Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  eddy marz le Lun 01 Nov 2010, 10:01 pm

Incroyablement, je suis passé à côté de ce thread. Moi qui ne sait pas grand chose sur les généraux Soviétiques, me voilà grandement éclairé. Merci pour ce long travail Yeoman. pouce gri

Eddy
avatar
eddy marz
Membre légendaire
Membre légendaire

Nombre de messages : 3953
Age : 61
Localisation : England/France/Italia
Date d'inscription : 24/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Lun 01 Nov 2010, 10:15 pm

DIMITRI DANILOVITCH LELIOUCHENKO
(1901 Novokouznetskiï - 1987 Moscou)

[img][/img]


Issu d'une famille de paysans du sud de la Russie (région de Rostov), il s'engage à dix-sept ansau sein des Partisans de Doumenko. En 1919, il rejoint l'Armée Rouge et est incorporé à la 1er Armée de Cavalerie, ce qui le familiarise avec la guerre de mouvement. Après la Guerre Civile, il entre à l'Académie Frounze et en sort diplômé en 1933. Il se spécialise alors dans l'Arme Mécanisée. De 1937 à 1938, il est placé à la tête de la Première Section des Forces Blindées du District de Moscou. De 1938 à 1939, il commande la 3e Régiment de Char et en 1939, il est placé à la tête de la 39e Brigade Légère autonome avec laquelle il participe à la Guerre d'Hiver contre la Finlande. De 1940 à 1941, il commande la 1re Division Motorisée.
Au déclenchement de la Guerre contre l'Allemagne, il commande la plus grande formation cuirassée de lArmée Soviétique ; à savoir le 21e Corps Mécanisé qui, malgré ses très lourdes pertes, contribue brillamment ralentir l'avancée allemande vers Leningrad. La même année, il est successivement adjoint à la Direction Générale de l'Arme Blindée, commandant du Ier Corps de Fusiliers de la Garde et Commandant de la 5e Armée avec laquelle, il doit tenir les Fronts Ouest et de Kalinine. En 1941-1942, il commande la 30e Armée avec laquelle il participe à la contre-attaque d'hiver contre les forces allemandes. De 1942 à 1944, il commande successivement la 1re Armée de la Garde avec laquelle il combat lors des opérations du Don et la 3e Armée de la Garde face à la contre-attaque de von Manstein à Kharkov puis lors des opérations de franchissement du Dniepr et de la libération de l'Ukraine. Fin 1944 - début 1945, il est placé à la tête de la 4e Armée de Chars de la Garde placée sous le commandement du 1er Front d'Ukraine de Koniev. Dimitri Leliouchenko conduit brillamment cette GU contre les forces allemandes de Schörner sur la Vistule et contribue grandement à l'anéantissement du XXIV. Panzer-Korps de Nehring en Pologne grâce à manoeuvre décisive de débordement. Il participe ensuite à la libération de la Pologne et au forcement de l'Oder et à la Libération de la Tchécoslovaquie et à la libération de Prague.
En 1953, Dimitri Leliouchenko est promu commandant adjoint du District Militaire des Carpates. En 1956, il est commandant en chef du District de Transbaïkalie et de celui de l'Oural en 1958. De 1960 à 1964, il occupe le poste de Président du Comité Central des Sociétés Volontaires pour l'Assistance à l'Armée, la VVS et la Marine. Il termine sa carrière militaire en devenant en 1964, Inspecteur du Ministère de la Défense.
Dimitri Leliouchenko était titulaire de nombreuses décorations, Héros de l'Union Soviétique et Héros de Tchécoslovaquie.


Dernière édition par Yeoman 35 le Lun 08 Nov 2010, 2:36 pm, édité 1 fois
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Lun 01 Nov 2010, 10:16 pm

Merci beaucoup Eddy. Je vais poursuivre avec deux ou trois autres personnalités.

pouce
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mar 02 Nov 2010, 1:09 pm

u]ALEXEÏ GREGORIEVITCH RODINE
(1902 Zouevo - 1955 Moscou)

[img][/img]


Sans doute l'un des meilleurs manoeuvriers de l'Arme Blindée Soviérique. Alexeï G. Rodine rejoint les rangs de l'Armée Rouge en 1920. Après la Guerre Civile, il entre à l'Académie de Mécanisation et de Motorisation des Travailleurs et Paysans de l'Armée Rouge d'où il sort diplômé en 1937. Cette formation lui confère de très bonnes notions en matière de guerre de mouvement et en opérations mécanisées. Cette année là, il devient Chef d'Etat-major de la 9e Brigade Mécanisée, poste qu'il occupe jusqu'en 1939. De 1939 à 1940, il commande les forces blindées du 50e Corps de Fusiliers, avant de commander le 5e Régiment de Chars avant de prendre la tête de la 2e Brigade Légère Mécanisée puis devenir Commandant adjoint de la 24e Division de Chars. Lors du déclenchement de la Guerre contre les Allemands, il commande la 124e Brigade de Chars. En 1942, il est commandant adjoint de la 54e Armée en charge des forces blindées de cette Grande Unité. De 1942 à 1943, ils est placé à la tête du 1er Corps Blindé de la Garde qu'il conduit avec brio lors de l'Opération Uranus à Stalingrad. En 1943, ses compétences en matière d'opérations blindées lui permet d'être promu commandant de la 2e Armée de Chars, créée à la base de la 3e Armée de Réserve du Front du Centre (Konstantin K. Rokossovski) et réorganisée en février-mars 1943 après la déconvenue de Kharkov.
A l'issue de la Bataille de Koursk, la 2e AC participe brillamment à l'Opération Koutouzov qui permet de réduire le saillant d'Orel (août 1943), puis à l'offensive Tchernichego-Pripet. Peu après, Rodine laisse le commandement de la 2e Armée de Chars à un autre excellent manoeuvrier de l'Arme Blindée et Mécanisée soviétique, Semen I. Bogdanov. Promu Colonel-Général, Rodine prend alors le commandement des Forces Blindées et Mécanisées du Front Ouest, qui devient 3e Front de Biélorussie (Ivan D. Tcherniakhovski) début 1944 ; du fait de sa très bonne expérience en matière d'opérations mécanisées. Il prend donc part à la plannification de combats lors de l'Opération Bagration et au nettoyage de la Prusse-Orientale début 1945.
De 1949 à 1953, Alexeï G. Rodine est placé à la tête de la Direction pour la Formation au Combat Blindé et Mécanisé avant d'être versé dans la réserve en 1954. Il disparâit brusquement en 1957. Il était titulaire de deux Ordres de Lénine, trois Ordres du Drapeau Rouge, l'Ordre de Souvorov de Seconde classe, de l'Ordre de Koutouzov de Première classe, de l'Ordre de la Grande Guerre Patriotique de Première classe, ainsi que d'autres décorations.

avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mer 03 Nov 2010, 2:51 pm

MIKHAÏL STEPANOVITCH CHOUMILOV
(1898 Tetcha - 1975 Moscou)


[img][/img]


Enfant, il étudie tout d'abord au Séminaire orthodoxe, il entre dans l'Armée du Tsar en 1916 après avoir été diplômé de l'Ecole Militaire de Tchougouyivskie. Enseigne, il combat contre les Allemands et les Autrichiens dans l'Infanterie jusqu'en 1917. En 1918, il entre dans l'Armée Rouge et commande d'abord une section, puis une compagnie sur les Fronts d'Orient et du Sud. En 1919, il est promu commandant du la 19e Brigade Spaciale de Fusiliers puis de la 85e Brigade Spéciale. Il participe à la prise de Sivachie et Perekop. En 1924, il devient instructeur.
En 1937, il part pour l'Espagne en tant que conseiller pour le Commandement du Groupe d'Armée de la Zone Centre-Sud. De 1938 à 1941 il commande le 11e Corps de Fusiliers avec lequel il participe à la Guerre d'Hiver contre la Finlande. Après le 22 juin 1941, il participe à la bataille de Leningrad toujours à la tête du 11e Corps de Fusiliers. De 1941 à 1942, il est commandant adjoint de la 21e Armée, puis de la 55e Armée. Pendant l'été 1942, il est placé à la tête de la 64e Armée du Front du Sud-ouest (Andreï Eremenko) qui subit la pression de la 4. Panzer-Armee de Hoth à Stalingrad. Malgré les lourdes pertes qu'enregistre son unité, Choumilov tient ferme sur la rive droite de la Volga, fixant ainsi d'importantes forces allemandes et permet d'alléger la pression sur les éléments de la 62e Armée de Tchouïkov. Lors de l'Opération Uranus, Choumilov passe à la contre-attaque et c'est lui qui reçoit la reddition de Paulus après que ses soldats eurent débusquer le général allemand dans son abri. La vaillance des hommes de Choumilov permet à la 64e Armée d'être rebaptisée 7e Armée de la Garde. Promu Colonel-Général, Mikhaïl S. Choumilov en conservera le commandement jusqu'à la fin de la guerre.
Après toute une période de recomplètement et de réorganisation, la 7e Armée de la Garde est incorporée au Front de Voronej (Nikolaï F. Vatoutine) qui tient le sud du saillant de Koursk. L'Armée de Choumilov est placée à la limite sud du Front de Voronej en liaison avec le Front du Sud. Entre les 8 et 12 juillet, la 7e Armée de la Garde réussit à arrêter la progression de l'Armee-Abteilung Kempf grâce à de solides lignes défensives.
En septembre 1943, l'Armée de Choumilov est incorporée au IIIe Front d'Ukraine que commande l'un des plus talentueux chef de l'Armée Soviétique, le Colonel-Général Rodion I. Malinovski. Le 26 septembre, la 7e Armée de la Garde franchit le Dniepr et son chef reçoit l'Ordre de Lénine ainsi que l'Etoile d'Or pour son action. Au début de 1944, l'armée de Choumilov participe brillamment à l'Opération Iasi-Kichinev qui permet à l'Armée Soviétique de contrôler la Moldavie. A la fin de 1944, toujours incorporée au IIIe Front d'Ukraine, la 7e Armée de la Garde participe aux violents combats pour la prise de Budapest.
En 1948, le Colonel-Général Mikhaïl Choumilov est promu Commandant du District Militaire de la Mer Blanche et de 1949 à 1955, Commandant du District Militaire de Voronej. Après une période de retraite de 1956 à 1958, il est nommé Inspecteur du Ministère de la Défense, qu'il quitte quelques années plus tard. Il s'éteint en 1975. Il était Héros de l'Union Soviétique et titulaire de nombreuses décorations.
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mer 03 Nov 2010, 3:28 pm

IVAN MIKHAÏLOVITCH TCHISTIAKOV
(1900 région de Kalinine - 1979 Moscou)

[img][/img]

Fils de paysans, Ivan M. Tchistiakov rejoint l'Armée Rouge en 1918 et après une période de participation aux combats contre les Blancs - durant lesquels il passe de simple soldat à adjoint de commandement - , il est intégré à l'Ecole de Mitrailleurs de 1920 à 1927. Après la Guerre Civile, il est placé à la tête d'une section puis d'une compagnie. Jusqu'en 1941, il occupe divers postes au sein de l'Armée Soviétique. En 1941, il commande la 64e Brigade de Fusiliers de la 8e Division de Fusiliers qui combat sur le Front de l'Ouest au nord-ouest de Kalinine. Dans la foulée, il parvient au commandement du 2e Corps de Fusiliers avec lequel il combat aux portes de Moscou. Son comportement lui vaut d'être nommé ensuite commandant de la 1re Armée de la Garde avec laquelle il combat sur à Voronej et sur le Don. Pendant la bataille de Stalingrad, il commande la 21e Armée qui, sur ordre de Vassilievski, lance des contre-attaques de diversions sur le flanc nord de la 6. Armee. Ces attaques, effectuées avec des moyens limités, n'enfoncent pas le dispositif de Paulus, mais elles permettent de fixer des forces allemandes qui ne seront pas envoyées contre la 62 Armée de Tchouïkov. En novembre 1942, la 21e Armée participe à l'encerclement de la 6. Armee de Paulus.
Après la contre-offensive de von Manstein sur Kharkov, la 21e Armée est placée dans le saillant de Koursk dans le secteur de Livni en mars 1943. Elle est alors incorporée au sein du Front de Voronej de Vatoutine. Au début de mai 1943, la 21e Armée reçoit la nouvelle désignation de 6e Armée de la Garde. Ivan M. Tchistiakov reste à sa tête jusqu'à la fin de la guerre. Placée aux côtés de la 1re Armée de Chars de la Garde de Katoukov, l'armée de Tchistiakov réussit à stopper l'avance de l'aile gauchede la 4. Panzer-Armee de Hoth, malgré la supériorité aérienne et matérielle des allemands. En septembre de la même année, la 6e Armée de la Garde participe au franchissement du Dniepr avant de connaître une période de réorganisation.
En juin 1944, incorporé au 1er Front de la Baltique de l'excellent Colonel-Général Hovhannes K. Bagramian, l'Armée de Tchistiakov participe à l'Opération Bagration, puis dans la foulée à la libération de Riga. Fin 1944 - début 1945, la 6e Armée de la Garde participe au nettoyage de la Poche de Memel. La 6e Armée de la Garde est ensuite incoporée au 2e Front de la Baltique du Maréchal Rokossovski.
En août 1945, Ivan M. Tchistiakov participe à la Campagne de Mandchourie contre l'Armée Japonaise du Kwantung à la tête de la 25e Armée. De 1954 à 1955, le Colonel-général Tchistiakov est promu commandant-adjoint du District Militaire de Trascaucasie.
Enfin, de 1957 à 1968, il est Inspecteur Général des Forces Terrestres. Il était titulaire de nombreuses décorations et était Héros de l'Union Soviétique.
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Jeu 04 Nov 2010, 3:06 pm

ANDREÏ GRIGORIEVITCH KRAVTCHENKO
(1899 - 1963)


[img][/img]


[Aucune donnée pour la période Révolution Russe - 1940] Spécialiste de l'Arme Mécanisée, il est en 1939 Chef d'Etat-major de la 61e Division de Fusiliers puis de de la 173e Division de Fusiliers Motorisés pendant la Guerre d'Hiver contre la Finlande. En 1940-1941 il est Chef d'Etat-major de la 16e Division de Chars puis du 18e Corps Mécanisé aux débuts de la Grande Guerre Patriotique. Son expérience dans les combats mécanisés le conduisent à être promu à la tête de la 31e Brigade de Chars avec laquelle il participe à la bataille de Moscou. En 1942, il prend la tête des forces blindées de la 61e Armée avant de passer chef d'état-major du 1er Corps de Chars puis de prendre le commandement du 2e Corps de Chars. De fin 1942 à début 1943, placé à la tête du 4e Corps de Chars, il s'illustre notablement lors de l'encerclement des forces allemandes à Stalingrad. Pour son comportement, le 4e Corps de Chars devient 5e Corps Blindé de la Garde à la tête duquel il participe à la reconquête de l'Ukraine. Nommé Colonel-Général en 1944, il prend le commandement de la 6e Armée de Chars incorporée au 2nd Front d'Ukraine du Col-Gén. Rodion I. Malinovski. En janvier-1944, Andreï G. Kravtchenko mène sa Grande Unité dans la réduction de la poche de Korsoun-Tcherkassy. Pendant l'été 1944, la GU est lancée dans l'Opération Iasi-Kichinev et en octobre elle combat en Hongrie. Après que son unité eut été rebaptisée 6e Armée de Chars de la Garde, Kravtchenko participe activement à la bataille de Debrecen ainsi qu'à l'arrêt de la contre-attaque allemande devant Budapest (Opération Frühlingserwachen) en janvier 1945. Kravtchenko expédie ensuite sa formation sur Vienne qu'il réussit à couper du reste du Reich par une habile manoeuvre en crochet.
Après avoir activement participé à la défaite du Reich, Kravtchenko - qui conserve le commandement de la 6e ACG - part pour le l'Extrême-Orient au sein du Front de Transbaïkalie (commandée alors par... Rodion I. Malinovski) afin de libérer la Mandchourie de l'occupation japonaise. Son unité est alors au plus haut avec près de 1 019 chars en tout genre et canons d'assaut, mais avec un emploi infanterie-canons-chars plus souple qu'auparavant. Lors de l'Opération Khingano-Moukden, la 6e ACG effectue une avance de près de 800 km.
Après la guerre, Andreï G. Kravtchenko occupe divers poste et, en 1954 est nommé Commandant Adjoint du District de Leningrad pour les Equipements Blindés. Mais il se retire l'année suivante.

avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Lun 08 Nov 2010, 2:25 pm

MATVEÏ VASSILIEVITCH ZAKHAROV
(1898 Tver- 1972 Moscou)


[center][img][/img]


Fils de paysans, il s'engage dans l'Armée Rouge dès 1917 et sert sous le commandement de Klimenti E. Vorochilov, l'un des futurs confidents de Staline. Après la fin de la Guerre Civile il entre à l'Académie Frounze d'où il sort diplômé en 1928. Il entre quelques années plus tard à l'Académie Général des Cadres de Moscou fondée en 1936 par le futur Maréchal Leonid A. Govorov. Il en sort diplômé l'année suivante alors que Staline a engagé les purges de l'Armée Rouge qui auront les conséquences les plus funestes en 1941.
Matveï V. Zakharov devient alors commandant du 22e Régiment de Fusiliers en 1937 puis chef d'Etat-major du District Militaire de Leningrad. En 1938, il est promu Adjoint à l'Etat-Major Général (EMG - future STAVKA). De 1940 à 1941 il est Chef d'Etat-major du District Militaire d'Odessa. Durant toute la Grande Guerre Patriotique Matveï V. Zakharov occupera presque exclusivement des postes de Chef d'Etat-major, mais il se révélera très compétent à ce type de poste.
Lors du déclenchement de l'Opération Barbarossa, il est Chef d'Etat-major de la 9e Armée stationnée dans le sud de l'Ukraine dont il prend temporairement le commandement avant de le laisser au Lt-Général Kharitonov. Il est ensuite Chef d'Etat-major de la 18e Armée du Lt-Gén A.K. Smirnov. Au début de l'Hiver 1941, il est désigné pour être Chef d'Etat-majot du Théâtre d'Opérations du Nord pour devenir ensuite Adjoint à la Direction des Services de l'Arrière. Au début de l'année 1942, il devient Chef d'Etat-major du Front de Kalinine créé sur une directive de la STAVKA datée d'octobre 1941 et confié alors au commandement du Col-Général Ivan S. Koniev. Les deux hommes commencent à coopérer et à s'apprécier ce qui fait que Zakharov secondera Koniev un an plus tard. En 1943, Matveï V. Zakharov devient Chef d'Etat-major du Front de Réserve puis la même année du Front de la Steppe que commande son supérieur Koniev. Le Front de la Steppe intervient alors en soutien du Front de Voronej (Nikolaï F. Vatoutine) lors de la Bataille de Koursk.
Peu de temps après la victoire de Koursk, Matveï V. Zakharov devient Chef d'Etat-major du 2e Front d'Ukraine que commande l'excellent Rodion Ia. Malinovski. Zakharov reste à ce poste jusqu'à la fin de la guerre secondant très efficacement Malinovski lors des opérations de franchissement du Dniepr, de Iasi-Kichinev et de Hongrie. Il reste encore auprès de Malinovski à l'Etat-major du Front de Transbaïkalie pendant la Campagne de Mandchourie contre le Japon.
Après la Guerre, Zakharov prend la direction de l'Académie Générale des Cadres jusqu'en 1949. Il est nommé ensuite Adjoint à l'EMG jusqu'en 1952 année où il devient Inspecteur Général de l'Armée. De 1953 à 1957 il commande le District Militaire de Leningrad et de 1957 à 1960, les Forces Soviétiques en Allemagne de l'Est. En 1960, il est promu Chef d'Etat-major Général, tout en assurant la fonction d'Adjoint au Ministre de la Défense. De 1963 à 1964 il reprend la direction de l'Académie Militaire Générale des Cadres. De 1974 à 1971 il est encore Adjoint au Ministère de la Défense. Il décède l'année d'après.
Figure très peu connue, Matveï V. Zakharov restera perçu comme l'un des meilleurs Chefs d'Etat-major de l'Armée Soviétique.


Dernière édition par Yeoman 35 le Mar 09 Nov 2010, 12:26 pm, édité 1 fois
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Lun 08 Nov 2010, 2:57 pm

PROKOFI LONGVINOVITCH ROMANENKO
(1897 - 1947)

[img][/img]

[Aucune donnée trouvée pour la période 1897-1937]
De 1937 à 1938, Prokofi L. Romanenko, alors Colonel, se trouve à la tête de la 11e Brigade Motorisée. 1938 à 1940, il est placé à la tête du 8e Corps Mécanisé avec lequel il commande pendant la Guerre d'Hiver contre la Finlande. Au cours de l'année 1940, il commande le 24e Corps de Fusiliers. Lors du déclenchement de la Grande Guerre Patriotique, devenu alors Majo-Général, il dirige le 1er Corps Mécanisé qui combat dans la région de Leningrad avant d'être dissout courant le mois d'août compte tenu des très lourdes pertes. Il prend ensuite le commandement de la 17e Armée.
En 1942, il est placé à la tête de la 3e Armée de Chars qui est en fait un élément de réserve de la STAVKA avant de devenir Commandant Adjoint du Front de Briansk commandé par Tcherevitchenko qui n'est actif que six mois. Prokofi L. Romanenko prend ensuite le commandement de la 5e Armée de Chars avec laquelle il combat lors des opérations sur le Don Moyen qui permettent de dégager Stalingrad. L'année suivante, après avoir été remplacé par Chlemine début 1943, il commande la 2e Armée de Chars avant de céder son commandement à l'excellent Alexeï G. Rodine. Romanenko prend alors le commandement de la 48e Armée avec laquelle il se distingue à l'été 1944 lors de l'Opération Bagration. Il termine la Guerre comme commandant du District Militaire de Sibérie Orientale
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mar 09 Nov 2010, 1:10 pm

KIRILL SEMIENEVITCH MOSKALENKO
(1902 Grichino -1983 Moscou)

[img][/img]

Personnalité très peu connue, Kirill Moskalenko n'en reste pas moins un officier brillant qui a participé à bon nombre de grandes phases de la Grande Guerre Patriotique.
Né en Ukraine près de Donetsk, il se destine assez tôt au métier des armes, mais décide de rejoindre l'Armée Rouge en 1920 avec laquelle il combat sur plusieurs fronts durant la Guerre Civile. Il entre ensuite à l'Académie Frounze et se spécialise dans l'Artillerie et commence à gravir les échelons de l'Armée Soviétique durant les années 1930. En 1938, il commande l'Artillerie de la 51e Division de Fusiliers et participe à la Guerre d'Hiver contre la Finlande. En 1940, il est promu à la tête de l'Artillerie du 35e Corps. Lors du déclenchement de l'Opération Barbarossa, il est à la tête de la 1re Brigade Antichar. Peu après, il prend le commandement du 25e Corps de Fusiliers de la 27e Armée qui combat pour la défense de Moscou. En 1942, Kirill S. Moskalenko devient commandant adjoint de la 6e Armée qui est engagée dans la désastreuse Seconde Bataille de Kharkov lancée par Timochenko en mai 1942. Pendant l'été 1942, Kirill S. Moskalenko prend le commandement de différentes armées dont certaines nouvellement formées. Il commande ainsi la 38e Armée formée dans le District Militaire de Kiev avant de passer son commandement à Riabytchev, puis la 1re Armée de Chars entre juillet et août et la 1re Armée de la Garde d'août à octobre 1942 avec laquelle il combat sur le Don avant de laisser sa place au très bon Dimitri D. Leliouchenko. En octobre 1942, Moskalenko prend le commandement de la 40e Armée qui s'est faire sérieusement étrillée lors des combats de l'été 1942 et qui subit une période de réorganisation au sein du Front de Voronej (Golikov).
La 40e Armée participe alors à la troisième bataille de Kharkov mais doit effectuer une retraite avec de lourdes pertes suite à la contre-offensive de von Manstein. Réorganisée et renforcée, la 40e Armée participe bien plus brillamment à la bataille de Koursk - toujours au sein du Front de Voronej (Nikolaï F. Vatoutine) - en soutien de la 6e Armée de la Garde (Tchistiakov) face au XXXXVIII. Panzer-Korps. Peu après, Kirilli S. Moskalenko commande sa Grande Unité lors des opérations de franchissement du Dniepr. En octobre 1943, il reprend le commandement de la 38e Armée qui est bientôt incorporée au 1er Front d'Ukraine d'Ivan S. Koniev. Après avoir participé à l'Opération Bagration, la 38e Armée pénètre en Slovaquie en octobre 1944 et est engagée dans le dure bataille du col de Dukla à la frontière polono-slovaque dans un relief difficile. Elle doit mener de furieux combats face aux unités du XI. Korps de Bünau. Après une période de repos durant l'hiver 1944-1945, la 38e Armée de Moskalenko reprend son avancée au sein du 1er Front d'Ukraine et participe au nettoyage de la Silésie. Elle est engagée dans la bataille de Ratibor et réussit à atteindre la Porte Morave (Ostrava) et contrôler Rybnik et Loslau.
Après la Guerre, Kirill S. Moskalenko promu Colonel-Général commande la Défense Aérienne de la Région de Moscou jusqu'en 1948 avant de prendre la tête de la Défense Aérienne du District de Moscou jusqu'à l'année suivante. De 1949 à 1960, il commande le District Militaire de Moscou. Il est promu Maréchal par Khrouchtchev en 1955. En 1960, il devient Adjoint au Ministère de la Défense tout en cumulant les charges de Commandant en chef des Stratégiques Balistiques de l'Armée Soviétique et d'Inspecteur de l'Armée Soviétique.
Kirill S. Moskalenko disparaît en 1985 et est enterré au cimetière de Novodievitchi. Pour sa contribution aux batailles de Moscou, de Stalingrad, de Koursk ainsi qu'aux opérations d'Ukraine et de la Vistule, il a été fait Héros de l'Union Soviétique ainsi que Héros de Tchécoslovaquie et était titulaire de sept Ordres de Lénine, de l'Ordre de la Grande Guerre Patriotique, de l'Ordre de la Révolution d'Octobre, deux fois de l'Ordre de Souvorov Première Classe et de l'Ordre de Koutouzov Première Classe.


avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Phil642 le Mar 09 Nov 2010, 1:33 pm

Avec tous des bons articles comme celui-ci et d'autres, le fofo va devenir une référence encyclopédique ...

pouce
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7673
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Sturmovik le Mar 09 Nov 2010, 5:01 pm

Je ne voulais pas poster sur ce sujet pour ne pas le polluer mais comme d'autres l'on fait... (poster, hein... pas polluer ^^)

Juste pour dire que c'est le sujet que je viens immanquablement lire chaque fois que je me connecte ! Super boulot Yeoman !! pouce gri
avatar
Sturmovik
Police militaire (Modérateur)
Police militaire (Modérateur)

Nombre de messages : 1314
Age : 36
Localisation : A coté de mon ombre
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mer 10 Nov 2010, 3:29 pm

Grand merci pour les compliments chers confrères. J'essaierai d'en rajouter mais j'avoue avoir parlé des meilleurs.

Je pense peut-être retourner sur leurs adversaires allemands très prochainement.

beret clin doeil gri
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mer 24 Nov 2010, 5:53 pm


Petit retour :

SERGEÏ GEORGIEVITCH TROFIMENKO
(1899 - 1953)

[img][/img]

Entré dans l'Armée Rouge au début de la Guerre Civile, il suit ensuite des cours à l'Académie Frounze et se spécialise dans l'Infanterie. Sorti diplômé, il occupe tout d'abord divers postes subalternes avant de devenir en 1932 Chef d'Etat-Major de la 61e Division de Fusiliers. En 1935, il prend le commandement de la 1re Section du District Militaire de la Volga, puis la 1re Section du District Militaire de Kiev deux ans plus tard. De 1938 à 1939, il est Chef d'Etat-Major du Groupe d'Armées de Jitomir. De 1939 à 1940, il est Chef d'Etat-Major de la 5e Armée, créée dans le District Militaire de Kiev.

Sergeï G. Trofimenko participe à la Guerre d'Hiver contre la Finlande en tant que Chef d'Etat-Major Adjoint de la 7e Armée de Gorolenko. De 1940 à 1941, il est Chef d'Etat-Major du District Militaire du Caucase Nord Lors de l'Opération Barbarossa, il est commandant de la 53e Armée qui subit de lourdes pertes, puis du Groupement Opérationnel de Medvejegorsk. En 1942, il prend le commandement de la 32e Armée lors des opérations de contre-attaque d'hiver.
De 1942 à 1943, il commande la 7e Armée lors du siège de Leningrad.
Fort de son expérience, il est nommé au début de 1943, commandant de la 27e Armée qui participe à la bataille de Koursk au sein du Front de la Steppe d'Ivan S. Koniev. Sergeï G. Trofimenko, qui a été promu Major-Général, reste au commandement de cette Grande Unité durant tout le reste de la Grande Guerre Patriotique.
Incorporée au sein du Front de la Steppe puis au Front du Sud-Ouest de Malinovski (qui deviendra 2e Front d'Ukraine), la 27e Armée participe successivement sous la direction de son chef aux durs combats pour le franchissement du Dniepr, et notamment à la bataille de Bielgorod-Kharkov et à la reconquête de l'Ukraine. Toujours incorporée au IIe Front d'Ukraine de Malinovski, la 27e Armée participe aux Opérations de Roumanie et à la conquête de la Hongrie et notamment à la dure bataille de Debrecen. Trofimenko achève alors la Grande Guerre Patriotique à la conquête de Vienne.

En 1945, il commande le District Militaire de Tbilissi en Géorgie puis le District Militaire de Biélorussie de 1946 à 1949. Il termine sa carrière militaire en tant que Commandant du District Militaire du Nord Caucase jusqu'à sa mort en 1953.

Source : Generals.dk


avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mer 24 Nov 2010, 6:24 pm

NIKOLAÏ PAVLOVITCH POUKHOV (PUKHOV)
(25 janvier 1895 Grichovo, région de Kalouga - 28 mars 1958 Moscou)

[img][/img]

Fils de paysans, il entre dans l'Armée du Tsar en 1916 et sert dans un régiment de Cavalerie. En 1918, il rejoint l'Armée Rouge et participe à la Guerre Civile durant laquelle il devient Chef de Brigade. Son expérience dans la Cavalerie le familiarise avec la guerre de mouvement. Il choisit toutefois de se spécialiser d'abord dans l'Infanterie. En 1926, il sort diplômé de la Haute Ecole de l'Infanterie de l'Armée Rouge de Vistrel. Entré ensuite à l'Académie Militaire de Motorisation et de Mécanisation de Moscou, il en sort diplômé en 1935.
De 1937 à 1938, il est directeur de l'Ecole des Chars de Kharkov. De 1938 à 1941, il est instructeur à l'Académie Militaire et Economique. En 1941, il prend le commandement de la 304e Division de Fusiliers qu'il dirige pendant les combats jusqu'en janvier 1942. La même année, les qualités de commandement dont il a fait preuve lui permettent de remplacer directement le général Romanov au commandement de 13e Armée du Front de Briansk qui a été reformée après avoir été malmenée lors de la bataille de Smolensk malgré une résistance vigoureuse.
Au début de 1943, la 13e Armée est incorporée au Front du Centre de Konstantin de Rokossovski (partie nord du Saillant). Nikolaï P. Poukhov, commande brillamment son unité face aux troupes d'assaut de la 9. Armee de Model et notamment dans la féroce défense de la gare de Ponyri. Toujours, incorporée au Front du Centre - qui deviendra 2e Front de Biélorussie - puis au 1er Front d'Ukraine de Koniev, la 13e Armée se distingue jusqu'à la défaite du IIIe Reich lors de l'Opération Bagration, de la libération de la Pologne, du franchissement de la Vistule et à la bataille de Berlin.

De 1946 à 1957, Nikolaï P. Poukhov commande successivement le District Militaire de Sibérie Occidentale, le District Militaire d'Odessa, le District Militaire du Nord Caucase, encore une fois le District Militaire de Sibérie Occidentale et enfin le District Militaire de Sibérie. Il termine sa carrière comme Conseiller en Chef de l'Armée Roumaine. Il disparaît l'année suivante.
Pour ses qualités de commandement et d'organisateur, Nikolaï Pavlovitch Poukhov a été fait "Héros de l'Union Soviétique" et était titulaire de l'Ordre de Lénine de Première Classe et de l'Ordre de Souvorov de Première Classe.

Source : generals.dk


avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Jeu 25 Nov 2010, 2:29 pm


IVAN IVANOVITCH FEDIOUNINSKI
(30 juillet 1900 Tougoulym, Oural - 17 octobre 1977 Moscou)

[img][/img]

Issu d'une famille de paysans, il quitte l'école à l'âge de treize ans pour devnir apprenti peintre et décorateur. En 1919, lors de la Guerre Civile il rejoint l'Armée Rouge et combat sur le Front de l'Ouest et le Front d'Extrême-Orient. Il est alors blessé à deux reprises.
De 1923 à 1924 il étudie à l'Ecole d'Infanterie de Vladivostok d'où il sort diplômé et devient officier. En 1929, il sert en Extrême-Orient lors du Conflit Sino-Soviétique. En 1939 promu Colonel, il commande le 24e Régiment de Fusiliers avec lequel il se distingue lors du Conflit Sino-Japonais et particulièrement à la bataille de Khalkine-Gol. Pour son comportement, Staline le fait "Héros de l'Union Soviétique". Il est promu Commandant de Division en 1940 et dirige la 82e Division de Fusiliers.

Lors de l'agression allemande Ivan I. Fediouninski commande le 15e Corps de Fusiliers (45e et 62e Divisions de Fusiliers) de la 5e Armée (I.G. Sovietnikov et M.I. Potapov) avec lequel il combat face aux forces allemandes dans le secteur de Vlodava - Vladimir-Volinsk. Mais la 5e Armée se fait violemment étrillée pendant la Première Bataille de Kiev et les quelques rescapés - dont ceux de Fediouninski - réussissent à passer derrière le Dniepr.
Ivan I. Fediouninski se retrouve alors à commander la 32e Armée puis la 42e Armée ; cette dernière étant incorporée au Front du Nord (Leningrad). Fediouninski passe alors les années 1941-1943 à participer efficacement à la défense de la capitale de Pierre le Grand. On le retrouve alors temporairement à la direction du Front du Nord avant de prendre le commandement de la 54e Armée. Au début de 1942, il commande la 5e Armée du Front de Kalinine en remplacement de Leonid A. Govorov (qui vient d'être nommé Commandant en Chef du Front de Leningrad) avant de laisser sa place à Tcherevitchenko. De 1942 à 1943, il est successivement Commandant Adjoint du Front de Volkhov puis du Front de Briansk. En septembre 1943, il commande brièvement la 11e Armée avant de prendre définitivement le commandement de la 2e Armée de Choc (43e, 109e et 124e Corps de Fusiliers) pour la suite des opérations contre les forces allemandes. A noter que la 2e Armée de Chov avait auparavant été commandée par un certain Andreï A. Vlassov.
A partir de janvier 1944, Ivan I. Fediouninski dirige brillamment sa grande unité dans les opérations de dégagement de Leningrad en s'emparant de la tête de pont d'Oranienbaum. Fort de ce succès, la 2e Armée de Choc se lance en direction de Narva au début du printemps 1944. Pendant l'été 1944, la 2e Armée de Choc combat férocement pour prendre Narva et finit par chasser les Allemands et leurs alliés Estoniens et permet ainsi d'ouvrir la porte des pays baltes à l'Armée Soviétique.
Assignée au 2e Front de Biélorussie commandé par Rokossovski, la Grande Unité de Fediouninski participe aux combats pour la libération du nord de la Pologne et pour le franchissement de l'Oder à hauteur de Stettin face à la 3. Panzer-Armee de von Manteuffel.

Après la défaite allemande, Ivan I. Fediouninski remplace Mikhaïl S. Choumilov au commandement de la 7e Armée de la Garde. De 1945 à 1947, il commande le District Militaire d'Arkhangelsk. De 1951 à 1954, il est Commandant Adjoint des Forces Soviétiques en Allemagne de l'Est. De 1954 à 1965 il commande successivement le District Militaire de Transcaucasie et le District Militaire du Turkestan. Il est enfin Inspecteur du Ministère de la Défense jusqu'à sa mort ainsi que Député au Soviet Suprême.
Il était titulaire de quatre Ordres de Lenine, cinq Ordres du Drapeau Rouge, deux Ordres de Souvorov (1re et 2nde Classe), deux Ordres de Koutouzov (1re et 2nd Classe), de l'Ordre de l'Etoile Rouge et de l'Ordre pour Services Rendus à la Patrie dans les Forces Armées.

Source : Generals.dk

avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Jeu 25 Nov 2010, 4:30 pm


NIKOLAÏ IVANOVITCH KRYLOV
(29 avril 1903 - 9 février 1972)

[img][/img]

[Aucune donnée pour la période 1917 - 1940]
En 1941, il participe à la défense des frontières Russo-Roumaines en tant que Chef d'Etat-Major de la Zone Fortifiée du Danube, puis comme Chef de la Section d'Opérations de l'Armée Côtière qui défend farouchement Odessa face à la 11. Armee allemande. A cette occasion, il fait la connaissance d'Ivan E. Petrov avec lequel il collabore sérieusement pour la défense de Sébastopol. En 1942, lorsque von Manstein lance ses forces germano-roumaines à l'assaut de la Crimée, il écrase littéralement les forces soviétiques dans l'Isthme de Kertch lamentablement commandées par Kozlov et Mekhlis. Sauf que lorsque Manstein lance ses forces à l'assaut de Sébastopol transformée en combat urbain, Petrov et Krylov mènent une défense habile de la vieille citadelle en ruine par des combats urbains qui infligent de lourdes pertes aux allemands et aux roumains. Comprenant alors qu'il ne peut se passer de ses deux bons subordonnés, Staline décide d'évacuer Petrov et Krylov de Sébastopol. L'opération est menée durant l'été 1942 sans difficulté et les deux généraux se retrouvant au Kouban. Fort de son expérience défensive, Ivan E. Petrov part pour le Caucase. Nikolaï I. Krylov est alors envoyé à Stalingrad en tant que commandant-adjoint de la 62e Armée que commande alors Vassili I. Tchouïkov. Tchouïkov trouve alors en Krylov un excellent subordonné devenu expert en combats urbains.
Après avoir secondé efficacement Tchouïkov, Nikolaï I. Krylov est promu Lieutenant-Général commande la 3e Armée de Réserve en 1943. En 1944, il devient commandant en chef de la 5e Armée (45e, 65e et 72e Corps de Fusiliers) en remplacement du Lieutenant-Général Piotr G. Chafranov. Incorporée alors au 3e Front de Biélorussie du Colonel-Général Ivan D. Tcherniakhovski, la 5e Armée participe activement à l'Opération Bagration, à la prise de Vilnius. Les fantassins de la 184e Division de Fusiliers du 45e Corps de Fusiliers (Gorokhov) sont alors les premiers soldats soviétiques à passer en Prusse-Orientale. Nikolaï I. Krylov participe ainsi aux combats de nettoyage de la Prusse-Orientale de 1944-1945 et notamment à l'Opération de Gumbinnen où les Soviétiques ne parviennent pas à percer les lignes allemandes. Durant la seconde offensive contre les forces allemandes de Prusse-Orientale, Krylov mène son armée dans les opérations de destruction de groupements opérationnels ennemis à dans les secteurs de Tilsit-Istenburg et de Kalchenberg. Le 23 janvier 1945, la 5e Armée occupe Istenburg. Elle achève la Grande Guerre Patriotique en participant activement à l'anéantissement du XXVIII. Korps dans la Péninsule du Sammland, où ses talents de spécialiste en combats urbains sont une fois de plus appréciés.

Après la Grande Guerre Patriotique, Nikolaï Krylov devient Commandant-Adjoint du District Militaire de Primorsk. De 1947 à 1953, il est Commandant du District Militaire d'Extrême-Orient. Enfin, de 1956 à 1963 il Commandant du District Militaire de l'Oural, du District Militaire de Leningrad, du District Militaire de Moscou. En 1963, il est Ministre-Adjoint de la Défense tout en assumant le Commandement des Forces de Missiles Stratégiques, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort.
Il était fait "Héros de l'Union Soviétique" et titulaire de nombreuses décorations.

Source : Generals.dk
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Lun 29 Nov 2010, 4:46 pm

ANDREI ANTONIEVITCH GRETCHKO
(4 octobre 1903 Golodaïevka, près de Rostov - 1976 Moscou)

[img][/img]

Fils de paysans d'Ukraine, il rejoint l'Armée Rouge à 16 ans seulement et combat dans la Cavalerie de Boudienniy. Après la Guerre Civile, il rejoint le 6e Collège de Cavalerie à Taganrog d'où il sort diplômé en 1926. Il entre au Parti Communiste d'Union Soviétique en 1928 tout en suivant les cours de l'Académie Frounze. Sorti diplômé de cette dernière institution en 1936, il entre à l'Académie d'Etat-major Général pour en sortir en 1941 peu de temps avant l'invastion allemande.

Au début de la Grande Guerre Patriotique, Andreï A. Gretchko commande la 34e Division de Cavalerie en Ukraine avec laquelle il combat courageusement dans les environs de Krementchoug. Le 15 janvier 1942, il est promu commandant du 5e Corps de Cavalerie avec lequel il combat pendant l'offensive allemande de l'été 1942. Peu après, il prend successivement le commandement des 12e, 47e, 18e et 56e Armées (Front du Caucase Nord) avec lesquelles il combat efficacement pour la défense du Caucase. De janvier à octobre 1943, la 56e Armée participe activement à la reconquête du Kouban.
En octobre 1943, Andreï A. Gretchko est promu Commandant-Adjoint du 1er Front d'Urkaine d'Ivan S. Koniev. En décembre 1943, il prend la tête de la 1re Armée de la Garde du 4e Front d'Ukraine commandé par son supérieur dans le Caucase, Ivan Ie. Petrov. La 1re Armée de la Garde participe donc aux opérations du Dniepr Inférieur et à la Bataille de Kiev.
Pendant l'été 1944, la 1re Armée de la Garde rejoint le 1er Front d'Ukraine de Koniev et participe à la bataille de Lvov-Sandomierz.
Rattachée ensuite au IIe Front d'Ukraine de Malinovski, la Grande Unité de Gretchko participe aux combats en Hongrie et en Autriche.

Après la guerre, Andreï A. Gretchko commande le District Militaire de Kiev jusqu'en 1953 puis devient Commandant en Chef des Troupes Soviétiques en Allemagne de l'Est. En 1957, il devient Premier Adjoint au Ministère de la Défense ainsi que Commandant en Chef des Forces Terrestres. En 1960 il devient Commandant en Chef des Forces du Pacte de Varsovie. Enfin, de 1967 à 1976 il est Ministre de la Défense du Gouvernement de Brejnev.

avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Mar 30 Nov 2010, 2:31 pm


VASSILI IVANOVITCH KOUZNETSOV
(1894 - 1964)

[img][/img]

Ancien soldat de l'Armée Tsariste, Vassili I. Kouznetsov rejoint l'Armée Rouge dès sa création et participe à la Guerre Civile à la faveur de laquelle il devient officier. Colonel en 1923, il commande alors le 89e Régiment de Fusiliers jusqu'en 1930, date à laquelle il prend le commandement de la 51e Division de Fusiliers, avant de devenir commandant adjoint de la 25e Division de Fusiliers jusqu'en 1936. Jusqu'en 1941, il commande successivement les 2e et 99e Divisions de Fusiliers, le 16e Corps de Fusiliers, le 2e Corps, puis la 3e Armée constituée en 1939 dans le District Militaire Spécial de Biélorussie. C'est à la tête de cette Grande Unité qu'il participe à l'occupation de l'Est du Territoire Polonais.

Lors de l'opération Barbarossa, le Colonel-Général Vassili I. Kouznetsov- toujours à la tête de la 3e Armée (Front de l'Ouest de Pavlov) - combat dans la en Ukraine où sa formation se fait détruire en très grande partie. Kouznetsov est alors démis de son commandement au profit de Iakov Kreizer afin de masquer l'incompétence notoire de Semion Boudienyi.
Cependant, Staline le rappelle et le nomme successivement commandant de la 21e Armée du District Militaire de Kharkov alors que la situation est catastrophique pour l'Armée Soviétique à ce moment. Peu après, il est envoyé dans le Caucase pour prendre le commandement de la 58e Armée avec laquelle il participe à l'invasion de l'Iran en vue de contrôler une partie de l'approvisionnement en pétrole de la région.
Après ce succès, il prend le commandement de 1re Armée de Choc du Front de Leningrad pour participer à la bataille de position contre les assiégeants allemandes. En 1942, Vassili I. Kouznetsov prend le commandement de la 4e Armée de Réserve, alors unité en formation, puis de la 63e Armée.
En 1943, il commande la 1re Armée de la Garde , unité d'élite qu'il conduit lors des oéprations d'encerclement de la 6. Armee allemande à Stalingrad et dans les opérations du Don. Peu de temps après, il devient l'adjoint de Hovhannes K. Bagramian qui dirige le 1er Front de la Baltique. Kouznetsov occupe ce poste jusqu'au début de 1945 et seconde efficacement Bagramian lors des opérations de dégagement de Leningrad et des pays baltes
En mars 1945, le Colonel-Général Vassili I. Kouznetsov succède à Gerasimov au commandement de la 3e Armée de Choc qu'il mène dans la phase finalement du franchissement de l'Oder et dans les durs combats pour Berlin. C'est notamment l'une de ses unités subordonnées, la 150e Division de Fusiliers de Chatilov qui s'empare du Reichstag et qui y plante le Drapeau Soviétique.

De 1948 à 1953, Vassili I. Kouznetsov devient Président du Comité Central de la Société de Volontaires d'Entraides aux Forces Terrestres, Navales et Aériennes. De 1953 à 1957, il commande le District Militaire de la Volga et de 1957 à 1960, il est à la disposition de l'Etat-major Général. Il se retire de la vie militaire en 1960.

Source : Generals.dk
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Yeoman 35 le Ven 04 Fév 2011, 4:07 pm


VASSILI NIKOLAÏEVITCH GORDOV
(1896 - 1950)


[aucune donnée pour la période 1914-1933]
De 1933 à 1935, Vassili N. Gordov alors Colonel est Chef d'état-major de l'Ecole d'Infanterie de Moscou. De 1935 à 1937, il est Chef d'état-major de la 18e Division de Fusiliers avant de commander la 67e Division de Fusiliers de 1937 à 1939. De 1940 à 1941, il est successivement Chef d'état-major du District Militaire de Kalinine et du District Militaire de la Volga.

Lors de l'invasion allemande, il est chef d'état-major de la 21e Armée du Général Fedor Kouznetsov. Lorsque ce dernier prend le commandement du Front du Central, Gordov le remplace temporairement avant de redevenir chef d'état-major quand Vassili F. Gerasimenko prend le commandement de la même armée. Il prend finalement le commandement de la 21e Armée - alors placée sous le commandement du Front du Sud-Ouest du Maréchal Semien Ko. Timochenko - avec laquelle il participe à la contre-attaque du de l'hiver 1941-1942.
Au début de l'année 1942, il commande successivement la 9e Armée du Front du Sud et la 1re Armée de Réserve. A l'issue des catastrophes de l'été 1942, il prend le commandement de la 64e Armée qu'il cède ensuite au Général Mikhaïl St. Choumilov pour prendre le commandement du Front de Stalingrad. Sa mission est alors cruciale ; il doit surtout permettre à la 62e Armée de Vassili Tchouïkov de tenir en lui acheminant des renforts, du ravitaillement ainsi qu'en lui apportant un notable soutien en artillerie. Puis, il devient commandant adjoint du même front sous les ordres du Général Konstantin Ko. Rokossovski, spécialiste des opérations offensives.
De 1943 à 1944, après avoir été promu Colonel-Général, il commande la 33e Armée qu'il mène avec professionnalisme lors de la bataille de Smolensk et aux opérations de franchissement du Dniepr. En 1944, il remplace le Lieutenant-Général Riabychev au commandement de la 3e Armée de la Garde - puissamment dotée en artillerie et en hommes - qu'il mène brillamment lors de l'Opération de Lvov-Sandomierz. C'est avec la même Grande Unité qu'il participe à la libération de la Galicie, de la Silésie et à la bataille de Berlin.

Promu Maréchal après la guerre, Vassili N. Gordov commande le District Militaire de la Volga. Mais il est bientôt victime de la paranoïa de Staline qui le soupçonne de trahison et de complot. Il est arrêté en 1947 et envoyé en détention et disparaît en 1950.
Khrouchtchev le réhabilitera en 1954.

Source : generals.dk
avatar
Yeoman 35
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 1222
Age : 30
Localisation : Haute-Minglouffie
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généraux et amiraux soviétiques moins connus

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum