Manstein et la campagne de Crimée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Dim 08 Nov 2009, 9:10 pm

La campagne de Crimée de 1941-1942, fut, d'après Benoît Lamy, auteur d'une biographie sur Erich von Manstein, Perrin 2006, le chef d'oeuvre du stratége Erich von Manstein ! La particularité de cette campagne fut en effet, qu'elle fut dévolue à une 11e armée qui a agi quasiment seule, isolée des autres unités du GA Sud, contraintes géographiques oblige !

1°) La double mission originelle de la 11e armée.


La double mission assignée par l'OKH à la 11e armée, était, dans le cadre de l'aile-droite du GA.Sud, avancer vers la mer d'Azov pour déboucher et contrôler Rostov-sur-le-Don et, d'autre part,
investir la presqu'île de Crimée, verrue plantée sur les flancs de l'armée allemande, porte-avion en dur, pouvant menacer les puits de pétrole de Ploesti par des attaques aériennes et investir la forteresse de Sébastopol. Puis, la Crimée conquise, il serait possible d'aller directement dans le Caucase par le détroit de Kertch.
Le général von Manstein prit le commandement de la 11e armée le 12 septembre 1941, après la mort prématuré d'Eugen Ritter von Schobert, le 2 septembre, alors que son avion eut atterri par mégarde dans un champ de mines !
Manstein avait à sa disposition, en septembre 41, deux corps d'armée, d'un corps de montagne, et d'une armée roumaine :


  • à l 'aile sud, le 30e corps d'armée du général Hans von Salmuth, (1888 Metz-1962, qui passera 5 ans prison, après la guerre, pour crimes de guerre)
    qui regroupait la 22e et 72e divisions d'infanterie, la division motorisée SS Leibstandarte Adolf Hitler, la seule unité mobile de la 11e armée.
  • A l'aile Nord, le 49e corps de montagne du général Ludwig Kübler (1889-1947, nommé à la tête du 87e corps de montagne, de 1942 à 1945 en Yougoslavie, il sera capturé, jugé, condamné à mort et exécuté à Ljubljana, en 1947)

était composé de la 170e division d'infanterie ainsi que des 1re et 4e divisions de montagne.


  • le 54e corps d'armée du général Christian Hansen, avec les 46e et 73e divisions d'infanterie et la 3e armée roumaine (environ 75 000 hommes dont un corps de cavalerie et un corps de montagne) commandée par le général Petre Dumitrescu, complètent l'ensemble.
Evidemment, la 11e armée n'avait pas les forces pour mener à bien cette double mission et Manstein décida que la priorité était la conquête de la Crimée et décida de renforcer le 54e corps d'armée, charger d'investir l'isthme de Perekop avec toute l'artillerie, la DCA de la 11e armée ainsi que de lui adjoindre la 50e division d'infanterie, qui dépendait du 30e corps d'armée mais qui était restée dans dans les environs d'Odessa pour aider la 4e armée roumaine, pour force l'isthme d'Ichoum. De plus, Manstein prévoyait l'aide du 49e corps de montagne de Kübler pour l'invasion de la presqu'île de Crimée après que les isthmes aient été conquis. En outre, la LSSAH était prévue pour attaquer la forteresse de Sébastopol.
Manstein délaissait donc ouvertement l'objectif Rostov pour se consacrer à la Crimée.

2°) Perekop et Ichoum, victoires perdues !

Le 24 septembre 1941, le 54e corps de Christian Hansen se lança à l'assaut de l'isthme de Perekop , premier goulet d'étranglement vers la Crimée, qu'il prit deux jours plus tard. Les soviétiques se replièrent sur le deuxième goulet d'étranglement, l'isthme d' Ichoun, après avoir laissé
10 000 soldats qui furent faits prisonniers, 112 chars et 135 pièces d'artillerie aux mains de l'ennemi !
Mais les allemands, épuisés, et manquant de troupes motorisées, ne purent exploiter cette victoire surtout que les soviétiques, ce même 26 septembre, lancèrent une contre-attaque avec les 9e et 18e divisions d'infanterie, qui perça les lignes de la 3e armée roumaine, obligeant Manstein à lever de son dispositif offensif sur la Crimée, le 49e corps d'armée de montagne, pour contrecarrer la poussée soviétique, l'OKH lui ayant levé la LSSAH pour l'envoyer vers Rostov.
D'ailleurs, cette percée soviétique fit prendre conscience à l'OKH que la seule 11e armée ne pouvait courir deux lièvres à la fois, et elle réorganisa le GA.Sud en intimant au 1er groupe de Panzer de Kleist, au 49e corps de montagne et à la LSSAH, levés à la 11e armée, de poursuivre la progression vers Rostov alors que l'armée de Manstein s'occuperait de la Crimée, renforcée par le 42e corps d'armée du général von Sponeck, composé de 3 divisions d'infanterie.
Et dès le 1er octobre, les panzers de Kleist et des éléments de la 11e armée refoulaient les soviétiques jusqu'aux côtes de la mer d'Azov. Le 6 octobre, Melitopol fut prise et le 10 octobre, les soviétiques avaient perdu 106 000 hommes (prisonniers), 212 chars, et 672 canons dans la bataille de la mer d'Azov !!
Pour attaquer les forces russes repliées sur l'isthme d'Ichoun, Manstein était en infériorité numérique. Le général demanda au GA Sud une division blindée pour forcer la décision ce qui lui fut refusé puisque le groupe d'armée ne possédait aucune unité motorisée en réserve. Mais le GA.Sud envoya le renfort du 4e corps aérien du colonel Molders. De toute façon, l'étroitesse du terrain ne permettait qu'au 54e corps d'armée d'attaquer frontalement les défenses russes. Mais le 28 octobre, la synergie interarmes (infanterie + avions) permettra de forcer l'isthme d'Ichoun !
l'issue de cette bataille, les allemands avaient capturé 15 700 prisonniers, 30 chars d'assaut et 109 pièces d'artillerie. Les pertes de la 11e armée étaient faibles avec 1 195 tués, 5 588 blessés et 249 disparus. Depuis l'attaque du 24 septembre contre l'isthme de Perekop, les troupes de Manstein avaient déjà capturé 53 175 prisonniers1.
La 11e armée se lança ensuite à la poursuite de l'ennemi et, le 26 novembre, toute la presqu'île de la Crimée, à l'exception de la forteresse de Sébastopol, se retrouvait entre les mains des hommes de Manstein.
Dans ses Mémoires, Manstein souligne « en nous l'accordant [une division blindée], on aurait épargné beaucoup de sang, de durs combats d'hiver et l'assaut ultérieur de la forteresse, et on aurait disposé très tôt d'une armée supplémentaire pour les autres opérations sur le front de l'Est. »
(p.229)
En effet, tous les efforts de Manstein pour remplacer la LSSAH par la 60e division d'infanterie motorisée, furent vains, Hitler voulant absolument s'emparer au plus vite de Rostov.
La 11e armée avait malgré tout anéanti l'ennemi en rase campagne, elle avait défait 2 armées comptant environ 200 000 hommes. L'ennemi avait subi des pertes considérables : 25 000 tués, 100 000 prisonniers, 160 chars et 700 canons.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Mer 11 Nov 2009, 2:05 pm

Message très intéressant, mais un peu orphelin à mon goût. Mérite une suite, donc acte :




La campagne de Crimée de 1941-1942, fut, d'après Benoît Lamy, auteur d'une biographie sur Erich von Manstein, Perrin 2006, le chef d'oeuvre du stratége Erich von Manstein ! ...

1°) La double mission originelle de la 11e armée.




Le général von Manstein prit le commandement de la 11e armée le 12 septembre 1941.... !




Manstein avait à sa disposition, en septembre 41, deux corps d'armée, d'un corps de montagne, et d'une armée roumaine :





  • à l 'aile sud, le 30e corps d'armée du général Hans von Salmuth, (1888 Metz-1962, qui passera 5 ans prison, après la guerre, pour crimes de guerre)




qui regroupait la 22e et 72e divisions d'infanterie, la division motorisée SS Leibstandarte Adolf Hitler, la seule unité mobile de la 11e armée.



  • A l'aile Nord, le 49e corps de montagne du général Ludwig Kübler (1889-1947, nommé à la tête du 87e corps de montagne, de 1942 à 1945 en Yougoslavie, il sera capturé, jugé, condamné à mort et exécuté à Ljubljana, en 1947)était composé de la 170e division d'infanterie ainsi que des 1re et 4e divisions de montagne.
  • le 54e corps d'armée du général Christian Hansen, avec les 46e et 73e divisions d'infanterie et la 3e armée roumaine (environ 75 000 hommes dont un corps de cavalerie et un corps de montagne) commandée par le général Petre Dumitrescu, complètent l'ensemble.






Evidemment, la 11e armée n'avait pas les forces pour mener à bien cette double mission et Manstein décida que la priorité était la conquête de la Crimée et décida de renforcer le 54e corps d'armée, charger d'investir l'isthme de Perekop avec toute l'artillerie, la DCA de la 11e armée ainsi que de lui adjoindre la 50e division d'infanterie, qui dépendait du 30e corps d'armée mais qui était restée dans dans les environs d'Odessa pour aider la 4e armée roumaine, pour force l'isthme d'Ichoum. De plus, Manstein prévoyait l'aide du 49e corps de montagne de Kübler pour l'invasion de la presqu'île de Crimée après que les isthmes aient été conquis. En outre, la LSSAH était prévue pour attaquer la forteresse de Sébastopol.



Manstein délaissait donc ouvertement l'objectif Rostov pour se consacrer à la Crimée.







En face, se trouve la 51e Armée soviétique du général FI Kouznetsov. Chargée de la défense de la presqu’ile, elle compte pas moins de 7 DI et de 3 DC plutôt mal disposées car la STAVKA craint avant tout un assaut maritime ou aérien. Ainsi, la face nord n’ est occupée que par le 9e corps d’infanterie (certains disent de fusillers…), soit 3 DI (276, 106, 156e) pour tenir un front de 120 km allant de la flèche de l’Arabat à l’isthme de Perekop, occupée par la 156e DI du gén Tcherniayev. Les 5 autres DI montent la garde sur la côte sud et ouest de la Crimée, les 3 divisions de cavalerie stationnent vers Simféropol en qualité de reserve mobile d’armée.



Il ne s’agit pas d’unités de premier ordre, le 9e CI particulièrement mal équippée ne dispose que de 150 vehicules divers et d’aucun blindé. Kouznetsov s’en est inquiété à temps et, court-circuitant la hiérarchie va heureusement s’en plaindre à Staline. La réponse immédiate du 14/08/41 lui accorde 20 autoblindées, 12 T-34, 20 tracteurs (d’artillerie), 10 T-38 et 100 camions.

En automne 1941 donc, la 3e division motorisée de crimée est en formation, faute de moyens elle sera déclassée en 172e DI, qui comprenait tout de même le 5e régiment de chars avec 66 engins. Un chiffre pompeux pour seulement 10 T-34 et 56 tankettes amphibies T-37 et T-38, armées de mitrailleuses et protégées par un blindage épais comme du papier à cigarette.

14 autres tankettes étaient en service du bataillon reco de la 156e DI. Ce sont elles qui vont subir le premier choc de la 11e armée de Manstein le 24 septembre.







2°) Perekop et Ichoum, victoires perdues !







Le 24 septembre 1941, le 54e corps de Christian Hansen se lança à l'assaut de l'isthme de Perekop , premier goulet d'étranglement vers la Crimée, qu'il prit deux jours plus tard. Les soviétiques se replièrent sur le deuxième goulet d'étranglement, l'isthme d' Ichoun, après avoir laissé




Manstein dispose en plus du 190e StG Abt avec 18 StuG III C/D qui va rendre bien des services contre les tranchées fortifiées soviétiques, avant d’être envoyé vers Marioupol. Il ne serait être exclu que le bataillon « Schonberger » de la LSSAH ne participât point aux opérations comme un régiment d’artillerie et un bataillon de sapeurs de cette unité.



Les allemands estimaient la puissance soviétique à 100 blindés à Perekop, or il n’y eut que les 14 fameux T-37/38 qui seront d’ailleurs tous anéantis au deuxième jour lors d’une contre-attaque combinée infanterie, par les canons et mitrailleuses des chasseurs en patrouille de la Luftwaffe. Cette dernière brisant net toutes les tentatives d’ assaut de l’infanterie russe. Les VVS brillant par ailleurs, par leur absence…



Malgré cette supériorité écrasante, les 24 et 25 septembre les allemands n’ont réussi qu’a s’emparer du point d’appui avancé « Tchervonny Tchaban » du dispositif soviétique. Le 26 septembre toutefois, la 156e division saignée par les pertes ne parvient pas à se rétablir sur le « mur turc », vestige d’un ouvrage antique érigé par les empereurs romans pour se prémunir en son temps des incursions barbares (rebâti par les turcs pour les mêmes raisons fâce aux incursions russes et cosaques).







10 000 soldats qui furent faits prisonniers, 112 chars et 135 pièces d'artillerie aux mains de l'ennemi !




Tout cela me parait un peu beaucoup de pertes pour une division d’infanterie soviétique de deuxième catégorie qui n’a jamais compté plus de 8-9 000 soldats pour un effectif théorique de 11 500.



Mais les allemands, épuisés, et manquant de troupes motorisées, ne purent exploiter cette victoire surtout que les soviétiques, ce même 26 septembre, lancèrent une contre-attaque avec les 9e et 18e divisions d'infanterie, qui perça les lignes de la 3e armée roumaine, obligeant Manstein à lever de son dispositif offensif sur la Crimée, le 49e corps d'armée de montagne, pour contrecarrer la poussée soviétique, l'OKH lui ayant levé la LSSAH pour l'envoyer vers Rostov.




Quel exploit remarquable et méconnu des armes soviétiques ! Dommage seulement que les 9e et 18e DI n’ont jamais existé sur ce front. Si poussée soviétique il y eut le 26 septembre, c’est un bel hommage à la 156e DI très éprouvée, si ce n’est pratiquement anéantie…



Mais il est vrai que la contre-attaque soviétique du 27 septembre 1941, fut autrement plus efficace. Des unités issues des 271, 172e DI et de la 42e DC y prenant part, les allemands furent contraints d’abandonner Armiansk dès 8:30. Le 5e rég chars de la 172e DI y jouant un rôle déterminant.

Le reste suit, c'est quand -même mieux quand on regarde par les deux bouts de la lorgnette

Amic,
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Mer 11 Nov 2009, 7:08 pm

Oui, le bouquin de Lamy voit la campagne de Crimée avec les yeux de Manstein ! D'ailleurs la suite est à venir. Quelles sont les sources de votre ordre de bataille soviétique ?
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Phil642 le Mer 11 Nov 2009, 7:17 pm

Etant du même âge, je répond : Bravo! Pour cette page d'histoire.

Ceci dit mon âge n'a rien à voir avec ça, c'est simplement bien détaillé; conci, complet et surtout . . . intéressant!



Phil
avatar
Phil642
Général (Administrateur)
Général (Administrateur)

Nombre de messages : 7674
Age : 51
Localisation : La vie est Belge
Date d'inscription : 09/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Mer 11 Nov 2009, 7:23 pm

Phil642 a écrit:Etant du même âge, je répond : Bravo! Pour cette page d'histoire.

Ceci dit mon âge n'a rien à voir avec ça, c'est simplement bien détaillé; conci, complet et surtout . . . intéressant!



Phil

Ce n'est pas fini, la suite est à venir ! Ce week-end certainement !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Dim 15 Nov 2009, 10:13 am

1°) Echec devant Sébastopol et débarquement soviétique à Feodossia, Kertch et Eupatoria.

Alors que Manstein ne put lancer l'assaut sur Sébastopol que le 17 décembre, faute de moyens et à cause du mauvais temps, les soviétiques débarquèrent des troupes à Kertch et à Feodossia. Le colonel-général Graf von Sponeck, qui avait renforcé la 11e armée, avec son 42e corps, ne disposait, en fait, que de la 46e division d'infanterie pour s'opposer aux troupes soviétiques.
Sponeck demande à Manstein de pouvoir évacuer la prequ'île de Kertch avec l'intention de bloquer les troupes soviétiques dans le goulet d'étranglement de l'isthme de Parpatch. Manstein refusa catégoriquement, ayant peur que les troupes russes prennent à revers le gros des troupes de la 11e armée engagées dans l'assaut de Sebastopol. Il ordonna donc à Sponeck de rejeter, à tout prix, les forces ennemies à la mer, en lui envoyant, en renfort, la 4e brigade de Montagne roumaine, stationnée autour de Simferopol et la 8e brigade de cavalerie roumaine qui était en réserve. De même, un régiment de la 73e division d'infanterie alors en marche vers Rostov avec le groupe Kleist, fit demi-tour pour se dirigier vers Feodossia.
Au 28 décembre, les forces de l'axe avait réussi à contenir et à réduire les têtes de pont soviétiques sur Kertch et Feodossia, mais Sponeck demanda encore une fois de pouvoir retraiter, ce que Manstein refusa encore une fois.
Le 29 décembre, 6 divisions soviétiques débarquèrent à Feodossia et Sponeck, ne disposant pas encore des deux brigades roumaines en renfort, qui arriveront le lendemain, ordonne l'évacuation immédiate de ses maigres troupes, le contre-ordre de Manstein n'ayant pas pu arriver à l'état-major du 42e corps d'armée. Au soir du 31 décembre, les soviétiques avaient débarqué 40 000 hommes ! (page 235). Heureusement les russes n'exploitèrent pas leur supériorité numérique et se contentèrent d'une posture défensive, car s'ils avaient coupé la voie ferrée Djankoï-Simferopol, le ravitaillement de la 11e armée eut été coupé. Pour cette retraite, Manstein démit von Sponeck de son commandement et le remplaça, à la tête du 42e corps, par Franz Mattenklott.
Sponeck eut le malheur de contester son renvoi, ce qui provoqua les foudres du feldmarshall von Reichnau qui fut scandalisé par la retraite de la 46e division d'infanterie, et faisant part de son mécontentement au Führer ! Hitler considéra que l'attitude de Sponeck était en violation avec son ordre du 16 décembre qui était de tenir sur place. Pour l'exemple, le colonel-général passa devant une cour martiale, début février, présidé par Goering (qui avait un compte à régler avec l'accusé depuis le procès Fritzsch, en 1938) et celle-ci condamna Sponeck à la peine capitale pour indiscipline militaire, ce qui choqua Manstein qui, d'ailleurs, dans un rapport de février 42, justifia la retraite de la 46e division d'infanterie. La peine fut commuée en emprisonnement, mais après le 20 juillet 1944, le colonel-général fut exécuté !


Manstein n'eut pas le temps de commencer à réagir que des troupes soviétiques avaient débarqué au nord de Sebastopol, à Eupatoria, célèbre ville-forteresse qui fut l'objet d'un âpre combat, durant la guerre de Crimée, au 19e siècle.

2°) Contre-attaque victorieuse sur Feodossia et reconquête de l'isthme de Kertch.

Malgré des débarquements au Nord et à l'Est de Sébastopol qui tendent à prendre la 11e armée en tenaille, Manstein lance des contre-offensives sur les têtes de pont soviétiques dès le 15 janvier 1942 avec les 30e et 42e corps d'armée, ne laissant que 4 divisions allemandes autour de Sébastopol et une brigade roumaine de montagne. En dépit d'un rapport de 3 contre 1 en faveur de l'ennemi, Feodossia fut reprise le 17 janvier, mais cette victoire ne put être exploitée pour expulser, complètement, l'ennemi de la péninsule de Kertch, faute de moyens.
Le statu quo fut total jusqu'au printemps. En avril 42, Manstein fut convoqué par Hitler qui l'informa des nouveaux plans d'offensives vers le Caucase. Le colonel-général fit part au Führer de son plan de bouter les soviétiques de l'isthme de Kertch, puis de s'attaquer à Sébastopol.
Le rapport de forces dans la presqu'île de Kertch était largement à l'avantage des soviétiques. Ils disposaient des 44e et 51e armées, qui comptaient au total 17 divisions et 3 brigades de tirailleurs, 2 divisions de cavalerie et 4 brigades blindées. La 11e armée ne disposait que de 5 divisions d'infanterie allemandes et de la 22e division blindée.
Il fallait y ajouter le 7e corps d'armée roumain qui regroupait la 10e et 19e divisions d'infanterie et la 8e brigade de cavalerie.
En tout 6 divisions allemandes et 3 roumaines faisaient face à 26 grandes unités soviétiques, le rapport de force était donc de 3 contre 1, en faveur des russes.
Le succès de l'opération fut du, en grande partie, par une coopération interarme entre la 11e armée et le 8e corps aérien de Richtoffen rarement égalée durant la guerre (p.244).
La bataille de Kertch, fut déclenchée le 8 mai 1942 et il ne fallut que 8 jours pour investir la presqu'île et la bataille s'acheva complètement le 21 mai, après l'anéantissement des forces ennemies. Les pertes soviétiques furent considérables :
169 198 prisonniers, 1 133 pièces d'artilerie, 258 chars, 3 800 véhicules motorisés et 300 avions !!
Les allemands n'avaient, quant à eux, perdu uniquement que 7 588 hommes ! Mais 120 000 soviétiques avaient pu s'échapper !
En conclusion, on peut remarquer que début 1942, malgré une supériorité numérique évidente (3 contre 1) sur un front localisé, en l'occurence la presqu'île de Crimée, les soviétiques se contentent d'une posture défensive et ne cherchent pas à pressionner la 11eme armée de Manstein, pourtant en bien mauvaise posture après les débarquements de Feodossia et d'Eupatoria. De plus, la 11e armée ne dispose que de la 22eme division blindée contre 4 Brigades blindées soviétiques. Cela illustre la faiblesse du commandement soviétique notamment dans la prise de l'initiative, comme si les officiers de l'armée rouge avait peur d'affronter l'ennemi dans des opérations mobiles. Par contre, Manstein se montra d'une réactivité exceptionnelle et la collaboration inter-armes, notamment avec le 8eme corps aérien de Richtoffen fut exceptionnelle et permit de défaire les armées ennemies.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Mar 24 Nov 2009, 7:05 pm

L'affaire Sponeck sera assez révélatrice des rapports entre l'armée et les caciques nazis. Graf von Sponeck rentre en 1937, dans la Luftwaffe pour mettre en place une nouvelle une unité de commando air force, qui sera la 22eme division d'infanterie aéroportée (22e luftlande-Infanterie division) qui participa, à partir du 10 mai 1940, à la bataille de La Hague, pour le contrôle des aéroports bataves, lors de l'invasion des Pays-Bas par la Wehrmacht.
Promu Major-Général, le 1er Mars 1938, Sponeck sera amené à témoigner devant la cours jugeant le général Von Fritzsch, chef de l'OKH, s'opposant, avec Blomberg, aux projets belliqueux du Führer, et accusé d'homosexualité par le NSDAP et notamment par Goering. Apparemment, le témoignage de Sponeck n'aurait pas plu au Maréchal de l'Air qui lui en aurait gardé rancune.
Après la bataille de La Hague, en mai 40, prévu, à l'origine, pour attaquer la Crète, la 22e division, après avoir participé, au sein du 42eme corps d'armée, à la conquête de la Crimée, sera, par la suite, déplacé en Crète et participera, notamment, à la reconquête de l'île de Leros, investie par les forces britanniques, en septembre 1943.
L'affaire du 29 décembre 1941, qui se réfère à l'ordre de retraite du chef du 42eme corps d'armée, le général Von Sponeck, après le débarquement de 6 divisions soviétiques, à Feodossia, dans la presqu'île de Crimée fut dans un premier temps sanctionnée par le commandant de la 11eme armée, le général Von Manstein, qui muta von Sponeck du 42e au 30e corps.
Mais la maréchal von Reichenau, qui fut un des rares militaires de haut rang à adhérer, ouvertement, à l'idéologie nazie, et qui remplaça, fin décembre 1941, le maréchal Von Rundstedt à la tête du GA Sud, parla de la retraite du 42e Corps au Führer, retraite qui d'après lui transgressait ouvertement l'ordre d'Hitler, du 16 décembre 1941 de ne plus reculer.
Furieux, Hitler réclama que l'on juge Sponeck devant une cour martiale qui fut constituée, début février, présidée par une vieille connaissance de l'accusé, le maréchal Goering ! Malgré un rapport d'Halder, daté du 30 décembre, qui signifiait que le seul 42eme Corps ne pouvait s'opposer efficacement au débarquement des 6 divisions soviétiques à Feodossia, et surtout d'un rapport de Manstein, le supérieur direct de Sponeck à l'époque, daté du 10 février 1942, qui justifia le retrait du corps d'armée, Sponeck fut condamné à mort, peine qui choqua non seulement Manstein mais aussi Von Bock, nouveau commandant du GA.Sud en remplacement de Von Reichenau, décédé début janvier 42, juste après sa nouvelle nomination, après une attaque cardiaque. La peine fut commuée en peine d'emprisonnement.
Cette affaire Sponeck illustre l'attitude ambivalente du Führer envers l'armée, attitude de plus en plus méprisante mais paradoxalement encore respecteuse. En effet, depuis le 1er pas franchi en faisant exécuter le général von Schleicher et Bedow, lors de la nuit des longs couteaux, en 1934, qui annonçait, déjà, des lendemains moins heureux pour la Wehrmacht, depuis l'affaire Blomberg-Fritsch, en 1937-1938, avec laquelle Hitler avait mis, d'une certaine manière, l'armée au pas, la crise de décembre 41 relança les foudres du Führer auprès de ses généraux et aboutit au non-remplacement de von Brautchitsch à la tête de l'OKH, en décembre 41, signe évident qu'Hitler ne faisait plus vraiment confiance en son armée de terre. Les cas Sponeck mais aussi celui de Hoth, qui fut limogé de l'armée, illustraient cette colère du dictateur. Mais, curieusement, est très loin de l'attitude impitoyable d'un Staline, qui n'hésita jamais à sacrifier ses officiers généraux, depuis la grande purge, Hitler se montra toujours magnanime avec sa Wehrmacht, hésitant toujours avant d'immoler ouvertement les généraux ou maréchaux, coupables, d'après lui, d'incompétence ou de faiblesse !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Sam 09 Jan 2010, 7:47 pm

L'offensive pour investir la forteresse de Sebastopol commença le 2 juin. Cette forteresse, entourée par un terrain très varié et par 3 lignes de fortifications, était gardé par 106 000 hommes, les soviétiques ayant eut largement le temps de doubler la garnison durant les mois précédents. Cette force se décomposait en 7 divisions de tirailleurs, d'une division de cavalerie et de 4 brigades de marine.

1°) Le plan de Manstein.

L'offensive contre la forteresse allait se dépolyer sur deux axes :
- au Nord, l'axe principal, avec le 54e corps d'armée, composé de 4 divisions d'infanterie et d'un régiment.
- au Sud, le 30e corps d'armée avec 2 divisions d'infanterie et une division légère.
- au Centre du dispositif, le corps de montagne roumain devait fixer les troupes soviétiques.
La particularité de cette offensive fut la concentration des moyens en artillerie, jamais atteinte dans un offensive de la Werhmacht. En effet, Manstein allait aligner 1 300 pièces d'artilleries sur un front de 35 kilomètres dont les canons géants, Karl (600 mm) et Dora (800 mm). Concentration exceptionnelle à l'époque, mais très loin des concentrations soviétiques de la fin de la guerre.
De plus, Manstein dispostait de la 8e Luftflotte de Richtoffen.
Le 2 juin 1942, les canons allemands grondent et les avions bombardent la forteresse, tonnerre de feu qui durera 5 jours, pour préparer le terrain pour l'infanterie. Manstein sera d'ailleurs assez circonspect sur l'efficacité de ce bombardement, pour entamer les défenses soviétiques !
2°) Opération amphibie.
Le clou de cette campagne fut lorsque l'aile-nord perça les défenses soviétiques et que Manstein conçut alors un plan audacieux pour suprendre les soviétiques, en optant pour une opération amphibie pour traverser la baie de Svernaïa, prenant les forces russes à revers ... Le 26 juin, dans la foulée, l'opération amphibie commença, et elle suprit complètement les soviétiques. Entrée dans Sébastopol le 1er juillet, la forteresse fut totalement contrôlée le 4 juillet.
Le 1er juillet, Hitler nomma Manstein feldmaréchal, juste après avoir nommé Rommel à ce poste, fin juin, pour la prise de Tobrouk !
3°) Une campagne modèle.
Pour Benoît Lamy, dans son Manstein, cette campagne de Crimée reste un modèle opérationnel, puisque le colonel-général, avec sa 11e armée, agira quasiment en autonomie, l'OKH lui laissant une marge de manoeuvre quasi-totale en internvenant très peu dans cette campagne.
Avec des moyens assez limités (sauf en artillerie et en aviation), pratiquement sans chars, et souvent en infériorité numérique, Manstein va faire preuve d'une acuité exceptionnelle, dans ses choix tactiques, faisant preuve de flexibilité et de créativité, notamment dans la fameuse opération amphibie de la dernière semaine, pour exploiter son initiative.
Manstein, regrettera que l'OKH ne lui ai pas adjoint une division blindée, lorsqu'en novembre 1941, il avait percé et détruit les divisions soviétiques, Sébastopol étant à portée de main ...Il faut dire qu'Hitler et ses généraux étaient alors tendus vers Moscou ...
On ne peut que noter que malgré son intérêt stratégique, la presqu'île de Crimée ne fut pas un objectif prioritaire, comme le front sud d'ailleurs, en tout cas en 1941, et que Manstein fit des exploits avec quelques divisions d'infanterie et des troupes roumaines mal équipées, ce qui rehausse encore plus le talent du stratège, qui, comme Rommel en Afrique du Nord, fit des miracles avec des bouts de ficelles !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  alderome le Sam 16 Jan 2010, 9:40 pm

C'est à Sebastopol que se rendit célèbre von Choltitz pour son "art" de la destruction avec l''utilisation des mortiers Thor ou Karl, de 615 et Gamma.
ALEX
avatar
alderome
Colonel
Colonel

Nombre de messages : 646
Age : 52
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77
Date d'inscription : 01/07/2008

http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Dim 31 Jan 2010, 6:45 am

alderome a écrit:C'est à Sebastopol que se rendit célèbre von Choltitz pour son "art" de la destruction avec l''utilisation des mortiers Thor ou Karl, de 615 et Gamma.
ALEX


Oui, armement, d'ailleurs, qui souligne la fascination des allemands et des nazis en particulier, pour des armes hors normes, mais tellement difficile à mettre en oeuvre qu'elles mobiliseront beaucoup d'énergie pour peu de résultats. La preuve en est que le bombardement intensif de Sébastopol ne donna pas du tout les résultats escomptés.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Ven 13 Aoû 2010, 4:18 pm



La photo de Dmitri Baltermants, " Malheur en Crimée", prise en Crimée, en 1942, lors du dégel, qui laisse apparaître de nombreux corps, congelés durant l'hiver et refaisant surface avec le radoucissement, fut censurée par les autorités soviétiques et ne sortit de l'oubli qu'en 1962, lors d'une exposition à Hambourg. Surnommé le "Robert Capa soviétique", Baltermants aura été un des photographes officiels soviétiques les plus connu.

http://www.skjstudio.com/baltermants/

(Source: Les 100 photos du siècle, de Marie Monique Robin, Editions du Chêne, 1999)
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Invité le Ven 17 Déc 2010, 3:46 pm

Hello tous j'ai retrouvé un tableau récapitulatif du rapport de forces au siège de Sébastopol c'est un bon petit résumé de ce qui est dit et égalemet pouvant apporter une ou deux infos en plus....

ALLEMANDS:
-Armée: 11ème armée avc 7divisions allemandees plus deux en cours de bataille et 3divisions et une brigade Roumaines.
-Effectifs: 204 000 dont 150 000 pour l'assaut.
-Artillerie:670 canons et obusiers de 105 à 420mm, 720 mortiers lourds sup à 120mm, 655 antichars ou de flak, 208 batteries, 3 groupes d'auto moteurs comprenant 6obusiers Gamma de 420mm,3mortiers géants Karl de 605mm et enfin le super canon Dora/schwere Gustav de 800mm.
-Blindés: 450
-Positions: 35km de front

-Forces navales:
Pour la kriegsmarine: 19 schnllboote lance torpilles, 30 räumboote partouilleurs, 8navires anti sous marins, 6 sous marins.
Pour la Roumanie:4destroyers, 6torpilleurs,6sousmarins, 2mouilleurs de mines, 7vedettes lance torpilles.
Pour lItalie: Sous marins légers, vedettes lance torpilles.

-Aviation: 600


POUR les RUSSES maintenant:
-Armée: Armée cotière comprenant 7divisions d'infanterie, 1division de cavalerie,2brigades d'infanteries,4brigades de marine,10 régiment d'artillerie,1 régiment anti char.
-Effectifs: 106 625 plus 3000 pdt le siège
-Artillerie: 606 canons et obusiers, 1000 à 2000 mortiers, 1 train blindé (le "jelezniakov")
-Blindés:26 ou 38 chars
-Positions: 9600 mines, 3600 ouvrages,56 km de barbelés et 33km de fossés antichars.
-Forces Navales: flotte de la mer Noire:1cuirassé, 2 croiseurs,17 destroyers, 44 sousmarins , 18 dragueurs de mines, 84 vedettes lance torpilles, 2 canonnières.
-Aviation:53

voila ! bonne lecture pouce


Le Renard de Bruxelles

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Ven 11 Mar 2011, 6:11 pm

tietie007 a écrit:Oui, le bouquin de Lamy voit la campagne de Crimée avec les yeux de Manstein ! D'ailleurs la suite est à venir. Quelles sont les sources de votre ordre de bataille soviétique ?

Oui pardon "Bor'ba za Krym" de Ilya Moschansky.
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Ven 11 Mar 2011, 7:31 pm

Pour attaquer les forces russes repliées sur l'isthme d'Ichoun, Manstein était en infériorité numérique. Le général demanda au GA Sud une division blindée pour forcer la décision ce qui lui fut refusé puisque le groupe d'armée ne possédait aucune unité motorisée en réserve. Mais le GA.Sud envoya le renfort du 4e corps aérien du colonel Molders. De toute façon, l'étroitesse du terrain ne permettait qu'au 54e corps d'armée d'attaquer frontalement les défenses russes. Mais le 28 octobre, la synergie interarmes (infanterie + avions) permettra de forcer l'isthme d'Ichoun !

Les forces soviétiques étaient constituées de la 156e DI, mieux au 25 septembre seuls 2 de ses régiments le 361e RI et le 417e étaient retranchés face a 2/3 divisions allemandes appuyées par l'aviation et l'artillerie que les russes n'avaient pas. Les 172e, 271e DI, la 42e DC et le 5e RC avec 10 T-34 et 14 T-37 ne sont venus que sur le tard, après la percée allemande. Ce renfort faisant 15 mille sabres et baillonettes était bienvenu certes, mais on ne peut parler d'aucune supériorité numérique face aux 4 divisions allemandes et des élèments de la 22e qu'ils allaient affronter.

Néanmoins le sort des armes demeura incertain. Ainsi dans la nuit du 28 septembre sans un coup de feu préparatoire (2 batteries d'artillerie pout toute la division, sans obus..) la 42e division de cavalerie entra dans Armiansk, les sentinelles allemandes ayant été égorgées par les cosaques. Ce n'est la que parlèrent les 45 mm hyppotractés. Au point du jour, profitant de la confusion le 442e RI attaqua et engagea des combats de rue dans la ville. Les 50e et 73e divisions allemandes s'empressèrent à 8:30 de quitter la ville. Ce qui n'est pas glorieux, au vu que la 42e div de cavalerie n'a jamais connu plus de 3000 sabres et le 442e RI 800 combattants. La somme des effectifs de deux RI allemandes devant devant se monter théoriquement à 35-36 000 soldats.
C'est donc un épisode dont Manstein se vante peu, dans ses mémoires.
Les lignes se stabilisent donc au 1er octobre et ne changent pas jusqu'au 16.

Manstein continue d'engager des forces sans cesse renouvelées et au 20 octobre la 156e division sur la brêche depuis le 25 septembre décimée disparait en tant qu'unité organisée, ses bataillons continuant à se battre de manière autonome.
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Sam 12 Mar 2011, 12:04 am

J'ai quand même l'impression que lors de cette bataille de Crimée, c'est vraiment le talent tactique de Manstein qui a fait la différence alors que le général ne disposait pas de troupes blindées. Ce sont même les soviétiques qui disposaient d'une souplesse stratégique que l'allemand ne possédait pas, puisque les russes pouvaient débarquer des troupes sur les arrières de la Wehrmacht, et qu'ils ne s'en privèrent pas.
Curieusement, on a très peu parlé de cette campagne de Crimée, certainement car elle ne s'inscrivait pas dans la Blitzkrieg traditionnelle sur le front de l'Est, avec ces manoeuvres de blindés et ces encerclements gigantesques !
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Sam 12 Mar 2011, 10:21 am

tietie007 a écrit:J'ai quand même l'impression que lors de cette bataille de Crimée, c'est vraiment le talent tactique de Manstein qui a fait la différence alors que le général ne disposait pas de troupes blindées. Ce sont même les soviétiques qui disposaient d'une souplesse stratégique que l'allemand ne possédait pas, puisque les russes pouvaient débarquer des troupes sur les arrières de la Wehrmacht, et qu'ils ne s'en privèrent pas.
Curieusement, on a très peu parlé de cette campagne de Crimée, certainement car elle ne s'inscrivait pas dans la Blitzkrieg traditionnelle sur le front de l'Est, avec ces manoeuvres de blindés et ces encerclements gigantesques !

Pour la bataille de l'isthme de Perekop, il a utilisé moult blindés qui n'étaient pas des chars . Le 19 octobre 30 canons d'assaut StuG III suivis des fantassins de la 170 e ID allemande percent vers le village de Tchatyrkino. Il faut rappeler le 5e RC en repos et ses 5-6 T-34 restants pour les repousser. Après il y a les canons automoteurs, les semi-chenillés et les autoblindées etc. que les soviétiques n'ont pas.

Quoi qu'il en soit les actions de Manstein basés sur sa supériorité en moyens de feu (artillerie + aviation) et certainement en effectifs (uitlisés, pas cumulés) sont réstés simplistes et sans art, se limitant à de couteuses attaques frontales. La marine soviétique ne pouvait intervenir en raison des eaux peu profondes entourant l'isthme et de la maitrise des airs par la Luftwaffe. Plus étonnant, le manque de renfort pendant toute la bataille de Perekop du 15 septembre au 24 octobre (en dehors de 2 batteries cotières) de la part de la marine soviétique restée l'arme au pied dans ses ports.
La seule "aide" fournie fut l'arrivée le 22 octobre au PC du général Batov du Vice amiral Lévtchenko qui promet des renforts sous forme de l'armée cotière du général Pétrov, a peine débarquée de l'enfer d'Odessa. Ce sont encore remarquez -le, des moyens terrestres récupérés et non pas les propres moyens de la marine soviétique.
Ces unités de rescapés (25e, 95e DI 2e DC) attaquent sans soutien d'artillerie sur un terrain plat comme une planche à pain le 24 et sont écrasés sous un trommelfeuer de Manstein et un bombardement continu de la Luftwaffe.
On peut se demander en quoi la marine soviétique n'aurait pas pu s'inquiéter un peu avant de l'issue des combats de l'isthme, dont dépendait quand même la survie de leurs gros dépots et des bases maritimes.

Par ailleurs, si des deux cotés moult soldats se couvrirent de gloire éternelle, on peut se demander avec raison, si des travaux de fortification en profondeur entrepris depuis le 17-19 juillet et renforcés par des blockhaus, les canons DCA et longue portée de la marine, n'auraient pas pu éviter tout celà. Après tout l'isthme long de 30 km, ne faisait que 8 km de large par endroits. Facile à défendre donc.

Après la percée de Manstein du 26-27 octobre c'est encore plus symptomatique: non seulement l'aviation, la marine et l'armée de terre lutte chacune de son coté, mais même les divisions soviétiques en retraite s'éparpillent en éventail, luttent chacune séparément des autres, sans coordination d'ensemble, facilitant la tâche d'occupation de la Crimée par Manstein, au lieu d'essayer de maintenir in front continu, au sud et à l'est de la presqu'île.

Génie militaire de Manstein, pourquoi pas? Disons qu'il a été pas mal aidé par la confusion qui régnait en face...
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Sam 12 Mar 2011, 11:16 am

tietie007 a écrit:
3°) Une campagne modèle.
Pour Benoît Lamy, dans son Manstein, cette campagne de Crimée reste un modèle opérationnel, puisque le colonel-général, avec sa 11e armée, agira quasiment en autonomie, l'OKH lui laissant une marge de manoeuvre quasi-totale en internvenant très peu dans cette campagne.
Avec des moyens assez limités (sauf en artillerie et en aviation), pratiquement sans chars, et souvent en infériorité numérique, Manstein va faire preuve d'une acuité exceptionnelle, dans ses choix tactiques, faisant preuve de flexibilité et de créativité, notamment dans la fameuse opération amphibie de la dernière semaine, pour exploiter son initiative.
Manstein, regrettera que l'OKH ne lui ai pas adjoint une division blindée, lorsqu'en novembre 1941, il avait percé et détruit les divisions soviétiques, Sébastopol étant à portée de main ...Il faut dire qu'Hitler et ses généraux étaient alors tendus vers Moscou ...
On ne peut que noter que malgré son intérêt stratégique, la presqu'île de Crimée ne fut pas un objectif prioritaire, comme le front sud d'ailleurs, en tout cas en 1941, et que Manstein fit des exploits avec quelques divisions d'infanterie et des troupes roumaines mal équipées, ce qui rehausse encore plus le talent du stratège, qui, comme Rommel en Afrique du Nord, fit des miracles avec des bouts de ficelles !

Benoît Lamy considère que c'est une campagne modèle, dans la mesure où Manstein et son armée ont quasiment combattu tout seul dans la mesure où ce front de Crimée n'était pas en connexion avec les autres.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Sam 12 Mar 2011, 12:47 pm

[quote="tietie007"]
tietie007 a écrit:
3°) Une campagne modèle.

Benoît Lamy considère que c'est une campagne modèle, dans la mesure où Manstein et son armée ont quasiment combattu tout seul dans la mesure où ce front de Crimée n'était pas en connexion avec les autres.

Oui enfin, faut quand même considérer que tout ceci
10 000 soldats qui furent faits prisonniers, 112 chars et 135 pièces d'artillerie aux mains de l'ennemi !

comme tout celà
l'issue de cette bataille, les allemands avaient capturé 15 700 prisonniers, 30 chars d'assaut et 109 pièces d'artillerie. Les pertes de la 11e armée étaient faibles avec 1 195 tués, 5 588 blessés et 249 disparus. Depuis l'attaque du 24 septembre contre l'isthme de Perekop, les troupes de Manstein avaient déjà capturé 53 175 prisonniers.

n'est pas possible en vertu de l'arithmétique le plus élèmentaire. Le groupement Batov n'a jamais compté plus de 30 000 personnes, dont 15 600 combattants et... 10 T-34.

Manstein (ou Lamy?) sont peu crédibles. Sans doute le général allemend était il doué, mais beaucoup plus vantard que doué quand-même...
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Sam 12 Mar 2011, 1:06 pm

[quote="Kojédoub"]
tietie007 a écrit:
tietie007 a écrit:
3°) Une campagne modèle.

Benoît Lamy considère que c'est une campagne modèle, dans la mesure où Manstein et son armée ont quasiment combattu tout seul dans la mesure où ce front de Crimée n'était pas en connexion avec les autres.

Oui enfin, faut quand même considérer que tout ceci
10 000 soldats qui furent faits prisonniers, 112 chars et 135 pièces d'artillerie aux mains de l'ennemi !

comme tout celà
l'issue de cette bataille, les allemands avaient capturé 15 700 prisonniers, 30 chars d'assaut et 109 pièces d'artillerie. Les pertes de la 11e armée étaient faibles avec 1 195 tués, 5 588 blessés et 249 disparus. Depuis l'attaque du 24 septembre contre l'isthme de Perekop, les troupes de Manstein avaient déjà capturé 53 175 prisonniers.

n'est pas possible en vertu de l'arithmétique le plus élèmentaire. Le groupement Batov n'a jamais compté plus de 30 000 personnes, dont 15 600 combattants et... 10 T-34.

Manstein (ou Lamy?) sont peu crédibles. Sans doute le général allemend était il doué, mais beaucoup plus vantard que doué quand-même...

Pour les 10 000 prisonniers, tu parles de quelle bataille ? (Car les 15 000 prisonniers c'est après la bataille d'Ichoun ...).
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Kojédoub le Mar 15 Mar 2011, 12:25 pm

tietie007 a écrit:

Pour les 10 000 prisonniers, tu parles de quelle bataille ? (Car les 15 000 prisonniers c'est après la bataille d'Ichoun ...).

Salut,

Là, c'est plus toi de le dire, non? Moi j'ai compris du 24 au 26 septembre...
avatar
Kojédoub
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant

Nombre de messages : 191
Age : 51
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  tietie007 le Mar 15 Mar 2011, 2:03 pm

Kojédoub a écrit:
tietie007 a écrit:

Pour les 10 000 prisonniers, tu parles de quelle bataille ? (Car les 15 000 prisonniers c'est après la bataille d'Ichoun ...).

Salut,

Là, c'est plus toi de le dire, non? Moi j'ai compris du 24 au 26 septembre...

et les autres chiffres sont pour octobre, donc je vois pas où il y a un problème.

Le 24 septembre 1941, le 54e corps de Christian Hansen se lança à l'assaut de l'isthme de Perekop , premier goulet d'étranglement vers la Crimée, qu'il prit deux jours plus tard. Les soviétiques se replièrent sur le deuxième goulet d'étranglement, l'isthme d' Ichoun, après avoir laissé

10 000 soldats qui furent faits prisonniers, 112 chars et 135 pièces d'artillerie aux mains de l'ennemi !

Mais les allemands, épuisés, et manquant de troupes motorisées, ne purent exploiter cette victoire surtout que les soviétiques, ce même 26 septembre, lancèrent une contre-attaque avec les 9e et 18e divisions d'infanterie, qui perça les lignes de la 3e armée roumaine, obligeant Manstein à lever de son dispositif offensif sur la Crimée, le 49e corps d'armée de montagne, pour contrecarrer la poussée soviétique, l'OKH lui ayant levé la LSSAH pour l'envoyer vers Rostov.

D'ailleurs, cette percée soviétique fit prendre conscience à l'OKH que la seule 11e armée ne pouvait courir deux lièvres à la fois, et elle réorganisa le GA.Sud en intimant au 1er groupe de Panzer de Kleist, au 49e corps de montagne et à la LSSAH, levés à la 11e armée, de poursuivre la progression vers Rostov alors que l'armée de Manstein s'occuperait de la Crimée, renforcée par le 42e corps d'armée du général von Sponeck, composé de 3 divisions d'infanterie.

Et dès le 1er octobre, les panzers de Kleist et des éléments de la 11e armée refoulaient les soviétiques jusqu'aux côtes de la mer d'Azov. Le 6 octobre, Melitopol fut prise et le 10 octobre, les soviétiques avaient perdu 106 000 hommes (prisonniers), 212 chars, et 672 canons dans la bataille de la mer d'Azov !!

Pour attaquer les forces russes repliées sur l'isthme d'Ichoun, Manstein était en infériorité numérique. Le général demanda au GA Sud une division blindée pour forcer la décision ce qui lui fut refusé puisque le groupe d'armée ne possédait aucune unité motorisée en réserve. Mais le GA.Sud envoya le renfort du 4e corps aérien du colonel Molders. De toute façon, l'étroitesse du terrain ne permettait qu'au 54e corps d'armée d'attaquer frontalement les défenses russes. Mais le 28 octobre, la synergie interarmes (infanterie + avions) permettra de forcer l'isthme d'Ichoun !

l'issue de cette bataille, les allemands avaient capturé 15 700 prisonniers, 30 chars d'assaut et 109 pièces d'artillerie. Les pertes de la 11e armée étaient faibles avec 1 195 tués, 5 588 blessés et 249 disparus. Depuis l'attaque du 24 septembre contre l'isthme de Perekop, les troupes de Manstein avaient déjà capturé 53 175 prisonniers1.


La bataille pour l'isthme d'Ichoun a eu eu lieu en deux phrases :
- une fin septembre.
- l'autre fin octobre.

Et Lamy parle des pertes lors de ces deux phases distinctes.
avatar
tietie007
Général de Division
Général de Division

Nombre de messages : 1884
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 26/02/2007

http://bachistoiregeo.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manstein et la campagne de Crimée.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum