, édité 5 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Kalendeer le Sam 04 Juil 2009, 11:41 pm

Fallait du Eddy Marz pour que j'aille me coucher de bonne humeur deux jours avant un concours mort de rir gri

Ah, Klein. Ca me fait bizarre de voir son nom parce que je l'ai d'abord connu comme un personnage de fiction dans une uchronie... dans laquelle il passe plus de temps à faire la leçon à Heydrich qu'autre chose. Je pense pas que dans la vraie vie il faisait ça... au fait, est-ce qu'il a eu des problèmes lors de cet attentat ? des blessures, ou des reproches de sa hiérarchie pour n'avoir pas protégé Heydrich ?
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 27
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

, car sauf

Message  Baugnez44 le Dim 05 Juil 2009, 12:34 am

Excellent comme d'habitude. Une petite question néanmoins Eddy. Lors que tu écris:

Trois mois plus tard, revenant à la situation internationale, en présence de Kamil Krofta, ministre des Affaires Étrangères Tchécoslovaque, Hitler prophétise : « Si la guerre devait éclater, le résultat n’en sera ni la bolchevisation du monde ni le triomphe des Juifs, mais l’extermination de la race juive en Europe »…

il me semble qu'il ne s'agit là que de l'écho du discours que Hitler avait prononcé devant le Reichtag le 30 janvier 1939. A moins que ma mémoire me trahisse...

Par ailleurs, tu écris que Heydrich ne prend aucune part à l'organisation des camps d'extermination, ce qui suscites d'autres questions de ma part. Il est certain que Himmler y est engagé, comme le montre le témoignage de Höss qui explique clairement que l'ordre d'expansion d'Auschwitz et de la création de Birkenau vient de Himmler lui-même. Par ailleurs, les responsables des autres camps d'extermination sont les anciens de l'Aktion T4 qui, sauf erreur de ma part, relèvent de la chancellerie du Reich. En tant qu'organisateur de la déportation (bref l'aspect "rafle et transport"), où il est secondé par Eichmann, Heydrich est sans aucun doute au courant de ce qui se passe lorsque les transports arrivent à destination. Au demeurant, le témoignage donné par Eichmann sur la conférence de Wahnsee le confirme. Mais, connaissant par ailleurs le confinement des administrations nazies - et même la concurrence qu'elles se livrent à l'occasion - on se dit qu'il faut un chef d'orchestre pour l'ensemble. Autrement dit, qui coordonne l'ensemble? Himmler? Hitler? Pour ce dernier, j'ai du mal à le croire, car sauf en matière strictement militaire, il délègue à peu près tout.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Jules le Dim 05 Juil 2009, 9:23 am

Baugnez44 a écrit:
Trois mois plus tard, revenant à la situation internationale, en présence de Kamil Krofta, ministre des Affaires Étrangères Tchécoslovaque, Hitler prophétise : « Si la guerre devait éclater, le résultat n’en sera ni la bolchevisation du monde ni le triomphe des Juifs, mais l’extermination de la race juive en Europe »…

il me semble qu'il ne s'agit là que de l'écho du discours que Hitler avait prononcé devant le Reichtag le 30 janvier 1939. A moins que ma mémoire me trahisse...

Oui, absolument. C'est bien le discours d'Hitler du 30 janvier 1939, à Berlin, devant le Reichstag.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  eddy marz le Dim 05 Juil 2009, 12:08 pm

Bonjour Kal, Baugnez, et Jules ;

Réponses à vos questions :

Kal :
des blessures, ou des reproches de sa hiérarchie pour n'avoir pas protégé Heydrich ?

Klein sortit de l’attentat miraculeusement indemne (légère commotion cérébrale, blessures par éclats de verre et échardes de métal, mais rien de grave). Il ne fit pas l’objet de reproches car la décision de se passer d’escorte était imposée par Heydrich, malgré même les directives d’Himmler.

Baugnez :

Autrement dit, qui coordonne l'ensemble? Himmler? Hitler? Pour ce dernier, j'ai du mal à le croire, car sauf en matière strictement militaire, il délègue à peu près tout

On pourrait dire que c’est Himmler qui coordonne tout ce qui regarde la Solution Finale, mais c’est plus compliqué que cela. Les opérations sont séparées. Auschwitz est, bien entendu, la chasse gardée d’Himmler côté extermination, mais également côté industrie (IG Farben, Bayer etc.), et côté médical (expériences etc.). Ces derniers aspects d’Auschwitz, et plus spécifiquement les biens volés aux Juifs (y compris la location ou vente de main d’œuvre esclave) sont intimement liés à la section économique de la SS (WVHA), sous la férule d’Oswald Pohl. L’Institut d’Hygiène de la Waffen-SS gère le stockage et les livraisons de Zyklon B, les conditions d’hygiène (eau potable, lutte contre le typhus etc.), et les expériences médicales qui, elles, dépendent, au niveau décisionnaire, d’Ernst Grawitz, Reichsarzt-SS directement subordonné à Himmler, et de l’Ahnenerbe.

En ce qui concerne les premiers camps d’extermination de l’Aktion Reinhard – une opération « strictement » KdF, oui, bien sûr, Himmler est à la « tête » de tout puisque c’est directement d’Hitler qu’il a reçu ses ordres. Mais l’Aktion Reinhard est dirigée – officiellement – par Odilo Globocnik, qui a été chargé de réaliser l’opération sans subventions du KdF ni de la SS, et va donc se débrouiller par le pillage systématique du Palatinat de Lublin. Mais ce n’est pas tout : Christian Wirth, créateur du système de gazage, 1er commandant de Belzec, puis « Inspektor » des camps AR, a une entrée directe auprès d’Hitler. Les historiens les plus pointus sur ce sujet ne connaissent pas l’étendue ou l’intimité des relations Wirth-Hitler (donc moi non-plus), mais il est certain qu’il agissait à sa guise et pouvait court-circuiter Himmler et Globocnik ; ce dernier n’étant finalement que la vitrine officielle de Wirth. L’Aktion Reinhard fut également gérée – entre autre – par Hermann Höfle et Ernst Lerch (des personnages peu connus que j’éclairerais dans de futurs posts)… Pour simplifier, Aktion Reinhard est plutôt une opération KdF-Polizei-SS et WVHA par extension ; différente d’Auschwitz qui est une opération SS-Industrie-WVHA, différente encore des Einzatsgruppen qui sont une entreprise NSDAP-SD-Polizei-Waffen-SS.

Voici un ornanigramme d’Aktion Reinhard, qui te permettra de jauger la complexité :




Jules :

Oui, absolument. C'est bien le discours d'Hitler du 30 janvier 1939, à Berlin, devant le Reichstag.

Tu as parfaitement raison. Lors de ce discours très connu, Hitler ne fit qu’annoncer au peuple entier ce qu’il avait déclaré 9 jours avant – le 21 janvier 1939 – devant le Ministre des Affaires Étrangères Tchécoslovaque.

À+

Eddy
clin doeil gri


Dernière édition par eddy marz le Dim 05 Juil 2009, 6:58 pm, édité 1 fois
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Baugnez44 le Dim 05 Juil 2009, 12:41 pm

Ben heureusement que Bernie Ecclestone nous confirme que Hitler était efficace, parce qu'en voyant l'organigramme, j'ai des doutes.

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:06 pm

eddy marz a écrit:
Voici un ornanigramme d’Aktion Reinhard, qui te permettra de jauger la complexité (...)

Cet "organigramme" est vraiment génial. L'auteur a dû bosser quelques heures avant de le mettre sur pieds. On y voit plus clair. Mercy Monsieur Eddy de l'avoir mis en ligne. Et bing ! dans les favoris ! pouce gri
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:20 pm

Sur le superbe site PHDN.org, une chronologie de documents et déclarations publiques relatifs à la Solution Finale (à partir de 1939) a été rédigée.

PART 1/3


Robert Ley10 mai 1939Annihilation du Juif dans le monde entier
Walter Grossseptembre 1939Mort du Juif en Europe
Hans Francknovembre 1939Plus il en mourra...
Eduard Könekampdécembre 1939L’anéantissement de cette sous-humanité...
Robert Leydécembre 1939C’est aux Juifs d’être exterminés
Odilo Globocnik16 février 1940Qu’on les laisse crever de faim
Alexander Palfinger7 novembre 1940La mort des Juifs...
Soldat E. 17 novembre 1940Rien ne justifie qu’ils vivent sur la terre
caporal W. H. 21 mai 1941Les Juifs doivent disparaître de la surface de la terre
Reinhard Heydrich17 juin 1941Il faut provoquer des pogroms
Un policier7 juillet 1941Les Juifs sont du gibier
Wilhelm Ritter von Leeb8 juillet 1941La stérilisation de tous les hommes juifs
Einsatzgruppe A13 juillet 1941Les actions d’extermination des Juifs
Rolf Heinz Höppner16 juillet 1941La solution la plus humaine, liquider les Juifs
Caporal-chef G. B18 juillet 1941Les Roumains fusillent tous les Juifs
Un officier de la 221e28 juillet 1941L’éradication de la Juiverie
Heinrich Himmler1er août 1941tuer les tous les Juifs
Joseph Goebbels7 août 1941Il faut liquider les Juifs
Un policier7 août 1941Les Juifs sont en train d’être totalement exterminés
Major von Payr11 août 1941Éliminées plus tard par gazage
Joseph Goebbels19 août 1941Les Juifs sont en train de payer le prix
Colonel Riedl21 août 1941L’extermination des femmes et des enfants juifs [est] urgente
Lieutenant Vicky Hillard21 août 1941Des milliers de Juifs sont passés par les armes
Hans Gewecke3 septembre 1941Liquider tous les Juifs
Einsatzgruppe C10 septembre 1941Liquidation finale des juifs de Zhitomir, 3145 abattus
Franz Rademacher13 septembre 1941Eichman propose de fusiller les Juifs
Harald Turner17 octobre 1941Juifs fusillés, la question juive se résoud, ils doivent disparaître
Martin Luther2 octobre 1941Élimination de 8000 Juifs
Général Thomas4 octobre 1941Les Juifs sont massacrés en masse
Walter Mattner5 octobre 1941Les nourrissons volaient
Walther Stahlekeroctobre 1941L’élimination la plus large possible des Juifs
Maréchal Walter von Reichenau10 octobre 1941Un châtiment aux sous-hommes juifs
Roumanie17 octobre 1941Le but de l’action est la liquidation de ces Juifs
Hans Frank16 octobre 1941Deux méthodes, les Juifs meurent de faim ou nous les fusillons
Paul Wurm23 octobre 1941La vermine juive sera exterminée par des mesures spéciales
Dr. Erhard Wetzel25 octobre 1941Les Juifs qui sont inaptes au travail doivent être supprimés
Joseph Goebbels2 novembre 1941Il faut exterminer les Juifs d’une manière ou d’une autre
Hans Rademacher7 novembre 1941Les mâles juifs auront tous été exécutés


Dernière édition par Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:30 pm, édité 4 fois
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:21 pm

PART 2/3

Harald Turner11 avril 1942J’ai fait fusiller tous les Juifs
Harald Turner29 août 1942La question juive est liquidée
Alfred Rosenberg18 novembre 1941L’éradication biologique de la Juiverie en Europe
Joseph Goebbels16 novembre 1941La juiverie est en train de subir l’annihilation
Karl Jäger1er décembre 1941137 346 Juifs liquidés
Heinrich Himmler12 décembre 1941La mort pour les ennemis du peuple allemand
Joseph Goebbels12 décembre 1941La destruction des Juifs [...] ils doivent le payer de leur vie
Alfred Rosenberg16 décembre 1941L’extermination des Juifs
Hans Frank16 décembre 1941Nous devons anéantir les Juifs, où que nous les trouvions
Maréchal Antonescu16 décembre 1941Ils peuvent tous mourrir
Denis H.18 décembre 1941L’extermination, l’anéantissement et la déportation
Heinrich Himmler18 décembre 1941Question juive, à exterminer comme partisans
Julius Streicher25 décembre 1941Une solution : l’extermination de cette race
Rudolf Langedébut 1942Une solution radicale à travers l’exécution de tous les Juifs
Gottlob Berger22 janvier 1942Les Juifs doivent disparaître de la surface de la terre
Otto Schulz-Du Boisjanvier 1942Le Fürhrer a dit "je dois le faire"
Mgr Benning5 février 1942L’intention est d’exterminer entièrement les Juifs
Giuseppe Burzio9 mars 1942En condamner une grande partie à une mort sûre
Adolf Wagner16 mars 1942Nous anéantissons le Juif
Joseph Goebbels27 mars 194260 pour cent d’entre eux devront être liquidés
Dr. Erhard Wetzel27 avril 1942Ne pas liquider les Polonais comme les Juifs
Völkischer Beobachter30 avril 1942La Police de Sécurité a pour tâche d’exterminer les Juifs
Volk und Rassemai 1942Exiger l’anéantissement total de la Juiverie
Pierro Scavizzimai 1942Le massacre des Juifs d’Ukraine est maintenant presque achevé
Robert Ley10 mai 1942Les déplacer ne suffit pas, on doit les exterminer
Theodor Dannecker13 mai 1942Une solution finale de la question juive ayant pour but l’anéantissement total
Robert Ley20 mai 1942Il faut éliminer complètement le Juif
Joseph Goebbels23 mai 1942La liquidation personnelle des Juifs
Robert Ley24 mai 1942La guerre se terminera avec l’extermination des Juifs
Joseph Goebbels28 mai 1942Plus on éliminera de gens de cette sale race
Joseph Goebbels14 juin 1942Les Juifs nous le paieront par l’extermination de leur race
Wilm Hosenfeld23 juin 1942Il y a une entreprise d’extermination des Juifs qui est en cours
Philipp Bouhler10 juillet 1942Une solution de la question juive allant jusqu’aux ultimes conséquences
Un rapport18 juillet 1942Fusiller 1 300 Juifs
Theodor Dannecker20 juillet 1942Les Juifs se trouvant à la merci des Allemands courent à leur total anéantissement
Adolf Eichmann26 juillet 1942Les aptes seront mis au travail, et le reste sera soumis au traitement spécial
Wilhelm Kube31 juillet 1942Nous avons liquidé au cours des dix dernières semaines environ 55 000 Juifs
Karl Ingve Vendel20 août 1942L’objectif est leur extinction à tous
Robert Ducci18 août 1942Livrer les Juifs de Croatie aux Allemands : leur liquidation
Wilhelm Cornides31 août 1942Belzec, c’est le gaz
Sous-officier H. H.2 septembre 1942L’élimination, la destruction est la seule solution qui convienne
Otto Hofmannseptembre 1942Les Juifs n’existeront peut-être plus
Hitler30 septembre 1942La juiverie sera exterminée
Giusepe Pieche4 novembre 1942Ils sont éliminés au moyen de gaz toxiques
Luca Pietromarchi27 novembre 1942Les Allemands continuent impertubablement à massacrer les Juifs
Arthur Greiser1er mai 1942Faire exterminer les cas de tuberculose, comme les Juifs
Heinrich Himmler27 juin 2942D’accord pour le traitement spécial des tuberculeux, le plus discret possible
Wilhelm Hagen7 décembre 1942Traiter les tuberculeux de la même façon que les Juifs : les tuer
Helmuth von Moltke10 octobre 19426 000 personnes sont "traitées" chaque jour dans ces fours
Soldat S. M.7 decémbre 1942Les Juifs arrivent à Auschwitz puis meurent d’une "mort héroïque"
Hans Frank9 décembre 1942Préparer tous les Juifs à l’anéantissement
Heinrich Kinna10 décembre 1942Les Polonais doivent mourir naturellement, contrairement aux mesures appliquées aux Juifs
Joseph Goebbels14 décembre 1942La juiverie doit payer pour ses crimes par l’anéantissement de la race juive
Max Frauendorfer20 décembre 1942Continuels massacres en masse des Juifs, indescriptibles



Dernière édition par Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:30 pm, édité 2 fois
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Jules le Dim 05 Juil 2009, 8:22 pm

PART 3/3
Josef Sommerfeldt1943Résoudre la question juive : l’expulsion ou la destruction physique
Karl Dürkefeldenjanvier 1943Les Juifs sont pour partie fusillés, pour partie gazés
Luca Pietromarchi2 février 1943À la fin de 1943, il n’y aura plus un seul Juif vivant en Europe
Giuseppe Bastianini31 mars 1943le sort qui attend les Juifs : tous gazés sans distinction
Dino Alfieri3 mai 1943 Même les SS parlent d’exécutions en masse
Herbert Backe7 mai 1943Dans un discours d’Hitler : Les Juifs doivent être exterminés en Europe
Joseph Goebbels13 mai 1943Pour Hitler, Les peuples modernes n’ont d’autre solution que d’exterminer les Juifs
Eberhard von Thadden15 mai 1943Il leur montra une chambre à gaz dans laquelle des juifs avaient été mis à mort
Ulrich von Hassel15 mai 1943Des centaines de milliers de Juifs sont gazés dans des installations spéciales
Max Täubner24 mai 1943Les Juifs doivent être exterminés et un Juif tué n’est jamais une perte
Hans-Johachim Kausch26 juin 1943Les Juifs ont été exterminés comme des punaises
Heinrich Himmler4 octobre 1943Le peuple juif est en train d’être exterminé
Heinrich Himmler6 octobre 1943Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre
Joseph Goebbels9 octobre 1943La solution la plus dure et la plus extrême : exterminer les Juifs radicalement
Heinrich Himmler16 décembre 1943J’ai systématiquement donné l’ordre de tuer également les femmes et les enfants
Hans Frank4 mars 1944Les Juifs sont une race qui doit être exterminée
Robert Ley19 mars 1944Pas de repos jusqu’à ce que Judah soit complètement annihilé et exterminé
Miklos Horthy19 mars 1944On me reproche de ne pas avoir permis que les juifs soient massacrés
Alfred Six4 avril 1944Le rôle politique et biologique de la Juiverie est terminé en Europe
Fritz Bracht6 septembre 1944Déporté, c’est-à-dire éliminé
Un soldatnovembre 1944Les meurtres bestiaux commis par nos SS en Russie
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Baugnez44 le Dim 05 Juil 2009, 9:06 pm

Jules, merci infiniment pour ce patient et précieux travail de collationnement,

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Toine le Jeu 30 Juil 2009, 12:51 pm

Il s'agit ici de poser un certain nombre de questions et un
certain nombre d'éléments qui permettent de comprendre
comment un certain nombre de faits se sont produits !
A cet effet, je fais référence à cet excellent livre de Jacques Soustelle,
qui bien que non Juif, a bien étudié le problème, et qu'on ne peut pas
le soupçonner d'avoir été pro-nazi, ou même vychiste !
Et qui fut même... gaulliste !

Or que dit Soustelle sur ce qui se passa dans le Reich à partir de 1933 ?

Je cite:

"...D'une part en 1933, on commença par chasser les Juifs des administrations, des universités et des professions libérales, à boycotter leurs commerces, à les exclure des théatres, cinémas, concerts, stations balnéaires, conformément à l'antisémitisme démentiel du gauleiter Streicher; d'autre part, on facilitait l'émigration de ceux qui, se voyant retranchés de la communauté allemande voulaient fuir vers la Palestine.
Bref, l'essentiel était de vider le Reich, de le "purifier" de sa population juive.
Après une accalmie en 1934 (plusieurs milliers de Juifs qui avaient fui l'Allemagne revinrent même dans le pays), les lois de Nuremberg (1935) font des Juifs -définis comme un critère purement racial, une caste de parias, d'intouchables.
On les bat, on les brutalise dans la rue; une campagne permanente d'intoxication, où se distingue l'obscène journal de Streicher, Der Stürmer, dresse contre eux l'opinion...
... Cépendant, tous les dirigeants nazis ne partageaient pas cette attitude.
Goering, en tant que responsable de l'économie, désirait laisser les Juifs poursuivre au moins pour quelque temps leurs activités dans certains secteurs.
Le S.D. (Sicherheitsdienst), au sein duquel avait été créée une "section juive" (Judenreferat) désapprouvait dans son organe officiel le Schwarze Korps les excès de Streicher, et se préoccupait surtout de hâter l'émigration des Juifs vers la Palestine.
Le chef de la section juive était un SS nommé von Mildenstein; selon lui la seule solution du problème juif en Allemagne consistait à organiser l'émigration; il suivait avec attention le travail des sionistes et allait jusqu'à faire établir par ses collaborateurs des graphiques montrant les progrés du sionisme dans les milieux juifs allemands*.
Lorsque, comme on le verra, les émissaires du Yishouv s'efforcèrent de sauver leurs coreligionnaires, von Mildenstein encouragea leur action, non certes par un sentiment d'humanité, mais pour hâter l'expulsion des Juifs d'Allemagne.
Un de ses collaborateurs était un jeune officier SS nommé Adolf Eichmann, qui fut chargé du bureau "sioniste" avec Herbert Hagen qui remplaça
von Mildenstein. Hagen et Eichmann se rendirent compte qu'en poussant
à l'émigration, ils renforçaient du même coup la colonisation juive en Palestine: n'était-ce pas contribuer à la création d'un Etat Hébreu qui à son tour pourrait prendre sous la protection les minorités juives dispersées ?...
... Eichmann continua à se spécialiser d'abord à Berlin, puis à Vienne,
dans l'émigration plus ou moins forcée. Il affectait d'employer des termes hébreux ou yiddisch, et manifestait une connaissance étonnante du mouvement sioniste, de la Palestine et de ses habitants.
Le bruit courrait qu'il était né lui-même en Palestine dans une des colonies allemandes telles que Sarona ou Wilhelma, fondées au siècle dernier.
En septembre 1937, camouflé en correspondant du Berliner Tageblatt,
il fit un cours séjour en Palestine et en Egypte, où il prit contact avec
des émissaires du grand mufti et avec un officier de la Haganah...
... Le 28 octobre 1938, Heydrich, chef de la Sipo faisait arrêter 17.000 Juifs polonais résidant en Allemagne. Jetés dans des wagons à bestiaux, ils furent dirigés de force vers la frontière polonaise où la police ne mit aucun empressement à les laisser entrer.
Ces malheureux restèrent dans le no man's land, déportés par le Reich
et repoussés par la Pologne.
Parmi eux se trouvait un tailleur de Hanovre nommé Grynszpan.
Son fils Herschel, demeurant à Paris, apprit par la radio le sort de son père.
Exaspéré, il acheta un revolver et tua de cinq balles un secrétaire de l'ambassade allemande à Paris, von Rath.
Le geste de Grynszpan fut accompli le 7 novembre.
Le 9, Goebbels prononçait à Munich devant une assemblée de dignitaires nazis présidée par Hitler, un des discours les plus violents de sa carrière: aussitôt se déclenchait le pogrom...
... Cette fois il devenait évident pour les plus aveugles que la seule chance de salut résidait dans l'exode.
En 1939, 78.000 Juifs quittèrent le Reich, 30.000 la Bohême-Moravie.
Heydrich et Heichmann n'hésitèrent pas à collaborer avec les émissaires du Mossad, l'organisation sioniste chargée de l'émigration, et les autorisèrent même,pendant l'été 1939,

à préparer des départs par bateaux en utilisant les ports de Hambourg et d'Emden.
Mais c'est en 1939 également que le gouvernement britannique

décida de céder aux menaces des Arabes et de fermer les portes
de la Palestine.
Le Livre Blanc et l'antisémitisme nazi se trouvaient donc converger pour écraser les Juifs entre le Reich qui les chassait et la Grande Bretagne qui leur interdisait l'entrée de la Terre Promise.
La flotte anglaise en Méditerranée orientale se mit à faire la chasse
aux bateaux d'immigrants, et le Ministre des Colonies du gouvernement Chamberlain pouvait annoncer triomphalement à la Chambre des Communes, le 21 juillet, qu'en deux mois la Royal Navy avait pu refouler 3.507 immigrants illégaux..."


Fin de citation

Source:
Heinz Hölne in "Die Geschichte der SS", article paru dans
le Spiegel du 19 décembre 1966...

Bonne journée.

Toine
Télétubbé
Télétubbé

Nombre de messages : 24
Age : 77
Localisation : La Seyne/Mer
Date d'inscription : 09/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  eddy marz le Jeu 30 Juil 2009, 2:59 pm

Bonjour Toine;

Cet épisode a déjà été traité ici : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/crimes-de-guerre-et-contre-l-humanit-f18/ss-et-mossad-une-brve-alliance-t6611.htm

et ici : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/crimes-de-guerre-et-contre-l-humanite-f18/heydrich-et-la-solution-finale-part-i-t8760.htm

En utilisant l'oeuvre intégrale dont tu cites un article de référence (Heinz Höhne), ainsi que d'autres sources. Il y a un moteur de recherches, il ne faut pas hésiter à l'utiliser.

Cordialement

Eddy Marz
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Qui

Message  Baugnez44 le Lun 03 Aoû 2009, 8:11 pm

Toine a écrit:Il s'agit ici de poser un certain nombre de questions et un
certain nombre d'éléments qui permettent de comprendre
comment un certain nombre de faits se sont produits !
A cet effet, je fais référence à cet excellent livre de Jacques Soustelle,
qui bien que non Juif, a bien étudié le problème, et qu'on ne peut pas
le soupçonner d'avoir été pro-nazi, ou même vychiste !
Et qui fut même... gaulliste !

Or que dit Soustelle sur ce qui se passa dans le Reich à partir de 1933 ?

Je cite:

Fin de citation

Source:
Heinz Hölne in "Die Geschichte der SS", article paru dans
le Spiegel du 19 décembre 1966...

Bonne journée.

Qui est cité en définitive dans ce salmigondis? Soustelle ou Höhne? Et quel est le titre de "l'excellent" livre de Soustelle?

_________________
Toutes les vertus secondaires comme le courage, la discipline, la fidélité, l'endurance n'ont un effet positif qu'aussi longtemps qu'elles servent une cause positive. Si une cause positive devient négative, les vertus secondaires deviennent problématiques
avatar
Baugnez44
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 2673
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Ming le Lun 03 Aoû 2009, 10:46 pm

Je ne sais pas si l'auteur de ce texte est réellement Jacques Soustelle, d'ailleurs j'en doute très fort, mais même si tel est le cas, il peut aller reprendre des cours d'histoire.

Le mossad a été créé en décembre 1949, soit quatre ans après la fin de la seconde guerre mondiale, de ce fait il est absolument impossible que des émissaires de ce service aient pu rencontrer Heydrich ou quiconque autre à cette époque. Et encore à plus forte raison du fait que le mossad même s'il eut existé à cette époque n'aurait certainement pas organisé l'émigration. C'est un service secret, de ce fait ses agents opèrent sous couverture et pseudonyme la majeure partie du temps.

Ensuite il est exact que la Grande-Bretagne a bloqué l'arrivée de colons supplémentaires en Palestine, mais elle a accueilli et sauvé plusieurs centaines d'enfants juifs à la veille de la 2GM.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Kalendeer le Lun 03 Aoû 2009, 11:40 pm

Mossad Le'aliyah Bet

*sifflote*
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 27
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Ming le Mar 04 Aoû 2009, 12:38 am

Kalendeer a écrit:Mossad Le'aliyah Bet

*sifflote*

Hum, ce n'est quand même pas le mossad tout court, c'est une erreur de le mentionner sous cette forme puisque ce n'est pas l'appellation exacte. Donc hssssshhhh (forceps, ça vient, hop là tape sur la fesse, oui il crie) j'ai raison.

*chante nan l'accompagne au piano*

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Kalendeer le Mar 04 Aoû 2009, 12:48 am

Ah, mais moi je me suis contentée de siffloter...
avatar
Kalendeer
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 742
Age : 27
Localisation : Isère
Date d'inscription : 06/08/2008

http://adler.jdrforum.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Toine le Mer 05 Aoû 2009, 7:22 pm

Baugnez44 a écrit:
Toine a écrit:Il s'agit ici de poser un certain nombre de questions et un
certain nombre d'éléments qui permettent de comprendre
comment un certain nombre de faits se sont produits !
A cet effet, je fais référence à cet excellent livre de Jacques Soustelle,
qui bien que non Juif, a bien étudié le problème, et qu'on ne peut pas
le soupçonner d'avoir été pro-nazi, ou même vychiste !
Et qui fut même... gaulliste !

Or que dit Soustelle sur ce qui se passa dans le Reich à partir de 1933 ?

Je cite:

Fin de citation

Source:
Heinz Hölne in "Die Geschichte der SS", article paru dans
le Spiegel du 19 décembre 1966...

Bonne journée.

Qui est cité en définitive dans ce salmigondis? Soustelle ou Höhne?
Et quel est le titre de "l'excellent" livre de Soustelle?
*


Le monde a continué à se persuader que Hitler ne tiendrait pas longtemps,et qu'une "révolution" mettrait vite fin à son règne.
D'ailleurs, ce qui s'était passé avec les purges des SA, pouvait le laisser entrevoir.
Malheureusement, "le monde", ne connaissait rien du nationalisme allemand qui avait été humilié par le Traité de Versailles et ses conséquences, et qui était donc conduit à faire le contraire de
ce qui était souhaité.
Les milieux Juifs amércains pensaient davantage à une mondialisation capitaliste qui ramènerait l'Allemagne dans le giron des Etats-Unis,
qu'à la sauvegarde de la communauté israëlite. Il faut bien le dire.
Il faut dire aussi que le mouvement sioniste, et notamment
l'Agence Juive avait entrepris de faire émigrer vers la Palestine le plus possible de Juifs de Pologne et d'Allemagne.

Mais ils se heurtèrent à l'intransigence... britannique !

"...En 1938, deux émissaires de l'Agence juive, Pino Ginsberg à Berlin
et Moshé Bar-Gilad à Vienne, prirent contact avec la Gestapo
et le S.D ,notamment avec Eichmann.
C'était le début d'une étrange et paradoxale "collaboration"
entre les Juifs et leurs plus farouches ennemis.
Elle dura d'ailleurs fort peu de temps car dès le mois de mai 1939, Eichmann fit expulser Bar-Gilad d'Autriche et de tout le terriroire du Reich.
C'est que les SS s'étaient aperçus que l'organisation des transports
vers la Palestine pouvait être pour eux une source importante de profits.
Ils décidèrent donc de prendre eux-mêmes l'affaire en mains en créant
un bureau central chargé de l'émigration et destiné surtout à extorquer
de l'argent aux Juifs fuyant les brimades et les camps de concentration. Bar-Gilad et Ginsberg purent encore obtenir un répit en jouant sur les rivalités de bureaux et de personnes entre la Gestapo et les SS, mais
là-dessus la guerre survint et tout fut arrêté.
L'Agence juive avait pu cependant envoyer en Palestine plusieurs bateaux dont le Colorado et le Dora, chacun avec 400 à 500 passagers.
Au total, il avait pu faire émigrer en 1938 et début 1939 environ 7.000 personnes.
Chiffre évidemment modeste si on le compare aux millions de malheureux condamnés à mort.
Et pourtant, quels trésors de courage, d'ingéniosité et de patience n'avait-il pas fallu déployer pour sauver ces vies !...
Il fallait acheter ou louer des bateaux, organiser des convois et souvent après tant d'efforts, les navires se heurtaient au mur mobile qui se dressait sur la mer devant la côte palestinienne: la Royal Navy qui arraisonnait les bateaux, faisait prisonnier les commandants et les équipages, et internait les passagers..."


Jacques Soustelle in "La longue marche d'Israël"
(Ed. Fayard. 1968) *

Comme on peut le voir, et tout le livre en apporte la démonstration, la
responsabilité des Anglais fut extrêmement lourde dans ce qui allait suivre !
En fait ce sont eux, qui mirent le plus d'obstacles à l'émigration des Juifs d'Europe, et qui,par la déclaration de guerre à l'Allemagne, allaient compromettre toutes leurs chances de survie.
Alors on peut se poser la question:

Et si les Anglais étaient les premiers responsables de cette "solution finale"
qui leur éviterait de devoir céder un jour la Palestine aux "sionistes" ?

Jacques Soustelle nous parle ensuite de l'offre qui avait été faite par Eichmann au gouvernement britannique en 1944 de " libérer"
1 million de Juifs Hongrois
contre mille tonnes de blé, mille tonnes
de café et 10.000 camions.
L'offre fut transmise par Yaël Brand qui fut arrêté et interné
au Caire par la police britannique.
Si révoltante que pouvait paraître cette offre, pouvait-on laisser passer cette chance de sauver 1 million de condamnés à mort ?
Bien entendu les Britanniques refusèrent, Lord Moyne, ministre
de l'économie et des finances s'écriant:

" Un million de Juifs ? Qu'est-ce que nous pourrions en faire ?"


Alors moi, je veux bien qu'on nous dise que Pétain "fit plus que les nazis"
contre les Juifs de France.
Mais quand nous dira-t-on que nos "chers Alliés" firent "
plus que Pétain" contre les Juifs d'Europe ?

Bonne soirée.

Toine
Télétubbé
Télétubbé

Nombre de messages : 24
Age : 77
Localisation : La Seyne/Mer
Date d'inscription : 09/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Invité le Mer 05 Aoû 2009, 7:31 pm

Je me souviens d'un "Viking", alias machin, alias trucmuch, qui ne s'exprimait que par copier-coller. Tu aurais au moins pu faire l'effort de changer de police et de mise en page. Par politesse, pas par noblesse.
C'est tenace ces petites choses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Phil642 le Mer 05 Aoû 2009, 7:55 pm

Toine a écrit:




Et si les Anglais étaient les premiers responsables de cette "solution finale"

Alors moi, je veux bien qu'on nous dise que Pétain "fit plus que les nazis"
contre les Juifs de France.
Mais quand nous dira-t-on que nos "chers Alliés" firent "
plus que Pétain" contre les Juifs d'Europe ?

Bonne soirée.



PAF! spamafote


Phil
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7672
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Ming le Mer 05 Aoû 2009, 9:46 pm

On va interrompre le tissu de conneries cinq minutes et recaler le débat.

D'abord la Palestine était sous protectorat britannique, et s'il y a bien un pays qui a contribué à la défense des juifs à cette époque, c'est la Grande-Bretagne. Quand les colons juifs s'établirent en Palestine et qu'ils furent attaqués par les légions arabes qui effectuèrent enlèvements, assassinats et attaques fusil au poing, c'est un officier britannique, Orde Wingate, qui a établi des commandos de défense juifs et qui les a armés au travers des Special Night Squads. Pour commencer.

Ensuite la situation alors était semblable à celle que l'on connait aujourd'hui, c'est-à-dire des revendications territoriales d'un côté comme de l'autre. A cette époque les arabes voyaient d'un œil encore plus mauvais l'arrivée de juifs en Palestine, qui était déjà alors considérée comme territoire arabe si ce n'est musulman. Pour éviter que la situation ne bascule et ne tourne à une véritable guerre civile, des quotas d'émigration furent alors établis. Quotas qui ont été respectés avec difficulté. Il eut été impossible de faire émigrer plusieurs centaines de milliers, voir des millions de juifs en Palestine sans que la situation politique au moyen-orient ne bascule dans le conflit armé.

En conséquence de quoi déclarer que les britanniques sont responsables de la mort de millions de juifs est non seulement une ineptie (je reste poli parce que le qualificatif exact est bien plus brutal et nettement plus grossier) mais c'est de plus méconnaître la situation d'alors sans parler des domaines diplomatiques et territoriaux.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Sir Allen McLeod le Dim 09 Aoû 2009, 3:10 pm

Bonjour.

Je trouve le point de vue de Toine intéressant, même si je n'y souscrit pas. (car il est tout de même vraiment exagéré de mettre sur le dos des britanniques la responsabilité de la Shoah)
Cependant, je me rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, une polémique faisait rage pour savoir si oui ou non l'armée française était responsable des génocides du Rwanda. La réflexion de Toine n'est elle pas une déduction semblable ?

Pourquoi le traiter comme un troll et ne pas le contrer avec une véritable argumentation ? Après tout, les documentaires que j'ai pu voir sur la question des juifs en Palestine ne montraient pas les anglais comme de grands amis des juifs. Ce n'est pas parce que quelques officiers aient pu agir de façon honorable que cela reflétait l'attitude générale et réelle du gouvernement de Londres.
avatar
Sir Allen McLeod
Soldat 1ère classe
Soldat 1ère classe

Nombre de messages : 4
Age : 27
Localisation : Ecosse
Date d'inscription : 09/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Ming le Dim 09 Aoû 2009, 5:22 pm

Sir Allen McLeod a écrit:Bonjour.

Je trouve le point de vue de Toine intéressant, même si je n'y souscrit pas. (car il est tout de même vraiment exagéré de mettre sur le dos des britanniques la responsabilité de la Shoah)
Cependant, je me rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, une polémique faisait rage pour savoir si oui ou non l'armée française était responsable des génocides du Rwanda. La réflexion de Toine n'est elle pas une déduction semblable ?

Pourquoi le traiter comme un troll et ne pas le contrer avec une véritable argumentation ? Après tout, les documentaires que j'ai pu voir sur la question des juifs en Palestine ne montraient pas les anglais comme de grands amis des juifs. Ce n'est pas parce que quelques officiers aient pu agir de façon honorable que cela reflétait l'attitude générale et réelle du gouvernement de Londres.

On le traite comme un troll parce que nous avons eu le loisir de comprendre quelles sont ses opinions politiques au gré de ses différents posts.
Il n'est pas question dans le fond de savoir si les anglais étaient des amis des juifs ou non, il est question d'accords diplomatiques qui remontent à 1919, au tracé des frontières selon l'accord Sykes-Picot et des accords passés avec les différents protectorats à l'échelle autochtone.

Ton point de vue et celui de notre trublion correspond à celui-ci : déplaçons la forme du protectorat palestinien de l'époque dans le temps pour le situer en ex Yougoslavie.
Les anglais sont remplacés par les casques bleus qui défendent les minorités musulmanes des attaques des troupes serbes. Dans le cas présent votre raisonnement appliqué serait de dire que si les minorités musulmanes se font occire par les serbes, c'est la faute des casques bleus.

Ce ne sont pas les casques bleus qui ont décidé de procéder à un nettoyage ethnique à la base... Ce ne sont pas non plus les casques bleus qui ont exécuté des milliers de personnes avant de les enfouir dans des fosses communes, ou qui les ont déportées dans des camps de concentration ou qui ont formé des commandos d'exécution volants comme celui des tigres blancs et j'en passe.

Les juifs allemands, polonais, tchèques, français, italiens, croates, roumains, cela faisait depuis des siècles qu'ils s'étaient confondus à la population du pays dans lequel ils résidaient. Ils s'y étaient intégrés. S'il n'y avait pas eu un psychopathe de la dimension d'hitler, aucun d'entre-eux n'aurait songé à fuir l'Allemagne à cause de l'oppression dont ils ont été victimes. On ne peut donc pas considérer les britanniques comme responsables, parce qu'en ce qui les concerne, ils n'ont fait que veiller au respect d'un accord passé avec les arabes relatif au taux d'immigration de juifs en Palestine. Autrement dit à veiller à ce que les conditions de paix précaire soient respectées dans cette partie du monde. Maintenant si tu penses que les britanniques sont responsables, ils le sont autant que les polonais, les français, les américains, les cubains c'est-à-dire toutes les nations qui ont refusé ou se sont opposées à un afflux massif de réfugiés en provenance d'Allemagne puis des autres pays occupés par la suite.

_________________


Patrie, Courage, Foi. Regarde Saint Michel et saute rassuré.

Wenn de net wellcht metkommen, los es stehn !

Membre du club des survivants du péril thaïlandais, du canon de 88 sulfateur de l'infâme colonel Olrik (rebus: oui russe, non russe, liquide, vomi)

Clairement, je suis ami avec les touffes

http://pbycatalina.wordpress.com

http://thehighflight.wordpress.com/
avatar
Ming
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 5777
Age : 45
Localisation : MingLouffie occidentale
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heydrich et la « Solution Finale » – Part II

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum