Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  tietie007 le Mer 25 Avr 2012, 9:55 am

Jules a écrit:
tietie007 a écrit:La Wehrmacht était la meilleure armée du monde, tactiquement parlant. Le duel confine au mimétisme, et les soviétiques ont appris des allemands, comme l'élève imite le maître, et repris les recettes teutonnes de la Blitzkrieg avec 10 fois plus de matériels.
La faiblesse industrielle de l'Allemagne n'a pas permis de soutenir une guerre mondiale, les ressources étant limitées, la fin était plus que prévisible.
Beaucoup de militaires allemands qui travaillaient dans la production de guerre ont vite compris que cette guerre pouvait mal se passer. Je pense à Milch, l'adjoint de Goering, opposé à cette guerre, car percevant les limites dans la production aéronautique, déjà bien en peine pour remplacer les avions perdus. Le général Thomas, du service de l'économie de guerre de l'OKW parlait le 8 février 1941, de l'insuffisance du ravitaillement pour une nouvelle campagne contre la Russie. Et le directeur du plan quadriennal, subordonné de Goering, Paul Koerner, avait mis l'accent sur les pertes économiques substantielles en cas d'agression de l'URSS.
Goering, lui-même, parlait d'erreur politique, militaire et économique en évoquant Barbarossa.
Mais chez Hitler, comme le disait le Reichmarschall, les choix politiques ou militaires ne dépendaient pas de l'économie (encore que Hitler a validé l'attaque de Kiev pour prendre le grenier à blé de l'URSS).
L'attaque contre l'URSS était avant tout "idéologique", ancré dans les gênes d'Hitler, et prévue depuis bien longtemps, même avant la chute de la France, puisque le Führer avait évoqué cette attaque, dès novembre 1939, à son aide de camp, von Below.

Goering savait que le 3ème Reich allait droit dans le mur en cas d'attaque contre l'URSS. Malgré ça, il ferma sa gueule durant toutes les réunions d'état major, en caressant même Hitler dans le sens du poil. Il aurait dû démissionner mais il était dans un tel confort que tout le reste passait au second plan.

Exact, en tout cas c'est l'image qu'en donne Kersaudy ! Un homme lucide, intelligent, mais totalement assujetti à Hitler et à son confort matériel, schizophrène à souhait. Je pense que sa consommation hallucinante de morphine, qui faisait alterner moment d'euphorie et d'aboulie, était due à cette lucidité effrayante, qui voyait la fin du 3eme Reich conjuguée à une addiction au fanatisme hitlérien, source de son pouvoir ! Cette dichotomie devait être assez insupportable, génératrice d'une angoisse que seule la morphine pouvait calmer !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Jules le Mer 25 Avr 2012, 11:58 am

tietie007 a écrit:

Exact, en tout cas c'est l'image qu'en donne Kersaudy ! Un homme lucide, intelligent, mais totalement assujetti à Hitler et à son confort matériel, schizophrène à souhait. Je pense que sa consommation hallucinante de morphine, qui faisait alterner moment d'euphorie et d'aboulie, était due à cette lucidité effrayante, qui voyait la fin du 3eme Reich conjuguée à une addiction au fanatisme hitlérien, source de son pouvoir ! Cette dichotomie devait être assez insupportable, génératrice d'une angoisse que seule la morphine pouvait calmer !

Tous les portraits de Goering tendent vers ce constat : un homme intelligent, malin, courageux mais arriviste et dénué de scrupules.
Ce n'est pas un antisémite "sanguin" mais un nazi sans pitié.
Dès leur première rencontre, Hitler savait ce que cet homme pouvait apporter au nazisme et c'est ce qu'il rechercha chez tous ses proches "collaborateurs" : une cruauté sur demande conjuguée à une soumission absolue.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  tietie007 le Mer 25 Avr 2012, 7:30 pm

Kersaudy parle de 3828 avions soviétiques détruits dans la première semaine de Barbarossa ! Un chiffre hallucinant ! Preuve que Staline n'avait pas mis en alerte les bases aériennes. Aucun pays au monde, sauf l'URSS, n'aurait pu se relever d'un tel carnage ...
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  le ronin le Jeu 26 Avr 2012, 1:14 pm

Bonjour .Hormis le début de l'invasion de la Russie, où l'aviation joua un très grand rôle dans les offensives, surprenant des centaines d'avions russes encore au parking , à partir de 1942 son rôle , et sa maîtrise du ciel, commencèrent à décliner .
L'aviation allemande se dispersa dans plusieurs tâches (appui des troupes au sol -notamment- ) ravitaillements lointains, inefficacité des bombardements qui n'atteignirent que partiellement l'infrastructure de cet immense pays,en tout cas elle n'entrava pas la production des blindés, et surtout des nouveaux types d'avions de plus en plus nombreux, avec des pilotes de plus en plus expérimentés .Au fur et à mesure, du temps, les appareils allemands firent des allers retours pour défendre le ciel berlinois, transfert en Afrique du Nord de l'unité de Kesselring (luftflotte 2) entre autre, alors que la demande du front de l'Est s'accélérait , perte de pilotes expérimentés , production tardive et non adaptée à l'effort de guerre , puis sur les années fin 43/ 44, le retour de grandes escadrilles en Allemagne afin d'assurer la protection du " grand Reich millénaire " .Certes on peut dire que l'état du front "terrestre" eu des répercussions direct sur l'aviation, mais comme pour ce dernier, la logistique ne suivait pas , et les pertes côté allemand ne furent pas compensées , tandis que l'industrie russe tournait à plein régime .Si l'on ne dispose pas de la suprématie aérienne , les troupes au sol ne peuvent avoir un rendement optimum. De plus la non destruction des champs pétrolifère de Bakou, contribuèrent également au déclin progressif de la "meilleure armée du monde " .


Amicalement,


le ronin.

_________________
....La véritable personnalité d'un homme ne se dévoile qu'au feu, tout le reste n'est que littérature.....


Semper fidelis .
avatar
le ronin
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 3426
Age : 65
Localisation : Dans l'Hérault, cong!
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Jules le Jeu 26 Avr 2012, 6:05 pm

Puisqu'on parle chiffres et donc matériel ; souvenons-nous de cette entrevue entre Hitler et Mannerheim, le 4 juin 1942. Je la trouve très intéressante car audio-enregistrée à l'insu des protagonistes : on découvre un Hitler déjà très angoissé, cherchant presque du réconfort ; il vient en effet de découvrir les capacités de production des usines soviétiques en matière de chars. Il est plus qu'impressionné. Dégoûté même. Écœuré.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Narduccio le Sam 28 Avr 2012, 7:42 pm

tietie007 a écrit:La Wehrmacht était la meilleure armée du monde, tactiquement parlant. Le duel confine au mimétisme, et les soviétiques ont appris des allemands, comme l'élève imite le maître, et repris les recettes teutonnes de la Blitzkrieg avec 10 fois plus de matériels.

Cela est faux. La stratégie allemande est axée sur la guerre-éclair. Les russes font ce qu'on nomme de l'art opératif. D'ailleurs, les spécialistes des questions de stratégie discutent pour savoir si l'art opératif a été inventé par les généraux russes à la suite de la pensée de Mikhaïl Toukhachevski ("purgé" en 1937) ou si c'est une invention des généraux français et anglais en 1917-18.

En fait, sur le plan stratégique, il y a une continuation entre ce que fait l'armée allemande de 1917-18 et la blitzkrieg chère à l’État-major allemand de 1939-40. En effet, les allemands de 1917 avaient misé sur des unités d'élites, les sections d'assaut dont le but était de provoquer la fameuse percée qui permettait de relancer les offensives. Ces sections d'assaut, si vous les mettez dans un char ou dans un avion d'appui au sol, vous obtenez ce fameux couple char/avion cher aux tenants de la guerre éclair.

On notera que cette recherche d'une armée constituée d'unités d'élites flanquées par des unités de seconde zone aura le même résultat en 1918 et en 1942. Les unités d'élites s'usent plus vite qu'on ne peut les former et elles finissent par disparaitre du front. Il ne reste plus alors que des unités de seconde zone.

Mais qu'est "l'art opératif ? Je conseillerais de se reporter à la lecture du n°5 de Guerres & Histoire qui présente un dossier spécial sur l'armée française de 1918, et plus particulièrement l'article page 56 : "Les français ont-ils inventé l'art opératif ?". Alors que la guerre-éclair cherche la bataille décisive qui réalise une percée suivie d'une longue cavalcade vers l'avant et qui se termine souvent au bout de 450-500 km, la logistique étant arrivée au bout de ses capacités, l'art opératif consiste à lancé une succession d'opérations limitées, mais coordonnées sur la totalité d'un front. En fait, on grignote l'armée ennemi. Sauf que les généraux russes font un saut quantitatif en lancent plusieurs armées en colonnes d'attaques divergentes. D'après l'article, le travail doctrinaire est réalisé entre 1920 et 1930 par Svetchine, Triandafillov, Isserson, Toukhatchevski.

tietie007 a écrit:La faiblesse industrielle de l'Allemagne n'a pas permis de soutenir une guerre mondiale, les ressources étant limitées, la fin était plus que prévisible.

Tout à fait d'accord, l'Allemagne, pour diverses raisons dont certaines sont doctrinaires a tardé à basculer dans une économie de guerre et l'a payé au prix fort.


Dernière édition par Narduccio le Sam 28 Avr 2012, 10:12 pm, édité 1 fois

Narduccio
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 4684
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 05/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  panzerblitz le Sam 28 Avr 2012, 8:47 pm

Je suis assez d'accord avec Narduccio. Des exemples de la maitrise soviétique de tactiques "types Blitzkrieg" s'observent d'ailleurs en 1939 lors de la bataille de Khalkhin Gol, face au Japon. Tout y est : l'aviation de combat tactique via les bombardiers Polikarpov R-Z, R5 et les Tu SB. Le bombardement des voies de communication à l'arrière grace aux TB-3, la chasse, les mouvements blindés, l'artillerie pour couver celle-ci, et même les transport de troupes blindés tout ou semi-chenillés.

Et le résultat, c'est quand même une sacré belle victoire face à un adversaire pas inférieur en nombre.

Ensuite, concernant les évènements européens, on voit effectivement l'Armée Rouge se planter en Finlande et deux ans plus tard face aux Allemands. Là c'est peut être au niveau de certain détails techniques que la situation peut être critiquable. Les radios manque dans les unités, dans les chars, dans les avions. Les avions placés en première ligne ne sont pas de dernière jeunesse, beaucoup sont rapidement abandonnés. Et certaines munitions - comme les 45mm explosifs - sont quasi absentes, obligeant des centaines de T-26 et BT-5 et 7 à charger l'infanterie de l'Axe avec leurs seuls obus perforants.
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  tietie007 le Ven 22 Mar 2013, 4:37 pm

Jean Lopez, dans Koursk ...analyse les désastres soviétiques des premiers mois de la guerre et il met ça sur le compte d'une incapacité à coordonner plusieurs Fronts d'armée à la fois, un manque total de synergie inter-armes et une logistique inexistante. Pour Lopez, l'infanterie soviétique était le point faible de l'armée rouge. Elle était médiocrement formée, constituée en majorité de paysans, et était peu mobile, par manque de camions, ce qui rendait la collaboration blindée/infanterie peu fiable. L'armée rouge a appris dans les désastres des premiers 18 mois de la guerre.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Jules le Ven 22 Mar 2013, 8:37 pm

tietie007 a écrit: il met ça sur le compte d'une incapacité à coordonner plusieurs Fronts d'armée à la fois, un manque total de synergie inter-armes et une logistique inexistante.

La logistique, ça reste très vague. De quoi parle t-on exactement ?
- carburant,
- rations alimentaires,
- armes/munitions/blindés,
- accessoires ?

Quant à la "faiblesse" de l'infanterie soviétique (à Koursk), peut-être que celle-ci était manifeste au niveau de l'équipement mais elle était bien supérieure en nombre de soldats (rapport de 2 contre 1 il me semble). Ce n'est pas rien.
avatar
Jules
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 2062
Age : 37
Localisation : ici
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  tietie007 le Ven 22 Mar 2013, 9:06 pm

Jules a écrit:
tietie007 a écrit: il met ça sur le compte d'une incapacité à coordonner plusieurs Fronts d'armée à la fois, un manque total de synergie inter-armes et une logistique inexistante.

La logistique, ça reste très vague. De quoi parle t-on exactement ?
- carburant,
- rations alimentaires,
- armes/munitions/blindés,
- accessoires ?

Quant à la "faiblesse" de l'infanterie soviétique (à Koursk), peut-être que celle-ci était manifeste au niveau de l'équipement mais elle était bien supérieure en nombre de soldats (rapport de 2 contre 1 il me semble). Ce n'est pas rien.


La logistique ? Un peut tout apparemment. Il faudra attendre les camions Dodge et Studebaker, fournis par les américains, pour que les soviétiques aient un ravitaillement digne de ce nom. Lopez ne parle pas la faiblesse de l'infanterie soviétique à Koursk, mais plutôt de sa faiblesse durant les deux premières années de la guerre.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Luhkah le Sam 23 Mar 2013, 4:28 pm

tietie007 a écrit:
Jean Lopez, dans Koursk ...analyse les désastres soviétiques des premiers mois de la guerre et il met ça sur le compte d'une incapacité à coordonner plusieurs Fronts d'armée à la fois, un manque total de synergie inter-armes et une logistique inexistante. Pour Lopez, l'infanterie soviétique était le point faible de l'armée rouge. Elle était médiocrement formée, constituée en majorité de paysans, et était peu mobile, par manque de camions, ce qui rendait la collaboration blindée/infanterie peu fiable. L'armée rouge a appris dans les désastres des premiers 18 mois de la guerre.

Je suis troublé et je voudrais nuancer votre propos. géné

Pour moi, l'analyse de Jean Lopez tiens en effet a l'incapacité a la coordination des fronts et de la coopération interarmes.

Mais Jean Lopez, dans son pavé sur les opération Vistule-Oder pointe du doigt la faiblesse de l'infanterie rouge comme étant une conséquence de la saignée des deux premières années de guerre a l'est. L'armée rouge a disparu presque entièrement deux fois de suite lors des campagnes d'été de 41 et 42.

Les troupes ont été reformées essentiellement à partir de troupe issus du Goulag, de "soldat trophée" ramasser lors des conquêtes de 1943 et 1944.

Avant 1943, les troupes russes sont plus professionnelles, mais elles sont sacrifiées par Staline et ses sbires sur l'autel de l'idéologie stalinienne. Après, Staline laisse la place aux cadres professionnels, mais les soldats du rang ont presque tous disparu... spamafote

Bien sur, ces derniers n'ont rien à voir avec les troupes super entraînée de la Werhmacht post 1944, ou de simple sous-officiers peuvent prendre en main une compagnie sur le pouce.
avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Sam 23 Mar 2013, 5:57 pm

évidemment que c'est grâce au nombre que les soviétiques ont gagnés.
Si ils avaient eu moins de soldats et le même matériel , ils auraient tout simplement perdus !
Ce sont des allemands eux même qui l'ont dit ! par exemple je prends la phrase d'un soldat

"On détruisait 50 chars aujourd'hui , le lendemain , ils y en avaient encore plus !"
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Luhkah le Sam 23 Mar 2013, 7:37 pm

v2 a écrit:évidemment que c'est grâce au nombre que les soviétiques ont gagnés.
Si ils avaient eu moins de soldats et le même matériel , ils auraient tout simplement perdus !
Ce sont des allemands eux même qui l'ont dit ! par exemple je prends la phrase d'un soldat

"On détruisait 50 chars aujourd'hui , le lendemain , ils y en avaient encore plus !"

Je crains que non, V2. maleureu gri

La supériorité numérique, bien qu'indéniablement importante, n'explique pas tout.

L'armée finlandaise a donnée une sacrée raclée a l'armée rouge malgré un rapport numérique largement défavorable.

Dans le même esprit, pendant la première guerre mondiale, les généraux Samsonov et Rennenkampf, menant les troupes Tsaristes se prirent une rouste a Tannenberg et aux Lacs Mazures.

C'est d'aileurs le souvenir de leur campagne a l'est pendant la première guerre mondiale qui va pousser de nombreux chefs de la Werhmacht à une confiance insensée dans l'opération Barbarossa. En 14-18, les prussiens ne se sont jamais réellement sentit en danger sur le front est, tout au plus ont ils ressentit la gêne de perdre de nombreuses unités afin de tenir la ligne.

La défaite de la France en 1940, ainsi que les premiers aperçu des performances médiocres de l'armée rouge en Finlande, en Pologne, ainsi que lors des visites des officiers allemands chez les russes vont renforcer cette confiance : "Comment ne pas triompher d'un ennemis qui n'a jamais réellement été ressentit comme un danger pendant 3 ans ?"

Bien sur, les soldats allemands ressentiront l'impression d'une écrasante supériorité numérique, mais il s'agit là d'une impression relative et trompeuse : ce ne sont pas seulement les soldats ou les chars russes qui sont plus nombreux, mais les soldats allemands qui le sont moins.

Dés 1942, la mobilité des divisions d'infanteries allemandes s'amenuisent fortement, cela est du a de nombreux facteurs, comme le fait que Hitler refuse la mobilité, et donc le raccourcissement du front, et le caractère de plus en plus précaire du ravitaillement en essence, qui contraint la Werhmacht au déplacement hippomobile... ou à l'immobilité pure et simple. (Sans compter l'effet des partisans et des chemins de fer exécrables en russie, pour ne rien dire du réseau routier...)

Du coups, les russes, grâce a leur habilités croissantes dans la Maskirovka et la concentration des troupes, peuvent concentrer leur force de façon de plus en plus spectaculaire et aisée, ce qui rend le rapport de force local de plus en plus défavorable pour les allemands.

Ainsi, les Allemands sont toujours, sinon souvent débordés par le nombre des russes, souvent à court de munition, les Panzerdivisioenens et les SS courent d'un coin du front à l'autre, bouchant les trous que la Werhmacht n'est pas en mesure de refermer par manque d'effectif.

Il est symptomatique que cette dernière recourt aux armées Italiennes, Hongroises, Roumaines et à des unités venant de toute l'Europe pour compléter ces effectifs. Et même cet expédient ne suffira jamais.

avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Sam 23 Mar 2013, 7:43 pm

J ai lu dans pilote de stukas de Hans rudel , un moment il explique qu'il a vu toute une armée roumaine qui partait en courant laissant leur cannons avec les munitions en parfaite état !
Comment voulez vous gagner une guerre avec cela ?
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Luhkah le Sam 23 Mar 2013, 7:57 pm

v2 a écrit:J ai lu dans pilote de stukas de Hans rudel , un moment il explique qu'il a vu toute une armée roumaine qui partait en courant laissant leur cannons avec les munitions en parfaite état !
Comment voulez vous gagner une guerre avec cela ?

Bien sur, mais il y a une chose que Rudel ne dit, ou ne perçoit pas dans ses mémoires.

Les armées Roumaines sont essentiellement engagées sur le front Est en 1941 et 1942, ensuite, elles sont relayées a des activités anti-partisans par manque de matériel et a cause d'un moral de plus en plus déficient, il est vrai. Ce qui m'incite a penser que la scène auquel Rudel assiste s'est passée probablement en 1942. (Probablement dans le secteur sud, a l'époque du plan bleu et de Stalingrad.)

Cependant, jusqu'à la fin de cette période, Les Roumains dépendaient beaucoup des allemands pour leur matériels, mais leurs canons antichars par exemple, ne valait pas tripette, et les Allemands n'ont jamais eu une infrastructure industrielle suffisante pour équiper la Werhmacht ET leurs alliés en même temps, à la grande différence des américains.

Hitler avait promis d'aider les Roumains et les Italiens en leur fournissant des équipements adéquats : ces promesses n'ont jamais été tenue. Les Roumains s'enfuyant en laissant leurs canons on probablement sauver leur vies d'un sacrifice inutile : en effet, peu importe que votre canon antichar de 37mm soit flambant neuf et vos caisses bourrées de munitions, s'il n'est pas capable de percer le blindage des chars qui constituent la pointe blindée d'une offensive, vous pourriez aussi bien leur cracher dessus... et les 76mm des T-34 vous tueront bien avant que vos 37mm puissent percer leur blindage. (De la même façon d'ailleurs, que les canons antichar russe se faisait détruire par les 88mm des Tigres. La différence étant que les Tigres étaient moins rapides, moins nombreux, et les antichars russes étaient utilisé en complément des mines et de l'artillerie lourde.)

avatar
Luhkah
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel

Nombre de messages : 439
Age : 38
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Sam 23 Mar 2013, 11:12 pm

Effectivement , c'était bien dans le secteur sud au moment de stalingrad .
Oui c'est se qui me semblait bien mais sa m'a choquer un fameux coup quand j'ai lu cela .
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  tietie007 le Dim 24 Mar 2013, 2:29 am

L'Allemagne nazie n'avait pas une industrie pour affronter un conflit mondial. Alors qu'en 1943, le Reich produit 281 millions de tonnes de charbon et 35 millions de tonnes d'acier, les soviétiques n'en produisent, à la même époque, 121 et 12. Pourtant, pendant toute la guerre, ces derniers produiront 106 000 chars et canons d'assaut, alors que les allemands n'en produiront que
50 439 (source: Jean Lopez, Koursk, page 60).
Le grand mérite des soviétiques, c'est d'avoir réussi à tenir au désastre de 1941, une catastrophe sans précédent dans l'histoire militaire, perdant près de 20 000 chars et 10 000 avions ainsi que 5 millions d'hommes ! Mais l'état stalinien a tenu et ne s'est pas effondré, et l'URSS a pu, grâce à la mobilisation extrême de sa population, produire encore plus d'armes et mobiliser encore plus d'armées. C'est cette mobilisation totale qui a fait la différence, face à une Allemagne qui faisait la guerre tout en vivant comme si c'était la paix, chez elle. Le premier discours sur la "guerre totale" fut tenue par Goebbels, en février 43, juste après le désastre de Stalingrad, alors que les soviétiques étaient "totalement" engagés pour cette guerre depuis le début.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

le front de l' Est

Message  breiz izel le Dim 24 Mar 2013, 11:36 am

C' est parfaitement avéré et vu sur d' autres fronts. Lors de la seconde bataille d' El Alamein les allemands ont carrément volé, je dis bien volé, leur matériel aux Italiens pour fuir plus vite. Cela s' est terminé en Tunisie où les chars allemands n' étaient pas tous des tigres, ils avaient beaucoup d' Ansaldo, volés, évidemment.
Je fais un net distingo avec le matériel pris à l' ennemi qui est lui, capturé

breiz izel
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 534
Age : 70
Localisation : France
Date d'inscription : 21/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Lun 25 Mar 2013, 5:46 pm

Au début les allemands étaient directement sur elle territoire soviétique par contre en 1943 , les 1er bombardiers alliés volés au dessus de l Allemagne et un peu plus tard , le débarquement en Italie .
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  eddy marz le Lun 25 Mar 2013, 6:35 pm

v2 a écrit:Au début les allemands étaient directement sur elle territoire soviétique par contre en 1943 , les 1er bombardiers alliés volés au dessus de l Allemagne et un peu plus tard , le débarquement en Italie .

Qu'essayes tu de nous dire, V2 ? Aussi, un petit effort avec l'orthographe serait le bienvenu...
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 62
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Lun 25 Mar 2013, 9:48 pm

Que la mobilisation allemande s'est fait beaucoup trop tard pour résister efficacement. C'est à dire , comme les soviétiques.
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  panzerblitz le Lun 25 Mar 2013, 9:54 pm

La logistique ? Un peut tout apparemment. Il faudra attendre les camions Dodge et Studebaker, fournis par les américains, pour que les soviétiques aient un ravitaillement digne de ce nom. Lopez ne parle pas la faiblesse de l'infanterie soviétique à Koursk, mais plutôt de sa faiblesse durant les deux premières années de la guerre.

Pas exactement voire pas du tout.

Les "Studebaker" sont surtout un complément pour combler les pertes en camions de 1941. Après l'attaque allemande, la production de camions est considérablement ralentie en Russie, en conséquence, pour la logistique, l'aide américaine fut la bienvenue.

"Ravitaillement digne de ce nom" c'est effectivement ce que j'emploierais, pour qualifier la situation d'avant-guerre en URSS. Avec l'aide de Ford, de la Somua, de l'italien AMO, des anglais Carden Loyd, les Soviétiques étaient à la tête d'une armée parfaitement bien fichue pour la guerre mobile, bien plus que les Allemands. Les chenillettes blindées T-20, en service au début de Barbarossa, sont par exemple bien plus nombreuses que leur homologues Sd.Kfz 251 allemands, avec presque 4000 exemplaires en service. Je n'évoque pas tous les transporteurs blindés sur base de T-26 qui se multipliaient lors de la nouvelle décennie, avec l'entrée en service du T-50 pour remplacer le char léger d'infanterie soviétique. Là ce sont des centaines et des centaines de machines, totalement chenillées, et en ce point plus mobiles que ce que l'Allemagne peut opposer, là encore. Pour ce qui concerne ce point des transports blindés, on peut sans aucun doute avancer que l'URSS ne retrouve son niveau d'Avant-Guerre qu'après la guerre, avec l'entrée en service des BTR-152 et 50.

Pour les tracteurs, j'ai pas envie d'enfoncer le clou, mais allons y. En gros, dès qu'une STZ-2 ou 3 est chopée par l'Allemagne, elle est remise en service, par exemple pour tracter des pièces germaniques beaucoup trop lourdes et jusqu'ici passablement hippomobiles. En plus, ces tracteurs très simples mais très puissants, parfois sous licence américaine Caterpillar, n'ont pas vraiment d'équivalent allemand. Le tracteur lourd allemand Sd.Kfz 9 appartenant définitivement à une catégorie à part, qui restera produite à quelques centaines d'exemplaires, beaucoup trop sophistiqués.

Et enfin pour boucler la boucle, c'est important lorsque l'on aime Tolkien : L'équipement individuel soviétique de 1943-1944 est complétement nazebroque à côté de celui du début de guerre. Rien que l'armement. Passer du SVT-40 au Mosin, le Mosin d'avant la PREMIERE Guerre, c'était quand même pas un progrès. L'un est semi-auto, l'autre non, et paradoxalement le premier est bien plus précis que le deuxième, dont le canon est sans cesse raccourcit. Enfin moi je dis ça, essayez en club de tir, la conviction est vite faite.

Selon moi, la défaite soviétique de 1941, ou disons la grosse reculade pisque la défaite aurait été un défilé allemand sur la Place Rouge, se mesure uniquement et avant tout sur le commandement. Simpliste comme approche, d'accord, mais regardons les choses en face, les nombres de tracteurs, les perfs balistiques de toutes les catégories de canons, l'armement individuel, de part et d'autre, la différence est loin d'être sensible. Et si elle l'est, ce n'est pas forcément en faveur de l'Allemagne. Le différentiel est sans aucun doute ailleurs. Staline qui se barre trois semaines sans donner de nouvelles, le commandement soviétique en déménagement constant, disons que cela peut perturber des soldats normalement totalement encadrés.


Dernière édition par panzerblitz le Mar 26 Mar 2013, 6:13 pm, édité 2 fois
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Bréhon le Mar 26 Mar 2013, 10:50 am

Bonjour,
v2 a écrit:Au début les allemands étaient directement sur elle territoire soviétique par contre en 1943 , les 1er bombardiers alliés volés au dessus de l Allemagne
Il n'a pas fallu attendre 1943 pour que des bombardiers alliés survolent l'Allemagne.

Bréhon
Adjudant
Adjudant

Nombre de messages : 94
Age : 63
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 18/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  v2 le Mar 26 Mar 2013, 5:13 pm

En 1943 les bombardements étaient plus importants que les autres année je pense , non ?
avatar
v2
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 158
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  panzerblitz le Mar 26 Mar 2013, 5:28 pm

Bof, commence vraiment à partir des 1000 bombardiers au dessus de Cologne. En 1942.

Par contre on est un peu loin du sujet initial à présent.
avatar
panzerblitz
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 4073
Age : 28
Localisation : Russie - Alsace - Ile de France - Oise
Date d'inscription : 05/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Supériorité numérique des Soviétiques, clé de leur succès?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum